( 17 juin, 2018 )

Légendes et erreurs [au sujet du séjour de Napoléon au Caillou la veille de la bataille de Waterloo et d’autres faits]

Ferme Caillou

Voici un article intéressant, extrait du Bulletin de la société Belge d’Études Napoléoniennes n°30, de juin 1959. Il n’est pas signé. Il souligne les erreurs commises par deux historiens renommés au sujet de l’emploi du temps de Napoléon, à la Ferme du Caillou, la veille de la bataille de Waterloo. J’ai ajouté à la fin, les références des ouvrages cités par l’auteur.

« Dans le n°5 de notre Bulletin (juin 1952), un article du regretté historien Winand Aerts, le grand spécialiste de Waterloo, faisait justice de quelques légendes nées on ne sait comment, acceptées par des historiens et prenant désormais la place de la vérité. C’est ainsi qu’il démontrait péremptoirement que Napoléon, dans la nuit du 17 au 18 juin 1815, celle précédent Waterloo, n’avait pas quitté Le Caillou pour faire une reconnaissance du terrain, à pied, avec le grand-maréchal Bertrand et le page Gudin. Cette légende était déjà contredite par les « Souvenirs » du mameluck Ali. A la solide argumentation de Winand Aerts devait se joindre un peu plus tard un témoignage de la première importance : celui du valet de chambre de l’Empereur, Marchand, qui, dans ses « mémoires » (tome I) publiés en 1952, conte en détail la nuit de Napoléon, nuit passée dans son lit et sans sortie.

Dans son remarquable ouvrage, « Les Cent-Jours », Louis Madelin a néanmoins repris la légende, faisant sortir l’Empereur à 2 heures du matin ; l’éminent et regretté académicien a préféré s’en tenir à la relation de l’Empereur, manifestement « arrangée » plus tard à Sainte-Hélène. Mais pourquoi, en publiant son livre en 1954 négligea-t-il le récit sensationnel de Marchand publié deux ans plus tôt ? Or, Louis Madelin, n’ignorait pas les « Mémoires » du valet de chambre puisqu’il les cite quelques pages plus loin. D’ailleurs, il estimait que « peut-être, aurait-il (Napoléon) mieux fait de se reposer ». Justement, Marchand précise que Napoléon, couché peu après son arrivée au Caillou, est resté au lit pendant toute la nuit, ce qui, d’ailleurs, ne devait pas l’empêcher de s’inquiéter du temps en questionnant le valet de chambre, de faire venir Gourgaud pour lui dire d’aller reconnaître le terrain. (Il ne le reconnaît donc pas lui-même). L’Empereur reçoit aussi Drouot, et marchand ajoute : «  Après ce rapport, l’Empereur continua de rester dans son lit… L’Empereur se leva de bonne heure et vit avec plaisir le temps s’éclaircir… Il se promena longuement de long en large dans cette chambre, les mains derrière le dos, il prit des ciseaux, les tourna autour de ses ongles, paraissant bien plus occupé de la bataille qui allait s’engager que de ce détail de toilette ; il s’approchait souvent de la fenêtre et regardait l’état du ciel ; sa barbe faite, il s’habilla et fit demander le général Gourgaud qu’il fit encore écrire sous sa dictée. A 9 heures, l’Empereur demanda son déjeuner. »

Voici donc Louis Madelin en contradiction avec l’un des principaux témoins oculaires, et l’un des plus sérieux. Mais à la suite de son récit, il ajoutera, pour notre surprise, une bien singulière invention. En effet, ayant conté le départ du Caillou de l’Empereur, dans la matinée, afin d’assister au défilé des troupes, Madelin fait ensuite retourner Napoléon au Caillou pour… dormir ! « Ce défilé  terminé, écrit-il, et pendant que les troupes prenaient leurs positions de départ, l’Empereur se jeta sur son lit, priant qu’on ne le réveillât qu’à onze heures. » Ceci est pour le moins inattendu. Consultons la montre, tout d’abord. L’Empereur déjeune vers 9 heures ; après cela il fait étalier les cartes et commente son plan de bataille pour Jérôme, Ney, Reille, etc. Ensuite, il reçoit le fermier Boucquéau. Puis il monte à cheval. Déjeuner, exposé stratégique (et vive discussion avec Soult), entretien avec le fermier, tout cela lui prend bien une heure. Il va à cheval vers Rossomme, il y assiste au défilé des troupes. Trajet, défilé et retour au Caillou lui prennent certainement une autre heure. Il est onze heures ! Et Louis Madelin plaçait lui-même l’Empereur à 11 heures, beaucoup plus loin : à la Belle-Alliance !

Quand a-t-il donc dormi ?

Ce qui ne tient pas devant la montre, ne tient pas plus au raisonnement. Après avoir été si impatient durant toute la nuit, si pressé d’engager le combat, l’Empereur voit enfin ses troupes prendre position et… il va se coucher ! Il se met au lit au moment d’engager la plus décisive des batailles ! On serait curieux de savoir d’après quel document Louis Madelin a pu reprendre pareil conte. On ne le saura jamais, d’ailleurs : ce témoignage n’existe pas. Le mameluck Ali, qui n’en conte pas, lui, et qui ne quitte pas l’Empereur, dit bien clairement : « Quand tous les corps eurent opéré leurs mouvements, il parcourut les rangs où il fut accueilli avec enthousiasme ; après quoi il vint s’établir sur une hauteur en arrière de Rossomme. L’action commença au parc [verger] d’Hougoumont ». Tous les autres témoignages des témoins présents concordent. Tout le monde a vu l’Empereur sur le terrain ; personne n’a vu le dormeur fantôme au Caillou. Avec Ali, il y a Marchand, le fermier Boucquéau et son fils, le secrétaire Fleury de Chaboulon, le commandant Duuring, etc., etc., etc. 

Peut-être dira-t-on que ce sont là des détails secondaires. Il n’y a rien de négligeable dans le comportement de Napoléon pendant cette grande journée ; en outre, faut-il, en matière d’Histoire, faire fi des précisions mineures ? Si un historien-et lequel ! Puisqu’il s’agit de Louis Madelin-donne ces indications c’est aussi qu’il y attache lui-même de l’importance. Dès lors, les erreurs ont, elles aussi, de l’importance.

Encore à ce propos de Waterloo, nous ressentons une certaine surprise en lisant un autre ouvrage, « le Secret de Waterloo » du commandant Henry Lachouque. Cet ouvrage, écrit avec verve, certes, de l’intérêt, quoique l’historien militaire belge M. Henri Bernard, professeur à l’École Royale Militaire, ait pu dire avec raison : « Nous avouons ne pas avoir compris quel était ce Secret ». Pourquoi faut-il trouver dans ce livre où il y a de « bons moments », et dans lequel Louis Madelin prit fréquemment sa documentation, de ces erreurs « mineures » que l’on est en droit déplorer ?

Signalant que, dans la nuit du 17 au 18 juin 1815, couchèrent à Genappe, en l’Auberge du Roi d’Espagne, le prince Jérôme, le général Reille et ses divisionnaires, le commandant Lachouque ajoute du pittoresque en racontant que de nombreux officiers « se rendent  à l’hôtel du Roi d’Espagne où un bal impromptu est organisé; les dames de la ville accourent l’on dansera fort avant dans la nuit… Pourquoi pas ? » Où le commandant Lachouque a-t-il trouvé cela ? Nous ne le suivrons pas dans ces joyeux quadrilles car il nous faudrait, pour cela, oublier que pendant toute la journée la bataille a fait rage, tout près de là, aux Quatre-Bras, que Genappe est envahie de blessés et de moribonds et que Reille et ses généraux sortent à peine d’un sanglant combat pour marcher, tôt le lendemain, vers une nouvelle bataille. Légendes et erreurs [au sujet du séjour de Napoléon au Caillou la veille de la bataille de Waterloo et d’autres faits] dans JOURS D'EPOPEE Waterloo-300x196Il est bien peu vraisemblable que le prince et ces généraux aient toléré que s’improvise une telle fête en ces circonstances et dans le lieu où ils prenaient enfin un peu de repos. L’atmosphère générale, d’ailleurs (et le commandant Lachouque insiste lui-même là-dessus), était, au contraire bien tragique. La troupe et les officiers étaient éreintés et obsédés par l’idée de trahison. Quant aux dames de la ville, une telle réjouissance devait cadrer fort mal ave c leur état d’esprit cette nuit-là.

Autre détail concernant le duc de Wellington « installé à l’auberge située vis-à-vis de l’église et portant enseigne « A Jean de Nivelles ; Wellington, dans le village de Waterloo, n’a jamais mis les pieds à l’auberge Jean de Nivelles. Son quartier-général était installé en face de l’église dans le relais de poste, auberge connue sous ce nom et tenue pat le veuve Bodenghien, maison qui existe encore aujourd’hui. L’auberge Jean de Nivelles n’était pas située en face de l’église, mais plus loin, sur le même alignement que le relais, au-delà  d’un chemin dont ce dernier formait le coin (aujourd’hui avenue reine Astrid). Cette auberge Jean de Nivelles a disparu depuis longtemps et personne, depuis 1815, n’y a situé le quartier-général de Wellington-sauf le commandant Lachouque. Le commandant Lachouque, en décrivant  la retraite de Napoléon le soir de la bataille, le fait entrer au Caillou où « depuis 5 heures l’attendait le rôti de mouton commandé le matin à Mme Boucquéau ». Ce n’est pas nous qui arrêtons à cette côtelette, c’est notre auteur. Et puisqu’il nous invite à déguster ce détail historico-culinaire, faisons lui remarquer :

1°/ Que la commande n’avait pas été faite le matin à Mme Boucquéau, car celle-ci n’était pas au Caillou à ce moment-là, mais encore à Plancenoit (voir le témoignage de son fils).

2°/ Que la côtelette n’était pas trop grillée. Pas du tout même car le fils en question a noté que la servante du Caillou, Marie Houzeau, envoyée dans l’après-midi pour la chercher, n’en avait pas trouvé.

En plus, le commandant Lachouque, qui cite le témoignage du commandant Duuring chargé de la garde du Caillou, mais a mal lu ce témoignage qui précise bien que Napoléon n’est pas entré au Caillou, mais s’est arrêté quelques instants devant la ferme, sans descendre de cheval, pour entendre son rapport.

Détails… Nous ne tombons d’accord. Mais si on veut nous offrir des détails, qu’on nous autorise à les désirer exacts. Pour le surplus, l’Histoire est une grande fresque faite d’une multitude de touches minuscules. Quant la fantaisie s’empare du peintre qui applique ces touches, il est à craindre que la fresque toute entière ne se ressente de cette fantaisie.

X. »

——–

Les « Souvenirs » du mameluck Ali ont été publiés la première fois en 1926 chez Payot, avec introduction de G. Michaut. Il y a eu une nouvelle édition en 2000, chez Arléa, avec une présentation et des notes de Christophe Bourachot. 

Les « Mémoires » de Louis Marchand ont été publiés en 1952-1955 chez Plon, en 2 volumes.  Il y a eu des rééditions successives chez Tallandier en 1985 (en 2 volumes), chez le même en 1991 (idem) et en 2003 (en un seul volume cette fois rassemblant les 2, toujours chez Tallandier).

L’ouvrage de Louis Madelin qui est concerné est le 16ème (et dernier) de sa grande série publiée chez Hachette et qui porte le titre d’Histoire du Consulat et de l’Empire. Il est paru en 1954.

« Le Secret de Waterloo » du commandant Henry Lachouque a été publié en 1952 chez Amiot-Dumont.

 

( 1 juin, 2018 )

Napoléon du 1er juin au 12 juin 1815.

09-538714

« 1er juin. Cérémonie du Champ de Mai.

2 juin. Conseil des ministres. La liste des 117 pairs y est arrêtée.

3 juin. Il apprend que Lucien a été écarté par un artifice de la présidence de la Chambre des Représentants et s’indigne.

4 juin. Distribution des aigles  de l’armée, dans la grande galerie du Louvre.

5 juin. Il passe en revue, sur la place Vendôme le 13ème dragons. C’est ce jour-là qu’il apprit la mort tragique de Berthier. On dit qu’il s’évanouit d’émotion.

6 juin. Aux Tuileries.

7 juin. Séance d’ouverture des chambres, il quitte les Tuileries à 16 h. et rentre à l’Elysée à 17h15.

8-10 juin 1815. Audiences diverses.

11 juin.  Dernière messe aux Tuileries, dernières audiences. Il reçoit le maréchal Ney. Il ne fut pas question d’un commandement pour lui à l’armée du Nord. Lorsqu’il fut parti, Napoléon écrivit cependant au ministre de la Guerre pour le convoquer à Avesnes, le 14. Entretien avec Carnot. Il lui expose son plan d’attaque sans délai. Carnot objecta qu’il eût été pré&férable d’attendre au moins deux mois. Il dîne avec sa mère, ses frères, les princesses qui étaient à Paris. Au dessert, on introduisit dans la salle les deux fils de la reine Hortense. Il les embrassa et les caressa.

12 juin. Départ pour l’armée. Il quitte Paris à 4 heures avec Maret et Bertrand. Il arrive à Laon à midi. Il déjeune avec Ney. »

(L. GARROS et J. TULARD, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821 », Tallandier, 1992, pp.467-469)

 

( 28 avril, 2018 )

28 avril 1814…

Napoléon le Grand

« 28 avril 1814. Napoléon est prêt à embarquer dès le matin, mais le vent manque. Il reste à terre, est pris de malaises, de vomissements : émotion du voyage ou mauvaise digestion car il avait mangé une langouste à déjeuner. Il quitte Fréjus à 20 heures se rendant à bord de l’Undaunted au port de Saint-Raphaël. Il y est reçu avec la solennité usitée pour les souverains. »

(L. GARROS et J. TULARD, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour… »)

———–

Le voyage vers l’île d’Elbe débute le lendemain. Le 3 mai 1814, dans la soirée, la frégate jette l’ancre devant Portoferraio. Napoléon pose le pied sur l’île d’Elbe le 4 mai 1814.

( 22 avril, 2018 )

Trajet de l’Empereur depuis Fontainebleau jusqu’à Orange (20 avril 1814-25 avril 1814).

0hbe

Le soir du 20 avril. Le cortège de l’Empereur parti de Fontainebleau,  était composé de 14 voitures, selon MM. Garros et Tulard. L’Empereur « voyageait dans la deuxième avec Bertrand. Il passe à Nemours, à Montargis et s’arrête à Briare, vers 20h30. Il couche à l’Hôtel de la poste. Le général Cambronne et les 600 grenadiers qui devaient l’accompagner à l’île d’Elbe lui rendirent les honneurs. »

21 avril. « Il quitte Briare à midi, passe à Cosne et à La Charite-sur-Loire. Il s’arrête à Nevers vers 20 h. Il y est salué d’acclamations. Rassuré par cet enthousiasme, il congédie l’escorte. »

22 avril. « Il quitte Nevers à 6 h., passe à Saint-Pierre-le-Moutier, Villeneuve-sur-Allier, Moulins. Il couche à Roanne après s’être entretenu avec beaucoup de monde. 

23 avril. A Tarare, M. et Mme Guizot, revenant du Gard, l’aperçoivent au milieu de groupes nombreux qui l’entourent avec admiration. A Salvagny, près de Lyon, il se promène seul sur la route, à la nuit, rencontre le curé de la paroisse, converse un instant avec lui. Vers 22 h30, il est à Lyon, où il est reçu avec des honneurs. Il envoie le colonel Campbell, commissaire anglais, en avant, afin de lui préparer sa traversée jusqu’à l’île d’Elbe sur un bateau anglais. 

24 avril. « A l’aube, il est à Vienne. Il déjeune au Péage-de-Roussillon. Vers midi, il rencontre Augereau au-delà de Valence. Conversation brève et sans effusion. Pendant que les voitures stationnaient près de l’Isère, où le train impérial [le convoi] passe la rivière en bac, arrive un bataillon qui rend les honneurs. Un soldat lui dit : « Sire, le maréchal Augereau a vendu votre armée. » A 18 h30, il est à Montélimar. Il s’y arrête quelques heures. Il reçoit le préfet Gaud de Rousillac. Il passe ensuite à Donzère. » 

Le lendemain sera un jour orageux…

 

(Louis Garros et Jean Tulard, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821″, Tallandier, 1992, p.449-453).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 21 avril, 2018 )

A propos des batailles de Brienne et de La Rothière…

Contre amiral Pierre Baste - Copie

Le contre-amiral Pierre Baste, tué à Brienne.

Brienne (29 janvier 1814).

Forces françaises : 16 000 hommes.

Forces prusso-russes : Entre 25 000 et 28 000 hommes

Pertes françaises : 3 000 à 4 000 tués et blessés.

Officiers supérieurs tués : Contre-amiral BASTE, commandant une brigade de voltigeurs (Jeune Garde, division Decouz).Général DECOUZ, commandant la 2ème division de la Jeune Garde. Général FORESTIER, commandant la 2ème division du 2ème corps. Adjudant-commandant, LEROY-DUVERGER, sous-chef d’état-major du 2ème corps (blessé mortellement).

Pertes alliées : Entre 3 000 et 6 000 tués et blessés.

 

La Rothière

La Rothière (1er février 1814).

Forces françaises : Entre 32 000 et 36 140 hommes, selon les historiens. 128 canons.

Forces alliées : 106 7000 hommes.

Pertes françaises : 5 000 tués et blessés.

Officier supérieur tué : Général MARGUET, employé à la 5ème division d’infanterie de Jeune Garde sous Ney.

Pertes alliées : 6 000 tués et blessés.

 

(Source : « Dictionnaire des batailles de Napoléon » d’Alain PIGEARD, Tallandier, 2004). 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 20 avril, 2018 )

La scène des « Adieux » vue par Sergueï Bondarchuk…

Un extrait de son « Waterloo » (1970) . Napoléon y est incarné par Rod Steiger. 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 20 avril, 2018 )

Une VERSION MECONNUE des ADIEUX de FONTAINEBLEAU…

Napoléon le Grand

« 20 avril [1814]. Les chevaux furent commandés pour 9 heures. L’Empereur désira parler au général Koller. Il parla avec vivacité contre sa séparation d’avec sa femme et son enfant, et de l’ordre de retirer les canons de l’île d’Elbe, disant qu’il n’avait rien à débattre avec le gouvernement provisoire. Son traité avait été conclu avec les Alliés. Il dit qu’il n’était pas dépourvu de moyens de faire la guerre, mais qu’il ne lui plaisait pas de la continuer. Il fit ensuite venir le colonel Campbell, se déclara très satisfait de ce que Lord Castlereagh [Secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères. Il fut un de ceux, dans les années 1813/1814, qui contribuèrent à soulever les puissances alliées contre l’empereur Napoléon], eût mis à sa disposition un vaisseau de guerre, soit pour la traversée, soit comme escorte, et fit l’éloge de la nation anglaise. Ensuite, il dit qu’il était prêt. Le duc de Bassano [Maret], le général Belliard, [le général] Ornano et quatre ou cinq aides de camp, avec environ vingt autres officiers, étaient dans l’antichambre. Un aide de camp ferma subitement les portes, ce qui nous fit supposer que l’Empereur faisait des adieux particuliers à Belliard et Ornano. Ensuite, les portes de rouvrirent, et l’aide de camp annonça : « L’Empereur ! » Il passa en souriant et en saluant, descendit dans la cour, harangua la Garde, embrassa le général Petit et le drapeau, et monta dans sa voiture qui partit aussitôt.»

(« Relation du capitaine Thomas Ussher » in « Toute l’Histoire de Napoléon. La Déportation de Napoléon  à l’île d’Elbe », n°3-Avril 1952, Editions Académie Napoléon, pp.12-13). Ussher commandait la frégate l’Undaunted [l’Intrépide] qui conduisit l’Empereur de France à l’île d’Elbe. Il suivra Napoléon tout au long de son parcours vers cette destination.

Publié dans JOURS D'EPOPEE,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 avril, 2018 )

Demain… !

06-504707

Le 20 avril 1814, l’Empereur partira pour l’exil qui lui a été désigné par les puissances alliées : l’île d’Elbe. Des braves présents à l’inoubliable scène des Adieux de Fontainebleau, les uns pleureront, les autres briseront leurs armes de rage. Tous voudront suivre leur « Petit Caporal ». Une page se tourne…

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 14 avril, 2018 )

Les derniers jours de l’Empereur à Fontainebleau…

Napoléon 1814

« 14 avril 1814. La signature donnée [celle au Traité de Fontainebleau] il dut différer son départ jusqu’à la ratification part toutes les puissances alliées de la convention.

15-18 avril 1814. Napoléon attend le retour de la convention, enfermé dans son petit appartement, lisant une documentation sur l’île d’Elbe et se promenant dans le parc avec Maret. Il ne reçoit personne, pas même Marie Walewska.

19 avril 1814. Il reçoit les commissaires des Alliés qui l’accompagneront à l’île d’Elbe. La convention signée lui est signifiée. » (Jean Tulard et Louis Garros, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821 », Tallandier, 1992, p.448).

Le 20 avril, après la mémorable scène des Adieux, à 11h30 dans la cour du Cheval Blanc, il fait ses adieux à la Garde, embrasse son drapeau. A l’issue de ce moment émouvant, il prend le chemin de l’exil…

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 13 avril, 2018 )

Château de Fontainebleau, nuit du 12 au 13 avril 1814…

Avril 1814

Rappelons que durant cette fameuse nuit, l’Empereur voulut mettre fin à ses jours, en absorbant un poison. Ce n’est pas une découverte (contrairement à ce que certains laissent entendre de nos jours) car cet incident est abordé dans les témoignages du mameluck Ali (paru en 1926, Ali a recueilli le récit auprès du valet Hubert), du général de Caulaincourt (publié en 1933) et de Louis marchand (édité en 1952-1955).

———————-

« La vie m’est insupportable !  » Caulaincourt avait pu croire à l’un de ces mots tragiques dont Napoléon semait ses confidences-sans qu’ils fussent toujours de conséquence. Il fut tiré de son erreur quand, le 13, à 3 heures du matin, les valets vinrent le réveiller, affolés. L’Empereur agonisait et il réclamait le grand écuyer.[...] Deux ans auparavant, au cours de la retraite de Russie, ayant, on se le rappelle, failli tomber vivant dans les mains d’une horde de Cosaques, il avait demandé à l’un de ses médecins, Yvan, un poison violent que, depuis cette époque, il portait toujours sur lui enfermé dans un sachet. C’était un mélange d’opium et de belladone, qu’il croyait assez fort « pour tuer deux hommes ». Resté seul et s’étant mis au lit, il avait avalé toute la dose, et semblait déjà terrassé par le poison; cependant, sa forte constitution luttant contre, il était, de temps à autre, agité de spasmes violents. Caulaincourt le trouva dans une sorte de coma, coupé de soubresauts. L’œil déjà vitreux, il tendit au duc de Vicence une lettre qu’avant de s’étendre il avait préparée pour Marie-Louise et que celle-ci ne devait, par la suite, jamais connaître: « Adieu ma bonne Louise. Tu es ce j’aime le plus au monde. Mes malheurs ne me touchent que pour le mal qu’ils te font. Toute la vie, tu aimeras le plus tendre Bertrand, le docteur Yvan et Roustam. Napoléon l’en empêcha. Il parlait d’une voix étouffée par les hoquets: « Dites à l’Impératrice que je meurs avec le sentiment qu’elle ma  donné tout le bonheur qui dépendant d’elle; qu’elle ne m’a jamais causé le moindre sujet de mécontentement et que je ne regrette le trône que pour elle et pour mon fils dont j’aurai fait un homme digne de gouverner la France. » après de nouveaux spasmes, il dit encore: « Vous direz à Joséphine que j’ai bien pensé à elle. » Le duc de Vicence, voyant une sueur glacée couler sur son visage, courut alerter Yvan. Le docteur, affolé, se précipita dans la chambre et tâta le pouls du malade avec angoisse. « Qu’on a de peine à mourir ! Soupirait l’Empereur. Docteur, donnez-moi autre chose. » Mais Yvan, se récriant, voulut au contraire lui administrer un contrepoison; le malade le repoussa. Le malheureux médecin, songeant à la responsabilité qu’il avait encourue, perdit la tête, sortit de la chambre, puis du château et, à cheval, s’éloigna comme un fou vers Paris. On ne devait plus le revoir.

Cependant, les spasmes se multipliaient, mais, ayant avalé un verre d’eau, l’Empereur soudain, rendit le poison. Il reçut alors Maret et Bertrand, prévenus par le duc de Vicence; ils lui parlèrent avec amitié, le réconfortèrent; Bertrand lui dit qu’il l’accompagnerait à l’île d’Elbe, ce qui fit passer sur ses traits une lueur de satisfaction. Quand Caulaincourt revint à la fin de la matinée, il le trouva hors de danger. « Je vivra, lui dit-il, puisque la mort ne veut pas plus de moi dans mon lit que sur le champ de bataille. il y aura aussi du courage à supporter la vie après de tels événements ! «   (Louis Madelin, « Histoire du Consulat et de l’Empire. La campagne de France. Tome XIV », Librairie Hachette, 1951, pp.357-359).

———————-

Le docteur Hillemand est l’auteur d’une étude intéressante : « Pathologie de Napoléon. Ses maladies, leurs conséquences » (La Palatine, 1970). Il souligne que Napoléon était sujet à des crises dépressives qui pouvaient se traduire par des idées suicidaires. Hillemand précise que ces crises se situèrent dans la jeunesse du futur empereur et en 1814. Si l’on en croit le praticien, Napoléon chercha à se faire tuer lors de la bataille de Montereau et à celle d’Arcis-sur-Aube. Hillemand mentionne le témoignage du général de Ségur, pour Arcis. Concernant la fameuse nuit du 12 au 13 avril 1814, le médecin écrit : « Il ne faut pas oublier qu’à Fontainebleau, comme à Orléans, le bruit du suicide courait depuis deux ou trous jours et que ce dernier était envisagé comme une issue possible »

Napoléon tenta bien de mettre fin à ses jours. Dans les ultimes journées qui précédèrent à son départ de Fontainebleau pour l’île d’Elbe, l’Empereur fut en proie à un désespoir progressif, dont l’acte suicidaire peut en marquer l’apogée.

Citons ces deux passages des « Mémoires » de Guillaume Peyrusse. Le premier se situe le 10 avril 1814 à Fontainebleau : « Je profitai de cette occasion pour mettre sous les yeux de l’Empereur la situation de ma caisse, le priant de vouloir bien me donner l’ordre d’aller chercher des fonds à Orléans chez M. le Trésorier général de La Bouillerie qui avait suivi Sa Majesté l’Impératrice avec tous les Trésors de la Couronne ; qu’il y avait à craindre qu’un retard ne nous privât de cette ressource importante et indispensable pour les nouveaux projets de Sa Majesté.– Bah ! Bah ! Mon cher Peyrousse, me dit l’Empereur, quand on perd l’Empire on peut tout perdre…Sa Majesté me quitta pour cacher son émotion… Profondément ému moi-même, je me retirai. »

Le 11 avril, Peyrusse note : « De très bonne heure, je reçois l’ordre de me rendre dans le cabinet de l’Empereur. Je trouvai Sa Majesté pâle et la figure bouleversée ».

Cette « agonie de Fontainebleau » selon l’expression de Louis Madelin, marqua psychiquement et physiquement le grand capitaine que fut Napoléon. Les trois cents jours passés à l’île d’Elbe, son retour inattendu en France, véritable coup de tonnerre, le déroulement de la campagne de Belgique (Napoléon à l’issue de la bataille de Waterloo voulut-il prendre son sabre et se faire tuer à la tête de ses hommes ?) relégua ces jours de crise au rang des souvenirs. Il est possible que l’Empereur y songea de nouveau lors de l’exil interminable de Sainte-Hélène (autre cause d’une déprime latente).

C.B.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 30 mars, 2018 )

30 mars 1814. A la santé du Père Lathuille !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Au début de la route qui va de Paris à Clichy, en dehors de la ville, non loin de la barrière de Clichy,  se trouvait depuis 1769 un cabaret tenu par la famille Lathuille. Lors de la bataille de Paris, le 30 mars 1814, le maréchal Moncey y établit son quartier-général. Il commandait en chef la Garde nationale et avait principalement sous ses ordres les 1er et 4ème légions, échelonnées depuis Chaillot jusqu’à Clichy. L’ennemi approchant, Pierre Lathuille (1763-1816), tenant son établissement « Au Père Lathuille » encouragea les élèves de l’École Polytechnique qui s’apprêtaient à faire le coup de feu, à boire toutes ses bouteilles en leur disant: « Mangez, buvez  mes enfants, il ne faut rien laisser à l’ennemi ! ». Les boulets russes ne tardèrent pas à fuser sur le cabaret. Les troupes françaises se replièrent sur la barrière de Clichy qu’ils barricadèrent. Elles se  battirent héroïquement face aux troupes russes commandées par le comte de Langeron, un ancien émigré français passé au service de la Russie. On montrait encore en 1860 un boulet de canon qui était venu se loger dans le comptoir de l’établissement. Le cabaret du Père Lathuille très en vogue tout au long du 19ème siècle a disparu en 1906. Il se trouvait au n°7 de l’actuelle avenue de Clichy (17ème arrondissement). Sur la place située non loin, à l’emplacement de la barrière, on peut voir une belle et imposante statue du maréchal Moncey immortalisant la défense de Paris.

C.B.

———————

Prèe Lathuille emplacement-01 2014

Emplacement du cabaret du Père Lathuille. Etat actuel (Janvier 2014). Cliquez sur les photos afin de les agrandir.

IMG-20140124-00760

 Vue actuelle de la Place de Clichy (Janvier 2014) avec en son centre le beau monument au maréchal Moncey, tournée vers le nord, direction d’où sont venues les troupes ennemies. Ce monument se trouve approximativement sur l’emplacement de la barrière de Clichy (voir tableau ci-dessous).

Barrière Clichy

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 29 mars, 2018 )

Trajet de l’Empereur depuis Saint-Canat jusqu’à Saint-Raphaël (26 avril 1814-28 avril 1814).

Napoléon à cheval.

26 avril. Après son départ de La Calade, «A 4 heures, déjeuner au hameau de La Grande Pugère. Il passe à Saint-Maximin et à Tourves. Dans l’après-midi, il s’arrête au Luc, au château de Bouillédou, appartenant à M. Charles, membre du corps législatif, où il reçoit sa sœur Pauline » (p.454).

27 avril. « Dès l’aube, il se remet en chemin et au lieu de se diriger vers Saint-Tropez, il bifurque sur Fréjus où il arrive à 11 h. et descend à l’Auberge du Chapeau Rouge. Il accepte d’embarquer sur la frégate anglaise l’Undaunted que le colonel a fait venir de Marseille. Dans la soirée, il a un entretien avec le capitaine de vaisseau de Montcabrier, commandant la frégate française la Dryade sur laquelle il devait être conduit à l’île d’Elbe. Il lui explique sa décision de ne pas se rendre à bord. «  (p.454).

28 avril. « Il est prêt à embarquer dès le matin, mais le vent manque. Il reste à terre, est pris de malaises, de vomissements : émotion du voyage ou mauvaise digestion, car il avait mangé une langouste à déjeuner. Il quitte Fréjus à 20 h. se rendant à bord de l’Undaunted au port de Saint-Raphaël. Il y est reçu avec la solennité usitée pour les souverains » (p.454).

——

Ce navire mettra à la voile le lendemain à 11 heures. Le 3 mai l’Undaunted est ancré à l’entrée du port de Portoferraio, capitale de l’île d’Elbe. Napoléon y débarquera le matin du 4 mai.

(Louis Garros et Jean Tulard, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821″, Tallandier, 1992, p.454).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 17 mars, 2018 )

22 mai 1809, jour tragique pour le maréchal Lannes…

lannes.jpg

Le 22 mai 1809 à 8h00, Lannes avait forcé le centre autrichien lors de la bataille d’Essling. Mais la rupture du pont sur le Danube le contraignait à attendre au milieu de la plaine de Marchfeld. A 9h00 il recevait l’ordre de se replier sur ses positions initiales. En fin d’après-midi il sera grièvement blessé… 

Avant la pointe du jour, les tirs sporadiques de la nuit s’intensifient et la bataille reprend sur tout le front. Aspern est de nouveau l’objet de vives offensives autrichiennes. En plus des divisions Molitor, Legrand et Carra Saint-Cyr, Masséna dispose des tirailleurs-grenadiers et des tirailleurs-chasseurs de la jeune garde, créés le 16 janvier 1809 par décret impérial signé à Valladolid. Ils subissent leur baptême du feu et sans daigner tirer un coup de feu, ils marchent la baïonnette en avant sur l’église et le cimetière d’Aspern où les Autrichiens se sont entassés, les en déloge et en font un affreux carnage.  Essling est dans un premier temps submergé par les Autrichiens aussi les Français de la division Boudet s’enferment dans le grenier et les maisons voisines, jusqu’à ce que Lannes dépêche la division Saint-Hilaire pour chasser l’ennemi.  Vers les sept heures du matin, Lannes prend l’offensive, selon le plan arrêté par l’Empereur. Le maréchal va séparer le centre des Autrichiens de leur gauche et les pousser vers leur droite, en les faisant passer sous le feu de Masséna, auquel il se joindra pour les refouler sur le Danube. Au général Gaulthier, son chef d’état-major, qui le questionne sur les dangers qui peuvent menacer leur droite à Essling, Lannes explique que Davout arrive pour l’appuyer. Laissant Boudet dans Essling, Lannes fait avancer ses troupes, rangées en colonnes par régiment, la droite en tête. En une heure, il avance inexorablement de trois kilomètres.  Avec fougue et intelligence, malgré les pertes, il progresse dans la plaine de Marchfeld, jusqu’au sommet du glacis occupé par les Autrichiens, vers Breitenlee. Le 57e de ligne de la division Saint-Hilaire atteint l’ennemi le premier et rompt la ligne autrichienne.

L’élan français est irrésistible et après avoir reculé en ordre, l’armée ennemie commence à se débander. 

Un maréchal des logis du 9e hussards raconte : « Notre vaillante infanterie se met à courir en avant. On ne voit plus rien, on n’entend plus rien ; on passe à travers les moissons, les haies, les fossés ; ceux qui tombent on n’y fait pas attention ; bientôt on joint l’ennemi ; nos baïonnettes trouent les habits blancs, qui commencent à reculer en désordre . » À la vue de son centre crevé par Lannes, l’archiduc Charles vient en personne exciter la résistance de ses soldats, mais rien n’y fait. Lannes continue sa marche offensive et, voyant l’infanterie autrichienne ébranlée, il lance sur elle Bessières avec les cuirassiers qui enfoncent plusieurs carrés, enlèvent des prisonniers, des canons et des drapeaux. Devant Essling et Aspern, l’ennemi commence à prendre ses dispositions pour la retraite, afin de ne pas être tourné. Masséna et Boudet s’apprêtent à surgir des villages pour soutenir la marche triomphale de Lannes qui, une nouvelle fois, démontre sa vista guerrière et sa capacité à forger les victoires pensées par Napoléon.  Mais au milieu de ce magnifique succès, vers huit heures Napoléon est informé que le grand pont est à nouveau rompu. Les Autrichiens ont jeté à l’eau des barques remplies de matières enflammées et même un moulin. Le pont n’a pas résisté et, rompu, empêche le corps de Davout de traverser le Danube.  Sans perdre un instant, Napoléon dépêche un aide de camp auprès de Lannes pour l’informer de la catastrophe. Il faut suspendre l’offensive et se maintenir sur le terrain conquis en attendant de savoir si le pont peut être réparé.  Au milieu de la plaine, le combat ralentit soudainement et un certain flottement règne dans les deux armées. Personne ne comprend pourquoi la marche victorieuse de Lannes est suspendue. Lorsqu’il est informé à son tour de la rupture du pont et comprenant tout le parti qu’il peut en tirer, l’archiduc Charles rallie ses troupes et fait monter en première ligne ses grenadiers d’élite.  Ensuite, il lance sa cavalerie sur la division Saint-Hilaire, la plus avancée, laissée « en l’air ». Un ouragan s’abat sur les Français qui demeurent inébranlables. Les Autrichiens, qui avaient précipitamment replié leur artillerie devant l’insoutenable poussée de Lannes, ramènent plus de 200 pièces de canon, qui vomissent la mort sur la division Saint-Hilaire.

Ce brave général, auquel Napoléon a promis le bâton de maréchal pour sa conduite à la bataille d’Eckmühl, a le pied gauche emporté par un boulet . Oudinot est blessé d’une balle au bras droit et évacué sur Vienne.  Malgré les travaux des pontonniers français, une rupture considérable du pont a lieu vers neuf heures. Napoléon renonce alors à l’espoir de faire passer le corps de Davout et il ordonne à Lannes de rapprocher peu à peu ses troupes de leur première position. Les munitions, déjà sérieusement entamées, vont faire cruellement défaut. Lannes, qui a accueilli la nouvelle de la rupture du pont sans proférer un seul mot de découragement, et en dissimulant la douloureuse impression qu’il en ressent , Lannes donc, se porte à la tête de la division Saint-Hilaire pour la sauver de la fournaise. « Avec ce calme et ce sang-froid dont il paraît s’embellir au milieu du danger » , il communique sa sérénité aux soldats, et leur rappelle en riant, qu’à Marengo il les avait déjà conduits de la sorte sous le feu des Autrichiens : « Allons, allons, amis ! l’ennemi ne vaut pas plus et nous ne valons pas moins qu’à Marengo  ! » Évoluant tantôt à pied, tantôt à cheval, allant d’une division à une autre, Lannes ramène peu à peu ses troupes sur la ligne qu’elles occupaient à l’aube. Ce faisant il repousse plusieurs charges de cavalerie et sa prestance tient en respect la ligne autrichienne. Parvenus à la hauteur du fossé qui court d’Essling à Aspern, les Français peuvent enfin trouver un léger abri pour se protéger du feu ennemi. Mais le repos est de courte durée, car une formidable offensive est menée par le corps de Hohenzollern, une partie de celui de Bellegarde et par la cavalerie de Liechtenstein. Lannes dispose en première ligne les divisions Saint-Hilaire, Tharreau et Claparède, et en seconde ligne la cavalerie. En troisième ligne, la vieille garde est prête à intervenir. Lorsque les Autrichiens sont à une demi portée de fusil, Lannes ordonne un feu de mousqueterie et de mitraille qui éclaircit les rangs ennemis. Il lance ensuite les cuirassiers qui sabrent les Autrichiens et les repoussent avec l’aide des chasseurs et des hussards de Lasalle et de Marulaz.  Dans ces difficiles circonstances, Lannes étale une fois de plus son courage et sa maîtrise exceptionnelle de l’art de la guerre. Lui qui est si prompt à percer une ligne ennemie ou à combiner une offensive souveraine est peut-être plus grand encore lorsque le combat est désespéré. Alors qu’en 1800, à Marengo, pendant une résistance similaire, quelques troupes de jeunes conscrits se débandaient sous l’assaut autrichien, à Essling, l’ascendant de Lannes est si grand qu’à aucun moment ses soldats n’abandonnent leur formation : à leurs yeux, il est le demi-dieu de la guerre ! 

Ne parvenant pas à percer le centre conduit par Lannes, l’archiduc Charles se déchaîne sur les deux villages. Essling succombe à un nouvel assaut et Boudet se retranche une nouvelle fois dans le grenier. Napoléon est obligé de lancer ses réserves pour assurer la possession des villages, clés du maintien de l’armée face à l’ennemi. Rapp, avec les chasseurs à pied de la garde, doit épauler Masséna dans Aspern, et Mouton, avec quatre bataillons de fusiliers de la jeune garde, doit appuyer Lannes pour libérer Essling. Les deux aides de camp de l’Empereur se dirigent vers leurs objectifs respectifs, lorsqu’un aide de camp de Bessières vient montrer à Rapp une immense colonne autrichienne qui déferle sur Essling.

Rapp hésite un instant entre obéir aux ordres de Napoléon ou soutenir Mouton et Boudet, qui sont dans une situation critique. Il prend sur lui de marcher sur Essling. Avec son appui, l’assaut ennemi est repoussé à la baïonnette et Napoléon, un instant irrité par l’initiative de Rapp, saura récompenser cette décision opportune.  À gauche, Masséna est bloqué dans Aspern et, l’épée à la main, excite ses troupes dans une résistance héroïque.  L’après-midi commence à décliner et, après avoir entrevu la victoire, les Français combattent en attendant la nuit pour se replier sur l’île Lobau. Napoléon dépêche Lejeune auprès de Lannes pour savoir combien de temps il pourra encore tenir. Lorsque l’aide de camp parvient près de Lannes, il trouve le maréchal assis derrière un pli de terrain, avec quelques officiers. Montrant le peu d’hommes valides qui lui restent, Lannes dit à Lejeune : « Je n’ai plus que ce peu d’hommes que vous voyez ; nous tiendrons jusqu’au dernier ; mais ils n’ont plus de cartouches, et je ne sais où m’en procurer . » Partout dans la plaine, les blessés français se traînent vers le Danube afin de regagner l’abri de l’île Lobau. Peu de soldats sont épargnés et dans l’entourage de Lannes, Marbot est blessé à la cuisse, Viry à l’épaule, Watteville a une épaule luxée dans une chute de cheval, Labédoyère est blessé au pied par un biscaïen et le pauvre d’Albuquerque a été tué par un boulet.  Lannes est en conversation avec son ami le général Pouzet, lorsqu’une balle perdue frappe ce dernier à la tête et l’étend raide mort. Les deux hommes étaient profondément liés et, au fur et à mesure de son élévation, le maréchal avait entraîné son ami dans son sillage. Il est bouleversé par la mort de Pouzet. Assailli de sombres pensées, il s’éloigne d’une centaine de pas et s’assied sur le revers d’un fossé. Au bout d’un quart d’heure, quatre soldats portant péniblement dans un manteau un officier mort, s’arrêtent en face du maréchal pour se reposer et le manteau s’entrouvrant dévoile le visage de Pouzet. « Ah ! s’écrie Lannes, cet affreux spectacle me poursuivra donc partout ! » Fortement ému, il se lève et va s’asseoir sur le bord d’un autre fossé, la main sur les yeux et les jambes croisées l’une sur l’autre.

C’est alors, qu’un boulet de trois arrive en ricochant rencontre le genou gauche du maréchal, le traverse dans son épaisseur, et, changeant de direction, sans perdre de sa force, effleure la cuisse droite, dont il coupe les téguments et une portion du muscle vaste interne, au lieu le plus saillant, et très près de l’articulation du genou, laquelle, fort heureusement n’est pas entamée. Lannes est renversé sur le coup, éprouvant une violente commotion cérébrale et un très grand ébranlement de tous les organes. Marbot se précipite vers Lannes qui, fortement commotionné, ne s’est pas aperçu de la gravité de ses blessures. « Je suis blessé, dit le maréchal… c’est peu de choses… donnez-moi la main pour m’aider à me relever. » Mais la chose est impossible et Lannes, à demi évanoui, reste à terre.

Transporté d’abord à bras le corps, Lannes souffre terriblement. On veut alors utiliser le manteau de Pouzet, mais le maréchal s’exclame :

« C’est celui de mon pauvre ami ; il est couvert de son sang ; je ne veux pas m’en servir, faites-moi plutôt traîner comme vous pourrez ! »

Des grenadiers s’élancent, confectionnent un brancard improvisé avec des branches et des fusils, puis ramènent le corps du maréchal vers l’île Lobau.  Ignorant ce tragique événement, Napoléon a convoqué ses maréchaux pour déterminer avec eux la conduite à suivre, suite à cette funeste journée. Autour de lui se trouvent Berthier, Davout, Bessières et Masséna, qui n’a pu quitter Aspern que vers les sept heures du soir. Seul Lannes est absent, et pour cause ! Les maréchaux estiment qu’il faut repasser le Danube, mais devant les arguments avancés par Napoléon, ils décident de résister sur l’île Lobau.  Pendant que se déroule ce conseil de guerre, et tandis que l’intensité des combats faiblit sur tout le front, la nouvelle de la blessure de Lannes se répand et Larrey se précipite au-devant de son ami. Le chirurgien constate la gravité des blessures et l’état dramatique dans lequel se trouve Lannes. Le maréchal a le visage décoloré, les lèvres pâles, les yeux tristes, larmoyants, la voix faible et son pouls est à peine sensible.  Avec l’aide de plusieurs autres médecins, Larrey examine les plaies de Lannes. La cuisse droite est pansée avec un appareil fort simple, car elle ne présente aucune blessure irrémédiable. La blessure du genou gauche est par contre effrayante par le fracas des os, la déchirure des ligaments, la rupture des tendons et de l’artère poplitée.  À côté de Lannes prostré, il semble que les médecins ne soient pas tous d’accord sur l’attitude à adopter, mais finalement Larrey entreprend l’amputation de la jambe gauche, quatre doigts au-dessus du genou.  L’opération est pratiquée en moins de deux minutes et Lannes donne très peu de signes de douleur.  Ensuite, les grenadiers qui ont porté leur maréchal jusqu’à l’ambulance, reprennent leur précieux fardeau pour le porter à l’abri sur l’île Lobau .Napoléon est occupé à faire placer de l’artillerie dans l’île, pour protéger la retraite de l’armée, lorsqu’on vient lui annoncer que Lannes a été touché aux jambes par un boulet. L’Empereur est stupéfait et sa douleur est si vive, qu’il ne peut retenir ses larmes. Pendant qu’on lui raconte les détails de cette tragédie, il aperçoit le brancard sur lequel on ramène le maréchal. Autour des grenadiers qui portent Lannes, d’autres soldats se sont regroupés pour escorter leur maréchal. Ces braves aux visages noircis par le soleil et la poudre qu’ils ont brûlée depuis deux jours, ont le front couvert de sueur et les sourcils contractés par « la plus amère douleur. » Le désordre de leur tenue, le sang dont certains sont couverts, témoignent de leur valeur. Parmi eux, nombreux sont ceux qui pleurent. Le maréchal, presque évanoui, abandonne sa tête dans les mains d’un de ses officiers. 

Napoléon, l’empereur tout-puissant et par nécessité insensible en public, se précipite vers Lannes. Il pleure à chaudes larmes, sans retenue. À la vue de cette douleur si inhabituelle, les cœurs sont déchirés et les gorges se nouent. À l’instant même, les larmes ruissellent des yeux de tous les vieux soldats qui assistent à la scène. Napoléon se jette à genoux près de son ami, l’étreint contre sa poitrine, macule ses vêtements du sang du maréchal et, lui baignant le front de ses larmes, il lui demande avec douleur : « Lannes, mon ami, me reconnais-tu ? C’est Bonaparte, c’est ton ami ! »  En reconnaissant la voix de Napoléon, Lannes entrouvre les yeux. Il a perdu énormément de sang et murmure : « Oui, Sire… mais je crois qu’avant une heure… vous aurez perdu… celui qui fut votre meilleur ami . – Non ! Non ! répond Napoléon, tu vivras. N’est-il pas vrai, Monsieur Larrey, que vous répondez de ses jours ? » Autour du brancard, l’émotion est à son comble. Masséna, Berthier, Davout, Duroc et Caulaincourt, assistent impuissants à l’agonie de leur camarade. Bessières est là, lui aussi. Il est ému et se souvient probablement qu’à une époque, il était l’ami de Lannes et qu’il a assisté à son mariage avec Louise. Discrètement, il s’approche du moribond, lui serre furtivement la main et s’éloigne. Napoléon tente de rassurer Lannes et de se rassurer lui-même. Il assure au maréchal qu’il survivra. Lannes ne semble pas convaincu, mais répond à Napoléon : « Je désire vivre… si je peux encore vous servir… ainsi que notre France . »Il faut toutefois poursuivre la lutte et Napoléon doit se consacrer à son armée. Pendant qu’on emmène Lannes à l’abri, l’Empereur, suffoqué par les sanglots, dit à Masséna : « Il fallait que dans cette journée, mon cœur fût frappé d’un coup aussi terrible, pour m’abandonner à d’autres soins que ceux de l’armée. » C’est au duc de Rivoli que Napoléon confie le commandement en chef de toutes les troupes qui doivent retraiter dans la nuit. À onze heures du soir, après avoir donné l’ordre à Masséna de replier les dernières troupes sur l’île Lobau et de détruire le pont derrière lui, il traverse le Danube en barque pour regagner Ebersdorf. Il est silencieux pendant toute la traversée, toujours ému par la blessure de Lannes. Pour mettre pied à terre, il prend le bras droit de Savary et, s’appuyant très lourdement sur lui, il se dirige par un chemin creux et ombragé vers la maison où son quartier général est établi . 

Ronald ZINS ( « Le maréchal Lannes, favori de Napoléon », Horace Cardon, Éditeur, 2009) .

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 3 février, 2018 )

Le culte du souvenir…

Le Petit Caporal

« Waterloo, la Seconde Restauration, ont tronqué, rompu la carrière de milliers d’hommes, fonctionnaires, employés-certains tous jeunes encore (l’armée de 1813 était dans son immense majorité une armée « mineure »),-le personnel de l’énorme machine impériale. Désétablis, désaxés, rejetés dans une nouvelle existence qui, après des années d’activité forcenée et de gloire, paraît oisive, médiocre, sans couleur ni élan, ils n’ont d’autre ressource pour alimenter leur esprit que leurs souvenirs, et ces souvenirs finissent toujours par se condenser, se résumer en un nom, une image : L’EMPEREUR. »

(J. LUCAS-DUBRETON, « Le Culte de Napoléon, 1815-1848 », Editions Albin Michel, 1959, p.25)

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 9 janvier, 2018 )

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797…

« Les soldats de l’Armée d’Italie ont surpassé la rapidité, tant vantée, des légions de César. » (Général Bonaparte, lettre au Directoire).

Forces en présence : Armée française (commandée par le général en chef Bonaparte) : 22 000 hommes (composée de 18 000 fantassins et de 4000 cavaliers). 50 canons. Armée autrichienne (commandée par le feld-maréchal Alvinczy) : 28 000 hommes. 90 canons.

Pertes : Armée française : 2200 tués et blessés. Armée autrichienne : 4000 tués et blessés.

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797... dans JOURS D'EPOPEE RivoliLe général Bonaparte, fort des succès remportés précédemment par son armée, notamment à Arcole (15-17 novembre 1796) maintient ses positions et renforce le siège de la ville de Mantoue, qui a débuté le 15 juillet 1796. Les forces autrichiennes sont très affaiblies et sentent le conflit leur échapper. Le feld-maréchal Alvinczy est expédié en Italie afin de secourir le général Würmser en mauvaise posture. Les premiers affrontements surviennent le 13 janvier 1797. Le général Joubert attaqué de toutes parts, se replie sur le plateau de Rivoli. Il y est rejoint par les généraux Bonaparte et Rey. Alvinczy sait qu’il a l’avantage du nombre et que les troupes françaises sont des plus démoralisées. Il attend donc le lendemain afin de déclencher l’attaque générale. Il commet néanmoins une erreur qui lui sera fatale : il a laissé le temps au général Masséna de revenir de Vérone. Ce dernier accomplira l’exploit de parcourir 148 kilomètres en seulement deux jours ! Le 14 janvier 1797, à 7 heures du matin, les Autrichiens attaquent les premiers ; les Français doivent se replier. Bientôt le corps du général Joubert est à cour de munitions. L’armée autrichienne encercle les Français sur le versant de Rivoli. C’est l’arrivée du général Masséna et de son armée qui va inverser d’une façon inattendue la situation. Partout la contre-attaque s’organise. C’est au tour de l’armée ennemie de se replier sous les tirs croisés de l’armée de Masséna. Vers 18 heures, l’armée autrichienne est écrasée. Mais le général Bonaparte a une priorité : secourir le général Sérurier qui soutient toujours le siège de Mantoue avec des effectifs en sous-nombre, nombreux sont ceux qui ont été intégrés au corps du général Masséna pour porter secours à Joubert. Bonaparte prend donc la direction de Mantoue, laissant aux généraux Joubert et Rey 15 000 hommes pour consolider la victoire. Le 16 janvier 1797, après la bataille de La Favorite,  l’autrichien Würmser sera obligé de capituler le 2 février 1797 et de livrer Mantoue aux Français.

Témoignage : « Vers 10 heures du matin, les deux divisions françaises se trouvaient au centre d’un grand cercle formé par les ennemis établis sur les hauteurs environnantes. Les Autrichiens, croyant leur mouvement réussi, firent une salve général de leur artillerie. Nous étions dans l’étonnement, seul le général Bonaparte ne semblait nullement surpris. Il ordonna aussitôt une double attaque. La division Joubert retournerait vers la position de La Corona qu’elle avait dû évacuer la veille, tandis que deux bataillons de la 21ème [demi-brigade] et de la 75ème [demi-brigade] conduits par le général Masséna en personne s’avanceraient vers le centre des ennemis en appuyant la gauche du général Joubert. Les autres bataillons de la division Masséna marchaient sur la position de la Sega que les autrichiens avaient occupée pour couper nos communications ? La division Joubert reprit immédiatement l’offensive et l’attaque devint générale. En même temps, le général Berthier, chef d’état-major général, faisait établir sur le plateau de Rivoli une forte batterie de 12 soutenue par les autres armes afin d’empêcher la colonne de cavalerie et d’artillerie autrichienne de déboucher. A seule route praticable pour ces deux armes, quand on vient de La Corona, était celle qui suit le défilé de l’Adige par Incalane. La cavalerie et l’artillerie ennemie s’y étaient enfournées. Elles tentèrent vainement de déboucher du défilé où elles étaient entassées et tous les efforts qu’elles firent pour ne sortir furent vains. Ces troupes restèrent paralysées pendant toute l’action. C’était de la part du général en chef [Bonaparte] un trait de génie. Au signal donné, tous les corps français se portèrent en avant. La 32ème [demi-brigade]  eut l’honneur d’aborder la première l’ennemi. Elle le culbuta, prit des drapeaux, fit beaucoup de prisonniers et se couvrit de gloire. » (François Vigo-Roussillon, « Journal de campagne (1793-1837) », France-Empire, 1981, pp.44-45). L’auteur était alors sergent dans les rangs de la 32ème demi-brigade d’infanterie.

C.B.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 6 septembre, 2017 )

Napoléon les 6 et 7 septembre 1812…

Pasquier prétend que Napoléon n’aurait pas examiné le terrain sur lequel se livra la bataille de La Moskowa. Il a tort. Lejeune nous raconte que le 6 septembre 1812, avec Berthier, Eugène et trois officier-dont Lejeune- Napoléon a parcouru le front de l’armée russe et reconnu la position d’autant plus en détail et de plus près qu’une trêve semblait exister entre les deux partis. Les vedettes, quoique à portée de pistolet, ne tiraient pas. Lejeune craignit même que l’Empereur ne fût brusquement enlevé par les cosaques cachés au détour d’un ravin et, un instant, Napoléon qui marchait le premier poursuivit ; mais, grâce à la vitesse de leurs chevaux, Napoléon et ses compagnons échappèrent aux cavaliers cosaques. Faut-il ajouter qu’après cette reconnaissance, Lejeune parcourut de nouveau la ligne et rapporta des croquis du terrain que l’Empereur accueillit avec satisfaction ?

Faut-il ajouter que Bacler d’Albe, le chef des ingénieurs-géographes, fit exécuter le même travail et faire avant le soir un levé à vue des positions russes ? Napoléon a donc rempli, à la veille de la bataille, ses devoirs de général d’armée.Mais Lejeune assure qu’il n’a pas, le 7 septembre 1812, déployé la même activité qui « forçait le succès ». L’Empereur est resté sur son terre, suivant les mouvements et donnant des ordres sans bouger de place au lieu d’aller, comme autrefois, électriser son monde par sa présence. A vrai dire, il était souffrant et dans un « état de malaise ».

Mais, conclut Lejeune, on n’était pas satisfait et on portait sur lui un jugement sévère. 

Arthur CHUQUET 

 

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
123
Page Suivante »
|