( 30 mars, 2018 )

30 mars 1814. A la santé du Père Lathuille !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Au début de la route qui va de Paris à Clichy, en dehors de la ville, non loin de la barrière de Clichy,  se trouvait depuis 1769 un cabaret tenu par la famille Lathuille. Lors de la bataille de Paris, le 30 mars 1814, le maréchal Moncey y établit son quartier-général. Il commandait en chef la Garde nationale et avait principalement sous ses ordres les 1er et 4ème légions, échelonnées depuis Chaillot jusqu’à Clichy. L’ennemi approchant, Pierre Lathuille (1763-1816), tenant son établissement « Au Père Lathuille » encouragea les élèves de l’École Polytechnique qui s’apprêtaient à faire le coup de feu, à boire toutes ses bouteilles en leur disant: « Mangez, buvez  mes enfants, il ne faut rien laisser à l’ennemi ! ». Les boulets russes ne tardèrent pas à fuser sur le cabaret. Les troupes françaises se replièrent sur la barrière de Clichy qu’ils barricadèrent. Elles se  battirent héroïquement face aux troupes russes commandées par le comte de Langeron, un ancien émigré français passé au service de la Russie. On montrait encore en 1860 un boulet de canon qui était venu se loger dans le comptoir de l’établissement. Le cabaret du Père Lathuille très en vogue tout au long du 19ème siècle a disparu en 1906. Il se trouvait au n°7 de l’actuelle avenue de Clichy (17ème arrondissement). Sur la place située non loin, à l’emplacement de la barrière, on peut voir une belle et imposante statue du maréchal Moncey immortalisant la défense de Paris.

C.B.

———————

Prèe Lathuille emplacement-01 2014

Emplacement du cabaret du Père Lathuille. Etat actuel (Janvier 2014). Cliquez sur les photos afin de les agrandir.

IMG-20140124-00760

 Vue actuelle de la Place de Clichy (Janvier 2014) avec en son centre le beau monument au maréchal Moncey, tournée vers le nord, direction d’où sont venues les troupes ennemies. Ce monument se trouve approximativement sur l’emplacement de la barrière de Clichy (voir tableau ci-dessous).

Barrière Clichy

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 29 mars, 2018 )

Trajet de l’Empereur depuis Saint-Canat jusqu’à Saint-Raphaël (26 avril 1814-28 avril 1814).

Napoléon à cheval.

26 avril. Après son départ de La Calade, «A 4 heures, déjeuner au hameau de La Grande Pugère. Il passe à Saint-Maximin et à Tourves. Dans l’après-midi, il s’arrête au Luc, au château de Bouillédou, appartenant à M. Charles, membre du corps législatif, où il reçoit sa sœur Pauline » (p.454).

27 avril. « Dès l’aube, il se remet en chemin et au lieu de se diriger vers Saint-Tropez, il bifurque sur Fréjus où il arrive à 11 h. et descend à l’Auberge du Chapeau Rouge. Il accepte d’embarquer sur la frégate anglaise l’Undaunted que le colonel a fait venir de Marseille. Dans la soirée, il a un entretien avec le capitaine de vaisseau de Montcabrier, commandant la frégate française la Dryade sur laquelle il devait être conduit à l’île d’Elbe. Il lui explique sa décision de ne pas se rendre à bord. «  (p.454).

28 avril. « Il est prêt à embarquer dès le matin, mais le vent manque. Il reste à terre, est pris de malaises, de vomissements : émotion du voyage ou mauvaise digestion, car il avait mangé une langouste à déjeuner. Il quitte Fréjus à 20 h. se rendant à bord de l’Undaunted au port de Saint-Raphaël. Il y est reçu avec la solennité usitée pour les souverains » (p.454).

——

Ce navire mettra à la voile le lendemain à 11 heures. Le 3 mai l’Undaunted est ancré à l’entrée du port de Portoferraio, capitale de l’île d’Elbe. Napoléon y débarquera le matin du 4 mai.

(Louis Garros et Jean Tulard, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821″, Tallandier, 1992, p.454).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 17 mars, 2018 )

22 mai 1809, jour tragique pour le maréchal Lannes…

lannes.jpg

Le 22 mai 1809 à 8h00, Lannes avait forcé le centre autrichien lors de la bataille d’Essling. Mais la rupture du pont sur le Danube le contraignait à attendre au milieu de la plaine de Marchfeld. A 9h00 il recevait l’ordre de se replier sur ses positions initiales. En fin d’après-midi il sera grièvement blessé… 

Avant la pointe du jour, les tirs sporadiques de la nuit s’intensifient et la bataille reprend sur tout le front. Aspern est de nouveau l’objet de vives offensives autrichiennes. En plus des divisions Molitor, Legrand et Carra Saint-Cyr, Masséna dispose des tirailleurs-grenadiers et des tirailleurs-chasseurs de la jeune garde, créés le 16 janvier 1809 par décret impérial signé à Valladolid. Ils subissent leur baptême du feu et sans daigner tirer un coup de feu, ils marchent la baïonnette en avant sur l’église et le cimetière d’Aspern où les Autrichiens se sont entassés, les en déloge et en font un affreux carnage.  Essling est dans un premier temps submergé par les Autrichiens aussi les Français de la division Boudet s’enferment dans le grenier et les maisons voisines, jusqu’à ce que Lannes dépêche la division Saint-Hilaire pour chasser l’ennemi.  Vers les sept heures du matin, Lannes prend l’offensive, selon le plan arrêté par l’Empereur. Le maréchal va séparer le centre des Autrichiens de leur gauche et les pousser vers leur droite, en les faisant passer sous le feu de Masséna, auquel il se joindra pour les refouler sur le Danube. Au général Gaulthier, son chef d’état-major, qui le questionne sur les dangers qui peuvent menacer leur droite à Essling, Lannes explique que Davout arrive pour l’appuyer. Laissant Boudet dans Essling, Lannes fait avancer ses troupes, rangées en colonnes par régiment, la droite en tête. En une heure, il avance inexorablement de trois kilomètres.  Avec fougue et intelligence, malgré les pertes, il progresse dans la plaine de Marchfeld, jusqu’au sommet du glacis occupé par les Autrichiens, vers Breitenlee. Le 57e de ligne de la division Saint-Hilaire atteint l’ennemi le premier et rompt la ligne autrichienne.

L’élan français est irrésistible et après avoir reculé en ordre, l’armée ennemie commence à se débander. 

Un maréchal des logis du 9e hussards raconte : « Notre vaillante infanterie se met à courir en avant. On ne voit plus rien, on n’entend plus rien ; on passe à travers les moissons, les haies, les fossés ; ceux qui tombent on n’y fait pas attention ; bientôt on joint l’ennemi ; nos baïonnettes trouent les habits blancs, qui commencent à reculer en désordre . » À la vue de son centre crevé par Lannes, l’archiduc Charles vient en personne exciter la résistance de ses soldats, mais rien n’y fait. Lannes continue sa marche offensive et, voyant l’infanterie autrichienne ébranlée, il lance sur elle Bessières avec les cuirassiers qui enfoncent plusieurs carrés, enlèvent des prisonniers, des canons et des drapeaux. Devant Essling et Aspern, l’ennemi commence à prendre ses dispositions pour la retraite, afin de ne pas être tourné. Masséna et Boudet s’apprêtent à surgir des villages pour soutenir la marche triomphale de Lannes qui, une nouvelle fois, démontre sa vista guerrière et sa capacité à forger les victoires pensées par Napoléon.  Mais au milieu de ce magnifique succès, vers huit heures Napoléon est informé que le grand pont est à nouveau rompu. Les Autrichiens ont jeté à l’eau des barques remplies de matières enflammées et même un moulin. Le pont n’a pas résisté et, rompu, empêche le corps de Davout de traverser le Danube.  Sans perdre un instant, Napoléon dépêche un aide de camp auprès de Lannes pour l’informer de la catastrophe. Il faut suspendre l’offensive et se maintenir sur le terrain conquis en attendant de savoir si le pont peut être réparé.  Au milieu de la plaine, le combat ralentit soudainement et un certain flottement règne dans les deux armées. Personne ne comprend pourquoi la marche victorieuse de Lannes est suspendue. Lorsqu’il est informé à son tour de la rupture du pont et comprenant tout le parti qu’il peut en tirer, l’archiduc Charles rallie ses troupes et fait monter en première ligne ses grenadiers d’élite.  Ensuite, il lance sa cavalerie sur la division Saint-Hilaire, la plus avancée, laissée « en l’air ». Un ouragan s’abat sur les Français qui demeurent inébranlables. Les Autrichiens, qui avaient précipitamment replié leur artillerie devant l’insoutenable poussée de Lannes, ramènent plus de 200 pièces de canon, qui vomissent la mort sur la division Saint-Hilaire.

Ce brave général, auquel Napoléon a promis le bâton de maréchal pour sa conduite à la bataille d’Eckmühl, a le pied gauche emporté par un boulet . Oudinot est blessé d’une balle au bras droit et évacué sur Vienne.  Malgré les travaux des pontonniers français, une rupture considérable du pont a lieu vers neuf heures. Napoléon renonce alors à l’espoir de faire passer le corps de Davout et il ordonne à Lannes de rapprocher peu à peu ses troupes de leur première position. Les munitions, déjà sérieusement entamées, vont faire cruellement défaut. Lannes, qui a accueilli la nouvelle de la rupture du pont sans proférer un seul mot de découragement, et en dissimulant la douloureuse impression qu’il en ressent , Lannes donc, se porte à la tête de la division Saint-Hilaire pour la sauver de la fournaise. « Avec ce calme et ce sang-froid dont il paraît s’embellir au milieu du danger » , il communique sa sérénité aux soldats, et leur rappelle en riant, qu’à Marengo il les avait déjà conduits de la sorte sous le feu des Autrichiens : « Allons, allons, amis ! l’ennemi ne vaut pas plus et nous ne valons pas moins qu’à Marengo  ! » Évoluant tantôt à pied, tantôt à cheval, allant d’une division à une autre, Lannes ramène peu à peu ses troupes sur la ligne qu’elles occupaient à l’aube. Ce faisant il repousse plusieurs charges de cavalerie et sa prestance tient en respect la ligne autrichienne. Parvenus à la hauteur du fossé qui court d’Essling à Aspern, les Français peuvent enfin trouver un léger abri pour se protéger du feu ennemi. Mais le repos est de courte durée, car une formidable offensive est menée par le corps de Hohenzollern, une partie de celui de Bellegarde et par la cavalerie de Liechtenstein. Lannes dispose en première ligne les divisions Saint-Hilaire, Tharreau et Claparède, et en seconde ligne la cavalerie. En troisième ligne, la vieille garde est prête à intervenir. Lorsque les Autrichiens sont à une demi portée de fusil, Lannes ordonne un feu de mousqueterie et de mitraille qui éclaircit les rangs ennemis. Il lance ensuite les cuirassiers qui sabrent les Autrichiens et les repoussent avec l’aide des chasseurs et des hussards de Lasalle et de Marulaz.  Dans ces difficiles circonstances, Lannes étale une fois de plus son courage et sa maîtrise exceptionnelle de l’art de la guerre. Lui qui est si prompt à percer une ligne ennemie ou à combiner une offensive souveraine est peut-être plus grand encore lorsque le combat est désespéré. Alors qu’en 1800, à Marengo, pendant une résistance similaire, quelques troupes de jeunes conscrits se débandaient sous l’assaut autrichien, à Essling, l’ascendant de Lannes est si grand qu’à aucun moment ses soldats n’abandonnent leur formation : à leurs yeux, il est le demi-dieu de la guerre ! 

Ne parvenant pas à percer le centre conduit par Lannes, l’archiduc Charles se déchaîne sur les deux villages. Essling succombe à un nouvel assaut et Boudet se retranche une nouvelle fois dans le grenier. Napoléon est obligé de lancer ses réserves pour assurer la possession des villages, clés du maintien de l’armée face à l’ennemi. Rapp, avec les chasseurs à pied de la garde, doit épauler Masséna dans Aspern, et Mouton, avec quatre bataillons de fusiliers de la jeune garde, doit appuyer Lannes pour libérer Essling. Les deux aides de camp de l’Empereur se dirigent vers leurs objectifs respectifs, lorsqu’un aide de camp de Bessières vient montrer à Rapp une immense colonne autrichienne qui déferle sur Essling.

Rapp hésite un instant entre obéir aux ordres de Napoléon ou soutenir Mouton et Boudet, qui sont dans une situation critique. Il prend sur lui de marcher sur Essling. Avec son appui, l’assaut ennemi est repoussé à la baïonnette et Napoléon, un instant irrité par l’initiative de Rapp, saura récompenser cette décision opportune.  À gauche, Masséna est bloqué dans Aspern et, l’épée à la main, excite ses troupes dans une résistance héroïque.  L’après-midi commence à décliner et, après avoir entrevu la victoire, les Français combattent en attendant la nuit pour se replier sur l’île Lobau. Napoléon dépêche Lejeune auprès de Lannes pour savoir combien de temps il pourra encore tenir. Lorsque l’aide de camp parvient près de Lannes, il trouve le maréchal assis derrière un pli de terrain, avec quelques officiers. Montrant le peu d’hommes valides qui lui restent, Lannes dit à Lejeune : « Je n’ai plus que ce peu d’hommes que vous voyez ; nous tiendrons jusqu’au dernier ; mais ils n’ont plus de cartouches, et je ne sais où m’en procurer . » Partout dans la plaine, les blessés français se traînent vers le Danube afin de regagner l’abri de l’île Lobau. Peu de soldats sont épargnés et dans l’entourage de Lannes, Marbot est blessé à la cuisse, Viry à l’épaule, Watteville a une épaule luxée dans une chute de cheval, Labédoyère est blessé au pied par un biscaïen et le pauvre d’Albuquerque a été tué par un boulet.  Lannes est en conversation avec son ami le général Pouzet, lorsqu’une balle perdue frappe ce dernier à la tête et l’étend raide mort. Les deux hommes étaient profondément liés et, au fur et à mesure de son élévation, le maréchal avait entraîné son ami dans son sillage. Il est bouleversé par la mort de Pouzet. Assailli de sombres pensées, il s’éloigne d’une centaine de pas et s’assied sur le revers d’un fossé. Au bout d’un quart d’heure, quatre soldats portant péniblement dans un manteau un officier mort, s’arrêtent en face du maréchal pour se reposer et le manteau s’entrouvrant dévoile le visage de Pouzet. « Ah ! s’écrie Lannes, cet affreux spectacle me poursuivra donc partout ! » Fortement ému, il se lève et va s’asseoir sur le bord d’un autre fossé, la main sur les yeux et les jambes croisées l’une sur l’autre.

C’est alors, qu’un boulet de trois arrive en ricochant rencontre le genou gauche du maréchal, le traverse dans son épaisseur, et, changeant de direction, sans perdre de sa force, effleure la cuisse droite, dont il coupe les téguments et une portion du muscle vaste interne, au lieu le plus saillant, et très près de l’articulation du genou, laquelle, fort heureusement n’est pas entamée. Lannes est renversé sur le coup, éprouvant une violente commotion cérébrale et un très grand ébranlement de tous les organes. Marbot se précipite vers Lannes qui, fortement commotionné, ne s’est pas aperçu de la gravité de ses blessures. « Je suis blessé, dit le maréchal… c’est peu de choses… donnez-moi la main pour m’aider à me relever. » Mais la chose est impossible et Lannes, à demi évanoui, reste à terre.

Transporté d’abord à bras le corps, Lannes souffre terriblement. On veut alors utiliser le manteau de Pouzet, mais le maréchal s’exclame :

« C’est celui de mon pauvre ami ; il est couvert de son sang ; je ne veux pas m’en servir, faites-moi plutôt traîner comme vous pourrez ! »

Des grenadiers s’élancent, confectionnent un brancard improvisé avec des branches et des fusils, puis ramènent le corps du maréchal vers l’île Lobau.  Ignorant ce tragique événement, Napoléon a convoqué ses maréchaux pour déterminer avec eux la conduite à suivre, suite à cette funeste journée. Autour de lui se trouvent Berthier, Davout, Bessières et Masséna, qui n’a pu quitter Aspern que vers les sept heures du soir. Seul Lannes est absent, et pour cause ! Les maréchaux estiment qu’il faut repasser le Danube, mais devant les arguments avancés par Napoléon, ils décident de résister sur l’île Lobau.  Pendant que se déroule ce conseil de guerre, et tandis que l’intensité des combats faiblit sur tout le front, la nouvelle de la blessure de Lannes se répand et Larrey se précipite au-devant de son ami. Le chirurgien constate la gravité des blessures et l’état dramatique dans lequel se trouve Lannes. Le maréchal a le visage décoloré, les lèvres pâles, les yeux tristes, larmoyants, la voix faible et son pouls est à peine sensible.  Avec l’aide de plusieurs autres médecins, Larrey examine les plaies de Lannes. La cuisse droite est pansée avec un appareil fort simple, car elle ne présente aucune blessure irrémédiable. La blessure du genou gauche est par contre effrayante par le fracas des os, la déchirure des ligaments, la rupture des tendons et de l’artère poplitée.  À côté de Lannes prostré, il semble que les médecins ne soient pas tous d’accord sur l’attitude à adopter, mais finalement Larrey entreprend l’amputation de la jambe gauche, quatre doigts au-dessus du genou.  L’opération est pratiquée en moins de deux minutes et Lannes donne très peu de signes de douleur.  Ensuite, les grenadiers qui ont porté leur maréchal jusqu’à l’ambulance, reprennent leur précieux fardeau pour le porter à l’abri sur l’île Lobau .Napoléon est occupé à faire placer de l’artillerie dans l’île, pour protéger la retraite de l’armée, lorsqu’on vient lui annoncer que Lannes a été touché aux jambes par un boulet. L’Empereur est stupéfait et sa douleur est si vive, qu’il ne peut retenir ses larmes. Pendant qu’on lui raconte les détails de cette tragédie, il aperçoit le brancard sur lequel on ramène le maréchal. Autour des grenadiers qui portent Lannes, d’autres soldats se sont regroupés pour escorter leur maréchal. Ces braves aux visages noircis par le soleil et la poudre qu’ils ont brûlée depuis deux jours, ont le front couvert de sueur et les sourcils contractés par « la plus amère douleur. » Le désordre de leur tenue, le sang dont certains sont couverts, témoignent de leur valeur. Parmi eux, nombreux sont ceux qui pleurent. Le maréchal, presque évanoui, abandonne sa tête dans les mains d’un de ses officiers. 

Napoléon, l’empereur tout-puissant et par nécessité insensible en public, se précipite vers Lannes. Il pleure à chaudes larmes, sans retenue. À la vue de cette douleur si inhabituelle, les cœurs sont déchirés et les gorges se nouent. À l’instant même, les larmes ruissellent des yeux de tous les vieux soldats qui assistent à la scène. Napoléon se jette à genoux près de son ami, l’étreint contre sa poitrine, macule ses vêtements du sang du maréchal et, lui baignant le front de ses larmes, il lui demande avec douleur : « Lannes, mon ami, me reconnais-tu ? C’est Bonaparte, c’est ton ami ! »  En reconnaissant la voix de Napoléon, Lannes entrouvre les yeux. Il a perdu énormément de sang et murmure : « Oui, Sire… mais je crois qu’avant une heure… vous aurez perdu… celui qui fut votre meilleur ami . – Non ! Non ! répond Napoléon, tu vivras. N’est-il pas vrai, Monsieur Larrey, que vous répondez de ses jours ? » Autour du brancard, l’émotion est à son comble. Masséna, Berthier, Davout, Duroc et Caulaincourt, assistent impuissants à l’agonie de leur camarade. Bessières est là, lui aussi. Il est ému et se souvient probablement qu’à une époque, il était l’ami de Lannes et qu’il a assisté à son mariage avec Louise. Discrètement, il s’approche du moribond, lui serre furtivement la main et s’éloigne. Napoléon tente de rassurer Lannes et de se rassurer lui-même. Il assure au maréchal qu’il survivra. Lannes ne semble pas convaincu, mais répond à Napoléon : « Je désire vivre… si je peux encore vous servir… ainsi que notre France . »Il faut toutefois poursuivre la lutte et Napoléon doit se consacrer à son armée. Pendant qu’on emmène Lannes à l’abri, l’Empereur, suffoqué par les sanglots, dit à Masséna : « Il fallait que dans cette journée, mon cœur fût frappé d’un coup aussi terrible, pour m’abandonner à d’autres soins que ceux de l’armée. » C’est au duc de Rivoli que Napoléon confie le commandement en chef de toutes les troupes qui doivent retraiter dans la nuit. À onze heures du soir, après avoir donné l’ordre à Masséna de replier les dernières troupes sur l’île Lobau et de détruire le pont derrière lui, il traverse le Danube en barque pour regagner Ebersdorf. Il est silencieux pendant toute la traversée, toujours ému par la blessure de Lannes. Pour mettre pied à terre, il prend le bras droit de Savary et, s’appuyant très lourdement sur lui, il se dirige par un chemin creux et ombragé vers la maison où son quartier général est établi . 

Ronald ZINS ( « Le maréchal Lannes, favori de Napoléon », Horace Cardon, Éditeur, 2009) .

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 3 février, 2018 )

Le culte du souvenir…

Le Petit Caporal

« Waterloo, la Seconde Restauration, ont tronqué, rompu la carrière de milliers d’hommes, fonctionnaires, employés-certains tous jeunes encore (l’armée de 1813 était dans son immense majorité une armée « mineure »),-le personnel de l’énorme machine impériale. Désétablis, désaxés, rejetés dans une nouvelle existence qui, après des années d’activité forcenée et de gloire, paraît oisive, médiocre, sans couleur ni élan, ils n’ont d’autre ressource pour alimenter leur esprit que leurs souvenirs, et ces souvenirs finissent toujours par se condenser, se résumer en un nom, une image : L’EMPEREUR. »

(J. LUCAS-DUBRETON, « Le Culte de Napoléon, 1815-1848 », Editions Albin Michel, 1959, p.25)

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 27 juin, 2016 )

Napoléon du 26 au 30 juin 1815…

Napoléon portrait.

« 26 juin 1815. A Malmaison. Il se promène dans le parc avec le général Beker. Il reçoit la visite de la comtesse Walewska. Il fait ses préparatifs de départ. Il reçoit également les banquiers Laffitte et Noël, ainsi que Peyrusse. ».

27 juin 1815. Becker lui rend compte qu’il a reçu l’ordre impératif de le faire partir.

28 juin 1815. Il envoie Flahaut signifier à la commission du gouvernement qu’il restera à Malmaison tat que l’on aura pas prescrit à deux frégates de mettre la voile à son arrivée à Rochefort.

29 juin 1815. A l’aube, arrivent Decrès et Boulay de la Meurthe qui lui annoncent que les frégates sont mises à la disposition et qu’il doit partir sans retard, car la cavalerie prussienne approche. Il promet qu’il partira le jour même. Il tente une dernière fois de rester, faisant demander un commandement, et assurant qu’il s’exilera lorsqu’il aura battu les Prussiens. Démarche vaine. Madame Mère fut la dernière personne qu’il vit. Il pénétra seul dans la chambre où Joséphine était morte, et, à 17h30, vêtu en civil, il part avec Bertrand, Beker et Savary dans une calèche à quatre places. A 22 h., il arrive au château de Rambouillet où il couche. Il était passé par Rocquencourt et Saint-Cyr.

30 juin 1815. Il quitte Rambouillet à 11 h. Il passe sans s’arrêter à Chartres, relaie à Châteaudun, passe à Vendôme. »

(J. TULARD et L. GARROS, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour,  1769-1821 », Tallandier, 1992, p.474).

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 16 octobre, 2015 )

16 octobre 1815 !

Sainte LN

En fin de journée, l’Empereur débarque à Sainte-Hélène…

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 18 juillet, 2015 )

En mer, en direction des côtes anglaises…

Bellerophon

« Le Bellérophon prit la mer le 16 juillet, en route pour l’Angleterre. Le vent était calme et le vieux vaisseau avançait lentement. Qu’importe ! Il tenait, désormais, l’ennemi le plus redouté, et Maitland ne devait sans doute point encore être revenu de cette fortune si imprévue. Un auteur anglais, dont nous aurons à parler bientôt, a dit plus tard que, lorsque Maitland reçut l’ordre de conduire le Bellérophon devant les passes de Rochefort, il ne se doutait guère qu’il verrait l’empereur se remettre volontairement entre ses mains. Pour que cet événement se produisît, il avait fallu le concours de circonstances auxquelles on a peine à croire ; mais il faut rendre au capitaine anglais cette justice qu’il a admirablement servi la politique judaïque de son gouvernement. Dans le plaidoyer qu’il a publié, le capitaine Maitland s’est efforcé de donner à ses actes la tournure la plus honorable. Il est difficile de le croire, cependant, on a déjà perdu la terre de vue. Même situation, le 18. Le mardi, 19, le vent fraîchit mais sans être favorable ; on ne file que neuf nœuds, au plus près. On a croisé en mer le Swiftsure, allant, en vertu d’ordres antérieurs, renforcer la croisière, et le navire a été expédié si précipitamment, qu’il n’est qu’à moitié peint. Depuis le départ de l’île d’Aix, Napoléon semble se familiariser avec les habitudes de la mer ; d’un autre côté, les anglais changent d’attitude à son égard. Depuis vingt ans on s’était efforcé d’exciter chez ces gens-là, par des contes absurdes, les sentiments d’une haine poussée jusqu’à l’horreur ; on avait su éveiller dans leur esprit, quand il s’agissait de l’empereur, l’idée d’un monstre des temps fabuleux, et pour se convaincre de ce fait il suffit de lire le « journal » qu’a publié en Angleterre le médecin du Bellérophon. Le bon docteur raconte ses impressions comme ferait un naturaliste décrivant les mœurs d’un animal nouveau, étrange, extraordinaire. Mais à mesure que les officiers et l’équipage du vaisseau anglais se rapprochent de Napoléon, on les voit s’apprivoiser bien vile, se faire à ses habitudes et à celles de sa suite. Quand l’empereur paraît sur le pont, chacun se découvre ; on ne l’aborde que chapeau bas, et ceux qui lui parlent ne manquent jamais de se servir des expressions de « Sire » ou « Votre Majesté ». La table du commandant était la table de l’empereur; il n’y paraissait que ceux qu’il avait invités et, en toute occasion, nul ne négligeait de lui manifester égards et respect, dans les paroles ou les actes. Cette lente navigation laissait naturellement beaucoup de loisirs aux passagers : l’empereur les utilisa en dictant à Las Cases quelques notes sur la situation qu’il venait de traverser, à Rochefort et en rade de l’île d’Aix. Soit à cause de l’influence de son entourage, soit que l’affaiblissement persistant du ressort de la volonté eût produit chez lui un découragement voisin d’un complet abandon, Napoléon affectait une étrange confiance dans la bonne foi britannique. Sa lettre au prince-régent témoigne hautement de ce sentiment, que l’attitude de Maitland, lorsque cette lettre lui fut officiellement communiquée, n’avait pu que confirmer. Le dimanche 23 juillet, au lever du jour, on aperçut l’île d’Ouessant, qu’on avait dépassée pendant la nuit; l’on rencontra quelques frégates courant au sud et un grand mouvement de bâtiments de guerre dans toutes les directions. Si l’empereur s’était décidé à tenter la sortie de vive force, au moment où Ponée lui en avait fait la proposition, ces renforts seraient arrivés trop tard, et ce n’est pas le Bellérophon qui eût pu s’opposer à l’entreprise, étant mauvais marcheur, vieux vaisseau en armement depuis vingt-deux ans. Maitland, qui ne se faisait pas d’illusions sur ce point et qui s’était imaginé qu’on n’avait entamé des négociations que pour endormir sa vigilance, avait pris les dispositions suivantes, en prévision d’un coup de force : Se porter sur les frégates, accabler l’une de tout son feu, l’aborder et jeter à son bord 100 hommes déterminés; courir ensuite sur les traces de l’autre, tâcher de la joindre et de la prendre. Ce plan avait peu de chances de réussir, car Maitland se serait trouvé aux prises avec deux frégates neuves et bonnes voilières et il aurait pu avoir sur les bras, en même temps, le brick l’Épervier et, peut-être, la corvette de Baudin. A la tombée de la nuit, on aperçut les côtes d’Angleterre, et le lendemain, vers huit heures du matin, on jetait l’ancre dans la rade de Torbay. Depuis le point du jour l’empereur était sur la dunette. Aussitôt le vaisseau au mouillage, Maitland expédia un courrier à l’amiral Keith, à Plymouth. Dès que l’on connut, à Torbay, la présence de l’empereur à bord du Bellérophon, la rade se couvrit de barques chargées de curieux; un particulier envoya à l’empereur une corbeille de fruits, et cette affluence se continua toute la journée du mardi, 25. On apprit à ce moment que, depuis plusieurs jours, le Bellérophon était attendu là et qu’on savait que l’empereur serait à son bord. Dans la nuit arriva l’ordre de l’amiral Keith de conduire le vaisseau et son prisonnier à Plymouth, et cet amiral, dont on va lire les assurances favorables, recommandait au capitaine Maitland de redoubler de précautions pour « empêcher toute communication avec la terre ». On a osé dire, après cela, que les officiers anglais ne se doutaient pas de ce qui allait arriver et que l’incertitude était aussi grande chez eux qu’en France. Pour se rendre de Torbay à Plymouth, le Bellérophon dut louvoyer, à cause du vent contraire. Comme ses bordées l’amenaient souvent à ranger la terre, l’empereur fit cette remarque : « Il faut que les officiers de la marine française n’aient pas connu la situation de ces côtes-ci, lorsque dans la construction de la flottille de Boulogne ils ne me demandaient que des bateaux à fond plat. » Le Bellérophon avait appareillé le 26, au point du jour, pour se rendre à Plymouth; il y arriva vers quatre heures après midi, et au même moment on vit monter à bord le général Gourgaud, qui avait quitté l’île d’Aix dans la nuit du 14 au 15. Bien accueilli à bord du Bellérophon, comme nous l’avons raconté, il avait pu partir immédiatement sur la Slany, porteur de la lettre de Napoléon au prince-régent d’Angleterre et avait rallié l’amiral Hotham, qu’il rencontra à la baie de Quiberon. Celui-ci retint la Slany jusqu’à ce qu’il eût expédié un autre navire qui portât le premier la nouvelle à l’Amirauté. Quand Gourgaud arriva à Portsmouth, il fut retenu à bord, en dépit de ses protestations, pendant que le capitaine Sertorius se rendait à terre sans le prévenir, oubliant ainsi ses promesses ; et on ne tint aucun compte de ses réclamations, quelque violentes qu’elles fussent. A l’arrivée du Bellérophon, Gourgaud, prévenu à l’avance, demanda et obtint de se rendre auprès de l’Empereur. »

 (J. SILVESTRE, « De Waterloo à Sainte-Hélène… », Félix Alcan, Editeur, 1904, pp.265-270)

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 7 juillet, 2015 )

Juillet 1815…

Napoléon

« Napoléon n’a pas échappé à la loi commune. S’il n’avait pas été vaincu à Waterloo, il l’eût été quelques mois, quelques semaines plus tard. Il ne pouvait plus rien contre l’arrêt du destin. Voyant que la mort ne voulait pas de lui, Napoléon se résignait à la retraite. Après avoir quitté Jemappes, il s’arrêtait quelques heures à Philippeville, arrivait le 10 juin à Laon, où il était accueilli par les acclamations de ses fidèles, et il conçut un moment le projet de rallier les troupes; mais après quelques hésitations, il partait pour Paris. Le 21 juin 1815, à 5 heures et demie du matin, d’après le récit de Montholon, à 8 heures selon le manuscrit de Fain, Napoléon arrivait au palais de l’Elysée, où il était reçu sur le perron par le duc de Vicence, « son censeur dans la prospérité, son ami dans l’infortune », et qui dut lui prêter l’appui de son bras pour gravir les marches qui conduisaient à ses appartements. Il paraissait, dit un de ses secrétaires, succomber à la fatigue, à la douleur; sa poitrine était souffrante, sa respiration oppressée; après un soupir pénible, il dit au duc : « L’armée avait fait des prodiges, une terreur panique l’a saisie, tout a été perdu… je n’en puis plus, il me faut deux heures de repos pour être à mes affaires »; et portant la main sur son cœur : « J’étouffe là ! » (Fleury de Chaboulon, « Vie privée de Napoléon », tome II, p.210) Il ordonna qu’on lui préparât un bain; après quoi, on réunirait à 10 heures le Conseil des ministres, pour délibérer sur la situation.

Il fut un assez long temps à se ressaisir. Lavalette, qui le vit dans cette matinée, conte que, dès qu’il l’aperçut, l’Empereur vint à lui avec un rire épileptique effrayant. « Ah! mon Dieu ! », dit-il en levant les yeux au ciel, et il fit deux ou trois tours de chambre. Ce mouvement fut très court. Il reprit son sang-froid et demanda ce qui se passait à la Chambre des députés. Tandis que les uns conseillaient de dissoudre cette assemblée, d’autres insistaient pour l’abdication; l’Empereur se rallia finalement à ce dernier parti.  On connaît les événements qui suivirent. Après s’être retiré quelques jours à Malmaison, où il reçut la visite, entre autres personnages, de son médecin Corvisart, qui devait le revoir le lendemain, Napoléon reçut l’ordre de quitter la France. Le 3 juillet, il atteignit Rochefort, où il devait s’embarquer, sans délai, pour la destination qu’il pouvait encore choisir. Quelques-uns de ses amis lui proposaient de passer en Amérique, il ne voulut prendre aucune décision, hésitant, repris de son apathie. D’ordinaire si prompt à se décider, il n’osait risquer l’aventure, comme s’il se trouvait « sous l’influence de quelque charme malfaisant ».

Le 13 juillet, il adressait, de Rochefort, au Prince Régent, la lettre fameuse que l’on sait; le 15, au lever du soleil, il se rendait à bord de l’Épervier, pour passer de là sur le Bellérophon.

On raconte qu’il s’assoupit sur le pont du navire, en lisant une page d’Ossian, son auteur favori; son énergie physique et morale, au dire de personnages de sa suite, l’avait complètement abandonné. Une fois seulement au cours du voyage, il parut secouer sa léthargie: quand on fut en vue de la côte d’Ouessant, il sortit de sa cabine, prit un télescope et demeura les yeux fixés vers la terre, immobile, de 7 heures à midi; nul ne s’avisa de troubler ses douloureuses méditations. Le 24 juillet, le Bellérophon jetait l’ancre dans la rade de Torbay ; le 30, le cabinet de Saint-James notifiait au souverain déchu la volonté des alliés: l’île de Sainte-Hélène lui était fixée comme résidence; le 7 août, vers 2 heures de l’après-midi. Napoléon passait du Bellérophon sur le Northumberland, qui appareilla pour Sainte-Hélène. »

(Docteur Cabanès, « Au chevet de l’empereur », Albin Michel, Editeur, s.d. [vers 1920], pp.283-287)

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 19 juin, 2015 )

Napoléon le 19 juin 1815…

« 19 juin 1815. Napoléon est aux Quatre-Bras vers 1 heure. Il est vu par un officier, arrêté dans une clairière du Bossu, pleurant auprès d’un feu. Il passe par Gosselies et Lodelissart. Il est à  Charleroi entre 5 heures et 7 heures. Il passe la Sambre et s’arrête quelque temps  dans la prairie du débouché du  pont, à droite, cherchant à rallier des fuyards. Il mange. Il demande une calèche. On lui fait observer que les routes sont trop encombrées et que la cavalerie légère prussienne peut survenir d’un moment à  l’autre. Il remonte à cheval, marche sur Philippeville où il est à  9 heures. Là, il annonce le désastre à Joseph, en deux lettres. Il passe ensuite par Marienbourg, Rocroi, les Censes-Corbineau (halte), Maubert-Fontaine et Mézières (22 h30  à minuit). Il voyage dans la voiture du général Dupuy commandant la place de Philippeville. »

(Garros et Tulard, « Napoléon au jour le jour… », Tallandier, 1992, p.472)

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 14 juin, 2015 )

Proclamation de la campagne de Belgique en 1815.

Napoléon

Avesnes, 14 juin 1815.

A l’Armée du Nord.

Soldats, c’est aujourd’hui l’anniversaire de Marengo et de Friedland qui décidèrent deux fois du destin de l’Europe. Alors, comme après Austerlitz, comme après Wagram, nous fûmes trop généreux ;nous crûmes aux protestations et aux serments des princes que nous laissâmes sur le trône  ! Aujourd’hui, cependant, coalisés contre nous, ils en veulent à l’indépendance et aux droits les plus sacrés de la France. Ils ont commencé la plus injuste des agressions. Marchons donc à leur rencontre: eux et nous ne sommes-nous plus les mêmes hommes ?

Soldats, à Iéna, contre les mêmes Prussiens aujourd’hui si arrogants, vous étiez un contre trois; à Montmirail, un contre six. Que ceux d’entre vous qui ont été prisonniers des Anglais vous fassent le récit de leurs pontons et des maux affreux qu’ils ont soufferts ! Les Saxons, les Belges, les Hanovriens, les soldats de la confédération du Rhin, gémissent d’être obligés de prêter leurs bras à la cause des princes ennemis de la justice et des droits de tous les peuples, lls savent que cette coalition est insatiable. Après avoir dévoré douze millions de Polonais, douze millions d’Italiens, un million de Saxons, six millions de Belges, elle devra dévorer les Etats de deuxième ordre de l’Allemagne. Les insensés ! Un moment de prospérité les aveugle. L’oppression et l’humiliation du peuple français sont hors de leur pouvoir. S’ils entrent en France, ils y trouveront leur tombeau.

Soldats, nous avons des marches forcées à faire, des batailles à livrer, des périls à courir ; mais avec de la constance, la victoire sera à nous : les droits, l’honneur et le bonheur de la patrie seront reconquis.

Pour tout Français qui a du cœur, le moment est arrivé de vaincre ou de périr !

NAPOLEON.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 1 mai, 2015 )

Napoléon en mai 1815…

Napoléon 6 semaines avant Waterloo

« 1er mai. Conseil des ministres.

2-3 mai. Travail à l’Élysée.

4 mai. Spectacle chez l’Empereur.

5 mai. A l’Élysée.

6 mai. Il visite l’atelier d’armes installé dans l’ancien couvent de la Croix, rue de Charonne. Richard Lenoir vient le saluer et le conduit dans sa manufacture. Il visite également les travaux de la barrière de Charonne.

7 mai. Revue, aux Tuileries, de plusieurs divisions d’infanterie et de cavalerie. Cette parade dure jusqu’à 17 h. Elle avait débuté après la messe. Il regagne l’Élysée à 17 h30. Conseil des ministres.

8 mai. Conseil des finances. Son frère Lucien arrive à Paris.

9 mai. Napoléon nomme Soult major général.

10 mai. A l’Élysée.

11 mai. Il visite les Invalides, puis le Champ-de-Mars, avant midi.

12-13 mai. Travail à l’Élysée.

14 mai. Revue aux Tuileries de 15 000 confédérés et gardes nationaux.

15 mai. Il apprend l’insurrection de la Vendée.

16 mai. Conseil des ministres.

17 mai. Les nouvelles en provenance d’Italie sont mauvaises.

18 mai. Revue de troupes dans les Champs-Élysées.

19-20 mai. Travail à l’Élysée.

21 mai. Audiences aux Tuileries.

22-25 mai. A l’Élysée. Il nomme Lamarque à la tête des troupes envoyées en Vendée.

26 mai. A partir de 6 h., il fait le retour des travaux en cours depuis Montmartre jusqu’à Belleville et Charonne, puis jusqu’à Vincennes. Il est de retour à l’Élysée à 14 h.

27 mai. On apprend le débarquement à Cannes de Murat. Napoléon refusera ses services.

28 mai. Il va entendre la messe aux Tuileries, puis passe une grande revue qui dure jusqu’à 18h15. »

(L. GARROS et J. TULARD, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821 »,  Tallandier, 1992, pp.466-467).

 

 

 

 

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 30 avril, 2015 )

1815. Quelques repères…

Visuel 1815-2015

5 avril. Les troupes anglaises arrivent en Belgique, commandées par Arthur Wellesley, duc de Wellington.

22 avril. Proclamation de l’Acte additionnel aux constitutions de l’Empire, rédigé par Benjamin Constant.

26 mai. Le tsar de Russie, le roi de Prusse et l’empereur d’Autriche quittent Vienne pour se mettre à la tête de leurs armées et lutter contre la France.

1er juin. Cérémonie du Champ-de-Mai, à Paris.

9 juin. L’acte final du Congrès de Vienne est signé par les plénipotentiaires des grandes puissances alliées présentes. Il avait été ouvert le 1er novembre 1814.

12 juin. Napoléon quitte Paris pour la Belgique.

15 juin. Napoléon chasse les Prussiens de Charleroi et décide de s’attaquer à Blücher pendant que Ney est prié d’occuper les Quatre-Bras, carrefour stratégique routier.

16 juin. Bataille de Ligny et bataille des Quatre-Bras.

18 juin. Bataille de Mont-Saint-Jean, appelée par les Anglais « Bataille de Waterloo » et par les Prussiens « Bataille de La Belle-Alliance ».

21 juin. Napoléon est de retour à Paris.

22 juin. L’Empereur abdique en faveur de son fils.

25 juin. Napoléon arrive au château de Malmaison.

29 juin. Après un court séjour, Napoléon prend le chemin de l’exil.

3 juillet. L’Empereur est à Rochefort-sur-Mer.

8 juillet. Louis XVIII revient à Paris.

12 juillet. Arrivé sur la frégate la Saale, Napoléon s’installe provisoirement à l’île d’Aix.

15 juillet. Il s’embarque à bord du brick de guerre l’Épervier, sous pavillon parlementaire qui le conduit jusqu’au Bellérophon, navire britannique. « Je suis venu me placer sous la protection de votre prince et de vos lois », déclare l’Empereur.

7 août. En rade de Plymouth, Napoléon est transféré sur le Northumberland  qui le conduira à l’île de Sainte-Hélène.

15 octobre. Arrivée de l’Empereur à Sainte-Hélène.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 9 avril, 2015 )

Et à Paris et en Europe…

« A Paris, le café Montansier, auprès du Palais-Royal, était devenu depuis le 20 mars « le rendez-vous de tous les amis de la gloire nationale », parmi lesquels se voyaient de nombreux officiers . Le 23 mars on y chantait des vers improvisés, qui révèlent avec une simplicité pittoresque les sentiments des bonapartistes parisiens :

L’île d’Elbe à noire espérance

A rendu l’objet de nos vœux:

Il reparaît, et de la France

Tous les habitants sont heureux.

Pour les Français ah! Quelle fête!

Ils ont, dans la même saison,

Vu revenir la violette,

Le printemps et Napoléon.

Les Bourbons voulaient à la France

Rendre leurs anciens préjugés.

C’était un acte de démence :

Ils sont partis, ils sont jugés.

O Providence ! Ainsi lu règles

Le sort de notre nation.

La France est faite pour les Aigles,

Les Français pour Napoléon !

Les partisans de Napoléon, dans la capitale, étaient si émus devant « le prodige » du retour qu’ils croyaient de bonne foi à une France unanime dans le culte impérial . L’Empire était rétabli. Cet événement entrainerait-il nécessairement la guerre avec l’Europe, n’impliquait-il point, au contraire, la certitude d’une ère pacifique? C’est sur ce problème que s’exerçaient, au lendemain du 20 mars, les imaginations des Français. Dans la masse de la population parisienne la confiance dans l’Autriche et même dans l’Angleterre se manifestait avec force. Certains bonapartistes s’abusaient complaisamment. Le 22 mars en effet Soulanges-Rodin écrivait de Paris au prince Eugène : « … Déjà même nous ne regardons plus ici l’Autriche comme une puissance étrangère, puisque c’est d’elle que nous nous attendons à recevoir bientôt et l’épouse de l’Empereur et l’héritier de l’Empire» . On parlait d’un sérieux accord entre Napoléon, l’Autriche et l’Angleterre, ou d’une trêve de vingt ans en Europe, et le silence de plusieurs personnages officiels, qui n’osaient sans doute se prononcer, affermissait ces erreurs. On produisait encore des raisonnements presque aussi rassurants : ni l’Autriche, résolument acquise à Napoléon, ni l’Angleterre, malgré ses tenaces jalousies envers la France, ni la Russie, sans argent et absorbée par ses embarras intérieurs, ne songeaient à entrer en lutte avec la France : restait la Prusse, et une guerre avec la Prusse « offrait peu de dangers ». Marie-Louise et le roi de Rome étaient attendus avec obstination. Une brochure, Du Retour de S. M. l’Impératrice Marie-Louise et le roi de Rome, publiée le 3 avril, enregistrait débonnairement le vœu public : Marie-Louise et son fils «ont déjà, sans doute, franchi la barrière qui les sépare du plus cher des époux, du plus tendre des pères… Illustres voyageurs…, votre retour dans la capitale va donner le signal d’une concorde universelle ». Diverses conversations, il est vrai, s’alimentaient de renseignements opposés : on disait que Marie-Louise était «gardée à vue à Presbourg », et que l’empereur d’Autriche avait « livré en otages, comme garants de sa conduite envers les Alliés, le roi de Home et le prince Eugène». De plus on raconte à la fin de mars, parmi le monde de la finance et dans les cafés, que l’armée prussienne entoure Metz, que l’avant-garde du général Zieten a dépassé Liège qu’enfin l’Empereur veut incorporer 300.000 conscrits. Dans la haute société parisienne Napoléon sentit tout de suite de la froideur et du découragement, beaucoup de Parisiens notables, en effet, nourrissaient les plus démoralisantes conjectures sur les événements prochains, et la Déclaration du 13 mars les frappait d’une commune angoisse-.. Il s’y mêlait contre Napoléon une colère faite d’humiliation patriotique : reconnaître le traité de Paris, le réclamer «à genoux », c’était là une altitude non seulement indigne de la France, mais qui ne procurait même pas le moyen d’arrêter la ruée des troupes alliées. Loin de satisfaire à l’orgueil national, Napoléon n’étalait qu’un misérable égoïsme, auquel il sacrifiait criminellement la patrie.

Et certains regrettaient qu’il n’eût point adopté le seul parti qui put sauver la France, en occupant à la fin de mars la Belgique pour organiser à l’abri du Rhin un solide rempart défensif. A Davout qui, pour le rallier, se servait des dires de Napoléon sur l’Autriche, Macdonald répliquait en tendant la Déclaration du 13 mars, dont il avait rapporté du Nord plusieurs exemplaires. Avec Rapp, Napoléon eut deux entrevues à la fin de mars. Dans la première, comme le général laissait entrevoir quelque souci de l’avenir, Napoléon parla vaguement de ses alliances, mit en relief ses intentions pacifiques, se frappa sur le ventre en s’écriant : « Est-on gros comme moi quand on a de l’ambition ? », puis, au milieu d’éloges et d’embrassades, sans proscrire absolument l’éventualité d’une guerre, il donna à Rapp le commandement de l’armée du Rhin, disant qu’il traiterait avec la Prusse et la Russie, et ajoutant : « J’espère que, d’ici un mois, lu recevras ma femme et mon fils à Strasbourg. »   Le 29 mars 1815, l’Empereur revit Rapp, qui lui objecta la faiblesse numérique de son corps d’armée, alors que la Déclaration du 13 mars « nous menaçait d’un déluge de soldats ». Napoléon repartit avec humeur que cette Déclaration était ,fausse, qu’elle avait été « fabriquée à Paris », mais son langage indiquait, cette fois, la vraisemblance d’une guerre et l’extrême difficulté de négocier 1.Le général Foy appelait  un problème » la révolution du 20 mars, et ne se dissimulait pas que l’Europe « allait se conjurer » contre Napoléon .Le colonel d’artillerie Noël, apprenant l’entrée de Napoléon à Paris et le départ du Roi, concluait de ces deux faits à « une guerre d’invasion ». Les illusions sur l’Autriche persistaient dans les départements. A la fin de mars les habitants de Mulhouse « paraissent persuadés que l’empereur d’Autriche est d’accord avec l’empereur de France, et que, dans tous les cas, il ne nous fera pas la guerre ». A Metz, à Sarrebruck, le retour de Marie-Louise est considéré comme très prochain, bien que son voyage, dit-on, ait été interrompu. Malgré ces espérances se répandait la persuasion que les puissances étrangères et la France entreraient encore une fois en lutte. A Recey-sur-Ource, en Côte-d’Or, le maire, devant ses administrés, interprète la Déclaration du 13 mars comme le signal d’une guerre prochaine. A Lille la présence du maréchal Ney, le 26 mars, donne à penser qu’il « précède un corps d’armée qui se portera sans doute sur le Brabant». Des alarmistes publient à Calais que « tous les vaisseaux anglais sont sortis des ports pour fondre sur notre marine marchande, comme après le traité d’Amiens ». La proximité et l’accroissement des troupes alliées jettent de l’anxiété dans les départements du Nord et du Mont- Blanc. A Metz,  la haine contre Prussiens et Russes est portée « au plus haut degré », et, autour de Metz, « le peuple des campagnes est disposé à se battre jusqu’à la mort si la guerre recommence. Les résolutions du gouvernement impérial attestaient elles-mêmes que la paix ne durerait pas. Le 28 mars Napoléon ordonnait que tous les sous-officiers et soldats absents de leurs corps « par quelque raison que ce soit » les rejoindraient sans délai pour t courir à la défense de la patrie ». Simultanément il créait de nouveaux régiments, augmentait le personnel des manufactures d’armes, prohibait l’exportation des armes à feu. Carnot, en outre, était chargé de l’organisation des gardes nationales, qui, commencée dès la fin de mars, fut réglée par deux décrets du 10 avril. Activité militaire d’autant plus significative que l’Europe, unie contre la France par le traité du 25 mars, refusait de recevoir courriers diplomatiques et émissaires, et que déjà les royalistes, préludant à l’entrée en campagne des Alliés, s’insurgeaient «contre l’Empereur. »

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.134-139).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 8 avril, 2015 )

En France, après le retour de Napoléon…

08-500529

« L’Empire était rétabli. Cet événement entrainerait-il nécessairement la guerre avec l’Europe, n’impliquait-il point, au contraire, la certitude d’une ère pacifique ? C’est sur ce problème que s’exerçaient, au lendemain du 20 mars, les imaginations des Français. Dans la masse de la population parisienne la confiance dans l’Autriche et même dans l’Angleterre se manifestait chanter à l’office Domine, salvum fac Regem, 300 manifestants bonapartistes, excités par la nouvelle du 20 mars, abîment les fenêtres du curé aux cris de « A bas la calotte ! » A Moulins, aigles et drapeaux tricolores ont reparu aux cris « réitérés » de « Vive l’Empereur ! » « le peuple a forcé le préfet de lire lui-même les proclamations de l’Empereur on lui a placé une grande cocarde à son chapeau et on l’a promené dans la ville, avec le drapeau national ». Le 23 mars 1815, à Bar-le-Duc et dans les localités environnantes, la population, « malgré des torrents de pluie », se répand dans les rues et sur les places, elle crie « Vive l’Empereur ! », allume des feux de joie, tire des coups de canon, brûle des pétards. A Rennes le peuple illumine pendant plusieurs jours. A Strasbourg retentissent les cris de « Vive Napoléon ! Vive le Père La Violette ! A bas la calotte ! » A Metz, le peuple et les soldats s’ameutent contre le maréchal Oudinot, et le 24 mars, tandis que le drapeau tricolore, salué avec allégresse, brille sur la cathédrale, le maréchal, renonçant à défendre la cause du Roi, s’apprête à quitter la ville avec sa femme. A Orléans le général Dupont, qui commandait un corps d’environ 12.000 hommes, laisse ses soldats, le 21 mars, arborer la cocarde tricolore, mais le soir même le maréchal de Gouvion Saint-Cyr, nommé à sa place, blâme Dupont avec virulence, fait garder à vue le général Pajol et reprendre aux troupes la cocarde blanche. Peine perdue : le 23 mars les soldats se mutinent, portent à nouveau la cocarde tricolore, réclament qu’on les conduise à Paris, et même un régiment de dragons se met en route pour la capitale. Menacé d’être arrêté, Gouvion Saint-Cyr se déguise et s’échappe en barque sur la Loire. A Valenciennes, les 23 et 24 mars, soldats et officiers fêtèrent Napoléon par des libations répétées, brisèrent les enseignes décorées d’emblèmes monarchiques, brûlèrent des drapeaux blancs, crièrent « Vive l’Empereur ! A bas les royalistes ! », forcèrent même des passants à crier « Vive l’Empereur ! » A peine le 20 mars est-il connu qu’au Puy deux officiers sont assaillis par « une multitude de misérables en haillons », qui, en criant « Vive l’Empereur ! A bas la cocarde blanche ! », s’emparent de leurs shakos pour les dépouiller de la cocarde détestée. A Cahors, le 28 mars, soldats et gendarmes, aux cris de « Vive l’Empereur ! » , arborent les premiers le drapeau tricolore. Les populations rurales du Puy-de-Dôme « se réjouissent de n’être plus sous la dépendance des nobles qui commençaient déjà à les regarder comme leurs vassaux ». De Clermont- Ferrand à Brioude des feux de joie sont allumés « sur les hauteurs ». Les paysans de la Creuse illuminent, font des feux de joie.

Dans le Cantal « cette révolution terminée sans désordres et sans violence contente le plus grand nombre et tend à obtenir successivement l’assentiment du reste »! Dans le Doubs, dans la Haute-Marne, dans la Meurtrie, le dévouement à l’Empereur, l’enthousiasme, l’ivresse même éclatent avec force. Partout dans l’Est ce sont feux de joie et coups de fusil en l’honneur de Napoléon’. Autour de Nancy, dès que les laboureurs aperçoivent « une voiture sur la route », ils crient « Vive l’Empereur ! » Mêmes témoignages naïfs de contentement dans l’Yonne. Le 26 mars 1815, jour de Pâques, les habitants de Villevallier, près Joigny, demandent au curé de chanter après vêpres un Te Deum solennel, et la cérémonie se déroule « avec le recueillement religieux et l’enthousiasme de tous les assistants ». Le maire de Villeneuve-la-Guyard, près de Pont-sur-Yonne, écrit à Napoléon, le 31 mars:«Napoléon est à nous, nous sommes à Napoléon, il fera notre bonheur, et nous travaillerons à assurer le sien ». Aux cultivateurs du Tarn le triomphe de Napoléon parait être « un bienfait du Ciel qui les a sauvés de l’oppression dont ils étaient menacés » Empereur des soldats, des paysans, des ouvriers, Napoléon est exalté par le clergé constitutionnel, qui voyait dans le 20 mars une pleine revanche sur la Restauration. L’archevêque de Besançon Le Coz salue le nouveau souverain en termes dithyrambiques. « Vous êtes vraiment un homme prodigieux… Certes, un ange du Seigneur vous couvre de son immortelle égide », lui écrivait-il le 25 mars, et il lui promettait en même temps qu’un jour viendrait où tous les Français, répétant les louanges décernées à César par Cicéron, le jugeraient « semblable à la Divinité même… simillimum Deo » Et  aussitôt, par une circulaire adressée aux curés de son diocèse, Le Coz donna libre carrière à sa ferveur adulatrice : comme toutes les puissances, celle de Napoléon venait de Dieu ; la respecter était un devoir de la religion; aux grand’messes des dimanches et fêtes, et lors des bénédictions habituelles du Saint-Sacrement, les prêtres prieront solennellement pour l’Empereur . A Cosne le curé Leblanc célébra « Napoléon le Grand » le 26 mars, jour de Pâques, et fit imprimer sa harangue : selon cet ex-deuxième vicaire de l’évêque constitutionnel de la Nièvre, Louis XVIII n’avait dû sa courte restauration qu’aux armées étrangères et à la trahison; il était « repoussé par l’opinion publique »; Napoléon avait été donné, puis ramené à la France par le Très-Haut; il avait «rétabli la religion, rappelé ses ministres », doté la France d’une gloire immense, de lois excellentes, de « monuments » et d’ «établissements admirables ». Les prêtres constitutionnels des cantons de Thann, Saint-Amarin et Massevaux disaient dans une adresse à l’Empereur : « Vos ennemis sont les nôtres; les prêtres constitutionnels furent de tout temps un objet de haine à la caste nobiliaire. Mettez en vigueur les libertés de l’Eglise gallicane, ce boulevard contre l’ultramontanisme et ce palladium du trône. »

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.130-134).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|