( 7 janvier, 2022 )

Ne pas oublier quelques livres fondamentaux sur l’Empire !

MON PROCHAIN LIVRE...

La LIBRAIRIE DES CORDELIERS, à ROMANS (Drôme) , en indique plusieurs, réalisés par votre serviteur  !

C’est ici: 

https://www.librairiedescordeliers.fr/personne/personne/christophe-bourachot/624678/contributions/auteur/

Publié dans INFO,ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 1 janvier, 2022 )

Bonne année 2022 !

Steuben 1810.

Je vous présente, ainsi qu’à ceux qui vous sont chers, tous mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année.

Je profite de ce message afin de vous remercier de votre fidélité à mon « Estafette », créée en 2009.

Bien cordialement.

                                                                                           C.B.

                                                                                         contact.lestafette@gmail.com 

                                                    

 

                                                                                                                                             

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 25 décembre, 2021 )

Noël: fête religieuse, jour sacré !

Noël 2016

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 8 septembre, 2021 )

Au revoir Thierry !

Thierry Choffat

Le monde napoléonien est en deuil. M. Thierry Choffat, grand napoléonien  (et bonapartiste) devant l’Eternel, est décédé le 6 septembre.  Président des Vosges napoléoniennes, membre du Souvenir Napoléonien (et de son comité directeur), je l’avais connu en 1993, à Paris, lorsque j’animais les Jeunes du SN.  Depuis, nous étions toujours restés en contact.

Thierry faisait partie de ces passionnés, lesquels par leur énergie, parviennent à transmettre leur enthousiasme.  D’un esprit sans cesse en mouvement, il avait toujours porté la plus grande attention à mes différents ouvrages et s’en était fait l’écho ci et là.

D’une érudition hors-pair, Thierry était resté le même au fil des années: sympathique, accessible à tous et surtout d’une modestie exemplaire, ne cherchant pas à se mettre en valeur.

Il manquera à la Grande-Armée des passionnés du Premier Empire.

Au revoir Thierry ! 

C.B.

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 1 septembre, 2021 )

1821-2021… »Avec Napoléon à Sainte-Hélène »: une valeur sûre de la Librairie Fontaine !

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 août, 2021 )

En vente dans tous les bonnes librairies, mais aussi sur le net

Avec-Napoleon-a-Sainte-Helene

Retrouvez TOUS les témoignages essentiels de ceux qui ont partagé le séjour de NAPOLEON à SAINTE-HELENE, y compris un certain nombre de récits anglais et qui n’avaient jamais été traduits en Français ! 

PUBLIE AUX EDITIONS DE L’ARTILLEUR 

 

 

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 juillet, 2021 )

EN VENTE EN LIBRAIRIE !

IMG_20210709_150144

EN VENTE (DEPUIS LE 7 JUILLET) DANS TOUTES LES BONNES LIBRAIRIES DE L’EMPIRE FRANCAIS ET SUR LE NET ! 

 

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 juin, 2021 )

A paraître prochainement…

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 mai, 2021 )

IL Y A 200 ANS…

Napoléon

Le 5 mai 1821, s’éteignait, à  l’île de Sainte-Hélène, le grand NAPOLEON …

 

Publié dans A LA UNE !,ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2021 )

« SAINTE-HELENE, PETITE ILE… »

Retrouvez tous les témoignages essentiels sur le captivité de Napoléon,

y compris ceux émanant de témoins anglais et qui n’avaient jamais été traduits en français ! 

Mon prochain livre est à paraître le 5 mai prochain aux Editions de l’Artilleur ! 

PARUTION LE 31 MARS 2021

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 décembre, 2020 )

Il y a 80 ANS L’AIGLON RETROUVAIT ENFIN SON PÈRE…

cercueilroideromeavant1969.jpg

Il y a 80 ans, le 15 décembre 1940, Napoléon retrouvait enfin son fils. Hitler faisait transférer le corps de l’Aiglon de Vienne à  Paris. Le Chancelier du Reich espérait par cette initiative, récupérer l’opinion des français.

Mais ceux-ci connaissaient alors bien d’autres soucis…

Ils raillèrent ce geste par cette tirade : « Nous manquons de charbon et les Allemands nous rendent des cendres.. ». Il faudra attendre 1969 afin qu’André Malraux, alors Secrétaire d’État aux Affaires culturelles, ordonne que l’on creuse le tombeau dans lequel le Fils de l’Homme reposera enfin…  Il faut savoir que dès 1932, année du centenaire de la mort de l’Aiglon, l’idée d’un rapatriement du corps de Napoléon II avait été évoquée dans les milieux politiques et historiques, mais sans aucune suite.

Il est également navrant que la France, vainqueur du conflit de 1914-1918, n’ait point songé à demander à ce moment-là le transfert des cendres du fils de l’Empereur…

Les photos qui suivent sont extraites du numéro du magazine « l’Illustration » du 21 décembre 1940.

Photo 1: Deux soldats allemands montent la garde devant l’entrée du wagon où se trouve le cercueil de l’Aiglon. Nous sommes à la Gare de l’Est. Photo 2: Une vue de ce même cercueil dans le wagon. Photo 3: A partir de minuit, le 15 décembre 1940, les allemands extraient le cercueil de son wagon. Photo 4: Toujours devant la Gare de l’Est. Le cercueil est placé sur un affût d’artillerie qui sera tracté par un véhicule allemand de transport troupes. Le fils de l’Empereur faisant son entrée dans un convoi de militaires ennemis, cela ne manque pas d’amertume… 

Photo 5: Le convoi arrive à 1h20 (du matin), aux Invalides. Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à  Paris remet au nom du Führer le corps de l’Aiglon à l’amiral Darlan, représentant le gouvernement français.  Le cercueil est alors pris en charge par des gardes républicains (français). Ce dessin de Serge Ivanoff nous montre le convoi devant les marches de l’entrée du Dôme. 

Photo 6: Suite de la scène précédente : le cercueil , toujours porté par les gardes républicains, va être placé sur les marches de l’autel. Cette cérémonie nocturne s’achève à 2 heures. Napoléon II est désormais veillé par les gardes républicains en grande tenue. Il sera disposé , après la grande cérémonie officiel, dans la chapelle où se trouve Jérôme Bonaparte. Il y restera près de trente années…      

snb146801.jpg

 snb14685.jpg

 snb14686.jpg

snb14688.jpg

snb14694.jpg

  snb14695.jpg

snb14691.jpg

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 15 août, 2020 )

« Son nom fut une puissance. » Il y a 250 ans naissait Napoléon.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

« Napoléon fut appelé grand. Je l’appelle avec conviction un homme extraordinaire. Après le feu le plus meurtrier, la canonnade la plus vive et la plus soutenue toute la journée, les chances variées de la bataille dans les journées d’Essling, de Wagram, dans les désastres inouïs  de la retraite de Russie, dans les journées cruelles de Bautzen, dans le combat sous Dresde, devant Leipzick [Leipzig], lors de la rupture des ponts sur l’Ester [Elster], et à Esling [Essling], j’ai vu S.M. rentrer le soir dans son quartier calme, froid, impassible. Nous avions été dans ces journées ahuris sous l’alternative cruelle des feux de mousqueterie s’éloignant et se rapprochant : le calme renaissait dans nos esprits en voyant S.M. traverser le salon et donner ses ordres avec une liberté d’esprit, une sérénité de visage qui nous rassurait.

J’admirais en lui l’homme qui a tout dû à lui-même, qui a remporté tant de victoires, subjugué tant d’états, conquis le pouvoir le plus absolu sur une grande nation, qui a semé des couronnes et qui a sans contredit le plus marqué dans son siècle. Son nom fut une puissance. Les maux que soixante victoires ont laissés dans les familles européennes sont oubliés. C’est à la postérité à le juger et aux siècles futurs à admirer cet homme extraordinaire et à se rappeler que le gouvernement anglais a eu pour lui pendant le temps de sa détention à Sainte-Hélène un luxe d’inhumanité. S.M. avait été invincible jusqu’en 1812.

 Tant de prospérité ne pouvaient durer. La nature se chargea du soin de venger tous ses ennemis… : en une nuit de glace tout changea. Le monde s’ébranla. Des nuées d’ennemis nous entourèrent. L’Europe conservera un souvenir éternel de nos désastres et de nos victoires.[1] »

Guillaume PEYRUSSE.

Ce personnage occupait depuis le 11 mai 1814, les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ». Il devint, durant les Cent-Jours, Trésorier général de la Couronne.


[1]  « Dans l’œuvre immense de Napoléon, tout n’était pas fait pour lui survivre ; le monde et la France même qu’il avait rendue trop redoutable, devaient reculer devant une partie de son héritage. Son rapide passage sur le globe n’y laisse pas moins des traces ineffaçables. Aucune époque de notre histoire n’atteste mieux que ses quatorze années de règne, les actes de courage, les efforts, les sacrifices dont la France est capable, et l’entraînement qu’un grand homme peut exercer sur elle. Napoléon a fait des fautes ; plus qu’un autre peut-être, j’en ai gémi, parce qu’aussi, plus qu’un autre, j’aurais voulu être entièrement à mon aise dans mon admiration et mon attachement pour lui. » (Mollien, « Mémoires… », Tome III, pp.433-434).

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
1234
Page Suivante »
|