( 13 juillet, 2018 )

Quelques lettres d’Espagne (1812).

82-001429

Cette correspondance fut publiée la première fois en 1933 dans le « Carnet de la Sabretache ». L’auteur de ces lettres, aide-major au 119ème régiment d’infanterie, n’a pu être identifié.

—————————

Armée du Portugal

8ème Division

Au camp devant Palenzuela, le 10 août 1812.

Mes chers parents,

Assis sur un peu de paille, dans le fond d’un mauvais pigeonnier que j’ai choisi pour demeure, si je ne respire pas un air aussi pur que celui du camp, il m’est au moins très agréable d’avoir un toit, ce qui n’est pas peu de chose dans ce pays dénué d’arbres et dans une saison où l’ardeur des rayons du soleil est extrême. Dans cet espèce de cachot je n’ai d’autre table que la caisse à amputations placée sur mes genoux, ce n’est pas du tout commode pour écrire une très longue lettre. J’ai tant de choses à vous dire et à vous demander que je ne sais réellement par où commencer.

Depuis les premiers jours de mai nous n’avons presque pas eu de repos. Nous passâmes par les Asturies où nous séjournâmes trois semaines. J’ai donc revu ce pays chéri, cette patrie de la division bonnet… Mais il a fallu l’abandonner et je crois pour longtemps. En passant  près de Santander, je rencontrai le fils de François Meulenaere des Brouques ; il me parla de vous autres et surtout de Louis. Cela me fit plaisir. Nous bûmes un coup à vos santés mais à la hâte et à la bouteille. Il est frais comme une rose et ne paraît avoir que vingt ans. Le fils de Jack Turek que je trouvai trois semaines après à La Nava del Rey, n’était pas de même, une couleur de pain d’épices et les cheveux tout couverts de poussière m’auraient empêché de le reconnaître s’il ne m’eut appelé par mon nom. Je n’eus que le temps de lui parler un instant parce qu’il faisait presque nuit et qu’il fallait absolument chercher mon garçon qui s’était perdu dans la foule. Toute l’armée était réunie à La Nava del Rey. Trois jours avant j’eus le plaisir de rencontrer Henri Lespagnol à Torro et depuis lors nous nous voyons quelquefois ; il se porte bien. Nous parlâmes du pays. Heureux mortel ! Il a au moins la satisfaction de recevoir régulièrement des nouvelles de ses parents ; mais moi depuis six mois et plus, j’ai le malheur d’en être privé. J’ignore si vous jouissez tous d’une bonne santé, si vous avez reçu les six lettres que je vous ai écrites depuis novembre 1811. Enfin, si vous m’avez répondu, il est probable que les lettres sont perdues.

Nous formons actuellement le 8ème division de l’Armée du Portugal et c’est le général Chauvelle[1] qui nous commande depuis que le comte Bonet[2] est blessé ; une balle lui traversa la cuisse à la bataille des Arapiles (entre Alba de Tormès et Salamanque). Ce fut ce 22 juillet (toujours au temps de nos ducasses[3], j’ai l’occasion de me trouver au bal), l’affaire fut très chaude et nous fûmes ce qui s’appelle parfaitement brossés. Les Anglais, Espagnols et Portugais réunis étaient soixante-dix mille hommes, et nous eûmes l’audace de les attaquer n’étant que trente mille, et peut-être même aurions-nous gagné la bataille si le duc de Raguse n’eut pas eu le bras fracturé d’un éclat d’obus avant le fort de l’affaire, vu qu’alors (à deux heures après-midi) nous avions déjà enlevé trois des plus belles positions de l’ennemi. Notre division s’est couverte de gloire ; ce sont nos voltigeurs commandés par le général de brigade Gauthier[4], qui prirent les deux villages d’Arapiles. Et sans la division, lors de la retraite, on ne sait pas trop comme cela ce serait passé. Enfin, nous n’en avons pas moins perdu la bataille. Mais l’ennemi éprouva beaucoup plus de pertes que nous. Je crois bien que le fils de Jacques Turek y a laissé ses os, à moins qu’il soit fait prisonnier, car je me suis informé après lui, quatre ou cinq jours après la bataille et il n’avait pas encore paru à l’appel. Son régiment a été entièrement détruit.

Mais, je ne sais plus quelle position prendre, les reins me font mal, je suis contraint de laisser la lettre.

Un jour, il me sera plus facile de vous conter au juste comme l’affaire s’est passée. Je m’en conviendrai bien, parce que j’eus le loisir de la contempler pendant dix heures à une demi-portée de canon. Adieu.

Villa Muriel, près Palencia, le 14 août [1812].

 Je suis si content de la journée d’hier qu’il m’est impossible de vous dire deux mots si je ne vous ne rends compte. Depuis trois jours, nous étions sans vivres (excepté un peu de mouton). En arrivant dans ce village, comme de coutume nous ne trouvâmes aucun habitant. Nous n’eûmes rien de plus empressé que d’enfoncer les portes des maisons. Dans celle que je choisi, se trouvait un certain cochon, quatre poules, de la graine rance, du miel et du blé, mais pas de pain. De remplir un sac, le charger sur mon âne, et de fermer la porte en recommandant au garçon de garder la maison, fut l’affaire d’un instant. Avec plus de vitesse encore, je me suis acheminé vers le moulin à eau où après avoir attendu quatre heures, j’obtins de moudre à mon tour. De retour au logis, j’expédiai maître cochon avant la rentrée du patron. Le garçon avait mis une poule au pot, nous la mangeâmes à demi cuite avec de la bouillie fait d’un peu de beau son délayé dans de l’eau. Le parmen [sic] dont se servent nos tisserands pour coller leurs tailles vaut mieux. Et cependant jamais mets ne me parut meilleur. Ce fin repas terminé, je tamisai et fis le pain tandis que mon garçon chauffait le four. Il est inutile de vous dire que deux galettes furent faites et avalées en un clin d’œil ; cela se suppose. Enfin pendant que le pain cuisait, je partageai le cochon par morceaux. Un instant après on battit la berloque[5] pour distribuer un peu de vin qu’on avait trouvé dans quelques caves. J’y fus, encore tout couvert de farine, dans la crainte de perdre ma part, ce qui m’aurait infiniment peiné, attendu que j’en avais grand besoin, pour aider la digestion lente et laborieuse d’aliments dévorés à demi cuits et à la hâte. Après cela je hachai à la manière du pays la tête du cochon que le garçon avait fait cuire avec l’origan et du thym ; j’espère qu’elle sera bonne, du moins l’odeur l’annonce ainsi. J’obtins aussi un grand port de saindoux. Enfin, voilà des provisions précieuses et qui m’exempteront bien des corvées pendant quelque temps. Car dans cette armée du Portugal on ne fait aucune distribution. Chacun fait pour soi, et sinon est paresseux, on meurt de faim. On doit faucher le bé, le battre, le moudre, tamiser la farine, faire cuire le pain dans un four, sur des tailles ou sous la cendre, selon l’occasion. Souvent même il faut se contenter de la bouillie dont je vous ai parlé ! Vous allez sans doute dire, comment emporte-t-il tout cet attirail ? Eh bien voici : j’ai un âne. Il a sur son dos deux grands paniers pleins de farine, [de] blé ou [d’] orge ; sur ces paniers se placent deux sacs longs, pleins de pain, biscuit (bien entendu lorsqu’on a le temps d’en faire), lard, pot de graisse, peau de bouc pleine de vin ou d’eau selon la circonstance, etc., etc., etc. au cordes qui maintiennent les sacs, s’attachent la marmite, les poêle, a gamelle, les faucilles, la hache, le tamis, le crible, deux gros bâtons pour battre le blé et chacun à son tout le moulin à bras, etc., etc. C’est une vraie caricature, qu’un âne ainsi chargé surtout lorsque le garçon est dessus. Mais il est nuit et je ne vous ai encore rien dit ; il faut cependant me coucher car je suis fatigué. A demain.

—-

Valladolid, le 4 septembre 1812.

Enfin depuis dix-huit jours nous sommes ici en garnison. Nous avons d’excellents vivres, fourrages, la comédie, des marchands ; et moi j’ai de l’argent parce que j’ai vendu une de mes montres d’or, et mon baudet. Je vais au théâtre, je bois et mange bien.  Je jouis d’une assez bonne santé et j’ai entièrement oublié le mauvais temps passé. Il me fallait réellement cette garnison pour me remettre un peu. A la vérité, il fait trop cher à vivre, mais au moins pour son argent on trouve quelque chose. Enfin patience. , cela ne durera pas toujours.  J’espère aller bientôt dans un meilleur pays et où on nous payera, dit-on, les dix-neuf mois qu’on nous doit. Vous serez sans doute étonné de cette manière d’écrire à un mois de distance sur la même lettre, mais je ne puis faire autrement. Je veux une occasion sûre, et cela ne se rencontre pas tous les jours ; par le courrier, les lettres se perdent toujours. Un ami intime remettra celle-ci à  Dax, et j’espère qu’elle vous parviendra et que vous me donnerez de suite de vos nouvelles.

Vous adresserez vos lettres comme-ci : « A M. Faveur, officier de santé au 3ème bataillon du 119ème régiment, poste restante à Dax. » Cet ami qui doit rester au dépôt, est chargé de prendre les lettres à mon adresse et de me les faire passer par une occasion. Mandez-moi ce que vous me disiez dans vos lettres antérieures car il  est à croire qu’elles sont perdues pour toujours.

Le chirurgien en chef de cette armée (M. Favre) m’a ordonné de rester à l’ambulance, toujours comme aide-major provisoire, en promettant de me faire commissionner. Le général Bonet qui me connaît depuis longtemps, et à qui  je rendis des soins il y a quelque temps, pour une chute qu’il fit sur la tête, me promit de demander quelque chose pour moi au duc de Raguse si la bataille près [de] Salamanque eut tourné à notre avantage. Mais comme je vous ai dit, les affaires ne nous furent pas favorables, et puis il fut blessé, d’en est allé d’un côté, moi d’un autre, et ainsi il est à croire que rien ne s’est fait. Je me déplais souverainement à cette ambulance, attendu que le chirurgien-major est parti pour la France, et qu’un jeune homme le remplace. Il est plein d’ambition et d’orgueil. Il voudrait déjà avoir acquis la réputation que je me suis faite à la Division depuis quatre ans. Il est extrêmement jaloux de me voir étroitement lié avec tous les officiers de la Division et de ce que j’ai leur confiance. La mauvaise humeur qu’il manifeste et son ton hautain fait qu’à chaque instant nous avons des mots, cela me cause d’autant plus de peine que depuis quatre ans j’ignorais ce que c’est qu’une querelle.

Depuis que M. Celliac m’a proposé au ministre pour aide-major je n’ai pas reçu de ses nouvelles, malgré que je lui ai écrit quatre à cinq fois, les lettres parviennent si difficilement. Enfin, j’en ignore les résultats et désirerais bien à savoir ce qu’on a décidé au ministère. C’est-à-dire si les propositions ont été ou non acceptées. Je vous ai déjà écris concernant cet article. Suppliez, je vous prie, M. de Messange, qu’il écrive à Paris afin de savoir si je suis ou non commissionné, et qu’ainsi je sache à quoi m’en tenir.

Du 6 septembre [1812].

Enfin cet ami part. Adieu, je ne vous dis rien de plus. Écrivez de suite, poste restante à Dax. Il pourrait bien se faire que j’aille moi-même y chercher la lettre, des circonstances se présentent, adieu, n’oubliez pas de me mander ce que vous m’avez écrit dans vos lettres antérieures.                                

Votre dévoué

HYPPOLITE.


[1] Le général François Chauvel (1766-1838).

[2] Le général Bonet (1768-1857).

[3] Fête traditionnelle de village, à caractère religieux.

[4]  Le général Etienne Gauthier (1761-1826).

[5] Il s’agit d’une batterie de tambour servant à rassembler la troupe pour les repas ou autre distribution.

( 12 juillet, 2018 )

Quel est le nom de cette actrice qui joua le rôle de Joséphine dans le film « Austerlitz » (Abel Gance, 1960) ?

Réponse sur ce blog !

22386405891

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 12 juillet, 2018 )

« Demandez le Bulletin ! »

Demandez le Bulletin

Le premier numéro, paru fin mai 2018, est consacré

à la bataille de Waterloo.

Diffusion gratuite.

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 12 juillet, 2018 )

Derniers jours de l’Empereur en France (1er juillet 1815-15 juillet 1815).

Napoléon 1er

« 1er juillet 1815. Il est à Tours dans la nuit, s’y entretient avec le préfet Miramon. Assez longue halte à Poitiers, en dehors vde la ville, à la maison de poste. Il repart à 14 heures. A la nuit, il parvient à Saint-Maixent. Il est à Niort à 22 h. Il descend à l’auberge de la Boule d’Or.

2 juilet. A Niort. Levé de bonne heure, il se met à la fenêtre, est reconnu par les hussards qui l’acclament. La population est enthousiaste. Il se rend à la préfecture. Il reçoit son frère Joseph venu incognito. Il reçoit également le commandant du port de Rochefort, M. de Kérangal, venu le prévenir que la croisière anglaise serre de près les passes de la rade.

3 juillet. Départ de Niort à l’aube. Il passe à Mauzé, Surgères, Muron, Saint-Louis. C’est une erreur de prétendre qu’il a quitté Niort le 2, comme le fait  Schuermans. Il arrive à 8 heures à Rochefort et d’installe à la préfecture maritime. Dans la rade, sont les deux frégates la Saale et la Méduse.

4-6 juillet. Il attend l’arrivée des sauf-conduits dont on lui a caché le refus par les Alliés.

7 juillet. Dans la soirée arrive une dépêche du gouvernement provisoire : elle presse le général Becker de hâter l’embarquement de Napoléon, sans l’autoriser à forcer le blocus.

8 juillet. On avait tenté de le sauver, mais la garde qui veillait  autour de lui était stricte. Il quitte la préfecture maritime vers 17 h., sous les acclamations. Il est emmené en voiture jusqu’à l’embranchement du chemin de Fouras. Dans l’anse de la Coue, il rembarque sur la frégate la Saale. La salle du conseil fut convertie en chambre à coucher. La frégate était mouillée dans la fosse d’Enet entre la pointe de Fouras et l’île d’Aix. On conservait, sur le quai du port sud de Fouras, la pierre sur laquelle Napoléon avait posé le pied en quittant la France et qui portait son nom gravé. Elle a dis paru au cours de travaux effectués en janvier 1908.

9 juillet. Il visite l’île d’Aix, passe les troupes en revue, est acclamé. Il examine les grands travaux qu’il avait fait exécuter vers la fin de son règne. En remettant le pied sur la frégate la Saale il trouve le préfet maritime Bonnefoux porteur d’un arrêt de la commission du gouvernement déclarant traître à la Patrie l’officier qui tenterait maintenant de débarquer napoléon sur le territoire français.  Il ne pouvait plus douter. Il était proscrit. L’autorisation lui fut accordée de communiquer avec la croisière anglaise.

10 juillet. Il reste à bord de la Saale tandis que Savary et Las Cases sont envoyés à bord du Bellérophon. Le commandant du vaisseau, Maitland, se prit à dire : « Pourquoi ne pas demander asile à l’Angleterre ? » Les deux envoyés se récrièrent, alléguant les difficultés, la haine du peuple anglais pour Napoléon. Maitland protesta du libéralisme britannique. Savary et las Cases avaient obtenu ce qu’ils voulaient, des assurances qui, dans la bouche de Maitland, n’avaient cependant aucune valeur officielle.

11 juillet. A bord de la Saale. La fuite eut été possible, a-t-on dit avec quelques raisons. Les moyens de sauver l’Empereur agitaient tous les esprits de l’île d’Aix.  Il eut vent de des projets, on lui en soumit plusieurs.

11 juillet. Il débarque à l’île d’Aix et se loge dans la maison militaire. On lui propose e le faire évader sur un chasse-marée. Il hésite, laisse faire les préparatifs.

13 juillet. A l’île d’Aix, il reçoit Joseph ui vient lui proposer d’aller s’embarquer à Bordeaux avec lui. Il  refuse également de partir dur un bateau danois, à la faveur de la nuit. Dans la nuit du 13 au 14 juillet, il rédige la lettre adressée au régent d’Angleterre.

14 juillet. Il envoie Las Cases et le général Lallemand à bord du Bellérophon. Maitland accepte de la recevoir à bord avec sa suite.

15 juillet. Il revêt l’uniforme de colonel des chasseurs de la garde et se coiffe du petit chapeau. Au moment de donner l’ordre de gagner le Bellérophon, le général Becker demanda : « Sire, Votre majesté désire-t-elle que je l’accompagne jusqu’à la croisière ? » Il répondit : « Non, général Becker, il ne faut pas qu’on puisse dire que la France m’a livre aux anglais ». Il était temps : au même instant arrivait dans la rade le préfet maritime, porteur des ordres du nouveau ministre de la marine, Jaucourt, prescrivant que le commandant de la station anglaise était autorisé à réclamer Napoléon « au nom de S.M. britannique et au nom du Roi de France ».

 (J. TULARD et L. GARROS, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour,  1769-1821 », Tallandier, 1992, pp.474-476).

( 11 juillet, 2018 )

Paris à la merci des Alliés. Juillet 1815…

« Pauvre pont [d’Iéna] ! Son nom pensa lui coûter cher; sans la maladresse des canonniers prussiens, c’en était fait de lui. Après la rentrée de Louis XVIII [8 juillet 1815], le bruit se répandit un matin que les Prussiens avaient fait sauter le pont d’Iéna, la nuit précédente. Je sortis à l’instant avec d’autres étudiants qui se trouvaient alors comme moi au café des Pyrénées ; nous nous rendîmes au Champ-de-Mars et vîmes en effet un groupe nombreux près du pont. La seconde pile du côté du Champ-de-Mars était écornée à la hauteur du chapiteau, quelques pierres du cintre étaient fendillées; les artificiers prussiens avaient si mal disposé leur fougasse, trop faible, du reste, que tout l’effet s’en était manifesté en dehors du pont et n’avait réussi qu’à le marquer d’une auréole noire qui était loin d’être glorieuse pour eux. L’indignation et le mépris jaillissaient de tous nos regards, à l’aspect de ce guet-apens nocturne; on annonçait que les Prussiens devaient, dans la journée, procéder définitivement à la destruction du pont d’Iéna; la plus vive agitation se répandit alors dans Paris. Le roi Louis XVIII, informé du projet de l’armée prussienne, déclara, dit-on, qu’il ne souffrirait point une telle violation des traités et qu’il irait se placer sur le pont qu’on voulait faire sauter. — Malheur inévitable de la situation ! Personne ne, crut un mot de cette résistance à l’étranger, de la part d’un prince dont le retour se signalait déjà dans le Midi par le meurtre et la terreur ; quoi qu’il en fût, les Prussiens respectèrent le pont d’Iéna, et le Roi, qui s’était peut-être prononcé avec fermeté, ne réussit qu’à s’attirer l’épigramme suivante, qui, dès le même jour, circulait en cachette. Louis XVIII était, on le sait, d’une corpulence énorme; quelle bonne fortune pour l’opposition ! Voici l’épigramme en question, demeurée intacte en ma mémoire, ainsi que tout ce qui tient à cette mémorable époque des Cent Jours :

Venez, fiers Prussiens, sur le pont d’Iéna

Assouvissant votre orgueil misérable,

Vous venger du nom mémorable

Que la victoire lui donna.

Essayez ! Louis vous défie

De pouvoir le faire sauter;

Car pour nous, exposant sa vie,

Il a juré de s’y faire porter!

Tu resteras debout sur ta base imposante,

Noble pont; ne crains rien pour tes fiers piédestaux,

Sur ton pavé que Louis se présente…

Et l’on verra la mine avorter, impuissante ,

Sous un tel héroïsme… et sous tant de quintaux.

Je vis hélas ! Plus tard, le pillage du Musée [du Louvre]; j’ai vu les grenadiers hongrois porter sur de grossiers brancards les divines toiles des Raphaël, des Titien et des Dominiquin ; la main sauvage d’un pandour arrachait de leur piédestal les marbres sacrés qu’avaient fait respirer les Phidias et les Praxitèle, sous les formes d’Apollon, de Vénus et de Laocoon. Pour l’honneur de Paris, l’Autriche n’avait pu y trouver d’emballeur pour consommer son vol; ses soldats seuls lui servirent dans cet ignoble emploi. Pendant ce temps-là, l’arc-de-triomphe perdait ses trophées, ses reliefs lui étaient arrachés; des câbles grossiers garrottaient les chevaux de Venise, que de victoire en victoire la gloire avait menés de Corinthe à Paris. Là, un officier anglais, monté sur le monument, prenait en riant des poses dans le char où Napoléon ne s’était pas trouvé digne de figurer ! Voilà ce que je voyais douloureusement, d’une croisée du Musée, tandis que la cavalerie autrichienne gardait toutes les avenues du Carrousel. »

(E. LABRETONNIERE, « Macédoine. Souvenirs du quartier latin… » Lucien Marpon, Libraire-Editeur, 1863, pp.292-294).

( 11 juillet, 2018 )

Stendhal était-il à l’île d’Elbe en 1814 ?

Navire île Elbe

Henri Beyle, l’écrivain Stendhal, est-il passé à l’île d’Elbe alors que l’Empereur y séjournait ? A-t-il rencontré le Grand Homme ?

Dans une lettre adressée à sa sœur Pauline et datée de Florence le 24 septembre 1814, Stendhal écrit les mots suivant, malheureusement restés incomplets si l’on en croit une déchirure de papier mentionnée par H. Martineau le publicateur de cette « Correspondance » :

« En [allant] à Livourne, j’ai vu… à l’île d’Elbe… a reçu 16 millions… Angleterre. Il économise… que ton serviteur. »

(STENDHAL, « Correspondance (1812-1816) », tome IV, Le Divan, 1934, p.314).

———————

Le même H. Martineau dans « Calendrier de Stendhal » (Le Divan, 1950,  p. 149), ne mentionne ni le passage de Stendhal à Livourne, ni à l’île d’Elbe.  Victor Del Litto, autre biographe honorable de Stendhal, mentionne que du 29 août au 13 octobre 1814, le futur écrivain part de Gênes en bateau pour Livourne. (« La Vie de Stendhal », Editions du Sud / Editions Albin Michel, 1965 , p.178). L’île d’Elbe n’est pas citée.

Bien évidemment, j’ai consulté les témoignages de Marchand, Peyrusse, Ali, Pons (de l’Hérault); l’Itinéraire  de MM. Garros et Tulard, l’étude de Godlewski sur le séjour elbois de l’Empereur, mais en vain…

C.B.

( 10 juillet, 2018 )

Réflexions d’Henri Beyle (Stendhal) à propos de la seconde abdication de l’Empereur.

Le talentueux Henri Beyle, plus connu sous le nom de Stendhal (1783-1842)

Celui qui deviendra  un écrivain célèbre et qui a servi dans l’administration impériale, n’a pas accepté la défaite de Waterloo (plus loin, dans le même tome de son « Journal », à la page 282, il lit l’histoire des Stuarts par Hume et ajoute : « pour me consoler de la bataille de Mont-Saint-Jean »). Dans le tome cinquième de son « Journal » il porte le jugement suivant, à la date du 25 juillet 1815 :

« Le parti de l’éteignoir triomphe. Voilà un beau venez-y voir, dirais-je aux philosophe allemands, si en colère contre Bonaparte, si ces gens-là avaient assez d’esprit pour comprendre. Il ne me reste plus qu’un vœu, c’est que ces lâches habitants de Paris soient bien vexés par les soldats prussiens logés chez eux [comme en 1814, après la chute de Paris]. Les lâches ! On ne peut être malheureux, mais perdre l’honneur !

La haine de la tyrannie a égaré les Chambres. Il paraît qu’elles ont forcé Bonaparte à la démission, dans un moment où son grand nom était plus nécessaire que jamais. Lucien [frère de l’Empereur] avait raison, l’intérêt de la patrie était de mettre les chambres en prison pour un mois.  Peut-être Bonaparte, ne pouvant pas s’embraquer à Rochefort, ira-t-il se réfugier à l’armée qui est derrière la Loire à deux pas de lui. Tout ce qui se fera désormais en France devrait porter cette épigraphe : « A l’éteignoir ». Les bâtards doivent être bien contents. La France ne sera jamais heureuse que gouvernée par un souverain illégitime, c’est-à-dire qui tienne sa place de la constitution. Le duc d’Orléans [futur Louis-Philippe] serait bon aujourd’hui. Si l’on attend que la couronne lui échoie légitimement, il ne vaudra plus rien. »

(STENDHAL, « Journal, 1811-1823.V. Établissement du texte et préface par Henri Martineau », Paris, Le Divan, 1937, pp.277-280).

———–

J’en profite pour signaler que j’ai découvert que Stendhal ne supportait pas la personne du général Philippe de Ségur, auteur d’une histoire de la campagne de 1812. Selon l’auteur du « Rouge et le Noir » , Ségur s’attribuait bien des mérites, des blessures (contestables) reçues durant ses campagnes, ainsi qu’une flagornerie excessive à l’égard de Louis XVIII.  Tout cela est contenu dans les « Souvenirs d’égotisme » rédigés par Stendhal. Je n’ai pas trouvé trace (pour l’instant) d’une animosité similaire de la part du général de Ségur. J’aurais peut-être l’occasion d’y revenir .

C.B.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 juillet, 2018 )

Les femmes à l’armée sous l’Empire…

Sur les flancs de l'armée...

Déjà, pendant la Révolution, de nombreuses femmes avaient accompagné les volontaires aux armées, les unes par patriotisme, les autres par attachement conjugal ou encore par intérêt, supputant les profits d’un négoce de bivouac ou de…la prostitution.

Il en fut de même pendant l’Empire. « Beaucoup de femmes suivant leur mari aux armées, soit que, par tendresse conjugale, elles ne voulussent pas se séparer d’eux, soit que leur modeste fortune ne leur permit pas d’entretenir deux ménages », écrit Elzéar Blaze dans ses « Souvenirs ».Leur présence ne manquait pas de provoquer des complications ; en Espagne et au Portugal, Masséna traîna à sa suite sa maîtresse, « la poule à Masséna » disaient les soldats. Cette présence fit naître maints incidents. Pendant la campagne du Portugal, ordre fut donné d’arrêter la marche des troupes. La donzelle avait oublié à l’étape sa perruche et l’escadron de service dut faire demi-tour pour aller la chercher !Ce fait est raconté par le général Roch Godart dans ses « Mémoires ». Encore un incident parmi tant d’autres : « Le quartier-général du prince [d’Essling, Masséna] resta à Guarda jusqu’au 29 mars 1811, jour où il manqua d’être enlevé par l’ennemi, notamment sa maîtresse, pour la sûreté de laquelle il fallut se battre, dans les environs et aux portes de la ville, tandis qu’elle s’occupait à faire ses paquets et à monter en voiture » (« Souvenirs  de  guerre et de captivité d’un page de Napoléon », par le vicomte de Barral.  Un jeuneofficier conta un jour à un camarade une mission dont il fut chargé, et qui consistait à escorter une favorite. Il termina en disant : « Comprends-tu maintenant de quoi j’ai eu peur ? Suppose qu’une des balles qui me sifflaient aux oreilles m’eut dit un mot en passant. Il faudrait ajouter à mes états de service : Blessé en Espagne, le 20 octobre 1812, en escortant la maîtresse du général X…  Quelle honte !  L’épouse du général Dorsenne, escortée par un fort détachement de fantassins fit un jour presser la course.  Les soldats durent courir derrière la voiture, par une lourde chaleur, de Burgos à Torquemada, ce qui fit qu’à l’arrivée, 800 hommes durent entrer à l’hôpital (rapporté dans l’ouvrage de Jan Morvan, « Le soldat impérial »). A la bataille de Médina del Rio-Seco, en juillet 1808, « le général Lasalle avait avec lui se femme et sa petite fille. Mme Lasalle a été dans une position affreuse pendant la bataille ; on a rapporté au village où elle était restée, le colonel Piéton tué, deux chefs d’escadron du même corps dangereusement blessés. Elle les avait vu partir à côté  de son mari pour aller à l’ennemi. Emmener sa femme à la guerre est un véritable tort. » (« Journal » du maréchal de Castellane).  La femme d’un jeune capitaine, Dupin, quoi était sous les ordres de Murat à Madrid, rejoignit son mari en 1808 emmenant avec elle sa petite fille à peine âgée de cinq ans. Le récit de cette équipée nous est parvenu grâce à l’enfant qui signa plus tard ses récit d’un nom célèbre : George Sand.

« Plus nous avancions dans notre trajet, plus le spectacle de la guerre devenait terrible… Nous atteignîmes notre but sans catastrophe, ce qui est presque miraculeux… Nulle part les Français n’étaient en sûreté contre ces nouvelles vêpres siciliennes ; et ma mère, portant un enfant dans son sein, un autre dans ses bras  n’avait que trop de sujets de crainte. » Le retour en France de Mme Dupin, avec sa fillette et un nouveau-né, ne fut pas exempt de dangers et de privations…  « C’étaient les villages incendiés, des villes bombardées, des routes couvertes de morts, des fossés où nous cherchions une goutte d’eau pour étancher une soif brûlante, et où l’on voyait tout à coup surnager des caillots de sang.

C’était surtout l’horrible faim et une disette de  lus en plus menaçante ». (George Sand, « Histoire de ma vie »). Des épreuves plus cruelles encore étaient réservées à la plupart des femmes qui vivaient humblement avec la troupe et partageaient volontairement son sort.  « Voyageant sur la route, elles étaient exposées ainsi que nous aux coups de fusil, et lorsque leur escorte les livraient à la merci des brigands espagnols, elles subissaient les plus infâmes traitements », raconte Blaze dans ses souvenirs. Elles n’échappaient pas aux supplices. « Les femmes, loin d’être épargnées, sont en butte à d’effroyables représailles. Les guérilleros estiment que leurs souffrances seront les plus vivement ressenties ; ils espèrent que leurs cris de détresse terrifieront l’ennemi abhorré. Le viol, le meurtre, ne leur suffisent pas ; ils mutilent atrocement leurs victimes pour jouir de leur longue agonie… Ne furent-elles pas courageuses entre toutes les femmes, celles qui affrontèrent de tels périls ?

Il est impossible de prétendre que l’amour ou l’intérêt seuls les guidèrent aveuglément. Elles n’ignoraient pas les risques à courir sur les routes d’Espagne, mais elles avaient le goût de l’aventure et elles se connaissaient une énergie morale qui égalait celle du soldat », écrit Raoul Brice dans son étude intitulée « Les femmes et les armées de la Révolution et de l’Empire ».  C’est en vain que Napoléon, à plusieurs reprises, donna des instructions pour les écarter, et en termes parfois sévères, tels ceux de son ordre du jour de Wurtzbourg du 3 août 1806 :

« Sa Majesté ordonne que les femmes et toute espèces d’embarras soient dirigés sur les places désignées pour les petits dépôts des corps… » Néanmoins, les « embarras » persistèrent et, comme on l’a vu, notamment en Espagne.

La plupart des femmes qui suivirent le corps du général Dupont furent, comme les hommes, victimes de la capitulation et partagèrent le sort tragique des prisonniers à bord des pontons et, quelques-unes, sur l’île maudite de Cabrera, qui, parmi les rares survivants, laissa de si tragiques souvenirs. 

Jean LOUVOIS.

Texte publié en décembre 1963 dans le bulletin de la  Société Belge d’Etudes Napoléoniennes (N°45). 

( 9 juillet, 2018 )

Un grand rendez-vous pour tous les figurinistes en octobre prochain !

Grenade 2018

Site internet de l’association organisatrice: https://lagrenadederubelles.wordpress.com/

 

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 9 juillet, 2018 )

Un hameau nommé « Austerlitz »…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 9 juillet, 2018 )

Les PERTES FRANCAISES durant la CAMPAGNE d’ESPAGNE (1808-1814).

06505620.jpg

« L’écrivain Léon Meyniel, très bien disposé à l’égard de tout ce qui touche Napoléon estime que, dans l’affaire d’Espagne, les morts français s’élèveraient à 70 000. A quoi il y aurait lieu d’ajouter ceux des contingents étrangers, plus évidemment ceux de Cadix et de Cabrera. En tout donc à peu près 100 000. La proportion normale donnerait 200 000 blessés. Ce qui finalement aboutirait à un total de 300 000 hommes. Le lieutenant-colonel Clerc, lui, pense que nos pertes se sont élevées à 473 000 Français. Ce chiffre me paraître être trop fort pour les effectifs engagés.  Marbot est un témoin plus direct, au surplus sans aucun motif de partialité dans un sens ou dans l’autre.  Voici ce qu’il écrit : « Dans la péninsule ibérique, les français ont eu 200 000 hommes tués ou morts dans les hôpitaux ; auxquels il faut joindre les 60 000 perdus par nos alliés de diverses nations ».  A titre de comparaison, il est intéressant de remarquer que la guerre d’Espagne nous aurait, à nous seuls Français, coûté exactement deux fois plus que la guerre de 1870 alors que, au début du XIXème  siècle, notre pays était d’un tiers moins peuplé.  Quant aux Espagnols, ils calculent que, pour eux, ils auraient, d’une manière ou d’une autre, perdu 5 000 000 des leurs.  Pour une population total de douze millions d’âmes, la saignée se trouverait ainsi être très supérieure à celle de la France de 1914 à 1918.

On comprend qu’elle ait laissé un terrible souvenir ». 

Georges ROUX

(« Napoléon et le guêpier espagnol », Flammarion, 1970). 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 8 juillet, 2018 )

« Le Bulletin de l’Estafette »…

Demandez.

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 8 juillet, 2018 )

Un épisode de « Schulmeister, espion de l’Empereur »: « Le Maître d’école »

 

Schul

Cette série légendaire date des années 1970. Jacques Fabbri (1925-1997) y incarne le personnage de Schulmeister.

Image de prévisualisation YouTube

 

( 7 juillet, 2018 )

A l’île d’Elbe (été 1814).

Ile Elbe 2014

« 22 juin1814. Le colonel Mallet , commandant les grenadiers de la Garde, et moi, nous nous rendîmes à [La] Pianosa pour assister au débarquement de Sa Majesté. On ne trouva dans cette île, absolument déserte que quelques chevaux, qui parurent au premier abord être des chevaux sauvages. Nous apprîmes ensuite qu’ils appartenaient à des paysans Elbois qui les y transportaient pour les laisser paître en liberté dans les prairies. L’Empereur, après s’être assuré qu’il serait facile de transformer cette terre aride en champs de froment, ordonna des ouvrages défensifs et la construction d’un petit fortin, afin de mettre à l’abri des invasions des barbaresques la petite colonie d’agriculteurs qu’il voulait y envoyer.Déjà de toutes parts se déployaient une activité et une industrie jusqu’alors inconnues aux Elbois. Dès l’arrivée de Sa Majesté, son influence s’était répandue sur tout ce qui l’approchait. De belles routes étaient tracées ; les rochers commençaient à s’aplanir.Le palais de Sa Majesté était situé sur un rocher entre le fort Falcone et le fort de l’Etoile, dans le bastion des moulins. A notre arrivée, ce palais consistait en deux pavillons principaux qui servaient de logement aux officiers supérieurs du génie et de l’artillerie.

L’Empereur fit décorer l’intérieur des deux pavillons et élever le corps de logis qui les réunissait. Une superbe salle tenait tout le milieu de l’édifice. Elle était bâtie au premier étage et faisait partie de l’appartement destiné à la princesse Pauline. Sa Majesté occupait le rez-de-chaussée du palais. Mme Mère, arrivée à Porto-Ferrajo [Portoferraio], occupait une maison particulière en ville. De vieilles masures entouraient le palais ; elles furent démolies ; les moulins disparurent. L’un des longs bâtiments qui servait de logement aux officiers, masquait la vue ; il fut rasé jusqu’à la hauteur de la terrasse construite devant le château. Le général Drouot et mois nous nous établîmes dans le milieu de ce bâtiment. Sa Majesté fit l’acquisition d’un petit domaine appelé Saint-Martin. Il s’y trouvait une maisonnette que Sa Majesté fit agrandir et meubler avec goût, mais avec simplicité. La première fois que je visitai ce domaine, je vis l’Empereur occupé à détacher du grand ouvrage d’Egypte les belles gravures qui s’y trouvent,et donner ses soins pour qu’elles fussent collées sur les peints à la fresque. – « Avez-vous payé la maison, Peyrousse ? me dit Sa Majesté. – Oui, Sire. – Je suis donc il Maestro, me répondit Sa Majesté, ce sera la maison d’un bon bourgeois riche de quinze mille livres de rente. »

Cette maisonnette, placée au centre des vignobles très considérables, présentait un aspect des plus pittoresques. – « Je m’attends bien, me disait un jour Sa Majesté, que mes grognards vendangeront mes vignes avant moi. »

Presque tous les jours, quelque temps qu’il fît, Sa Majesté allait se promener à sa maison de campagne. Là, comme à la ville, l’Empereur ne dédaignait pas de s’occuper de l’administration intérieure de sa maison ; il se faisait rendre un compte exact de tout et entrait jusque dans les moindres détails d’économie domestique. A cet effet, son jardinier Hollard fut envoyé à Gênes pour y faire l’achat de mûriers, d’amandiers, de plantes potagères, de vaches et de tous les animaux nécessaires pour garnir la basse-cour. En attendant l’arrivée du brick l’Inconstant, dépêché pour faire ce transport, l’Empereur s’occupait avec son architecte Bargilli à faire disposer les terres pour la plantation des mûriers, des amandiers, et faisait construire les loges nécessaires pour la vacherie et la basse-cour. La campagne de Saint-Martin était le but de nos promenades ; Sa Majesté nous accueillait toujours avec une bienveillance flatteuse ; sans rien perdre de sa dignité, l’Empereur avait trouvé le secret de devenir simple particulier, et, près de lui, la conversation avait toute la liberté et tout l’abandon dont on aurait pu jouir à la campagne d’un ami.

Lorsque Sa Majesté recevait la visite de quelque étranger de marque, ce qui arrivait souvent, elle l’accueillait avec la même grâce et la même aménité que dans les temps de sa plus haute puissance ; elle était jalouse de lui faire les honneurs de sa maison des champs. Tous quittaient sa présence, pénétrés de l’admiration la plus vive pour un souverain qui, après avoir gouverné l’Europe, porté la gloire de son nom jusqu’aux extrémités du monde, venait, après plus de cent combats, véritable colosse de gloire et de génie, reposer sa tête illustre à l’ombre d’une maisonnette modeste, en s’élevant, par la hauteur de son caractère, au-dessus des caprices de l’aveugle fortune.

Parmi les hommes des différentes nations qui se rendaient à l’île d’Elbe, les Anglais, surtout, paraissaient attacher le plus haut prix à contempler l’Empereur, à l’entendre. Souvent on les a vus se rendre sur la route de Porto-Ferrajo [Portoferraio] à Saint-Martin, y attendre cinq à six heures Sa Majesté, et se rembarquer aussitôt après l’avoir vue. Lord Bentinck, lord Douglas, une infinité d’autres seigneurs, furent reçus, recherchés, fêtés ; tous durent rapporter chez eux les plus touchants souvenirs de l’accueil qu’ils avaient reçu .

L’un deux se promenait un matin avec Sa Majesté, qui, après le déjeuner, visitait à pied les plantations de mûriers qu’elle avait ordonnées ; le Grand-Maréchal, que j’avais accompagné à Saint-Martin, portait les dépêches du courrier. – « Sont-ce les journaux français ? Oui, Sire.Suis-je bien déchiré ?Non, Sire, il n’est pas question aujourd’hui de Votre Majesté. -  Allons, ce sera pour demain ; c’est une fièvre intermittente, ses accès passeront. »

L’Empereur se plaisait à causer avec ses grenadiers, dont il avait si bien compris le cœur ; il les rencontrait souvent dans ses vignes, sous ses figuiers. Comme tous les vieux soldats, ils ne paraissaient jamais contents, et par une de ces expressions qui peignent au soldat l’affection qu’on lui porte, beaucoup mieux que les plus belles phrases, il les appelait ses grognards. Un jour, vers les derniers temps, l’Empereur rencontra le sergent des sapeurs : – « Eh bien ! Grognard, tu t’ennuies ? Non, Sire, mais je ne m’amuse pas trop, toujours.Tu as tort, il faut prendre le temps comme il vient, et, lui mettant un napoléon dans la main, il s’éloigna en faisant sonner l’argent qu’il avait dans son gousset et en fredonnant l’air :

Ça ne durera pas toujours.

Ça ne durera pas toujours.

Dans la cave de Saint-Martin [maison de campagne de l’Empereur], il se trouvait quelques pièces de vin. Ayant été admis, après mon travail avec l’Empereur, à l’honneur de dîner avec Sa Majesté et quelques Génois, Anglais et Toscans, elle nous fit, dans des petits verres, les honneurs de son vin, qui devait nécessairement être trouvé très bon ; et comme il était dans son caractère de marquer tout au cachet de l’extraordinaire, Sa Majesté voulut que son maître d’hôtel désignât son vin rouge sous le titre de Côte de Rio, et son vin blanc sous le nom de Monte-Jove. Ces noms pompeux ne les rendaient pas meilleurs. Au surplus, l’Empereur ne contribuait pas à la consommation de son vin, Sa Majesté ne buvant que du Chambertin.

A la suite de ce dîner, on passa au salon, et là, j’ai entendu l’Empereur dire à un colonel anglais : « La guerre est quelquefois une de ces héroïques nécessités qui relèvent le moral du peuple et l’empêchent de s’atrophier dans de trop exclusives préoccupations d’intérêts matériels. »

(Guillaume PEYRUSSE, « Mémoires »).

————

Ce personnage occupait à cette époque les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses » (depuis le 11 mai 1814).

  

( 6 juillet, 2018 )

Une lettre de Russie…

96013519.jpg

Cette lettre est extraite du fameux recueil de celles interceptées pendant la campagne de 1812. Nous ne savons rien de son auteur, Auguste Bonet, si ce n’est qu’il était le frère du futur général Bonet, alors lieutenant en second dans les rangs du 3ème régiment d’artillerie à pied à l’armée de Catalogne.  Elle est adressée à sa mère, à Castres (Tarn). 

Smolensk, le 10 novembre 1812. 

Ma chère maman, écris-moi souvent et longuement, c’est le seul plaisir, la seule consolation qui me reste dans ce pays sauvage que la guerre a rendu désert. Heureusement enfin nous l’abandonnons. Nous voici déjà à près de 100 lieues de Moscou. Nous avons passé le plus mauvais et le plus stérile chemin. Les chevaux morts sur la route ont été aussitôt dévorés. La neige couvre déjà ces contrées ; la marche est pénible, mais à force de fatigues et de souffrances, l’armée se retire. Il paraît que nous irons passer l’hiver à Wilna et, quoiqu’à plus de 500 lieues de Paris, nous espérons rentrer dans notre patrie. Nous sommes déjà fort aises de nous trouver sur les anciennes limites de l’Europe. A quelques lieues d’ici sont les frontières de la Pologne, et ce n’est pas un léger plaisir de laisser derrière nous cette infernale Russie, que nous serons peut-être bien aises d’avoir vue tout en nous désespérant de la voir. Les plus vieux militaires n’ont jamais fait une campagne pareille à celle-ci. Tout ce que je vois me confirme dans les idées de retraite que mon dernier séjour à Castres m’a inspirées.

Adieu, ma chère maman ; je me porte bien, le séjour de Moscou ne m’a pas été favorable. Je t’embrasse de tout mon coeur, papa, mes sœurs. 

 A . BONET. 

( 5 juillet, 2018 )

Le jour au cours duquel le fils Las Cases cravacha Husdon Lowe…

Hudson_Lowe

Le fils de l’auteur du « Mémorial de Sainte-Hélène », a été un des plus jeunes témoins de la captivité de l’Empereur. Né en 1800, il  avait donc quinze ans au début de l’épisode hélénien [1]. Le 30 décembre 1816, son père et lui furent expulsés de l’île. Le texte qui suit est un des rares à aborder l’acte de violence à laquelle se livra Emmanuel de Las Cases sur la personne d’Hudson Lowe, en 1822 à Londres. Ecrit par un certain Gabriel Vauthier, il parut la première fois en 1923, dans la « Revue des Etudes Napoléoniennes ».   

C.B.         

Ci-dessus , portrait d’H. Lowe.                                                                             

On sait quel rôle Hudson Lowe joua auprès de Napoléon. L’Empereur ne fut pas le seul qui eut à souffrir de l’esprit mesquin et agressif de ce personnage. Ses plus dévoués serviteurs ne tardèrent pas à devenir suspects à ce geôlier. Las cases et son fils âgé de quinze ans furent bientôt éloignés de Sainte-Hélène et envoyés au Cap comme prisonniers. Ils y restèrent huit mois. Revenu en Europe, le jeune homme séjourna successivement en Belgique et en Allemagne ; en 1819, il put rentrer en France sous un nom supposé. Il avait toujours sur le cœur la conduite d’Hudson Lowe à l’égard de son père, de sa propre personne, et surtout de l’Empereur. En 1821, Hudson Lowe était revenu d’Angleterre, où on le mit à la tête d’un régiment, et où il fut bien accueilli par le public. Mais la vérité avait fini par filtrer, celle d’O’Meara, ‘Bonaparte en exil ou la voix de Sainte-Hélène’[2]. Cette même année, le fils de l’auteur ‘Mémorial ‘, Emmanuel, se rendit à Londres, et de sa cravache frappa Hudson Lowe en plein visage. Cet affront sanglant appelait une réparation : l’Anglais se tient coi. Or, le 13 novembre 1825, les journaux publiaient dans les faits divers le récit suivant : « La commune de Passy [3], près Paris, a été hier le théâtre d’un horrible attentat. M. Emmanuel de Las Cases, fils de M. le comte de Las Cases, y a été frappé la nuit de deux coups d’une arme à deux tranchants, l’une sur le cœur, auquel n’a échappé que par un bienfait tout particulier de la Providence, le coup ayant traversé son portefeuille et ne s’étant arrêté que sur un paquet de cartes de visite  dont plusieurs sont percées ; le second coup a produit une blessure grave à la cuisse droite, mais qui ne laisse à craindre néanmoins aucune suite fâcheuse. « M. Emmanuel de Las Cases sortait vers les huit heures et demie de chez son père, où il avait dîné, et retournait à Paris. Il avait fait à peine deux cents pas lorsqu’au coin d’une rue isolée -celle du Haut-Moulin [4]- et en communication avec la plaine, il s’est trouvé subitement assailli par deux scélérats. Il en a terrassé un, et allait atteindre l’autre, quand le mauvais état des chemins l’a fait tomber lui-même et a facilité l’évasion des meurtriers. La justice, saisie de cette affaire, est à la poursuite des coupables. » Le ‘Journal des Débats’, d’où est tirée cette citation, termine par ces mots : « M. de Las cases, n’ayant point d’ennemis, pense qu’on s’est trompé. » Cette dernière phrase est bien discrète ; il semble qu’elle ait été écrite à dessein pour empêcher de prononcer un nom que l’on ne tarde pas à avoir sur les lèvres. ‘Le Constitutionnel’ donne des détails plus circonstanciés : « M. de Las Cases se traîna vers la maison de son père, mais son sang coulait avec abondance ; il perdit ses forces et s’évanouit à quelques pas de la porte. Avant de sortir, il avait vu deux hommes à vingt pas auprès la maison. On ignore encore quel a pu être le motif de ce crime. La famille l’attribue à une vengeance particulière, et M. de Las Cases rapporte que l’homme qui l’a frappé parlait à peine français. Le maréchal des logis de la gendarmerie s’est aussitôt rendu sur les lieux pour dresser son procès-verbal et a ordonné une patrouille extraordinaire.

Des détachements de la Garde nationale ont aussitôt parcouru les rues de Passy. Jusqu’à présent toutes les recherches ont été infructueuses. » Cette vengeance particulière, la famille n’en ignorait pas l’auteur. Une citation empruntée par ‘Le Constitutionnel’ au ‘Courrier français ‘ donne ce nom en toutes lettres : « Sir Hudson Lowe, logeant à Paris, rue de Rivoli, Grand hôtel de Paris, avait en même temps un appartement à  Passy, rue Franklin, n°21, qu’i a occupé depuis le 29 octobre jusqu’au vendredi soir 11 novembre. Il a pris en  personne lundi 14 chez M. Laffitte des lettres de crédit sur la Turquie, et il a quitté Paris mardi 15 entre 6 et 7 heures du soir. La veille de son départ, il disait que, puisque la calomnie le poursuivait, il retarderait le voyage qu’il avait projeté jusqu’à ce qu’on eut reconnu les coupables. Le soir même du 11 novembre, jour de l’assassinat[5] de M. Emmanuel de Las Cases, deux hommes de mauvaise mine se présentent plusieurs fois chez M. Emmanuel, rue Neuve-du-Luxembourg, n°13,[6] et demandèrent à son portier s’il était allé à Passy, et à quelle heure. Tous ces détails sont rigoureusement exacts. » Ce qui est singulier, c’est que l’enquête judiciaire n’eut lieu que le 17 novembre : « Le procureur du roi et M. Brière-Valigny, juge d’instruction, dit ‘Le Moniteur’, se sont rendus hier (17) à Passy auprès de M. le baron de Las Cases, et ont procédé conjointement avec M. le baron Dupuytrens et M. le docteur Marc à l’examen des blessures de M. de Las Cases. Les cochers de cabriolets avaient été appelés hier à la préfecture de police pour faire leur déposition sur un fait qui se rattache à la tentative d’assassinat sur la personne de M. de Las Cases. Il paraît que l’on a su que, le 12 octobre, un cabriolet avait amené deux personnes à la porte de Franklin[7] et qu’il les y avait attendues depuis trois heures jusqu’à huit heures et demie. » Le départ précipité d’Hudson Lowe entraîna la presse à penser qu’il était l’auteur du guet-apens. Il fuit, mais ce n’est pas en Angleterre qu’il se rend ; il va en Allemagne, et le 19 novembre, les journaux signalent sa présence à Francfort. Il suivit un singulier chemin pour aller prendre possessions de ses nouvelles fonctions. En effet, il avait été nommé commandant des forces militaires à Ceylan, ce qui était un poste secondaire et une disgrâce. Ce n’était pas la première qu’il éprouvait, car on lui avait refusé une pension après son retour de Sainte-Hélène. Il voulait se venger avant de partir pour un pays où il était difficile de le poursuivre. Les journaux anglais cités par les nôtres s’occupèrent de l’affaire. « L’un d’eux, le ‘Star’, rejette sur ceux qu’il appelle ‘les bonapartistes’  l’assassinat de M. de Las Cases, parce que, dit-il, on voulait faire tomber les soupçons sur Hudson Lowe ».

L’affaire fut classée, et la presse ne parla plus de cet attentat. Les meurtriers restèrent donc inconnus. Rappelons qu’ Emmanuel de Las Cases fut député du Finistère sous Louis-Philippe et sénateur en 1852. Il mourut rue de la Pompe, le 8 juillet 1854.

  Gabriel VAUTHIER.


[1] Il était né le 8 juin 1800 à Vieux-Châtel, près de Brest (Finistère).

[2] Le témoignage du docteur irlandais O’Meara, qui fut publié à Paris, chez Plancher en fait en 1822  (en 2 volumes). Mais il y avait eu une première édition en 1819  chez Chaumerot.

[3]  Le petit village de Passy est une des communes qui furent annexées à Paris en 1860, sous Napoléon III. C’est aujourd’hui une partie (avec l’ancien village de Chaillot) du 16ème arrondissement nord.

[4] Très probablement la rue Scheffer actuelle (16ème arrondissement), appelée à cette époque la rue du Moulin.

[5] Terme un peu excessif, car Emmanuel de Las Cases, fut « juste » grièvement blessé…

[6] C’est actuellement  (2007), la rue Cambon (1er arrondissement).

[7] Appelée aussi à cette époque «Barrière de Franklin ».

( 4 juillet, 2018 )

Le général Eblé…

General_Jean_Baptiste_Eblé

« Je pense qu’il faut conférer au général Éblé le commandement en chef de cette immense artillerie ; il y verra une preuve spéciale de ma confiance »

(Napoléon au Ministre de la Guerre, Saint-Cloud, 23 novembre 1811).

( 3 juillet, 2018 )

1815, Napoléon en Amérique ?

09-538714« La première idée de l’Empereur, après sa chute, avait été de se rendre en Angleterre, et ce projet peut être regardé comme un hommage spontané rendu à la nation anglaise, qu’il n’aima pas, il est vrai, peut-être parce qu’il était forcé de l’estimer, mais enfin à qui il croyait devoir rendre justice. Il prêta ensuite l’oreille à la proposition qu’on lui fit de passer aux Etats-Unis d’Amérique ; un grand nombre de capitaines américains qui se trouvaient à Paris lui offrirent leurs vaisseaux. Mais Napoléon repoussa tout moyen qui eût donné à son éloignement l’apparence d’une fuite. Pressé cependant de prendre un parti, il se décida en faveur des Etats-Unis, et déclara qu’il était prêt à partir avec sa famille pour cette destination.

La commission du gouvernement provisoire sembla se prêter à l’exécution de cette détermination ; le ministre de la Marine reçut l’ordre de faire préparer deux frégates pour être mises à la disposition de Napoléon, ainsi qu’il le demandait. Fouché savait que ces dispositions étaient sans conséquence ; il savait qu’un sauf-conduit devait être demandé à lord Wellington, et qu’il ne serait pas accordé… L’Empereur était déjà le prisonnier des Anglais.

Sur ces entrefaites, les Autrichiens, les Russes et les Prussiens étaient arrivés pour la seconde fois sous les murs de Paris ; l’Empereur pouvait être enlevé à la Malmaison ; tout était en alarmes autour de lui. Le peu d’amis qui lui restaient le pressaient de songer à sa sûreté.

Le 29 juin, la commission du gouvernement provisoire pressa à son tour le départ de Napoléon qui, le même jour, monta en voiture à cinq heures du soir, et abandonna la Malmaison. Sa suite se composait de MM. Bertrand, Montholon, Gourgaud, Savary, Lallemand frères, Las Cases, Planat, Résigny ; la comtesse Bertrand accompagnait son époux ; Mme de Montholon voulut également s’attacher à la destinée hasardeuse du sien. L’Empereur coucha à Rambouillet, où il reçut un courrier, le 30, à la pointe du jour. Il ouvrit avec émotion les dépêches qu’on lui remettait et s’écria douloureusement après les avoir parcourues :

— C’est fini !… C’en est fait de la France !… Partons !

Napoléon ne s’arrêta plus qu’à Rochefort, où la signification de son exil sur le rocher de Sainte-Hélène lui fut notifiée… On sait le reste. »

DURAND (Sophie). « Mémoires sur Napoléon et Marie-Louise, 1810-1814. », Calmann-Lévy, Éditeur, 1886.

( 2 juillet, 2018 )

Après Waterloo…

Ombre 3

« Le général Lefol prit alors le commandement en chef du 3ème  corps d’armée, en remplacement de Vandamme, et nous partîmes, le 6 juillet, pour l’armée de la Loire, où nous fûmes licenciés deux mois après, le 8 septembre 1815, à Tulle (Corrèze). Mis à la demi-solde, je fus rejoindre ma famille; mais bientôt, vexé de toutes les manières, brutalisé en quelque sorte par les autorités d’alors, traité de brigand comme le furent tous les officiers de cette malheureuse et immortelle armée, croyant d’ailleurs que mon avenir militaire était perdu, je donnai de dépit ma démission, abandonnant une carrière qui m’offrait des chances si favorables, pour entrer à l’École préparatoire de Saint-Cyr que l’on recréait alors, et où je n’ai pas cessé d’être employé depuis. »

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.36-37)

 

( 1 juillet, 2018 )

Les événements de juillet 1815 à Paris, vus par John Hobhouse.

Hobhouse1

« Dimanche 2 juillet 1815.

L’affaire le général Exelmans a eue hier à Versailles a été plus chaude qu’on ne l’avait cru d’abord. La ville a été reprise par les Français, et deux régiments de cavalerie prussienne ont été détruits. Cet événement a été annoncé aux Chambres par un message des Tuileries. Un avis du Gouvernement annonce en outre que « l’on a reçu la nouvelle que les plénipotentiaires traitaient d’un armistice au quartier-général du duc de Wellington; les négociations continuent, mais les résultats n’en sont pas encore connus ». Le duc a refusé la suspension d’armes demandée par le prince d’Eckmühl [maréchal Davout] en termes fort civils; et le héros Blücher a fait un discours que, pour l’honneur de la France, on n’a pas jugé à propos de publier. Les passages suivants en sont extrêmement polis. « Paris et la France sont dans mes mains; je viens défendre les honnêtes gens contre la canaille. Je vous promets de ne pas traiter Paris comme vous avez traite Hambourg ».

Tout est parfaitement tranquille en ville ; le jardin des Tuileries est plus fréquenté que jamais, et depuis le boulevard de Montmartre jusqu’aux Bains chinois, il y a jusqu’à vingt-six cabinets pour les lecteurs des journaux, qui s’aident dans leurs spéculations des nombreuses cartes du théâtre de la guerre, c’est-à-dire de celles des environs de Paris, qui pendent à toutes les murailles. Le Théâtre Français et l’Opéra sont fermés, mais les autres spectacles continuent. Le nombre des paysans qui ont été chassés par l’ennemi est d’au  moins trente mille; leurs petites charrettes chargées de matelas et de meubles, dans lesquelles étaient assis les femmes, les en fans et les vieillards, parcourent encore les rues. Je ne sais où, ils trouvent à se loger. On ne craint pas encore de manquer de vivres. Il est entré hier douze cents bœufs venant de Poissy ; il est également arrivé de la Lorraine un grand nombre de charrettes de provisions. »

—-

« Lundi 3 juillet 1815, dans la nuit.

On a appris ce matin qu’il y à eu des affaire partielles hier à Nanterre, à Sèvres, et sur différents points de la rive droite de la Seine, entre Neuilly et Argenteuil; que Versailles avait été repris, et que le pont de Choisy était occupé par les Prussiens. Ceux-ci et les Anglais ont passé la nuit à se retrancher dans le bois de Meudon et de Verrières, et se sont avancés ce matin de bonne heure jusqu’aux villages de Vanves et d’Issy-, comme pour se préparer à une attaque générale des armées combinées sur la capitale: à 8 heures les deux armées étaient en présente ; les Français dans la plaine de Grenelle, et les alliés dans celle de Meudon. On a vu et entendu le feu pendant toute la nuit des hauteurs de Chaillot, qui étaient couvertes de monde, avec des lorgnettes d’approche. Une partie de la cavalerie de la garde., qui était restée au Champ-de-Mars, s’est mise en marche à onze heures , le long de la rive gauche de la Seine, et ils furent les derniers à prendre leurs positions, ce qui paraissait terminé à midi; les deux armées restent en ligne de bataille. Quelques corps d’infanterie, dont deux batailIons de la Haute-Marne, ont joint l’armée aujourd’hui. Les corps des généraux Lamarque et Travot cheminent vers la capitale. On disait après-midi qu’on était sur le point de livrer bataille. La foule, les regards empressés, et le silence de la multitude dans les jardins et sur les boulevards ; les groupes qui se forment autour de quelques dragons qui traînent leurs chevaux blessés, ou qui portent des ordres au quartier-général à la place ‘Vendôme; l’insocialité [sic] morne et solennelle des fortes patrouilles qui parcourent les rues sans musique les portes des maisons et des allées fermées, les croisées d’en haut ouvertes de temps en temps, et occupées par des femmes j lorsque le bruit du cheval d’un gendarme annonce quelque nouvelle ; tous les signes de l’inquiétude et de la crainte que l’on n’avait pas encore remarqués; même depuis le commencement du siège, se reconnaissaient au premier coup d’œil, une heure ou deux après que l’on a su que les deux armées étaient en présence. Plus d’une fois la foule s’est portée sur les lieux élevés des jardins et des places aux cris d’individus que la canonnade commençait. A quatre heures la bataille n’était pas encore commencée. J’allai voir votre amie Madame… et la trouvai dans les larmes. Je fus terrasse de la nouvelle qu’elle m’apprit. Son fils le lieutenant général venait de quitter l’armée ; tout était perdu Paris était rendu, ayant une armée dévouée de 80,000 hommes sous ses murs. Il était déterminé à dénoncer cette trahison et les traîtres, le soir même à la Chambre des pairs, en la quittant ; j’entendis la confirmation de cette nouvelle, et je fus instruit de la capitulation et de la dénonciation projetée; l’artillerie et les troupes commencent déjà à défiler par Paris pour effectuer leur retraite. La commission de Gouvernement a siégé aux Tuileries pendant toute la nuit, et ne s’est séparée qu’a sept heures du matin; il paraît que c’est pendant ce temps là que le baron Bignon et le comte de Bondy, préfet de la Seine, sont allés avec un drapeau parlementaire, au quartier-général des Alliés à Vanves, et de là à St.-Cloud, où la convention a été signée. »

—–

« Mercredi, 5 juillet 1815.

Les murs de Paris étaient couverts ce matin de placards d’une nature importante : la Capitulation, les remerciements des Chambres à l’armée de l’Ouest ; les remerciements à l’armée de Paris; et une proclamation du prince d’Essling [maréchal Masséna] à la garde nationale de Paris. Vous verrez par la capitulation ou convention, que les généraux en chef des armées anglaise et prussienne s’engagent à respecter les autorités actuelles, aussi longtemps qu’elles existeront. Dans les remerciements à l’armée, vous verrez que la proposition de M.Pénières relatives à la conservation des couleurs nationales y est rapportée, et que le prince d’Essling défend expressément &arborer d’autres couleurs que celles-là. Le service intérieur de la capitale restera confié à la garde nationale et à la gendarmerie municipale. Le tumulte d’hier n’a pas eu de suites fâcheuses; mais tant que l’armée n’aura pas toute entière atteint sa destination, il y aura toujours des prétextes, au moins, pour les mouvements que les fédérés chercheront à exciter. Les hommes en uniforme qui paraissaient hier les « plus acharnés à exciter le mécontentement, n’étaient pas militaires, à ce qu’on dit, mais des mécontents déguisés; et l’on convient partout que les soldats de la garde qu’on vit dans les rues, s’y comportèrent avec décence et dignité. Passant dans l’après-midi vis-à-vis le palais du Corps législatif, j’en vis toutes les marches du péristyle et toutes les issues remplies de gardes nationaux qui ne laissaient plus approcher personne dès que les tribunes étaient pleines. Un membre de ma connaissance, se rendant à la séance, me dit qu’il croyait qu’on était occupé à élire un roi; et ce bruit se soutint jusqu’au moment de l’apparition des journaux du soir, où l’on vit que les délibérations n’avaient été que préliminaires sans doute à cet acte, mais qu’il n’avait pas été question de procéder à l’élection. Nous nous demandons quel roi car on ne parle plus de la succession de Napoléon II, quoique le buste et le portrait de cet enfant soient étalés chez tous les marchands d’estampes. Le Journal de l’Empire parle enfin hardiment, et dit qu’il serait absurde de penser un autre souverain que Louis XVIII. Ce prince est à Compiègne, avec la garde nationale de la Flandre et de la Picardie, et l’on-dit que son frère le comte d’Artois est au quartier du duc de Wellington. Le nom du duc d’Orléans est encore une fois mis à la loterie des couronnes, car aujourd’hui même il circulait des bruits en: sa faveur. Le secret gardé par le Gouvernement et par ses agents, dans cette occasion) est vraiment admirable- Ils ont eu l’adresse de supprimer des journaux les deux proclamations de Louis XVIII, quoiqu’elles aient été montrées à 500 per sonnes au moins; et en faisant cela ils prouvent qu’ils savent mieux que ce monarque ce qui peut augmenter les chances en faveur de son élection comme roi constitutionnel; car tel est le dernier espoir de ceux qui paraissent connaître à quelle extrémité la France est réduite. Les séances des représentons font voir qu’ils sont déterminés à faire tous leurs efforts pour obtenir ce bonheur, qui, tout en blessant leur honneur à l’égard de Napoléon II, est cependant l’objet essentiel, et si l’on y parvient, il assurera pour jamais à la France les droits et les privilèges d’une nation libre et heureuse. Il serait étonnant vraiment que les patriotes pussent faire plus pour leur patrie, dans ce moment de détresse, que n’ont jamais pu faire les champions les plus heureux de l’indépendance nationale. La gloire de l’Angleterre sera complète, et son nom acquerra un lustre que ne donne pas la victoire, si son armée triomphante respecte ces législateurs , si elle encourage les efforts de ceux lesquels, au moment du péril, consacrent ce qu’on peut nommer leurs derniers instants, à la défense de la liberté et à la cause des races futures. La fortune a mis aux mains du duc de Wellington la faculté d’acheter sa réputation par une action réservée à lui seul parmi tous les conquérants, et digne du général d’un peuple libre et éclairé. Si la vérité parvient jusqu’à lui, elle y viendra par la bouche de ceux dont il se méfiait à juste titre; mais s’il se persuadait, ce que je crois très-possible, que la déclaration suivante des représentants parle le langage de la très-grande majorité des Français, comme elle parle celui de la liberté et du bon sens, je ne doute pas qu’à ses lauriers il ne voulût ajouter la couronne que l’on décerne à ceux qui savent sauver et épargner.[…]

————–

« Jeudi, 6 juillet 1815.

Aujourd’hui dans l’après-midi j’ai été témoin, à la barrière de l’Etoile, d’un événement dont l’histoire ne fournit pas d’exemple, la remise de la capitale de la France aux troupes anglaises ! Cela eut lieu à quatre heures et demie, et à la même heure toutes les-barrières de Paris étaient au pouvoir des alliés. Tandis que cela se passait, on distribuait un imprimé daté de la préfecture de police, signé Courtin, portant que les plénipotentiaires envoyés près des souverains alliés étaient de retour; que les conférences commencées à Haguenau étaient ajournées jusqu’à ce que le ministre anglais ait reçu ses pleins-pouvoirs, et qu’elles recommenceraient à Paris, où les souverains alliés et leurs ministres ne tarderaient pas à arriver. On y ajoute »que les souverains alliés, fidèles à leur déclaration, annoncent les intentions les plus libérales, et la détermination la plus décidée de n’imposer à la France aucune forme de gouvernement, mais de la laisser parfaitement libre sous ce rapport. Leurs plénipotentiaires ont donné là-dessus des assurances les plus positives. Les commissaires= français ont trouvé, dans tous les départements  qu’ils ont traversés, les meilleures dispositions; les habitants ont plutôt besoin d’être contenus qu’excités, et enfin la cocarde tricolore et la  cocarde nationale se montrent partout au milieu des armées ennemies. »  

Les plénipotentiaires ne sont donc pas retournés par St.-Denis, dont le clocher est surmonté d’un drapeau blanc, que je vois de ma croisée. Une circulaire du ministre de l’intérieur, insérée dans le Moniteur d’aujourd’hui, annonce aux Français « que l’ennemi s’est engagé solennelle ment de respecter les personnes et les propriétés publiques et particulières, leurs institutions,  leurs autorités, et les couleurs nationales. »

Avant que la Chambre se séparât hier soir, M. Bedoch annonça aux représentants qu’il avait vu M. le comte de Pontécoulant aux Tuileries. Il a dit « que les puissances avaient montré des dispositions favorables, et particulièrement  l’empereur Alexandre; qu’il avait entendu y souvent dire et répéter que l’intention des alliés n’était point de gêner la France dans le choix de son Gouvernement.» Ce rapport fut confirmé par le général Sébastiani, l’un des plénipotentiaires, qui était présent, et qui dit qu’il n’avait rien à y ajouter. Cependant, malgré toutes. ces assurances, on craint dans la Chambre qu’on ne fasse quelque tentative contre la représentation- nationale. Une discussion violente a eu lieu au sujet de l’ajournement. M. Regnault demanda que la séance ne fût pas levée, mais seulement suspendue; et M. Bedoch convint qu’il circulait un bruit d’un mouvement populaire, et que l’insurrection d’un parti était prête à faire explosion le lendemain; mais que les généraux .alliés, et surtout les Prussiens, avaient offert de la prévenir en employant leurs bataillons au maintien de la tranquillité publique, et à protéger la représentation nationale. Cette alarme était toute naturelle , mais on en revint bientôt. La -Chambre arrêta que ses commissaires près de l’armée partiraient le lendemain, et séjourna jusque huit heures ce matin. Chez les pairs il n’y a pas encore apparence de désertion; – et le comte Thibaudeau a proposé, d’envoyer un message au Gouvernement pour demander ce qui l’avait porté à faire usage de cette phrase : « une cause abandonnée par la fortune et par la volonté de la Nation. » Il paraît que ces mots un prince ont été omis dans quelques exem plaires de la proclamation. On a affiché aujourd’hui un ordre du maréchal prince d’Eckmühl, qui règle la retraite de l’armée sur Orléans et un autre du maréchal Masséna, qui enjoint à tous les membres de la garde nationale et à tout individu qui porte le chapeau retroussé, de porter la cocarde tricolore, sous peine d’être arrêté. On a arboré les couleurs nationales ce matin à la Chambre des représentants, sur le piédestal où la statue de Napoléon était encore hier matin. Cette cérémonie se fit au milieu des acclamations. Le même drapeau flotte sur tous les édifices publics, et l’on voit peu de personnes dans rues sans cet emblème révolutionnaire ;  cependant tous les journaux; à l’exception- du Moniteur, -de l’Indépendant et d’un Journal du Soir, ont repris leurs emblèmes royadistes; la Gazette de France donne même la proclamation que le Roi fit à Cambrai le 28 juin, et un autre journal assure que les plénipotentiaires ne virent jamais les souverains alliés. Je remarque en passant qu’on n’a jamais affirmé qu’ils les eussent vus. Le Journal de l’Empire insulte et; dénonce tous les patriotes, et cite particulièrement M. Dumolard par son nom. Une persévérance de deux jours de .plus de la part des patriotes leur fera rehausser le ton. Ces journaux sont tombés dans le dernier mépris; et une caricature représente leurs rédacteurs dans les attitudes de l’abjection et de la servitude. »

(J. HOBHOUSE, « Histoire des Cent-Jours ou Dernier règne de l’Empereur Napoléon. Lettres écrites de Paris depuis le 8 avril 1815 jusqu’au 20 juillet de la même année. », Paris, chez Domère, Libraire, 1819, pp.428-443)

 

 

12345...59
« Page Précédente  Page Suivante »
|