( 11 août, 2021 )

Une conversation de lord Ebrington avec Napoléon pendant son séjour à l’île d’Elbe.

01004566.jpg

On sait, notamment par Pons, que l’Empereur reçut la visite de plusieurs sujets britanniques à l’île d’Elbe. Lord Ebrington eut l’honneur de rencontrer Napoléon par deux fois ; la première de ces entrevues eut lieu le 6 décembre 1814 ; une autre suivra quelques jours plus tard, le 8 décembre. Lord Ebrington sera alors  invité par l’Empereur à partager son dîner. Son récit de cette première entrevue fut reproduit dans l’ouvrage qu’Amédée Pichot a consacré à la période des Cent-Jours (publié en 1873 ).

C.B. 

« Je voyageais en Italie ; je ne voulais pas retourner en Angleterre sans être à l’île d’Elbe, pour tâcher d’y voir l’homme le plus extraordinaire de tous les temps », écrit au début de son texte Lord Ebrington, avant de poursuivre : « Je  fus bien accueilli par Napoléon, et j’ai eu avec lui deux conversations de plusieurs heures. A l’issue de ces entretiens, je ne suis hâté de prendre note de ce qu’il m’avait dit de plus remarquable. Ce fut le 6 décembre 1814 à huit heures du soir, heure indiquée par la lettre de rendez-vous que le grand-maréchal [le général Bertrand] m’avait adressée, que je me présentai au palais de Porto-Ferrajo [Portoferraio]. Après avoir attendu quelques instants dans le salon de service, je fus introduit dans la pièce où se trouvait l’Empereur.  Il me fit d‘abord quelques questions sur moi, sur ma famille, etc. ; puis, s’interrompant vivement, il me dit : « Vous venez de la France ; dites-moi franchement, sont-ilscontents ?- Comme cela, répondis-je.- Cela ne peut-être autrement, reprit-il. Ils ont été trop humiliés par la paix. La nomination du duc de Wellington au poste d’ambassadeur a dû paraître injurieuse à l’armée, ainsi que les attentions particulières que le roi lui témoigne. Si lord Wellington fût  venu à Paris comme voyageur, je me serais fait un plaisir d’avoir pour lui les égards dus à son grand mérite, mais je n’aurais pas été content que vous me l’envoyassiez comme ambassadeur. Il aurait fallu aux Bourbons une femme jeune, jolie et spirituelle pour captiver les français ; c’eut été l’ange de la paix. Ils ont laissé trop prendre d’influence aux prêtres ; et l’on m’a dit que le duc de Berri avait dernièrement, fait bien des fautes. Ils ont eu le malheur de signer la paix à des conditions que je n’aurais jamais consenties. Ils ont abandonné  la Belgique, que la nation s’était habituée à considérer comme faisant partie intégrale de la France. Vous aviez assez gagné à la paix, en assurant votre repos intérieur, en faisant reconnaître votre souveraineté dans l’Inde et en mettant les Bourbons à ma place. La meilleure chose pour l’Angleterre eût été sans doute la partage de la France ; mais, tandis que vous lui avez laissé tous les moyens de redevenir formidable, vous avez en même temps humilié la vanité de tous les français, et fait naître des sentiments d’irritation qui, s’ils ne peuvent pas s’exercer dans quelque contestation extérieure, produiront tout au tard une évolution et la guerre civile. Au reste, ajouta-t-il, ce n’est point de la France que l’on me mande tout cela, car je n’ai de nouvelles que par les gazettes ou les voyageurs. Mais je connais bien le caractère du français ; il n’est pas orgueilleux comme l’Anglais, mais il est beaucoup plus glorieux.  La vanité est, pour lui, le principe de tout, et  sa vanité le rend capable de tout entreprendre.  Les soldats m’étaient naturellement attachés ; j’étais leur camarade. J’avais remporté des succès avec eux, et ils savaient que je les récompensais bien ; ils sentent aujourd’hui qu’ils ne sont plus rien. Ii y a en France à présent 700 000 hommes qui ont porté les armes ; et les dernières campagnes n’ont servi qu’à leur montrer combien ils sont supérieurs à leurs ennemis. Ils rendent justice à la valeur de vos troupes, mais ils méprisent tout cela. ». 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 août, 2021 )

Une lettre d’un officier de la Grande-Armée à sa femme…

Le 7ème léger en Russie

Celle-ci émane de Barriès (Jean-Pierre-Michel), né le 22 novembre 1768, à Albi (Tarn). Chef de bataillon au 17ème de ligne en 1810 ; colonel commandant d’armes à la suite du quartier-général, le 8 octobre 1812. Il commandait à Vilna lors de la prise de la ville par les Russes. Barriès parvint à s’échapper le 19 décembre 1812 et mourut à Gumbinnen en janvier 1813. Au moment où il écrit à son épouse, il est officier à la 1ère division du 1er corps. 

Arthur CHUQUET. 

Moscou, le 24 septembre 1812.

Réjouis-toi, ma bonne et chère amie, me voilà arrivé sain et sauf à Moscou après une bataille des plus sérieuses et où l’ennemi, battu et dispersé sur tous les ponts, a perdu, sans exagérer, près de quarante mille hommes tant tués, blessés que prisonniers de guerre. Je ne raconterai pas tous les hauts faits qui ont signalé cette journée, ils sont sans nombre ; soldats, officiers, généraux, tous ont rivalisé d’audace et de bravoure, aussi il a en a tenu à bien près que l’Europe étonnée n’ai vu s’écrouler, ce même jour, cette puissance colossale qui, depuis environ douze ou quinze ans, menaçait d’envahir nos provinces, si elle n’eut eu pour barrière les mauvais chemins et la saison qui, dans ce climat, se trouve beaucoup plus précoce que dans le reste de l’Europe, ce qui n’a pas peu contribué à arrêter notre marche. Notre Empereur commandait en personne.

Sa présence électrisait les esprits ; rien n’échappait aussi à son œil observateur ; était-ce le cas de lui appliquer ces deux vers : Fière de t’obéir, ta redoutable armée 

Ne suit que les transports dont tu l’as animée. 

Notre régiment qui a été constamment à la  tête de toutes les attaques, a  beaucoup souffert. Nous avons eu beaucoup d’officiers blessés ou tués, dont parmi ces derniers trois chefs de bataillon sur cinq. J’en ai été quitte moi-même pour une légère contusion qui m’a un peu gêné pendant huit à dix jours, mais dont je suis entièrement remis. Que je te parle de Moscou, cette capitale de toutes les Russies, anciennes résidence des tsars qui, par la grandeur, la magnificence et la splendeur des palais qu’elle renfermait, l’emportait sur les premières villes du monde, mais qu’un incendie de cinq à six jours a entièrement consumé, sauf quelques palais qui ont échappé  à la fureur des flammes, que nous occupons. Voici, en peu de mots, ce qui y a donné lieu :  ces barbares, se voyant vivement poursuivis par nos légions, envoyèrent, à la suite d’une forte canonnade qui avait lieu à deux fortes lieues de Moscou, leur général commandant l’arrière-garde pour prier notre empereur de cesser le feu afin d’épargner la ville qu’ils nous livreraient intacte, lorsque, par une de ces perfidies qui n’a pas d’exemple et qu’on n’aurait pu attribuer qu’aux plus fourbes de l’ancienne Grèce, à un Zénon, ils lâchèrent le même soir tous les fous et les scélérats qui étaient dans les maisons de force qui, réunis à cinq ou six mille Russes qu’ils trouvaient cachés dans la ville, l’incendièrent entièrement, dans la certitude qu’ils nous croiraient assez maladroits pour l’aller occuper de suite sur la bonne fois des traités, et de nous y griller tous. Il est bon que je te dise que, sur une population de 300.000 âmes, il n’en reste pas plus de 30.000. Tous les autres s’étant sauvés avant notre entrée, en sorte que ce qui reste aujourd’hui n’est qu’un ramassis des malheureux n’emportant avec eux que ce qu’ils ont pu sauver sur leurs épaules. Vois par conséquent ce que nous sommes à plaindre sous le rapport de la société, puisque nous ne voyons personne. Notre Souverain [Napoléon] occupe le palais des tsars [le Kremlin] avec une partie de sa Garde. Il paraît, selon toutes les probabilités, que nous passerons l’hiver ici ou du moins une partie, tant que le pays nous offrira quelque ressource. 

Adieu, ma chère épouse. 

BARRIES. 

   

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 août, 2021 )

L’AURORE de LA MOSKOWA…

La Moskowa

Ces lignes, écrites par le chirurgien wurtembergeois Roos, dans ses « Mémoires » retracent, d’une façon vivante et originale, les impressions d’un témoin à la veille et au matin de la bataille de la Moskova. Dans l’attente des événements, bien peu de nous dormirent cette nuit-là. On avait vu l’avantageuse position des Russes, leurs hauts retranchements dans toute l’étendue de leur camp et, loin derrière eux jusqu’à une forêt, étinceler leurs armes. On savait qu’ils avaient beaucoup de lourde artillerie et on supposait que pour une si grande entreprise ils auraient amené de loin et de près tout ce qui pourrait grossir leur force et leur nombre. Il s’agissait pour eux et pour nous de quelque chose de sérieux. De notre coté, on avait la ferme persuasion que nous étions supérieurs en nombre à nos adversaires et nous croyions aussi que nous avions une plus grande habileté dans la pratique de l’art de la guerre. Mais nous savions que les Russes combattent avec fermeté et qu’ils tiennent obstinément même contre la mitraille. Mes collègues, arrivées de la veille, me racontaient qu’ils s’étaient battus dans leur retraite avec un ordre qui passe toute idée; notre cavalerie poursuivait de Krasnoïé jusqu’à Smolensk une colonne d’infanterie russe, et cette infanterie, formée en carré et toujours luttant, s’était retirée avec tant d’adresse qu’elle avait repoussé les attaques réitérées de la cavalerie et qu’elle n’avait pas perdu un seul homme ! Nous n’avions, en outre, qu’une faible et incertaine confiance dans nos forces physiques; nous nous tenions, à cause de nos nombreuses privations et des grands efforts que nous avions faits, pour plus faibles que nous étions. Dès la veille, à la tombée de la nuit, l’infanterie et l’artillerie avaient déjà marché vers l’endroit où elles devaient se mettre en bataille. Au premier crépuscule de ce jour mémorable nous nous mîmes en mouvement, hommes et bêtes, sans avoir déjeuné. Nous nous dirigeâmes à droite derrière une forêt qui était remplie de notre infanterie. En avant de cette forêt se trouvait l’aile gauche de l’armée russe, couverte par une grande redoute. Il était de très grand matin ; tout se taisait; le soleil ne se levait pas encore. On nous ordonna de mettre pied à terre. Le froid du matin força nos soldats à couper des branches des genévriers voisins et à faire des feux. La fumée monta droit dans le ciel, et de là nous conclûmes plaisamment au succès de la journée. Puis il fit plus clair, nous montâmes à cheval, et alors l’aide de camp, comte de Grävenitz, nous lut en langue allemande l’ordre du jour connu. Le comte était si plein de zèle et d’ardeur, si plein d’enthousiasme et du plaisir de se battre, qu’au lieu de finir, comme c’était écrit parle mot « la Moskova, » il termina ainsi : « Moscou, le 7 septembre 1812. Napoléon. » Cependant, non seulement le soleil s’était montré, et un soleil riant; mais la bataille avait commencé. Devant la forêt, derrière laquelle nous étions, s’était élevé un cri, qui, malgré le bruit de la lourde artillerie et de la fusillade, retentit avec force et distinctement; il semblait que toutes les voix et langues de l’Europe se fussent tout d’un coup fait entendre. Du moins, nous qui étions encore tranquillement à cheval, nous perçûmes dans cette clameur des langues connues et inconnues. Cela dura environ quinze minutes; puis il y eut un silence, un absolu silence, et nous en conclûmes que quelque chose de décisif s’était produit. En effet, la première redoute était prise.

Arthur CHUQUET (« 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Deuxième Série », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1912, pp.31-33).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 août, 2021 )

En vente dans tous les bonnes librairies, mais aussi sur le net

Avec-Napoleon-a-Sainte-Helene

Retrouvez TOUS les témoignages essentiels de ceux qui ont partagé le séjour de NAPOLEON à SAINTE-HELENE, y compris un certain nombre de récits anglais et qui n’avaient jamais été traduits en Français ! 

PUBLIE AUX EDITIONS DE L’ARTILLEUR 

 

 

Publié dans A LA UNE !,INFO,ON EN PARLE...,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 août, 2021 )

Scènes incroyables ! (Campagne de Russie, 1812).

Scènes incroyables ! (Campagne de Russie, 1812). dans TEMOIGNAGES la-retraite-de-russie

« Le 8 [décembre 1812], le quartier-général entre dans Vilna, rien ne peut donner l’idée de la confusion qui y règne. Les boutiques sont ouvertes ; mais déjà elles sont encombrées, les cafés, les magasins de comestibles sont envahis, quoi qu’on ait fait pour les faire protéger par une garde… Tout est bouleversé, tout est désordre ; et sincèrement il ne pouvait en être autrement : Vilna était la première ville hospitalière que nous rencontrions, et chacun y arrivait affamé et dépourvu de toute espèce de ressource. En vain cherche-t-on à rallier les hommes isolés, en vain leur assigne-t-on des couvents pour point de réunion. Les uns entrent dans les logements qu’ils ont occupés au premier passage dans Vilna ; les autres implorent la commisération des habitants qui leur accordent un asile. La fatigue abat les uns, les souffrances découragent les autres ; c’est une masse inerte que le bien-être du moment aveugle sur le péril qui la menace. » (Témoignage de Denniée, pp.169-170).

Labaume, dans ses mémoires (p.289) raconte : « Le chemin que nous suivions offrait à chaque pas de braves officiers couverts de haillons, appuyés sur des bâtons de pin, les cheveux et la barbe hérissés de glaçons ; ces mêmes guerriers, naguère la terreur de nos ennemis, et vainqueurs des deux tiers de l’Europe, ayant perdu leur noble contenance, se traînaient à pas lents, et ne pouvaient obtenir un regard de pitié des soldats dont ils étaient jadis obéis ! Situation d’autant plus déplorable, que quiconque n’avait pas la force de marcher était abandonné, et tout homme abandonné, une heure après était un homme mort. »

« La faim et la misère étaient à leur comble. On voyait des troupes d’hommes que nous appelions « les hébétés » qui étaient à la vérité absolument insensés. Ils ouvraient le ventre des chevaux, arrachaient ce qu’ils pouvaient pour le manger avec une voracité inexprimable. D’autres qui n’avaient plus ni sabre ni couteau, déchiraient la chair avec leurs dents et suçaient le sang des chevaux encore vivants mais tombés par terre. J’ai vu de mes propres yeux des forcenés se déchirer les membres et sucer leur propre sang, tant la faim et la misère avaient altéré leur raison et réduit ces malheureux à une condition au-dessous de celles des plus vils animaux. », selon le Général Vionnet de Maringoné, p.58, qui situe ce passage à la date du 6 décembre 1812.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 août, 2021 )

Quelques lettres d’Espagne (1812).

82-001429

Cette correspondance fut publiée la première fois en 1933 dans le « Carnet de la Sabretache ». L’auteur de ces lettres, aide-major au 119ème régiment d’infanterie, n’a pu être identifié.

—————————

Armée du Portugal

8ème Division

Au camp devant Palenzuela, le 10 août 1812.

Mes chers parents,

Assis sur un peu de paille, dans le fond d’un mauvais pigeonnier que j’ai choisi pour demeure, si je ne respire pas un air aussi pur que celui du camp, il m’est au moins très agréable d’avoir un toit, ce qui n’est pas peu de chose dans ce pays dénué d’arbres et dans une saison où l’ardeur des rayons du soleil est extrême. Dans cet espèce de cachot je n’ai d’autre table que la caisse à amputations placée sur mes genoux, ce n’est pas du tout commode pour écrire une très longue lettre. J’ai tant de choses à vous dire et à vous demander que je ne sais réellement par où commencer.

Depuis les premiers jours de mai nous n’avons presque pas eu de repos. Nous passâmes par les Asturies où nous séjournâmes trois semaines. J’ai donc revu ce pays chéri, cette patrie de la division bonnet… Mais il a fallu l’abandonner et je crois pour longtemps. En passant  près de Santander, je rencontrai le fils de François Meulenaere des Brouques ; il me parla de vous autres et surtout de Louis. Cela me fit plaisir. Nous bûmes un coup à vos santés mais à la hâte et à la bouteille. Il est frais comme une rose et ne paraît avoir que vingt ans. Le fils de Jack Turek que je trouvai trois semaines après à La Nava del Rey, n’était pas de même, une couleur de pain d’épices et les cheveux tout couverts de poussière m’auraient empêché de le reconnaître s’il ne m’eut appelé par mon nom. Je n’eus que le temps de lui parler un instant parce qu’il faisait presque nuit et qu’il fallait absolument chercher mon garçon qui s’était perdu dans la foule. Toute l’armée était réunie à La Nava del Rey. Trois jours avant j’eus le plaisir de rencontrer Henri Lespagnol à Torro et depuis lors nous nous voyons quelquefois ; il se porte bien. Nous parlâmes du pays. Heureux mortel ! Il a au moins la satisfaction de recevoir régulièrement des nouvelles de ses parents ; mais moi depuis six mois et plus, j’ai le malheur d’en être privé. J’ignore si vous jouissez tous d’une bonne santé, si vous avez reçu les six lettres que je vous ai écrites depuis novembre 1811. Enfin, si vous m’avez répondu, il est probable que les lettres sont perdues.

Nous formons actuellement le 8ème division de l’Armée du Portugal et c’est le général Chauvelle[1] qui nous commande depuis que le comte Bonet[2] est blessé ; une balle lui traversa la cuisse à la bataille des Arapiles (entre Alba de Tormès et Salamanque). Ce fut ce 22 juillet (toujours au temps de nos ducasses[3], j’ai l’occasion de me trouver au bal), l’affaire fut très chaude et nous fûmes ce qui s’appelle parfaitement brossés. Les Anglais, Espagnols et Portugais réunis étaient soixante-dix mille hommes, et nous eûmes l’audace de les attaquer n’étant que trente mille, et peut-être même aurions-nous gagné la bataille si le duc de Raguse n’eut pas eu le bras fracturé d’un éclat d’obus avant le fort de l’affaire, vu qu’alors (à deux heures après-midi) nous avions déjà enlevé trois des plus belles positions de l’ennemi. Notre division s’est couverte de gloire ; ce sont nos voltigeurs commandés par le général de brigade Gauthier[4], qui prirent les deux villages d’Arapiles. Et sans la division, lors de la retraite, on ne sait pas trop comme cela ce serait passé. Enfin, nous n’en avons pas moins perdu la bataille. Mais l’ennemi éprouva beaucoup plus de pertes que nous. Je crois bien que le fils de Jacques Turek y a laissé ses os, à moins qu’il soit fait prisonnier, car je me suis informé après lui, quatre ou cinq jours après la bataille et il n’avait pas encore paru à l’appel. Son régiment a été entièrement détruit.

Mais, je ne sais plus quelle position prendre, les reins me font mal, je suis contraint de laisser la lettre.

Un jour, il me sera plus facile de vous conter au juste comme l’affaire s’est passée. Je m’en conviendrai bien, parce que j’eus le loisir de la contempler pendant dix heures à une demi-portée de canon. Adieu.

Villa Muriel, près Palencia, le 14 août [1812].

 Je suis si content de la journée d’hier qu’il m’est impossible de vous dire deux mots si je ne vous ne rends compte. Depuis trois jours, nous étions sans vivres (excepté un peu de mouton). En arrivant dans ce village, comme de coutume nous ne trouvâmes aucun habitant. Nous n’eûmes rien de plus empressé que d’enfoncer les portes des maisons. Dans celle que je choisi, se trouvait un certain cochon, quatre poules, de la graine rance, du miel et du blé, mais pas de pain. De remplir un sac, le charger sur mon âne, et de fermer la porte en recommandant au garçon de garder la maison, fut l’affaire d’un instant. Avec plus de vitesse encore, je me suis acheminé vers le moulin à eau où après avoir attendu quatre heures, j’obtins de moudre à mon tour. De retour au logis, j’expédiai maître cochon avant la rentrée du patron. Le garçon avait mis une poule au pot, nous la mangeâmes à demi cuite avec de la bouillie fait d’un peu de beau son délayé dans de l’eau. Le parmen [sic] dont se servent nos tisserands pour coller leurs tailles vaut mieux. Et cependant jamais mets ne me parut meilleur. Ce fin repas terminé, je tamisai et fis le pain tandis que mon garçon chauffait le four. Il est inutile de vous dire que deux galettes furent faites et avalées en un clin d’œil ; cela se suppose. Enfin pendant que le pain cuisait, je partageai le cochon par morceaux. Un instant après on battit la berloque[5] pour distribuer un peu de vin qu’on avait trouvé dans quelques caves. J’y fus, encore tout couvert de farine, dans la crainte de perdre ma part, ce qui m’aurait infiniment peiné, attendu que j’en avais grand besoin, pour aider la digestion lente et laborieuse d’aliments dévorés à demi cuits et à la hâte. Après cela je hachai à la manière du pays la tête du cochon que le garçon avait fait cuire avec l’origan et du thym ; j’espère qu’elle sera bonne, du moins l’odeur l’annonce ainsi. J’obtins aussi un grand port de saindoux. Enfin, voilà des provisions précieuses et qui m’exempteront bien des corvées pendant quelque temps. Car dans cette armée du Portugal on ne fait aucune distribution. Chacun fait pour soi, et sinon est paresseux, on meurt de faim. On doit faucher le bé, le battre, le moudre, tamiser la farine, faire cuire le pain dans un four, sur des tailles ou sous la cendre, selon l’occasion. Souvent même il faut se contenter de la bouillie dont je vous ai parlé ! Vous allez sans doute dire, comment emporte-t-il tout cet attirail ? Eh bien voici : j’ai un âne. Il a sur son dos deux grands paniers pleins de farine, [de] blé ou [d’] orge ; sur ces paniers se placent deux sacs longs, pleins de pain, biscuit (bien entendu lorsqu’on a le temps d’en faire), lard, pot de graisse, peau de bouc pleine de vin ou d’eau selon la circonstance, etc., etc., etc. au cordes qui maintiennent les sacs, s’attachent la marmite, les poêle, a gamelle, les faucilles, la hache, le tamis, le crible, deux gros bâtons pour battre le blé et chacun à son tout le moulin à bras, etc., etc. C’est une vraie caricature, qu’un âne ainsi chargé surtout lorsque le garçon est dessus. Mais il est nuit et je ne vous ai encore rien dit ; il faut cependant me coucher car je suis fatigué. A demain.

—-

Valladolid, le 4 septembre 1812.

Enfin depuis dix-huit jours nous sommes ici en garnison. Nous avons d’excellents vivres, fourrages, la comédie, des marchands ; et moi j’ai de l’argent parce que j’ai vendu une de mes montres d’or, et mon baudet. Je vais au théâtre, je bois et mange bien.  Je jouis d’une assez bonne santé et j’ai entièrement oublié le mauvais temps passé. Il me fallait réellement cette garnison pour me remettre un peu. A la vérité, il fait trop cher à vivre, mais au moins pour son argent on trouve quelque chose. Enfin patience. , cela ne durera pas toujours.  J’espère aller bientôt dans un meilleur pays et où on nous payera, dit-on, les dix-neuf mois qu’on nous doit. Vous serez sans doute étonné de cette manière d’écrire à un mois de distance sur la même lettre, mais je ne puis faire autrement. Je veux une occasion sûre, et cela ne se rencontre pas tous les jours ; par le courrier, les lettres se perdent toujours. Un ami intime remettra celle-ci à  Dax, et j’espère qu’elle vous parviendra et que vous me donnerez de suite de vos nouvelles.

Vous adresserez vos lettres comme-ci : « A M. Faveur, officier de santé au 3ème bataillon du 119ème régiment, poste restante à Dax. » Cet ami qui doit rester au dépôt, est chargé de prendre les lettres à mon adresse et de me les faire passer par une occasion. Mandez-moi ce que vous me disiez dans vos lettres antérieures car il  est à croire qu’elles sont perdues pour toujours.

Le chirurgien en chef de cette armée (M. Favre) m’a ordonné de rester à l’ambulance, toujours comme aide-major provisoire, en promettant de me faire commissionner. Le général Bonet qui me connaît depuis longtemps, et à qui  je rendis des soins il y a quelque temps, pour une chute qu’il fit sur la tête, me promit de demander quelque chose pour moi au duc de Raguse si la bataille près [de] Salamanque eut tourné à notre avantage. Mais comme je vous ai dit, les affaires ne nous furent pas favorables, et puis il fut blessé, d’en est allé d’un côté, moi d’un autre, et ainsi il est à croire que rien ne s’est fait. Je me déplais souverainement à cette ambulance, attendu que le chirurgien-major est parti pour la France, et qu’un jeune homme le remplace. Il est plein d’ambition et d’orgueil. Il voudrait déjà avoir acquis la réputation que je me suis faite à la Division depuis quatre ans. Il est extrêmement jaloux de me voir étroitement lié avec tous les officiers de la Division et de ce que j’ai leur confiance. La mauvaise humeur qu’il manifeste et son ton hautain fait qu’à chaque instant nous avons des mots, cela me cause d’autant plus de peine que depuis quatre ans j’ignorais ce que c’est qu’une querelle.

Depuis que M. Celliac m’a proposé au ministre pour aide-major je n’ai pas reçu de ses nouvelles, malgré que je lui ai écrit quatre à cinq fois, les lettres parviennent si difficilement. Enfin, j’en ignore les résultats et désirerais bien à savoir ce qu’on a décidé au ministère. C’est-à-dire si les propositions ont été ou non acceptées. Je vous ai déjà écris concernant cet article. Suppliez, je vous prie, M. de Messange, qu’il écrive à Paris afin de savoir si je suis ou non commissionné, et qu’ainsi je sache à quoi m’en tenir.

Du 6 septembre [1812].

Enfin cet ami part. Adieu, je ne vous dis rien de plus. Écrivez de suite, poste restante à Dax. Il pourrait bien se faire que j’aille moi-même y chercher la lettre, des circonstances se présentent, adieu, n’oubliez pas de me mander ce que vous m’avez écrit dans vos lettres antérieures.                                

Votre dévoué

HYPPOLITE.


[1] Le général François Chauvel (1766-1838).

[2] Le général Bonet (1768-1857).

[3] Fête traditionnelle de village, à caractère religieux.

[4]  Le général Etienne Gauthier (1761-1826).

[5] Il s’agit d’une batterie de tambour servant à rassembler la troupe pour les repas ou autre distribution.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 août, 2021 )

Infortuné maréchal Ney !

Ney

« L’arrestation de Ney venait de nous jeter tous dans la stupeur; son procès s’instruisait au milieu d’une réaction affreuse. Le maréchal avait été arrêté, le 3 août, au château de Bessonies, par un capitaine, un lieutenant et quatorze gendarmes. Il était resté jusqu’au15 dans la maison de ville, et était arrivé le 19 à la Conciergerie. J’attendais l’issue du procès. C’est dans un de mes voyages à Paris, que je fus admis auprès du maréchal, à la Conciergerie. Quel triste spectacle! Cependant, le prince de la Moskowa était toujours ferme; aucun abattement ne se montrait sur sa physionomie. Il me dit: « Je connais mon sort: je sais que je vais mourir; je ne crains pas la mort! Ils veulent me faire juger par un conseil de guerre. mais je suis pair de France et je ne veux pas être traité comme un tambour » Le langage que j’avais tenu, le 14 mars, au maréchal me mettait vis-à-vis de cet illustre guerrier, auquel je portais l’affection d’un fils, dans la position la plus pénible: sa situation était une cruelle justification de mes paroles. Le général Gründler, rapporteur du conseil de guerre chargé de juger le maréchal, m’avait fait venir. A sa question si j’étais parent ou allié du maréchal Ney, j’avais répondu que celui-ci m’avait tenu lieu de père depuis la perte du mien et qu’en conséquence je ne déposerais qu’autant que le prince de la Moskowa le jugerait convenable. Bien des fois depuis, je me suis reproché cette démarche, car, dans ma conviction, j’aurais défendu mon maréchal ,peut-être avec quelque succès. Je connaissais l’amour ardent qui l’enflammait pour la patrie et le fanatisme dont il faisait preuve pour elle. Quoi qu’il en soit, combien on doit regretter que le maréchal, par un faux sentiment d’honneur, ait décliné une juridiction militaire. Jugé par ses véritables pairs, tous soldats, et, pour la plupart, ses compagnons de gloire, sa précieuse vie n’aurait couru aucun danger. Le conseil de guerre était ainsi composé: Juges: les maréchaux Jourdan, Masséna, Augereau et Mortier; les lieutenants-généraux Villatte, Claparède et Gazan. Commissaire du roi: Joinville, ordonnateur de la 1″ division. Rapporteur: Gründler, maréchal de camp; greffier: Boudin. Le conseil de guerre se déclara incompétent, et le maréchal ne tarda pas à être renvoyé devant la Chambre des pairs. On connait les détails de ce procès célèbre qui affligea toute la France: Bourmont y montra une lâche animosité, mais Clouet fit voir qu’il se souvenait des bontés que le maréchal avait toujours eues pour lui. Ce fut un moment lamentable que celui où le prince de la Moskowa fut obligé d’expliquer, à ceux qui auraient dû baisser les yeux devant lui, la catastrophe du 14 mars. « Je ne pouvais, dit le maréchal, arrêter l’eau de la mer avec ma main; la digue a été renversée devant moi; j’ai préféré ma patrie à tout. » Écoutons un instant Berryer développant ce beau sentiment. « J’ai justifié, dit-il, le maréchal Ney de tout reproche de préméditation: l’intention qui l’a toujours dirigé est devenue évidente; elle offre une nouvelle preuve de l’attachement qu’il portait à son pays. Les formes du gouvernement ont changé bien des fois pendant la vie militaire du maréchal Ney; elles l’ont toujours trouvé attaché uniquement au bien public, au bonheur et à la gloire de son pays Lors de la première invasion de notre territoire, c’est lui qui, voyant que Bonaparte avait follement compromis les intérêts de la France, pressa le premier son abdication. C’est le même désir de sauver sa patrie qui, à Lons-le- Saulnier, lorsque la défection la plus complète l’entourait de toutes parts, lorsque le plus fatal enthousiasme égarait tous les esprits et exaltait toutes les têtes, lorsque tout le monde était dans la persuasion que tout gouvernement royal avait disparu, c’est le même amour pour la patrie qui fut la règle de sa conduite. C’est encore son amour pour son pays qui, après la défaite de Waterloo, engagea le maréchal, en présence des représentants les plus distingués de la nation, à leur dévoiler la vérité tout entière. Ainsi, à toutes les époques de sa vie, le maréchal Ney n’a connu qu’une souveraine au monde: la France. Le désir ardent d’empêcher que le sein de la patrie fût déchiré, voilà l’unique motif de la conduite du maréchal! » Et, plus loin, M. Dupin dit: « Le traité du 20 novembre 1815, qui trace une nouvelle démarcation du territoire de la France, a laissé sur sa droite Sarrelouis, lieu de naissance du maréchal Ney. Le maréchal n’est plus soumis au roi de France. »

Ney bondit et s’écria: « Je suis Français, et je mourrai Français. Je fais comme Moreau: j’en appelle à l’Europe entière et à la postérité» On sait que la capitulation de Paris garantissait le maréchal contre toutes poursuites. « La déclaration de l’article 12, dit Ney, était tellement protectrice, que c’est sur elle que j’avais compté. Sans cela, croit-on que je n’aurais pas préféré périr le sabre à la main? C’est en contradiction de cette capitulation que j’ai été arrêté et sur sa foi que je suis resté en France. » Mais le sort du maréchal était fixé: il fallait aux Alliés une victime en réparation du mal que leur avait fait la France; et cette victime, offerte en expiation, c’était la plus pure des illustrations de nos armées. Le duc de Wellington, sollicité par la maréchale Ney, avait répondu « que Sa Majesté, le roi de France, n’avait pas ratifié la convention du.3 juillet; que la stipulation, écrite en l’article 12, n’exprimait qu’une renonciation des hautes puissances, pour leur compte, à rechercher qui que ce fût en France, pour raison de sa conduite ou de ses opinions politiques; qu’elles n’avaient donc à s’immiscer en rien dans les actes du gouvernement du roi. » Ces paroles étaient indignes de Wellington. Le roi n’était bien entré dans Paris qu’en vertu de cette même capitulation. Wellington n’avait pu remettre la capitale à Louis XVIII qu’aux charges, clauses et conditions qu’il avait souscrites lui-même: le roi, en violant la capitulation sous ses yeux, le rendait responsable de ce grand crime. N’est-il pas honteux de penser que le procureur-général Bellart et la Chambre des pairs se soient opposés à ce que les défenseurs pussent plaider les moyens tirés de ces circonstances ? »

(« Souvenirs militaires d’Octave Levavasseur, officier d’artillerie,  aide de camp du maréchal Ney… », Plon, 1914, pp.315-320).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 août, 2021 )

Une lettre du général Walther à sa femme…

06-513450

Dans la lettre suivante, le général de division comte Walther, colonel commandant les grenadiers à cheval de la Garde Impériale, confie à sa femme la douleur que lui inspirent les excès de l’armée. 

A.CHUQUET 

Berkzevitzki, 25 juillet 1812. 

Je suis arrivé ici hier avec les dragons et les grenadiers. Avant d’en repartir, plusieurs familles des châteaux voisins sont venues se réfugier auprès de nous, de malheureux soldats étant allés piller et ravager leurs habitations. Il y avait au moins vingt personnes, hommes, femmes et enfants, et des enfants charmants, entre autres deux petits garçons et une fille de onze ans qui parlaient très bien le français et portaient la parole pour leur père qui ne pouvait pas les comprendre. Je leur ai donné à manger et j’ai envoyé un aide de camp, chasser cette bande malfaisante. Les pauvres gens, en partant, m’on couvert de bénédictions en versant des larmes. Il y avait aussi une femme qui venait d’accoucher. Son mari, à l’approche de ces scélérat, s’était sauvé avec l’enfant dans les bois. Juge, chère amie, de cette situation pénible pour mon cœur. Il y a vraiment de quoi vous faire abandonner l’état militaire. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
1...34567...115
« Page Précédente  Page Suivante »
|