( 12 mars, 2019 )

Daumesnil, le héros de Vincennes (2ème partie et fin).

daumesnil2.jpg

Napoléon a toujours eu pour lui une estime et une affection jamais démenties, semblant voir dans sa présence un gage de sécurité particulier. Il lui a accordé le titre de baron (13 août 1809) avec une somptueuse dotation formant un majorat. Il écrit à Bessières, duc d’Istrie, le 27 janvier 1812 : »Il faut me faire un rapport sur cet officier que je veux occuper militairement. Ne pourrait-on lui donner le commandement de Vincennes, avec un grade supérieur et un bon traitement ? Vincennes est une prison d’Etat et un des quartiers de ma Garde, j’ai besoin d’un homme sûr ». Et le 2 février, l’Empereur « appose sa signature au bas du décret nommant Daumesnil général de brigade, commandant de Vincennes ». Pour lui, le titre de gouverneur de Vincennes a été créé. Daumesnil se marie le 11 février 1809, avec une toute jeune fille, Léonie Garat, dont le père a été l’un  des créateurs de la Banque de France. « Le contrat de mariage est signé au palais des Tuileries par l’Empereur ». A Vincennes le gouverneur et sa jeune femme vont occuper le Pavillon de la Reine, « mais le cadre du château est sinistre ». C’est une forteresse et une prison. « L’arsenal prend une extension considérable pendant les campagnes de Russie, d’Allemagne et de France. On fabrique en moyenne par jour 350.000 cartouches et 40.000 gargousses. Dans une seule journée, il faut jusqu’à 150 voitures pour amener la poudre nécessaire aux besoins de la cartoucherie. » L’Empereur se rend à Vincennes avant la campagne de France. Avec Daumesnil, il  visite la place dans tous ses détails, étudiant les moyens de défense. Napoléon ordonne de raser ou d’abattre en cas d’attaque, tout ce qui pourrait gêner dans ses mouvements le gouverneur. La garnison compte 300 vétérans, grognards d’un dévouement à toute épreuve, et un millier de gardes nationaux. Vincennes renferme 700 bouches à feu et beaucoup d’armes, de munitions, de poudre. Le 30 mars 1814, dans la soirée, les troupes du maréchal Mortier commencent à évacuer Paris. La capitulation est signée à deux heures du matin le 31.

Tous les arsenaux, ateliers, établissements militaires doivent être laissés dans l’état où ils se trouvaient avant qu’il fût  question de la capitulation, en somme, livrés aux Alliés. « En pleine nuit, monté sur un cheval de trait, Daumesnil sort de sa citadelle, à la tête de 250 cavaliers, qui conduisent des attelages disparates. Cette troupe de fantômes entasse dans les voitures tout le matériel qu’elle rencontre : fusils et  munitions, et attelle  les canons. A l’aube, le pont-levis du château de referme… ». Apprenant cet extraordinaire coup d’audace, Barclay de Tolly, commandant en chef de l’armée ruse, dépêche aussitôt un parlementaire au gouverneur de Vincennes qui se présente devant la citadelle. Sommé de rendre la place :  »Je ne la rendrai que sur l’ordre de S.M. l’Empereur  », répond-il, ajoutant cette boutade qui va faire sa gloire :  »Rendez-moi ma jambe et je vous rendrai Vincennes  ». Vincennes tient bon. Le gouvernement provisoire entame des négociations, tant avec Daumesnil qu’avec le rince de Schwarzenberg, généralissime des armées alliées. De guerre lasse, celui-ci finit par renoncer à ce que Vincennes soit livré aux Alliés. « Daumesnil a su imposer ses conditions et le pays conserve un matériel de guerre évalué à 90 millions de francs. » Au mois de décembre, le poste de gouverneur est supprimé par Soult, ministre de la guerre de Louis XVIII. Daumesnil, remplacé par l’ancien émigré Puivert, est nommé Commandant  supérieur de l’arrondissement de Condé-sur-l’Escaut.

C’est là que le 22 mars 1815, apprenant le retour de l’île d’Elbe, il fait arborer le drapeau tricolore.  Ce retour refait de lui, le 8 avril , le gouverneur de Vincennes, tâche considérable, car l’Empereur attribue à cette forteresse plus d’importance encore que par le passé. Mais le 18 juin 1815, c’est Waterloo, la fin de l’Empire… Tout le matériel de guerre qu’on n’a pas eu le temps d’évacuer sur la Loire, est entassé dans la forteresse. « La citadelle renferme plus de 500 bouches à feu, 20 tonnes de poudre, un million de pierres à feu, 53.000 fusils, 59.000 sabres, etc. » Le blocus de Vincennes commence le 9 juillet 1815. Il durera 129 jours. Le 15 novembre, lassés par tant de ténacité, les Alliés lèvent le blocus. Le matériel confié à la garde du gouverneur restera à  la France. Daumesnil est admis à la retraite. Il a 39 ans…Le temps passe, les gouvernements aussi. Rappelé à l’activité, il est nommé le 5 août 1830 une dernière fois gouverneur de Vincennes. Il y mourra deux ans plus tard, le 17 août 1832. Vincennes n’oubliera pas celui que le peuple appelait familièrement « Jambe de bois ». Par souscription publique, une statue lui sera élevée et, maintes fois déplacée, se dresse aujourd’hui sur le nouveau cours Marigny. 

Marcel DUNAN 

Cet article fut publié la première fois en 1970 dans la « Revue de l’Institut Napoléon ». 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2019 )

Aux Tuileries, en mars 1815…

Napoléon le Grand

« 23 mars 1815. Sa Majesté me nomma son Trésorier général. Je fus au lever de Sa Majesté pour la remercier. Les salons étaient pleins, les uniformes frais et brillant; le mien se ressentait de la campagne que je venais de faire et la broderie était mince. J’étais un personnage très nouveau pour tous ces courtisans, et je voyais dans leurs regards que je ne leur faisais pas grand effet ; mon habit me valait cela. On annonça l’Empereur. Toute la foule se presse pour se trouver sur ses pas, généraux, préfets, conseillers d’état, chacun, comparant sa broderie à la mienne, croit pouvoir m’effacer et se mettre devant moi. Je savais que je ne perdrais pas pour attendre. Sa Majesté, entrant dans le cercle, le faisait agrandir ; les rangs diminuaient ; Sa Majesté m’aperçut, un sourire gracieux m’accueillit. Elle me poussa dans l’embrasure d’une croisée ; tous les regards étaient fixés sur moi. Sa Majesté me demanda si j’avais rendu à la Banque les fonds pris à Lyon, et en même temps me demanda un état de situation de la caisse des Tuileries. Je m’empressai de faire mes remerciements à Sa Majesté de la haute marque de confiance qu’elle avait bien voulu me donner. – « Venez tous les matins, me dit-elle, j’aurai divers ordres à vous donner. » Sa Majesté rentra dans le cercle et me quitta d’un air bienveillant. Je fus dès lors l’objet de beaucoup de prévenances apparentes ; on chercha les occasions de lier un entretien avec moi. Quand j’annonçai que je venais de l’île d’Elbe, on s’empressa autour de moi. Je poussai jusqu’au salon du trône, où ceux qui m’avaient interrogé n’avaient pas le droit de me suivre. » (Guillaume PEYRUSSE, Mémoires).

———-

« J’allai aux Tuileries, et je trouvai l’appartement intérieur de l’Empereur rempli de monde. Déjà les anciens grands officiers de l’Empire avaient repris leurs fonctions […]. Les sénateurs qui n’avaient pas été nommés pairs par le Roi reparaissaient avec leurs habits sénatoriaux ; les conseillers d’État avaient également endossé leur ancien costume. Des ministres, des maréchaux, des généraux et un grand nombre d’officiers de tout grade étaient accourus, et la cocarde tricolore parait de nouveau sur les chapeaux des militaires. La métamorphose était aussi subite que complète. Au milieu de cette foule empressée, Napoléon se montra calme, et l’on ne remarquait dans ses yeux aucun signe d’étonnement ou d’exaltation. Il semblait que rien d’extraordinaire ne fût arrivé et qu’il se trouvât là, comme s’il n’avait jamais cessé d’y être. » (MIOT DE MELITO, Mémoires., tome III, pp.378-379).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2019 )

Après Waterloo…

waterloo.jpg

Le capitaine Aubry, né en 1790, s’engage au 12ème chasseurs à cheval en 1798. Durant toute sa carrière, il ne quittera pas ce régiment. Après avoir été présent, notamment, à Austerlitz, à Iéna et à Friedland, Aubry participa à la campagne d’Autriche en 1809, puis à celle de Russie au cours de laquelle il est fait prisonnier.  Le capitaine Aubry ne retrouve la France qu’en 1814 et songe à prendre sa retraite lorsque survient, l’année suivante,  le retour de Napoléon de l’île Elbe. En Belgique, en 1815, il combat à Fleurus, où son cheval est tué par un boulet ; lui-même est blessé au pied. Mis au repos dans une maison de Fleurus. Subitement tiré de son petit confort ,par le mouvement de retraite de l’armée française après Waterloo, Il est obligé de fuir. Son périple ne prendra fin qu’à Villejuif, près de Paris.

« Il y eut un sauve-qui-peut et une panique générale ; personne n’a mieux été à même que moi de voir cette terrible échauffourée. Je fus réveillé en sursaut par le domestique de la maison où j’étais logé, qui m’annonça que l’armée française était en retraite et que la division qui occupait Fleurus venait de partir subitement.

Accablé d’une telle nouvelle, je m’habille à la hâte avec l’aide de ce brave garçon et conduit par lui, j’arrive à l’écurie où étaient mes chevaux et mes domestiques. Je fais seller mon cheval andalou, ayant soin de cacher à mes hommes le motif de cette précipitation, une fois en selle sur un des premiers chevaux de l’armée, toute mon inquiétude a disparu ; jusque-là j’avais la chair de poule et j’étais tout tremblant d’être de nouveau fait prisonnier : – je sortais d’en prendre. – Je cours en avant de la ville voir ce qui se passait après avoir envoyé mes gens prendre mes effets à mon logement. Puis, voyant que l’ennemi n’était pas à notre poursuite, je quitte Fleurus fort tranquillement et viens repasser la Sambre à environ une lieue de là.

Imagine-toi, tout le long de la route, des troupes par groupes, marchant isolément, sans ordre, sans autre idée que la fuite. Jamais je n’ai vu pareille déroute. Et c’était précisément la Garde impériale qui, morne, silencieuse, suivait cette route. Je me suis avisé d’adresser la parole à quelques généraux et officiers supérieurs, et je n’ai reçu aucune réponse ; la démoralisation était telle qu’une méchante patrouille de quatre hussards prussiens ou anglais aurait pu enlever par milliers les meilleurs soldats français, la Garde impériale en un mot.

A ce moment, je reconnus un officier porte-drapeau, nommé Aubry de Bain, qui sortait en même temps que moi des prisons de la Russie.

- Comment, lui dis-je, on te laisse seul avec ton aigle ?

- Que veux-tu ! me répondit-il, c’est une terreur panique inconcevable !

Nous avons passé la Sambre ensemble et, une fois de l’autre côté, je suis parvenu à faire comprendre que nous n’étions pas poursuivis. Le calme est alors un peu rentré dans les têtes et poursuivant la route nous avons déjeuné au premier village avec quantité de généraux et d’officiers de la Garde ; puis j’ai continué ma route sur Laon. Dans ce trajet l’Empereur est passé plusieurs fois devant moi, notamment à Philippeville où il s’est arrêté deux heures.

Sur toute la route que je parcourais, c’était une confusion inexprimable ; toutes les armes étaient confusément mêlées : cavalerie, artillerie, infanterie, voitures de cantiniers, tout le train d’une armée marchait pêle-mêle, se croyant poursuivi, tandis que l’ennemi était resté sur le champ de bataille de Waterloo, ignorant notre déroute et appréhendant la continuation de cette terrible lutte pour le lendemain.

En arrivant à Laon, j’y trouvai l’Empereur à l’entrée de la ville ; il était là, seul avec Berthier, sans escorte et il me dit que les blessés prenaient la route de Soissons. Je suis descendu de cheval dans le premier village, comptant y passer la nuit, car j’avais fait déjà près de 40 lieues ; mais, après avoir fait rafraîchir mes hommes et mes chevaux, il y avait tant d’encombrement et de confusion dans l’auberge où je m’étais arrêté que je me vis obligé de remonter à cheval et de gagner Soissons, où, après avoir bien déjeuné, je me décidais à me remettre en route pour Compiègne où était notre dépôt.

J’ai laissé mes chevaux au dernier relais et j’ai pris la poste. J’avais fait mes 50 lieues tout d’une traite et je me suis trouvé avec bonheur dans ma famille, c’est-à-dire au milieu d’une partie de mon cher régiment. Il y avait à Compiègne un beau détachement d’environ 200 hommes qui étaient prêts à partir rejoindre le régiment. J’ai reçu là le meilleur accueil ; bientôt j’ai eu tous les officiers dans les bras qui m’ont fait la plus chaleureuse réception. Arrivé dans mon logement, des dames se sont empressées de venir panser ma blessure, et de toutes parts j’ai été accablé de questions.

Sur ces entrefaites l’ordre de nous rendre à Versailles est arrivé et nous sommes partis nombreux. Tout le long de la route, j’étais soigné et pansé par des dames charmantes. Il a été blessé ? Oui voir mon intro. Cheval tué, étrier brisé le blessant au pied. Nous sommes restés quelques jours à Versailles. J’en ai profité pour me soigner et prendre médecine, parce que c’est l’usage après les fortes blessures.

J’ai rejoint à Villejuif le régiment, qui, au moyen de ce beau détachement venu de Compiègne, s’est trouvé même plus fort qu’au moment de son entrée en campagne. En résumé, nous n’avions pas perdu beaucoup de monde après d’aussi chaudes affaires que Fleurus et Waterloo. »

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 mars, 2019 )

Découvrez un blog dédié à celle qui incarna le rôle de l’impératrice Joséphine dans le film « Austerlitz » d’Abel Gance (1960)…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 10 mars, 2019 )

Après la campagne de Russie…

Après la campagne de Russie... dans TEMOIGNAGES cdr2

Nous sommes vers la fin décembre 1812/ début janvier 1813 :

« Enfin, me voilà donc arrivé à Königsberg, précisément à l’heure où l’on dîne ; et m’y voilà installé chez un restaurateur français. Quelle occasion, quelle rencontre, quelle trouvaille ! Eh bien, je m’arrangeai de manière à faire tout manquer et voici comment. Mes rêveries gastronomiques, mes désirs d’Ogre ne portaient pas seulement sur de gros morceaux, sur des ragoûts fins, sur des viandes succulentes. Quelques fois mon ardente convoitise s’adressait surtout à des mets sucrés, à de fades friandises. En cela j’étais bien différent de moi-même, car habituellement je fais peu de cas de ce genre de régal et j’ai toujours eu en détestation les petits gâteaux. Mais j’étais dans ce moment-là sous le charme impérieux d’une espèce de monomanie à laquelle j’eus la faiblesse et le malheur d’obéir. Le menu de mon dîner fut bizarre, et c’est précisément sa bizarrerie et mon regret qui l’ont fixé dans ma mémoire dune manière ineffaçable ; Je commandai, au lieu de soupe, une grande jatte de café à la crème, dans laquelle je trempai d’excellents petits pains au lait, et que j’avalai avec ravissement. Ensuite je passai à une tarte d’épine-vinette qui était aussi indiquée par mon rêve, et qui fut suivie de trois œufs au beurre noir. Mais hélas, je me trouvai alors bien douloureusement déconcerté… Je n’avais plus faim… et je laissais inutile devant moi la longue kyrielle de mon rêve. Il ne me fut impossible de passer outre. Ni fricandeau à l’oseille, ni filets de chevreuil, ni poularde au gros sel ne purent trouver grâce. J’avais eu l’imprudence de commencer mon repas par ce qui aurait dû le finir ou plutôt n’y point paraître ; et en réalisant ainsi mon rêve, j’avais bien nui à ma satisfaction. Pour continuer un voyage où j’avais encore tant à souffrir de la fatigue et du froid, il était impossible de me lester plus mal. » 

Comte Anatole de Montesquiou, « Souvenirs sur la Révolution, l’Empire, la Restauration et le règne de Louis-Philippe… », Librairie Plon, 1961, p.287. En 1812 il était chef d’escadron et occupait les fonctions d’officier d’ordonnance de l’Empereur.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 mars, 2019 )

Lu…

Stendhal

Je viens d’achever la lecture de ce bon petit volume qui fait partie d’une collection qui met le lecteur, le curieux sur les traces de quelques grands écrivains, à Paris. Ce livre-ci permet d’accompagner dans la capitale Henri Beyle (né à Grenoble le 23 janvier 1783), alias « Stendhal ». On y découvre les lieux des multiples séjours qu’il y effectua, entrecoupés par des voyages plus ou moins longs en terre étrangère. C’est à Paris que l’auteur du « Rouge et le noir » et de « La Chartreuse de Parme », s’éteignit le 23 mars 1842, victime d’un malaise sur la voie publique. Un curieux hasard pour celui qui écrivit deux ans avant sa disparition: « Je trouve qu’il n’y a pas de ridicule à mourir dans la rue, quand on ne le fait pas exprès ».

Rappelons au passage que Stendhal fut un temps, fonctionnaire dans l’administration impériale (il participa aux campagnes d’Autriche, de Russie et de Saxe) et qu’il était apparenté aux Daru. 

C.B.

——-

Philippe BERTHIER, « Le Paris de Stendhal », Editions Alexandrines, 2017, 109 p., 8,90 euros.

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 10 mars, 2019 )

Extrait. Napoléon à lyon le 10 mars 1815… Une scène historique bien inexacte !

Image de prévisualisation YouTube

Extrait du film de S. Bondarchuk, « Waterloo » (1970). La scène est censée se dérouler à Lyon le 10 mars 1815. Et qui trouve-t-on au balcon de l’hôtel de ville, avec Napoléon ? Ney !

Ceci est une grande liberté prise avec la réalité puis que c’est le 18 mars que Ney retrouvera Napoléon à Auxerre. Il est vrai que Bondarchuk le fait rencontrer le 7 mars à Laffrey. :-(

CB.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 10 mars, 2019 )

Autour de quelques témoignages…

Grenadier.jpg

Si l’Empire et plus précisément l’Epopée impériale sont à la fois mieux connus et si familiers aux napoléoniens d’aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à la publication de témoignages sur les campagnes de Napoléon, par les récits de ces « acteurs » qui se trouvaient sur les champs de batailles. Bien que l’intérêt qu’ils puissent présenter soit souvent inégal d’un ouvrage à  l’autre, ils méritent que le lecteur s’y penche systématiquement afin de se faire une idée.

Voici cinq témoignages lus il y a quelque temps.

C.B.

—————

En 1988, Jacques Garnier, éminent historien napoléonien, fit paraître un manuscrit jusqu’alors resté inédit : le témoignage de Jean-Baptiste Ricome qui fut sergent dans les rangs du 133ème de ligne. Comme l’écrit le professeur Jean Tulard dans la préface à cet ouvrage : « Ricome est de la race de ces humbles soldats de Napoléon qui écrivirent plus tard leurs souvenirs à l’usage de leur famille mais en songeant aussi à la postérité. »

Ricome, originaire de Cournonterral, près de Montpellier est mobilisé en avril 1808. Après un mois de formation à Grenoble, puis en garnison à Mont-Dauphin on le retrouve en décembre de la même année à Toulon. Sa première expérience militaire sera de faire partie des troupes chargées d’accompagner un convoi naval de vivres destinées à la place de Barcelone. Puis en 1810, Ricome il passe le plus clair de son temps à protéger la population du littoral méditerranéen contre les incursions des Anglais. Après un passage en janvier 1811 à Gênes, puis à Plaisance, entre autres villes, où il tient garnison, Ricome rentre en France en août 1811. Il est à préciser qu’il est provisoirement versé du 2ème régiment de la Méditerranée (son régiment d’origine), lequel deviendra le 133ème de ligne, au 92ème, rangs dans lequel il fera les campagnes de 1812 et de 1813. J. Garnier nous apprend qu’il reste rattaché administrativement au 133ème  de ligne.

En janvier 1812, Ricome retrouve l’Italie afin de rejoindre l’armée du prince Eugène, qui deviendra le IVème corps de la Grande-Armée. On le retrouve un peu plus tard en Savoie fin de chercher de jeunes recrues. Il décrit à cette occasion la pauvreté de la population de cette région.

Au début de mars 1812, Ricome suit son régiment en route pour Mayence puis pour Varsovie. Le voici engagé dans la fameuse campagne de Russie, laquelle forme la partie la plus importante de ces « Souvenirs ». Notons que pratiquement tous les noms de lieux ou ceux de personnages sont « écorchés » sous la plume de l’auteur. J. Garnier s’est efforcé de rétablir la bonne orthographe en marge du texte original ; il a eu de quoi faire !  Le 29 juin 1812, le IVème corps traverse le Niémen. Il convient de signaler, avant de poursuivre, que le témoignage de Ricome a été rédigé bien après les faits. C’est vers 1860/1862 que notre « Brave » des armées impériales a pris la plume et les erreurs et confusions soulignées par J. Garnier sont courantes dans son texte. A propos, l’annotateur, a remarqué que Ricome avait effectué de larges emprunts au témoignage de Labaume, cet officier-géographe qui appartenait lui aussi au IVème corps. Les souvenirs d’Eugène Labaume parurent la première fois dès 1814. Leur ton hostile à Napoléon  contribua sans nul doute au succès de cet ouvrage qui connut plusieurs éditions. Mais revenons à Ricome ! Comme l’écrit à juste titre J. Garnier, à propos du combat se déroulant près du château de Jakoubovo (en août 1812), fait d’armes auquel ni Ricome ni son 92ème régiment n’ont participé : « Ricome s’est servi de l’ouvrage de Labaume pour établir le cadre e ses souvenirs mais l’a mal lu et affirme avoir été  présent à des actions relatées dans le livre, alors que Labaume lui-même prend bien  soin d’écrire que le IVème corps [celui auquel appartenait Ricome] n’y était pas. » Les notes et éclaircissements de J. Garnier sont donc bien utiles au lecteur. Ricome est présent notamment à Borodino et, plus tard, au passage de la Bérézina, après avoir affronté le froid, la faim et une fatigue extrême…

Le 5 décembre, il voit l’Empereur, à Smorgoni juste avant son départ pour la France : « Il était bien portant, il était vêtu d’une redingote en poils de couleur jaune, et portait un grand bonnet en laine qui lui préservait tout le cou du froid », écrit-il.

Sorti sain et sauf des neiges de Russie, Ricome participe à la campagne de 1813. Le voici à Varsovie en février de la même année. Le 6 mars il est à Glogau. Si Ricome combat effectivement lors de la bataille de Lützen (2 mai 1813) et il est chargé le lendemain d’aller dans la ville de Lützen « pour exiger des habitants de venir ouvrir des fossés » afin d’enterrer les malheureuses victimes de la bataille, il n’est en revanche, pas présent à Dresde et à Leipzig, comme il le laisse entendre. J. Garnier, infatigable annotateur, souligne une des contradictions de Ricome qui écrit plus, loin, sans s’en rappeler que son régiment reçut l’ordre le 10 juin 1813 de partir pour l’Italie ! Le 28 juillet, il est présent avec son régiment à Laybach. Blessé au cours d’un engagement près de Villach, le 18 septembre 1813, Ricome est fait prisonnier et expédié à l’hôpital de Klagenfurt. Il ne retrouvera la France qu’en  juillet ou en août 1814, lors de la Première Restauration.

Le récit du sergent Jean-Baptiste Ricome, n’est pas, certes, d’une qualité exceptionnelle par le ton assez confus et les erreurs ou imprécisions commises/ Mais il  mérite d’être lu. Le lecteur du XXIème siècle pourra revivre ainsi l’existence quotidienne, émaillée d’heurs et de malheurs; de ceux qui contribuèrent à rendre l’histoire napoléonienne plus vivante.

 « Journal d’un grognard de l’Empire. Souvenirs de Jean-Baptiste Ricome, sergent au 133ème régiment de ligne. Présenté [et annoté] par Jacques Garnier. Préface de Jean Tulard », Presse du CNRS, 1988, 150 p.

——-

Nombre d’amateurs d’histoire napoléonienne ne peuvent ignorer le travail monumental qu’effectua l’historien Fernand-Emile Beaucour. Bien peu de ceux qui font l’actualité savante du monde napoléonien d’aujourd’hui peuvent s’enorgueillir d’avoir autant de connaissances que ce personnage aujourd’hui disparu.

En 1994, F. Beaucour, dans le cadre de son association historique, le Centre d’Etudes Napoléoniennes, fit paraître un manuscrit resté  quasi-inédit  (quelques courts passages avaient parus en 1985 dans une revue d’érudition locale, comme l’indique une note de F. Beaucour).  C’est ainsi que le témoignage du sergent Louis Frèche qui appartint au 24ème régiment d’infanterie légère. S’il s’agit plus d’un itinéraire que de souvenirs, l’auteur nous entraîne sans répit, à sa suite depuis le camp de Boulogne à la campagne d’Autriche. C’est-à-dire sur une période non-négligeable de l’Epopée impériale ! Frèche, présent à Austerlitz, y est blessé grièvement après avoir reçu cinq coups de sabre sur la tête. Rien que çà ! Il perd connaissance et reste deux heures et demie sur le champ de bataille « comme mort ». Son calvaire n’est pas fini ! Les Russes passant près de lui veulent l’achever en lui administrant un coup de baïonnette au ventre, un coup de sabre à la main gauche ; c’est sans compter les trois escadrons de cavalerie qui le piétine, « dont un cheval qui m’a marché sur l’épaule » écrit le malheureux. Il survivra comme par miracle ! Arrivé à Brune une vieille dame lui fait du bouillon et… lui lave la tête ! Autre temps, autres remèdes médicaux, dont l’efficacité ne cesse de nous échapper ! A Wagram, plus tard, le sergent Frèche sera de nouveau blessé : une balle lui traversa le haut de la cuisse gauche. Mis hors de combat, il retrouve son village natal de Poissons (dans la Haute-Marne) début novembre 1809.

Son récit méritait de sortir de l’oubli, nonobstant le fait qu’il n’apporte rien de bien nouveau aux épisodes historiques vécus par son auteur.

« Dans le sillage de Napoléon. Mémoire de mes Campagnes (1803-1809), par le sergent Louis Frèche, du 24ème  régiment d’infanterie légère », Centre d’Etudes Napoléoniennes, 1994, 134 p.

———–

Voici un témoignage peu connu. Il est constitué par la correspondance du capitaine Guillaume Maffre, du 129ème régiment d’infanterie.  Publiées par F. Beaucour (cité précedemment), ce sont 39 lettres émanant de l’auteur. Ce militaire qui décédera à l’hôpital militaire de Strasbourg en juillet 1814, servit d’abord dans les rangs de la 17ème demi-brigade d’infanterie de ligne, qui devint le 17ème de ligne. C’est en mai 1811 que Maffre passe au 129ème régiment d’infanterie de ligne, occupant les fonctions de lieutenant officier-payeur.

Au travers de sa correspondance on le suit en Hollande, en Belgique (1803/1805), puis en Allemagne, en Pologne, en Prusse, en Autriche. Il aurait participé à la campagne de Russie mais l’éditeur ne reproduit aucune correspondance relative à cette dernière. En finalité ce livre est un peu fade et présente un intérêt limité. Le lecteur, en en refermant les pages, ressentira certainement une impression d’inachevé.

« Dans le sillage de Napoléon. Lettres de mes Campagnes (1801-1814), par le capitaine Guillaume Maffre », Centre d’Etudes Napoléoniennes, 2002, 140 p.

———–

Jean-Louis Lacorde, lieutenant de voltigeur dans les rangs du 84ème régiment d’infanterie de ligne, 3ème bataillon, a laissé un journal écrit quotidiennement et couvant la période qui va de 1803 à 1813. Mais, auparavant, voici quelques mots sur son auteur : Lacorde entre au service le 1er janvier 1803. Il est fait caporal un an plus tard, au 84ème d’infanterie, le 7 janvier 1804, puis fourrier un jour après. Nommé sergent le 1er décembre 1806, puis sergent-major le 1er juin 1808, il atteint le grade de sous-lieutenant le 20 juillet 1809, puis celui de lieutenant le 23 août 1811. Son « Journal » présente un intérêt inégal : Lacorde n’échappant pas au travers, si courant à l’époque,  de décrire encore et toujours les contrées, les villes et villages qu’il traverse avec force détails, ce qui tend à « barber » le lecteur… Parti le dernier jour de l’année 1802 de son village natal, Romagne-sous-Montfaucon (Meuse), il pénètre en Belgique, puis marche jusqu’en Hollande avec son régiment. Le voici en Allemagne en juin 1803, puis de nouveau en Hollande au début de l’année 1804. En août, il découvre le camp de « Zeist ou d’Utrecht », dont il donne une bonne description. En 1805, Lacorde fait partie des troupes embarquées par voie navale à destination des ports du Helder et du Texel. Nous sommes en juin 1805. Les choses deviennent enfin vraiment intéressantes avec sa participation à la bataille d’Ulm et au siège de  la ville du même nom, le 17 octobre 1805. Plus loin, l’auteur évoque la capitulation de la place de Gratz. Il n’est pas présent lors de la bataille d’Austerlitz et le mois de janvier 1806, le trouve en Styrie, notamment à Laybach avant de partir pour le Frioul italien. En avril 1809, Lacorde participe à la bataille de Sacile, en Italie, puis à celle de la Piave, le mois suivant.  En Illyrie, il participe aux combats et assauts donnés aux redoutes de Prewald, au combat de Laybach, puis à celui de Saint-Léonard-sous-Gratz (19 juin 1809). Le 6 juillet 1809, Lacorde se bat à Wagram dont il décrit la violence et les blessés brûlés vifs dans les blés incendiés par les coups de canons… « C’était vraiment un cruel spectacle à voir », écrit l’auteur.  Plus tard il est dans le Tyrol face au soulèvement des paysans. Après un nouveau séjour en Italie, l’auteur retrouve la France en septembre 1810. Il se repose dans son village de Romagne-sous-Montfaucon, bénéficiant d’un congé de six mois.

Après un passage en Suisse et en Allemagne, il est participe à la campagne de Russie, qui a tant marqué les esprits, et en réchappe, laissant au passage quelques belles pages sur ce qu’il a vécu durant cette période. Il sera blessé lors de la bataille de Malojaroslavets (24 octobre 1812), et fait partie du nombre de la multitude qui se presse dans le chaos glacé du passage de la Bérézina ! Il s’en tire avec un pied gelé et la perte de plusieurs orteils… Son « Journal » s’achève le 17  mars 1813, lorsque l’auteur retrouve enfin son village natal pour un repos bien mérité.

Lieutenant Lacorde, « Journal Historique, 1er janvier 1803-17 mars 1813. Publié par Paul Dufournet avec le concours de Dominique Lacorde », Librairie Clavreuil, 1992, 188 p.

———–

Bien avant de publier le témoignage du lieutenant Lacorde, M. Paul Dufournet avait publié, également à la Librairie Clavreuil le récit du grenadier Jacquin. Francois-Joseph Jacquin, originaire du village de Villers (Doubs) afait partie du 37ème régiment d’infanterie de ligne. C’est à l’âge de vingt ans, en  novembre 1798,  qu’il part aux armées en tant que conscrit. En décembre de la même année, Jacquin  combat en Suisse puis participe à la bataille de Zurich. En 1800, il est successivement en Allemagne, en Prusse et en Autriche. Il retrouve la France qu’avec la paix de Lunéville en février 1801  mais a à peine  le temps de souffler, étant dirigé sans délai vers l’Espagne. En passant à Bayonne, Jacqui, relève le fait que « les bourgeois ont été bien étonnés de nous voir si mal habillé et ils ont été bien plus surpris quand nous leur avons  dit qu’il nous était dû onze mois de solde. » Il ne restera pas  très longtemps en Espagne. Le voici en juin 1802 en Bretagne où des éléments de son régiment doivent s’embarquer pour les Antilles.. Le 1er octobre 1805, Jacquin et son régiment reçoivent l’ordre de partir pour la hollande.  Puis, il gagne l’Italie, avant de rejoindre la Poméranie suédoise. Que de milliers de lieues parcourues par les jambes de ces braves soldats ! Bénéficiant d’un congé bien mérité, Jacquin retrouve sa famille, qu’il n’a pas vue depuis… onze ans ! Sa propre mère ne le reconnait pas ! Son père et ses frères le prennent pour un imposteur ! Il faudra que Jacqui leur montre montre la dernière lettre de sa famille et reçue par lui afin que tout ce petit monde se rendre à l’évidence, non sans force larmes et émotion !

Les retrouvailles seront de courte durée : cinq jours !  Et le voici de nouveau en route, cette fois pour l’Autriche. Il se bat à Wagram : « A trois heures du matin la canonnade faisait déjà un fracas terrible », écrit l’auteur. Après cette fameuse bataille, Jacquin remarque qu’une partie des croix données par l’Empereur sont attribuées par quelques chefs à des militaires n’ayant jamais vu le feu : « Ce sont les plus mauvais soldats qui les ont reçues, des hommes qui n’ont pas porté d’armes et qui n’ont pas vu  l’ennemi de toute la campagne ».  En février 1811, l’auteur quitte l’infanterie pour intégrer la gendarmerie en Hollande. En juin 1813, il est nommé brigadier dans ce même corps, à Paris.  Jacquin assiste à la capitulation de Paris le 30 mars 1814 passe la revue devant Louis XVIII en mai de la même année. Apprenant le débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan en mars 1814, il commente la nouvelle en l’affublant du nom péjoratif de « Bonaparte »… En juin 1815, il est expédié en Vendée afin de réprimer les troubles qui s’y déroulent. En 1817, Jacquin termine sa carrière comme capitaine aux gendarmes à cheval et basé à Seyssel, dans l’Ain.  Son témoignage, sans être exceptionnel, mérite d’être lu avec intérêt.

François-Joseph Jacquin, grenadier à la 37ème demi-brigade de ligne, « Carnet de route d’un grognard de la Révolution et de l’Empire. Texte inédit présenté par Antoine Dufournet. Publié par Paul Dufournet », Librairie Clavreuil, 1960, 104 p.

 

C.B.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 mars, 2019 )

L’Empereur en route pour Lyon…

N14

L’adjudant-major Etienne LABORDE raconte: « Le 9 mars, l’Empereur coucha à Bourgoing [Bourgoin-Jallieu] avec la Garde. De Grenoble à Lyon son voyage ne fut qu’une marche triomphale . L’Empereur, fatigué, était dans sa calèche avec le général Bertrand, allant toujours au pas, environné d’une foule innombrable de paysans ayant leurs maires en tête, décorés de l’écharpe tricolore, chantant des chansons qui exprimaient la noblesse des sentiments des braves Dauphinois . Le comte d’Artois , le duc d’Orléans et le maréchal Macdonald étaient déjà arrivés à Lyon ; l’argent avait été prodigué aux troupes, on voulait couper le pont de La Guillotière et le pont Morand . L’Empereur riait de ces ridicules préparatifs ; il n’avait aucun doute sur les dispositions de ses bons Lyonnais »
———–
« [9 mars 1815]. Nous couchâmes à Bourgoin [Bourgoin-Jallieu]. La foule et l’enthousiasme allaient, s’il était possible, en augmentant ». (G. Peyrusse, « En suivant Napoléon. Mémoires… », p.373).
———-
« Napoléon monta en calèche à quatre heures du soir, il quitta Grenoble accompagné de son état-major et d’une foule compacte qui se pressait sur son passage et dont l’enthousiasme allait, s’il est possible, toujours en augmentant. Sur sa route jusqu’à Bourgoing [Bourgoin-Jallieu], petite ville à environ dix lieues de Grenoble [en fait à un peu plus de 17 lieues], où il alla coucher, le peuple dans son délire disait : « Il y a longtemps que nous vous attendons ; vous voilà enfin arrivé, sire, pour délivrer la Patrie de l’insolence des nobles, des prétentions des prêtres, de la honte du joug de l’étranger ! » Et Napoléon attendri disait de cette voix qui lui était si propre, de cet accent qui allait à l’âme : « Ah, je retrouve ici les sentiments qui me firent saluer la France, il y a vingt ans, du nom de grande nation ! Oui, vous êtes encore la grande nation, vous le serez toujours ! » (J. Chautard, « L’île d’Elbe et les Cent-Jours… », p.138).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mars, 2019 )

Menaces à l’île d’Elbe…

Comme on peut le voir dans le récit d’André Pons de l’Hérault, dont le portrait est reproduit ici (lire mon édition en publiée en 2005 par Les Éditeurs Libres), des bruits concernant l’assassinat de Napoléon furent plusieurs fois d’actualité. Pons, dans son « Mémoire aux puissances alliées» (Picard, 1906, pp.24-25) en parle encore : « Trois avis, venus de différents endroits, avaient donné l’assurance qu’un officier général, ancien vendéen ou chouan, s’était chargé de faire assassiner l’Empereur ; que les assassins étaient déjà dans l’île et que parmi eux il y en avait un qui  se vantait de trente-trois assassinats (nombre sans doute surfait).  Sa Majesté avait voulu faire un secret de cet avertissement, mais quelque chose en avait transpiré, et les fidèles, exaspérés, ne voyant que des poignards levés sur leur monarque bien-aimé, étaient prêts à se livrer à des imprudences qui auraient pu avoir des sites fâcheuses. Si l’Empereur ne les eut arrêtés en les menaçant de sa colère et s’il n’eût profité de la nuit pour faire partir les personnes devenues justement suspectes et parmi lesquelles se trouvaient le brigand principalement désigné. » Le lieutenant-colonel Laborde, aborde le même sujet : « L’Empereur était adoré des habitants ; aussi ce ne fut qu’avec beaucoup de peine que l’on put parvenir à les empêcher de faire un mauvais parti à un aide de camp d’un général nommé Brulard [Bruslart], qui commandait alors en Corse pour Louis XVIII. Cet aide-de-camp s’était rendu à l’île d’Elbe avec des sicaires pour assassiner Sa Majesté. Le complot découvert, l’Empereur ordonna au général Cambronne de protéger ce misérable contre l’exaspération des soldats et des habitants ». Un des plus proches personnages de Napoléon, le mameluck Ali,  celui qui était chargé implicitement de sa protection personnelle, prend lui aussi ses précautions ; il écrit dans ses fameux souvenirs : «Une nuit que l’on supposa avoir été choisie pour une attaque, je portai, le soir, un matelas sur le promenoir, sous les fenêtres de la chambre de l’Empereur et je me couchai, ayant mon poignard à ma ceinture et mon sabre à côté de moi. Je passai ainsi toute la nuit, étant tout yeux, tout oreilles. ». Soit que tous les complots ne puissent être menés à leur terme, soit que la protection autour de Napoléon fut renforcée, mais aucune tentative d’assassinat ou d’enlèvement n’eurent lieu durant le séjour de l’île d’Elbe. Celles-ci restèrent, heureusement, à l’état de projet.

C.B.

Menaces à l'île d'Elbe... dans HORS-SERIE pons1gr8

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 8 mars, 2019 )

A propos de la campagne de 1815…

 

WaterlooEn 1815, le général Teste commandait la 21ème division d’infanterie du 6ème  corps et fut détaché sous les ordres du maréchal de Grouchy. Voici son témoignage sur la campagne de Belgique.

Si la campagne de cette année a été si courte, si malheureuse pour les armes françaises, c’est qu’on a perdu aux préparatifs, aux parades de Mai, le temps le plus précieux, c’est qu’on a cru que l’entrée à Paris et le rétablissement du trône impérial dans la capitale décidaient de tout ; c’est qu’on a compté trop longtemps, malgré l’expérience de 1813, sur les promesses du père de Marie-Louise, c’est qu’on n’a pas su ou plutôt qu’on n’a pas voulu mettre à profit l’élan d’une nation généreuse, élan devant lequel toute coalition serait venue se briser ; c’est qu’on a négligé d’étouffer en son berceau cette coalition en se portant aux frontières naturelles de la France, en arrivant le 29 ou le 30 mars à Bruxelles, en enlevant à 15.000 Anglais ou Prussiens, seule garde de la Belgique, tout le matériel de notre ancienne artillerie, en grossissant l’armée, en vingt-quatre heures, de 1000.000 Belges, anciens compagnons de notre gloire, en reprenant rapidement la Savoie et s’emparant des alpes par quelques corps qu’i s’y trouvaient tout à coup accueillis et renforcés par la division franco-piémontaise. Que faisaient alors les Autrichiens ? Que faisaient alors les russes ? qu’auraient fait les Anglais, les Prussiens et les Espagnols ? La France entière était levée. Elle voulait rester grande et libre (sans autre conquête), entre le Rhin, les alpes et les Pyrénées. Cette attitude digne de nous, cette déclaration franche et ferme, jetée, dès le 30 mars, au milieu de l’Europe tout étonnée de la résurrection du géant, n’aurait-elle pas produit plus d’effets qu’une inaction de trois mois, les discussions dur l’Acte additionnel et le Champ de Mai ?Ces vérités, on les a senties, mais trop tard. Ces fautes, on les a reconnues, mais quand il n’était plus temps de les réparer. Le trône que vous n’aviez pas permis d’étayer, s’est écroulé de nouveau, plus vite et avec plus de fracas qu’en 1814, et a entraîné dans sa chute cette vieille armée dont les débris faisaient encore trembler l’Europe, maîtresse de la capitale. On a beaucoup écrit sur ces graves événements. La France et l’Europe ont été inondées de brochures de toutes couleurs, mais aucun des écrivains contemporains n’est parvenu à analyser les fautes qui ont amené la catastrophe ; Je viens de signaler la principale d’où découlent toutes celles qui l’ont suivie jusqu’au dénouement. On pouvait employer le temps d’inaction à donner à l’armée cette vigueur d’organisation que l’ardeur des officiers et soldats rendait si facile à obtenir. Loin de là, on procéda lentement à la formation des brigades et des divisions. La plupart d’entre elles étaient incomplètes la veille d’entrer en campagne. Elles portaient seulement pour « mémoire », sur leurs situations, des bataillons, des corps entiers détachés dans la Vendée ou s’organisant sur des points assez éloignées. Le 6ème corps, commandé par le comte de Lobau [général Mouton], arrivant sur la frontière, comptait à peine 9.000 combattants dans ses trois divisions d’infanterie. La désignation des généraux se fit aussi avec une précipitation dont elle devait nécessairement se ressentir. Nous semblions tout à fait, en dernier lieu, pris au dépourvu. Des traîtres surgirent, comme à toutes les époques difficiles où la France s’est trouvée. Les uns, agissant sourdement dans l’obscurité, se tenaient sur la réserve ; on les appelait « expectants ». Les autres, se glissant dans nos rangs, tiraient l’épée avec nous et captaient la confiance à l’aide d’un enthousiasme factice, quelque fois outré. Bientôt, sous d’honorables auspices, des commandements leur étaient confiés. MM. de Bourmont, Villoutreys, et quelques autres qui se sont signalés par les écrits de cette époque et qui furent, par la suite de leur défection, amplement récompensés par les vainqueurs. Sous un autre point de vue, les maréchaux et certains commandants de corps d’armée, pour me servir de l’expression consacrée par le soldat, « n’en voulaient plus ». Leur fortune était faite et ils ne visaient qu’à en jouir en repos. La manière dont ils s’étaient posés auprès des « restaurateurs », leurs hésitations à l’apparition de l’Empereur, tout concourait à donner la mesure de leur dévouement. Napoléon le savait, et ce n’était pas là le moindre de ses soucis, mais il n’était plus temps, les événements se pressaient ; il y avait trop compté sur son étoile, sur ses courtisan et sur l’Autriche. Il devait et nous devions en porter la peine. Et cependant, malgré l’infériorité numérique que nous valait notre inaction, la frontière fut franchie avec l’impétuosité française, les premiers obstacles renversés et la bataille de Ligny gagnée sur l’armée prussienne. Si cette sanglante journée n’eut pas de plus grands résultats, il faut l’attribuer d’abord à quelques faux mouvements de notre part, à l’opiniâtreté qu’apportèrent à la lutte les ennemis plus nombreux que nous, à nos hésitations, vers la nuit après l’occupation du champ de bataille, et surtout aux dispositions du corps qui couvrait la retraite des Prussiens, corps dont l’admirable manœuvre parvint à nous tenir en éveil et sous les armes, toute la nuit du 16 au 17, et à masquer habilement sa marche dans un pays où il nous eût été si facile d’être mieux renseignés. Vers la fin du jour, le 16, le gros de l’armée prussienne était en pleine retraite sur Liège, où les parcs d’artillerie et les bagages parvinrent, de nuit, dans la plus grande confusion. On ignorait tout cela dans le quartier-impérial, et dans la matinée du 17, on prit la fatale décision de scinder l’armée et d’employer 35.000 hommes, distraits de notre force principale, à poursuivre les Prussiens dans la direction de Wavre, de là tous les tâtonnements et ce qui s’ensuivit. Je ne me m’arrêterai pas à décrire la bataille ou plutôt le désastre de Waterloo, dont aucune plus amie ou ennemie ne nous a encore donné la relation exacte. Le brillant et habile historien de l’Empire [Adolphe Thiers] dont l’œuvre est si pompeusement annoncée [elle paraîtra en 21 volumes de 1845 à 1869], parviendra-t-il à dévoiler la vérité sur cette dernière et mémorable lutte et surtout sur ses causes ? J’en doute. Il y a tant d’erreurs accréditées parmi les contemporains, tant d’ambitions, tant de jalousies qui se choquent, qui déchirent ou exaltent les personnes en dénaturant les faits !!! Enfin, que dirai-je sur toutes les relations auxquelles cette campagne a donné lieu, sur tous les reproches que se sont adressées mutuellement quelques lieutenants de l’Empereur et même des officiers en sous-ordre ?… On trouve souvent des prophètes après l’événement. Je tiens cependant à faire connaître mon opinion relativement aux graves accusations qu’on a voulu faire peser sur le maréchal Ney et sur le comte de Grouchy. Si le maréchal Ney avait vécu à l’époque où ces accusations furent formulées, il aurait pu appuyer par l’autorité de son nom et avec sa franchise habituelle la défense de sa conduite publiée par M. Gamot, son parent [son beau-frère], ancien préfet, et je pense qu’il aurait été possible à ce maréchal de justifier cette conduite. D’ailleurs, c’est au successeur de son titre comme prince de La Moskowa, qu’incombe le soin de provoquer l’entière réhabilitation du brave des braves. Quand au maréchal comte de Grouchy, il est difficile de porter un jugement sur la lecture des ordres qu’on lui a adressés, en les compulsant avec ceux qu’il assure ne lui être pas parvenus. Dans toutes les publications faites à ce sujet, qui devinrent fort vives et dans lesquelles le nom de plusieurs de nos écrivains militaires et civils, se trouve mêlé pour ou contre les assertions du général Gérard, la vraie vérité n’a pas encore percé les nuages dont les animosités de part et d’autre l’ont couverte. Le maréchal de Grouchy a deux fils qui suivent brillamment la même carrière. Ils ont déjà commencé à réfuter la plus grande partie des assertions qui pouvaient nuire à la réputation de leur père. C’est à eux de continuer cette noble tâche que la vie si honorable du maréchal et ses éminents services de guerres leur rendront plus facile. Napoléon, lui-même, reste, à Sainte-Hélène, indécis sur ce point, et s’il hésite à se prononcer, c’est qu’il n’oublie pas qu’au moment où il prit la fatale résolution de détacher de l’armée impériale et de jeter sur sa droite un corps de 30.000 hommes, il tomba dans les errements qu’il avait si souvent reprochés à l’école de Moreau (école de petits paquets, disait-il, en plusieurs occasions). Si avec tous les moyens d’être bien informé, i lavait connu tous les désordres que les suites de la batailles de Ligny avaient produits sur l’armée prussienne, il aurait détaché seulement à sa suite une ou deux divisions, et en conservant son flanc droit une force plus imposante, et il eût porté en gagnant la bataille le dernier coup de la coalition.

Laissons du reste, à nos neveux éclairés par de nouveaux matériaux que le temps produira nécessairement le soin de jeter une plus vive lumière sur les causes et effets du drame mémorable qui a fixé les destinées du Premier Empire.

Général TESTE.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 mars, 2019 )

Le général Compans durant la campagne de Russie…

Compans a été un des héros de la campagne [de Russie]. A la fin d’août, par décision de l’Empereur, il marche à l’avant-garde sous les ordres de Murat dont il soutient la cavalerie, et le 5 septembre [1812], c’est lui qui s’empare de la redoute de Schwardino et qui la garde, malgré les efforts de Bagration. L’Empereur l’avait directement chargé d’attaquer et de prendre cette position qui couvrait la gauche des Russes, et Compans montra autant d’habileté que de bravoure : il sut profiter des accidents du terrain et il fit avec un bataillon, du 57ème  une charge décisive à la baïonnette. Le lendemain, Napoléon appela celui que l’armée nommait déjà le preneur de redoutes et lui donna mission d’attaquer, dans la matinée du 7 [septembre], la redoute à l’extrême gauche des Russes. Compans proposa, afin d’éviter la mitraille, de passer par le bois qu’il avait reconnu et qui lui semblait praticable; Napoléon l’approuva et Compans eut à sa disposition, outre sa propre division, la division Dessaix : il craignait, en effet, que les Russes, avançant sur sa droite dans le bois, ne se missent entre Poniatowski et lui. Le 7, Compans, chargé comme porte l’« Ordre pour la bataille» de longer la forêt pour enlever la première redoute, Compans plaça la division Dessaix en réserve et forma sa propre division en deux masses parallèles : celle de droite devait éloigner l’ennemi du bois et celle de gauche, ainsi couverte, marcher tout droit sur la redoute. Mais à 7 heures 1/2, à l’instant où Teste, avec le 25ème et le 57ème, pénétrait dans la redoute, Compans fut blessé d’un biscaïen à l’épaule et forcé de quitter le champ de bataille. Le 3 novembre, il se signale à Viasma. Durant la retraite, le 17 novembre, sur les hauteurs en avant de Krasnoïé, il montra, comme toujours, courage et sang-froid. Bien que souffrant de sa blessure et réduit à aller à pied, il demeura riant et aussi tranquille devant l’adversaire que s’il était dans son jardin où il faisait volontiers de longues promenades; et un témoin, Lejeune, assure que sa figure calme et comme heureuse ôtait à ses soldats l’idée du danger. Après le départ de la Garde, lorsque le 1er corps s’éloigna, Compans le dernier redescendit vers la ville et, le dernier, à la tombée de la nuit, traversa le ravin. Jusqu’au dernier jour de la retraite il fit preuve, comme dit Lejeune, de stoïcité et l’on n’a qu’à lire sa lettre du 7 décembre où il écrit à Davout qu’un grand nombre d’officiers meurent ou tombent malades journellement et que, le 6 et le 7, le froid a été si rigoureux qu’il est impossible de rien obtenir des hommes.

Le 21 mars 1813 Lejeune, qui ne l’avait pas vu depuis Krasnoïé, le rencontrait à Mayence. Le costume de Compans avait changé; il n’avait plus de fourrures, il n’avait plus le bras en écharpe ; mais il avait toujours le même calme, la même sérénité, le même sourire, comme au milieu de la bataille. »

(Arthur Chuquet, « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912, pp.337-338).

Le général Compans durant la campagne de Russie… dans FIGURES D'EMPIRE 86-001577

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 8 mars, 2019 )

Grenoble ! …

Napoléon Grenoble, 8 mars 1815

« Nous étions à deux lieues de Grenoble ; nous voyons accourir vers nous, de toute la vitesse de leurs chevaux, le chef d’escadron Jerzmanowski et quatre lanciers ; il était sept heures du soir. Ils ont vu une colonne assez profonde marchant sur la route en ligne de bataille. On serra les rangs, chacun prit son poste et on attendit. La colonne venue de Grenoble, s’avançait toujours ; on entendait le cliquetis des baïonnettes et le pas des soldats. Nos lanciers, se retirant sur nous, s’arrêtèrent à une portée de fusil. Au cri de qui vive ! Il fut répondu : 7e de ligne ! Au même instant, on vit marcher en avant et s’avancer un officier précédé d’un tambour ; on reconnut bientôt le colonel du 7ème de ligne, Labédoyère . En s’approchant de Sa Majesté, il creva la caisse de son tambour et lui présenta l’aigle de son ancien drapeau. Sa Majesté l’embrassa et le félicita sur ses bons sentiments. Les deux colonnes s’avancèrent et se joignirent aux cris de Vive l’Empereur ! Les troupes fraternisèrent et rivalisèrent de fidélité et de dévouement.
A huit heures du soir, nous approchions de Grenoble sans trouver la division que le général Marchand avait fait sortir de la place. Déjà une avant-garde de lanciers polonais s’était présentée à la porte de Bonne ; ils la trouvèrent fermée.
L’Empereur et sa troupe pénétraient dans le faubourg et suivaient la ligne des remparts. Les canonniers étaient à leurs pièces, mèches allumées . Des cris de Vive l’Empereur ! se faisaient entendre ; la population du faubourg nous saluait de ses plus vives acclamations, ouvrait les tabagies et les cabarets. Un colloque commençait entre les canonniers et nos grenadiers : – « Sont-elles bonnes vos prunes? …Vous ne nous en envoyez pas ? Demandaient les grenadiers. – Il n’y a pas de risque, répondaient les canonniers. » Les cantinières de la garnison chantaient :

Nous avons des pommes
Pour le Roi de Rome…

Pendant ces divers entretiens, qui ne témoignaient que du bon esprit et des dispositions favorables des troupes, l’officier d’ordonnance Raoul, aidé des sapeurs, des soldats et des charrons des faubourgs, faisait enfoncer les portes. L’avant-garde entre ; tous les citoyens accourent à la lueur des flambeaux, et, presque aussitôt, l’Empereur paraît seul à la tête et en avant de son armée. Une foule immense se précipite sur son passage ; tous se mêlent, soldats et citoyens. Le maire, plusieurs fonctionnaires se présentent aussitôt à Sa Majesté ; ils veulent la conduire à l’hôtel de la Préfecture ; mais l’Empereur avait fait marquer son quartier chez un de ses anciens guides, nommé Labarre , tenant l’hôtel des Trois Dauphins . Nous étions à peine installés, lorsque des habitants vinrent, au bruit des fanfares, déposer sous le balcon de l’hôtel les débris de la porte de Bonne, en disant que, n’ayant pu offrir à l’Empereur les clefs de sa bonne ville de Grenoble, en revanche, ils lui apportaient les portes.
La ville fut spontanément illuminée.
Le lendemain, l’Empereur reçut l’hommage des habitants et de tous les fonctionnaires. Une adresse fut présentée à Sa Majesté. Il y était dit :
« Les habitants de Grenoble, fiers de posséder dans leurs murs le triomphateur de l’Europe, le prince au nom duquel sont attachés tant de glorieux souvenirs, viennent déposer aux pieds de Votre Majesté le tribut de leur respect et de leur amour.
Associés à votre gloire et à celle de l’armée, ils ont gémi avec les braves sur les événements funestes qui ont quelques instants voilé vos aigles. Ils savaient que la trahison ayant livré notre patrie aux troupes étrangères, Votre Majesté, cédant à l’empire de la nécessité, avait préféré l’exil momentané aux déchirements convulsifs de la guerre civile dont nous étions menacés.
Aussi grand que Camille, la dictature n’avait point enflé votre courage, et l’exil ne l’a point abattu.
Tout est changé : les cyprès disparaissent ; les lauriers reprennent leur empire ; le peuple français, abattu quelques instants, reprend toute son énergie. Le Héros de l’Europe le remplace à son rang ; la grande nation est immortelle.
Sire, ordonnez ! Vos enfants sont prêts à obéir ; la voix de l’honneur est la seule qu’ils suivront.
Plus de troupes étrangères en France ; renonçons à l’empire du monde, mais soyons maîtres chez nous.
Sire, votre cœur magnanime oubliera les faiblesses ; il pardonnera à l’erreur ; les traîtres seuls seront éloignés, et la félicité du reste fera leur châtiment.
Que tout rentre dans l’ordre et obéisse à la voix de Votre Majesté ; qu’après avoir pourvu à notre sûreté contre les ennemis de l’extérieur, Votre Majesté donne au peuple français des lois protectrices et libérales, dignes de son amour envers le souverain qu’il chérit.
Tels sont, Sire, les sentiments des habitants de votre bonne ville de Grenoble ; que Votre Majesté daigne en agréer l’hommage. »
Cette adresse était couverte des signatures les plus honorables.
A deux heures, l’Empereur passa la revue de toutes les troupes (leur nombre s’élevait à plus de 7,000 hommes), avec cette aisance, cette dignité, cette liberté d’esprit qu’il avait aux Tuileries ; l’enthousiasme était à son comble . Une avant-garde de 4,000 hommes fut formée. Le général Cambronne, en en prenant le commandement, demanda des cartouches. – « Vous n’en avez pas besoin, général, lui dit l’Empereur, vous ne trouverez que des amis sur toute votre route. »
A l’issue de la revue, je me fis annoncer à Sa Majesté pour lui rendre compte de mon accident de Digne et prendre ses ordres pour augmenter ma caisse ; elle remit ce travail à son entrée à Lyon. »

(Guillaume PEYRUSSE, Mémoires, 1809-1815… » , Editions AKFG, 2018 ).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 mars, 2019 )

Un souvenir du 7 mars 1815…

Laffrey

Le jeune Randon (il est né en 1795) est capitaine lors du retour de l’Empereur de son île d’Elbe. Nous sommes le 7 mars 1815 à Laffrey. Il occupe les fonctions d’aide-de-camp du général Marchand (son oncle). Cet officier commande à cette époque la 7ème division militaire basée à Grenoble. Ils sont sensés faire barrage à la route suivie par Napoléon. Selon certaines sources il aurait ordonné aux soldats du 5ème de ligne de faire feu. En vain ! Le capitaine Randon devra prendre la fuite. Selon le lieutenant Laborde (dans ses « Souvenirs ») : « Cet officier fut poursuivi l’espace de deux lieues par le capitaine Schoultz [Schultz], des lanciers polonais, et ne dut son salut qu’à la vitesse de son cheval ; et il eut tellement peur qu’en arrivant à Grenoble il se mit au lit  et fit une maladie grave. »

En 1839, Randon, devenu colonel du 2ème régiment de chasseur à cheval d’Afrique, a laissé une longue lettre sur cette journée mémorable à son ami Henri Beyle, le célébrissime Stendhal, dont j’extrais ce passage particulièrement étincelant :

« L’Empereur nous apparaissait entouré de ses rayons de gloire qu’aucuns revers n’avait pu ternir aux yeux des soldats : violemment arraché quelques mois auparavant de leurs bras, exilé du sol de la patrie par cette ligue de rois qui se vengeaient ainsi de l’humiliation de leurs nombreuses défaites, Napoléon était plus que jamais l’idole de l’armée, l’homme du peuple. Tout ce qui s’était fait de mal pendant le cours de la première restauration avait tourné au profit de sa popularité ; il se présentait à nos yeux comme celui qui devait relever notre drapeau humilié et délivrer la nation de cette oppression morale que lui faisait subir un gouvernement imposé par l’étranger. »  

(« Cent soixante-quatorze lettres à Stendhal (1810-1842).  Recueillies et annotées par Henri Martineau », Tome II, Le Divan, 1947, pp.189-190, lettre en date du 9 juin 1839.).

C.B.

———–

Ajoutons que Randon sera fait maréchal de France par Napoléon III, sous le Second Empire.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 mars, 2019 )

Lettres d’Espagne…(Suite et fin).

Lettres d’Espagne…(Suite et fin). dans TEMOIGNAGES espagne-2

Burgos, 25 mai 1811.

Comment se fait-il que, depuis ma dernière [lettre], je n’aie point reçu de vos lettres ? Vous ignorez combien je suis impatient de savoir si vous êtes toujours en bonne santé et si Perrette a repris ses roses et sa gaieté. Je ne serais tranquille qu’à votre première… [lettre ?] J’ai écrit au général, à son hôtel, à Paris, dont il m’avait donné l’adresse. Je lui ai témoigné le plaisir que m’a donné l’espoir de retourner bientôt à Paris dans les vieux grenadiers et lui prouver la vive reconnaissance que ses promesses m’ont inspirée. Il est certain que le cadre de notre régiment est rappelé par S.M. l’Empereur pour former celui du 2ème régiment de grenadiers. J’ai vu M. le colonel Bodelin à Burgos ; il m’a reçu avec aménité et m’a renouvelé les promesses faites à notre brave parent. Il m’a porté en notre et a sans doute parlé à mon colonel –major, M. Longchamp, puisque la nomination qui était en arrière a été accélérée et que j’ai été nomme fourrier dans la   1ère compagnie du 1er bataillon du même régiment, le 23 mai 1811. Mon adresse est donc changée.

Connaissant votre cœur et l’intérêt paternel que vous me portez, je suis persuadé que la nouvelle de mon avancement va faire disparaître les chagrins et diminuer les inquiétudes de mon absence, parce que vous ferez succéder à la qualité de fourrier des tirailleurs celle de fourrier des grenadiers de la Vieille Garde et, à l’Espagne, le nom le plus agréable de la capitale ; avant deux mois nous présumons y être arrivés.

Burgos, 30 juillet 1811.

Je crois que je vous ai marqué dans ma dernière lettre que nous devions partir pour la France le 20 de ce mois pour le plus tard. Je m’étais trompé. Je ne prévoyais pas combien il se rencontrerait de difficultés. Je ne puis les attribuer qu’au peu d’intérêt qu’y prennent les chefs supérieurs qui ne profitent pas de l’avantage que nous donne le décret de Sa Majesté. Les officiers et sous-officiers qui doivent remplacer nos officiers et sous-officiers sont nommés et arrivés, à l’exception des sous-officiers qui sont à Valladolid avec le régiment de fusiliers-chasseurs est ne partie cause de la lenteur qu’on y met, en ce qu’étant dans les montagnes depuis longtemps, les ordonnances qu’on lui a dépêchées ignorent où elles peuvent le trouver et ne l’ont point encore atteint. Vous pouvez m’écrire sans hésiter à Burgos la réponse à  la présente. Je pense que nous resterons assez longtemps pour goûter le plaisir de la recevoir.

Défaites-vous donc de vos inquiétudes sur mes besoins. Je suis au centre de l’abondance tant en argent qu’en vivres. Je vis avec mon sergent-major d’une manière très aisée et me trouve quelquefois à même de soulager beaucoup de malheureux soldats qui ont à peine de quoi exister. Vous pouvez penser qu’une telle position me fait éprouver bien des douceurs dont j’étais privé étant caporal. J’ai fait la connaissance du fils d’un de vos anciens amis, D…, de Cusset, sergent-major dans le 2ème voltigeurs de la Garde et avant fusilier-chasseur. Nos caractères et notre manière de penser se sont parfaitement accordés. Nous nous sommes promis une amitié éternelle. J’ai cru voir en lui des qualités assez belles pour me faire désirer qu’il tint son engagement comme je suis décidé à garder le mien. Nous nous écrivons ; il est depuis quelque temps à Logroño, garnison charmante que j’ai regrettée, mais que je ne changerais pas pour Burgos où je trouve encore plus d’avantages.

Au passage de mon ancien régiment ici, j’ai eu le plaisir  de rencontrer et de recevoir le mieux qu’il m’a été possible, plusieurs de mes camarades d’infortune. Je veux dire de ceux avec lesquels je suis parti de Clermont[-Ferrand].

Burgos, 2 septembre 1811.

Peu de jours après l’envoi de ma dernière lettre de Burgos, nous reçûmes l’ordre de partir pour Valladolid où nous pensions rester quelque temps et où nous ne fîmes seulement pas séjour. Nous dirigeâmes notre marche sur Astorga, dans la province de Léon et frontière de Galice ; ville assez forte, où s’étaient retranchés plus de 40,000 Espagnols ou Anglais, principalement des premiers. Nous brûlions tous du désir de les rencontrer, nous flattant de pouvoir nous venger des courses fréquentes et presque toujours inutiles que nous n’avions cessé de faire pour joindre les partis qui occupent les montagnes. Nous fûmes encore trompés ; ils n’osèrent pas nous attendre. Supérieurs en nombre et par leur position, ils s’enfuirent à notre approche. Notre cavalerie les poursuivit à plus de six lieues d’Astorga, fit quelques prisonniers et leur tua plus de mille hommes.

Nous sommes restés plusieurs jours au bivouac sous ses murs, sans pouvoir nous écarter hors de la ligne des factionnaires, rationnés en pain et en viande, ce qui ne nous était arrivé depuis longtemps, faute de vivres, et exposés à la chaleur dévorante d’un ciel six fois plus chaud que celui de France. Enfin, malgré notre colonel qui est la seule cause que nous ne sommes pas en France et qui ne pouvait se résoudre à nous laisser partir, l’ordre positif est arrivé.

Nous avons fait, pour venir à Valladolid, en trois jours, le même chemin que nous avions fait en six, c’est-à-dire 56 lieues de poste. Vous pouvez penser qu’une telle route nous exténués et que nous aurons bien besoin du triple séjour qu’on nous accorde. Je présume que je serai bien près de la France, si je n’y suis pas encore, lorsque vous recevrez la présente. Aussitôt après, écrivez-moi à Bordeaux, poste restante.

J’espère avoir le plaisir de vous voir à Bayonne Monsieur M…, dont vous m’avez parlé dans une de vos lettres et être plus heureux que la dernière fois ; J’ai trouvé ici A…, fils du greffier. Nous sommes très liés ; nos caractères sympathisent parfaitement. Il était fusilier-chasseur lorsque je le vis à Angers pour la première fois depuis qu’il est soldat. Maintenant il est musicien dans le même régiment. Comme ça ne mène à rien et que je lui suis très attaché, j’aurais mieux aimé le voir fusilier, pouvant prétendre, par la bonne éducation qu’il avait reçue et des qualités brillantes à un prompt avancement.

Ne vous mettez pas en peine sur mes besoins pécuniaires. Si je n’ai pas assez pour ma route, je demanderai en passant à Bayonne un ou deux louis à M. M… Je vous en ferai aussitôt part. Je ne crois pas cependant être obligé à cette nécessité. J’en aurai plus besoin à mon arrivée à Paris pour me mettre au niveau des anciens sous-officiers. Mon adresse actuelle est à la 1ère compagnie du 1er bataillon du 2ème régiment des grenadiers de la Garde.

Je vous embrasse.

Le 4 octobre 1811, dans une lettre écrite de Bordeaux, le fourrier Franconin écrivait : « Je respire donc enfin l’air salutaire de ma patrie ! ». Il continuera de gravie les échelions de la hiérarchie militaire : sergent-major lors de la campagne d’Allemagne, en 1813,  il est lieutenant en second lors de celle de France.  Il se retrouve à l’île d’Elbe lors de l’exil de l’Empereur, dans les rangs du fameux Bataillon (4ème compagnie) constitué par Napoléon. La dernière année de l’Empire, celle de Waterloo, trouve Franconin avec le grade de lieutenant en premier, sous-adjudant-major. Sa carrière se poursuivra sous la seconde Restauration, puis sous la Monarchie de Juillet. Il participera à la conquête de l’Algérie et sera sérieusement blessé en novembre 1836, lors de la prise de Constantine. Retraité en 1849, il s’éteint sous le Second Empire, en 1857. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 mars, 2019 )

Daumesnil, le héros de Vincennes (1ère partie).

daumesnil.jpg

Yriex-Pierre Daumesnil (il abandonnera pour le second son premier prénom trop singulier), né à Périgueux le 27  juillet 1776, engagé au 22ème chasseurs à cheval le 10 novembre 1793, fait campagne dans les Pyrénées, sous les ordres de Bessières, puis en Italie ; il aide à retirer le général Bonaparte des marais du pont d’Arcole où il s’enlisait. Il charge à Rivoli et, au cours de cette campagne, enlève six drapeaux à l’ennemi. Sous le commandement de Lannes est créé un corps monté de « Guides », devenus plus tard les Chasseurs à cheval de la Garde consulaire puis de  la Garde Impériale. En 1797 on y trouve Daumesnil, brigadier, puis maréchal des logis, un beau garçon, cheveux et sourcils châtains, front haut, yeux gris, héroïque, indomptable. Le 19 mai 1798, il s’embarque pour l’Egypte avec le corps expéditionnaire, se bat devant les Pyramides, monte un des premiers à l’assaut de Saint-Jean d’Acre et reçoit un sabre d’honneur. A Aboukir, il sauve une fois de plus la vie de Bonaparte, qui le choisit avec quelques autres chasseurs pour l’accompagner à son retour en France. Il prend part à la seconde campagne d’Italie et charge à Marengo. Mais, six ans près son engagement, il doit à son caractère difficile d’être encore sous-officier, adjudant sous-lieutenant en mai 1800. Il est enfin lieutenant le 18 juillet 1800, puis capitaine le 1er août 1801,Le 15 juillet 1804, au cours de la cérémonie des Invalides, il reçoit l’étoile de la Légion d’honneur de la main de l’Empereur. Et voici le camp de Boulogne, l’Armée des Côtes de l’Océan ; Austerlitz ; la terrible charge des Chasseurs de la Garde contre les Chevaliers-gardes du tsar Alexandre. Daumesnil, quoique blessé, sauve la vie de Rapp. Le 18 décembre 1805, il est nommé chef d’escadron dans la Garde. A l’automne 1806, c’est la campagne de Prusse, l’entrée à Berlin, à Varsovie, les tempêtes de neige sur les plaines glacées qui dégage Bessières cerné par l’ennemi. Daumesnil s’empare de dix-huit pièces de canon. Un détachement de  la Garde Impériales quitte Paris le 25 janvier 1808. Daumesnil en est,  à la tête d’un escadron de Chasseurs et de la compagnie de Mamelucks. Le 23 mars, Murat fait son entrée à Madrid.Quelques jours plus tard, Daumesnil, face à l’émeute, a deux chevaux tués sous lui. La guerre d’Espagne se déroule, atroce, inexpiable. Le 27 novembre 1808, Daumesnil, officier de la Légion d’honneur depuis le 14 mars 1806, est fait chevalier de la Couronne de Fer. Au printemps de 1809, 5ème Coalition : « Les Chasseurs et les Mamelucks de Daumesnil sont à Abensberg, Landshut, Eckmühl, Ratisbonne. Allant de victoire en victoire, l’Empereur, après une campagne-éclair, entre dans Vienne, le 11 mai. Après Essling, les régiments se regroupent. Le 13 juin, Napoléon élève Daumesnil au rang de major, c’est-à-dire de lieutenant-colonel. Mais un major de la Garde, lui, a rang de colonel. Daumesnil commande le 1er régiment de Chasseurs à cheval de la Garde, qui forme avec les chevau-légers polonais la brigade légère de la cavalerie de  la Garde. Il a 32 ans. Le voici au matin de Wagram : « Il arbore la tenue de parade, avec le lourd colback noir, le dolman vert, la pelisse écarlate bordée d’hermine, les culottes jonquille, bottes à la hussarde ; il est splendide, flamboyant. » En fin de journée, ses chasseurs font une brillante charge. Mais Daumesnil n’est plus là pour les enlever : un boulet lui a brisé la jambe gauche. Sa carrière militaire active est finie. Larrey va « scier sa jambe au-dessous du genou ». 

A suivre.

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 6 mars, 2019 )

Le trésor du maréchal Brune…

Brune.
Le maréchal Brune fut assassiné par la populace royaliste à Avignon, le 2 août 1815. Il avait été l’un des braves de l’Empire et fut tué par des exaltés qui voyaient en lui par erreur, un des jacobins ayant participé en septembre 1792 au massacre de la princesse de Lamballe. L’un des participants de l’assassinat de Brune, un nommé Jacques Dupont, dit « Trestaillons », vint se réfugier à Saint-Etienne, chez des amis jacobins. Il y fut arrêté mais son jugement n’eut jamais lieu faute de témoins.
C’est étrangement aussi à Saint-Etienne que se serait réfugié, si l’on s’en tient à la version donnée en 1853 par un vieux stéphanois, l’aide de camp du malheureux maréchal. Après avoir assisté au massacre de son maitre, il s’enfuit précipitamment de la ville d’Avignon en emportant la cassette personnelle du maréchal, contenant plus de 100 000 francs en or, des billets, des bijoux et des pierreries non montées.
Arrivé à Saint-Etienne, l’aide de camp serait descendu à l’auberge du sieur Chomier, à Polignais. Il en serait sorti pendant la nuit pour aller cacher la cassette «à une petite demi-heure de la ville, dans une grande prairie en vallée descendant à Saint Etienne près d’un réservoir d’eau, à gauche de la route de Puy».
Par la suite, l’officier fut incarcéré à Lyon et c’est de cette prison qu’il écrivit à un habitant de Saint-Etienne pour lui demander de récupérer la cassette et solliciter de sa part quelque argent à valoir sur le trésor. 
Le voiturier Durand, dit Paturaud, oncle du narrateur de 1853 et bénéficiaire de cette proposition, y donna largement suite. II remua toute la prairie après avoir obtenu confirmation, par l’aubergiste de Polignais, du passage du voyageur. Il n’y découvrit jamais la cassette dont l’existence supposée fut, par la suite, mentionnée dans tous les actes de vente de la parcelle.
Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2019 )

Napoléon arrive à Gap…

Napoléon le Grand2

Un nouvel extrait de l’excellent témoignage du trésorier Guillaume Peyrusse: « 5 mars 1815 . Dès la pointe du jour, M. le Grand-Maréchal me transmit l’ordre de Sa Majesté de cesser mes recherches et de rentrer. Je fis mon compte. Je trouvai un déficit de 37,000 Fr. Les rouleaux qui avaient échappé à nos recherches, avaient dû tomber dans le ruisseau, que la neige de la nuit avait grossi. Je rentrai à Digne, je m’assurai d’une voiture ; je congédiai avec largesse mes muletiers, je réglai avec M. le maire les fournitures faites. Ce fut à Digne qu’on imprima pour la première fois les proclamations que, pendant la traversée, l’Empereur avait dictées, à bord du brick, à tous les militaires qui savaient écrire, et qui se répandirent dans tout le Dauphiné avec la rapidité de l’éclair [1]. Le général Cambronne, avec une avant-garde de quarante grenadiers, eut ordre de s’emparer du pont et de la forteresse de Sisteron. Le général [de] Loverdo [2], trompé sur le nombre de nos forces, avait cru prudent d’aller replacer plus loin en arrière les troupes qu’il avait à sa disposition. C’était un point important qui eut pu ouvrir un passage aux troupes marseillaises, si le maréchal Masséna, qui les commandait, eut songé à s’opposer à notre passage. Je traversai Sisteron et rejoignis Sa Majesté à Gap. L’enthousiasme qu’inspirait la présence de Sa Majesté dans ces départements aux citoyens de toutes les classes, la sécurité parfaite avec laquelle l’Empereur poursuivait son entreprise, montraient assez quel était le vœu général de la province du Dauphiné. Avant de quitter ses habitants, l’Empereur leur exprima ainsi toute sa satisfaction :

Aux habitants des départements des Hautes et Basses-Alpes.

      « Citoyens,

J’ai été vivement touché de tous les sentiments que vous m’avez montrés ; vos vœux seront exaucés. La cause de la nation triomphera encore !!! Vous avez raison de m’appeler votre père ; je ne vis que pour l’honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes ; il garantit la conversation de toutes les propriétés, l’égalité entre toutes les classes, et les droits dont vous jouissiez depuis vingt-cinq ans, et après lesquels nos pères ont tous [tant] soupiré, forment aujourd’hui une partie de votre existence.

Dans toutes les circonstances où je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt tout ce que j’ai vu en traversant votre pays. »

A deux heures de l’après-midi, nous quittâmes Gap. La population entière se pressa sur notre passage et accompagna notre entreprise de tous ses vœux. A St-Bonnet, les habitants voyant le petit nombre de soldats dont Sa Majesté était entourée, proposèrent de faire sonner le tocsin pour réunir les villages, afin de l’accompagner en masse. – « Non, dit Sa Majesté, je voulais venir seul, me confiant aux bons sentiments des Français… Restez tranquilles chez vous. » Sa Majesté vint coucher à Corps.


[1] « Ce fut dans cette ville qu’il [Napoléon] fit imprimer pour la première fois ses proclamations ; elles se répandirent avec la rapidité de l’éclair et enflammèrent toutes les têtes et tous les cœurs d’un dévouement si violent et si prompt que toute la population du pays voulait se lever en masse et marcher à l’avant-garde », (Fleury de Chaboulon, ibid., tome I, p.134).

[2] Le général Nicolas de Loverdo (1773-1837), d’origine italienne, commandait alors la place de Sisteron. Refusant de se joindre à l’Empereur, il laisse, dans la  nuit du 4 au 5 mars 1815, entrer son avant-garde dans la ville. Sur cet épisode, lire le récit de Jean-Joseph Laurent de Gombert, maire de Sisteron (« Napoléon à Sisteron (5 mars 1815) », in   « De l’exil au retour de l’île d’Elbe … », Teissèdre, 2000, pp.71-85). 

 En complément lire  cet article totalement d’actualité: http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2015/03/04/gap-une-ville-en-effervescence

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2019 )

A propos du retour de Napoléon (mars 1815)…

A propos du retour de Napoléon (mars 1815)... dans HORS-SERIE retour-ile-delbe

« Le matin du départ, le lever de l’Empereur eut lieu comme à l’ordinaire, le Dr Foureau [de Beauregard] entre comme il était d’usage au moment où Sa Majesté allait faire sa barbe. » Eh bien ! Foureau, votre porte-manteau est-il fait ? Nous allons en France. » Le docteur sourit et répondit : «  Je ne demanderais pas mieux, mais je ne vois rien qui m’autorise à y croire ! – Comment ! Puisque je vous le dis c’est que ça y est ! Tenez-vous prêt néanmoins pour ce soir. » Saint-Denis [le mameluck Ali] qui tenait la glace dans laquelle l’Empereur faisait sa barbe, souriait en me regardant, pensant que c’était une mystification que l’Empereur faisait à son médecin. »

(Louis MARCHAND, « Mémoires… »)

La décision du retour fut mûrement réfléchie ; l’Empereur prenant en ligne de compte tous les éléments dont il disposait. Mais il fallait agir sans tarder comme le souligne G. Godlewski : « A l’automne de 1814, Napoléon entrevoyait donc l’avenir sous de tels auspices qu’à une échéance plus ou moins certaine il serait contraint d’opter entre la faillite certaine  et une aventure dont les chances de succès se précisaient de mois en mois » [1]. A la date du 7 décembre 1814, le trésorier Peyrusse mentionne dans ses mémoires la visite d’un étranger « mystérieusement introduit dans le cabinet de Sa Majesté ». A la suite de cette entrevue, Peyrusse reçoit l’ordre de faire préparer L’Inconstant « pour un voyage » et « de mettre à son bord 100,000 Fr. ». De plus, sans doute vers la fin de l’année 1814 ou au tout début de 1815, une nouvelle importante parvient jusqu’à l’Empereur. Elle est relevée par Pons : « …nous apprîmes par deux Anglais, venus exprès dans l’île pour donner cet avis qu’il avait été question au congrès de Vienne d’envoyer l’empereur Napoléon à Sainte-Hélène »[2]. L’administrateur des mines en bon observateur écrit dans ses « Anecdotes » que « A dater de cette époque, la conduite de l’Empereur prit une autre direction, et en l’observant il était permis de penser que Sa Majesté ne se croyait plus liée par le traité de Paris qui la reconnaissait [comme étant] souverain de l’île d’Elbe ».

Dès lors, Napoléon va demander à Pons « un rapport sur les moyens d’organiser une flottille expéditionnaire »[3]. On note durant toute cette période une augmentation de préparatifs pouvant laisser penser que l’Empereur prépare son départ, même si aucune nouvelle officielle ne transpire : « …Sa Majesté préparait de grands moyens de défense pour l’île et les moyens nécessaires à une expédition militaire », ajoute Pons dans son « Mémoire aux puissances alliées », à la p. 105. Guy Godlewski souligne à juste titre que « la facilité du débarquement reposa sur le secret absolu de sa préparation. Aucune parole, aucun ordre imprudent ne donnèrent l’éveil. Rien ne transpira pendant deux mois »[4]. Le mameluck Ali, indique que « peu de personnes du dehors étaient dans la confidence[5] ». Peyrusse, lié à bien des confidences impériales, note encore que l’Inconstant qui revient à Portoferraio avec « quatre mille sacs de blés » est envoyé à Gênes avec à son bord deux officiers de la Garde chargés d’acheter des draps et de la toile, comme on peut le lire dans son témoignage. Comme nous l’avons vu dans le récit de Pons, c’est vers cette période que le capitaine Taillade tentera de mettre ce navire hors d’usage ; sans doute pour essayer de faire avorter le départ de Napoléon vers la France…

« Le 20 [février 1815], je reçus les premiers ordres pour les préparatifs », écrit Pons[6]. Le 21 février, des caisses de munitions sont embarquées à bord de L’Inconstant, réparé de son avarie ; de l’artillerie est installée à bord du chébec L’Etoile. Deux jours plus tard, ces bâtiments reçoivent un stock de vivres et d’eau douce. Précisons que le colonel Campbell, ne se doutant de rien, s’était embarqué pour Livourne le 16 février, afin d’aller présenter une nouvelle fois ses hommages à une belle comtesse italienne…

« Quelques jours avant le 26 février, l’Empereur avait fait donner l’ordre à la Garde de faire un jardin d’un terrain inoccupé attenant à la caserne dans la partie ouest », précise encore Ali[7] ; histoire de tromper les apparences. Il est fort à parier qu’à cet instant les soldats ne se doutent pas de ce que leur prépare le Petit Caporal. Puis vint le jour crucial ; le 26 février au matin, Peyrusse reçut l’ordre de réquisitionner le Saint-Esprit afin d’y embarquer les Polonais du chef d’escadron Jerzmanowski.   « La générale battit ; les troupes s’élancèrent de leurs casernes. Bientôt la rade fut sillonnée de chaloupes ; quatre cents hommes de la Vieille Garde, grenadiers, chasseurs et canonniers furent embarqués sur le brick, armé de vingt-six canons : tout le reste de l’expédition prit place sur le Saint-Esprit, le chébec de l’Empereur l’Etoile, la spéronnade la Caroline, deux bâtiments de Rio et une petite felouque d’un négociant elbois. Le peuple garnissait le port, faisant retentir [dans] les airs les cris prolongés de Vive l’Empereur ! »

Napoléon s’embarque en fin de journée à bord de L’Inconstant.

« A neuf heures à peu près, l’escadrille sortit du port [8]».

Le 1er mars 1815, au matin, L’Inconstant et sa flottille sont en vue des côtes françaises. « L’Empereur ordonna alors de faire disparaître la cocarde de l’île d’Elbe et de la remplacer par celle aux trois couleurs (la cocarde de l‘île était rouge et blanche, le rouge au centre ; sur le blanc il y avait trois abeilles). En même temps que les soldats arboraient  la cocarde tricolore, M. Pons de l’Hérault donnait  lecture à haute voix de la proclamation de l’Empereur, laquelle fut accueillie par des transports de joie et des cris répétés de Vive l’Empereur ! [9]».

Après un parcours mémorable, l’Empereur arrivera à Paris le 20 mars 1815, en début de soirée.

Christophe BOURACHOT


[1] G. Godlewski, « Trois cents jours d’exil. Napoléon à l’île d’Elbe », Hachette, 1961, p.219.

[2] André Pons de l’Hérault, « Mémoire aux puissances alliées…», (Alphonse Picard et fils, 1899, pp.84-85). Guillaume Peyrusse, dans son témoignage, en date du 7 décembre 1814, complète ces informations en écrivant : « Il résultait de nos conversations avec les étrangers qui abordaient Portoferraio, de la lecture des journaux français et étrangers, que notre position à l’île d’Elbe, notre voisinage du continent, la facilité de nos communications, inspiraient des craintes sérieuses au congrès de Vienne ; que le projet de nous enlever et de nous déporter à Sainte-Hélène avait été formé. L’arrivée du personnage mystérieux introduit auprès de Sa Majesté donnait lieu à ces diverses suppositions une consistance alarmante. »

[3] Pons de l’Hérault, « Mémoire aux puissances alliées », p.95. Ce fait est également repris dans ses « Souvenirs », Plon, 1897; nouvelle édition: Les Editeurs Libres, 2005- sous le titre de « Napoléon, empereur de l’île d’Elbe »).

[4] Godlewski, p.231.

[5]  Ali, « Souvenirs sur l’empereur Napoléon. Présentés par Christophe Bourachot », Arléa, 2000, p.87.

[6] Pons, « Mémoire aux puissances alliées » , p.109.

[7] Ali, p.88.

[8] Ali, p.89.

[9] Ali, p.90.

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2019 )

Les derniers jours des Mamelucks…

bellange14.jpg

Au cours de la campagne d’Égypte, des cavaliers turcs syriens ou arabes furent incorporés dans l’armée française ; ces cavaliers, dont le général Bonaparte avait apprécié la valeur, suivirent en France le futur empereur et formèrent sous le nom de Mamelucks, un escadron qui prit rang dans la Garde consulaire. Cet escadron fit ensuite partie de la Garde impériale et la suivit sur tous les champs de bataille. Les Mamelucks avaient conservé leur pittoresque costume oriental, montaient des chevaux arabes et l’un d’eux, Roustam, devenue en quelque sorte l’ordonnance de Napoléon, figurait toujours dans son escorte. L’Empereur avait en lui la plus grande confiance et l’avait attaché à sa personne. Les mamelucks devaient ne se recruter que difficilement, les communications entre la France et l’Égypte étant coupées. Aussi, étaient-ils peu nombreux en 1814. Les survivants furent dirigés sur Melun, où leur escadron avait son dépôt, dans le quartier Saint-Ambroise, sur la rive gauche de la Seine. Ce quartier, qu’occupait sous Napoléon III un régiment de cavalerie de la Garde, à disparu.  A leur licenciement, après la campagne de France, les cavaliers de l’ancien escadron syrien de la Garde consulaire avaient conservé envers Napoléon, leur foi, leur idolâtrie. Il leur fallut quitter pour toujours leur costume oriental. « Ils furent bien empêtrés, les pauvres dit un historien local, Gabriel Leroy, en entrant dans la vie civile qu’ils n’avaient jamais soupçonnée. Jamais gens ne furent plus embarrassés quand il leur fallut se vêtir comme tout le monde. Où étaient leurs airs conquérants de naguère ? » 

Quelques-uns attirés par le soleil, peut-être par le voisinage de l’île d’Elbe, s’en furent à Marseille. Il en resta peu à Melun. Les officiers s’y fixèrent et leurs descendants s’y voyaient encore, il y a quelques années. Officiers et Mamelucks durent, pour vivre, faire des prodiges d’économie. Les pensions n’étaient pas grosses sous la Restauration. D’aucuns s’improvisèrent cuisiniers, sans grand succès d’ailleurs, leurs plats orientaux étant peu goûtés à Melun. D’autres vendirent ou mirent en loterie des débris de leur ancienne existence. Ceux qui avaient été ordonnances continuèrent leur service près de leurs officiers, défendant avec énergie, dans un sabir souvent peu compréhensible, les intérêts de leurs officiers contre les dames de la halle de Melun. Plus heureux, l’un d’eux, nommé Azaria, chevalier de la Légion d’honneur et ancien brigadier, obtint une place chez le duc de Choiseul-Praslin, à Vaux-le-Vicomte, et s’y montra impitoyable pour les braconniers. 

Roustam, auquel les gratifications de l’Empereur avait constitué une large aisance, ne suivit pas ses camarades à Melun. Resté à Paris, il obtint par la suite une place de receveur-buraliste à Dourdan ; où il mourut en 1845.  En 1830, le drapeau tricolore réveilla chez les Mamelucks de Melun les souvenirs de leur jeunesse et quelques-uns d’entre eux s’en allèrent en Algérie se battre contre les Bédouins, ainsi qu’on disait alors. Les autres, de moins en moins nombreux, vieux, infirmes, restèrent à Melun. Accompagnés de leurs femmes qui les avaient suivis en France, ils erraient dans les rues de la ville, cherchant un rayon de soleil. Misérablement vêtus, portant toujours le turban, ils étaient bien vus des habitants. 

Ils s’éteignirent ainsi les uns après les autres et aujourd’hui leur souvenir même a disparu.     

GENERAL DE MAINDREVILLE. 

Article paru dans le « Carnet de la Sabretache » en 1932.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2019 )

5 mars 1815: Napoléon en route vers Grenoble…

5 mars 1815: Napoléon en route vers Grenoble... dans TEMOIGNAGES chrononapoleonparcharlet

 « 5 mars. Dès la pointe du jour, M. le Grand-Maréchal me transmit l’ordre de Sa Majesté de cesser mes recherches et de rentrer. Je fis mon compte. Je trouvai un déficit de 37,000 Fr. Les rouleaux qui avaient échappé à nos recherches, avaient dû tomber dans le ruisseau, que la neige de la nuit avait grossi. Je rentrai à Digne, je m’assurai d’une voiture ; je congédiai avec largesse mes muletiers, je réglai avec M. le maire les fournitures faites. Ce fut à Digne qu’on imprima pour la première fois les proclamations que, pendant la traversée, l’Empereur avait dictées, à bord du brick, à tous les militaires qui savaient écrire, et qui se répandirent dans tout le Dauphiné avec la rapidité de l’éclair . Le général Cambronne, avec une avant-garde de quarante grenadiers, eut ordre de s’emparer du pont et de la forteresse de Sisteron. Le général [de] Loverdo , trompé sur le nombre de nos forces, avait cru prudent d’aller replacer plus loin en arrière les troupes qu’il avait à sa disposition. C’était un point important qui eut pu ouvrir un passage aux troupes marseillaises, si le maréchal Masséna, qui les commandait, eut songé à s’opposer à notre passage. Je traversai Sisteron et rejoignis Sa Majesté à Gap. L’enthousiasme qu’inspirait la présence de Sa Majesté dans ces départements aux citoyens de toutes les classes, la sécurité parfaite avec laquelle l’Empereur poursuivait son entreprise, montraient assez quel était le vœu général de la province du Dauphiné. Avant de quitter ses habitants, l’Empereur leur exprima ainsi toute sa satisfaction :

Aux habitants des départements des Hautes et Basses-Alpes.

 « Citoyens,

J’ai été vivement touché de tous les sentiments que vous m’avez montrés ; vos vœux seront exaucés. La cause de la nation triomphera encore !!! Vous avez raison de m’appeler votre père ; je ne vis que pour l’honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes ; il garantit la conversation de toutes les propriétés, l’égalité entre toutes les classes, et les droits dont vous jouissiez depuis vingt-cinq ans, et après lesquels nos pères ont tous [tant] soupiré, forment aujourd’hui une partie de votre existence.

Dans toutes les circonstances où je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt tout ce que j’ai vu en traversant votre pays. »

A deux heures de l’après-midi, nous quittâmes Gap. La population entière se pressa sur notre passage et accompagna notre entreprise de tous ses vœux.

A St-Bonnet, les habitants voyant le petit nombre de soldats dont Sa Majesté était entourée, proposèrent de faire sonner le tocsin pour réunir les villages, afin de l’accompagner en masse. – « Non, dit Sa Majesté, je voulais venir seul, me confiant aux bons sentiments des Français… Restez tranquilles chez vous. » Sa Majesté vint coucher à Corps. »

(Extrait des « Mémoires » de G. Peyrusse, Editions AKFG, 2018)

Un GRAND témoignage sur NAPOLEON et ses campagnes.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 2 mars, 2019 )

Paris en mars 1814. Extrait des « Souvenirs » de Julie Mallet.

hvernet.jpg

Après la campagne de Saxe, l’Empereur revint à Paris, dont les habitants étaient plongés dans la consternation ; mais elle fut bien plus grande encore lorsqu’on apprit que, le 20 décembre 1813, une armée alliée était entrée par Bâle. Le 1er  janvier 1814, une autre passa le Rhin, en très peu de temps, l’ennemi fut aux portes de Paris ; l’Empereur faisait levées sur levées, mais cela ne produisait que des soldats qui ne savaient ni faire l’exercice, ni résister aux rigueurs de la saison. Dans les campagnes, les paysans s’armaient de fourches et d’instruments semblables pour se défendre. L’ennemi fut battu à La Ferté, Champaubert, Montmirail, Montereau ; mais lorsqu’il était repoussé d’un côté, il s’avançait d’un autre. Napoléon était partout, faisant faire à ses troupes des marches forcées et surprenant l’ennemi par sa diligence.  A Paris, nous ne pouvions croire qu’il fût possible que nous verrions l’ennemi dans nos murs ; nous n’avions été accoutumés à voir la guerre que de loin, et nous repoussions toujours l’idée du danger. Cependant, on fortifiait Paris, on faisait des palissades tout autour de la ville et c’était une chose qui donnait beaucoup d’inquiétude, parce qu’on savait qu’en cas d’attaque, cela ne servirait à rien qu’à faire périr beaucoup de monde. Mais, le 28 mars 1814, on commença à voir arriver à Paris des quantités de gens de la campagne, les rues étaient encombrées de charrettes, de meubles, de vaches, etc. ; tous ces malheureux, au désespoir, apportaient la nouvelle que l’ennemi s’avançait à grands pas derrière eux ; on ne peut se peindre la consternation qui se répandit dans Paris le lendemain, lorsqu’on fut réveillé par le bruit du canon. L’ennemi avança ce jour-là jusqu’aux portes de Paris, et le jeudi 30, à six heures du matin on battit la générale. Il me semble encore entendre ce bruit fatal, je ne pouvais en croire mes oreilles ; mais notre effroi fut encore plus grand en entendant non seulement le canon, qui était très fort, mais une fusillade continuelle et aussi distincte que si c’eût été à cent pas : elle n’était pas beaucoup plus loin. On se battait au-dessous de Montmartre et dans la campagne près la barrière de Clichy. Je crois qu’il est impossible de voir une bataille plus près que nous n’avons vu celle-là, à moins d’en faire soi-même partie. Du haut de notre maison, on voyait le feu des batteries qui étaient sur Montmartre. Cette journée fut bien cruelle à passer : le canon ne cessa pas un instant de se faire entendre. Dans notre rue, sur les boulevards, on voyait passer les blessés qu’on rapportait continuellement ; nous étions dans des transes affreuses. Jemmy qui était de la garde nationale, était de service ce jour-là, chez le maréchal Moncey, et nous sûmes, dans le milieu de la journée, qu’il l’avait suivi à la bataille. Vers quatre heures, il vint à la porte et dit qu’on commençait à parler de capitulation. Maman s’empressa d’aller porter cette nouvelle à Mme F[usil [la fameuse comédienne qui suivit les troupes françaises durant la retraite de Russie]. En y arrivant, elle apprit qu’il était tombé un obus sur la maison voisine et que cela menaçait de mettre le feu aux greniers. Elle fit dire aussitôt chez nous qu’on jetât le foin dehors. En cherchant où on pourrait mettre le fourrage, mon frère ouvrit à la hâte une remise, et un timon de voiture lui tomba sur la tête et lui fit une blessure qui n’était pas dangereuse, mais qui nous effraya horriblement. Ne sachant pas ce qui était arrivé, et entendant du bruit dans la maison, je crus que c’était Jemmy qu’on venait de rapporter blessé.  Presque au même moment, des cris affreux se firent entendre dans la rue, comme un bruit de chevaux au grand galop : la barrière de Clichy venait d’être enfoncée, et c’étaient les curieux effrayés et quelques soldats fuyants qui causaient ce désordre ; dans le dernier moment, nous ne doutions pas que l’ennemi ne fût derrière eux et nous nous crûmes perdus. Sachant maman de l’autre côté de la rue, nous voyant séparés d’elle dans un pareil moment, croyant que la porte allait être enfoncée, la maison peut-être mise au pillage je tremble encore quand j’y pense, nous étions au désespoir ; maman, voyant la foule qui se précipitait sur le boulevard, pensa qu’en allant aussi vite que les fuyards, il n’y avait pas de grands dangers. N’étant pas loin de sa maison, elle se hasarda à revenir ; elle arriva sans accident ici mais on eut bien de la peine à empêcher la foule effrayée d’entrer avec elle. Cependant, je vois encore un homme qui s’était introduit dans la cour et s’était blotti sur une borne. Il était horriblement effrayé et on eut bien de la peine à le faire sortir.

Au moment où maman traversa la cour, elle vit passer un obus au-dessus de sa tête ; on commençait à bombarder : plusieurs bombes tombèrent sur le boulevard et une mit le feu à la maison de M. de Goutant. Il en tomba une chez M. Destillières. Mlle B…, traversant sa cour, vit tomber à ses pieds plusieurs biscayens. On nous fit, tout de suite, descendre à la cave et malgré la consternation générale, on eut presque envie de rire en voyant que je descendais avec moi mon chat et mes serins. Cette précaution de descendre à la cave nous porta bonheur, car presque aussitôt Jemmy entra dans la cour et nous annonça par la fenêtre que la capitulation venait d’être signée. Cette nouvelle nous transporta de joie, le canon cessa alors de se faire entendre peu à peu, à mesure que la nouvelle de la capitulation se répandait sur différents points de la bataille. 

Le lendemain 31 mars [1814], les souverains, c’est-à-dire l’empereur de Russie et le roi de Prusse, entrèrent dans Paris à la tête de leurs troupes. Tout se passa dans le plus grand ordre, que la garde nationale (à laquelle on avait permis de partager les postes) contribua beaucoup à maintenir. 

Témoignage publié la première fois dans « Le Carnet historique et Littéraire », en 1898. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 2 mars, 2019 )

Le suicide de Berthier (4ème partie et fin).

08533707.jpg

Le mot de suicide n’est pas prononcé dans le rapport que nous venons de traduire. Mais ce rapport décisif nous révèle l’état d’âme de Berthier, on notera qu’avant d’entrer dans les cabinets, il a essayé d’éloigner Mlle Gallien et qu’elle n’a pas voulu le laisser seul dans la chambre des enfants. Une lettre confidentielle, écrite de Munich le 13 juin par le conseiller de légation baron de Strampfer assure que la princesse de Wagram craignait une catastrophe et qu’elle avait chargé les domestiques de surveiller son mari, mais que le prince sut se soustraire à l’attention de ses gens, qu’il se rendit, pour exécuter son dessein, dans la chambre de ses enfants où il y avait des cabinets, et que là, sous le prétexte d’un besoin naturel, il trouva le temps de mettre une chaise contre la fenêtre, de se jeter en bas.

« La cour de Bamberg, ajoute Strampfer, représente cette mort comme tout à fait accidentelle ; mais on sait que Berthier s’est ôté la vie à dessein, et il a sans doute choisi ce genre de mort pour donner à la chose l’air d’un accident. »

La cause est entendue. Nous n’ignorons plus le comment et le pourquoi de la mort de Berthier.

 Il est dégoûté de la vie, et voici que passent sous ses yeux les colonnes russes en files interminables.

Quoi ! Elles vont envahir et ravager la France, et lui, Berthier, est cloué à Bamberg ! Plutôt mourir…et il meurt.

On a dit que ce suicide était impossible parce qu’il est vulgaire, qu’un soldat, un maréchal de France aurait choisi d’autres moyens. Berthier devait donc se tirer un coup de pistolet ! Il devait s’empoisonner ainsi que Napoléon l’avait tenté dans la nuit du 11 au 12 avril 1814 !

Hélas ! Le pauvre Berthier ne pensait pas à mourir en beauté. Quand on veut mourir, on meurt comme on peut.

Arthur CHUQUET

—————–

Il est à noter que tous les historiens ne partagent pas la théorie du suicide. Ainsi le général Derrécagaix, un des premiers biographes du Maréchal, penche plutôt pour un accident, avançant le fait que Berthier était sujet très souvent à des vertiges. Selon lui, le maréchal se mit debout « sur un fauteuil placé sur une petite estrade » pour mieux voir la cavalerie russe qui passait devant son château et aurait pris d’un de ces fameux vertiges qui le déséquilibra … (Source: La plaquette de cet auteur et intitulée:  »Les derniers jours du maréchal Berthier », Paris, Librairie Militaire R. Chapelot et cie, 1905).

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 1 mars, 2019 )

Napoléon au Golfe-Juan (1er mars 1815). Deux lettres d’Honoré V, prince de Monaco.

Napoléon au Golfe-Juan (1er mars 1815). Deux lettres d’Honoré V, prince de Monaco. dans TEMOIGNAGES golfejuan

Qui ne sait que, lorsque Napoléon débarqua au golfe-Juan, Cambronne, envoyé en avant-garde à Cannes, arrêta le duc de Valentinois (plus tard prince de Monaco sous le nom d’Honoré V [né en 1778, il est couronné en 1819 et règne jusqu’à sa mort, survenue le 2 octobre 1841), qui se rendait dans sa principauté, et l’envoya au bivouac de Napoléon ?

Voici sur cet épisode :

1°, le  récit inédit du Prince ; 2°, une spirituelle et piquante réponse qu’il fit à un article fantaisiste qu’Alexandre Dumas père avait publié dans le « Voleur » du 30 juin 1841. Il est inutile de commenter ces deux documents ; nos lecteurs sauront en apprécier la valeur.

Arthur CHUQUET (« Feuilles d’Histoire », 1er mai 1913).

I.

Lettre du prince Monaco au maréchal Soult, duc de Dalmatie, ministre de la Guerre.

Monsieur le Maréchal,

J’ai l’honneur d’annoncer à Votre Excellence qu’en arrivant le jeudi premier mars [1815] à Cannes, vers les cinq heures du soir, j’ai été arrêté par un général qui est venu au-devant de moi sur la route, m’a prié de descendre, ayant, disait-il, quelques ordres à me communiquer. Lorsque j’ai été descendu, il m’a montré a cocarde tricolore en me disant : « Vous voyez que nous sommes ennemis, mais ne craignez rien, il ne vous sera fait aucune injure. » Je me suis trouvé dans le même moment  entouré par un détachement de chasseurs de la Vieille Garde. Deux gendarmes qui m’escortaient en raison du passage de l’Estérel, ont été faits prisonniers comme moi. J’ai appris alors qu’un débarquement s’était opéré à une lieue environ de Cannes dans un petit golfe. Sept bâtiments, m’a-t-on dit, ont amené des troupes venues de l’île d’Elbe qui sont descendues vers trois heures après-midi.

Le général avait envoyé une estafette à l’état-major pour savoir ce qu’il fallait faire de moi. L’estafette ne revenant point, il m’a dit d’envoyer un de mes courriers chercher la réponse. J’ignore le contenu des ordres des ordres qu’a reçus le général, mais il m’a fait conduite à une auberge où je suis resté, gardé par un caporal dans ma chambre et un poste à ma porte.

Vers deux heures du martin, j’ai reçu de Napoléon l’ordre de me rendre en av avant du village pour l’attendre. Conduit par mon caporal, je suis arrivé à lap lace désignée où on avait allumé un feu. Au milieu d’un cercle de troupes, j’ai trouvé Napoléon qui m’a fait quelques questions insignifiantes et m’a dit que je pourrais continuer ma route après le passage des colonnes. Je me suis retiré à mon auberge avec mon caporal qui a continué à me garder jusqu’au départ des troupes, qui ont pris le chemin de Grasse dans les montagnes. On avait commandé 3.000 rations, mais on n’en a employé que [la] moitié environ. Des mulets ont été mis en réquisition pour les bagages. Point de cavalerie, mais une soixantaine de Polonais déterminés. Quelques pièces d’artillerie. J’ai eu des détails sur le débarquement, mais ils se contrarient : les uns m’ont dit que les vaisseaux étaient français, les autres que non. Il m’a semblé qu’à mon passage un bâtiment croisait devant les îles Sainte-Marguerite et attendait quelque nouvelle. Votre Excellence en sait sans doute beaucoup plus long que moi maintenant ; mais mon devoir m’ordonne de lui rendre compte du peu que j’ai appris, et comme je crains que le courrier ne se trouve intercepté, je prie Monsieur le gouverneur du comté de Nice de faire arriver ma lettre par un courrier du roi de Sardaigne.

Je vais m’occupez maintenant de tout ce qui peu  regarder lap lace Monaco, et j’aurai l’honneur, sous peu de jours, de faire un rapport à Votre Excellence. Je ne lui parle pas d’Antibes où j’ai passé hier après-midi. On y a fait prisonniers quelques hommes de la Garde, envoyé avec des proclamations portant que Napoléon allait remonter sur son trône. Il paraît que lui-même est venu de ce côté et n’a retourné vers Cannes qu’après avoir échoué à Antibes.

L’esprit de la Provence est entièrement prononcé pour le Roi. Beaucoup de questions ont été faites pour connaître l’esprit public : tous ont répondu comme le maire de Cannes qui a dit : « J’ai servi fidèlement Napoléon, il a abdiqué, je me dois tout entier au Roi, je lui serai fidèle ; tous les habitants pensent comme moi. » Le général qui l’interrogeait lui a dit : « Vous êtes un brave homme. » Trois ou quatre chasseurs de la Garde ont quitté leur chef à Cannes même m’a-t-on dit. En général ils sont trompés sur la manière dont le roi traite les troupes et surtout la Veille Garde. Il ne sera pas difficile de les ramener. Si on avait eu des troupes ou des armes à Cannes, le débarquement n’aurait eu aucun résultat ; le peuple était fort animé, et, sans la crainte de faire brûler la ville, il y aurait eu du sang répandu. Je dois observer à Votre Excellence qu’au moment où l’avant-garde est arrivée à Cannes, quelques habitants se sont échappés dans les montagnes pour porter la nouvelle. On m’a dit que les gendarmes avaient été sur-le-champ prévenir le préfet. On a commis la faute de ne pas envoyer sur la grande route de l’Estérel  pour prévenir du débarquement ; mais comme il ne se passe pas ordinairement beaucoup se voyageurs français sur cette route, on aura négligé cette précaution, croyant mieux d’envoyer prévenir promptement les autorités locales. S’il avait été possible de le prendre, on m’aurait épargné un grand désagrément et une inquiétude fort vive.

Ma lettre est écrite fort à la hâte, monsieur le Maréchal ; je vous prie de ne vous attacher qu’aux détails ; je me trouverai trop heureux s’ils peuvent vous être de quelque utilité.

Recevez, monsieur le Maréchal, l’assurance du respect avec lequel je suis votre serviteur.

Le duc de VALENTINOIS, prince de MONACO.

II.

Lettre du prince de Monaco à Alexandre Dumas.

8 juillet 1841.

Qu’un voyageur, homme d’esprit d’ailleurs, renouvelle des plaisanteries quelque peu usées sur la petitesse d’un pays ; qu’il laisse courir son imagination à la recherche d’une contredanse ; faute de mieux, que même il y joigne des personnalités d’une convenance plus ou moins hasardée, son article, comme tant d’autres, passera inaperçu.

Mais là s’arrêtent les limites du genre, et d’une histoire il n’est permis à personne de faire un conte.

Or, j’aperçois dans le « Voleur » du 30 juin un gros titre en majuscules.

LE PRINCE DE MONACO

Et en petites lettres : dont chacun sait l’histoire. A coup sûr, si quelqu’un le sait, ce n’est pas son historien.

D’abord, l’histoire ne s’est jamais mêlée de mes affaires. Je n’ai point été forcé de prendre une petite place à la cour de l’Empereur, parce que jamais il n’a appartenu à personne de faire violence à ma volonté. Je servais la France dès 1799. Aide-de-camp du prince Murat, je suis devenu, sur ma demande, premier écuyer de l’impératrice Joséphine et n’ai cessé de l’être que le jour où elle m’a rendu mon serment. L’estime de l’armée d’alors me rend peu sensible aux légèretés des journalistes ou des auteurs d’aujourd’hui.

Cela posé, Monsieur, j’ai un devoir à remplir, devoir pénible ; mais les paroles que vous prêtez à l’Empereur ainsi qu’à moi, le rendent impérieux : imaginer une conversation aussi puérile, aussi triviale, dans un moment aussi grave c’est commettre une faute de lèse-bon goût autant qu’altérer la vérité.

Les actions répondent aux paroles. Je ne me suis nullement frotté les yeux. On ne m’a point répété à satiété : bonjour, Monaco, parce qu’alors on n’avait ni un pareil ton, ni se semblables manières. A coup sûr, cette charge sur l’Empereur ne ressemble guère à son portrait. Or, vous savez sans doute qu’en fait de spéculation, la plus mauvaise de toutes est celle que l’on risque sur la vérité. L’Empereur ne m’a nullement offert de le suivre ; je ne lui ai pas répondu que j’attendrais ses ordres. Quant aux canons, il n’y en avait pas plus que d’artilleurs [ici, la mémoire du prince le trompe ; il disait en 1815 qu’il y avait « quelques pièces d’artillerie »].

L’officier français ne donne pas de coups de canne, le soldat n’en reçoit pas, et les princes de Monaco n’ont jamais fait pendre personne. Vous conviendrez, Monsieur, que votre imagination a trop de fécondité. J’étais loin de m’en plaindre en lisant vos romans, mais l’Histoire veut du vrai.

Recevez, Monsieur, l’assurance de ma très parfaite considération.

Prince de MONACO, duc de VALENTINOIS.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 mars, 2019 )

A Golfe-Juan, en mars 1815…

Golfe 1er mars 1815Ce récit a été rédigé par le maire de Cannes et publié en 1887 dans la « Revue Rétrospective », sous le titre : « Le débarquement de Napoléon à Cannes (mars 1815) ».

Le 2 mars mil huit cent quinze, à dix heures du matin. Nous, François-Auguste Poulle, maire de cette ville de Cannes, disons que, hier, à trois heures après-midi, étant à la promenade, Antoine Guigues, sergent de ville, accourut tout effrayé me dire qu’un général était arrivé à la tête d’environ cinquante hommes, et m’appelait promptement à la commune. Je me hâtai de m’y rendre. Y étant arrivé, je trouvai un individu avec mes adjoints et secrétaire, que je crus être un officier habillé en bourgeois, qui me demanda un passeport pour Marseille. Je l’invitai à me dire s’il en avait un et d’où il venait : « Je n’en ai point, répondit-il, et je viens de l’île d’Elbe. » Lui ayant dit que ne pouvais pas le satisfaire, il fit l’étonné, et je vis entrer le général qui me fit aussi la demande d’un passe-port pour l’individu et pour Toulon : « Il en faut donc deux, répondis-je, un pour Toulon et un pour Marseille ? -Non, répondit-il, il le faut pour Toulon, et il le faut. » 

Je feignis de faire chercher le percepteur des contributions, qui, seul, est autorisé à tenir ce papier de passe-port ; le général en prit de l’humeur et sortit, me laissant seul avec l’individu, qui parlait très peu. Revenu quelques moments après, il ne parla plus de passe-port, mais il m’ordonna de me rendre au Golfe Juan pour recevoir les ordres du commandant- j’appris que M. Vidal, un de mes adjoints, à qui le général avait donné le même ordre, avec menace de l’y faire accompagner, s’y était refusé. Je lui répondis que je ne le pouvais, ni ne devais sortir de ma commune : «Vous me donnerez donc votre refus par écrit ?-Oui, Monsieur, » lui répondis-je ; et j’écrivis mon refus. Il le prit et fut conduire sa troupe au-devant de l’auberge du sieur Pinchinat. Étant revenu après, il demanda le brigadier de gendarmerie. Celui-ci était avec moi, et je le lui présentai ; il lui un ordre par écrit d’aller, de suite, au Golfe, présenter à l’Empereur son cheval et ceux de sa brigade, qui seraient bien payés ; il reçut l’ordre, mais il n’obéit pas. 

Le général me demanda un entretien particulier. Mes adjoints, secrétaire et autres, sortirent du bureau, nous restâmes avec l’individu. Le général me dit : « -Votre réputation nous est connue ; il faut nous dire avec toute franchise comment vos administrés ont pris l’arrivée du Roi.- Ils en ont marqué, ai-je dit, une joie bien vive et je crois qu’ils lui sont bien attachés.- Et vous, a-t-il continué, tenez-vous pour l’Empereur ou pour le Roi ?- Je vous dis, avec toute le franchise qui doit caractériser l’homme, ai-je répondu, que j’avais juré fidélité et obéissance à l’Empereur, et j’aurais donné ma vie pour lui. J’ai fait le même serment au Roi ; je ne saurais être parjure. » – A cette réponse, il mit sa main sur mon épaule droite, en disant : « Je vous estime. »-Il sortit avec l’individu. 

 Sur environ les sept heures et demie, il revint faire une autre réquisition pour 3,000 rations de pain et autant de viande, prêtes à distribuer à minuit précis, dont il exigea aussi récépissé. Je fis de suite appeler les bouchers et les boulangers. Je leur intimai l’ordre de se pourvoir. Les bouchers dirent que des marchands Piémontais étaient arrivés avec des bœufs, qu’il m’en faudrait trois pour les fournitures. Je leur ordonnai d’en faire le marché et des les égorger de suite, ce qui fut exécuté. J’intimai le même ordre aux boulangers ; je nommai douze commissaires pour faire prendre tout le pain. Messieurs les adjoints marchaient avec eux ; à onze heures, il y eut dix-sept cents rations dans le magasin que j’avais assigné. Pour avoir le restant, les commissaires, s’étant divisé les quartiers, se portèrent chez les habitants, qui se prêtèrent de la meilleure grâce, et, à une heure après minuit, les rations furent à peu près complétées. Dans l’intervalle, et vers les huit heures et demie, un officier vint me présenter une proclamation signée : Napoléon, et pour mandement pour l’Empereur, signé : Bertrand, avec ordre de lui donner publicité. 

Les appartements de la commune étaient remplis, depuis longtemps, de partie de MM. Les Conseillers municipaux, bourgeois et gens de tout état, et là, lut qui voulait. Les esprits n’étaient pas tranquilles ; je tâchai de les rassurer, en leur répétant de temps en temps : « Soyez tranquilles, il ne nous faut ni force ni courage, mais seulement de la prudence : reposez-vous sur moi et nous sortirons de ce pas.»-J’en éprouvai la plus vive satisfaction. La lecture, faite par qui voulait, ne fit pas la moindre sensation. Vers les deux heures, on vint annoncer l’arrivée de Bonaparte, qui établit son bivouac sur les sables hors de la ville, près de Notre-Dame, où il fit allumer un grand feu qui fut entouré de troupe et de beaucoup de gens de la ville. Il ne parle à personne, excepté à Monseigneur le Prince de Monaco qui, étant arrivé à Cannes vers les cinq heures de la veille, le général lui avait donné un piquet et un caporal dans ses appartements, fut appelé par Napoléon, qui le garda jusque vers les quatre heures. La conversation ne fut pas entendue. Je n’avais jamais quitté ma place et je ne la quittais pas. Je transmettais mes ordres, que les adjoints et les commissaires faisaient exécuter. Il me fut demandé plusieurs conducteurs, charrettes et chevaux, tout fut fourni et toute la troupe défila vers Grasse ; et, à cinq heures et demi, Cannes eut le bonheur de se voir entièrement délivrée, et les habitants qui, de frayeur, ne s’étaient pas couchés, sont restés quelques moments étonnés de cette apparition, et sont très contents du départ. 

Cependant, quelques soldats étaient restés ; ils faisaient sortir du magasin les pains qui n’avaient pas été distribués et les mettaient en vente. J’en fus prévenu ; je m’y portai de suite, je fis rentrer le pain. Je trouvai douze cents septante trois [1273] rations distribuées, au lieu de trois mille demandées, et, ayant fait fermer le magasin, je me suis retiré sans avoir obtenu du commissaire des guerres le paiement qu’il avait solennellement promis. Je me propose de faire rendre aux boulangers les pains de leurs fabrications, aux habitants pauvres ceux qu’ils ont donnés, dont j’avais fait prendre les noms, et de faire distribuer, aux pauvres de la commune, le pain de la classe qui peut se passer de restitution.

 Quant aux bouchers, la viande donnée sera pour leur compte, et, pour celle distribuée, je prendrai les ordres de l’autorité. 

Rentré chez moi, aujourd’hui, à six heures du matin, je pensais me reposer, lorsque Monseigneur le Prince de Monaco m’a fait l’honneur d’arriver ; il m’a demandé le certificat que j’ai fait tel que suit : « Je, soussigné, maire de cette commune de Cannes, troisième arrondissement de Grasse, certifie que Monseigneur le Prince héréditaire de Monaco, se rendant à Monaco, a été arrêté, hier, à Cannes, par le premier poste des troupes de l’île d’Elbe ; qu’il n’a cessé d’avoir auprès de lui, un poste, un caporal dans son appartement et que, sur les deux heures du matin, il a été forcé de se rendre près le commandant des dites troupes. En foi de quoi j’ai fait le présent certificat pour servir ce que de besoin.

A Cannes, ce deux mars, mil huit cent quinze. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 mars, 2019 )

La gratification de l’armée, après le débarquement de Napoléon à Golfe-Juan…

golfejuan.jpg

Pour résister à l’Usurpateur qui vient de débarquer sur les côtes de France, et regagner l’affection des troupes, on les passa en revue, on leur donna une gratification, et le ministre de la Guerre écrivait au général en chef comte Maison, gouverneur de la 1ère Division militaire.

Arthur CHUQUET.

Général, j’ai l’honneur de vous informer que le Roi, désirant donner aux troupes qui sont sous votre commandement une preuve de la bienveillance particulière qu’il leur apporte, Sa Majesté m’a chargé de faire payer la gratification de cinq francs par soldat et demi-mois de solde aux sous-officiers et officiers (qu’elle a accordée aux troupes qui ont été passées en revue le 9 de ce mois) aux autres corps qui se trouvent réunis sous votre commandement et à toutes les troupes qui se rendront dans cette division. Cette gratification sera accordée sur les fonds de la solde, sur des états nominatifs pour les officiers et d’effectifs pour les sous-officiers et soldats, certifiés par les conseils d’administration, visés et arrêtés par les inspecteurs et sous-inspecteurs aux revues. Je donne en conséquence des ordres à M. l’Inspecteur aux revues de la 1ère division afin qu’il prenne à ce sujet toutes les mesures qui pourront être nécessaires.

Veuillez bien, je vous prie, général, faire connaître aux troupes que vous commandez, cette nouvelle marque de leur intérêt que Sa Majesté prend à leur bien-être et leur prescrire de faire former les états qui devront servir au paiement de la gratification dont il s’agit.

————–

A noter. En l’absence de date sur ce document, le Ministre de la Guerre peut être soit le maréchal Soult (ministre du 3 décembre 1814 au 11 mars 1815), soit le général Clarke (ministre du 11 mars 1815 au 20 mars 1815).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...44
« Page Précédente  Page Suivante »
|