( 21 mai, 2017 )

Campagne de Russie. Lettre d’un grognard parisien.

cdr2

Voici la lettre d’un sous-officier, blessé à la bataille de la Moskowa, qui présente cette particularité qu’elle a été écrite, faute d’encre, avec de la  poudre à canon. La poudre des cartouches devait être également utilisé au cours de cette terrible campagne, pour saler les bouillies et les morceaux de cheval, de même que l’étoupe dont on garnissait les caissons et  délivrée par l’artillerie devait servir aux pansements. L’auteur, Antoine-Henry-Félix Bauve, est né à Paris le 12 mars 1785. Il apprenait le métier d’horloger chez son père Gilles Bauve, lorsqu’il fut enlevé à sa famille par la conscription de l’an XIV  et incorporé au 9ème régiment d’infanterie, le 15 frimaire (6 décembre 1805).

Nommé  caporal le 1er janvier 1807 et fourrier le 30 octobre, sergent-major le 9 juillet 1809, il est adjudant sous-officier depuis le 28 février 1812.

Il a fait les campagnes des années 1809, en Italie et en Allemagne et en 1810, au Tyrol.

Georges MAUGUIN (« Revue des Etudes Napoléonienne », janvier-juin 1935).

—————————-

Russie, Ghjatsk, le 30 septembre 1812.

Chers papa et maman,

Les communications sont si difficiles et les postes ne pouvant être bien servies dans ce pays, je vous écris plus promptement que je ne l’aurais fait, c’est dans la crainte où je suis que vous n’ayez reçu ma lettre datée du 10 présent mois.

Par cette lette, je vous faisais savoir qu’à la bataille donnée le 7 [septembre 1812] j’avais été blessé d’un coup de feu, qu’une ballez m’était entrée au-dessous de l’épaule droite, était sortie au milieu et au-dessus de la gauche et que par un bonheur presque inouï cette blessure quoique forte n’était nullement dangereuse puisqu’elle ne m’avait attaqué aucune partie et que mes 4 membre étaient du reste très bien portants. Maintenant mes plaies sont dans le plus bel état, celle de l’épaule gauche est bientôt fermée et sans l’évacuation forcée que nous avons fait, puisque nous somme à 45 lieues en arrière de Moscou, je serais bien près de ma guérison.

Je bous donnais aussi avis que Tenins m’avait, dans l’état d’abattement et de dénuement où j’étais, fait prendre 60 francs, dont je lui ai fait un bon pour Madame sa mère et que je vous prie de lui acquitter. Il y a quatre mois que nous n’avion reçu un centimes de paye. Ce cher ami m’a dans cette circonstance  rendu je crois la vie.

Le chagrin où j’étais de  la perte de ma gargagnace [sic] qui venait de m’être volée au moment où on me pansait à l’ambulance et qui contenait ce que depuis un mois je me forçais de mettre en réserve dans le as où je viendrais à être blessé, savoir : une petite bouteille de rhum, une chemise, des mouchoirs, des cravates  et du biscuit qui venait encore de la Silésie et une gourde pleine d’eau-de-vie, toutes ces choses m’eussent été du plus grand secours, puisque nous avons été 2 jours sans secours et sans vivres et nous pansant nous-mêmes les uns aux autres, nous avons tant bien que mal fait équiper par nos domestiques trois petites voitures et, en volant des chevaux à droite et à gauche, nous avons formé une petite caravane pour nous sauver de ce séjour d’horreur, où à chaque instant nous risquions à périr dans les flammes. Nous avons par un très grand bonheur rencontré une honnête cantinière qui nous a bien voulu vendre du pain dont on n’avait pas voulu ailleurs, et moi, comme le moins riche, j’en pris un du poids de 3 livres qui me coûta 12 francs et un verre d’eau-de-vie pour mes plaies, 6 francs.

Nous avons, après trois jours de marche très pénible, puis que je ne pouvais que très peu supporter la voiture, gagner la ville d’où je vous écris et où nous y avons trouvé notre colonel, deux chefs de bataillon et tous les autres officiers du régiment qui étaient blessés et formaient un total de 39.

La fortune nous ne veut toujours. Il y a deux jours qu’un incendie  qui dura 24 heures consuma 6 ou 8 maisons, tout ce que le hasard avait pu sauver lors du premier feu de cette ville. Nous avons été quitte pour chercher fortune au milieu des champs et le lendemain nous sommes revenus habiter une bicoque près la maison du colonel qui avait été épargnée par sa bonne construction qui n’est pas de bois comme toutes celles de ce pays. Nous espérions aussi aller à  Moscou en convalescences. Pas du tout. Cette immense cité aussi grande que Paris est aussi flambée. Je ne conçois rien au système des Ruses, car ce sont eux qui mettraient le feu à leurs villes et villages. Nous avions l’espérance que cet hiver les habitants reviendraient et que nous pourrions y trouver quelques ressources, mais cette dernière circonstance empêche que 20.000 âmes puissent y trouver le moindre asile.

Écrivez-moi toujours au régiment et comme adjudant sous-officier pour que les ports de lettre ne vous coûtent pas comme officier 3 ou 4 francs. Je ne vous ai pas dit dans quelle compagnie j’étais. C’est dans la 3ème du 4ème bataillon. L’ami Legroux a été amputé du bras droit et il va très bien et sera guéri avant ceux qui ont des blessures légères. Il est proposé pour la croix. Ne dites rien de tout cela à sa mère si vous la voyez. Je dois lui écrire demain pour lui. Bartaumine, Baudin et tous ceux qui sont venus à la maison pour m’y voir, ont été blessés, masi légèrement.

Je présente mes respects à ma chère Tante. Embrassez-la comme je vous embrsse tous deux mille fois de cœur et croyez-moi pour la vie, Votre fils.

BAUVE.

Ecrivez-moi, je vous prie. Ayez pitié d’un pauvre diable.

Ecrivez à M. B [Bauve], adjudant sous-officier au 4ème bataillon du 9ème  régiment de ligne, 4ème corps de la Grande Armée en Russie.

( 20 mai, 2017 )

Un nouveau jeu à thématique napoléonienne…

Bonjour à tous,

Nous sommes un nouvel éditeur de jeu de société et au mois de septembre nous allons lancer notre premier jeu qui se nomme «Napoleon Saga ». Il s’agit d’un jeu de stratégie entre le jeu de plateau et le jeu de cartes. Le thème est la campagne de Belgique de 1815 et plus particulièrement Waterloo. Ce jeu s’adresse aussi bien aux joueurs chevronnés qu’aux personnes souhaitant découvrir cette période de façon ludique.

Les dessins sont de Giuseppe Rava, incroyable artiste connu et reconnu dans le milieu de l’uniformologie, les peintures historiques et le jeu.

Le système de jeu qui est accessible pour les débutants, permet aussi de créer votre propre armée afin de simuler des affrontements qui auraient pu avoir lieu (« What if »).

Ce jeu pour 2 joueurs est proposé sur le site KickStarter par le biais d’un financement participatif. N’hésitez à consulter notre site ou à vous abonner à nos réseaux sociaux afin de connaître toutes les dernières news et visuels du jeu.

Merci et Vive l’Empereur !

Frédéric ROMERO

————————UNITES_FR_2

Pour plus d’informations et voir les premiers éléments du jeu :

Le site : http://www.napoleonsaga.com/

La page Facebook : https://www.facebook.com/NapoleonSaga/

Et le compte twitter : https://twitter.com/Napoleon_Saga

 

UNITES_FR_9
CARTES_STRAT_23UNITES_ENG_10

CARTES_STRAT_10UNITES_ENG_2

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 19 mai, 2017 )

Les Prussiens en Picardie (1814).

Prussiens.

Le général d’Aigremont, général de brigade depuis le 10 avril 1813, commanda le département de la Somme du 18 décembre 1813 au 3 avril 1815. Napoléon le renvoya. « Vous devez, écrivait l’Empereur à Davout, faire remplacer le général d’Aigremont qui est à Amiens et qui doit y avoir été mis par le Roi. Vous enverrez à sa place un bon général ». La lettre de d’Aigremont au ministre [de la Guerre] Dupont, son ancien général, est, en tout cas un utile document sur l’occupation étrangère en 1814; elle ne porte pas de date, mais elle a été écrite sans doute le 1er juin 1814.

 Arthur CHUQUET.

Mon général, nous voilà enfin délivrés de nos libérateurs ! Dieu soit loué ! Ces messieurs sont partis ce matin. Je ne sais pas ce qu’ils peuvent emporter ; mais ils ont requis toutes les voitures du département. Il était bien temps qu’ils nous quittassent, car véritablement les bons Picards ne pouvaient plus y tenir, et les vexations exercées par eux dans les campagnes exaspéraient les habitants. Il y avait plus d’ordre dans les villes; mais ils étaient cependant fort exigeants pour des amis.

J’ai été constamment sur le qui-vive pour empêcher ou arrêter des rixes fréquentes entre eux et nos troupes de passage, et il y a eu quelques coups de sabre donnés de part et d’autre. Nos soldats, étant plus adroits, ont presque toujours eu l’avantage. Il y a eu quelques coups de sabre de donnés de part et d’autre. Nos soldats, étant plus adroits, ont presque toujours eu l’avantage. Il y a eu quelques querelles avec les officiers; mais cela s’est arrangé à l’amiable.

M. le général Zieten qui commandait ce corps d’armée m’a écrit une fort belle lettre de remerciements pour me témoigner sa reconnaissance des soins que j’avais pris pour conserver la bonne intelligence entre ses troupes et les nôtres, et je dois lui rendre la justice de dire qu’il y a mis de son côté beaucoup de calme et de modération.

J’espère, mon général, que vous n’oublierez pas dans la nouvelle organisation, votre protégé que vous avez fait chef d’escadron en l’an IX sur le Mincio et que je ne perdrai pas le fruit de vingt campagnes que je crois avoir faites honorablement. Si le commandement de ce département n’est pas supprimé, je serais fort aise de le conserver. Si cependant Votre Excellence pouvait m’employer à Paris, cela conviendrait mieux à mes intérêts; mais il n’est pas permis à tout le monde d’aller à Corinthe.

Je vous demande la continuation de l’intérêt que votre Excellence m’a constamment témoigné et que je crois mériter par le sincère attachement que j’ai toujours conservé pour elle dans l’adversité comme dans la prospérité.

J’ai l’honneur d’être, mon général, de Votre Excellence le très humble et dévoué serviteur.

D’AIGREMONT.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, pp.203-204).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 mai, 2017 )

IL Y A 213 ans: la NAISSANCE de l’EMPIRE…

napoleonlegrand.jpg

Il y a tout juste 213 ans,  le SENATUS-CONSULTE ORGANIQUE du 28 FLOREAL AN XII, entérinait la création du Premier Empire en commençant par ces articles:

« Article 1er. Le Gouvernement de la République est confié à un Empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français. – La justice se rend, au nom de l’Empereur, par les officiers qu’il institue.

Article 2 - Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français…. »

Découvrez l’intégralité de ce texte-fondateur ici: http://napoleon1er.perso.neuf.fr/Senatus1804.html

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 18 mai, 2017 )

Une lettre d’Alphonse Margarita, directeur durant la campagne de Russie.

Une lettre d’Alphonse Margarita, directeur durant la campagne de Russie.  dans TEMOIGNAGES hommeempire-227x300 Cette dernière est adressée à son épouse, à Saint-Cloud. 

Smolensk, le 11 novembre 1812. 

Je suis arrivé à Smolensk, hier dans l’après-midi en bonne santé, cependant bien fatigué, car jamais fatigue ne fut plus grande que celle que j’ai éprouvée.  Une neige rendant par la gelée, le chemin dangereux, j’ai préféré faire 12 lieues [48 kilomètres…] à pied que d’aller à cheval, car j’aurais pu tomber souvent, mon cheval n’étant pas ferré à glace.Maintenant qu’il est ferré à crampons, j’enfourche le cheval sans courir aucun risque.

Je pense que nous partirons après-demain pour prendre la route de Vilna, à ce que je crois. Je me porte fort bien et suis dans le cas d’endurer toutes les fatigues imaginables ; telles grandes qu’elles soient d’ici à Vilna, elles ne peuvent l’être davantage que celles que j’ai essuyées ; au surplus, je suis fort content de moi.

Le courage ne me manque point.  Voilà plusieurs fois que je parle à l’Empereur, je ne suis plus timide et embarrassé comme la première fois.

Je trouve même qu’il est très facile de s’expliquer avec lui, surtout quand on répond juste. 

Ton fidèle, Alphonse. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 mai, 2017 )

Les frères Faucher (de La Réole), victimes de la Terreur Blanche (septembre 1815).

Faucher.

« Ce n’était plus de jeunes hommes; soldats ils avaient traversé la Révolution et failli en Vendée, monter sur l’échafaud comme royalistes ; rentrés dans la vie privée sous l’Empire mais opposés aux Bourbons en 1814, ils saluent le retour de l’île d’Elbe ; César est députés ; Constantin maire, et bien qu’après Waterloo ils aient l’un et l’autre cessé leurs fonctions, arboré le drapeau blanc, les royalistes bordelais feraient volontiers un mauvais parti aux « brigands Faucher ». Ceux-ci ne sont pas disposés à se laisser massacrer et avertissent leur ami, le général Clauzel, qui a l’inconcevable légèreté de transmettre leur lettre au nouveau préfet de la Gironde. Et la tragédie se noue : perquisition chez les brigands qui recéleraient des armés; on ne trouve guère que celles d’anciens soldats et des pierriers, tout juste propres à faire du bruit et qui, liés ensemble, tiendraient sur la main d’un gendarme. Néanmoins des magistrats zélés font arrêter les jumeaux qui sont enfermés au fort du Hâ dans un cachot ignoble, infecté de « l’air méphitique d’une bouche de latrines ».-« On vous vous a donc ordonné de nous faire souffrir ? » disaient-ils au guichetier.-« On ne m’a point donné d’ordre, mais on me l’a fait entendre. »

Les chefs d’accusation manquaient de solidité ; pouvait-on, par exemple, reprocher sérieusement aux deux frères d’avoir voulu se défendre ? Aussi eut-on recours à ce grief vraiment inattendu : avoir comprimé par la force des armes l‘élan de fidélité des sujets du Roi.- Un beau procès à gagner, mais dont aucun avocat (dans une ville qui, comme Bordeaux, en était surpeuplée) ne voulut se charger. Ravez même, un ami des Faucher qui devait faire une belle carrière de politicien, se déroba et devant le Conseil de Guerre, les frères se défendirent eux-mêmes ; ils le firent éloquemment ; quand l’un était fatigué, l’autre le remplaçait : c’était la même voix ; et ils acceptèrent avec calme l’inévitable condamnation. « Le temps ordinaire de la vie est de soixante ans, disait César ; nous en avons cinquante-six, ce n’est donc que quatre que l’on nous prend ». Mais ils se rendaient bien compte de la valeur de leur mort et écrivaient à Davout : « Nous allons être fusillés par une de ces erreurs qui justifient les exaltations populaires. »

C’est à la Chartreuse, le cimetière de Bordeaux assez éloigné de la prison, que l’exécution devait avoir lieu.  Quand l’heure sonna le 27 septembre 1715, les frères dormaient. « Ce n’était pas la peine de nous réveiller, » dit gaiement l’un d’eux, puis comme on les pressait de terminer leurs préparatifs : « Ah ! Ma foi, répondit Constantin, qu’on attende un peu ; j’espère bien qu’on ne partira pas sans nous. » Tout au long de la route, un imposant appareil militaire ; des cis de « Vive le Roi ! » puis une sorte de commisération pour ces deux hommes qui touchent à la vieillesse et cette fois n’échapperont pas à la mort comme en 1793… Debout, se tendant par la main, sans bandeau sur les yeux, les jumeaux s’embrassent et vont sep lacer devant le peloton. César commande le feu, tombe foudroyé; Constantin blessé seulement au ventre se dresse sur ses poignets et regarde son frère, un soldat l’achève d’un coup de fusil dans l’oreille. »

(Jean LUCAS-DUBRETON, « Le Culte de Napoléon, 1815-1848 », Editions Albin  Michel, 1959, pp.41-43)

Le sort des frères Faucher, n’est pas sans rappeler celui des frères Bacheville, autres fidèles de l’Empereur, qui ne durent leur salut qu’en quittant la France. L’un des deux, Barthélémy, a laissé un témoignage qui fut réédité en 2013 : http://lestafette.unblog.fr/2013/11/12/au-hasard-de-mes-lectures-2/

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...235
« Page Précédente  Page Suivante »
|