( 23 mars, 2017 )

Aux Tuileries…

« 23 mars 1815. Sa Majesté me nomma son Trésorier général. Je fus au lever de Sa Majesté pour la remercier. Les salons étaient pleins, les uniformes frais et brillant; le mien se ressentait de la campagne que je venais de faire et la broderie était mince. J’étais un personnage très nouveau pour tous ces courtisans, et je voyais dans leurs regards que je ne leur faisais pas grand effet ; mon habit me valait cela. On annonça l’Empereur. Toute la foule se presse pour se trouver sur ses pas, généraux, préfets, conseillers d’état, chacun, comparant sa broderie à la mienne, croit pouvoir m’effacer et se mettre devant moi. Je savais que je ne perdrais pas pour attendre. Sa Majesté, entrant dans le cercle, le faisait agrandir ; les rangs diminuaient ; Sa Majesté m’aperçut, un sourire gracieux m’accueillit. Elle me poussa dans l’embrasure d’une croisée ; tous les regards étaient fixés sur moi. Sa Majesté me demanda si j’avais rendu à la Banque les fonds pris à Lyon, et en même temps me demanda un état de situation de la caisse des Tuileries. Je m’empressai de faire mes remerciements à Sa Majesté de la haute marque de confiance qu’elle avait bien voulu me donner. – « Venez tous les matins, me dit-elle, j’aurai divers ordres à vous donner. » Sa Majesté rentra dans le cercle et me quitta d’un air bienveillant. Je fus dès lors l’objet de beaucoup de prévenances apparentes ; on chercha les occasions de lier un entretien avec moi. Quand j’annonçai que je venais de l’île d’Elbe, on s’empressa autour de moi. Je poussai jusqu’au salon du trône, où ceux qui m’avaient interrogé n’avaient pas le droit de me suivre. » (Guillaume PEYRUSSE, Mémoires).

———-

« J’allai aux Tuileries, et je trouvai l’appartement intérieur de l’Empereur rempli de monde. Déjà les anciens grands officiers de l’Empire avaient repris leurs fonctions […]. Les sénateurs qui n’avaient pas été nommés pairs par le Roi reparaissaient avec leurs habits sénatoriaux ; les conseillers d’État avaient également endossé leur ancien costume. Des ministres, des maréchaux, des généraux et un grand nombre d’officiers de tout grade étaient accourus, et la cocarde tricolore parait de nouveau sur les chapeaux des militaires. La métamorphose était aussi subite que complète. Au milieu de cette foule empressée, Napoléon se montra calme, et l’on ne remarquait dans ses yeux aucun signe d’étonnement ou d’exaltation. Il semblait que rien d’extraordinaire ne fût arrivé et qu’il se trouvât là, comme s’il n’avait jamais cessé d’y être. » (MIOT DE MELITO, Mémoires., tome III, pp.378-379).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 22 mars, 2017 )

Lettres sur 1809…

1809.jpg

Dans les premiers jours du mois de juillet 1809, au cours des mémorables événements dont la bataille de Wagram allait être le couronnement, deux lettres du baron d’Aspre, général-major au service de l’Autriche, commandant la réserve des grenadiers autrichiens, sont tombées entre les mains de l’armée française. Ces lettres montrent bien l’état d’esprit des chefs de l’armée autrichienne, tout au moins de certains d’entre eux, à la veille de la journée de Wagram. Elles offrent assurément un intérêt historique beaucoup plus élevé que leur ton de persiflage ne pourrait le faire supposer. Après la bataille des 21 et 22 mai 1809 et pendant le mois de juin et les premiers jours de juillet 1809, l’Empereur avait su maintenir l’état-major autrichien dans la persuasion qu’il engagerait à nouveau la lutte sur le terrain d’Essling, les lettres du baron d’Aspre le prouve surabondamment, tandis que l’armée française allait être déployée, le 5 juillet, sur la gauche de l’armée autrichienne, loin du point où cette armée l’attendait, rendant inutiles les travaux de défense que l’ennemi avait élevés entre Essling et Aspern. Napoléon avait ainsi merveilleusement mis en pratique le premier de ses axiomes : « Le secret de la guerre est dans le secret des opérations ». 

Commandant S.

1°/ Lettre adressée à une personne inconnue. 

Gersdorf, le 4 juillet 1809. 

On se canonne toujours. L’ennemi a rassemblé toute son armée dans la Lobau et les environs, il le garnit de ponts, de redoutes, etc. Nous le laissons faire assez tranquillement et l’attendons de pied ferme en lui envoyant de temps en temps un petit boulet de politesse. Ce matin ils nous ont fait demander par trois fois de l’échange des prisonniers, on s’est laissé séduire et le lieutenant-général Weissenwulf y a été envoyé avec un officier de l’état-major général. Ils voudront apparemment nous donner les O’Reilly et quelques bons vieux qu’ils ont trouvés dans Vienne, comme ils nous l’ont déjà proposé, en échange de leurs jeunes égrillards, mais on les leur refusera sans façon ; nous sommes devenus hardis depuis le 22, n’est-il pas vrai ? 

Il y a quelques jours que notre chef d’état-major s’est plaint de l’incendie de Presbourg [Cette ville, déclarée « ville ouverte », a été bombardée pendant quelques heures pour avoir continué ses travaux de défense et d’être transformée en place de guerre, malgré une sommation du maréchal Davout qui lui signifiait les conséquences qu’entrainerait pour la place, cette transformation] ; le leur, Sir Berthier [le maréchal du même nom], a fait répondre que par égard pour Son Altesse Impériale l’archiduc Charles, on ne tirerait plus sur la ville. Il est bien temps, quand il y a plus de 150 maisons brûlées ! Nous allons au dénouement, mon amie, et j’espère que d’ici à quelques jours je vous donnerai de bonnes nouvelles pour égayer votre estimable et un peu peureuse société. Nous devons être à Lemberg dans ce moment ; je viens de parler à un officier qui arrive de Pologne. Il me paraît que l’on traite assez légèrement cette sotte insurrection qui n’a pas le sens commun et qui est plus lâche que tout ce que l’on peut imaginer. Je suppose que les héros de cette farce auront pris le large d’assez bonne heure pour n’être pas pendus ; M. Schanrot n’est pas tendre ; il les expédie d’une manière assez leste, ce que je trouve de très aimable de la part des russes, c’est d’y avoir envoyé le fils de Souwarov, sans doute pour rappeler aux Varsoviens les doux souvenirs de Praga. Je vous dirai pour cette nouvelle que, cette nuit à onze heures, il y aura un superbe feu d’artifice. L’ennemi a rassemblé toute son armée dans l’île de Lobau ; ils y sont dans la plus grande sécurité, quand à onze heures, plus de mille bombes, boulets, grenades vont leur tomber sur le corps, pour amuser leur bivouac. Ils ne s’y attendent, pas plus que je ne le savais il y a dix minutes. Je suis à ma fenêtre, il est dix heures du soir. Quel malheur que toute votre société ne soit ici pour cette fête ; c’est la saison des feux d’artifice du Prater et on veut leur en faire le cadeau. 

Le 5 juillet. 

La canonnade a été furieuse, je ne sais ce qu’elle a produit, le crime s’est commis à l’ombre des ténèbres. Une circonstance assez singulière nous sert à merveille comme motif de vengeance. A dix heures, ces incendiaires jetant des grenades dans la petite ville de Stadtenzersdorf, le feu était à toutes les maisons, lorsque notre canonnade commença à venger la malheureuse ville. Ce qui rendait la scène encore  plus terrible, c’est qu’il pleuvait à verse avec le vent le plus violent que j’ai entendu de ma vie ; ajoutez à cela l’air enflammé par la réverbération du canon, les cris des blessés, des mourants, des caissons sautant en l’air, des bombes éclatant au milieu des nues, notre armée éclatant de rire à chaque beau coup, et, comme au spectacle, criant « bis » aux canonniers ; c’est charmant. Le brillant lever du soleil a fait taire tous ces démons de la nuit ; le silence majestueux qui règne actuellement invite au sommeil et ainsi que Richelieu, bonsoir ma douce et tendre amie, il est deux heures, séparons-nous. » 

A 8 heures après-midi. 

La bataille est engagée sur tous les ponts. Je crois qu’elle va bien puisque ma réserve de grenadiers n’a reçu encore aucun ordre. Je vois le feu de ma fenêtre du côté de Schönau ; il paraît que le grand passage s’est fait de ce côté-là. Quel dommage que ce ne soit pas à Aspre ; je crois qu’il a craint votre influence. Adieu, je vais à mon observatoire. 

2°/ A.S.E. le marquis de Lusignan, chevalier de l’ordre de Marie-Thérèse et général d’artillerie au service de S.M. l’Empereur et Roi. 

A Wischau, par Brünn, Gersdorf, le 6 juillet 1809. 

Depuis le 1er juillet nos avons tous les jours quelque petite variété à jouer. Le 2 et le 3, nous nous attendions à une belle bataille sur notre champ de gloire. L’armée ennemie s’était rassemblé sur la Lobau et le 1er, le soir, il poussa nos avant-postes de ce côté du Danube. Voyez quelle était notre position [Suit un croquis]. Vous voyez que nos avant-postes dans le coude de la rivière ne pouvaient pas tenir. Ils se replièrent tout de suite dans la ligne et nous leur laissâmes le champ libre jusqu’aux retranchements [Il s’agit des Français]. Ils s’emparèrent du bois où ils se fortifièrent. Je croyais que le lendemain ils seraient venus nous attaquer ; tout fut tranquille à une petite canonnade près occasionnée par la présence de l’archiduc qui passait devant la ligne aux acclamations de l’armée. Ces cris de vivat furent entendus. L’Archiduc remarqué, l’ennemi accompagna sa suite d’une forte canonnade qui tua quelques malheureux. Le 3, l’ennemi manœuvre sur ses flanc de l’autre côté du Danube pour voir apparemment le mouvement que nous ferions, tout resta en place. Le 4, il revint dans son Lobau, y jette toute son armée et le 5 nous le régalâmes pendant la nuit (la nuit du 4 au 5) d’une terrible canonnade et bombardement. Je ne sais ce qu’il a perdu, les ténèbres couvraient nos crimes. Il pleuvait, il tonnait, il ventait, tout cela ajouté à la canonnade la plus sévère faisait un spectacle horriblement beau.

Aujourd’hui, le lever majestueux du soleil mit fin aux massacres de la nuit. Le rossignol innocemment signale par son chant harmonieux l’auteur de la nature et semble vouloir me souvenir de votre paisible et heureuse retraite. Je me repose à côté de vos platanes et respire l’odeur suave de vos superbes orangers. Croiriez-vous que pendant que je vous écris, je vois de ma fenêtre un feu de tous les diables ? Les Français ont passé le Danube à Mülheuten vis-à-vis de Mauswörth ; ils ont brûlé hier Stadtenzersdorf et nous les attaquons ce matin pour les chasser. Ils veulent nous faire de petites diversions sur notre flanc gauche pour déboucher par la Lobau et je ne serais pas étonné que vers midi nous soyons en pleine action. Le feu est assez vif, il me semble qu’il se dirige sur Schönau.

Dans ce moment la bataille est entièrement engagée. Je ne reçois encore aucun ordre pour ma réserve de grenadiers, de manière que je dois croire que les affaires vont bien. Adieu, chère Excellence.

Je vais cacheter et envoyer cette lettre à tout hasard. Il eût été intéressant de posséder une autre lettre du baron d’Aspre, datée du lendemain de Wagram. Elle nous aurait fait connaître les impressions du général autrichien en face de la réalité des événements.  

Ce témoignage fut publié en 1895 dans le « Carnet de la Sabretache ». 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 mars, 2017 )

Une LETTRE ADRESSEE au MARECHAL MASSENA en MARS 1815…

Une LETTRE ADRESSEE au MARECHAL MASSENA en MARS 1815… dans TEMOIGNAGES massena.

Le maréchal de camp Rostollant commandait à Gap le département des Hautes-Alpes [actuel département des Hautes-Alpes] lorsqu’il apprit, le 4 mars, à midi, le débarquement de Napoléon. Il manda sur-le- champ la nouvelle à Mouton Duvernet qui lui promit de le joindre et l’engagea à rester fidèle aux Bourbons. Mais Mouton-Duvernet ne joignit pas son lieutenant, et Rostollant se trouva seul. Ses lettres et celles de son aide-du-camp, accompagnées de ses notes postérieures, montrent assez les sentiments qui l’agitaient au fur et à mesure des nouvelles qu’il recevait. Que faire ? Après avoir déploré ce « malheureux événement» et gémi sur les embarras qui le menacent, Rostollant ordonne à la gendarmerie de surveiller les gens qui circulent dans le département et de visiter leurs papiers avec le plus grand soin ; il prie le préfet d’empêcher la propagation des pamphlets et proclamations bonapartistes, d’armerla Garde nationale. Mais que pourra cette Garde nationale ? Ce n’est pas une pareille troupe, dit l’aide-de-camp Sonnet, qui « peut garantir des entreprises de l’ennemi ». Rostollant mande à Embrun cette garde nationale et il invite le maire d’Embrun à la loger et à la nourrir ; or, le préfet ne parvient à réunir que vingt hommes et ils refusent d’aller s’enfermer à Embrun ! En réalité, Rostollant ne dispose que d’une poignée de gendarmes, et c’est pourquoi il abandonne Gap à Napoléon ; il s’éloigne sous prétexte d’armer les places fortes. Mais ces places, Embrun, Mont-Dauphin, Briançon, il n’ose les dégarnir d’hommes, et résisteraient-elles si Bonaparte s’avisait de les assiéger ? Elles ont des bouches à feu en grand nombre, et elles n’ont pas un seul artilleur ! En vain Rostollant demande des canonniers au lieutenant-général Pernety qui commande l’artillerie de la division ; en vain il prie le lieutenant-général Marchand de lui envoyer en poste quelques compagnies du 4ème régiment d’artillerie à pied qui stationne à Grenoble. Voilà un général qui a des pièces de canon à foison et qui ne peut s’en servir ! Ce n’est pas tout. Lorsqu’il fait ordonner par le préfet au payeur de la guerre et aux receveurs du gouvernement d’expédier leurs caisses à Embrun, il ne reçoit que des caisses vides et, lorsqu’il fait prescrire aux officiers à demi-solde ou en congé de se jeter dans Embrun, pas un seul n’obéit ! Il se retire, dit-il superbement, dans ses places fortes, et il n’a ni vivres ni argent pour la solde, et il s’imagine que Napoléon se dirige sur Embrun, que Napoléon attaquera la forteresse d’Embrun, comme si Napoléon ne devait pas négliger Embrun de même qu’il a négligé Antibes ! Mais bientôt Rostollant a la conviction que Napoléon marche sur Grenoble, de là sur Lyon, et des familiers de l’Empereur ont dit hautement à Gap qu’il sera le 20 à Paris. Est-ce possible? Rostollant s’indigne. Non, Grenoble sera le nec plus ultra de Napoléon, et il déclare fièrement qu’il va suivre l’Usurpateur qui sera, de la sorte, pris entre deux feux, entre Marchand qui l’attend à Grenoble et Rostollant qui l’attaquera sur ses derrières. Il prend avec lui 600 hommes, tout ce qu’il y a de meilleur dans le 39ème régiment de ligne ; il marche sur Chorges, sur Saint-Bonnet, sur Corps. Que Marchand résiste fortement dans Grenoble, et lui, Rostollant, coupera la retraite à ce Buonaparte qui s’avance avec une incroyable sécurité et sans aucune pièce d’artillerie; il ne lui laissera aucun moyen d’échapper ! Sa confiance augmente lorsqu’il apprend que les troupes envoyées de Grenoble par le général Marchand ont refusé toute conversation avec celles de Bonaparte ; que l’avant-garde des rebelles a reculé à une lieue de La Mure ; que l’armée reste fidèle aux serments prêtés à Louis XVIII; que Napoléon bat en retraite puisque les portes de Grenoble lui sont fermées. Et Rostollant demande en hâte deux canons ; il compte être rejoint bientôt par Miollis qui se dirige sur Gap avec 3000 hommes ; il croit Napoléon perdu; oui, cet aventurier ne peut finir que très mal ! Il s’étourdit ainsi de ses propres paroles ; il juge l’esprit de ses officiers excellent; il assure que ses soldats sont bien disciplinés, qu’ils aiment et respectent leurs supérieurs, qu’ils obéissent en toute circonstance à leurs chefs. Pourtant, dans le secret de son cœur, il doute. Ils sont jeunes, ses soldats, et il faut peu de chose pour ébranler leur fermeté; ils détestent les Bourbons, et si Rostollant avait été sûr de leur fidélité, il les aurait menés à la rencontre de Bonaparte. Mais aller au-devant de Napoléon, n’était-ce pas, avoue le général, recruter son armée ? Et il ajoute qu’au fond, l’esprit de la troupe n’est pas très bon. Le 8 mars, au soir, il sait que Napoléon est entré à Grenoble après avoir fait enfoncer la porte sans qu’aucun coup de fusil n’ait été tiré. Tout est fini. Rostollant rétrograde ; il part, comme il dit noblement, pour les places de guerre de son département ; mais sur les 600 hommes qu’il avait avec lui, trois cents désertent dans la nuit et vainement des officiers courent après eux et tâchent de le ramener: ils marchent, eux aussi, comme Napoléon et à sa suite, sur Paris. Hélas ! s’écrie Rostollant, toute l’armée sera en insurrection ! Durant ces premiers jours de mars, il avait, en somme, agi de son chef et, ainsi qu’il s’exprime, de son propre mouvement, et en zélé royaliste. Mais lui aussi, connue Mouton-Duvernet, se rallia à Napoléon, et le 14 mars, après avoir remis le commandement du département au général Chabert, il se rendit à Grenoble, sur l’ordre de Mouton-Duvernet, avec les 39ème  et 49ème régiments qui composaient sa brigade. Huit jours après, le 22, il était mandé à Paris pour y recevoir les ordres du ministre et le 18 mai il arrivait à Rennes pour organiser, sous la direction du lieutenant-général Tarayre, la Garde nationale de la 13ème division militaire. Il assurait alors — dans une lettre du 10 avril — qu’il avait eu d’abord l’intention de rester à Gap pour y attendre l’Empereur; qu’il avait refusé de faire sauter le pont de Sisteron, exprimé le désir de ne mettre aucun obstacle au passage de l’Empereur ; qu’il était parti pour Embrun dans l’espoir que l’Empereur-, arrivé à Gap, lui donnerait des ordres, puis pour Corps dans le dessein d’être utile à l’Empereur ; qu’il avait « tout fait dans ces premiers moments embarrassants pour concilier l’honneur et le devoir avec rattachement et le dévouement qu’il n’avait cessé de conserver à l’Empereur ». Il n’avait plus que le nom de l’Empereur à la bouche et il sollicitait humblement la bienveillance de celui qu’il appelait  Buonaparte et un aventurier. En  revanche, sous la Seconde Restauration, il ne manqua pas de produire sa correspondance du mois de mars  et il disait, non sans raison, qu’elle « le justifiait et écartait tout soupçon de trahison ». Mais il n’avait pas de chance, et le 4, septembre 1815, il était mis à la retraite.

 Arthur CHUQUET.

________________

Embrun, 7 mars, 8 heures du matin.

J’ai l’honneur de vous rendre compte que l’avant-garde de Buonaparte est arrivée à Gap le 5 mars, à 9 heures du soir. Il est arrivé en personne vers les 1 heures du soir, et n’est reparti qu’hier à 1 heure et demie de l’après-midi. Son escorte n’était que de 300 hommes ; mais l’on attendait hier soir, à Gap, un bataillon de flanqueurs fort, dit-on, de 300 hommes. Ne connaissant point la marche qu’il devait prendre et n’étant pas sûr de la fidélité du pou de troupes que j’ai sous mes ordres, je me suis borné à garantir les places de mon département de toute surprise. J’ai une nombreuse artillerie, mais pas d’artilleurs. Je suis sûr, maintenant, qu’il se dirige sur Grenoble, et, de la rapidité avec laquelle il marche, il doit arriver demain. Je fais un choix dans les troupes d’environ 600 hommes, sur lesquels je peux le plus compter et marche sur ses derrières et si, comme j’ai lieu de le croire, il éprouve une forte résistance de la part de M. le lieutenant-général comte Marchand qui commande à Grenoble, je lui couper la retraite et ne lui laisse aucun moyen d’échapper. J’ai cru devoir vous instruire de ces mouvements afin que vous preniez les mesures que vous jugerez nécessaires.

(Arthur Chuquet, « Lettres de 1815. Première série [seule parue] », Librairie ancienne, Honoré Champion, Editeur,1911 pp.47-51 et p.70).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 mars, 2017 )

« Mes amis, vous m’étouffez ».

20mars1815.jpg

20 mars 1815… Jour historique dans l’histoire de l’Épopée. Napoléon s’apprête à retrouver les Tuileries après son exil à l’île d’Elbe. Laissons parler le baron Guillaume Peyrusse qui le suivit: « 20 mars. Nous quittâmes Auxerre, la joie et l’enthousiasme régnaient dans la ville. Sa Majesté arriva dans la nuit à Fontainebleau. Après quelques heures de repos, Sa Majesté passa en revue dans la cour du palais un régiment de lanciers. Après l’arrivée de la Garde, l’Empereur, apprenant que le Roi avait quitté Paris et que la capitale était libre, se mit en route pour s’y rendre .Tous les villages que nous traversions témoignaient la plus vive joie ; une révolution sans exemple s’achevait sans le moindre désordre. Nous vîmes arriver autour de Sa Majesté tous les officiers généraux résidant à Paris ; une foule immense, plusieurs équipages à six chevaux vinrent au-devant de l’expédition. A neuf heures du soir, arrivé aux portes de Paris, l’Empereur rencontra l’armée qui devait commander le duc de Berry . Officiers, soldats, généraux, lanciers, cuirassiers, dragons, tous se pressèrent au-devant de l’Empereur. A son entrée aux Tuileries, Sa Majesté pouvait à peine traverser la foule des officiers qui l’entouraient ; elle fut obligée de leur dire, presque suffoquée par son émotion : « Mes amis, vous m’étouffez.  » La nuit, la Garde arriva et bivouaqua dans la cour du Carrousel. Dès le matin, le drapeau tricolore avait été arboré sur la tour de l’horloge des Tuileries. Ainsi s’est terminée, sans rencontrer un obstacle, sans brûler une amorce et sans effusion de sang, une entreprise qui, au lieu d’être jugée comme une imprudente témérité, doit compter parmi les calculs les plus sublimes de la vie de l’Empereur, et l’entourer de la plus haute gloire militaire qui ait jamais honoré un grand capitaine. La marche de Cannes à Paris est sans exemple dans l’histoire des nations.

C’est l’élan unanime d’un grand peuple courant au-devant de son libérateur.

Je versai tous mes fonds aux Tuileries et fis conduire à la Banque ceux que j’avais pris à Lyon. Sur toute la route l’armée n’avait eu besoin que de 19,000 Fr. »

(Baron Guillaume PEYRUSSE, « En suivant Napoléon. Mémoires, 1809-1815. Edition présentée, complétée et annotée par Christophe Bourachot », Dijon, Editions Cléa, 2009, pp.380-382).

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 20 mars, 2017 )

Le capitaine Moura aux Tuileries le 20 mars 1815…

tuileries.jpg

Au matin du 20 mars 1815, Exelmans, à la tête d’officiers à la demi-solde, occupe les Tuileries et fait arborer le drapeau tricolore.

Le personnel de la cour impériale, grands et petits, réoccupe le palais, et dans la salle du Trône les belles dames arrachent du tapis les fleurs de lys pour faire reparaître les abeilles. A 9 heures du soir, l’Empereur arrive, tiré de sa voiture, porté de bras en bras dans le vestibule et sur l’escalier ; il dit tout bas au capitaine d’Hauteroche qui lui tient une jambe et la serre un peu fort : « Là, là, mon enfant, doucement, doucement ». Un autre capitaine se faisait remarquer dans cette foule enthousiaste. C’était Moura. Moura qui, le matin, avait fait flotter sur les Tuileries le drapeau tricolore, Moura, qui, le soir, monta la garde, un fusil en main, à la porte de l’appartement impérial. 

« Le 20 mars 1815, écrivait-il plus tard, jour de la rentrée de Napoléon, Moura se trouvait aux Tuileries à 9 heures du matin, au moment où le général Exelmans prit le commandement de ce palais. C’est Moura qui, par ordre d’Exelmans, eut l’insigne honneur d’arborer le drapeau tricolore au pavillon de cet édifice. Et lorsque, le soir du même jour, l’Empereur fut rentré dans Paris, ce fut Moura qui, par suite des mêmes ordres, eut la faveur plus grande encore d’être, le premier, placé avec un fusil en sentinelle à la porte de l’appartement du  grand homme.

Exelmans, aujourd’hui maréchal [il accède à cette dignité en 1851], est là pour certifier ces deux faits si glorieux pour moi. » 

Qui était ce Moura ? Un Portugais. 

Antoine-Joachim Moura, né le 16 février 1786 à Oporto, cadet en avril 1801, et second lieutenant en février 1809 au 4ème régiment d’artillerie portugais, fut blessé d’un coup de feu et fait prisonnier à l’attaque d’Oporto. Le général Fririon, chef d’état-major de Soult, l’engagea à prendre du service en France. Moura y consentit. Attaché en avril 1809, comme adjoint, à l’état-major général de l’armée du Portugal, nommé le 20 mai 1811 capitaine adjoint par le duc de Raguse [Marmont] et employé  pendant seize mois à la 4ème division que commandait le général Sarrut, envoyé à Grenoble en 1814 au dépôt de la Légion portugaise, il fut définitivement promu capitaine de cavalerie le 15 janvier 1815 sur la recommandation de Fririon, de Heudelet et de Marmont qui reconnaît qu’il avait servi avec zèle. Après le 20 mars, il appartint à l’état-major de la division Berthezène qui faisait partie du corps de Vandamme. Il est blessé à Fleurus et nommé provisoirement chef d’escadron. Moura rentre à Paris après le licenciement de l’Armée de la Loire. Il est mis à Nancy sous la surveillance de la police.Il obtint des lettres de naturalité et, en vertu de l’ordonnance du 20 mai 1818, un traitement de non-activité pendant dix ans, de 1818 à 1828. Il pouvait donc être rappelé au service et il avait droit à une pension de retraite. Mais en 1821, il donna sa démission pour rentrer au Portugal. On le trouve toutefois en 1852 à Toulouse. Antoine-Joachim Moura avait en 1818 épousé la fille d’un avocat de Nancy, nommé Froment.

Arthur CHUQUET 

(« Lettres de 1815. Première Série [seule parue] », Paris, Librairie ancienne, Honoré Champion, Éditeur, 1911). 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 mars, 2017 )

Un jour historique ! Paris, Palais des Tuileries, 20 mars 1815, 21 heures…

Écoutons quelques témoins de ce soir triomphal : « Neuf heures venaient de sonner au pavillon de l’Horloge ; je me promenais et causais avec mes camarades le long du château. Tout à coup des voitures très simples et sans aucune escorte se présentent au guichet du bord de l’eau et l’on annonce l’Empereur. Décrire ce moment n’est pas en mon pouvoir, il est impossible que des mots puissent le faire.  La grille est ouverte, les voitures entrent ; nous nous précipitons tous autour d’elles et nous en voyons descendre Napoléon. Oh ! Alors, toutes les têtes sont en délire : on se jette sur lui en désordre, on l’entoure, on le presse, on l’étouffe presque, et on finit, malgré tout ce que peuvent dire et faire les généraux qui l’accompagnent, par l’emporter dans ses appartements. (Capitaine Léon-Michel ROUTIER, « Récits d’un soldat de la République et de l’Empire, 1792-1830 »).

—————————

« Toute la partie du côté du Pavillon de Flore près duquel est l’entrée ordinaire du Palais [des Tuileries], était remplie d’une masse si compacte de généraux, d’officiers, de gardes-nationaux et d’une grande quantité de personnes de distinction, qu’il me fut impossible de faire avancer la voiture jusqu’au perron. L’Empereur, voyant qu’il ne pouvait aller plus loin, descendit au milieu de la foule immense qui se pressait autour de lui et, dès qu’il eut mis pied à terre, on s’empara de lui et on le porta, pour ainsi dire, jusque dans ses appartements, sans que ses pieds puissent toucher les degrés de l’escalier. Il était neuf heures environ ». (Mameluk ALI, « Souvenirs sur Napoléon… ).

————————

« Les salles du palais [celui des Tuileries] semblaient métamorphosées en un champ de bataille, où des amis, des frères échappés inopinément à la mort se retrouvent et s’embrassent après la victoire », écrit FLEURY DE CHABOULON dans ses «Mémoires ».

————————–

« 20 mars. Nous quittâmes Auxerre, la joie et l’enthousiasme régnaient dans la ville. Sa Majesté arriva dans la nuit à Fontainebleau. Après quelques heures de repos, Sa Majesté passa en revue dans la cour du palais un régiment de lanciers. Après l’arrivée de la Garde, l’Empereur, apprenant que le Roi avait quitté Paris et que la capitale était libre, se mit en route pour s’y rendre .Tous les villages que nous traversions témoignaient la plus vive joie ; une révolution sans exemple s’achevait sans le moindre désordre. Nous vîmes arriver autour de Sa Majesté tous les officiers généraux résidant à Paris ; une foule immense, plusieurs équipages à six chevaux vinrent au-devant de l’expédition. A neuf heures du soir, arrivé aux portes de Paris, l’Empereur rencontra l’armée qui devait commander le duc de Berry . Officiers, soldats, généraux, lanciers, cuirassiers, dragons, tous se pressèrent au-devant de l’Empereur. A son entrée aux Tuileries, Sa Majesté pouvait à peine traverser la foule des officiers qui l’entouraient ; elle fut obligée de leur dire, presque suffoquée par son émotion : « Mes amis, vous m’étouffez.  »

La nuit, la Garde arriva et bivouaqua dans la cour du Carrousel. Dès le matin, le drapeau tricolore avait été arboré sur la tour de l’horloge des Tuileries. Ainsi s’est terminée, sans rencontrer un obstacle, sans brûler une amorce et sans effusion de sang, une entreprise qui, au lieu d’être jugée comme une imprudente témérité, doit compter parmi les calculs les plus sublimes de la vie de l’Empereur, et l’entourer de la plus haute gloire militaire qui ait jamais honoré un grand capitaine. La marche de Cannes à Paris est sans exemple dans l’histoire des nations.C’est l’élan unanime d’un grand peuple courant au-devant de son libérateur. »  (Baron Guillaume PEYRUSSE, «Mémoires-1809-1815… »)

Vive l’EMPEREUR !

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 mars, 2017 )

Une journée à Paris (20 mars 1815).

Ce récit est extrait des « Souvenirs » d’Emile Labretonnière, jeune étudiant parisien. L’Empereur n’était pas encore de retour dans sa capitale.

« Pendant toute cette journée du 20 mars, le pays fut sans aucun gouvernement, et cependant jamais Paris ne fut plus paisible; pas la moindre insulte, pas la moindre violence de la part d’un peuple abandonné à lui-même et dont on n’avait pas encore altéré les nobles instincts. Seulement, je fus témoin d’un fait qui fit croire à un commencement de trouble. Il faisait un temps superbe; les cafés et les estaminets du Palais-Royal se remplissaient de militaires fêtant, le verre en main, l’arrivée du Petit-Caporal. J’étais avec un ami dans un estaminet haut: une foule de cuirassiers y faisait couler la bière et le punch en son honneur, quand tout-à-coup un coup de fusil retentit dans le jardin. A l’instant, voilà tous nos hommes qui sautent sur leur sabre déposé près d’une table, et qui descendent rapidement, tandis que toutes les croisées se garnissent de figures inquiètes. Ce n’était qu’un hasard; un armurier du Palais-Royal, en maniant un fusil qu’il ne savait pas chargé, venait de le faire partir par mégarde. On attendait l’Empereur d’heure en heure; il n’arrivait point. Les boulevards se garnissaient de curieux sur le passage présumé de la voiture où reposaient de si hautes destinées. Des officiers d’état-major, à cheval, parurent enfin venant de la place Vendôme, encourageant le peuple qui, sur leur route, criait Vive l’Empereur ! Il furent le premier indice de l’organisation d’un pouvoir quelconque dans toute cette journée. La nuit venait; j’étais sur le boulevard Saint-Martin, impatient et inquiet d’un si long retard, quand j’entendis accourir une nuée de crieurs, colportant un imprimé et l’annonçant avec les poumons que vous connaissez à ces stentors de la rue de Jérusalem. J’arrête le premier qui passe, je lui achète un exemplaire, et mes regards tombent avec ravissement sur l’aigle impériale m’ouvrant ses aîles, tenant encore dans sa serre ce foudre terrible dont les éclairs avaient fait baisser les yeux à tant de rois vaincus. J’avais en main l’admirable proclamation de Napoléon à l’armée française , celle qui commence par ces mots: SOLDATS ! Nous n’avons point été vaincus ! C’était cette chaleureuse allocution où, en appelant autour de sa bannière les vieux braves des premiers départements envahis par lui, le soldat couronné leur annonçait que l’aigle aux trois couleurs allait voler de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame. J’étais là le cœur agité, les yeux avides, à lire au coin du boulevard; peu à peu je voyais se former autour de moi un cercle d’enfants et d’ouvriers jetant un œil curieux sur l’aigle qui surmontait la proclamation. — Monsieur, me dirent d’un air suppliant quelques hommes aux vêtements délabrés, si vous vouliez avoir la bonté de lire haut! – Je vis qu’en refusant j’allais coûter deux sous à ces pauvres diables incapables de résister à l’envie de connaître cette proclamation; je commençai donc. Puis je vis toutes ces figures noircies par le travail se grouper attentives, et l’orgueil national s’épanouir aux magiques paroles de Napoléon; pas un trait d’éloquence ne manquait le but; il y avait autour de moi trop de cœurs patriotes pour le recevoir. Cependant je commençais à être embarrassé de mon rôle de tribun en plein vent, la foule était considérable quand arriva la fin de ma lecture; elle fut couronnée par un cri de Vive l’Empereur ! Que je me contentai de répéter in petto, tant je craignais de passer pour un enthousiaste à tant par jour. Je parcourus le boulevard jusque devant l’Ambigu. Cependant, il n’arrivait point; je remontai plus loin pour le voir plutôt passer. Parvenu devant le théâtre de l’Ambigu, j’y entrai machinalement. J’étais là, au parterre, jetant un œil distrait sur la scène, mais l’oreille attentive aux bruits du boulevard, et tout entier hors de la salle par la pensée. Il me semblait pourtant voir vaguement se développer sur le théâtre une action dramatique; c’étaient des Polonais avec le vieux costume national; c’était de la neige qui tourbillonnait, et couvrait la scène de papier découp ; puis, des mines où travaillait un peuple souterrain ; des guerriers qui parlaient de la gloire et de l’esclavage de la Pologne; puis, vint une voix des loges qui s’écria: N’ayez pas peur, allez; ça ne durera pas longtemps! L’à-propos fut saisi avec applaudissement: les loges échangeaient entre elles de ces mots qu’on ne dit qu’à Paris; à chaque instant, on sortait en masse de la salle pour y rentrer en désordre et sans carte; ce n’était pas sur le théâtre qu’était l’intérêt, c’était sur le boulevard, où chaque voiture était prise pour celle de Napoléon. Enfin, après cinq ou six alertes, nous entendîmes des cris sourds et un bruit de chevaux; nous sortîmes encore en foule; c’était lui! il venait de passer. De chaque côté des boulevards la foule s’arrêtait muette d’émotion, regardant passer cette voiture qui portait César et sa fortune. Dix minutes après, à neuf heures et demie, elle s’arrêtait au pied du vestibule du pavillon de Flore, aux Tuileries; un homme en descendait; à l’instant il était soulevé de terre et porté sur les bras de près deux cents officiers qui garnissaient le vestibule et les marches du grand escalier, l’attendant pour lui faire ainsi un pavois. Le vertige prit-il de nouveau Napoléon du haut de ce trône improvisé par l’amour de ses compagnons de gloire ? Oublia-t-il que pour qu’un tel pavois soit inébranlable , il faut qu’aux  vaillantes mains du peuple et de l’armée se joigne la main puissante de la liberté. Il n’en perdit point entièrement la mémoire; il voulut bien enfin reconnaître la toute-puissance de cette liberté ; mais il oublia que son plus beau titre, à lui, datait de son généralat. Il voulut agir en roi, il espérait, en cette qualité, être reconnu par ses anciens rivaux couronnés. Espérance insensée !

Oh ! sans doute, dans l’ardente insomnie qui dût faire bouillonner ce cerveau puissant pendant cette nuit du 20 mars, il aura surtout écouté l’écho du passé, lui apportant les retentissements de sa royauté déchue. Il aura senti se balancer encore sous ses pas le radeau de Tilsitt où il distribuait des couronnes; il aura revu la victoire, lui présentant d’une main les clés de Vienne et de l’autre la fille des Césars. Le canon des Invalides aura retenti à son oreille, comme à pareil jour, il y avait quatre années, alors que ce canon annonçait au monde attentif qu’un enfant venait de naître; enfant dont le père, soldat déjà maître du Louvre, allait, armé du glaive de Charlemagne, découper la carte de son empire et, pour la part de son fils, lui donner le Capitole ! Oubli fatal de son origine populaire ! Rêve enivrant. dont le réveil devait être Waterloo ! »

(E. Labretonnière : « Macédoine. Souvenirs du Quartier Latin dédiés à  la jeunesse des écoles. Paris à la chute de l’Empire et durant les Cent-Jours », Lucien Marpon, Libraire-Editeur,1863 »,pp.203-207)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 mars, 2017 )

A Paris, le 20 mars 1815…

SS859367

« Le 20 mars au matin, je vis sur la place Maubert un courrier à la large cocarde et aux rubans tricolores. C’était la première fois depuis un an que nos glorieuses couleurs reparaissaient. Ce courrier fut entouré, on ne voulait pas le laisser passer, on lui apportait du vin, on lui pressait les mains; on caressait et embrassait son cheval. C’était du délire. On s’étouffait pour lire la belle proclamation : « Soldats, nous n’avons point été vaincus… » Napoléon fit son entrée dans Paris par la barrière de Fontainebleau et le boulevard de l’Hôpital. Il était entre six et sept heures du soir [nombre de témoins ont écrit qu’il était près de 21 heures lorsque l’Empereur arriva aux Tuileries, l’horaire donné par Poumiès pourrait être donc inexact], et déjà nuit. Il passa rapidement, peu escorté, traversa le pont d’Austerlitz. La foule accourue sur son passage était immense, elle le reçut avec amour : on battait des mains, on criait à tue-tête : « Vive l’Empereur !» ; moi plus qu’un autre. Le bataillon sacré de l’île d’Elbe n’arriva que dans la nuit et bivouaqua sur la place du Carrousel, aussi je le vis le lendemain. Ces braves gens furent reçus à bras ouverts : c’était à qui leur donnerait quelque preuve d’amitié. Leurs uniformes étaient en mauvais état, leurs bonnets à poil ras et pelés, leur teint bronzé. Ils semblaient harassés de fatigue. Jamais avant eux on n’avait franchi à pied, avec tant de rapidité, une aussi grande distance. Les jeunes gens des écoles, revenus à Napoléon, lui offrirent leurs bras et leurs cœurs. Quel changement depuis 1814 ! Avec quel empressement nous nous rangeâmes dans les compagnies d’artillerie qui furent organisées ! Deux fois par jour, nous étions exercés au maniement des pièces dans le jardin du Luxembourg. Il régnait parmi nous un zèle, une ardeur admirables, un vif désir de faire oublier la lâcheté de notre conduite en 1814. Ce n’était point un attachement personnel non raisonné qui nous attirait vers Napoléon. La Restauration nous avait froissés de tant de manières que nous avions fini par le regarder comme le vengeur des soufflets qu’on nous donnait, comme le réparateur envoyé du Ciel. Combien il nous trompa ! Tous les régiments de l’armée furent successivement appelés à Paris, tous étaient animés d’une ardeur martiale, tous brûlaient du désir de venger nos derniers malheurs. Les vieux soldats retrouvaient dans un coin de leurs sacs la cocarde tricolore qu’ils y avaient soigneusement conservée. »

(Docteur Poumiès de La Siboutie (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, pp.156-158).

(Image d’illustration).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 mars, 2017 )

Le général Roussel d’Hurbal en 1815…

Le général Roussel d’Hurbal en 1815… dans TEMOIGNAGES golfejuan

Le général Roussel d’Hurbal commandait une division de cavalerie chargée d’arrêter l’ Usurpateur en avant de Paris, et il assure que le 20 mars, à Gentilly, des régiments, Le 1er dragons et 6ème chasseurs, ne fléchirent pas, malgré l’infanterie qui leur criait : « Vive l’Empereur ! »  et malgré les voitures de la cour qui les virent passer et qui venaient chercher Napoléon.

Arthur CHUQUET.

 Le 14 du mois de mars, étant à Besançon en tournée d’inspection, je reçus de M. le maréchal duc de Dalmatie, ministre de la guerre, l’ordre, du 11, de me rendre en poste à Lyon près de S. A. R. Monsieur, Je me mis en route le même jour ; mais, ayant appris à Chagny, près de Chalon-sur-Saône, que Mgr. Le comte d’Artois était retourné à Paris, je me dirigeai vers cette ville où j’arrivai le 17. Le 19, surlendemain de mon arrivée, Mgr. le duc de Berry me fit expédier l’ordre de me rendre à Essonnes pour y prendre le commandant d’une division de cavalerie dans le corps de M. le comte de Valmy [fils du maréchal Kellermann] ; j’y arrivai le même jour au soir. Le 20, à 5 heures du matin, M. le général comte de Valmy m’envoya l’ordre de me retirer d’Essonnes sur Saint-Denis. Je pris sur le champ mes mesures pour mettre cet ordre à exécution. Mais, mes brigades ayant été réparties sur différents points et marchant isolément, je partis d’Essonnes avec une garde d’un officier et quatorze chasseurs du 4ème  régiment et j’atteignis à deux lieues de là la brigade de M. le général Vallin, composée du 1er  de dragons et du 6ème  de chasseurs, à la tête de laquelle je me mis pour marcher au lieu désigné. A la hauteur de Gentilly, entre Paris et Villejuif, le général en chef, instruit de l’insurrection de Saint- Denis, me fit ordonner de m’arrêter où je me trouvais et de cantonner mes régiments dans les villages voisins de la route. Je m’empressai d’obéir à cet ordre pour ne pas me trouver sur la route au moment du passage de Bonaparte que je prévoyais devoir arriver bientôt à cause des voitures de la cour qui, depuis longtemps, étaient passées pour aller le chercher. Qu’il me soit ici permis de rendre hommage à la conduite digne d’éloge des deux régiments et au détachement de chasseurs que je ramenai. Aucun homme n’a ni quitté son rang ni fait entendre un cri séditieux, quoique tous y fussent provoqués par plusieurs bataillons d’infanterie qui marchaient en sens contraire et retournaient à Bonaparte.

Je passai la nuit du 20 à Gentilly avec le colonel du 6ème  de chasseurs et le lendemain, je me rendis à Paris dans mon logement où je restai sans vouloir paraître aux revues de ma troupe passées par Bonaparte, et ce ne fut qu’après le retour de M. le maréchal Macdonald et des autres militaires qui avaient escorté le Roi jusqu’à la frontière, que je consentis à paraître aux Tuileries. Le 8 avril, le ministre de la Guerre m’envoya des lettres de service que je n’avais point sollicitées, pour prendre le commandement de la 2ème division de cavalerie.

Paris, 26 octobre 1815.

Arthur Chuquet, « Lettres de 1815. Première série [seule parue] », Librairie ancienne, Honoré Champion, Editeur, 1911, pp.285-287.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...157
« Page Précédente  Page Suivante »
|