( 16 janvier, 2019 )

Une lettre INEDITE de Guillaume Peyrusse, Trésorier de la Couronne durant les Cent-Jours.

G. PEYRUSSE. Lettre écrite à la suite de l'abdication de Napoléon.

Ce document a été écrit par Peyrusse le 26 juin 1815, huit jours après la défaite de la bataille de Mont-Saint-Jean, dite « de Waterloo ». Nous ne savons pas à qui elle s’adresse exactement. Est-ce au ministre de la Guerre ? A  notre connaissance, ce document, lequel se trouve actuellement dans un fonds d’archives privé, n’a jamais été publié.  En voici le contenu:

« Monseigneur, 

Je suis instruit que plusieurs généraux veulent demander des gratifications à l’Empereur et que S. M. [Sa Majesté] veut vous en parler; je crois devoir faire observer à Votre Excellence que les fonds du Trésor s’épuisent et que les fournisseurs doivent passer avant tout.

Je supplie votre Excellence de prendre ma demande en considération. 

Le Trésorier. 

PEYRUSSE

Paris, ce 26 juin 1815. »

G.Peyrusse

Miniature représentant G. Peyrusse. (Musée de Carcassonne).

Ce portrait daterait des années 1820.

Il a été redécouvert récemment dans les réserves du Musée.

Un GRAND témoignage sur NAPOLEON et ses campagnes.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

25 janvier 1814. Napoléon part pour l’armée…

napolonlegrand.jpg

Ce fut le 25 janvier 1814 [à 6 heures du matin] que Napoléon partit pour l’armée. Mais il avait, comme on le voit dans Mollien (« Mémoires »… », tome III, p.359) de tristes pressentiments, et ses adieux eurent, selon le mot du ministre [du Trésor public], une teinte lugubre. Le 23, au soir, lorsque l’Impératrice se fut retirée, il retint ses ministres pour leur communiquer ses dernières dispositions. Il rendit justice à leurs efforts, il leur recommanda la fermeté, il avoua qu’il ne disposait que de faibles moyens, et ses paroles avaient « la gravité de déclarations testamentaires. » Soudain, son regard tomba sur Talleyrand : « Je sais bien, s’écria-t-il, que je laisse à Paris d’autres ennemis que ceux que je vais combattre, et mon absence leur laissera le champ libre. » Personne ne pouvait se méprendre à cette allusion. Mais, avec son sang-froid coutumier, Talleyrand, comme s’il n’avait rien entendu, continua, dans un coin du cabinet, la conversation qu’il avait entamée avec le roi Joseph. Le 24, Mollien revit Napoléon. L’Empereur n’avait pas fait de réponse à plusieurs notes du ministre. Le Trésor public perdait chaque jour quelques une de ses communications avec les caisses des départements ; que faire si les Cosaques finissaient par intercepter celles qui restaient encore ? Mollien proposait des mesures qui pourraient obvier à la pénurie complète des ressources. « Mon cher, répliqua, Napoléon, si l’ennemi arrive aux portes de Paris, il n’y a plus d’Empire. »

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, p.23).
———-
Concernant l’heure du départ de Napoléon, j’ai lu dans « Napoléon au jour le jour », de MM. Tulard et Garros, 6 heures du matin. Henry Houssaye dans son admirable « 1814″ a écrit 4 heures du matin quant à l’historien Jean Thiry, il  indique 3 heures…

C.B.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

Marche de l’Empereur vers Paris après son débarquement à Golfe-Juan en mars 1815…

Carte

Voici un passage du témoignage de l’adjudant-major Etienne LABORDE: « Le 3 mars [1815], l’Empereur coucha à Barème [Barrême] , le 4, à Digne . Le 5, le général Cambronne, avec une avant-garde de quarante hommes, s’empara du pont et la forteresse de Sisteron ; le même jour, l’Empereur coucha à Gap , et l’avant-garde à La Mure. Aucun événement remarquable n’eut lieu en traversant ce long espace de pays ; les habitants nous accueillaient fort bien, mais sans se prononcer ni pour ni contre. Durant ce long trajet, nous ne fîmes que deux recrues, un gendarme et un soldat d’infanterie. Nous quittâmes, après quelques jours de marche bien pénible, et à notre grande satisfaction, ce malheureux pays de montagnes, et nous commençâmes à découvrir la belle campagne au-delà de La Mure, qui avoisine celle de Vizille, pour aller à Grenoble.

L’Empereur, informé que des troupes étaient parties de Grenoble avec mission de s’opposer à notre passage du pont de La Mure, prit des dispositions de défense et forma de sa petite armée, forte d’environ onze cents hommes, trois colonnes : la première, composée de trois compagnies de chasseurs, des lanciers polonais montés, ou non montés, de huit à dix marins de la Garde, forma l’avant-garde, commandées par le général Cambronne , ayant sous ses ordres l’intrépide colonel Malet ; la seconde, commandée par le capitaine Loubers, des grenadiers, fut composée de trois compagnies d’artillerie, et d’environ trente officiers sans troupe, conduits par le major corse Pacconi ; avec elle marcha l’Empereur, tout son état-major , et le Trésor porté sur deux ou trois mulets .

La troisième colonne, formée par le bataillon corse , sous les ordres du chef de bataillon Guasco , formait l’arrière-garde. Moi-même, aux approches de La Mure, je reçus l’ordre du général Cambronne de prendre les devants avec soixante chasseurs, commandés par le lieutenant Jeanmaire , et quelques lanciers polonais, pour établir le logement de la première colonne des troupes de l’Empereur, et que je portai à douze cents hommes, quoique en réalité il n’y en eût pas plus de trois cents. Il paraît que nous étions attendus, puisque je trouvai à la mairie tout le conseil municipal réuni. J’en fus parfaitement accueilli, et je m’occupais avec ces messieurs de préparer le logement lorsqu’un adjudant du 5ème d’infanterie de ligne arriva pour faire le logement d’un bataillon de ce corps et d’une compagnie du 3ème régiment de sapeurs du génie. Voyant que cet officier portait la cocarde blanche, je pensai bien qu’il ne venait point dans l’intention de se joindre à nous.

Je l’abordai et lui dis :

« A la cocarde que vous portez, je vois que vous êtes ici dans un autre but que le mien ; cependant répondez-moi avec la franchise qui doit nous caractériser ; sommes-nous amis ou ennemis ? »

Il me répondit en me tendant la main :

« Deux vieux compagnons d’armes seront toujours d’accord.

-Alors ; lui dis-je, faisons le logement de concert. »

Il fit semblant d’y souscrire ; mais, profitant d’un instant où j’étais occupé, il s’esquiva pour aller rendre compte à son chef de ce qui se passait, et ne revint plus. Cette troupe prit alors position à une portée de fusil de la ville de La Mure, et envoya une forte avant-garde dans les premières maisons du côté de Grenoble.

Instruit de la disparition de l’adjudant-major du 5ème de ligne, je n’étais pas du tout tranquille dans l’hôtel de la mairie, où je craignais d’être surpris, et je venais d’envoyer l’ordre au lieutenant Jeanmaire de rester sous les armes et de faire bonne garde aves con petit détachement, lorsque le général Cambronne arriva avec la première colonne, monta lui-même à l’hôtel de la Mairie, me demandant si j’aurais bientôt fini.

« De suite, lui répondis-je, mon général. »

En effet, nous sortîmes aussitôt. Lui ayant rendu compte de ce qui se passait, et lui-même apercevant un poste de la troupe opposante placé aux premières maisons d’une rue donnant sur la route de Grenoble, il fit établir un poste des nôtres, commandé par un officier, à portée de pistolet du 5ème de ligne, et envoya tout de suite le capitaine Raoul de l’artillerie, accompagné d’un maréchal-des-logis de mamelucks, auprès de l’officier commandant le poste du 5ème, pour l’engager à pactiser avec nous, mais nous ne pûmes le déterminer à y consentir. Le général y alla lui-même, et on lui répondit qu’il y avait défense de communiquer .

Alors le général Cambronne ordonna que la troupe prendrait position sur l’emplacement où elle se trouvait devant la mairie, et il fit ses dispositions pour éviter toute surprise. Cette opération terminée, nous entrâmes dans une auberge en face de la mairie, où j’avais commandé un dîner pour douze personnes. A peine commencions-nous notre repas qu’un paysan, qui avait été envoyé par le général Cambronne pour connaître les mouvements de la troupe qui nous était composée, entra et vint annoncer que cette colonne s’ébranlait et semblait disposée, en passant derrière La Mure, à se porter sur le pont par lequel nous étions arrivés pour le faire sauter et nous couper par là, tout communication avec l’Empereur . Il n’en fallut pas davantage pour nous faire partir à l’instant même, à l’effet d’aller nous établir sur le pont, que nous gardâmes militairement toute la nuit, durant laquelle la troupe adverse recula de trois lieues en se rapprochant de Grenoble.

Le général Cambronne ayant fait connaître à l’Empereur ce qui se passait, Sa Majesté arriva avec les deux colonnes, le lendemain vers les neuf heures du matin, sur le point où nous avions pris position, se mit à la tête des troupes et ordonna au général Cambronne de marcher en avant. Le brave colonel Malet prit le commandement des trois compagnies de chasseurs formant la tête de la colonne ; les lanciers polonais, commandés par l’intrépide colonel Germanoski [Jerzmanowski], prirent la droite à côté de la route. Les officiers sans troupe, commandés par le major Pacconi, prirent à gauche, et nous marchâmes droit sur le bataillon du 5ème de ligne. La compagnie de voltigeurs était en bataille à la sortie du village. L’Empereur ordonna au colonel Malet de faire mettre l’arme sous le bras gauche, la baïonnette au bout du canon. Cet officier lui ayant observé qu’il pourrait y avoir du danger à faire un pareil mouvement devant une troupe dont les intentions n’étaient pas connues, et dont la première décharge pourrait être funeste, l’Empereur lui dit avec vivacité:

« Malet, faites ce que je vous ordonne. »

Arrivé à la portée de pistolet, l’Empereur dit d’une voix forte et tranquille :

« Soldats ! Voilà votre empereur ; que celui d’entre vous qui voudra le tuer fasse feu. »

Un jeune officier, parent et aide-de-camp du général Marchand, commandant à Grenoble, qui était venu avec mission de son général de s’opposer à notre passage, dit à haute voix : « Le voilà ! Faites feu ! »

Le cri unanime [de] « Vive l’Empereur ! » fut la réponse.

Déjà les lanciers polonais étaient arrivés dans le village et se trouvaient pêle-mêle avec le bataillon du 5ème et la compagnie du 3ème régiment de sapeurs du génie, criant à l’envi : « Vive l’Empereur ! »

Le major Pacconi, à la tête des officiers sans troupe avait pris un sentier détourné, et s’était placé sur les derrières du 5ème pour le recevoir, dit-il à l’Empereur, si le combat s’était engagé. La Garde et les soldats s’embrassèrent, arrachèrent à l’instant la cocarde blanche et prient avec enthousiasme la cocarde tricolore. Cette troupe ayant été formée en bataille, l’Empereur parla ainsi :

« Soldats,

« Je viens avec une poignée de braves, parce que je compte sur le peuple et sur vous. Le trône des Bourbons est illégitime, puisqu’il n’a pas été élevé par la nation ; puisqu’il est contraire aux intérêts de notre pays, et qu’il n’existe que dans l’intérêt de quelques familles… Vos pères sont menacés du retour des dîmes, des privilèges, des droits féodaux et de tous les abus dont nos succès les avaient délivrés. N’est-il pas vrai, citoyens ? (Dit-il, à un rassemblement immense qui se trouvait autour de la troupe.)

- Oui, Sire, répondirent-ils d’un cri unanime, on voulait nous attacher à la terre. Vous venez, comme l’ange du Seigneur, pour nous sauver. »
A peine, venions-nous de fraterniser avec le 5ème, que M. Dumoulin arriva à franc-étrier, ayant à son chapeau la cocarde tricolore, et, se précipitant de son cheval à la rencontre de l’Empereur : « Sire, lui dit-il avec la plus grande émotion, je viens vous offrir 100,000 francs et mon bras, et vous assurer de la fidélité de vos bons Grenoblois. » L’Empereur parut satisfait, et lui dit en riant : « Montez à cheval, nous causerons en marchant, j’accepte vos services. »  Le soir même de notre arrivée à Grenoble, ce jeune homme, rempli du plus grand courage, fut nommé capitaine officier d’ordonnance de l’Empereur, qui lui remit lui-même la décoration. Depuis, et pendant toute la route, M. Dumoulin, avec une escorte de quinze hussards du beau et bon régiment, marcha toujours à l’avant-garde et rendit les plus grands services. »

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

Paris et son histoire à l’honneur…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

A paraître en kiosque le 25 janvier… L’artillerie à l’honneur !

Traditions 24
Au sommaire de ce futur numéro : 
 
Batailles : « La première invasion française en Toscane » par Riccardo Papi

Blasons : « Le général Antoine Drouot »  par Philippe Lamarque

Dossier: « La révolution technologique de l’artillerie par René Chartrand
Livres anciens : « Jules Florange » par  Laurent Teitgen
Fondamentaux :  »Le règlement de 1791″ par  Patrice Courcelle
Unités: « L’artillerie à pied de la Garde en 1809″ par  Jérôme Croyet
 
« Une fois n’est pas coutume, ce numéro de « Traditions » accorde une place privilégiée à l’artillerie. A l’artillerie classique d’abord, celle du système mis en place en 1765 par Jean-Baptiste de Gribeauval, en fonctionnement lors des guerres de la Révolution et du premier Empire, qui perdure jusqu’en 1827 lorsqu’il est remplacé par le système plus mobile du futur maréchal Sylvain Charles Valée. En 1808, Napoléon décide de créer au sein de sa Garde un régiment d’artillerie à pied équipé de 36 pièces. Pour sa première campagne, celle de 1809, ce jeune régiment, dirigé par l’intrépide Antoine Drouot (voir page 35), a un comportement remarquable, perdant à Wagram 34 officiers tués ou blessés ainsi que 472 artilleurs tués ou blessés (voir page 105).
Mais, durant cette période, les progrès de l’artillerie sont lents. Un canon de l’époque napoléonienne n’est finalement pas si différent d’une bombarde du Moyen Age dont il partage, en dépit d’améliorations certaines, les procédés de fabrication et les principes de fonctionnement. La situation change rapidement à partir du milieu du XIXe siècle. La révolution industrielle marque fortement l’industrie de l’armement avec son lot d’innovations continuelles dans la fonte des métaux, les techniques de forgeage, la construction mécanique et l’outillage de précision. Désormais, les canons peuvent avoir des calibres plus imposants, tirer des projectiles plus destructeurs, atteindre avec plus de précision des distances plus lointaines. Avec de telles nouveautés, la maîtrise des techniques nouvelles devient essentielle, tant pour procurer un avantage décisif que pour éviter de se faire surclasser par l’artillerie ennemie. Plusieurs conflits, et non des moindres, doivent leur issue à cette nouvelle donne.
Pour évoquer cette mutation qui révolutionne du même coup les tactiques militaires, nous n’avons pas hésité à chambouler ce numéro de « Traditions » en lui consacrant un dossier de plus de 60 pages (voir page 37), reportant du même coup un certain nombre d’articles et de chroniques. Nous espérons que nos lecteurs partageront notre intérêt pour cette étude aussi fouillée qu’inédite.
Pour autant, ce numéro n’est pas entièrement consacré à l’artillerie. Grâce aux archives de la ville de Modène, nous présentons un autre document rare, le récit détaillé et illustré de l’opération menée en 1796 par le général Bonaparte à Livourne à la demande du Directoire qui souhaite mettre fin à la présence anglaise dans ce port neutre mais stratégique (voir page 14). Par ailleurs, l’illustrateur Patrice Courcelle nous invite à une nouvelle exploration des fondamentaux des armées de la Révolution et du Premier Empire consacrée, pour ce numéro, au règlement d’infanterie de 1791 et à la formation des jeunes recrues (voir page 100).
Enfin, notre traditionnelle rubrique consacrée aux livres anciens évoque l’historien et numismate Jules Florange, dont les ouvrages font encore référence aujourd’hui (voir page 98).
Ainsi composé, ce numéro vous propose un sommaire passionnant pour bien commencer une année que nous vous souhaitons aussi agréable que possible et riche en découvertes de toutes sortes. »
Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

Recevez « Le Bulletin de L’Estafette » !

Demandez le Bulletin de L'Estafette

 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

Kellermann fils…

Kellermann fils… dans TEMOIGNAGES fils-kellermann

Kellermann fils, comte, puis duc de Valmy, a, comme on sait, gagné au Premier Consul la bataille de Marengo [14 juin 1800] par une des plus audacieuses et des plus brillantes charges de cavalerie que cite l’histoire de la guerre. Mais, bien que promu général de division le 5 juillet 1800, il ne se trouva pas suffisamment récompensé ; il se plaignit que Napoléon fut jaloux de lui ; il afficha, comme disait l’Empereur, des prétentions. Nous le voyons demander sa retraite en 1813, puis laisser son père intervenir en sa faveur, et le 8 avril 1813, Napoléon l’envoie commander à Wurtzbourg la cavalerie du corps de Ney en disant qu’en considération des services du vieux maréchal qu’il estime fort, en considération des « services personnels rendus à Marengo », il oublie les sottises que le général va commise et compte désormais sur sa bonne conduite et son bon esprit. Néanmoins le général Kellermann garda rancune à l’Empereur et voici ce qu’il écrivait à Louis XVIII.

5 août 1814.

Je suis lieutenant général depuis seize ans. J’ai acquis mon grade sur le champ de bataille de Marengo. C’est moi seul qui, avec 400 chevaux, inspiré par la Providence, au moment où tout était perdu, ai retrouvé cette bataille mémorable par des immenses résultats. L’homme qui en a profité ne m’en a tenu que peu de compte et peut-être ne me l’a point pardonné.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, p.318).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 janvier, 2019 )

La CAMPAGNE d’ALLEMAGNE RACONTÉE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (VII et fin).

Ombre 2

On a pu remarquer par le détail que j’en ai donné que cette marche de Dresde à Leipzig fut une continuité de changements de direction, contremarches, etc., qui marquent bien le peu de fixité des plans et l’incertitude des projets du Chef. Un jour nous marchions sur Pegau, le lendemain sur Leipzig, le jour suivant vers Wittenberg, puis dans la direction de la Bohême. Les soldats se fatiguaient sans avancer et sans résultats connus, l’inquiétude prenait la place de la confiance. L’armée était à moitié détruite avant d’avoir combattu.

Telle était notre situation le 16 octobre au matin. Tout paraissait calme et rien n’annonçait une bataille. Nous nous mîmes en marche à 8 heures du matin sur Lieberwolwitz. Près de ce village nous vîmes l’armée réunie et disposée pour le combat. Un instant après on entendit trois coups de canons tirés à intervalles égaux, c’était le signal de l’ennemi ;

Le combat commença par un feu d’artillerie pour approcher d’une hauteur bien défendue par l’artillerie et qui semblait un des points les plus importants de la ligne. Elle fut vite emportée à la baïonnette. La gauche de l’ennemi fut violemment attaquée par nos tirailleurs, qui y semèrent le désordre. A ce moment l’ordre fut donné de former les colonnes d’attaque et de marcher droit à l’ennemi. La victoire n’était pas douteuse et la destruction totale des alliés semblait certaine.

Le corps d’armée saxon fit un mouvement que l’on crut être le commencement de la charge générale. Il marcha à l’ennemi en ordre de bataille avec beaucoup d’ordre er de célérité, mais bientôt nous vîmes les généraux alliés recevoir les Saxons et l’artillerie qui quelques minutes auparavant était placée à côté de nous, nous tira dessus.

Cette défection causa un grand vide dans notre armée. Pour le combler en toute hâte on prit d’abord la cavalerie de la Garde et la 2ème division de Jeune Garde que l’on plaça près des batteries de 12. Au lieu d’attaquer il fallut se borner à garder les positions acquises vers le début de la bataille.

Vers le soir le corps d’armée commandé par M. le comte de Lauriston qui s’était battu tout le jour et avait beaucoup souffert, battit en retraite et fut bientôt en pleine déroute. La brigade que je commandais fut envoyée pour le rallier et arrêter la marche de l’ennemi. Elle se porta en avant au pas de charge et obligea bien vite l’ennemi à se retirer en abandonnant sa position. Ce fut en marchant à l’ennemi que je reçus un coup de feu au coude du bras droit. Je restai très avant dans la nuit sans être pansé, la balle s’était logée dans l’os et on eut toutes les peines du monde à la retirer.

La brigade prit position à l’entrée du village et bivouaqua en carré à une portée de pistolet des vedettes ennemies.

On ne conçoit pas l’espèce d’aveuglement dont l’Empereur était frappé. Rien ne pouvait dessiller ses yeux, une fatalité extraordinaire le poursuivait ans que les leçons de l’expérience pussent le préserver des moindres fautes.

Il avait vu successivement les Autrichiens, les Bavarois, les Wurtembergeois abandonner son armée et il n’avait pris aucune précaution pour se garantir de la trahison des Saxons. S’il les avait laissés à Dresde et à Pirna au lieu des deux corps d’armée français qui s’y trouvaient, il aurait remporté une victoire complète qui eut changé la face des choses. Voulant tout conserver, il perdit tout. Terrible leçon pour les conquérants qui seraient tentés de l’imiter !

Le 17, la brigade reste dans la même position. Les Prussiens attaquèrent Leipzig, mais furent repoussés. La retraite était inévitable, toutefois aucune précaution pour éviter les pertes ne fut prise.

Il y avait en arrière de Leipzig un défilé long de deux lieues avec trente-deux ou trente-trois ponts. Il était aisé de présumer que les équipages s’y embarrasseraient et que ni l’armée, ni l’artillerie ne pourraient passer.

Le prince de Wagram [maréchal Berthier] avait proposé de faire des ponts de bois afin de faciliter la marche des voitures en conservant la route pour l’armée. L’Empereur rejeta cette pensée si sage, parce qu’il voulait que personne n’eut la pensée de battre en retraite.

A 11 heures, je reçus l’ordre de mettre du bois sur les feux et d’abandonner le camp. A ce moment le feu prit dans une maison ou étaient mes chevaux et mes équipages et en un instant tout fut brûlé. Je perdis chevaux, effets, argent et restai blessé sans un sou ni une chemise.

La nuit fut employée à traverser la ville et nous couchâmes dans une prairie, près de la route de Naumbourg. Il y avait déjà grand embarras de voitures dans les rues et sur la route.

Le 18, après un court repos, la division reçut l’ordre de se porter en avant de la ville. Le général de division Barrois marchait en tête, mai l’encombrement était tel qu’il fût séparé de nous et que nous étions dans l’impossibilité d’avancer ni de reculer.

A cet instant, l’ennemi se présenta à l’entrée de la ville. Je fus fort embarrassé, d’autant plus que les balles qui pleuvaient sur nous augmentaient encore le désordre. Je craignais qu’en ne suivant pas le général de division je fusse blâmé comme ayant manqué à mon devoir… Je pris mon parti sur-le-champ. Je fis évacuer la rue et placer deux pièces de canon sur le pont et les autres dehors, pour prendre l’ennemi de flanc et l’empêcher d’occuper notre retraite. Je fis placer les deux régiments de tirailleurs en colonne serrée à la gauche de la rivière et chasser l’ennemi du Rosenthal par le colonel Dariule avec cinq cents tirailleurs. En un instant l’ennemi fut chassé de l’île, y laissant beaucoup de morts. Les obus mirent le feu à l’hôpital où se trouvaient quatre ou cinq cents blessés de toutes les nations, qui périrent.

Je fis prévenir le général et l’Empereur de la situation où je m’étais trouvé. Sa Majesté me fit dire par un  de ses aides-de-camp de garder cette position et ne la quitter que sur mon ordre. Nous nous battîmes toute la journée pour empêcher l’ennemi d’entrer dans la ville.

Le régiment perdit 18 tués et 114 blessés dont 7 officiers. Les 93 tirailleurs envoyés sur l’hôpital furent perdus sans que l’on put savoir s’ils étaient blessés ou prisonniers.

L’embarras allait en augmentant, je vis le moment où l’on ne pourrait plus passer. Pour parer à cet inconvénient,j’envoyai mon lieutenant-colonel Guillemin, avec un adjudant-major pour établir un pont sur l’Elster dans un endroit éloigné de la route et hors de la vue. Ces deux officiers s’acquittèrent de cette mission avec une merveilleuse dextérité. Le pont fut établi en quelques heures ; j’y fis placer une compagnie pour le garder. Cette précaution fut notre salut le lendemain, sinon nous eussions tous été tués ou pris.

Le 19 octobre, on se battait toujours.

(Fin de l’extrait).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 janvier, 2019 )

Un mot en 5 lettres…

Cambronne

S’il y a un général  connu dans la Grande-Armée pour son « mot » c’est bien le général Pierre Cambronne (1770-1842). Au soir de la journée mémorable de Waterloo  en réponse aux Anglais qui le sommaient de se rendre,  il aurait lancé à la figure de l’ennemi ce mot violent, tel un dernier coup de canon. Mais rien n’est moins sûr ! En effet l’intéressé s’est toujours défendu de l’avoir prononcé ; mais le cœur y était certainement ! Et voilà Cambronne, vaillant officier ayant connu le baptême du feu à Jemappes en 1792, s’étant illustré sur presque tous les champs de batailles de l’Empire, qui entre dans l’Histoire. Lui qui commandait le 1er régiment des chasseurs à pied de la Garde le 18 juin 1815 et qui se retrouva dans un des derniers carrés face aux Britanniques, épousera plus tard une… Anglaise après avoir été nommé vicomte par Louis XVIII.

C.B.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 janvier, 2019 )

Une LETTRE d’un SOLDAT BRUNSWICKOIS sur la CAMPAGNE de 1815…

brunswick1815.jpgDans le corps d’armée du duc Frédéric-Guillaume de Brunswick se trouvaient réunis onze fils de paysans du village de Ölper, proche de la cité ducale ; parmi eux les frères Heinrich et Andreas Möreke. Ce dernier a envoyé à sa famille une lettre datée du 22 juillet 1815 qui est parvenue jusqu’à nous et dont le contenu reflète encore l’émoi de son auteur lorsqu’il relate les combats de Waterloo.

Karl TRAUPE (de Brunswick).

Chers parents, chers frère et sœur,

Nous espérons que vous serez encore en bonne santé quand notre lettre vous parviendra.

Cher frère, ne nous en veux pas de ne pas avoir écrit plus tôt.  Nous avons écrit une lettre le 12 juin, mais vous ne l’avez certainement pas reçue, car le 16 juin à minuit nous avons dû nous mettre en route et marcher 10 heures au-delà  de Bruxelles et aller au feu le même jour. Le 16 juin, nous avons perdu notre duc bien-aimé [Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel, né en 1771 et tué le 16 juin 1815 aux Quatre-Bras]. Pendant trois jours, les 16, 17 et 18 juin, nous étions dans la bataille, et ensuite le Français a dû battre jour et nuit en retraites de 32 miles jusqu’à Paris [le bois de Paris, près de Lasne] et voulait s’y fixer. Mais comme les Prussiens et les Russes [ !] l’assiégeaient et lançaient de nombreuses bombes incendiaires, il décampa et se retira dans une forteresse [ ?].

Il y resta trois jours, dut ensuite la quitter, et parce qu’ils s’enfuyait par eau, les Anglais le prirent. Nous n’avons désormais plus rien à craindre

Cher frère, crois-moi, les balles, les cartouches et les bombes me passaient sans arrêt au-dessus de la tête en sifflant, comme si on semait des pois. Je suis resté au feu les trois jours complets mais le bon Dieu m’a cependant protégé. Hélas, beaucoup sont restés sur le champ de bataille, beaucoup de morts et de blessés.  Ils gisaient les uns sur les autres, beaucoup avaient les jambes et les bras arrachés. Beaucoup rentreront à Brunswick éclopés et invalides. Nous avons fait 18 000 Français prisonniers et de nombreux Français sont tombés. Nous ne pouvions même pas avancer. De nombreuses voitures transportant des blessés sont tombées à l’eau. Nous avons pris 4000 canons que le Français avait abandonnés. Nous ne pouvons assez remercier le bon Dieu de nous avoir préservés.  Nous sommes jusqu’à présent sains et saufs. Nous sommes restés quinze jours durant aux portes de Paris [s’agit-il ici de la ville ?] et y demeurons jusqu’à nouvel ordre ; car nous ne savons pas encore si nous allons avancer ou reculer.

Andreas MÖREKE

L’aspect fantaisiste de ce récit  (présence des Russes, mention d’une forteresse, fuite des troupes françaises par voie d’eau…), est à noter.  Il faut sans doute y voir l’état de grande désinformation dans lequel se trouvaient certains combattants de la bataille du 18 juin 1815.

C.B.

Document publié la première fois dans le Bulletin de la Société Belge d’Etudes Napoléoniennes, n°13, année 1991.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 15 janvier, 2019 )

Un dragon dans la campagne de France…(2)

Montereau

Suite du témoignage Gougeat, dragon à cheval au 20ème régiment.

« Un jour que ma compagnie état de grand’garde, dans une prairie, devant le village de Saint-Aubin, un général nous envoie l’ordre de nous renseigner sur la nationalité d’un grand poste établie à quelque distance de nous. La compagnie s’avance de ce côté, mais elle est arrêtée par un ruisseau large et profond qu’aucun de nos dragons ne peut franchir ; seul le capitaine de Marcy, monté sur son magnifique cheval isabelle, le saute avec la plus grande aisance, et s’approchant du poste suspect, il crie d’une voix forte : « Qui vive ? » C’étaient des cuirassiers autrichiens. A l’audacieuse provocation de l’officier français, ils répondent par une décharge générale de leurs mousquetons, dont les balles passent en sifflant aux oreilles de celui-ci, mais sans l’atteindre ; puis ils foncent sur lui. Sans se presser beaucoup et avec le plus grand sang-froid, mon capitaine revient au ruisseau qu’il franchit avec la même facilité que la première fois et, lorsque les Autrichiens sont arrivés, à leur tour, au petit cours d’eau qu’ils ne peuvent passer, il fait tirer dessus par ses dragons qui en tuent deux.

Nous descendons au-dessous de Nogent, toujours en côtoyant la Seine. Nous passons le fleuve à Montereau et nous allons occuper un petit village appelé Chennevières, qu’on dit être à 4 lieues seulement de Paris ; nous n’y restons que quelques jours.

En revenant sur la Seine, notre armée poursuit et refoule jusque dans Montereau un corps de troupes alliées. Nous sommes remplis d’ardeur et d’enthousiasme; nous nous croyons déjà sur le Rhin.

La ville de Montereau et ses coteaux sont garnis de troupes ; un combat acharné s’engage dans a la ville même et sur les hauteurs. Après une résistance longue et opiniâtre, les armées ennemies essuient une défaite complète ; elles fuient de toutes parts, poursuivies par notre cavalerie qui passe le pont à leur suite, ma compagnie une des premières.

Au moment où notre artillerie  va s’engager à son tout sur pont long et étroit, on jette dans la rivière de nombreux cadavres d’hommes et de chevaux qui obstruent ou gênent le passage. Resté en arrière de ma compagnie, je profite, pour traverser, d’un petit intervalle laissé libre pendant le défilé de l’artillerie et je me trouve avec un de nos officiers nommé M. Robin, qui, comme moi, a été séparé du régiment dans un de ces moments de confusion si fréquents dans les engagements de cavalerie.

M. Robin et moi, nous nous efforçons, mais vainement, de rejoindre le 20ème dragons dont nous ne connaissons que très imparfaitement l’itinéraire. Enfin, après 17 jours de marche et de recherches, nous le trouvons campé  dans les vignes d’Essoyes, gros bourg situé près de Bar-sur-Seine. »

 

A suivre.

(Témoignage publié la première fois en 1901 dans le « Carnet de la Sabretache » ; réimprimé en 1997 par Teissèdre).

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 janvier, 2019 )

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797…

« Les soldats de l’Armée d’Italie ont surpassé la rapidité, tant vantée, des légions de César. » (Général Bonaparte, lettre au Directoire).

Forces en présence : Armée française (commandée par le général en chef Bonaparte) : 22 000 hommes (composée de 18 000 fantassins et de 4000 cavaliers). 50 canons. Armée autrichienne (commandée par le feld-maréchal Alvinczy) : 28 000 hommes. 90 canons.

Pertes : Armée française : 2200 tués et blessés. Armée autrichienne : 4000 tués et blessés.

La BATAILLE de RIVOLI, 14 JANVIER 1797... dans JOURS D'EPOPEE RivoliLe général Bonaparte, fort des succès remportés précédemment par son armée, notamment à Arcole (15-17 novembre 1796) maintient ses positions et renforce le siège de la ville de Mantoue, qui a débuté le 15 juillet 1796. Les forces autrichiennes sont très affaiblies et sentent le conflit leur échapper. Le feld-maréchal Alvinczy est expédié en Italie afin de secourir le général Würmser en mauvaise posture. Les premiers affrontements surviennent le 13 janvier 1797. Le général Joubert attaqué de toutes parts, se replie sur le plateau de Rivoli. Il y est rejoint par les généraux Bonaparte et Rey. Alvinczy sait qu’il a l’avantage du nombre et que les troupes françaises sont des plus démoralisées. Il attend donc le lendemain afin de déclencher l’attaque générale. Il commet néanmoins une erreur qui lui sera fatale : il a laissé le temps au général Masséna de revenir de Vérone. Ce dernier accomplira l’exploit de parcourir 148 kilomètres en seulement deux jours ! Le 14 janvier 1797, à 7 heures du matin, les Autrichiens attaquent les premiers ; les Français doivent se replier. Bientôt le corps du général Joubert est à cour de munitions. L’armée autrichienne encercle les Français sur le versant de Rivoli. C’est l’arrivée du général Masséna et de son armée qui va inverser d’une façon inattendue la situation. Partout la contre-attaque s’organise. C’est au tour de l’armée ennemie de se replier sous les tirs croisés de l’armée de Masséna. Vers 18 heures, l’armée autrichienne est écrasée. Mais le général Bonaparte a une priorité : secourir le général Sérurier qui soutient toujours le siège de Mantoue avec des effectifs en sous-nombre, nombreux sont ceux qui ont été intégrés au corps du général Masséna pour porter secours à Joubert. Bonaparte prend donc la direction de Mantoue, laissant aux généraux Joubert et Rey 15 000 hommes pour consolider la victoire. Le 16 janvier 1797, après la bataille de La Favorite,  l’autrichien Würmser sera obligé de capituler le 2 février 1797 et de livrer Mantoue aux Français.

Témoignage : « Vers 10 heures du matin, les deux divisions françaises se trouvaient au centre d’un grand cercle formé par les ennemis établis sur les hauteurs environnantes. Les Autrichiens, croyant leur mouvement réussi, firent une salve général de leur artillerie. Nous étions dans l’étonnement, seul le général Bonaparte ne semblait nullement surpris. Il ordonna aussitôt une double attaque. La division Joubert retournerait vers la position de La Corona qu’elle avait dû évacuer la veille, tandis que deux bataillons de la 21ème [demi-brigade] et de la 75ème [demi-brigade] conduits par le général Masséna en personne s’avanceraient vers le centre des ennemis en appuyant la gauche du général Joubert. Les autres bataillons de la division Masséna marchaient sur la position de la Sega que les autrichiens avaient occupée pour couper nos communications ? La division Joubert reprit immédiatement l’offensive et l’attaque devint générale. En même temps, le général Berthier, chef d’état-major général, faisait établir sur le plateau de Rivoli une forte batterie de 12 soutenue par les autres armes afin d’empêcher la colonne de cavalerie et d’artillerie autrichienne de déboucher. A seule route praticable pour ces deux armes, quand on vient de La Corona, était celle qui suit le défilé de l’Adige par Incalane. La cavalerie et l’artillerie ennemie s’y étaient enfournées. Elles tentèrent vainement de déboucher du défilé où elles étaient entassées et tous les efforts qu’elles firent pour ne sortir furent vains. Ces troupes restèrent paralysées pendant toute l’action. C’était de la part du général en chef [Bonaparte] un trait de génie. Au signal donné, tous les corps français se portèrent en avant. La 32ème [demi-brigade]  eut l’honneur d’aborder la première l’ennemi. Elle le culbuta, prit des drapeaux, fit beaucoup de prisonniers et se couvrit de gloire. » (François Vigo-Roussillon, « Journal de campagne (1793-1837) », France-Empire, 1981, pp.44-45). L’auteur était alors sergent dans les rangs de la 32ème demi-brigade d’infanterie.

C.B.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 14 janvier, 2019 )

Le général Morand.

galmorand.jpg

Charles Morand, général de brigade (6 septembre 1800) général de division (24 décembre 1805) et comte de l’Empire (24 juin 1808), a été un des plus brillants généraux de Napoléon, et le Premier Consul qui l’avait connu de près en Égypte disait de lui à Carnot, dès le mois de septembre 1800 : « C’est un officier de la plus haute distinction ». Le texte suivant, relatif au rôle de Morand en 1812, est tiré d’une notice inédite sur le général.

Arthur CHUQUET. 

«Après la paix de Schoenbrünn, il commande successivement la division de l’armée d’Allemagne et du corps d’observation de l’Elbe qui prit pour l’expédition de Russie le nom de «1er corps de la Grande-Armée ». A la bataille de Smolensk, le général Morand enleva le faubourg de Rosslawl et poursuivit le corps de Doktorov jusque dans le chemin couvert qui fut inondé de cadavres russes. Il établit ensuite une batterie de 12 dont le feu, combiné avec celui des batteries placées par les généraux Friant et Gudin, contribua puissamment à l’évacuation de la ville par l’ennemi. Ce fut le général Morand qui enleva à la batterie de La Moskowa les redoutes qui couvraient la droite de l’ennemi. Mais à 9 heures du matin, attaqué de toutes parts par les réserves russes, il fut obligé de les évacuer. C’est dans ce moment qu’il fut blessé d’un coup de feu à la figure ; ce dont il ne fut pas fait mention dans le « Bulletin », sur sa demande, afin de ne point causer trop d’inquiétude à sa famille. ». 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 janvier, 2019 )

« Gloire & Empire » ? Une revue incontournable !

Publié dans A LA UNE !,INFO par
Commentaires fermés
( 14 janvier, 2019 )

Un témoin de la bataille de Waterloo…

Pierre-Joseph TELLIER naquit à Waterloo le 20 octobre 1799. Il sera ordonné prêtre en 1823 ; en 1838 il est nommé chanoine de Saint-Rombaut à Malines. Il a laissé un journal marquant les principaux événements de sa vie. Des fragments en ont été publiés la première fois en mai 1953 dans le Bulletin de la Société belge d’Études Napoléoniennes. Il se trouvait avec ses parents à Waterloo au moment de la journée historique du 18 juin 1815. Voici la partie sur l’année 1815.

« Pendant le mois de mai, le régiment de carabiniers hollandais est cantonné à Waterloo. Les carabiniers belges sont à Braine l’Alleud. On s’attend à voir bientôt éclater la guerre entre les Français et les Alliés.

15 juin. Vers le soir, nous apprenons par des voyageurs qui venaient de Charleroi que les Français ont passé la frontière. Papa est parti ce matin pour Bruxelles. Urbain va à sa rencontre pour lui porter cette nouvelle. On l’ignorait encore à Bruxelles. A son arrivée à Waterloo, nous allons, lui et moi, à l’Auberge Jean de Nivelles où nous espérons avoir des nouvelles certaines ; en effet, des voyageurs et des gendarmes qui viennent de Charleroi nous confirment ce que nous ne savions encore que vaguement.

Un témoin de la bataille de Waterloo… dans TEMOIGNAGES Waterloo-300x196Vendredi 16 juin. A 7 heures du matin, nous apprenons que des troupes vont arriver : je me rends chez le Maire. Le Maire était Pierre Gérard. Les troupes arrivent. J’admire l’air imposant et martial des écossais (sans culottes). Ils marchent d’un pas accéléré. On ne permet même pas aux soldats de sortir des rangs pour prendre quelques rafraîchissements. Ils sont silencieux. Combien n’y aura-t-il pas de victimes dans quelques heures ! Dans la matinée, nous nous sommes occupés à renfermer nos meilleurs effets dans des tonneaux qui ont été placés dans les cachettes préparées l’année précédente, lorsqu’on attendait l’arrivée des cosaques. Dans l’après-dînée, nous entendons une forte canonnade. On se bat aux Quatre-Bras. Quoique nous soyons à 3 demi-lieues du champ de bataille, il nous paraissait que les détonations avaient lieu à Mont-St.-Jean.

Samedi 17. Waterloo est rempli de soldats. Il en arrive un corps qu’on dit être de 12 à 14 mille hommes. Ils viennent de Hal. Ce sont probablement les troupes qui étaient cantonnées dans la Flandre. Notre oncle, Pierre De Ridder, est venu de Stalle pour offrir ses services à nos chers parents. Dès le matin, de longues files de voitures remplies de blessés commencent à défiler. L’armée anglaise se retire des Quatre-Bras sur Mont-St.-Jean. Nous sommes dans les plus vives inquiétudes. Papa craint que cette armée ne soit repoussée sur Waterloo. Nous aurions pu nous trouver ainsi au milieu du feu. Nous étions décidés, si le danger devenait pressant, à tout abandonner et nous réfugier dans la forêt. Mais que faire avec mes jeunes frères et sœurs au milieu d’une bagarre ?… Papa fit donc conduire la jeune famille au Chenois, chez [la] cousine Catherine Tellier. Sa maison se trouve sur la lisière du bois. Notre voisin, Van Taelen, dit : « Le Bon Dieu, fut chargé de les conduire (samedi) ». Urbain et moi nous sommes restés avec nos chers parents.

Me trouvant vers 6 ou 7 heures vers le soir chez le maire, j’y vois 4 officiers français, royalistes, qui viennent de Gand ; ils paraissent bien inquiets. Parmi ces officiers, se trouvait le comte de Menard. Le duc de Wellington a pris son logement chez la veuve Bodenghien, vis-à-vis de l’église. C’est là que se trouve le quartier-général. Nous avons logé un officier français, royaliste, portant la cocarde blanche.

Dimanche 18. Toute la matinée, il passe des soldats en masse. Vers 10 heures, le plus grand calme règne autour de nous. Tout le monde est dans la stupeur à l’approche des grands événements qui vont avoir lieu. Il n’y a au village aucun autre soldat que deux ou trois hussards hanovriens qui sont ici depuis quelques semaines pour le service des estafettes. Comme on ne pouvait prévoir l’issue de la bataille et que Le Chenois était exposé aussi bien que Waterloo, papa a envoyé Lambers Santerre pour prendre mes jeunes frères et sœurs pour les conduire à Alsemberg, chez grand-papa De Ridder. Le mardi Jacques Ducomte est allé  les reprendre, avec une brouette, pour les ramener à Waterloo.

Les habitants se réfugient dans la forêt.

A 11 heures. On entend quelques coups de canon. Peu à peu, les détonations redoublent. Nous allons dans les champs. Nous distinguons de longues lignes qui nous paraissent noires. Mont-St.-Jean est couvert de fumée. Nous voyons très bien la lumière des canons. Je lis toujours avec avidité la relation des guerres l’Empire, des batailles livrée par Napoléon. Hélas ! J’ai maintenant sous les yeux une de ces grandes batailles. La France, l’Angleterre, la Prusse, les Pays-Bas, sont aux prises à une demi-lieue d’ici !

Urbain et moi, nous sommes allés au grenier jusqu’au faîte de la maison, nous avons ôté une tuile pour mieux voir le champ de bataille. Nous distinguons très bien le feu des canons. Nous entendons la mousqueterie des feux de peloton. Dans l’après-dînée, beaucoup d’habitants sortent de leur maison ou se trouvent aux fenêtres de leur grenier pour voir le combat. Nous voyons toujours les éclairs des canons, et nous entendons distinctement le bruit de la fusillade, mais la fumée nous empêche de bien distinguer les combattants ; Maman [est] extrêmement effrayée.

Vers 3 heures, les blessés commencent à nous arriver par le sentier de Mont-St.-Jean. Ils ne peuvent suivre le pavé qui est encombré par les caissons, les chariots d’ambulances qui transportent  les blessés grièvement atteints, les voitures des vivres, etc. Insensiblement, le nombre des blessés augmente. La plupart entrent chez nous, demandant à étancher leur soif. Pour les empêcher d’entrer, papa me place à l’angle de la maison avec une cuve remplie de bière ; et comme il craint que notre bière ne soit bientôt épuisée, il y mélange de l’eau. Après avoir bu, ces blessés continuent leur chemin vers Bruxelles. Ils se hâtent de s’éloigner du champ de bataille. Vers 3 ou 4 heures, on entend des cris de « Sauve qui peut ! ».

Vers 7 heures, arrive un officier transporté par des soldats commandés par un maréchal des logis, sur une porte qu’on avait, sans doute, arrachée quelque part à Mont-St.-Jean Le maréchal des logis me demande : « Jeune homme, y-a-t-il ici place pour un officier blessé ? ». Je rentre pour le demander à papa, qui accourt aussitôt, en disant : « Sans doute, sans doute… » On introduit le blessé par la fenêtre, dans la chambre à gauche du vestibule, où il fut déposé sur un matelas. Il est mortellement blessé par un biscaïen qui a percé le côté droit de la poitrine, à peu près d’outre en outre. C’était le major Devilliers du régiment des hussards belges. Il est mort le mardi dans la matinée. Papa fit faire l’inventaire des effets du major et le maréchal des logis qui l’accompagnait se chargea de les faire remettre à la femme du défunt.

Nous avons entendu le canon et la mousqueterie depuis 11 heures et demie jusqu’à 8 heures et demie du soir sans aucune interruption. Le soir [à] 9 heures et demie, un officier est venu voir le blessé ; j’entends qu’il dit : « Nous avons eu [le] bonheur de repousser les Français vers Genappe ». Après la bataille, le village reste dans la stupeur et fait le bilan de ses pertes. Il n’y eut à Waterloo aucune réjouissance à l’occasion de la kermesse. On était encore sous l’impression des pertes que la bataille avait fait subir à la plupart des habitants. »

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 janvier, 2019 )

La maison mortuaire du général Decouz…

Maison mortuaire général Decouz 8 mai 2015

Nous voici devant le n°20 de la rue Jean-Jacques Rousseau (Paris, 1er arrondissement). Cette partie de la rue s’appelait jusqu’en 1868, rue Grenelle-Saint-Honoré. Au n°20, donc, se trouvait l’Hôtel de l’Empereur et c’est là que mourut le 18 février 1814, à 17 heures, le général Pierre DECOUZ, blessé par deux fois lors de la bataille de Brienne, le 29 janvier précédent; la seconde blessure fut plus grave et entraîna sa mort.

DECOUZ repose depuis le 20 février 1814 au Cimetière du Père-Lachaise (22ème division). Aucune plaque commémorative ne figure sur la façade de l’immeuble de la rue J.-J. Rousseau; c’est regrettable.

A propos de ce personnage, lire: http://lestafette.unblog.fr/2013/10/18/au-hasard-de-mes-lectures/

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 13 janvier, 2019 )

La CAMPAGNE d’ALLEMAGNE RACONTÉE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (VI).

La CAMPAGNE d’ALLEMAGNE RACONTÉE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (VI).  dans TEMOIGNAGES vionnet

Suite de ce bon témoignage sur 1813…

Le 5 septembre, l’organisation de la Jeune Garde fut changée. Elle fut formée en quatre divisions. Je continuai à commander la brigade qui resta une partie de la journée dans sa position de nuit.

Les 6 et 7, nous continuâmes notre marche pour arriver à Dresde, à 11 heures du matin. Nous restâmes dans la rue jusqu’à 5 heures du soir sans pouvoir être logés. Le 8, on nous fit passer la revue d’inspection en grande tenue, à  10 heures du matin. Un instant après je reçus l’ordre de partir de suite et aillai bivouaquer à Lichau.

Le 10, le régiment  fournit cent hommes pour une reconnaissance envoyée à Hollendorf afin de communiquer avec le général Mouton-Duvernet. Le 11, une autre reconnaissance fut envoyée au général Ornano, pour le même objet.

Le 12, une division vint se placer sur notre gauche au fon de la vallée.

Le 14 au matin, le 1er corps attaqué par l’ennemi dut battre en retraite. Le 2ème régiment de Tirailleurs fut envoyé à son secours à l’instant où l’ennemi s’emparait de la crête des montagnes. Une compagnie de ce régiment placée en embuscade attendit l’ennemi et fit feu à bout portant en lui tuant cinq hommes et en blessant plus de trente. L’ennemi fut repoussé de toutes les positions dont il s’était emparé et l’on continua à se tirailler jusqu’à la nuit.

Le 15, la brigade resta sur ses positions.

Le 16, la division se porta en avant, la brigade prit position sur une hauteur à gauche de Peterswaldau et y resta le 17.

Le 18, marche rétrograde jusqu’à Hollendorf. Le 1er  corps se trouvant engagé nous nous portons à son secours marchant toute la nuit. Arrivés à Zeitz nous prîmes position à l’entrée du village, dans des vergers. Nous y restâmes les 19 et 20 par un temps détestable dans la boue jusqu’à mi-jambes manquant de paille et de bois. Les soldats se couchaient dans la boue et ressemblaient à des diables.

Le 22, nous nous rendîmes à Lohnen.

Le 23, on entendit une forte canonnade sans en connaître les résultats.

Le 24, je reçus l’ordre de venir avec ma brigade occuper les hauteurs de la droite de l’Elbe face à Pirna.

Le 25, le régiment logea à Pirna.

Le 26, à Sporivitz.

Le 27, le régiment garde le pont de Pilnitz.

Le 28, il fut relevé par une brigade de la 4ème division et s’en fut camper près de Zschakivitz.

Le 2 octobre, nous reçûmes l’ordre de nous rendre à Plauen, afin de passer la revue de l’Empereur. La division était réunie en arrière de ce village lorsque l’on vint nous dire que S.M. ne viendrait pas. Je reçus l’ordre d’aller à Tharand. Nous y restâmes jusqu’au 4.

Le 5, à Fodergorsdorf.

Le 6, à Wildsruf

Le 7, à Wolckisch.

Le 8, à Deutsch-Lupé.

Le 9, nous trouvâmes trois cents Cosaques au village de Teplitz. Ils furent vite délogés et eurent trois hommes tués.  Bivouac à Bohlitz.

Le 10, à Düben.

Le 11, à Luivast.

Le 12, alerte  à deux heures du matin, nous restons sous les armes jusqu’à sept, puis nous nous mîmes ne marche.

Le 13, bivouac sur la route de Leipzig, près du village de Rothe-Halm.

Le 14, non nous fit partir en toute hâte sans attendre les hommes de corvée ou de garde. La division prit position à une lieue de Leipzig sur la route de Halle. Nous y restâmes une heure puis continuâmes la route. Nous mîmes quatre heures avant d’atteindre Leipzig tant les routes étaient encombrées.

Le 15, le régiment reçut un détachement venant des dépôts et on fit l’achat de plusieurs centaines de paires de souliers. Depuis le départ de ses cantonnements, le 6 octobre, les soldats n’avaient pas reçu une mie de pain. On conçoit dans que état se trouvait l’armée. De plus la pluie et les mauvaises routes avaient réduit nos soldats à la plus grande misère. Ils étaient vêtus de haillons et marchaient les pieds nus ce qui arrachait des larmes aux officiers qui n’avaient pas perdu tout sentiment d’humanité.

A suivre…

(Général Vionnet de Maringoné, « Mes Campagnes. Russie et Saxe (1812-1813) », A la Librairie des Deux Empires, 2003).

Sur ce personnage, voir cette page :

http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/vionnet/generalvionnet.htm

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 janvier, 2019 )

Un dragon dans la campagne de France… (1)

Un dragon dans la campagne de France… (1) dans TEMOIGNAGES laubressel-3-mars-1814

Louis-Antoine Gougeat (1788-1865) s’engage en 1806 dans un régiment de cavalerie. Il participe à la campagne d’Espagne dans les rangs du 20ème dragons. A son retour de la péninsule ibérique, il effectue un passage en Westphalie. En 1814, Gougeat est en Alsace, à Strasbourg, puis prend la direction de Schlestadt [Sélestat] etse dirige vers Colmar. « Entre ces deux villes, ma compagnie qui est d’avant-garde, écrit-il, rencontre un détachement de Cosaques, le charge et le culbute. Les Cosaques, en fuyant, incendient une voiture de paille qu’ils trouvent sur leur chemin : c’est, paraît-il, le premier acte d’hostilité commis par l’ennemi sur notre territoire.  Les Russes passent à côté de la ville de Colmar, mais sans y pénétrer ; quant à nous, nous la traversons et allons, un peu au-delà, camper dans un petit bois bordant la route de Bâle. »

Plus tard, sa progression le conduit près de son village natal de Larzicourt [Marne]: « … en y arrivant, quel effrayant tableau s’offre à mes regards ! L’armée russe, établie de l’autre côté de la Marne, tire à boulets sur le village, qu’occupe une division d’infanterie française ; déjà les maisons sont gravement endommagées ; un désordre indescriptible règne dans le pays ; les habitants terrifiés se sauvent de tous côtés en criant ; quelques-uns emportent des enfants dans leurs bras. Ma mère et mes parents sont au désespoir. Devant un tel spectacle, je n’ai pas le courage de renouveler mes adieux ; je prends un peu d’avoine dans un sac, un gros pain et je m’éloigne sans mot dire et très impressionné. ». Il poursuit son récit : « Je rejoins le régiment au village de Saint-Vérain, où nous passons la nuit. Nous sommes logés dans une grosse ferme isolée dont toutes les écuries sont remplies de chevaux. Les lanciers polonais l’occupent en même temps que nous. Pendant que, dans la grande cuisine de la ferme, je prépare la soupe et que nos officiers, enveloppés dans leurs manteaux, dorment, couchés sur la paille dans les écuries, j’entends tout à coup au-dehors un grand bruit de trompettes ; je cours aux renseignements et j’apprends que l’Empereur arrive, avec sa Garde, par la route de Vitry. Je m’empresse d’aller en informer mon capitaine et les autres officiers, qui accueillent ma communication avec une certaine indifférence ; aucun d’eux ne se dérange.

A 4 heures, les lanciers polonais quittent la ferme qu’ils ont mise dans un désordre affreux et se joignent à la Garde Impériale ; nous, les dragons, nous partons à 6 heures. Le ciel est pur, le froid vif ; de la neige est tombée dans la nuit[…]. Nous restons quelques jours à Allichamps et dans d’autres villages situés entre Eclaron et Vassy. Nous allons ensuite à Hampigny, à une lieue de Brienne, où toute l’armée se rassemble ; les Russes et les Prussiens sont tout près de nous.

Le dégel survient ; nous avons beaucoup de peine à nous mouvoir dans les terres détrempées ; les chemins sont défoncés ; l’artillerie ne circule qu’au prix de grands efforts. L’empereur arrive avec sa Garde et donne ses ordres pour la bataille. On attaque vigoureusement les Russes et les Prussiens réunis ; on se bat toute la journée. Vers le soir, l’ennemi est culbuté, on le chasse de Brienne et on le poursuit dans les plaines de l’Aube. Dans la nuit qui suit le combat de Brienne, nous partons pour Troyes. Nous y arrivons au moment où on va couper le pont Hubert, dans le faubourg d’Arcis. Après avoir circulé quelques jours et fait de nombreuses reconnaissances dans les environs de cette ville, nous descendons, en longeant la Seine, jusqu’à Nogent. »

A suivre.

(Témoignage publié la première fois en 1901 dans le « Carnet de la Sabretache » ; réimprimé en 1997 par Teissèdre). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 janvier, 2019 )

Une LETTRE du COMMANDANT GUILLEMIN au GENERAL PELET à propos de la BATAILLE de WATERLOO…

waterloo2.jpg

Il y a quelque temps, j’ai diffusé ici même une lettre du général Petit et une du général Christiani ; toutes les deux adressées au général Pelet et extraites du « Carnet de la Sabretache » de 1905. Celle qui suit est écrite par le commandant Guillemin (en 1815, chef de bataillon au 3ème régiment des grenadiers de la Garde) au général Haxo. 

 

Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), 10 juin 1835. 

Mon général, 

M. le sous-préfet de Nontron vient de me transmettre la lettre que je vous lui avez adressée, en  date du 24 avril dernier, pour obtenir des renseignements sur ce qui s’est passé à la fin de la bataille de Waterloo, relativement à  la Garde Impériale. Ceux que j’ai à vous donner seront de bien peu d’importance ; ils ne s’étendront qu’à mon bataillon seulement. Voici les faits tels que ma faible mémoire peut se les rappeler. Vers les quatre à cinq heures du soir, nous reçûmes l’ordre de nous porter en avant en colonne par bataillon. Arrivés sur le plateau qui dominait le champ de bataille, le brave général Poret  de Morvan, qui nous commandait, nous fît former le carré et commencer le feu de deux rangs. Nous restâmes assez longtemps dans cette position, tout en perdant beaucoup de monde. A notre gauche était un carré de chasseurs de la Garde, commandé par le général Michel, qui y fut tué. Une batterie de la Garde était un peu en avant et à gauche de ce carré.- L’Empereur y est resté longtemps, et ce n’est qu’après bien des instances qu’on est parvenu à le faire retirer. Peu de temps après, la batterie fut démontée, les chevaux et les canonniers tués ou mis hors de combat. Le maréchal Ney vint dans mon carré et dit au général de Morvan : « Général, il faut mourir ici ! » Nous soutînmes encore quelque temps le combat, mais la fusillade et la mitraille vomissaient la mort de toute part, et dans un instant mon carré n’était plus. Nous nous retirâmes, le maréchal, le général et moi, sur le carré des vieux grenadiers, commandé par le général Cambronne [Erreur : Cambronne commandait le 1er régiment de chasseurs, et se trouvait en effet sur le plateau avec son 2ème bataillon. (Note du « Carnet de la Sabretache »)].  En passant près d’une ferme, nous fûmes assaillis par une décharge à mitraille d’une batterie ennemie placée sur la route, et auprès de ce carré, voyant la bataille perdue, donna les ordres de le faire retirer. Pour lors, nous battîmes en retraite par la route de Génappe à Avesnes. 

 Voilà, mon général, les renseignements que je peux vous donner, mais qui sont très exacts.

Si j’osais me permettre une observation, je vous dirais que M. le duc de Wellington, qui  s’attribue, lui et ses Anglais, le mérite du gain de la bataille, aurait bien pu, sans les Prussiens, être le prisonnier de Waterloo, au lien d’en être le prince. 

Agréez, mon général, l’assurance des sentiments les plus distingués avec lesquels j’ai l’honneur d’être votre très humble et très obéissant serviteur. 

Signé : GUILLEMIN. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

A voir: « Waterloo » (S. Bondarchuk, 1970)

Waterloo

Un film qui se laisse regarder malgré la présence de plusieurs erreurs historiques non-négligeables !

Image de prévisualisation YouTube

Rod Steiger

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

L’Empereur a été assassiné à l’île d’Elbe (Décembre 1814) !

NN1

« Le bruit s’est tout à coup répandu, aujourd’hui, que Bonaparte avait été assassiné à l’Ile d’Elbe; il aurait reçu 4 ou 5 coups de poignard dans le  dos, mais ne serait pas mort. Il est possible que ce bruit, dont on n’indique pas la source, vienne des partisans mêmes de Bonaparte et que ce soit une ruse destinée à réveiller l’intérêt qu’ils voient se refroidir, chaque jour, pour leur idole. Ils ont cessé d’espérer obtenir quelque chose pour lui du Congrès de Vienne et la question, maintenant, se réduit tout au plus à savoir si on le laissera dans son île. .Ses fidèles n’osent le croire, tant ils sentent que l’intérêt de l’Europe commande d’en éloigner, à jamais, celui qui en a été si longtemps le fléau et auquel le repos sera si difficile après le bonheur qu’il trouvait à tout bouleverser et ruiner. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie, Editeurs, 1897. Extrait du bulletin en date du 13 décembre 1814, p.182)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

Le sergent Réguinot (1812)

campagnerussie1.jpg« Mes camarades, j’ai pris la plume pour vous écrire ces mots : « Nous avons fait la campagne de Moscou, beaucoup y sont morts, peu en sont revenus, tous s’y sont couverts de gloire ; quant à moi, j’y ai cruellement souffert, mais je me porte bien, et désire ardemment que le présent livre vous trouve de même ». Ainsi commencent les « Mémoires » qu’i la laissées sur la campagne de Russie ; un ouvrage publié en 1831 « Au profit des Polonais » (La Pologne alliée de la France sous l’Empire, venant alors de se soulever contre les Russes). Avec son régiment, le 26ème d’infanterie légère, il passe le Niémen fin juin 1812. « Notre régiment particulièrement, reçut l’ordre de traverser Kowno, et de prendre position de l’autre côté de la Wilia. L’ennemi en battant en retraite, avait brûlé un pont qui devait servir de passage aux troupes. Il nous fut enjoint de le rétablir, et en quelques heures tout était terminé ».

Le témoignage du sergent Réguinot ne laisse aucun répit au lecteur. Avec lui, on suit le soldat dans son ravitaillement, à la préparation d’un bivouac. On est à ses côtés lors d’une halte nocturne dans les bois, ne pouvant aller plus loin sous peine d’être fait prisonnier par les cosaques…Rien n’est jamais acquis d’avance dans cette campagne de Russie qui a fait couler tant d’encre : « …nous trouvâmes pour la première les Russes disposés à se défendre. Les voltigeurs étaient près du château [celui de Jacobowo]. On fit faire à quelques-uns des battues dans le bois pour faire de la soupe ; mais les Russes ne nous laissèrent pas le temps de la manger : une grêle de biscayens et d’obus enlevèrent nos marmites. On nous donna l’ordre de nous former en tirailleurs. Nous exécutâmes ce mouvement avec la rapidité de l’éclair, et nous fîmes bientôt reculer les tirailleurs russes. »

Plus tard, Réguinot doit affronter la neige, à laquelle vient s’ajouter un froid intense, la faim, le typhus, et la mort omniprésente qui peut vous faucher d’un instant à l’autre…Sérieusement blessé par un éclat de mitraille, son témoignage prend alors une intensité supplémentaire. Dans cet « enfer blanc », il souffre comme un damné, en proie à une fièvre très virulente. Le 12 janvier 1813, Réguinot arrive à Dantzig comme par miracle : « On me donna un billet de logement. Les personnes chez lesquelles j’étais, s’empressèrent, à mon arrivée, de me prodiguer tous les soins qu’exigeait ma position. ». Après sa convalescence, mais encore faible, il demande à reprendre du service. Le sergent Réguinot rejoint les rangs du 2ème léger, troisième compagnie. Confiné à l’intérieur de la ville, alors assiégée par les russes, il écrit : « Je regrettais d’autant plus de n’avoir point assez de force pour combattre l’ennemi, et chercher une mort glorieuse, que dans la ville, on courait autant de dangers, en raison du grand nombre de bombes et de boulets qui y tombaient. C’était mourir dans se défendre ».

Fin décembre 1813, intervient la chute de Dantzig, Réguinot y sera retenu prisonnier durant trois mois puis renvoyé en France. Après le débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan, il rejoint les rangs du 5ème régiment de voltigeurs de la Jeune Garde.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

Bâtiments barbaresques (Ile d’Elbe,1814)

Drapeau ile d'Elbe

Un extrait du témoignage d’André Pons de l’Hérault…

« Depuis le renversement de l’empire français, les pirates des côtes ,d’Afrique parcouraient de nouveau la mer et effrayaient les marines marchandes des puissances riveraines de la Méditerranée. Les marins elbois n’étaient pas sans souci à cet égard, et l’Empereur partageait leur anxiété. On se rappelle que le brick « l’Inconstant » avait pris sous sa sauvegarde un convoi napolitain chassé par un chebec barbaresque, et qu’il l’avait préservé, du moins en partie, d’une prise presque certaine. Sur cela les marins avaient forgé des contes imaginaires. Aucun d’eux ne pouvait avoir vu le « ‘reis », capitaine du bâtiment turc qui avait donné la chasse au convoi napolitain; n’importe, on le faisait parler, on lui prêtait les paroles les plus extravagantes. Ces propos, en passant de bouche en bouche, prenaient un air de vraisemblance, et ceux qui en étaient les inventeurs avaient fini par y croire. D’ailleurs, le bruit du danger des Barbaresques faisait que la marine marchande demandait une augmentation de nolis, et l’appât de ce surplus de gain entrait pour beaucoup dans la crainte que l’on témoignait. L’Empereur me demanda, avec l’accent de la simple curiosité, de quelle manière je me comporterais avec la marine riaise; je lui répondis qu’en mon âme et conscience il ne me paraissait pas nécessaire d’accroître le fret de paix, d’abord parce qu’il n’y avait encore aucun fait positif, et ensuite parce que c’était aux propriétaires des hauts fourneaux de fonte à traiter pour le transport du minerai. L’Empereur fut très ,satisfait de ma réponse; il avait eu la pensée que mon affection pour les Riais me ferait saisir cette circonstance pour les faire gagner. Je lui fis observer «qu’il me connaissait mal», mais il m’interrompit net en me disant: «Cela pourrait bien être», et il parla d’autre chose. Il devenait urgent de faire cesser des bruits qui avaient au moins l’inconvénient d’intimider les voyageurs que la curiosité attirait à l’île d’Elbe. L’Empereur ne voulait en aucune manière avoir recours à l’autorité britannique des Bourbons; il lui répugnait également de demander protection aux puissances signataires du traité de Paris. Il s’adressa lui-même à tous les pouvoirs barbaresques de la Méditerranée; il leur fit connaître son pavillon, et il attendait les décisions mahométanes, lorsqu’un événement tout à fait imprévu vint assurer l’île d’Elbe qu’elle n’avait rien à craindre des Turcs. Un chebec barbaresque s’était montré dans le canal de la Corse; puis il avait poussé des bordées en dehors de la Pianosa, et tout à coup, après avoir parlé à un navire français, il alla mouiller sur la rade de Longone, le plus près de terre possible, ce qui le mettait dans la dépendance absolue de la place. Le reis, capitaine, n’attendit pas que l’intendance sanitaire le fît appeler; il s’y rendit de suite, et sans attendre qu’on l’interpellât, il demanda «si le Dieu de la terre était encore là». L’intendant sanitaire lui répondit qu’en effet l’Empereur était encore là, mais, ne songeant qu’à sa propre affaire, voulut lui adresser les questions sanitaires d’usage. Le reis le pria avant tout de lui faire vendre une bannière elboise, et pendant qu’on lui cherchait cette bannière, il fit le rapport qu’on lui avait demandé. Dès qu’on lui eut remis le pavillon elbois, qu’il paya sans marchander, il poussa au large, alla à son bord, fit hisser le drapeau acheté au bout de la grande antenne, et il le salua de trois salves de toute son artillerie, en ajoutant à cette salutation trois des _hourras_ en usage dans notre marine militaire; aucun bâtiment européen n’aurait pu avoir une politesse plus exquise. Le reis retourna à l’intendance sanitaire; son costume était visiblement un costume de parade, et avec un langage de respect il s’informa s’il ne lui serait pas possible «de courber la tête devant le grand Dieu terrestre». On lui répondit que comme il était, lui reis, en grande quarantaine, il ne pourrait pas approcher de l’Empereur, parce que les soins pour la conservation des jours précieux de Sa Majesté s’y opposaient, mais qu’il pourrait le voir sur le rivage lorsqu’il sortirait pour aller à la promenade, et il s’inclina profondément. Il fut de suite rendu à l’Empereur un compte exact de ce qui se passait, et l’Empereur fut charmé des merveilles mahométanes (sic) dont il était l’objet. Il ordonna qu’on répondît au salut par un autre salut de cinq coups de canon. Le bâtiment barbaresque n’était pas un bâtiment militaire, c’était un armement particulier de la Régence de Tunis.

Le reis avait deux renégats pour interprètes, un Français et un Italien, et l’Empereur m’ordonna d’aller les interroger: j’y fus. Mais le reis voulut être de la conférence. Je restai une heure avec ces trois personnages. Le Français était du département du Gard, l’Italien était de Venise. Le Français me dit qu’il avait été fait prisonnier, puis esclave, et qu’en définitive il avait mieux aimé renoncer à sa religion qu’aux jouissances de la liberté; cet homme avait tout l’air d’un flibustier. L’Italien était plus réservé. Le reis ne me parla que par des questions; jamais il ne me donna la faculté de l’interroger. Il ignorait à peu près les causes et les effets des malheurs de la France. À chaque instant il me demandait «pourquoi les Français s’étaient séparés de leur Dieu». Je lui répondais du mieux qu’il m’était possible; toutefois mes réponses ne le contentaient pas, et il en revenait toujours à ses pourquoi. Une seule de ses pensées me parut remarquable; je l’engageais à ne pas avoir une mauvaise opinion de la nation française; je l’assurais que le peuple français aimait toujours l’Empereur, et il me fit dire par l’interprète italien: «Ce ne sont pas les petits qui trahissent, ce sont les grands.» Au moment de me séparer de lui, je lui demandai «s’il continuerait à être de nos amis», et en joignant parallèlement les deux doigts index, il m’adressa vivement ces mots qui résonnèrent ainsi à mon oreille: «Schim, schim»

L’Empereur s’était arrangé pour passer sur le port pendant que je serais encore avec le reis; il passa; sa suite avait une tenue de fête. Dès que l’Empereur parut, je le montrai au reis, et, sans exagération aucune, le reis se prosterna en croisant ses bras sur la poitrine. L’Empereur s’arrêta sur le rivage, se fit indiquer le reis, et il le salua plusieurs fois de la main. Lorsqu’il ne fut plus en vue, je demandai au reis ce qu’il en pensait, et le reis, rayonnant, me répondit directement comme si je devais le comprendre. L’interprète italien le traduisit ainsi: «Ses yeux reflètent comme du cristal.» Le reis demanda ensuite à l’interprète s’il m’avait bien expliqué ce qu’il avait voulu me dire.

Avant la fin de ce jour, l’Empereur fit envoyer au reis des approvisionnements considérables pour lui, ainsi que pour son équipage, et il lui fit souhaiter un bon voyage. Le reis m’avait retenu; enfin je le quittai, et il me cria plusieurs fois: «Addio, moussiou!_» Je ne voulus pas être moins aimable que lui; je m’arrêtai, et je lui répondis par les deux seuls mots grecs que je savais « Calismère, calispère !» (Bonjour, bonsoir!) Et ensuite l’intendant sanitaire m’apprit que mon langage helléniste avait beaucoup amusé le marin musulman. L’Empereur aurait voulu que j’eusse insisté «pour arracher des paroles» à mon interlocuteur. Il fut frappé de ces mots: «Ce ne sont pas les petits qui trahissent, ce sont les grands», et le « Schim, schim », lui fit plaisir. Puis, assuré qu’il ne serait pas troublé par la piraterie africaine, il me dit d’un air de contentement: «Voilà une épine de moins dans le pied, et pour nous c’est quelque chose.» Ces paroles échappées à une conversation d’épanchement me prouvèrent que l’Empereur n’avait pas été sans souci à l’égard des Barbaresques, et de bien bon coeur je partageai sa satisfaction. Lorsque l’Empereur se présenta sur le rivage, le renégat français, quijusque-là n’avait pas du tout paru embarrassé, qui même avait peut-être affecté d’être sans gêne, devint blême en voyant le cortège impérial, et dans un sentiment indicible d’orgueil national, il m’adressa ces paroles en patois: «Il n’y a rien au monde comme les militaires français!» Et à dater de ce moment, sombre, rêveur, toujours pâle, il ne prit plus la parole. C’était un double remords qui s’était emparé de cet homme: la vue de Français et de chrétiens avait malgré lui pénétré dans sa conscience. On ne renonce pas impunément à sa patrie et à son Dieu. Cet événement presque inconnu aujourd’hui eut cependant alors un grand retentissement pour l’Empereur et pour les Elbois, puisqu’il les débarrassa des craintes de guerre avec les puissances barbaresques. Aussitôt que l’on sut à Gênes, à Livourne, à Civita-Vecchia, à Naples, qu’un bâtiment barbaresque était allé à l’île d’Elbe, qu’il avait salué, qu’on l’avait salué, et que l’Empereur lui avait envoyé des approvisionnements, les marines marchandes de la Méditerranée s’empressèrent de demander le pavillon elbois, et ces demandes multipliées ne laissèrent pas que d’embarrasser l’Empereur. Le premier mouvement de l’Empereur fut d’accorder sa bannière à tous ceux qui la lui demanderaient; il souriait à l’idée que cette bannière flotterait ainsi sur toute la Méditerranée, peut-être même sur tout l’Océan.

Une autre chose le séduisait dans l’intérêt des Elbois: c’était de faire pour l’île d’Elbe ce que la France avait fait pour Port-Vendres, obliger les propriétaires des bâtiments qui prendraient la bannière elboise à établir un domicile sur l’île, à y acheter une propriété, à confier les expéditions maritimes à un capitaine de la marine elboise, et à faire armer et désarmer leurs bâtiments à Portoferraio ou à Longone. Sans doute ce système aurait pu avoir de bons résultats pour l’île d’Elbe, mais il était presque impossible que les puissances barbaresques s’y prêtassent volontairement, et si elles l’avaient considéré comme une tromperie, chose probable, elles auraient compris la bannière elboise dans la proscription qu’elles faisaient planer sur toutes les bannières de la chrétienté, ce qui aurait été un principe de mort pour la marine elboise. L’Empereur décida qu’il ne s’exposerait pas à sacrifier les Elbois pour favoriser les étrangers: c’était de toute justice. Lorsque la France pour peupler Port-Vendres avait prêté le pavillon français aux Génois, la France avait des armées navales pour faire respecter ce pavillon, et l’île d’Elbe n’avait rien pour se faire craindre.

La marine marchande génoise avait un noble représentant auprès de l’Empereur, l’honorable Laurent Chighizola, ancien capitaine, qui avait à la sueur de son front acquis une fortune importante, et dont la parole d’expérience et de vérité se faisait écouter. Ce digne Ligurien était allé trouver l’Empereur à la Pianosa. L’Empereur l’avait reçu avec bonté; il l’avait entretenu avec plaisir, et, ne pouvant pas lui accorder le pavillon de l’île d’Elbe, il l’avait destiné à en être le consul. Je connaissais beaucoup cet excellent homme depuis le temps déjà reculé où je commandais la marine militaire à Gênes; j’avais été heureux de pouvoir l’accueillir affectueusement. Aux jours de malheur, lorsque  la proscription me poursuivait avec acharnement, le fils Chighizola, devenu un grand armateur, paya la dette morale de son père, et il me tendit une main amie. C’est ainsi que les braves gens se retrouvent. »

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 janvier, 2019 )

Le colonel Neil Campbell…

Le colonel Neil Campbell... dans FIGURES D'EMPIRE portrait-campbell

La postérité à conservé le nom du colonel Neil Campbell (1776-1827),  par ses fonctions de commissaire anglais chargé de la surveillance de l’Empereur à l’île d’Elbe. Le 15 avril 1814, à Fontainebleau, il fait  partie des commissaires étrangers présentés à Napoléon : « J’éprouvai une étrange confusion lorsque l’aide de camp, après m’avoir annoncé, se retira en fermant la porte et que je me trouvais soudain [en] tête à tête avec l’homme extraordinaire dont le nom avait été, pendant des années, la pierre de touche de mes sentiments, soit  comme Anglais, soit comme militaire… » (Amédée Pichot, « Napoléon à l’île d’Elbe. Chronique des événements de 1814 et de 1815… »).

La fuite de Napoléon de son exil elbois restera pour Campbell le drame de sa vie. Il est absent de son poste lors de cet événement historique : parti quelques jours en Italie pour un voyage diplomatique (et galant). Persuadé que Napoléon ne songeait qu’a mener une existence tranquille, il ne pourra que constater à son retour à Portoferraio, l’envol de l’Aigle… Campbell, figure à demi-caché, sur le tableau des « Adieux de Fontainebleau » (par Horace Vernet) en uniforme rouge un bandeau noir lui enserrant la tête, levant son chapeau de la main droite.

Il fut blessé accidentellement par deux cosaques, le prenant pour un officier français, le 25 mars 1814.  Voici un passage contenu dans son « Journal » (édition d’A. Pichot) : « … La veille du 25 mars, une lettre interceptée de l’Empereur à l’Impératrice avait décidé le mouvement des armées alliées sur Paris, et plusieurs détachements français furent surpris d’être attaqués par leur avant-garde. Un de ces détachements (5.000 hommes d’infanterie et d’artillerie) escortait un grand convoi de munitions et de rations de pain venant de Paris sous les ordres du général Pacthaud [Pacthod]. Après une énergique résistance, ce détachement, accablé par le nombre, s’arrêta en manifestant l’intention de se rendre, ou du moins c’est ainsi que le colonel Campbell interpréta son mouvement d’ensemble. Mais les Russes l’interprétant tout autrement, le combat allait recommencer. Le colonel Campbell s’avança vers les premiers rangs Français et leur représenta que, s’ils continuaient leur feu, ils risquaient d’être tous massacrés, les Russes recevant des renforts formidables. Un cosaque, le voyant apostropher ainsi les Français comme s’il leur donnait des ordres, le prit pour un de leurs officiers, et fondant sur lui le renversa d’un coup de lance dont le fer pénétra dans la poitrine. Un autre survint et lui asséna un coup de sabre sur la tête, quoiqu’il criât «  Anglisky polkonick ! «  (« Colonel Anglais ! »). Un troisième cosaque allait achever le blessé, lorsqu’un officier russe vint le sauver, mais il ne fut relevé de terre que sanglant et évanoui dans les bras d’un sergent russe attaché particulièrement à sa personne et qui, malheureusement, avait été envoyé par lui à l’arrière-garde pour porter un message à un des généraux des armées Alliées. Les blessures du Colonel Campbell le retinrent àLa Fèreet il ne rentra à Paris que le 9 avril, neuf jours après la reddition de cette ville.

Le colonel Campbell apprit le 14 avril que Lord Castlereagh (secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères) l’avait désigné pour accompagner Napoléon jusqu’à sa nouvelle résidence. Il accepta volontiers cette mission malgré l’avis du docteur Chricton qui soignait ses blessures. Il partit le 16 pour Fontainebleau avec M. Planta, le secrétaire du Ministre… ». Ajoutons que Campbell participa à la campagne d’Espagne (Fuentes de Onoro, Almeida, Ciudad-Rodrigo, Salamanque), à celle d’Allemagne de 1813 (Lützen, Bautzen, siège de Dantzig). En 1814, il est présent au début de la bataille de Brienne ; puis à Troyes, Méry-sur-Seine, Nogent-sur-Seine, Arcis-sur-Aube. Campbell capture à Fère-Champenoise le général Pacthod.  Enfin, le Colonel Campbell est à Waterloo, mais pas en service. Il finira sa vie en tant que colonel du «Royal Africain », gouverneur et commandant en chef de la Sierra-Léone.

Sources :

« Napoleon at Fontainebleau and Elba, being a Journal of occurrences in 1814-1815. With notes of conversations by the late Major-General Sir Neil Campbell…”, London, John Murray, Albemarle Street, 1869, 398 pages.

Il est à souhaiter qu’un jour le public francophone puisse lire dans la langue de Molière, l’intégralité de la toute première version parue en 1869 à Londres (chez John Murray), sous les auspices du neveu de l’auteur. A l’issue de cet ouvrage qui tient beaucoup d’une étude biographique, on trouve le « Journal » du colonel Campbell qui va du 9 avril 1814 au 1er avril 1815.

« Napoléon à l’île d’Elbe. Journal du Colonel Sir Neil Campbell. Complété par divers documents », in « Revue Britannique », 1870 (mai, juin, juillet et août).

Elle constitue la première édition en français ; mais fragmentaire, des souvenirs du colonel anglais, mise-en-ordre par Amédée Pichot, Rédacteur de la « Revue Britannique ». Ce même littérateur publiera en 1873 une version plus complète, mais toujours non intégrale, sous la forme d’un volume, et intitulé : « Napoléon à l’île d’Elbe. Chronique des événements de 1814 et de 1815. D’après le Journal du Colonel Sir Neil Campbell, le Journal d’un détenu et autres documents inédits peu connus pour servir à l’histoire du Premier Empire et de la Restauration. Recueilli par Amédée Pichot », Paris, E. Dentu, Éditeur-Revue Britannique, 1873.

C.B.

1814 dans FIGURES D'EMPIRE

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 10 janvier, 2019 )

La maréchale Moreau…

Dresde 1813

Moreau blessé très grièvement lors de la bataille de Dresde.

La première Restauration honora le souvenir du général Moreau [mort des suites de ses blessures reçues le 27 août 1813, lors de la bataille de Dresde]; sa veuve reçut le titre de maréchale et obtint une pension de 12.000 frs, par une ordonnance qui parut le 18 octobre 1814. Voici le rapport qui fut, à ce propos, rédigé par le bureau des pensions et soumis le 8 octobre à Louis XVIII par le ministre de la Guerre [le général Dupont].

Arthur CHUQUET.

Sire, déjà Votre Majesté a honoré la veuve du général Moreau d’une preuve de son intérêt en lui accordant le titre de maréchale. J’ai espéré qu’Elle voudrait bien y joindre une pension viagère de 12.000 francs, et je La supplie de me permettre de motiver près d’Elle cette proposition.

Rival de gloire des plus grands capitaines, le général Moreau a payé par ses malheurs quelques erreurs politiques qui furent toujours étrangères à son cœur. Mais l’éclat et la noble franchise de son retour à de meilleures principes, l’impression que son exemple a faite sur l’armée, la considération dont il a joui au camp  même de l’armée alliée qui veniat sauver la France et aider aux vrais Français à rétablir le trône, sa mort enfin, vraiment glorieuse, puisqu’il la reçurt en soldat intrépide qui marche contre l’oppresseur de sa patrie, me paraissent recommander puissamment sa veuve aux bontés de Votre Majesté.

La saine partie de l’armée, les nombreux guerriers qui ont combattu sous les ordres du général Moreau verront cet acte de munificence royale avec reconnaissance ; il sera pour eux un garant de l’avenir et une nouvelle preuve que Sa Majesté veut récompenser tous les services.

J’ai, pour ces motifs, l’honneur de présenter à l’approbation de Sa Majesté une ordonnance conforme à cette proposition.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.350)

Lettre général Moreau

La dernière lettre du général Moreau adressée à son épouse:

« Ma chère amie, à la bataille de Dresde, il y a trois jours, j’ai eu les deux jambes emportées d’un boulet de canon… »

Je ne suis pas très certain de son authenticité !

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 janvier, 2019 )

A propos de la comtesse Albine de Montholon

Albine

MONTHOLON  (Comtesse Albine-Hélène de, née VASSAL), 1779-1848. Après un premier mariage elle épouse en 1812 le fameux général Charles-Tristan, comte de Montholon (1783-1853), ce qui déplaira à Napoléon, par la mauvaise réputation. Le couple suit l’Empereur à Sainte-Hélène. Dans ce huis-clos particulier qu’est la captivité de Napoléon, elle aurait adouci le séjour du plus célèbre prisonnier du monde… En juillet 1819, sous prétexte médical, la comtesse de Montholon quitte Sainte-Hélène, laissant son époux. Il convient de préciser que, quelques mois auparavant, son chemin avait croisé celui de Basil Jackson (1795-1889), lieutenant de l’état-major de Hudson Lowe. Elle le retrouvera bientôt à Bruxelles.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 10 janvier, 2019 )

La CAMPAGNE d’ALLEMAGNE RACONTEE par le COLONEL VIONNET de MARINGONE (V).

 

Ombre 3

Suite de ce témoignage…

« Nous campâmes dans la plaine en colonne serrée par division et par bataillon en masse. Nous étions dans la boue et dans l’eau jusqu’à mi-jambes, jamais je n’ai pu comprendre quelle était la raison qui avait poussé à choisir une position aussi incommode et aussi malsaine. Le 22 août 1813, nous restâmes dans le même ordre. Une partie de la vieille Garde arriva avec la 4ème division. Nous fîmes aussi une visite aux généraux. Le 23, l’armée rétrograda une troisième fois sur Lauban. Elle n’y fit qu’une halte fort courte et vint camper près du village de Lichtenberg. Le 24, on continua la retraite. Le régiment fit une halte à Görlitz, où il reçut le pain pour trois jours et vint bivouaquer près du village de Kolivitz, où il n’arriva qu’à dix heures du soir, par une nuit obscure et une pluie horrible.  Le 25, il tomba une grêle si grosse et poussée avec tant de force que plusieurs soldats furent blessés. Le 26, la division arriva devant Dresde, n’ayant pas la moitié des hommes présents, tant la fatigue en avait éparpillé sur les routes. Jamais on avait fait des marches aussi longues et aussi fatigantes. Il y a de Lowenberg à Dresde 50 lieues que nous fîmes en quatre jours, sous une pluie continuelle et à travers des routes épouvantables. En arrivant sur un monticule devant Dresde, nous vîmes que l’on se battait de l’autre côté de la ville ; un instant après, une batterie vint s’établir sur la rive gauche de l’Elbe et ouvrit le feu sur quelques troupes qui se trouvaient sur la rive droite du fleuve. On nous fit reposer pendant deux heures, puis on nous donna l’ordre d’entrer en ville. L’Empereur était à la sortie du pont et regardait défiler les régiments. Nous pensions loger chez l’habitant et ne songions nullement à nous battre, quand, en approchant de la route de Pirna nous entendîmes le feu de l’infanterie tandis qu’obus et boulets tombaient sur les maisons. Sur une petite place se tenaient les vieux grenadiers de la Vieille Garde et un peu plus loin était une petite redoute avec six canons qui faisaient un feu continuel sur l’ennemi, lequel était dans le Gross-Garten, jardin qui est à peine à une portée de pistolet. L’artillerie ennemie tirait à mitraille sans discontinuer. Ce fut sous ce feu meurtrier et à la sortie de la porte de Pirna que le régiment se forma en colonne serrée par division, au pas de course. Les deux premiers pelotons furent envoyés en tirailleurs, le premier bataillon marcha à l’angle du bois et le second droit à l’ennemi, qui fut culbuté sur tous les points et la position emportée en quelques minutes. La nuit ne permis pas de profiter de nos succès et de poursuivre l’ennemi, qui laissa la plaine et le bois couverts de ses morts. Je reçus deux coups de feu et deux coups de mitraille dans la poitrine. Mes deux lieutenant-colonels furent blessés. M. Dethan mourut des suites de ses blessures. Le régiment perdit en outre trente sept hommes tués ou blessés. 

Le 27 août au matin, malgré le mauvais temps, le régiment prit les armes et tirailla contre l’ennemi qui occupait le château de Gross-Garten. Le général Rottembourg ayant été nommé général de division, le commandement de sa brigade composée des 1er  et 2ème  régiments de Tirailleurs me fut confié. Je fus relevé au Gross-Garten par une division d’infanterie de ligne commandée par le général Paillard, que j’avais connu jadis en Espagne. La brigade se dirigea vers un village où l’ennemi avait une batterie de quinze pièces qui tirait sur nous sans relâche. Je fis placer les troupes en colonne serrée et profitai d’un accident de terrain qui nous cachait aux ennemis. Le général m’envoya douze pièces que je fis placer à droite et à gauche en avant de la colonne. Je donnai l’ordre au commandant de l’artillerie de faire diriger d’abord le feu de ses douze pièces sur une seule pièce de l’ennemi jusqu’à ce qu’elle soit démontée et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus.  Cette méthode réussit pleinement, et, vers deux heures, le feu de l’ennemi fut éteint. Il fit relever cette batterie par une autre de vingt pièces et de calibre plus fort qui nous incommoda beaucoup. La pluie avait continué avant tant de violence que vers midi aucun fusil ne pouvait plus faire feu. Le régiment eut trente-six hommes blessés ou tués, j’eus un domestique blessé et mon valet de chambre eut le pied emporté par un boulet, alors qu’il m’apportait un peu de pain et vin. Le soir, je fus relevé par le corps du duc de Raguse [maréchal Marmont] et vins rejoindre les corps de la Garde.

Le 28 août, le régiment traversa le Gross-Garten et vint camper à Zichawitz, sur la route de Pirna. Je souffrais beaucoup de mes blessures qui n’avaient été pansées qu’avec de l’eau et du sel, sans qu’l eut été mis une seule bande ou appareil. J’entrai dans une maison du faubourg de Dresde avec mon chirurgien pour me faire panser. La maîtresse de maison fut si frappée en voyant mon état qu’elle se trouva mal. J’avais reçu deux coups de mitrailles en arrivant sur la batterie, l’un à droite, l’autre à gauche. Trente balles de mitraille avaient porté dans mon habit et ma chemise qui étaient en lambeaux. Je n’avais plus que quatre boutons, ma cravate déchirée, ma poitrine noire de contusions. Après avoir été pansé je continuai à commander la brigade. Je visitais le château de Zichawitz, qui appartient à un prince russe. 

Le 29 [août], nous restâmes au camp. Le 30, l’Empereur nous passa en revue dans une plaine, en sortant de Dresde, sur la route de Berlin. J’étais dans le même état qu’après la bataille, mon habit déchiré et couvert de sang, ce qui frappa l’Empereur. Il me dit avec bonté : « Vous êtes bien blessé colonel ? », puis examina avec attention l’espèce de phénomène que présentait les coups aussi extraordinaire et aussi singuliers. Il me nomma sur le champ chevalier de l’ordre de la couronne de Fer et me donna le titre de baron avec une dotation que je n’ai jamais reçue, ni réclamée [Baron de l’Empire sous la dénomination spéciale de « Baron de Maringoné », décret du 14 septembre 1813]. Il m’accorda d’autres faveurs pour le régiment. Après la revu, la division se rendit à Reichenbach. Le 21 août 1813, à 4 heures du matin, au moment où on commençait à manger la soupe, on battit la Grenadière et nous partîmes pour nous arrêter à la nuit à Scheilznitz sur la route  de Dresde à Pirna.

Le 1er septembre, nous restâmes en cet endroit où nous apprîmes la funeste nouvelle de la défaite de Vandamme et la pris de son corps d’armée [à Kulm le 30 août] Le 2, le régiment se mit en route à 4 heures du matin pour arriver à 11 heures à Lauza où il bivouaqua en colonne serrée par division.

Le 3, bivouac à Brauner.

Le 4 septembre, les deux premières divisions de la Jeune Garde se réunirent et marchèrent jusqu’à Bautzen où elles firent une halte de quelques minutes. Elles prirent position à Kosckirch où l’avant-garde se battit. La position de l’ennemi ayant été forcée, il se retira. Les 3èmez et 4ème division arrivèrent à la nuit. »

A suivre…

————-

Général Vionnet de Maringoné, « Mes Campagnes. Russie et Saxe (1812-1813) », A la Librairie des Deux Empires, 2003.

Sur ce personnage, voir cette page :

http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/vionnet/generalvionnet.htm       

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 janvier, 2019 )

Demandez « Le Bulletin de L’Estafette » !

Demandez le Bulletin

Le dernier numéro, paru le 28 décembre, est consacré au témoignage d’un jeune officier de la Grande-Armée durant la campagne d’Espagne.

Diffusion gratuite et sur simple demande en m’indiquant

votre adresse-mail à:

contact.lestafette@gmail.com

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
12345...39
« Page Précédente  Page Suivante »
|