( 6 juillet, 2019 )

Les Polonais à l’île d’Elbe.

Chevau léger

Ordre de Napoléon au général Drouot.

6 juillet 1814.

Service des Polonais de la Garde.

Le capitaine des chevau-légers polonais fera le service avec les capitaines de la Garde, et les deux seconds lieutenants feront le service avec les lieutenants. Les dix-neuf hommes de cavalerie fourniront par jour deux chevau-légers de service pour suivre l’Empereur. Indépendamment de cela, ils fourniront un  corps de garde à l’écurie, de manière à avoir un factionnaire à l’écurie. Les quarante autres Polonais fourniront tous les jours six hommes de service à la Porte de terre. Ce corps de garde fournira un factionnaire au pont-levis près Ponticello. Il n’y aura au palais que deux factionnaires. En conséquence, on diminuera les corps de garde de service de la Garde. Les soixante hommes de cavalerie continueront à s’exercer aux manœuvres du canon. Il est nécessaire qu’au 15 août ils puissent faire le polygone en tirant des boulets. Au 15 août, l’artillerie commencera l polygone en tirant des bombes et des boulets rouges.

(« Le Registre de l’île d’Elbe. Lettres et ordres inédits de Napoléon 1er (28 mai 1814-22 février 1815). Publiés par Léon-G. Pélissier », A. Fontemoing, Éditeur, 1897, pp.35-36).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 juillet, 2019 )

La Bérézina, 26-29 novembre 1812…

La Bérézina, 26-29 novembre 1812… dans TEMOIGNAGES la-berezina

« Le 27 novembre, nous arrivons sur la Bérézina, la journée se passe à changer de positions, et à échanger quelques coups de fusils avec l’ennemi. Le soir, la division établit ses feux de bivouac sur la lisière d’un grand bois. Nous avions là de gros et vieux chênes pour nous chauffer, mais rien à manger. Selon mon habitude je me mets en quête dans les alentours. On trouvait souvent, près des cantinières un juif qui ne vendait qu’en tête à tête et en cachette, mais je n’en trouvai aucun à ce moment.

Ma bonne étoile me fit rencontrer un ami d’enfance que je n’avais pas revu depuis Wagram. Il était sergent-major aux sapeurs du génie qui travaillaient à la construction des ponts. Après l’avoir embrassé je lui fis part de ma détresse. Il me mit aussitôt dans la main une galette e me disant : « Elle a été cuite dans le suif, tu la trouveras bonne ». Je la trouvai délicieuse et ne manquai pas d’en donner une part à mon alter ego, le sergent Durand. Au moment où je m’apprêtai à dormir devant un bon feu, on m’apprend qu’une de nos cantinières, Louise, est sur le point d’accoucher et souffre beaucoup. Tout le régiment s’émeut et s’ingénie pour secourir cette malheureuse femme qui se trouve sans nourriture, sans un abri, sous ce ciel de glace. Notre colonel (Romme) donne l’exemple. Nos chirurgiens, n’ayant plus leurs paniers d’ambulance, abandonnés à Smolensk, faute de moyens de transport, reçoivent des mains de tous des chemises, des mouchoirs, tout ce qu’on peut donner. J’avais remarqué près de nous un parc d’artillerie appartenant au corps du maréchal duc de Bellune [Victor]. J’y courus, et, m’emparant d’une couverture placée sur le dos d’un cheval, je revins à toutes jambes la porter à Louise. J’avais commis une mauvaise action, mais je savais que Dieu me la pardonnerait en faveur du motif. J’arrivai au moment où notre cantinière mettait au monde, sous un vieux chêne un enfant mâle bien constitué, que je rencontrai en 1818, enfant de troupe dans la légion de l’Aube. Ainsi notre brave Louise donna un défenseur de plus à la Patrie dans l’un des moments les plus critiques où se soient trouvés les débris de la Grande Armée. Le maréchal distribua à tous, et particulièrement aux chirurgiens, des éloges pour notre généreuse conduite.

Le 28 novembre, un peu avant le jour, nous sortons du bois et prenons notre rang de bataille. Les boulets russes commencent à tomber sur nous, l’action s’engage, et, chose étrange, nous battons les russes en leur prenant du canon et des prisonniers. Le soir nous marchons vers les ponts, en colonne. L’Empereur était déjà sur l’autre rive, où l’ennemi avait été également repoussé.

Le 29 novembre nous nous présentons à l’entrée des ponts, et j’ai vu, à ce moment, de mes yeux vu, un spectacle d’une telle horreur, qu’après cinquante ans, ma plume peut encore à peine le reproduire. Une masse de malheureux, officiers et soldats de toutes armes blessés, employés, femmes, enfants, en proie au froid, à la faim, auraient pu passer, la veille, sans encombre, mais rien n’avait pu les arracher des feux autour desquels ils reprenaient un peu de vie. Ils se pressaient maintenant pour franchir les ponts. Aux abords de ceux-ci les cadavres de ceux de cette lamentable foule qui avaient déjà succombé pendant la nuit avaient étaient foulés aux pieds par la cavalerie et l’artillerie. On voyait des têtes, des bras, des jambes épars, une boue sanglante !!

Au moment où nous approchions, tous ceux qui avaient conservé un peu de force morale voulaient passer dans nos rangs, mais nos chefs, prévoyant ce qui arriverait si nous cédions à un sentiment d’humanité portèrent toute leur attention à sauver d’abord tout ce qui était resté groupé autour du drapeau, notre salut était au bout de nos baïonnettes. A l’instant où notre colonne longeait de très près cette masse de victimes, je m’entends appeler par mon nom et je vis dans cette triste cohue la femme d’un sous-officier du régiment, tenant dans ses bras son enfant qui se mourait.  Cette vue me procura l’impression la plus atroce que j’ai jamais pu ressentir, j’aurai toujours devant les yeux l’expression du visage de cette mère aux regards éperdus et suppliants. Mais mon devoir de soldat, tout en me déchirant le cœur passa avant tout sentiment de commisération. En toute autre circonstance j’aurais donné ma vie pour sauver cette femme et son enfant. Que dieu me juge !!! Tous ces malheureux restèrent au pouvoir des Russes.

A l’entrée du pont, deux chevaux encombrant le passage, des cris « Qu’on les jette à l’eau ! » se font entendre. Ayant appris qu’ils appartenaient à des officiers supérieurs, nous n’en fîmes rien, mais les pauvres bêtes furent poussées à coups de baïonnette. Peu après, mon capitaine m’ordonne de prendre la place du guide de gauche qui venait de recevoir un biscaïen dans la cuisse. Pour passer de ma place de sous-officier de remplacement, à la queue de la compagnie, je me mis à courir. Un des aides-de-camp du général Gérard, croyant que je fuyais, me cria : « Où allez-vous ? » et en même temps m’appliqua un vigoureux soufflet. Aussi prompt que lui je le couche en joue, mais plus promptement encore je relève mon arme, comprenant sa méprise. Nous voilà enfin sur le pont, le tablier avait fléchi d’un côté. Nous marchions sur une pente très inclinée, plusieurs tombèrent à l’eau. J’en vis passer sur d’énormes glaçons, tâchant d’atteindre l’autre rive, entre autre un officier qui disparut dans les flots par suite du choc d’un autre glaçon ; quelques-uns, néanmoins furent plus heureux.

Le maréchal [sans doute Davout] était au bout du pont, donnant la direction à chacun des débris qui débouchait sur l’autre rive. Un officier d’état-major nous indiqua la position à occuper. Avec beaucoup de peine nous allumons du feu, et, comme tant d’autres fois, nous faisons l’appel des manquants, envoyant à nos braves camarades perdus pour toujours nos regrets et nos souvenirs. J’allai ensuite trouver le colonel pour lu parler du soufflet que j’avais reçu. Il en était déjà informé et m’envoya, conduit par un adjudant-major, près de l’aide-de-camp qui, après m’avoir témoigné tous ses regrets, me serra la main en me disant : « Oublions, mon vieux camarade, et serrons les rangs, car nous en aurons besoin demain. »

Cette nuit du 29 au 30 novembre fut bien cruelle pour nous. Notre position était à peu près parallèle à la Bérézina et nous avions la garde d’une partie des prisonniers faits dans la journée du 28. Vers minuit le froid augmente. Nos prisonniers meurent ou s’échappent, notre petit nombre nous empêchant de les maintenir. Nos feux, allumés sur la neige, descendent jusqu’au sable et se trouvent comme au fond d’un puits, le ciel, sombre jusqu’à ce moment, s’éclaircit, et le vent glacé du nord se met à souffler. Il soulève au fond de nos torus des parcelles brûlantes de sable qui voltigent jusqu’à nos yeux comme des paillettes argentés. Au matin, beaucoup d’entre nous étaient aveugles. Ceux que ce sable brûlant avait épargné conduisaient leurs camarades frappés de cécité. Pour ma part, n’ayant été que faiblement touché, j’étais le conducteur d’un adjudant-major, M. Rougeant.

Deux jours après, tous avaient recouvré la vue. »

Capitaine Vincent BERTRAND, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815….», A la Librairie des Deux Empires, 1998, pp.151-157). L’auteur était à cette époque sergent dans les rangs du 7ème régiment d’infanterie légère, lui-même faisant partie du 1er corps (Maréchal Davout).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 juillet, 2019 )

Extraits des papiers d’un cavalier de la Grande-Armée…

06526471.jpg

Ce texte, rédigé par Jean-Baptiste Villeminot,  paru la première fois dans le « Carnet de la Sabretache » en 1908. Je l’avais reproduit dans « La Chronique des Deux Empires » en 1996. Mais laissons parler le commandant Carlet, préfacier de l’édition de 1908.

C.B.

La complaisance d’un de nos amis nous a valu la communication de papiers provenant de la succession d’un vieux brave, qui a fait presque toutes les campagnes de la Révolution et de l’Empire et qui, parti simple cavalier au 25ème régiment de cavalerie, en 1792, prit sa retraite en 1815, comme sous-lieutenant au 2ème cuirassiers. Parmi ces notes, prises au jour le jour, nous avons trouvé, entres autres, un tableau assez intéressant dans lequel il relate les différentes étapes parcourues par son corps pendant la funeste retraite de Russie. Nous les reproduisons ci-après, en en respectant l’orthographe. Nous avons également remarqué, dans ce carnet, une chanson de route intitulée : Les Français en Autriche, qui dut être composée avant la capitulation d’Ulm ; nous la donnons à la suite de l’itinéraire. Mais, demandons la permission de présenter tout d’abord notre héros : Jean-Baptiste Villeminot, fils de François et de Marguerite Eloy, naquit à Tornay, localité située, à vol d’oiseau, à environ 27 kilomètres au sud-est de Langres, le 8 décembre 1771. Il n’avait pas tout à fait vingt et un ans, quand il rejoignit le 25ème régiment de cavalerie, le 24 août 1792. Il y devint successivement, brigadier le 6 frimaire de l’an VI ; fourrier le Ier vendémiaire de l’an VII ; maréchal des logis le 16 thermidor de l’an VIII. Le 10 janvier 1804, il passait avec son grade au 2ème cuirassiers où il fut nommé maréchal des logis-chef le Ier novembre 1806, et sous-lieutenant le 14 mai 1809, c’est-à-dire quelques jours avant la bataille d’Essling. Il était chevalier de la Légion d’honneur depuis le 1er octobre 1807. La première Restauration le confirma dans son grade de sous-lieutenant au 2ème cuirassiers, devenu cuirassiers de la Reine.Villeminot prit sa retraite le 10 décembre 1815, après le licenciement à Saumur de son régiment ; il se retira à Chaumont. D’après ses états de service, ses campagnes furent les suivantes : Campagnes de 1793, ans II, III, IV, V et VI à l’armée du Rhin ; de l’an VII à l’armée de l’ouest ; des ans XIII et XIV, 1806, 1807 à la Grande Armée ; de 1809 à l’armée d’Allemagne ; de 1812 en Russie ; de 1813 et 1814 à Hambourg.

Commandant CARLET.

Noms des villes et des villages où j’ai passé à la retraite de Russie.

- Le 18 octobre 1812, à 7 heures du matin, à la Saskowa, grand houra.
- Le 19 et le 20, à Wornowo et devant le château de M. Rotopschin, gouverneur de Moskou.
- Le 21, à Formineskoé, où j’ai appris par un officier italien la révolution qui avait eu lieu à Paris.
- Le 22, à Borovsk, sur la Protwa (rivière), ville aux oignons.
- Le 23 et 24, près de Malojaroslavetz. Grande bataille par le corps italien.
- Le 25, à 7 lieu[es] de Kaluka.
- Le 26, à Ouvarovskoé, en pleine retraite.
- Le 27, à Alferewa, petite ville qui a été entièrement brûlée. .
- Le 28, à Mitiaewa.
- Le 29, à Ouspeuskoué, où j’ai perdu mon dernier cheval.
- Le 30, à Prokorefo, Guillemot a eu son porte-manteau de volé.
- Le 31, à Giot, un très jolie ville (toute brûlé[e]).
- Le 1er novembre, à Velistschewo, (grand froid et grande neige).
- Le 2, à Foederowskoé, sans pain ni viande et couché en plaine.
- Le 3, à Wiasma, très jolie ville où il y avait de très jolis édifices, mais tout a été brûlé.
- Le 4, à Roulkeki. .
- Le 5 et 6, Jalkow, rien…
- Le 7, à Zazelé, dans les bois, je me suis couché dans mon manteau, à mon réveil j’avais au moins six pouces de neige sur moi et je ne me suis pas ressenti du froid.
- Le 8, à Stoboda.
- Le 9, dans les bois.
- Le 10, soi-disant à Doukovchtchina.
- Le 11, à Wolodemerowa où j’ai eu environ un quart de livre de pain pour 6 francs, que nous avons partagé à quatre personnes ; il y a neuf jours que je n’en avais vu.
- Le 12 et 13, à Smolensk.
- Le 14, à Toubna, à 2 lieues de Smolensk.
- Le 15 et 16, à Krasnoé, grand houra. .
- Le 17, à Piadoui, dans la forêt.
- Le 18, à Doubrowna avec un colonel de lanciers, du pain pris des Juifs à force d’argent.
- Le 19, à Orcha.
- Le 20 et 21, à Kokhanowo, rien.
- Le 22, dans le bois où la 2e division de cuirassiers. Grand houra.
- Le 23, à Toloczin, rien.
- Le 24, à Bobr, forêt.
- Le 25, à Nalscha, près d’une chapelle dans la forêt.
- Le 26, à Nemonitza, nous avons trouvé à force de bras (car la terre était extrêmement gelée), quelques carottes dans la terre.
- Le 27, à Weselowo, près la Bérézina.
- Le 28, à Zembin. C’est le 28 que nous avons passé la Bérézina. C’est dans cet rivière où il a péris beaucoup de misérables qui se sont jetés dans la glace pour se sauver de l’ennemi.
- Le 29, à Kamen.
- Le 30, à Zowichino où nous avons trouvé le commencement des pommes de terre.
- Le 1er décembre, à Hia.
- Le 2, à Molodetschino, plus de misère.
- Le 3, à Markovo, chez les Juifs, pain, vin, etc.
- Le 4, à Smorgoni.
- Le 5, à Joupronoul, où le fils de M. le major Dubin est mort.
- Le 6, arrivé à Vilna, ayant fait 16 lieue[s].C’est le 5 et 6 décembre où il a fait les plus grands froids et où il a perri le plus de monde ; il y avait 28 degrés de froid.
- Et le 7, 8 et 9 inclus, Villena.
- Le 10, à Evé, petit village dans les bois.
- Le 11, à Zismovi.
- Le 12, à Kowno. Ici finissent nos peines.

L’armée française contre la Russie était, le 24 juin 1812, forte de 680.500 hommes, 176.850 chevaux et de 1.200 pièces de canons – Il n’en est pas rentré une seule.

- Arrivé à Koenigsberg le 20 décembre, le 25 à Elbing.

1813

- Arrivé le 8 janvier à Stetin, jusqu’au 15 inclus.
- Arrivé le 24 à Berlin.
- Arrivé le 2 février à Brunswick (logé chez Mayer).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 2 juillet, 2019 )

Le signalement de Napoléon en 1812…

Napoléon 1er

Depuis le jour où les cosaques avaient fait un hourra sur le quartier impérial, le bruit s’était répandu dans l’armée française que les Russes voulaient à tout prix s’emparer de Napoléon, que l’hetman Platov avait promis sa fille à qui le lui amènerait vivant, et l’amiral Tchitchagov, s’apprêtant  à défendre le passage de la Bérézina, souhaitait ardemment de faire l’Empereur prisonnier. Dans ce dessein, il notifia aux généraux placés sous son commandement l’ordre suivant : « L’armée de Napoléon est en fuite ; l’auteur responsable des calamités de l’Europe est avec elle ; nous nous trouvons sur son chemin ; il est possible qu’il plaise au Tout-Puissant de mettre un terme à son courroux en nous le livrant ; je désire donc faire connaître à tous le signalement de cet homme. Il est de petite taille, corpulent, pâle ; il a le cou court et fort, la tête grosse, les cheveux noirs. Pour plus de sécurité, arrêtez tous les individus de petite taille et envoyez-les moi. Je ne parle pas de la récompense qui sera accordée pour cette prise ; la générosité bien connue de notre monarque [le Tsar] m’en dispense. »

Extrait de l’ouvrage d’Arthur CHUQUET, « Lettres de 1812 » 1ère série [seule parue] », Paris, Champion, 1911, p.229. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 juin, 2019 )

Une attente insupportable…

Les premières nouvelles de la défaite parviennent à Paris. Le comte Miot dont le gendre, le fils et le neveu étaient au nombre des combattants,attend, dans l’anxiété.

Le 18 juin au matin, le canon annonça le succès du début de la campagne, et la foule se porta avec plus d’empressement que jamais près du prince Joseph.

Mais dès le 20 au soir, les bruits les plus sinistres commencèrent à circuler. Je cherchai vainement à obtenir des détails positifs sur ce qui s’était passé à l’armée. Le prince Joseph n’avait encore reçu aucun courrier, et je rentrai chez moi à onze heures, tourmenté des plus vives inquiétudes.

Le lendemain matin il ne fut plus permis de douter de nos revers. Nous étions vaincus ; les champs de Waterloo avaient vu périr l’élite de nos armées, l’unique espoir de l’indépendance de la patrie, et quoique je ne connusse pas encore l’étendu des malheurs qui m’étaient personnels, tout ce que j’apprenais me remplissait d’effroi et des craintes les plus légitimes. L’Empereur était arrivé dans la nuit, et ce retour subit, en consternant toutes les âmes, acheva de lui ravir les derniers restes de l’affection publique. On ne pouvait expliquer, comment, dans un si grand danger, il avait abandonné l’armée, et les reproches les plus amers étaient dans toutes les bouches. J’appris pendant le cours de la journée qu’un conseil des ministres s’était réuni au palais de l’Elysée. Les princes Joseph et Lucien s’y trouvaient. L’Empereur offrit d’abdiquer une seconde fois, et la discussion s’ouvrit sur cette proposition.

Je sus que le duc d’Otrante avait opiné fortement pour l’accepter, mais que le prince Lucien s’y était opposé avec non moins de force. Il avait, au contraire, engagé l’Empereur à monter à cheval, à la tête de ses partisans, à marcher sur les chambres, à les dissoudre, enfin à se déclarer dictateur : seul moyen, suivant lui, de sauver la France et sa famille. L’Empereur avait hésité sur ce parti extrême ; son ancienne énergie paraissait l’avoir abandonné, et tous les autres membres du conseil s’étant, d’ailleurs, rangés à l’avis du duc d’Otrante, l’abdication fut résolue et envoyée sur-le-champ aux chambres qui créèrent un gouvernement provisoire. Déjà elles s’étaient déclarées en permanence, et avaient, dès l’ouverture de la séance du jour, garanti leur inviolabilité, en protestant contre toute atteinte qui leur serait portée. Ces particularités sont les seules qui soient parvenues alors à ma connaissance. J’ai su cependant plus tard que, dans l’intervalle de temps qui s’écoula entre l’abdication et le départ de l’empereur, le prince Lucien était revenu, sans plus de succès, sur l’opinion qu’il avait émise dans le conseil. Il avait, d’ailleurs, été trop mal accueilli dans les deux chambres où il parut en qualité de commissaire extraordinaire de l’Empereur, pour inspirer une grande confiance. Les temps étaient changés, comme je l’ai déjà fait observer, et, quoique le parti qu’il proposait présentât encore quelques chances en sa faveur, il est plus que probable qu’il eût échoué. Toutefois, à en juger, non pas dans l’intérêt de la morale ou de la France, mais dans celui de la gloire de l’homme, ce parti offrait sans doute une plus noble manière de périr. Une chose digne de remarque, c’est qu’au milieu du mouvement qui, pendant toute la journée du 21 juin, se manifesta avec tant de violence dans les chambres et dans les conseils du gouvernement, l’agitation des esprits, parmi les habitants de Paris, ne fut pas telle qu’il semblait que des événements si graves auraient dû la produire. Le calme le plus complet régna dans la ville et ne fut pas troublé un instant. Etait-ce courage ? était-ce indifférence ? Le temps a décidé la question. Ballotté de gouvernement en gouvernement, le peuple n’avait de l’affection ni pour celui qu’il perdait ni pour celui qu’on allait lui rendre. Il dormait, en attendant qu’à son réveil on lui dît s’il devait obéir à Napoléon II ou à Louis XVIII.

Je passai encore la journée du 22 juin à Paris. Dans un état d’angoisse qui brisait tous les ressorts de mon âme, j’allai de tous côtés chercher les nouvelles qui venaient de l’armée, espérant apprendre quelque chose sur le sort de mon gendre, de mon fils et de mon neveu. Tous trois, comme je l’ai déjà dit, servaient dans les grenadiers à cheval de la Garde impériale, et ce corps avait été, dit-on, presque entièrement détruit. Enfin, le 23 juin, une lettre de mon neveu m’apprit que le général Jamin avait été tué sur le champ de bataille à la tête de la troupe qu’il commandait, et que mon fils, atteint à ses côtés d’une balle qui l’avait frappé dans la hanche droite, était gravement blessé. Quant à mon neveu, il avait été dans cette fatale journée assez heureux pour n’être point atteint, et il ramenait mon fils sur un brancard qu’il avait fait construire pour le transporter. Les devoirs que m’imposaient ces tristes nouvelles absorbèrent toutes mes pensées. Je me rendis sur-le-champ à la campagne qu’habitaient ma femme et ma fille – qui restait veuve et enceinte –, pour essayer de faire passer dans leurs âmes quelque consolation.

Mon fils n’arriva que le 27 juin. Il avait été obligé de faire plusieurs détours pour éviter les partis ennemis qui déjà se répandaient sur les routes aux environs de la capitale. Sa blessure était beaucoup plus grave qu’elle n’avait paru d’abord. J’aurais voulu pouvoir le laisser à la campagne où il eût été en meilleur air et plus tranquille qu’à Paris ; mais il eût été trop exposé, et je fus obligé de le faire venir, ainsi que le reste de ma famille, dans le logement étroit que j’habitais à Paris.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 juin, 2019 )

Une lettre du général d’artillerie Boulart durant la campagne de Russie…

07529781.jpg

Elle est adressée à son épouse demeurant à La Fère (département de l’Aisne). Une de plus extraite de l’excellent volume publié en 1912 et regroupant de très nombreuses lettres de la Grande-Armée interceptées par les Russes durant la campagne de Russie.

A 2 heures de Wiasma, le 1er novembre 1812.

Je t’écris, mon amie, par le plus beau jour et la plus belle gelée, assis sur la plus belle motte de terre, ayant le froid dans le corps et conséquemment au bout des doigts, pour te dire que tu ne t’inquiètes pas sur mon compte. Depuis le 18 octobre nous avons quitté Moscou, nous nous retirons sur Smolensk, et il y a apparence que de là nous irons à  Vilna. Je ne te parle pas de nos maux et privations.  La plus grande pour moi est de n’avoir pas de tes nouvelles et de pouvoir pas t’en donner des miennes. Marin a eu le malheur d’être blessé dans une affaire de rien ; il a une partie des chairs de la cuisse, au-dessus du genou, emporté par un boulet. Il va assez bien, mais en sera estropié. Je voudrais bien en avoir autant que lui et n’avoir plus qu’à te consacrer le reste de mes jours, ainsi qu’à mes enfants. Je ferai le papa l’ingamba et toi la mère ingamba. Nous ferions le plus intéressant couple possible et nous ferions tous nos efforts pour que nos enfants soient un jour plus ingambes que nous. Le diable m’emporte, si le souhait que je fais n’est pas sincère ! Nous faisons un métier trop rude pour y tenir longtemps.

Adieu ma bonne amie.

BOULART.

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 juin, 2019 )

A propos du général Jomini…

Jomini_Antoine-Henri

« Jomini, chef d’état-major du prince de La Moskowa [Maréchal Ney], a déserté. C’est lui qui a publié quelques volumes sur les campagnes et que depuis longtemps les Russes pourchassaient. Il a cédé à la corruption. C’est un militaire de peu de valeur; c’est cependant un écrivain qui a saisi quelques idées saines sur la guerre » (Napoléon, lettre à Cambacérès, Bautzen, 16 août 1813).

« Dans Jomini, il y a d’assez bonnes choses » (Napoléon au général Gourgaud, à Sainte-Hélène, 14 mai 1817).

« J’aurais dû faire expliquer ses guerres [de Frédéric] à l’École polytechnique et aux écoles militaires. Jomini aurait été excellent pour cela » (Au général Gourgaud, à Sainte-Hélène, 15 avril 1817).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 juin, 2019 )

Après Waterloo…

Sézanne, 25 juin 1815

J’ai reçu, mon cher ami, ta lettre du 22. Je ne mérite pas les reproches que tu m’adresses. Je t’ai écrit de Paris le 8 du courant et de Sézanne le 21 ; je ne suis donc pas resté plus de quinze jours sans te donner de mes nouvelles, et, dans cet intervalle, j’ai fait plus de cent lieues pour le service de mon régiment, puisque j’ai été successivement de Paris à mon dépôt, de là à Troyes, de Troyes à Paris, où je ne suis resté que 12 heures, et encore une fois de Paris à Sézanne. Les premières nouvelles que nous avons reçues de l’armée étaient désolantes. Hier, plusieurs de nos officiers blessés le 19 et le 20 du courant sont arrivés et nous ont consolés. Le corps du général Grouchy, après avoir battu complètement les Prussiens, s’est retiré en bon ordre derrière la Sambre, et nous espérons que les quatre corps qui ont pris l’épouvante à Waterloo offrent encore des masses assez imposantes pour arrêter l’ennemi. Les événements extraordinaires qui se sont passés à Paris auront sans doute des suites avantageuses pour notre malheureuse patrie ! Dans tous les cas, nous sommes décidés à nous faire tuer jusqu’au dernier pour la noble cause de notre indépendance. Les habitants de ces contrées sont animés du meilleur esprit. Je suis enchanté d’avoir quitté Paris.Après Waterloo... dans TEMOIGNAGES 207_001-233x300
Le 30 ème a perdu plus de la moitié de son nombre : il faisait l’avant-garde du général Gérard. Tous les officiers supérieurs ont été tués. Je m’attends à recevoir l’ordre d’aller commander environ 500 hommes qui nous restent encore et qui se trouvent maintenant commandés par un capitaine. Je me suis ruiné pour me monter comme il faut, et je suis prêt à tout événement. Dans mes courses de Troyes à Paris, je me suis trouvé à court d’agent. Gavoty m’a prêté 200 francs que je me proposais de lui renvoyer moi-même d’ici à quelques semaines. Comme je ne sais plus si nous serons payés exactement à la fin du mois, et que je serais désolé que ton ami pût concevoir quelques inquiétudes dans le moment actuel, fais-moi la grâce de te charger de cette dette, et dis-lui que je t’en ai prévenu. Pour peu que nos affaires prennent une tournure un peu favorable, je suis dans une fort belle passe. Il ne reste plus que moi de lieutenant-colonel au régiment. Je suis à merveille avec le colonel et avec M. Verdier, notre major en second. Quelque chose qui arrive, je me trouve infiniment heureux d’avoir quitté mes tirailleurs.
M. Verdier a étudié avec toi chez Ducrocq ; son père est maintenant à Tours, employé comme chirurgien-major dans la garde nationale. C’est un jeune homme de trente-quatre ans, charmant, parfaitement bien élevé et parlant toutes les langues de l’Europe. Il était de l’ambassade en Perse sous le général Gardanne ; il est décoré de l’ordre du Soleil. Nous sommes de grands amis.
J’ai annoncé à ma chère mère, avant mon départ de Paris, que je passais au 30 ème de ligne ; ma lettre ne lui est donc pas parvenue ? Fais-moi la grâce, mon ami, de lui faire entendre qu’il vaut bien mieux pour moi tenir à un brave régiment que d’être resté à battre le pavé de la capitale ! La chose est si simple que je ne conçois pas comment vous pouvez me savoir en quelque sorte mauvais gré de mon changement.
Adieu, mon ami. Donne-moi des nouvelles de nos provinces de l’Ouest. Je t’écrirai souvent, tu peux y compter ; mais, rappelle-toi, je t’en supplie, que les courriers ne partent d’ici que deux fois par semaine, et qu’il peut quelquefois m’arriver de manquer malgré moi le moment de la poste.
Je vous embrasse tous, et j’atends avec impatience de vos nouvelles. Un fourrier de la Vieille Garde m’annonce à l’instant que M. Faré, adjudant-major dans son bataillon, avait été fait prisonnier. Cette nouvelle mérite confirmation ; n’en parle point.

COUDREUX.

(« Lettres du commandant Coudreux à son frère, 1804-1815. Publiées par Gustave Schlumberger », Plon, 1908).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 juin, 2019 )

Une écrite de Paris, par J. Hobhouse…

Hobhouse1« Paris, juin 1815.

« Le Moniteur du 17 est rempli par le rapport du duc de Vicence [général de Caulaincourt], qui contient un manifeste contre la conduite des alliés, accompagné de documents que la Chambre des représentants avait paru demander dans son adresse à l’Empereur , et qui tendent à prouver que Napoléon a fait tout ce qui était en son pouvoir pour conserver la paix en Europe, -qu’il avait enfin été forcé à faire une guerre déjà commencée par l’ennemi, et qui exigeait sa présence aux armées.» Les Anglais, dit le duc, les Prussiens, les Autrichiens sont en ligne; les Russes sont en pleine marche ; la tête de leur première colonne  a passé à Nuremberg le 19 mai, et est maintenant sur les bords du Rhin. L’empereur de Russie et le roi de Prusse ont quitté Vienne le 26 mai, et l’empereur d’Autriche le 27. Ces souverains sont maintenant à la tête de leurs armées, et votre Majesté est encore à Paris. Sire, tout délai ultérieur compromettrait les  intérêts de la patrie. »

Je présume bien que ni en France, ni en Angleterre, Napoléon ne manquera pas d’excuse pour avoir porté le premier coup, à moins que M. Grattan ne prétende qu’il eut dû se laisser saigner sans résistance. Le Moniteur contient un petit bulletin daté de Charleroi le 15 juin, à neuf heures du soir, et conçu en ces termes : « L’armée a forcé le passage de la Sambre près Charleroi, et chassé  les avant-postes à mi-chemin de Charleroi à Namur et de Charleroi à Bruxelles. Nous avons fait quinze cents prisonniers et pris six pièces de canon. Quatre régiments ont été taillés en pièces. L’armée de l’Empereur a peu souffert, mais il a fait une perte sensible par la mort du général Letort, son aide-de-camp , qui fut tué sur les hauteurs de Fleurus en conduisant une charge de cavalerie. L’enthousiasme des habitants de Charleroi et des autres pays que nous traversons ne saurait se décrire. »

Le journal du 18 donne enfin le détail officiel de ce premier combat et la proclamation de l’Empereur à son armée, datée d’Avesnes le 14 juin. Elle est modelée sur toutes les autres. Il dit à ses soldats qu’il leur parle le jour anniversaire de Marengo et de Friedland. Une dépêche du maréchal Suchet annonce l’affaire de Montmélian.

Dans une lettre du 16, l’Empereur a écrit de sa propre main: « Letort va mieux. » Les Français savent apprécier cette sollicitude. Dans la Chambre des pairs il y a eu le 16 une chaude discussion au sujet du règlement intérieur. Ce corps commence à prendre une attitude indépendante; et le comte de Pontécoulant dit que, s’il ne voulait pas être insignifiant, il fallait se résoudre à déplaire souvent. Le rapport du duc d’Otrante a été lu aux deux Chambres. Il offre un tableau peu flatteur et peu flatté de la situation de l’Empire, et porte le cachet de la vérité qui, il faut l’avouer, est empreint sur tous les actes publics du ministère impérial; les institutions anglaises y sont citées souvent pour justifier la suspension des lois constitutionnelles et la restriction des abus de la presse; mais le ministre avoue avec candeur que jusqu’ici la liberté individuelle n’a pas été suffisamment garantie contre les efforts de l’autorité ; que des divers ordres et mesures qu’elle se croit autorisée à employer contre les individus suspects, « il résulte une inquiétude générale y dit-il, un mécontentement secret, un affaiblissement actuel et progressif du pouvoir; car le pouvoir ne commande pas toujours l’obéissance; l’obéissance au contraire est la mesure et la limite du pouvoir: elle résulte , chez tous les peuples civilisés, du consentement national.  Lorsqu’un ministre ose tenir un tel langage à son souverain, et le faire retentir aux oreilles de la Nation, l’établissement du despotisme n’est certainement pas ce qu’on a le plus à craindre. Dans la séance du 16 de la Chambre des représentans, après la lecture du rapport du duc de Vicence, faite par M. Boulay de la Meurthe, conseiller d’état, il s’éleva une vive discussion sur la proposition faite par M. Jay, pour qu’à l’avenir les rapports des ministres fussent adressés à la Chambre, et pour qu’ils fussent prêts à répondre aux questions qui pourraient leur être faites par les députés. M. Roy alla jusqu’à proposer que, comme le rapport du ministre avertissait que la guerre était inévitable, cette communication, d’après l’article 50 de la constitution de l’an 8, qui porte, que « toute déclaration de guerre sera proposée, discutée, décrétée et promulguée comme une loi », soit renvoyée à un comité spécial. Cette proposition fut combattue par plusieurs membres, et surtout par le général Sébastiani ; la proposition que fit ce général, de déférer la question importante de la méthode à suivre-dans les relations entre le Corps législatif et le pouvoir exécutif, à une commission spéciale, fut adoptée à l’unanimité. M. Pouilly annonça l’intention de proposer que le Gouvernement communiquât les actes en vertu desquels certains départements de l’Empire étaient mis hors de l’action de la constitution, et que ces actes fussent discutés. Le rapport du ministre de la police a donné lieu à une discussion sur la nécessité de prendre des mesures pour réduire les insurgés. M. Dumolard proposa une commission de neuf membres à cet effet; mais on s’y opposa parce que ce serait prendre l’initiative que la constitution donne au Gouvernement. M. Barrère dit cependant que les circonstances avaient démontré, de la manière la plus péremptoire, la nécessité-de deux initiatives; l’une pour le pouvoir exécutif, l’autre pour le législatif. La proposition de M. Dumolard fut rejetée, et la Chambre passa à l’ordre du jour. Le même Moniteur contient en six lignes la nouvelle suivante cachée dans un coin de colonne:

Derrière Ligny, le 16 juin, à 8 heures et demie du soir.

« L’Empereur vient de remporter une victoire complète sur les armées prussienne et anglaise, réunies sous les ordres du duc de Wellington  et du maréchal Blücher. L’armée débouche en ce moment par le village de Ligny, en face de Fleurus, à la poursuite de l’ennemi. » « 

(J. HOBHOUSE, « Histoire des Cent-Jours ou Dernier règne de l’Empereur Napoléon. Lettres écrites de paris depuis le 8 avril 1815 jusqu’au 20 juillet de la même année. », Paris, chez Domère, Libraire, 1819, pp.358-362)

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2019 )

Enlever l’Empereur (juin 1815) ?

Napoléon le Grand2Le colonel de Rumigny rejoint Paris dans l’espoir que la lutte va continuer, malgré la défaite de Waterloo.

J’allais donc galopant et pensant tristement, lorsque, dans la forêt de Villers-Cotterêts, je vis venir une voiture à quatre chevaux de poste avec un courrier en avant.

— Arrêtez, arrêtez ! me cria-t-on.

Je m’approchai de la voiture et je vis le général Sébastiani.

— Quelles nouvelles ? me dit-il.

— Mon général, je vais annoncer à l’Empereur que le maréchal Grouchy…

— Mon cher colonel, me répondit-il, l’Empereur a abdiqué. Il n’est plus à Paris. Mais allez au ministère de la Guerre, dites au prince d’Eckmühl [Davout] que vous m’avez rencontré et que je vais faire diligence pour arrêter l’ennemi et parlementer. Vous rencontrerez aujourd’hui, ajoute-t-il, le général La Fayette et Benjamin Constant, qui me suivent dans le même but.

Ces deux noms m’étaient antipathiques, et je dis au général :

— Mon général, il vaut mieux se battre que de négocier ; et on ne vous recevra pas, j’en suis certain.

Je continuai encore plus tristement ma route. A quelques lieues, La Fayette me fit appeler par son domestique, je ne répondis rien et en fis de même à Benjamin Constant, sauf un : « Va te faire f… » que je lui lâchai en passant.

J’arrivai enfin à Paris, où j’appris que l’Empereur était à la Malmaison, et qu’il me serait impossible d’aller le trouver parce qu’on le gardait à vue. Je me rendis donc au ministère de la Guerre et, pendant que je rendais compte au prince d’Eckmühl de ma mission, j’appris que le général Gérard avait réussi à passer à travers les ennemis et que, porté sur son fourgon, défendu par ses braves aides de camp, Perron, Lafontaine, Gérard, etc., et son escorte, il était arrivé à Paris. Cette nouvelle fut pour moi un premier sujet de consolation, car je lui étais fort attaché et je l’avais pleuré du fond de l’âme.

Pendant que j’étais dans le cabinet du ministre, on annonça le maréchal Oudinot. La conversation suivante s’établit. M. Guérier, secrétaire du maréchal, était présent.

— Mon cher maréchal, dit Oudinot, je viens te demander un commandement, car dans l’état des choses tout le monde se doit à son pays.

Le maréchal Davout l’interrompit brusquement en lui disant :

— Ah ! pour cela, c’est impossible. Qui diable veux-tu qui ait confiance en toi aujourd’hui, après ta conduite en 1814 ? La seule chose que je puisse faire est de te donner un commandement entre le village de Meudon et Paris.

— Je te remercie, dit Oudinot.

Et il s’en alla, pendant que le ministre, se tournant vers nous, expliqua :

— Où diable a-t-il la tête ! Personne ne se fierait à lui !

Je me rendis chez le général Gérard, qui était rue de Buffant, chez M. Duroux, son ami. Je le revis en état passable, mais souffrant beaucoup. Il causa de la mission qu’il m’avait donnée, et depuis nous en parlâmes souvent. Je n’ai jamais voulu rien publier pendant la controverse qui s’est établie en 1821 et 1822, au sujet du maréchal Grouchy. Il avait été plein de bonté pour moi en plusieurs occasions. Je pensais que les faits que j’écris ici intéresseraient surtout la postérité, et je ne voulais pas ajouter à l’âcreté des écrivains de l’époque. L’officier au carrick noisette dont parle Dismée, c’était moi.

J’étais, lors de ce débat, aide de camp de Mgr le duc d’Orléans, et, par conséquent, tenu à une neutralité silencieuse. Il m’eût été pénible de dire au maréchal Grouchy (qui était, je le répète, un homme d’honneur et un brave officier, commandant parfaitement, sous les ordres de l’Empereur, un corps de cavalerie) : « Vous êtes incapable de commander en chef, vous avez perdu la France ! » Je me suis donc abstenu. Le général Gérard lui-même m’a approuvé !

Vers la fin des Cent-Jours, les nouvelles les plus absurdes étaient répandues à profusion. Quand l’ennemi s’avança de tous les points de nos frontières de terre, le maréchal Davout et les membres du gouvernement provisoire n’offraient pas à l’armée, dans leur association hybride, une garantie suffisante pour que les troupes sentissent renaître confiance et ardeur guerrière.

Quelques colonels formèrent alors le projet d’enlever l’Empereur à la Malmaison. Il y eut plusieurs réunions auxquelles j’assistai. L’avis des plus énergiques était : 1° d’aller à la Malmaison, de saisir le général Becker qui avait la charge de garder l’Empereur ; 2° de se porter à la hâte, après avoir enlevé l’Empereur, sur la Chambre, de la jeter à la porte ; ensuite, de marcher à l’ennemi et de le battre pendant qu’il était en pleine sécurité.

La question de ce que l’on pouvait faire contre les ennemis nombreux qui s’avançaient inquiétait un peu, mais on pensait, et avec raison, que les absurdes idées de la Chambre et le peu d’énergie des membres du gouvernement provisoire allaient nous livrer pieds et poings liés aux Alliés, sans qu’ils voulussent rien entendre en voyant ce qui se passait chez nous. Il y avait une grande division dans les opinions des officiers qui se trouvaient réunis, et le complot avorta. L’âme du complot était Lalon, officier supérieur, qui me fit ses adieux et se brûla la cervelle quelque temps après.

Le maréchal Davout me donna alors un commandement du côté de La Villette. Parmi les hommes que j’avais à commander, se trouvaient 1 800 fédérés, qui étaient assez ardents, mais point disciplinés. Je fis peu de chose, bien que nous ayons tiraillé pendant quelques jours contre les Prussiens. Ceux-ci avaient commis la faute de se séparer, et un corps de 30 000 hommes s’était mis en marche sur Versailles.

Un conseil de guerre eut lieu à La Villette, où le maréchal Davout avait son quartier général. Il fut convenu que les troupes campées en avant de Montrouge sous les ordres du général Exelmans se porteraient sur Sèvres et attaqueraient les Prussiens. 12 000 hommes de la Garde devaient former la tête de la colonne qui partirait par le vieux Neuilly pour marcher sur Saint-Germain, le reste de l’armée devait suivre et menacer la gauche des ennemis. Le maréchal Davout me donna ordre de me rendre auprès des officiers ayant la direction du corps du général Gérard blessé, hors d’état encore de monter à cheval. J’allai à Montrouge et je suivis les troupes lorsqu’elles furent en marche.

Le général Exelmans faisait l’avant-garde avec la cavalerie. Il rencontra les Prussiens à Sèvres, les culbuta et arriva à Versailles, où un régiment de hussards de Brandebourg fut obligé de mettre bas les armes. La grille de Versailles qui barre la route de Saint-Germain se trouva fermée, de telle sorte que le régiment ennemi ne put se frayer un passage. Le reste de l’armée ne bougea plus. Naturellement, on fit passer les hussards et les prisonniers prussiens par le boulevard, où tous les Parisiens purent les voir. Ce petit succès enflamma l’ardeur de quelques gardes nationaux, mais il était trop tard ; la nation n’avait plus de chef, les discours de quelques députés jetaient le découragement et cela ne conduisait à rien. Les Alliés commençaient alors à entourer Paris et à couvrir de flots de troupes nos provinces les plus guerrières. La Vendée appelait les princes de la famille royale, et beaucoup de gens étaient fatigués des alarmes et des excitations des mois précédents.

Les vociférations des fédérés inquiétaient le grand nombre. Quant au prestige impérial, il restait affaibli : Napoléon, quelque grand qu’il fût, venait d’être vaincu deux fois, en 1814 et 1815. Les idées constitutionnelles avaient fait des progrès, tout concourait à annihiler nos forces combattantes. Nous étions encore plus de 70 000 vigoureux soldats, mais nos chefs n’avaient nullement la volonté de s’ensevelir sous les ruines de l’Empire. Par conséquent, aucun d’entre eux n’avait l’enthousiasme nécessaire pour entraîner les armées.

La capitulation de Paris se traita d’une étrange façon. On envoya, du quartier général situé à Montrouge, une députation qui se rendit à Meudon. Je la rencontrai en revenant des postes établis en avant d’Issy. M. Bourgeois, chef aux Affaires étrangères, me dit :

— Venez avec nous, nous aurons besoin de vous pour rapporter les nouvelles.

Mais au bas de la côte d’Issy, les Prussiens refusèrent de me laisser passer parce que j’étais à cheval, et je revins vers les postes de l’ancienne division Vichery. Des Gardes nationaux se ruèrent sur moi en me voyant revenir des postes prussiens, et peu s’en fallut que je ne fusse fusillé par eux. Heureusement, des grenadiers du 30e de ligne vinrent à mon secours, arrêtant la fureur de ces hommes sans frein ni discipline. A leur tour, ils furent heureux que j’intercédasse pour eux, car un sergent du 30e voulait les tuer sans miséricorde.

Quelques jours après, j’étais près du général Gérard, qui se rendait à Orléans avec l’armée du maréchal Davout. On s’arrêta à Savigny, où un grand nombre de généraux se trouvaient réunis. Il y eut une espèce de conseil, dans lequel on convint qu’il serait utile de faire une démarche en faveur du duc d’Orléans, alors en Angleterre. L’armée craignait Louis XVIII. Elle pensait que jamais ce monarque ne pardonnerait ce qui s’était passé au retour de l’Ile d’Elbe, qu’enfin les troupes seraient très mal traitées sous son règne.

A la suite du conseil, le général Gérard me fit appeler en présence des généraux Fresgnet, Pajol, Exelmans, Vichery et quelques autres. Le maréchal Davout me donna l’ordre de me rendre à Paris et de remettre au duc d’Otrante [Fouché] la lettre collective qu’on me confiait. En outre, j’avais ordre d’aller voir le duc de Vicence [Caulaincourt] et de m’entendre avec lui.

Je pris à la poste de Savigny un bidet – bien fatigué, mais allant un peu – et je m’acheminai sur Paris avec un postillon. A peine hors du village, le postillon effrayé me déclara qu’il n’irait pas plus loin, parce que les cosaques s’avançaient et qu’il serait gardé prisonnier. Je continuai donc mon chemin seul, et effectivement, à deux lieues, je fus arrêté par deux cosaques qui voulurent d’abord me désarmer, mais je tirai mon sabre et j’allais me mettre en défense lorsqu’un officier russe arriva au galop. Après quelques mots d’explication, il me donna un de ses hommes pour m’accompagner jusqu’à la barrière. Je me remis au galop et, soit que le cheval du cosaque fût fatigué, ou qu’il eût peur de s’éloigner de son poste, il me laissa gagner de l’avance et j’arrivai seul à Paris.

J’allai d’abord chez le duc de Vicence. Il était aux Tuileries, dans l’appartement qui donnait sur le quai, au bout de la galerie de Diane. Il lut attentivement la lettre dont j’étais porteur, et, après quelques mots d’entretien, il m’envoya au duc d’Otrante. Je trouvai ce ministre quai Malaquais, à l’ancien hôtel de la Police. Il était fort tard dans la nuit. Le duc me parla de la lettre dont j’étais porteur et me dit que les difficultés seraient énormes, que les Alliés voulaient purement et simplement rétablir Louis XVIII comme il était en 1814, qu’une nouvelle proposition entraverait les choses et qu’il me donnerait une réponse le lendemain.

Je me retirai. Le lendemain, lorsque je revins, il me dit d’attendre. La journée se passa, et lorsque je voulus avoir un ordre pour retourner au quartier général, il me dit que c’était inutile, qu’il fallait que je restasse à Paris, que d’ailleurs il ne me donnerait pas de passeport.

Cette réponse me mit en fureur ; et je le lui témoignais, lorsqu’il me dit tranquillement :

— Mon cher colonel, je partage toutes les pensées des généraux ; mais il y a force majeure, je l’ai fait dire au prince d’Eckmühl [Davout] et aux autres officiers de l’armée.

Je lui représentai que si je restais à Paris pendant que l’armée était à Orléans et sur la rive gauche de la Loire, j’aurais l’air d’être un déserteur. Alors il me dit :

— Revenez dans deux jours, vous aurez un passeport.

J’étais à Paris, lorsque je rencontrai La Bédoyère, avec qui j’étais lié depuis la campagne de 1813. Il était en cabriolet.

Je l’arrêtai et lui parlai de l’imprudence qu’il commettait en ne partant pas ; qu’il n’y avait pour lui qu’un lieu de sûreté et qu’il devait gagner l’Amérique. Il me dit qu’on ne le prendrait pas et que, d’ailleurs, on n’oserait pas le mettre à mort.

J’eus beau l’engager à montrer de la prudence, je n’en pus rien obtenir et je le quittai, bien convaincu qu’il lui arriverait malheur.

Ma conviction n’était, hélas ! que trop fondée. [La Bédoyère sera fusillé le 19 août suivant]

J’ai connu peu d’officiers plus braves, de plus d’entrain à l’armée, d’un plus brillant courage. Je l’accompagnais à la bataille de Bautzen lorsqu’il commandait le 112e de ligne ; je lui apportai l’ordre du général Gérard de reprendre la position que le maréchal Oudinot abandonnait, avec tout son corps d’armée. Cette position, qui était sur le flanc droit de notre division Gérard, était occupée par une division de grenadiers russes. Le maréchal Oudinot l’avait évacuée malgré les plus vives instances du général Gérard, qui bouillonnait de colère, parce que de là pouvait dépendre le non-succès de la bataille. Lorsque j’apportai l’ordre à La Bédoyère, il me dit :

— Diable, ce sera rude !

— Oui, mais le général m’a chargé de vous dire que, dussions-nous y périr, il faut l’enlever.

— Alors, allons ! Par division à droite, à distance de peloton, serrez la colonne ! cria-t-il ; et ensuite : en avant marche !

Jamais mouvement ne fut plus beau, et le 112e aborda les Russes la baïonnette croisée, nous eûmes la gloire d’enlever cette rude position, et je vis le capitaine de grenadiers du 1er bataillon du 112e abattre de son épée l’officier russe qui était devant lui.

Chacun de nous croisa le fer avec les Russes. La Bédoyère fut admirable. Lorsque l’occupation de la position fut assurée, je courus vers le général Gérard, qui était à quelques pas de nous.

Pauvre La Bédoyère ! Que n’est-il tombé là !

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2019 )

Deux lettres sur la campagne d’Autriche…

 

1809A Madame de Marbotin-Rubéran pour Sauviac à Bazas (Gironde). Du bivouac devant Stockerau, le 10 juillet 1809.

 Ma chère maman, 

Nous venons d’avoir une affaire avec les Autrichiens et je m’empresse de t’écrire d’après la demande que tu m’en as faite et d’après le devoir que je me suis moi-même imposé d’écrire, après chaque bataille ou combat auquel je me serais trouvé, à des parents qui prennent un si vif intérêt à moi. Je t’aurais écrit plus tôt, si je n’eusse voulu attendre l’ordre du jour de l’Empereur, afin de pouvoir t’instruire des résultats. Le 4, à dix heures du soir, les batteries nombreuses que nous avions établies dans l’île de Lobau, surnommée « Ile Napoléon », commencèrent à jouer et à lancer une quantité innombrable de boulets et de bombes qui mirent le feu à une petite ville nommée Enzersdorf, située sur l’autre rive et où l’ennemi avait des magasins de munitions. Vers minuit, notre division commença à effectuer le passage du Danube, sur lequel un pont fut jeté en moins d’un quart d’heure. L’Empereur était à notre tête, à pied et par le temps le plus abominable qu’il soit possible de voir. Il plut depuis le 4 à trois heures de l’après-midi jusqu’à cinq ou six heures du matin. Notre armée avait été renforcée, la veille, de l’armée d’Italie, de celle du prince de Ponte-Corvo (composée de Saxons et de Français) et de celle de Dalmatie. Nous nous emparâmes de toutes les redoutes et batteries que l’ennemi avait faites dans la plaine, ainsi que de tous les villages où il s’était retranché. L’ennemi commença à battre en retraite dès le 5 et nous parvînmes à disperser son armée au point qu’à la fin de la deuxième journée le champ de bataille tenait une étendue de 8 lieues. La bataille a duré quarante-huit heures (jusqu’au 6 à neuf heures et demie du soir) et, grâce à Dieu, je n’ai pas eu la moindre blessure. L’Empereur, dans un ordre du jour où il nous témoigne sa satisfaction, lui donne le nom de bataille d’Enzersdorf et de Wagram.  Il est dit que dans cette bataille décisive, l’ennemi a perdu plusieurs drapeaux, 60 pièces de canon et 25.000 prisonniers. Il effectue sa retraite du côté de la Bohême et de la Moravie et notre cavalerie est à ses trousses. Nous sommes à six lieues de Vienne, sur la route de Bohême, et je t’écrirai dès que nous serons arrivés. Je reçus, le soir de la bataille, une lettre de mon père en réponse à celle que je lui avais écrite de notre île ; tu peux juger du plaisir qu’elle m’a fait, il y avait si longtemps que je n’avais pas reçu de vos nouvelles. Je n’ai pas vu Bayle [sous-lieutenant d’infanterie, camarade de promotion du sous-lieutenant de Marbotin à l’Ecole militaire du Fontainebleau, et dont la famille était domiciliée à Bazas] depuis l’affaire : sa division était au centre et la nôtre occupait l’aile gauche. Le général Boudet n’a pas eu le moindre mal. Vous avez vu, vraisemblablement, dans les journaux qu’il a été nommé Grand-Croix de la Légion d’honneur. Je t’annoncerai aussi, ma bonne maman, persuadé que cela te fera plaisir, que l’Empereur, par décision du 30 juin, m’a nommé lieutenant [l’auteur avait à ce moment-là dix-neuf ans à peine]. Pardon si je ne puis te donner de plus longs détails, mais nous sommes comme l’oiseau sur la branche, attendant l’instant de notre départ et je m’empresse de faire partir ma lettre.

Adieu donc, ma très chère maman, je t’embrasse du plus profond de mon cœur.

 

MARBOTIN.

 ———————-

A Madame de Marbotin-Rubéran pour Sauviac à Bazas (Gironde). Au camp de Butwitz (Moravie), le 22 août 1809.

Ma chère maman,

J’ai reçu avant-hier ta lettre du 1er août dans la quelle tu me félicites de mon nouveau grade. Puis-je recevoir des félicitations plus agréables que celles d’une mère que j’ai toujours présente à ma pensée et qui guide toutes mes actions ? Si j’ai pu te donner un instant de désagrément en embrassant un état dont ta tendresse pour moi aurait voulu m’éloigner, du moins je t’ai toujours promis de ne rien faire d’indigne de toi et j’ai tâché d’effacer par une bonne conduite les torts dont je me suis rendu coupable à ton égard. C’est avec bien de la peine, ma bonne mère, que je vois que plusieurs de mes lettres se sont égarées. Tu me dis qu’il y avait trois mois que tu n’en avais reçu et, cependant, je t’avais écrit de Vienne et je t’avais encore écrit de l’île Lobau quelques jours après la bataille d’Essling, peu avant celle de Wagram. Quelle bataille ma chère maman ! Quel profond génie dans les manœuvres de notre grand général, de celui que l’on peut appeler à juste titre le premier capitaine du monde ! A l’instant où les autrichiens s’y attendaient le  moins, l’armée d’Italie, forte de 50 à 60.000 hommes, aux ordres de prince Vice-Roi, qui s’était emparée de la forteresse de Raab, à 30 lieues au-dessous de Vienne et qui paraissait devoir continuer ses marches en Hongrie, remonte le long du Danube jusqu’à 2 lieues de Vienne ; le corps d’armée du maréchal Davout, dont la moitié était devant Presbourg, revient aussi ; le corps commandés par le maréchal Marmont, qui était dans le fond de la Dalmatie depuis trois ou quatre ans, arrive au moment où nous-mêmes le croyions encore dans cette province. Le prince de Ponte-Corvo arrive aussi avec une division française et 20.000 Saxons ; enfin le maréchal Lefebvre vient avec 30.000 Bavarois. De sorte que, dans la journée du 4, nous fûmes renforcés de plus de 120.000 hommes et, de suite, on passe le Danube dans la nuit. Ce qui acheva encore de tromper l’ennemi, c’est que, trois jours auparavant, une division de notre corps d’armée avait passé sur le même point où nous avions passé lors de la bataille d’Essling, le 21 mai, et qu’il s’attendait à voir passer sur ce point toute notre armée, tandis que nous allâmes effectuer le passage à une lieue au-dessous, sur un pont qui fut jeté en cinq minutes et qui, étant déjà construit d’avance derrière une île, n’eut besoin que de descendre un instant le Danube, d’être retourné et accroché aux bords. Ce pont, le premier qui n’ait jamais paru de cette espèce, est de l’invention de l’Empereur lui-même. De suite, cinq à six ponts furent jetés à une artillerie forte de 400 pièces de canon, au moins, commença à jouer sur eux.  Mais, où vais-je m’étendre ? Les journaux ont dû t’apprendre les détails de cette fameuse journée où les autrichiens croyaient nous jeter tous dans le Danube ; car je tiens d’une comtesse de ce pays-ci que, le général Hiller ayant été dire au prince Charles que les Français passaient et qu’il vaudrait mieux les attaquer en détail, le prince lui répondit :  »Laissez faire, il n’y en a pas encore assez ; plus il y en aura, plus nous en prendrons ; je suis sûr de ce fait comme de mon existence.  »

Nous ne savons encore rien sur notre nouvelle destination. Dès que je le saurai, je m’empresserai de t’en faire part. En attendant, reçois, ô la meilleure des mères, les embrassements d’un fils qui te chérira toute sa vie.

 MARBOTIN.

——————————

Etat de services du Baron Pierre-François-Joseph-Marie MARBOTIN-SAUVIAC : 

Né à Langon (Gironde), le 20 juillet 1790, fils du chevalier de Marbotin-Rubéran, capitaine des vaisseaux du Roi, chevalier de Saint-Louis, et de Madame Larouy de Beaulac. Elève à l’Ecole spéciale militaire de Fontainebleau le 14 mais 1807 ; caporal à la dite Ecole, le 26 juin 1807 ; sous-lieutenant au 3ème  régiment d’infanterie légère le 23 juin 1808 ; lieutenant le 30 juin 1809 ; capitaine le 5 mai 1812 ; capitaine à la Légion de la Gironde le 25 décembre 1816 ; capitaine au 2ème régiment de la Garde Royale en août 1822 ; réformé pour blessures dans le service le 4 octobre 1828.

Campagnes : 1808, Grande-Armée ; 1809, Allemagne ; 1810 à 1814, Espagne ; 1823, Espagne.

Blessure : Coup de feu à la cuisse gauche au combat de Xesta sous Tortose, le 5 août 1813.

Décorations : Chevalier de la Légion d’honneur, le 25 avril 1821 ; Chevalier de Saint-Louis, le 22 octobre 1823.

Se retira au château de Sauviac, près de Bazas, où il mourut en 1873. Marié à sa cousine de Lauzac de Savignac, il laissa deux enfants : le baron Charles de Marbotin-Sauviac, préfet des Landes et la baronne de Verneilh-Puyrazeau.

Le sous-lieutenant de Marbotin était entré à l’Ecole militaire de Fontainebleau en 1807, en se cachant de sa mère et malgré ses ordres réitérés. Celle-ci, femme d’un officier de la marine royale qui avait émigré en 1790, et ayant cruellement souffert à la Révolution, n’entendait pas que son fils prit du service dans les armées impériales. De là une certaine mésintelligence passagère entre la mère et le fils.

Document paru en 1909 dans le « Carnet de la Sabretache ».

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2019 )

EN PASSANT le NIEMEN…

« Le 23 juin [1812], nous reçûmes l’ordre de nous rendre sur les bords du Niémen ; nous fîmes des marches forcées pour y arriver. Le 24, dans la nuit, toute l’armée y arrivait et prenait place devant le fleuve. La gendarmerie et des colonnes mobiles étaient aussi en activité pour faire suivre les traînards et les maraEN PASSANT le NIEMEN... dans TEMOIGNAGES 06-509283-300x124udeurs… Nous n’attendions que le signal pour franchir le Niémen. Après le passage, notre cavalerie, sous les ordres du Roi de Naples [Murat], prit position sur la droite, le long et en avant de la rivière, en attendant le passage de l’armée, et nous formâmes l’avant-garde. La journée du 26 ne fut point encore suffisante pour le passage de l’armée, car la Garde Impériale ne passa que le 27. Ce jour-là, nous nous mîmes en marche, toute l’armée réunie sur six colonnes, qui occasionnèrent une poussière qui nous fut très incommode. Après six heures de marche, toujours au trot, nous prîmes position sous les murs de Kowno, où nous nous préparâmes pour une revue de l’Empereur, qui n’eût point lieu, car il survint un orage qui dura plusieurs heures. Nous passâmes la nuit dans un bivouac trempé ; il ne nous fut point possible d’y allumer le feu pour faire la soupe, et cette nuit, malgré que nous fussions ne été, fut malheureux pour nous. Le 28, la pluie continua ; nous marchâmes depuis le matin jusqu’au soir, dans des chemins très mauvais, pour arriver à une lieue de Vilna, où nous restâmes en position dans l’eau pendant quatre heures. »

(« Souvenirs militaires de Pierre Auvray » publiés dans le « Carnet de la Sabretache » en 1914. L’auteur était sous-lieutenant au 23ème régiment de dragons).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2019 )

Napoléon à l’île d’Elbe, vu par Guillaume Peyrusse.

NN1

Rappelons que Peyrusse occupait depuis le 11 mai 1814 les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ».

«Pendant mon séjour à l’île d’Elbe, ayant eu souvent l’honneur d’être admis à travailler, à dîner, à jouer avec Sa Majesté l’Empereur, j’ai pu facilement contempler cet homme extraordinaire. A cette époque de sa vie Napoléon avait quarante-six ; sa taille était de cinq pieds un ou deux pouces, sa tête était grosse ; ses yeux bleu clair ; ses cheveux châtain foncé et rares ; les cils de ses paupières étaient plus clairs que ses sourcils, qui étaient comme ses cheveux ; il avait le nez bien fait et la forme de la bouche gracieuse et d’une extrême mobilité » ; ses mains étaient remarquablement belles et éclatantes de blancheur, il avait le pied petit, il était bien fait et bien proportionné à sa taille ; ses gants étaient simples ; sa seule recherche se bornait à une extrême propreté, ses vêtements n’avaient rien de remarquable. On a parlé de son goût pour le tabac, j’ai souvent remarqué qu’il en perdait plus qu’il n’en prenait ; c’était plutôt une manie, une sorte de distraction qu’un besoin réel ; ses tabatières étaient fort simples, ovales, en écaille noire doublées d’or, toutes parfaitement semblables, et ne différant entre elles que par les belles médailles antiques et en argent qui étaient encastrées sur le couvercle.S.M. portait presque toujours l’uniforme des chasseurs de la Garde, veste et culotte blanches. On a beaucoup parlé du goût passionné de l’Empereur pour les femmes : sans doute S.M. ne fut pas exempte de ces faiblesses amiables ; mais je crois que l’on a singulièrement exagéré leur nombre. L’Empereur trichait au jeu ; souvent nous voulions bien ne pas nous en apercevoir, mais S.A. Madame Mère, dont j’avais souvent l’honneur d’être le vis-à-vis, usait quelque fois d’un droit que nous ne pouvions nous permettre. « Napoléon, vous vous trompez ». S.M., se voyant découvert, passait sa main sur la table, brouillait tout, prenait nos napoléons, rentrait dans son intérieur où nous ne pouvions le suivre, et donnait note argent à Marchand, son valet de chambre, qui, le lendemain, le rendait aux volés.

L’Empereur, qui connaissait les hommes, ignorait les femmes ; il n’avait pas vécu parmi elles : aussi ne les comprenait-il pas ; il dédaignait une si futile étude ; ses sensations étaient matérielles, il n’aimait pas les femmes savantes, ni qu’elles sortissent de leurs attributions de famille ; une femme était à ses yeux une gracieuse créature, mais l’amour une folle préoccupation ».

 Écrit à Porto-Ferrajo [Portoferraio], le 17 janvier [1815].« On aime en général à connaître jusqu’aux moindres habitudes de ceux qu’un grand talent ou une vaste renommée ont élevé au-dessus de leurs semblables. L’Empereur avait le crâne proéminent, figure pâle et allongée, habitude méditative de la physionomie, mobilité dans le regard, yeux vifs, perçants, tantôt doux, tantôt sévères. Il avait une physionomie pour chaque pensée. Il avait de belles mains, il tenait beaucoup à cette beauté, il en avait un soin extrême ; en causant il les regardait avec complaisance. En [se] promenant, il marchait un peu courbé, les mains croisées derrière le dos. Quand il était de bonne humeur, ses petites caresses ordinaires consistaient en petits soufflets ou à pincer légèrement le bout de l’oreille. Il ne croyait pas à la médecine ni à l’efficacité des remèdes qu’elle ordonnait. Il en parlait comme d’un art parfaitement conjectural. S.M. n’avait d’opinion arrêtée que pour la chirurgie. Il avait une raison forte qui n’admettait que les vérités démontrées. »

 Guillaume PEYRUSSE.

(« Lettres inédites de Guillaume Peyrusse écrites à son frère André.. », Perrin et Cie, 1894, pp.231-234).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 juin, 2019 )

A Paris, après Waterloo…

Paris Empire

Écoutons le jeune Emile Labretonnière. Le 22 juin 1815, l’Empereur abdique en faveur de son  fils, Napoléon II.

« A partir du jour de l’abdication de Napoléon, le retour des Bourbons ne fut un problème pour personne, malgré les airs de nationalité et de résistance que prenait la Chambre des représentants. Le coup était porté. Au lieu de prendre un parti vigoureux, de se déclarer pouvoir exécutif, et d’ordonner tous les actes qui pouvaient sauver d’abord l’indépendance du territoire, la Chambre nomma un gouvernement provisoire, et se mit paisiblement à discuter une constitution que devrait jurer le Prince appelé à régner sur la France. Or, il était assez naturel de commencer  par proclamer ce nouveau chef, de le faire avec éclat et retentissement, et d’appeler aux armes la nation au nom de Napoléon II. Ce fut seulement pour la forme qu’eut lieu ce grand acte de souveraineté populaire. La certitude de la prochaine issue des Cent Jours avait rendu à Paris sa physionomie aristocratique; la joie était rentrée au coeur du faubourg Saint-Germain ; c’était un dimanche, et les Tuileries étaient pleines d’une société brillante. Je m’y promenais tristement avec un de mes anciens camarades de lycée, que je venais de rencontrer par hasard; voilà bientôt Hippolyte qui arrive tout essoufflé de la Chambre, et nous annonce qu’elle vient de proclamer Napoléon II. Nous, de nous réjouir ; et Bordet, le camarade dont je viens de parler, de se moquer de nous. En qualité d’ex-garde de la porte, il était fort royaliste et nous apprit en riant que notre Napoléon II ne serait pas un grand obstacle à la rentrée du Roi, que nous verrions avant huit jours. Voilà, du reste, tout l’effet que produisit sur la capitale cet événement; nulle cérémonie, nul apparat pour l’annoncer ; le pauvre petit roi de Rome vit sa royauté passer à la Chambre avec la même solennité qu’un amendement sur les tabacs ou la potasse. Cependant l’armée, désorganisée à Waterloo, s’était peu à peu ralliée; le maréchal Grouchy venait d’accourir au secours de Paris avec un superbe corps d’armée de 31,000 hommes; les corps détachés arrivaient à marches forcées, les gardes-nationales de la Bourgogne et de la Picardie avaient rejoint l’armée de ligne. Tous brûlaient de venger l’échec de Mont-Saint-Jean. Les fortifications élevées sur la rive droite de la Seine furent armées d’une manière imposante ; Montmartre, Belleville, Saint-Chaumont étaient devenus de véritables citadelles. Dans l’intervalle des forts, des batteries détachées et de petites redoutes étaient confiées à des artilleurs volontaires tirés des lycées et des écoles de droit et de médecine; la capitale était donc couverte depuis Vincennes jusqu’à Neuilly. L’armée était campée dans la plaine, attendant l’ennemi de pied ferme. Pauvres laboureurs ! Quel cas on faisait de ce qui vous avait coûté tant de travaux et de sueurs! J’allais un soir visiter les préparatifs de défense; en sortant de la barrière , je vis une longue suite de petites cabanes bâties à la hâte par un régiment de cavalerie qui campait là. Les chevaux broutaient paisiblement au piquet le blé vert, tandis que les soldats, pour se garantir du soleil, avaient moissonné des champs entiers dans le but de couvrir, en guise de chaume, les toits en branchages sous lesquels ils dormaient. Pendant ce temps-là, les armées prussienne et anglaise , avant de connaître l’abdication tâtonnant et incertaines dans leurs mouvements, marchaient plus hardiment sur Paris, depuis qu’elles avaient connaissance de ce grand évènement qui devait avoir jeté le découragement au sein de l’armée. Cette nouvelle avait effectivement consterné tous les patriotes. Mais un vague instinct disait à l’armée, ainsi qu’au peuple, que la nécessité briserait bientôt cette fatale abdication, qui paralysait le seul bras capable de brandir l’épée libératrice. Aussi chaque jour une foule avide, d’ouvriers surtout, rôdait autour de l’Elysée, épiant l’instant où elle pouvait apercevoir dans le jardin, Napoléon se promenant triste et rêveur. Un cri général l’appelait à la tête de l’armée; jamais le peuple, le peuple qui paie et se bat, ne lui avait témoigné plus d’intérêt que -dans son malheur. Je cherchais à le voir une dernière fois, je n’y pus parvenir. Cependant les généraux Blücher et Wellington avaient marché de concert; ils étaient maitres de Saint-Germain et de Versailles, lorsqu’une grande partie de l’armée prussienne se sépara de l’armée anglaise et passa sur la rive gauche de la Seine. Ce fut alors que Napoléon, en apprenant cette énorme faute, jugea l’instant décisif pour sauver la liberté. Il proposa au gouvernement provisoire de redevenir le général Bonaparte, de se remettre en cette qualité à la tête de l’armée, et se fit fort d’écraser l’une après l’autre les deux armées ennemies. C’était encore une fois la manoeuvre de Mantoue. Pour toute réponse, la commission présidée par Fouché, le fit mettre en surveillance à la Malmaison. Oh ! si jamais malédiction générale accueillit un acte de gouvernement, ce fut ce jour-là ! La trahison était si flagrante que l’indignation ne se déguisait plus. Je me rappelle nos protestations, notre colère pendant toute la soirée au café des Pyrénées. Jamais ce paisible théâtre de nos discussions politiques depuis un an n’avait été témoin de scènes si orageuses. Les canonniers volontaires de l’Ecole de Médecine rentraient de l’exercice; quelques tirailleurs de notre onzième bataillon, qui avaient reçu leurs armes et leur équipement, revenaient du village des Vertus, la bouche encore noircie par la cartouche; on y avait tiraillé toute la journée avec tes vedettes étrangères. On conçoit que ces jeunes têtes ne devaient pas prendre patiemment le parti de se soumettre au joug ennemi. En vain la pauvre demoiselle Eugénie , assise à son comptoir, où lui parvenaient sans gaze, tous les b…. et les f…. de l’assemblée , s’efforçait de calmer l’effervescence générale; elle s’adressa à un jeune homme nommé Carrant, étudiant en médecine, demeurant dans la maison. – Eh! f. Mademoiselle, s’écria-t-il, laissez-nous tranquilles ! Et en disant cela, il tire son sabre et en applique sur un bassin de tôle un coup violent, qui fait voler en éclats tous les verres à liqueur y prenant un bain. Cet exploit, dont rit lui-même son auteur, calma l’ardeur juvénile de l’assemblée; elle se borna à une polémique verbale, jusqu’à l’arrivée d’un personnage inconnu qui se mit seul à une table. Il se faisait tard; nous n’étions plus que cinq ou six dans le café. L’un de nous se mit à accuser de royalisme la garde nationale, prétendant qu’elle ferait cause commune avec l’étranger, plutôt que d’exposer Paris aux suites d’une bataille. — Il n’y a, dit tout-à-coup l’inconnu qui nous écoutait depuis un quart d’heure, que de mauvais citoyens capables de tenir de tels propos! Là-dessus notre homme se voit en butte à d’assez vives apostrophes, auxquelles il riposte avec énergie; tant et si bien qu’on le prie de vouloir passer la porte. Mais lui, d’un air triomphant, met la main dans son sein et en tire un gros nœud de rubans tricolores, qui exhala, malheureusement pour lui, une telle odeur de mouchard, que, malgré sa résistance et ses invocations de la loi, il fut saisi au collet et entraîné dans la rue, non sans renverser, dans la lutte, tabourets , verres et bouteilles. Ma foi, comme j’entendais le pauvre diable, pendant qu’on lui fermait la porte au nez, nous menacer de la force armée qu’il allait requérir, me souciant fort peu de la police correctionnelle , je sortis par la petite porte donnant devant mon hôtel et j’allai prudemment me coucher. C’est ce que fit sans doute aussi notre agent de police, car j’appris le lendemain que la scène n’avait pas eu de suites. Deux ou trois jours après, je passais sur le quai Voltaire, quand je vis un détachement de hussards escortant des militaires à pied et désarmés. Je courus vers le pont Royal, devant lequel ils allaient passer; c’était une partie des régiments de hussards de Brandebourg et de Poméranie, qu’on escortait jusqu’à l’Ecole Militaire où étaient casernés les autres prisonniers. Dans l’escorte, je remarquai un jeune brigadier dont le regard plein de feu se portait sur ces hussards étrangers, vêtus de vert comme son régiment, le 7ème  à ce que je crois me rappeler; dans un soubresaut du cheval, son schako était tombé, mais il aima mieux demeurer tête nue que d’abandonner son rang un instant, et il continua de prendre fièrement sa revanche en jetant, du haut de son cheval, un regard superbe sur les piétons captifs. Ces deux régiments qui passaient pour les plus beaux de l’armée prussienne , avaient été laissés à Versailles par Blücher, qui était loin de craindre qu’on n’allât les y attaquer. Mais le coup que voulait porter Napoléon paraissait si infaillible que le général Exelmans ne put résister à l’envie de séparer, par une manœuvre subite l’armée prussienne de l’armée anglaise. En conséquence, le mouvement était combiné de manière, à s’emparer de toute la rive droite de la Seine, tandis que l’armée française, campée dans la plaine de Grenelle, acculerait à la rivière le corps prussien qu’on avait imprudemment jeté sur la rive gauche; les divisions de la plaine Saint-Denis eussent pris en écharpe sur son flanc gauche le reste de l’armée combinée. Jamais, dit-on , victoire ne s’était montrée plus certaine, surtout avec la soif de vengeance qui dévorait nos bataillons. Fouché, le fatal Fouché, fit avorter ce plan de salut; le mouvement fut arrêté au nom du gouvernement provisoire. L’avant-garde seule avait marché avec résolution sur Versailles, avant d’avoir reçu contre-ordre. Honneur aux braves qui, là, portèrent les derniers coups, au terme de cette lutte de vingt-trois ans, de la France contre l’Europe! Les hussards prussiens furent sabrés par les dragons du jeune colonel Bricqueville, devenu depuis l’énergique député de Cherbourg. Puis, reçus au bout des baïonnettes du 14ème de ligne, ils furent entièrement pris ou tués. L’aspect des prisonniers, tous superbes et vieux soldats, rendit un éclair de fierté à des regards abattus, depuis quelques jours, par la douleur. Le bruit se répandit qu’on allait enfin attaquer le corps prussien, campé dans la plaine de Vaugirard. Je me transportai à l’instant derrière les bâtiments de l’École Militaire; là, l’École Polytechnique était en bataille, attendant des ordres qui ne venaient point. Je reconnus dans les rangs mes deux camarades Duclos et Allenet et m’approchai d’eux pour leur parler; ils ne doutaient point que l’ennemi ne fût attaqué dans la soirée, et l’École était toute prête à soutenir sa renommée. Les deux élèves Duclos et Allenet sont aujourd’hui en retraite, le premier comme colonel du génie, à Toulon, le second comme officier supérieur d’artillerie, à La Rochelle. On voyait de loin les masses noires de l’armée prussienne se mouvoir lentement à travers les bouquets d’arbres qui semaient la plaine. Mais en vain espéra-t-on toute la soirée voir commencer l’attaque ; Fouché venait d’écrire à Wellington cette lettre qui, le lendemain, fit saigner tant de cœurs français par sa bassesse et ses lâches adulations; c’en était fait ! l’armée devait livrer Paris sans combattre »

(E. LABRETONNIERE: « Macédoine. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et durant les Cent-Jours », Lucien Marpon, Libraire-éditeur,1863, pp.273-280)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
1...34567...57
« Page Précédente  Page Suivante »
|