( 15 août, 2022 )

« Il n’est pas de NOM plus GLORIEUX que celui de NAPOLEON. »

droitsrservs.jpg

Il y a tout juste 253 ans, Napoléon Bonaparte ouvrait les yeux sur un monde qu’il allait marquer durablement de son empreinte impériale. Près de deux siècles et demi après sa naissance, l’Empereur peut être satisfait: on parle toujours de LUI… ! Voici un discours que prononça à la fin des années 1960, le Président de la République Georges Pompidou (1911-1974). Ajaccio était alors le théâtre en ce 15 août 1969, d’importantes festivités commémorant le bicentenaire de la naissance de Napoléon.

Ce jeune Corse sans fortune et sans ressources»

En ce jour où la Corse et avec elle la France entière célèbrent le deuxième centenaire de la naissance de Napoléon, remontons le cours de l’Histoire, suivons ce jeune Corse sans fortune et sans ressources, voyons-le prendre conscience de ses immenses possibilités puis, progressivement, les orienter vers la France jusqu’à s’identifier avec la Nation, la lier à son sort, la façonner à sa mesure, la marquer d’une empreinte aujourd’hui ineffacée. 15 août 1769, Un an plutôt, jour pour jour, Louis XV a proclamé la Corse partie intégrante de la couronne de France. Trois mois plus tôt, en Angleterre, est né le petit Arthur Wellesley, qui sera duc de Wellington. Ainsi le veut l’Histoire. Dans Ajaccio, petit bourg de 5 à 6000 habitants, Laetitia Ramolino, épouse de Charles Bonaparte, met au monde un fils pour lequel on ressuscite un vieux prénom peu usité, Napoléon.

«Ce nom mystérieux, dira plus tard l’Empereur, j’étais le seul à le porter en France. Il était doué d’une vertu virile, poétique et redondante.».

Qui donc, en ce 15 août 1769, aurait imaginé non seulement le génie de l’enfant qui venait de naître, mais que son destin se confondrait avec celui de la France à laquelle la Corse ne se sentait encore guère attachée ?  

« Je naquis quand la Patrie périssait. »

Charles Bonaparte avait participé passionnément à la lutte contre la domination génoise. Il se rallie, il est vrai, à l’autorité française, ce qui lui vaudra d’obtenir des bourses pour Joseph et pour Napoléon. Mais le patriotisme est puissant, la nation corse une réalité et il faudra de longues années pour que Napoléon, malgré et peut-être à cause de ses dissentiments avec Paoli, renonce à la tentation de jouer un rôle de premier plan dans une Corse indépendante. «Je naquis, écrit-il, en 1789, à Paoli, quand la patrie périssait». Et pourtant, il a été «écolier du Roi», c’est-à-dire boursier, en 1779 au collège d’Autun où il apprend le français puis à l’école de Brienne où il reste cinq ans, et en 1784 à l’École militaire de Paris. En 1785, son père meurt. La même année, il sort de l’École militaire avec le grade de lieutenant en second et est affecté au régiment d’artillerie de La Fère, qu’il a choisi probablement parce qu’il est en garnison à Valence, sur le chemin de la Corse. 

« Napoléon Bonaparte, âgé de vingt-quatre ans, est nommé général de brigade. »

En France, c’est la Révolution. Mais Napoléon ne se soucie que de la Corse. Il obtient permission sur permission qu’il prolonge sans scrupule à Ajaccio où il est en contact permanent avec les «patriotes».  En quatre ans, il passe trente-cinq mois dans l’Ile, indifférent, semble-t-il, aux événements qui bouleversent la France, ne prenant le parti des Montagnards que par amitié pour Saliceti et par hostilité pour Paoli avec qui les Bonaparte se sont définitivement brouillés. C’est même cette brouille qui oblige la famille à partir pour la France en juin 1793 et qui va orienter différemment la vie de Napoléon. La protection de Saliceti lui vaut d’être nommé chef de bataillon et de commander l’artillerie au siège de Toulon. Le 19 décembre 1793 son action permet aux armées de la République de s’emparer de la ville. Trois jours plus tard, Napoléon Bonaparte, âgé de vingt-quatre ans, est nommé général de brigade. 

« De ce jour un grand destin commence.»

Mais la France traverse de nouvelles épreuves. C’est la grande terreur, puis le 9 thermidor et l’exécution de Robespierre. Napoléon, un moment arrêté, doit à Barras de rentrer en grâce. C’est encore Barras qui lui confie la répression de l’insurrection parisienne du 13 vendémiaire. Le succès lui vaut d’être nommé général de division et enfin, le 2 mars 1796, commandant en chef de l’armée d’Italie. De ce jour, un grand destin commence.La prodigieuse campagne d’Italie va révéler à Napoléon son propre génie….Où se déroulera le destin pressenti ?La France n’en constitue pas encore l’objectif nécessaire, même si, par le commandement de l’armée d’Italie, elle lui en a insufflé la résolution et donné les moyens. Au moment même d’Arcole et de Rivoli, quand, ayant écrasé les Sardes, il chasse et pourchasse les armées de l’Autriche, Bonaparte lisant Machiavel écrit en marge : «Moi aussi je suis italien.». L’Italie a enfin reconnu son rédempteur.Sans aucun doute, le rêve du royaume d’Italie, qu’il réalisera d’ailleurs plus tard mais de surcroît, est-il à ce moment plus présent à son imagination que la domination de la France. Plus présent que tout ailleurs, l’attrait de l’aventure personnelle, donc pour un Méditerranéen féru d’histoire, la tentation de l’Orient et des grands espaces où se lancèrent et se perdirent souvent tous les grands conquérants, de Cyrus à Alexandre jusqu’à Tamerlan. C’est elle qui va le saisir lorsque, rentré en France, couvert de gloire, adulé du peuple parisien, chargé de préparer, déjà, le débarquement en Angleterre, il s’arrache tout à coup aux intrigues du Directoire, fait décider l’étrange expédition d’Égypte, s’embarque pour Alexandrie. Et c’est la victoire des Pyramides, l’entrée au Caire, la campagne de Syrie, la prise de Jaffa, la victoire du Mont-Thabor… 

« Je pourrais quelquefois te faire mentir ».

Ici se situe l’affaire de Saint-Jean d’Acre. Phélippeaux, camarade de Bonaparte à Brienne, et émigré, organise la défense contre l’armée française qui, privée de son artillerie lourde, ne peut enlever la place. Napoléon revient au Caire, décide de rentrer en France. « Les hommes ne font qu’imiter leurs prédécesseurs », disait Machiavel. «Je pourrais quelquefois te faire mentir.» commentait Bonaparte. Quelle part dans sa décision a pu avoir l’échec de Saint-Jean d’Acre ? Faut-il y voir la cause du renoncement au mirage oriental que Napoléon a si souvent évoqué ?Saint-Jean d’Acre a peut-être changé le cap de la destinée napoléonienne.Si cela est vrai, alors Phélippeaux fut l’agent de la Providence : car le retour d’Égypte, c’est vraiment le mariage de Napoléon avec la France. A partir du moment où il débarque à Fréjus de la frégate Muiron, le sort est jeté. C’est en France qu’il réalisera la haute ambition conçue après Lodi. C’est à la France qu’il imprimera sa marque. C’est avec la France et les Français qu’il conduira sa grande aventure. Du même coup et à sa suite la Corse deviendra française non plus par l’effet du traité entre Louis XV et gênes mais par le cœur et par l’épopée.Désormais Napoléon peut dire : «Je n’ai qu’une passion, qu’une maîtresse, c’est la France.» La France est d’ailleurs prête à se donner. Le Directoire sombre dans le désordre, l’impuissance et la corruption. Tout le monde complote, tout le monde attend un coup d’État. «Voilà notre homme !» s’écrie Moreau apprenant le retour d’Égypte. 

 « Il sera maître et seul maître ».

Bonaparte, de fait, n’hésite ni se dissimule. Ce n’est pas pour Sieyès qu’il travaille. «L’occasion viendra, soyons prêts à la saisir», avait-il écrit. Elle est venue. Il sera maître et seul maître. La France se livre à lui plus encore par passion de la gloire que par lassitude du désordre et de l’anarchie.Entre elle et lui tout est clair. «Ni elle, ni moi nous ne nous trompons plus.», dit-il superbement. Il sait qu’il a à sa disposition le pays le plus peuplé d’Europe, la meilleure armée du monde et une nation convaincue d’être la première. Il sait l’immense réservoir de forces révélé par la Révolution et qu’il peut tout demander à la France à condition de la faire rêver. 

«Je n’agis, dit-il, que sur les imaginations de la Nation. Lorsque ce moyen me manquera, je ne serai plus rien 

Là est le secret de la longue marche qui mènera Napoléon et les armées françaises à Rome et à Vienne, à Madrid et à Berlin, à Varsovie et à Moscou.Et si forte sera l’emprise sur les esprits qu’en dépit des pertes humaines, de la conscription et des impôts, en dépit même des défaites, après la retraite de Russie, et la campagne d’Allemagne, et l’invasion, et les Alliés à Paris malgré la merveilleuse campagne de France, il suffira que l’exilé de l’île d’Elbe débarque à Golfe-Juan pour qu’à nouveau la nation toute entière se rallie à lui et que l’aigle vole de clocher en clocher jusqu’à Notre-Dame. 

« De la victoire à la défaite, il n’y a qu’un pas ».

Que reste-t-il de cette longue suite de victoires qui débouche sur Waterloo dont on peut penser qu’il était inscrit dans les faits depuis Trafalgar ? C’est bien à tort que l’on reproche à Napoléon l’esprit de conquête. La suprématie maritime acquise par l’Angleterre condamnait littéralement l’Empereur à attaquer et à vaincre sans cesse, dans une lutte que son seul génie empêcha l’Europe entière, et à certains moments le Gouvernement anglais lui-même, de comprendre qu’elle était, dès le départ, désespérée. Mais malgré l’échec final, Napoléon n’a pas légué à la France que l’éclat d’une prodigieuse épopée militaire ; c’est ici qu’il faut rappeler que le Premier consul puis l’empereur a de ses mains pétri littéralement notre pays et nous a légué une nation où tout porte encore sa marque. 

 « Il n’est pas de nom plus glorieux que celui de Napoléon ».

C’est à lui que nous devons l’essentiel des institutions qui, au travers des siècles et en dépit des évolutions indispensables, constituent encore l’armature de notre pays. C’est lui qui a contraint les Français, déchirés et coupés les uns des autres par la tourmente révolutionnaire, non pas à oublier leurs divisions mais à les dominer et à refaire l’unité nationale. Et c’est pourquoi aujourd’hui, dans cette ville où il est né, dans cette île dont il est l’orgueil, le Président de la République célèbre la mémoire de l’Empereur en présence de celui sur qui repose l’héritage d’un nom prestigieux [Le Prince Napoléon (1914-1997)].

Car nos gloires n’appartiennent qu’à la France et il n’est pas de nom plus glorieux que celui de Napoléon.» 

GEORGES POMPIDOU 

Président de la République Française. Ajaccio, le 15 août 1969. 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 7 janvier, 2022 )

Ne pas oublier quelques livres fondamentaux sur l’Empire !

MON PROCHAIN LIVRE...

La LIBRAIRIE DES CORDELIERS, à ROMANS (Drôme) , en indique plusieurs, réalisés par votre serviteur  !

C’est ici: 

https://www.librairiedescordeliers.fr/personne/personne/christophe-bourachot/624678/contributions/auteur/

Publié dans INFO,ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 1 janvier, 2022 )

Bonne année 2022 !

Steuben 1810.

Je vous présente, ainsi qu’à ceux qui vous sont chers, tous mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année.

Je profite de ce message afin de vous remercier de votre fidélité à mon « Estafette », créée en 2009.

Bien cordialement.

                                                                                           C.B.

                                                                                         contact.lestafette@gmail.com 

                                                    

 

                                                                                                                                             

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 25 décembre, 2021 )

Noël: fête religieuse, jour sacré !

Noël 2016

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 8 septembre, 2021 )

Au revoir Thierry !

Thierry Choffat

Le monde napoléonien est en deuil. M. Thierry Choffat, grand napoléonien  (et bonapartiste) devant l’Eternel, est décédé le 6 septembre.  Président des Vosges napoléoniennes, membre du Souvenir Napoléonien (et de son comité directeur), je l’avais connu en 1993, à Paris, lorsque j’animais les Jeunes du SN.  Depuis, nous étions toujours restés en contact.

Thierry faisait partie de ces passionnés, lesquels par leur énergie, parviennent à transmettre leur enthousiasme.  D’un esprit sans cesse en mouvement, il avait toujours porté la plus grande attention à mes différents ouvrages et s’en était fait l’écho ci et là.

D’une érudition hors-pair, Thierry était resté le même au fil des années: sympathique, accessible à tous et surtout d’une modestie exemplaire, ne cherchant pas à se mettre en valeur.

Il manquera à la Grande-Armée des passionnés du Premier Empire.

Au revoir Thierry ! 

C.B.

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 1 septembre, 2021 )

1821-2021… »Avec Napoléon à Sainte-Hélène »: une valeur sûre de la Librairie Fontaine !

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 août, 2021 )

En vente dans tous les bonnes librairies, mais aussi sur le net

Avec-Napoleon-a-Sainte-Helene

Retrouvez TOUS les témoignages essentiels de ceux qui ont partagé le séjour de NAPOLEON à SAINTE-HELENE, y compris un certain nombre de récits anglais et qui n’avaient jamais été traduits en Français ! 

PUBLIE AUX EDITIONS DE L’ARTILLEUR 

 

 

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 juillet, 2021 )

EN VENTE EN LIBRAIRIE !

IMG_20210709_150144

EN VENTE (DEPUIS LE 7 JUILLET) DANS TOUTES LES BONNES LIBRAIRIES DE L’EMPIRE FRANCAIS ET SUR LE NET ! 

 

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 juin, 2021 )

A paraître prochainement…

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 mai, 2021 )

IL Y A 200 ANS…

Napoléon

Le 5 mai 1821, s’éteignait, à  l’île de Sainte-Hélène, le grand NAPOLEON …

 

Publié dans A LA UNE !,ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2021 )

« SAINTE-HELENE, PETITE ILE… »

Retrouvez tous les témoignages essentiels sur le captivité de Napoléon,

y compris ceux émanant de témoins anglais et qui n’avaient jamais été traduits en français ! 

Mon prochain livre est à paraître le 5 mai prochain aux Editions de l’Artilleur ! 

PARUTION LE 31 MARS 2021

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 décembre, 2020 )

Il y a 80 ANS L’AIGLON RETROUVAIT ENFIN SON PÈRE…

cercueilroideromeavant1969.jpg

Il y a 80 ans, le 15 décembre 1940, Napoléon retrouvait enfin son fils. Hitler faisait transférer le corps de l’Aiglon de Vienne à  Paris. Le Chancelier du Reich espérait par cette initiative, récupérer l’opinion des français.

Mais ceux-ci connaissaient alors bien d’autres soucis…

Ils raillèrent ce geste par cette tirade : « Nous manquons de charbon et les Allemands nous rendent des cendres.. ». Il faudra attendre 1969 afin qu’André Malraux, alors Secrétaire d’État aux Affaires culturelles, ordonne que l’on creuse le tombeau dans lequel le Fils de l’Homme reposera enfin…  Il faut savoir que dès 1932, année du centenaire de la mort de l’Aiglon, l’idée d’un rapatriement du corps de Napoléon II avait été évoquée dans les milieux politiques et historiques, mais sans aucune suite.

Il est également navrant que la France, vainqueur du conflit de 1914-1918, n’ait point songé à demander à ce moment-là le transfert des cendres du fils de l’Empereur…

Les photos qui suivent sont extraites du numéro du magazine « l’Illustration » du 21 décembre 1940.

Photo 1: Deux soldats allemands montent la garde devant l’entrée du wagon où se trouve le cercueil de l’Aiglon. Nous sommes à la Gare de l’Est. Photo 2: Une vue de ce même cercueil dans le wagon. Photo 3: A partir de minuit, le 15 décembre 1940, les allemands extraient le cercueil de son wagon. Photo 4: Toujours devant la Gare de l’Est. Le cercueil est placé sur un affût d’artillerie qui sera tracté par un véhicule allemand de transport troupes. Le fils de l’Empereur faisant son entrée dans un convoi de militaires ennemis, cela ne manque pas d’amertume… 

Photo 5: Le convoi arrive à 1h20 (du matin), aux Invalides. Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à  Paris remet au nom du Führer le corps de l’Aiglon à l’amiral Darlan, représentant le gouvernement français.  Le cercueil est alors pris en charge par des gardes républicains (français). Ce dessin de Serge Ivanoff nous montre le convoi devant les marches de l’entrée du Dôme. 

Photo 6: Suite de la scène précédente : le cercueil , toujours porté par les gardes républicains, va être placé sur les marches de l’autel. Cette cérémonie nocturne s’achève à 2 heures. Napoléon II est désormais veillé par les gardes républicains en grande tenue. Il sera disposé , après la grande cérémonie officiel, dans la chapelle où se trouve Jérôme Bonaparte. Il y restera près de trente années…      

snb146801.jpg

 snb14685.jpg

 snb14686.jpg

snb14688.jpg

snb14694.jpg

  snb14695.jpg

snb14691.jpg

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
1234
Page Suivante »
|