( 24 août, 2017 )

Une lettre d’un chirurgien-major en 1812…

06502479.jpg

Cette dernière a été rédigée par Philippe Granal, chirurgien aide-major au 53ème régiment d’infanterie de ligne. Elle est adressée à son épouse, demeurant à Montagnac (Hérault).

Krasnowi, le 7 novembre 1812.

Ma chère femme, Moscou exista ; Viasma, Dorogobouje, Smolensk, existaient aussi, mais il ne reste de ces villes que les cendres. L’armée russe a eu la fausse politique d’emmener avec elle les administrations et de donner l’exemple de l’incendie ; nous avons achevé. Elle avait sans doute le but de nous réduire à la haine ; mais Dieu est ici comme tout ailleurs. Jamais campagne n’a offert tant d’horreur ; l’armée se retire de Moscou pour former une ligne, dit-on, à Smolensk. La campagne prochaine (s’ils ne se mettent à la raison) nous irons brûler ou leur faire brûler (s’ils osent) Saint-Pétersbourg. Adieu, embrasse nos enfants.

GRANAL.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 août, 2017 )

Un visiteur anonyme la veille de la bataille d’Eylau…

Un visiteur anonyme la veille de la bataille d'Eylau... dans TEMOIGNAGES eylau

Une nuit, peu de temps avant la bataille d’Eylau, le Commandant Jean-Stanislas Vivien (1777-1850), du 55ème de ligne, et ses hommes reçoivent la visite d’un visiteur anonyme. Cet épisode voici est relaté dans l’excellent témoignage qu’il a laissé et qui fut publié la première fois en 1907 et réédité en 2003 à la Librairie des Deux Empires. 

 C.B.

La nuit au bivouac du 5 au 6 février 1807 « Bien des gens savent que la bataille de Preussich-Eylau s’est donnée le 8 février 1807, mais un plus grand nombre ignore les souffrances inouïes que les troupes eurent à supporter par quinze degrés Réaumur de froid [presque quinze degrés C° ], pour venir converger sur ce point de la corde de l’arc où cent cinquante mille Russes et Français se sont escrimés à outrance sur un champ de bataille qui n’avait guère plus d’une lieue d’étendue [environ 4 kilomètres], dans la neige ensanglantée, et où ils ont laissé, de part et d’autre, plus de trente mille morts sur le champ de bataille. 

Le 1er février, la division Saint-Hilaire, dont mon régiment faisait partie, avait quitté ses cantonnements situés à une journée de marche en avant et à gauche de Varsovie.

Tous les jours qui ont suivi jusqu’au 7 inclus, ont été marqués par des marches lentes et saccadées mais toujours pénibles, de quinze à seize heures, et par des bivouacs tellement malheureux. Les soldats, sans rations la plupart du temps, avaient une peine infinie à allumer le feu, tant la couche de neige était épaisse et le bois sec difficile à se procurer .  Un jour non, c’était une nuit, car il était encore que six heures du matin, un homme à pied, seul, enveloppé d’une ample redingote grise fourrée d’astrakan, et coiffé d’un bonnet aussi d’astrakan à larges oreillères rabattues, de sorte qu’on ne lui voyait guère que les yeux, le bout du nez et la bouche, s’approcha du feu du bivouac où j’étais blotti et qui ne faisait plus que fumer, parce que la neige qui l’environnait et qui fondait à mesure, empêchait le bois de brûler.

Cet homme, dis-je, adressant la parole à un caporal de ma compagnie, qui n’avait pas moins de cinq pieds dix pouces, lui dit : -Eh bien, grenadier, le fournisseur qui a livré la capote que tu portes là, a bien volé le quart du drap, n’est-ce pas ? 

-Ma foi, je n’en sais rien, répondit le caporal ; tout ce que je sais, moi, c’est qu’il a fait boug…froid cette nuit ! Vous n’avez pas senti ça comme nous, vous, avec votre redingote et votre casquette doublées de poil ! 

-On s’est bien battu, hier soir, n’est-ce pas, sur le bord de ce ruisseau ? Les Russes devaient être nombreux : je gage qu’ils étaient au moins douze cents. -Ah ! je vous en f… : douze cents, dites donc plutôt douze mille, reprit un grenadier, car nous nous y sommes mis toute la division pour les f… de l’autre côté et nous n’étions pas de trop : je ne sais pas si vous le savez. 

-Mais, dites-moi donc, grenadier, il doit y avoir ce moulin à quelques cents pas d’ici, sur ce ruisseau, et un poste pour en défendre le passage !

-Ah ! Bien oui, un moulin, reprit un autre grenadier : vous n’aurez pas d’indigestion si vous ne mangez à votre déjeuner que le pain fait avec la farine qui s’y moudra, car nous l’avons joliment fait danser, cette nuit, le moulin ! 

L’officier qui commande le poste voulait bien nous empêcher de le démolir pour en faire du feu ; mais, moi, je lui dis avec respect : 

- Mon lieutenant, par le temps qui court, faut pas être si dur aux pauvres soldats : si vous ne permettez pas que nous emportions le moulin, vous êtes sûr de nous trouver tous gelés demain matin, raides comme des barres de fer ; et en indiquant les bûches qui fumaient plutôt qu’elles ne brûlaient : 

-Tenez, dit-il, en v’là les restes. -Oui, le moulin devait être là, et j’ai fait dire à Soult de n’établir ses bivouacs qu’après y avoir fait placer une grand’garde. 

J’étais roulé dans mon manteau, et couché, grelottant sur une poignée de paille mouillée.

J’avais entendu à peu près tout ce qui s’était dit : et, jusque-là, j’étais bien loin de tout soupçonner quel était leur interlocuteur, mais lorsque je l’entendis : qu’il avait à faire à Soult … Je me levai d’un bond et je reconnus l’Empereur. 

Mes grenadiers l’avaient aussi reconnu et chacun s’empressait de s’excuser et de rassembler les tisons pour obtenir un peu de flamme ; mais, par excès de zèle, un maladroit, en se courbant, pour souffler de la bouche, renversa sa giberne par côté.

Comme elle était restée non bouclée de la veille, une douzaine de cartouches qui se trouvaient encore dedans, tombèrent dans les cendres et firent explosion, sans blesser personne, parce qu’il n’y eut pas de résistance relative ; deux souffleurs eurent seulement les cheveux et les moustaches grillés, ce qui fit rire tout le monde, l’Empereur aussi. Le prince Berthier, le grand maréchal du Palais, les généraux aides de camp, les officiers d’ordonnance, le mameluck Rustan [Roustam] et tous les officiers ordinaires de la Maison, cherchaient l’Empereur !

A ce moment, la diane battit sur toute la ligne, l’Empereur fut rejoint par son escorte, la division prit les armes ; et un quart d’heure après, nous étions en marche pour continuer notre route sur Eylau. L’Empereur aimait à s’échapper furtivement et à venir causer familièrement avec les soldats dans leur bivouac. Tout le jour, mes grenadiers n’ont cessé de parler de la visite nocturne de l’Empereur et regrettaient bien qu’il ne fût pas venu une heure plus tôt ; alors, la fournée de pommes de terre n’était pas encore dévorée, et ils l’eussent invité à prendre sa part et à se faire une bosse [« bosse » est pris ici pour « ventre »] avec eux, ce qu’il n’aurait probablement pas refusé.» 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 août, 2017 )

La PRISE de SMOLENSK (17 août 1812).

Vers neuf heures du matin nous rencontrons des massLa PRISE de SMOLENSK (17 août 1812). dans TEMOIGNAGES smolenskes de toutes armes débouchant de diverses directions. Chacun prend sa place de bataille. L’Empereur paraît, couvert de poussière, des pieds à la tête, ainsi que le groupe de généraux qui le suit. Il se porte en avant, puis va donner ses ordres, à la droite d’une division. Le maréchal Ney met pied à terre près de ma compagnie, me prend le bras et me mène sur un petit monticule ; ayant appuyé sa longue-vue sur mon épaule, il regarde pendant cinq minutes, puis va rendre compte à l’Empereur. Presque aussitôt, une vive canonnade, sur notre droite, ouvre la bataille. Smolensk était entouré d’un mur d’enceinte assez haut, crénelé et flanquée de tours bastionnées avec des fossés secs. Il y avait deux portes. Un ravin ayant une immense profondeur et très touffu couvrait tout le front de la ville. C’est dans ce ravin que nous attendaient les Russes. Nous y sommes lancés par bataillons, par compagnies, le terrain très accidenté nous désunit, nos officiers ont peu ou point d’hommes avec eux, sauf le capitaine qui était suivi d’une demi-section, pour porter ses ordres. A un moment donné, je me trouvai, moi, quatrième, devant dix Russes ; après avoir brûlé une cartouche nous fîmes jouer la baïonnette, ce qui ne nous effrayait guère. Bientôt le canon des Russes se tût, car, dans ce pêle-mêle il aurait atteint ses soldats aussi bien que nous. Nous avancions lentement dans ce combat corps-à-corps, lorsque les cris de « En avant ! » se font entendre, les tambours battent la charge, chacun prend le pas de course et nous subissons, sans trop en souffrir, le feu des canons des tours et des bastions.

Le maréchal (Davout) monte à l’assaut de la brèche du Grand Bastion, nous l’y suivons et entrons dans la ville, d’autres troupes entrent par la porte voisine. Nous trouvâmes Smolensk déserte, les Russes l’avaient incendiée pour couvrir leur retraite. Telle fut cette grande bataille où mon régiment éprouva beaucoup de pertes, j’y perdis un de mes bons amis frappé d’une balle au front. Quant à moi je n’eux à regretter que mon pompon, coupé par un projectile. Nous passâmes la journée du 18 au milieu de décombres fumants et de cadavres de tous sexes et de tous âges, n’ayant plus forme humaine. De la ville sainte il ne restait debout que les principaux édifices, entre autres une église qui me parût remarquable autant par sa grandeur que par son architecture orientale, et qui était pleine de morts et de mourants. Je fus très surpris de voir que cette grande cité était traversée par un ravin rapide et profond. »

(Capitaine Vincent BERTRAND, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815. Recueillis et publiés par le colonel Chaland de La Guillanche, son petit-fils [la première fois en 1909]. Réédition établie et complétée par Christophe Bourachot », A la Librairie des Deux Empires, 1998, pp.118-120). L’auteur était alors sergent au 7ème régiment d’infanterie légère.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 août, 2017 )

Une lettre d’Amédée de Pastoret…

 amdedepastoret.jpgCette lettre, interceptée par les Russes est écrite par Amédée de Pastoret à un de ses collègues de Vilna, qui rit, danse et joue la comédie dans les salons du duc de Bassano et mène à la fois les plaisirs et les affaires. Pastoret n’est pas, lui, un « des heureux du siècle ». Il administre la Russie blanche, et Dieu sait au milieu de quel embarras, de quelles difficultés ! 

Arthur CHUQUET. 

Vitebsk, 28 octobre 1812. 

De tous les intendants que je connaîs, je suis le plus malheureux. L’Empereur de France m’a donné douze districts à gouverner, mais l’Empereur de Russie a jugé à propos d’en administrer huit par lui-même ou par ses généraux, et, qui pis est, il ne me laisse pas même tranquille dans les autres. M. de Wittgenstein, que bien vous connaissez, a des avant-postes à six lieues de moi, et l’autre jour, des cosaques sont venus déjeuner pour la troisième fois dans les faubourgs de Vitebsk. Il est bien vrai qu’assez près de moi j’ai deux maréchaux de France et trois corps d’armée. Mais jugez un peu ce que tout ce monde-là doit consommer en toute espèce de choses. Mes braves sujets ne voudraient point se battre, ils n’aiment pas à fournir leurs denrées et se soucient peu de donner leur argent. J’ai donc peu de secours à en attendre. D’un autre côté, la commission administrative que l’Empereur avait mise sous ma présidence et qui était richement composée de princes et de comtes, a disparu comme l’ombre vaine qui passe et ne revient plus. Supposer un pauvre homme tout seul dans un pays à peu près inconnu pour lui, mettez-lui les ennemis en tête et rien à dos, supposez qu’il n’ait ni argent ni forces militaires, qu’il ne trouve autour de lui ni zèle ni bonnes volonté, et vous aurez une petite idée de notre position. Je ne l’exagère pas, sur ma fois, mais j’ai bien de la peine à la supporter. 

————————————————

Quelques mots sur ce personnage : 

Pastoret, Amédée David de Pastoret est né le 2 janvier 1791 à Paris. Fils du marquis de Pastoret, membre du Sénat conservateur. Il fait ses études au lycée Napoléon, et à l’âge de 18 ans, est envoyé à Rome comme secrétaire général du Ministre de l’Intérieur. Il est nommé le 19 janvier 1810 auditeur de seconde classe, et affecté près l’administration des ponts et chaussées jusqu’en 1811. Il passe en service extraordinaire comme intendant en Russie en 1812. Officiellement auditeur de première classe en service ordinaire près du ministre de la police et de la section de l’intérieur en 1812, il est également rattaché à la commission du contentieux en 1812. En service extraordinaire, il est fait sous-préfet de Corbeil le 7 avril 1813 mais est mis à disposition de Daru, pour la Grande-Armée, par décret du 14 avril 1813. Le décret du 26 décembre 1813 le nomme adjoint au commissaire extraordinaire dans la 18ème  division militaire (Dijon). Il se rallie aux Bourbons en 1814 et est alors nommé maître des requêtes. Membre libre de l’Académie des Beaux-Arts en 1823. Conseiller d’État en 1825. Il refuse en 1830 de prêter serment à Louis Philippe et se mêle assez activement aux menées légitimistes. Il ne reprend une carrière publique qu’en 1852 : sénateur le 31 décembre 1852, grand officier de la Légion d’honneur et membre de la commission municipale de Paris en 1855. Il s’éteint à Paris le 18 mai 1857. 

 C.B. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 août, 2017 )

15 août 1813, prison de Fortum (Angleterre)…

Le capitaine Beaujot, originaire de Liège (Belgique), a participé aux campagnes de l’Empire dans les rangs du 26ème régiment d’infanterie de ligne. Grièvement blessé et fait prisonnier lors de la bataille de Busaco (Portugal) le 27 septembre 1810. Après de nombreuses et douloureuses pérégrinations, le voici en Angleterre dans la prison de Fortum dans laquelle se trouve nombre de ses frères d’armés également prisonniers. Nous sommes le 15 août 1813, et les infortunés n’oublient pas leur empereur dont c’est la fête :

« La nuit de ce jour, pendant  lequel nous cœurs étaient inondés de joie, les prisons qui renfermaient des Français étaient illuminées. Les prisons de Fortum, brillamment illuminées, attiraient en foule les habitants des villes de Portsmouth, Poti et Gosport. Les fenêtres des mansardes offraient à la vue des transparents représentants les glorieux faits d’armes de l’armée française et le portrait en pied de son Empereur tant aimé, avec les inscriptions « Marengo », « Austerlitz », « Iéna », « Wagram », etc. Une circonstance digne de remarque, c’est que l’autorité anglaise na porté aucune défense contre ces démonstrations d’attachement enthousiaste à notre souverain. La seule recommandation du capitaine de vaisseau Woodriff, agent de la prison, et de ses officiers de garde, se bornait à nous inviter à veiller au feu. »

(Capitaine Charles-Rémi BEAUJOT,  « Relation de captivité », Editions Historiques Teissèdre, 2001, p.89).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 août, 2017 )

Trois livres lus…

Zaluski

 

Zaluski.

Les combattants polonais, on le sait, servirent avec courage et fidélité dans les armées de l’Empire. Il y a vingt ans, la Librairie F. Teissèdre a eu la bonne idée de rééditer le témoignage du capitaine Zaluski (1787-1866) (qui deviendra chef d’escadron en 1813) des Chevau-légers polonais de la Garde et publié à l’origine dans le fameux « Carnet de la Sabretache » en 1897/1898. La première partie de ce récit concerne la campagne de 1812,  L’auteur raconte de nombreux détails et, quand sa mémoire lui fait défaut, il n’hésite pas à laisser la parole à d’autres mémorialistes.  Tout au long de son témoignage, Zaluski, rectifie ou complète les écrits d’Adolphe Thiers mais aussi ceux des généraux Gourgaud et de Ségur ; tous ces auteurs ayant commis plusieurs erreurs ou faisant preuve parfois d’imprécision. Il cite souvent son compatriote Chlapowski, qui a laissé également un témoignage intéressant. La seconde partie de ce livre porte sur la campagne de 1813.Après quelques semaines d’un repos mérité, au sortir de l’épuisante campagne de Russie, l’auteur  rejoint son régiment. Sa démarche est la même en rédigeant son témoignage sur cette campagne d’Allemagne : raconter les faits et rectifier les faits restitués par Thiers, et seulement lui, cette fois. Zaluski participe à la campagne de France mais pour peu de temps encore : il est fait prisonnier lors de la bataille de La Rothière (1er février 1814. Bon témoignage.

Général comte ZALUSKI, « Les Chevau-légers polonais de la Garde (1812-1814). Souvenirs », Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 118 pages.

———

 

Pelet

Pelet.

Voici un ouvrage composé par trois intéressants témoignages sur la campagne de 1812, publiés dans le « Carnet de la Sabretache entre 1901 et 1912. Le premier est celui du futur généra Pelet, alors chef d’état-major du général de Lobau et aide-major-général de l’infanterie, commandant depuis le 18 octobre 1812 le 48ème de ligne. Le récit de cet officier est excellent. Il n’hésite pas à contester certains points du témoignage de Labaume, lequel, on le sait, a pris quelques libertés avec la réalité. Ces souvenirs sont suivis par ceux du capitaine Bonnet, du 18ème de ligne. La qualité de son témoignage est indéniable. Le général de Pelleport lui-même n’a pas hésité à consulter l’auteur afin d’obtenir certains renseignements sur le rôle tenu par ce régiment durant la campagne de Russie. Le témoignage du hollandais Henri-Pierre Everts (1777-1851), major 33ème régiment d’infanterie légère ne vient pas dépareiller, par sa qualité, les deux précédents textes. Evert aura la malchance d’être fait prisonnier par les russes, lors du combat de Krasnoïé, le 18 novembre 1812. Il ne retrouvera la Hollande que début juin 1814.  

Général PELET-Capitaine BONNET-Général-major EVERTS, « Carnet et Journal sur la campagne de Russie », Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 172 pages.

———

 

Lafaille

Lafaille.

Enfin, j’ai lu le témoignage quelque peu méconnu du  futur général Lafaille (1778-1840).Ce récit a été publié la première fois dans le « Carnet de la Sabretache » en 1931/1932. L’auteur est élève à l’éphémère Ecole de Mars, mais c’est son passage à l’Ecole polytechnique (1794) qui va lui être utile pour sa formation d’officier du génie. Lafaille a pour professeurs le célèbre Monge ainsi que Fourcroy. Il côtoie les frères Chabrol, élèves comme lui, dont l’aîné sera préfet à Paris, et participera avant toute chose à l’expédition d’Egypte. Faisant le choix de rester une année de plus à l’Ecole polytechnique comme chef de brigade, Lafaille reçoit l’ordre de rejoindre l’Ecole du génie de Metz. Puis Lafaille se contente de raconter des faits qu’il n’a pas vécu, telle la capitulation de Baylen, et quelques anecdotes et jugements sur Marmont, Oudinot, Victor,  Ney, Soult, Gourgaud; tout ce petit monde galonné en prend pour son grade ! Son récit s’achève sur un long chapitre portant sur un conflit qu’il eut avec Clarke, duc de Feltre. Il s’agit là globalement d’un témoignage un peu fade ne présentant qu’un intérêt limité.

Général LAFAILLE, « Mémoires (1787-1814) », Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 198 pages.

 

Publié dans INFO,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 août, 2017 )

Une lettre du général Desvaux de Saint-Maurice à sa femme.

Une lettre du général Desvaux de Saint-Maurice à sa femme. dans TEMOIGNAGES 06503074

Voici une des ces fameuses lettres interceptés par les Russes. Le général baron Jean-Jacques Desvaux de Saint-Maurice, est né le 16 juin 1775, à Paris. Il est nommé général de division en 1813. Cet officier sera tué à Waterloo, avec le grade de colonel de l’artillerie de la Garde. 

Viasma, le 1er novembre 1812. 

Ma bonne petite femme, impossible de t’écrire lorsqu’on marche depuis quatre heures du matin jusqu’à six ou sept heures du soir dans une saison où il fait encore obscur à sept heures du matin et déjà nuit à cinq. Impossible de t’écrire lorsqu’on bivouaque tous les soirs dans une saison où il fait déjà bien froid, où l’on ne pense qu’à se chauffer. La privation  du sommeil est ce qui me coûte le plus, car depuis notre départ de Moscou, je n’ai guère eu que quatre heures de sommeil par nuit.  On arrive à 6 heures, on se chauffe et l’on mange jusqu’à 10, et il faut se lever à 2 pour partir et faire partir à 4 heures du matin. Voilà ma vie présente, ma bonne amie. Nous avons eu occasion de tirer le canon le 25 de ce mois après la ville de Malojaroslavetz contre une division de cosaques, qui était venue nous inquiéter jusqu’autour du quartier-général.  Nous avons tiré seulement 250 coups de canon et cette petite affaire était terminée vers les midis.  C’est le 1er escadron de l’artillerie à cheval qui s’est battu, celui de Georges [Le chevalier Georges de Lemud, capitaine de la 1ère compagnie de l’artillerie à  cheval dela Garde Impériale.  Il avait été promu chef d’escadron le 1er octobre 1812] était derrière en position.  Le colonel Marin [Major de la vieille Garde (colonel) à la suite de l’artillerie à cheval de la Garde Impériale, commandant le 1er escadron] a été blessé à la cuisse d’un boulet de canon qui heureusement n’a pas pu toucher l’os. Il marche avec nous dans son fourgon, où il se trouve aussi bien que possible. J’espère que sa blessure n’est pas dangereuse, mais comme il désire annoncer lui-même cet accident à sa femme, n’en parle à personne la première. N’attends pas de lettre de moi de longtemps et sois tranquille sur mon compte : ma santé est toujours très bonne, Dieu merci !    Plains-moi un peu de coucher dehors toutes les nuits par le temps qu’il fait ; cependant je te dirai qu’avec mes deux pelisses je n’ai pas froid du tout. 

Doucet te dit bien des choses ; il commence ma soupe dans ce moment. 

Adieu, bonne… 

DESVAUX. 

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 août, 2017 )

DERNIERS JOURS de l’ARMISTICE de PLEISWITZ et ceux qui suivirent…

Un extrait choisi des « Mémoires » de Guillaume Peyrusse (Editions Cléa, 2009), qui occupait depuis le 29 juillet 1813 les fonctions de Payeur de l’Empereur (après avoir été nommé initialement « Payeur du Trésor de la Couronne, à la suite de l’Empereur »).

8 août. On apprend que la trêve doit être dénoncée le 10 août, et, le 15 août, l’armistice cessera. Ce jour est la fête de l’Empereur, elle sera placée au 10 août.

10 août. Le plus beau jour a éclairé cette fête. A dix heures, Sa Majesté, après avoir reçu les compliments du Roi, de la famille royale, des grands officiers de sa maison, des maréchaux et des officiers de sa Garde, s’est rendue dans la prairie de l’Osterwise. Trente mille hommes d’infanterie et soixante-quinze escadrons défilent devant Leurs Majestés. A trois heures, les temples retentissent des chants du Te Deum. Un grand dîner a été servi à la Garde dans la grande allée de la Neustadt, et à l’armée du génie dans l’intérieur de la tête du pont. A la chute du jour, la Garde, au milieu des plus vives santés offertes à l’Empereur, à l’Impératrice, au Roi de Rome, à toute la Famille impériale, a fait un feu de file soutenu, en cartouches étoilées. Il y a eu grand banquet chez le roi de Saxe. Le soir, les principaux édifices de Dresde, le palais du Roi et des Princes, les hôtels des divers ministères et administrations saxonnes et les principales rues présentaient une illumination brillante.

Visité le palais Brulh et joui, de la terrasse du château, du beau développement que présente l’Elbe.

12 août.  Nous apprenons qu’on n’a pu s’entendre à Prague ; la face de Dresde a changé ; l’armistice a été dénoncé hier ; les hostilités vont recommencer ; les troupes quittent leurs cantonnements, leurs camps de plaisance ; le congrès est dissous. Un nouvel ennemi s’est déclaré contre nous. L’Autriche est entrée dans la coalition. L’armistice n’a été conclu que pour lui donner le temps de compléter ses armements ; de nouveaux aliments vont faire éclater avec plus de vivacité des querelles sanglantes qu’on se plaisait à croire terminées.

15 août.  Sa Majesté vient de partir, prenant la route de Pirna. Elle passera l’Elbe sur les ponts jetés entre Königstein et Lilienstein. La maison s’est arrêtée à Harta.

16 août. Sa Majesté est entrée à Bautzen. On apprend dans la journée que, déjà, nos troupes, en Silésie, ont été attaquées à l’improviste dans leurs cantonnements, et que le général Jomini, chef de l’état-major du prince de La Moskowa, avait passé à l’ennemi.

17 août.  A Reichenbach.

18 août. A Görlitz. Sa Majesté se porta plus avant. Déjà le prince Poniatowski avait rencontré une avant-garde autrichienne, en avant de Zitau ; on en était venu aux mains. Plusieurs corps d’armée avaient été détachés pour aller à la rencontre de l’armée autrichienne.

19 août.  A huit heures, Sa Majesté est partie pour Zitau. Dans la journée, le canon s’est fait entendre dans cette direction. Sa Majesté est allée jusqu’à Gabel. En rentrant de nuit à Zitau, le colonel Bernard, aide-de-camp de Sa Majesté, traverse un pont étroit et sans parapet, tombe dans le ravin et se casse la jambe. Sa Majesté fut très sensible à cet accident qui la privait d’un officier du plus grand mérite.

20 août. A trois heures du matin, Sa Majesté est rentrée à Görlitz. Son arrivée est le signal du départ du quartier impérial. On arrive à Lauban.

21 août.  Nous arrivons à Lowenberg. Les Prussiens, en fuyant devant nous, avaient brûlé le pont sur la Bober ; malgré la plus vive résistance, nos sapeurs le rétablissent. Le général Lauriston s’élance sur l’ennemi ; les troupes du duc de Tarente appuient ce mouvement. La Jeune et la Vieille Garde sont en observation dans la plaine. La nuit, les feux des bivouacs ennemis s’aperçoivent dans le lointain. Sa Majesté, qui s’était portée fort en avant, contente d’avoir arrêté le mouvement des Prussiens, rentre à Lowenberg.

22 août. Séjour. On annonce l’ennemi dans la plaine de Dresde.

23 août.  A Görlitz.

24 août.  A Bautzen. Les lettres de Dresde appellent Sa Majesté. Le Roi de Naples se dirige vers cette capitale. J’ai visité le faubourg dit des Wendich ou Vandales. Cette colonie d’habitants diffère des autres Saxons par la couleur de la peau ; elle a conservé ses mœurs, ses jeux et d’autres habitudes étrangères au pays.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 août, 2017 )

Aspect physique de Napoléon en 1814.

Napoléon le Grand

« Napoléon n’avait pas pu se préserver entièrement des effets de l’obésité dont le plus caractéristique, chez le commun des hommes, est de les occuper presque exclusivement d’eux-mêmes, et de leur faire redouter à l’excès, les incommodités et les dangers de toute espèce. Le Bonaparte, maigre et sec, de l’armée d’Italie, n’eût pas encouru les reproches que l’on peut adresser au Napoléon, gros et gras de ses dernières campagnes. Pour commencer à apprécier la différence qui exista entre ces deux hommes, peut-être suffirait-il de rappeler que Bonaparte n’eut pas de maîtresses quand le feu de la jeunesse lui eût facilement fait pardonner des écarts, et qu’on ne peut plus en dire autant de Napoléon quand la seule maturité de l’âge aurait dû l’y faire renoncer. »

(Général LAFAILLE, « Mémoires (1787-1814) », Teissèdre, 1997, pp.144-145)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 août, 2017 )

Une LETTRE du GÉNÉRAL LEDRU DES ESSARTS…

Elle est adressée à son frère.

Friedeberg, Silésie, 4 août 1813.

… Ma division est campée depuis six semaines ; adossé à une forêt, appuyée à la Quiess, mon camp dans une position charmante, ayant en face les hautes montagnes de la Bohême ; il est bâti en planches avec beaucoup d’élégance et de régularité. J’ai 15 bataillons, savoir : 6 français, 4 de grenadiers et voltigeurs napolitains, et 5 Westphaliens, dont la garde royale qui est admirable par la beauté et la tenue des hommes, en outre 3 compagnies d’artillerie française, en tout 6900 baïonnettes, et 28 bouches à feu. J’ai l’avantage d’avoir de vieilles troupes.

Les bruits de guerre et de paix se succèdent ici journellement. Nous avons cependant l’espoir de la paix. Friedeberg est à l’extrémité méridionale de la Silésie, à demi-quart de lieue de la Saxe, et une lieue et demie de la Bohême, de manière qu’il m’arrive souvent de me promener à cheval sur le territoire de trois royaumes avant  mon dîner.

Les eaux minérales de Flinsberg, à une lieue, me procurent l’agrément d’une promenade utile à ma santé…

Baron LEDRU DES ESSARTS.

(Source : « Un grand patriote sarthois méconnu. Ledru des Essarts », Le Mans, Jean-Louis Bonnéry, 1988).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
123456...83
« Page Précédente  Page Suivante »
|