( 20 mai, 2018 )

Rappel sur le parcours de Martial Lapeyre,1904-1984, (qui légua une grande part de sa fortune au Souvenir Napoléonien) et sur l’influence du « management napoléonien »

( 20 mai, 2018 )

La bataille de Bautzen (20 et 21 mai 1813) analysée par Carl von Clauzewitz.

La bataille de Bautzen (20 et 21 mai 1813) analysée par Carl von Clauzewitz. dans HORS-SERIE ltzenLe 14 mai, l’armée installa son camp près de Bautzen, un demi-mille en arrière de la ville. La ville et le terrain environnant étaient occupés par l’avant-garde sous les ordres du général comte Milora­do­witch. Le camp proprement dit avait son aile gauche derrière HIein-Jenkwitz, son centre derrière Gross­-Jenkwitz et Bas­chütz et sa droite appuyée à Kreckwitz.

La chaîne de hauteurs qui sépare le ruisseau de Klein-Bautzen de l’armée, entre Kreckwitz et Nieder­-Gurkau, ne fut pas occupée au début, pour ne pas étendre par trop la position. Lorsque le général Barclay de Tolly, qui s’était em­paré de Thorn, eut rejoint l’armée le 17, avec 14 000 hom­mes, en passant par Sprottau, il prit position sur les hau­teurs de Kreckwitz et forma l’aile droite de l’armée. Devant le front, et derrière les villages de Gross, KIein-Jenkwitz et Baschütz, on créa des embrasures pour l’artillerie, afin de lui donner l’avantage d’un tir à couvert sur l’ennemi, car on prévoyait une longue et violente canon­nade. L’armée goûta là un repos de huit jours, dont elle avait grand besoin après tant de marches et de combats. L’ennemi se montra, il est vrai, dès le 15, devant nos avant-postes ; mais il se contenta de les rejeter un peu en arrière, et de faire camper son avant-garde sur les hauteurs opposées, ce qui n’empêcha pas nos avant-postes de rester établis au bord de la vallée. L’armée s’était vu rejoindre, après la bataille de Gross-Görschen, par le général Kleist avec 5 000 hommes, par le général Barclay avec 1 000, par 3 000 hommes de la réserve prussienne, et quelques milliers d’hommes de ren­forts rus­ses. Elle s’était donc augmentée de 24 à 25 000 hommes. Si l’on évalue à 46 000 hommes les pertes qu’elle avait subies à la bataille de Gross-Görschen et dans les combats qui avaient suivi, on peut admettre qu’elle comptait 80 000 hommes prêts à entrer en ligne.

Quant aux forces de l’ennemi,. on ne saurait rien en dire de précis. Il paraît certain toutefois que ce n’est pas sans intention que l’Empereur resta immobile et inactif pendant huit jours devant Bautzen. D’après des renseignements ulté­rieurs, d’importants renforts traversèrent Dresde à cette époque, et il est certain qu’une partie des troupes de Davout avait été rappelée du bas-­Elbe. En outre, la garnison saxonne de Torgau et la grosse cavalerie qui était allée en Bohême avec le roi de Saxe, avaient dû rejoindre l’armée française en même temps que le contingent wurtembergeois. On peut donc admettre que les pertes de l’ennemi à Gross-Görschen et aux autres combats ont été largement compensées et qu’à la bataille de Bautzen les forces françai­ses s’élevaient de nouveau à 420 000 hommes. Dans ces conditions, puisqu’on avait affaire à une su­périorité numérique presque aussi considérable qu’à Gross Görschen, il n’eût pas été à propos de livrer bataille, si le système des Alliés n’avait pas consisté à disputer au­tant que possible le terrain à l’ennemi, et à montrer à l’Eu­rope que notre première bataille n’avait nullement été une défaite, et que, ni matériellement, ni moralement, nous n’étions hors d’état de tenir tête à l’ennemi. Il valait mieux donner aux Autrichiens cette conviction que nous étions résolus à ne pas épargner nos forces, et à ne pas nous en remettre à eux du soin de délivrer l’Europe, pendant que nous garderions une expectative pusillanime. En raison de sa supériorité morale, l’armée nourrissait le désir de se mesurer de nouveau et aussi vite que possible avec l’ennemi ; une nouvelle retraite sans combat aurait anéanti ce beau zèle et affaibli la confiance dans le comman­dement. La région de Bautzen était, comme nous le démon­trerons avec plus de détail, favorable à nos armes ; par suite, on convint de tenter encore une fois sur cette position de ré­sister aux forces ennemies.

Le 18, on apprit que le général Lauriston, qu’on avait envoyé contre la Marche dans la conviction que les Alliés seraient désormais incapables de résistance, s’avançait par Hoyerswerda. Aussitôt, le corps de Barclay, auquel se joignit celui d’York, fut dirigé vers cette localité.

La marche s’exécuta sur deux colonnes dans la nuit du 18 au 19. La colonne de gauche, sous le général Barclay, tomba près de Koenigswartha sur le corps du général Lau­riston, le repoussa après une lutte opiniâtre et lui enleva 2 000 prisonniers et 11 canons. La colonne, de droite, sous le général York, forte d’environ 5 000 hommes, rencontra à Wleissig le corps du maréchal Ney qui s’était réuni à celui du général Lauriston. Les attaques répétées du général York contre les forces bien supérieures du maréchal Ney contri­buèrent beaucoup à empêcher le maréchal de se porter au secours de Lauriston. Grâce à cet effort, qu’York continua jusqu’au soir, le combat de Barclay contre Lauris­ton prit une tournure favorable et les positions du champ de bataille fu­rent maintenues jusqu’à la nuit. L’obscurité étant venue, le corps prussien retourna à l’armée principale. La direction prise par les corps de Ney et de Lauriston sur le flanc droit de Bautzen dévoilait l’intention de ces deux généraux de tourner la position par Gleina et Preititz, le premier de ces deux villages se trouvant un petit demi-mille derrière l’emplacement de l’aile droite, à Kreckwitz. Il fallut donc chan­ger de position, et le 20, premier jour de la bataille, l’armée était établie de la façon suivante L’aile gauche occupait une petite colline derrière Klein-Jenkwitz. La ligne de front, passant par les villages de Gross-Jenkwitz et Baschütz, se dirigeait sur Krechwitz et de là vers Nieder-Gurkau sur la Sprée, où le flanc droit, décri­vant une légère courbe en arrière, la Sprée devant lui, allait aboutir au moulin à vent de Gleina.

Klein-Jenkwitz est situé près d’un ruisseau qui des­cend de la haute croupe à laquelle est adossé Hochkirch ; cette croupe longeait donc le flanc gauche de la position. Le ruisseau coule de Klein-Jenkwitz par Nadelwitz, Nieder­kaina et Basankwitz jusqu’à Kreckwitz où il fait un léger coude à droite pour atteindre Gleina en passant par Klein­Bautzen et Preititz. Ce ruisseau décrivait donc une courbe devant le front : au centre il s’en éloignait d’environ 4 500 pas et formait une sorte de demi-lune entièrement plane. A Kreckwitz, il coupait la position, tandis que l’aile droite oc­cupait le secteur compris entre lui et la Sprée ; cette rivière coule, en effet, pendant un quart de mille, tout à fait parallè­le­ment an ruisseau. A Gleina, il venait effleurer sur les ar­rières l’extrême aile droite de la position, parce que ce flanc (potence) courait depuis Nieder-Gurkau jusqu’à Gleina, dia­gonalement entre lui et la Sprée. De même que le ruis­seau couvrait le front jusqu’à Kreckwitz, de même la Sprée cou­vrait le flanc de Nieder-Gurkau à Gleina. L’espace com­pris entre Kreckwitz et Nieder-Gurkau est découvert et large d’environ 1 500 pas ; en avant se trouvent des hau­teurs qui, près du village de Burk, forment la limite de la vallée de la Sprée. Tout le terrain, depuis Klein-Jenhwitz jusqu’à Krecl­cwitz peut être considéré comme une plaine, quoique l’aile gauche se trouvait un peu plus élevée. Mais, derrière la posi­tion, le terrain monte dans la direction d’Hochkirch.

Entre Kreckwitz et Nieder-Gurkau se trouvait le groupe de collines dont il a déjà été question et qui servit de position principale au corps du général Blücher. Les villa­ges situés en avant de cette position et plus près de la Sprée fu­rent occupés par des troupes légères. L’extrême aile droite, sous Barclay, était à Gleina et sur la position avan­tageuse du Moulin a vent. Elle avait devant elle, a portée de canon, le défilé de Klix, au delà de la Sprée ; il s’agissait donc d’organiser la défense sur la rivière même, c’est-à-dire der­rière les villages de Nieller-Gurkau, Doberschütz, Plies­ko­witz et Malschwitz. Cependant, le mont du Moulin à vent près de Gleina, offrait un point très avantageux pour défen­dre, à portée de canon, les passages de la Sprée en aval de Malschwitz. Le 20, les troupes étaient réparties de la façon sui­vante sur cette position Le lieutenant général de Berg avec son corps, envi­ron 4 000 hommes, à l’aile gauche, derrière Jenkwitz ; à sa droite, le lieutenant général York et 5 000 hommes de trou­pes jusque derrière Baschütz. De Baschütz jusqu’à Krech­witz était un espace d’environ 2 000 pas, complètement plat, où aucune troupe ne se trouvait en première ligne. Il était couvert par la réserve des cuirassiers placée en ar­rière.

De Krechwitz à Nieder-Gurkau, en passant par Do­berschütz jusqu’à Plieskowitz, s’étendait le front du corps Blücher qui, sans la réserve de cuirassiers, peut être éva­lué à 18 000 hommes. A Gleina se tenait le général Barclay avec 14 000 hommes. Le général Blücher était d’ailleurs séparé du général Barclay par une ligne continue d’étangs avec peu de points de passage ; cette ligne commence à Plieskowitz sur la Sprée et se termine à Preititz sur le ruisseau.

Devant ce front, à Bautzen et aux environs, se te­naient 10 000 hommes sous les ordres du général Milorado­witch et sur les hauteurs de Burck, 5 000 hommes sous le géné­ral Kleist. La garde impériale et le reste de l’infanterie russe, 16 000 hommes environ, étaient établis en arrière du front, formant une réserve derrière l’aile gauche et le centre. En partie derrière eux, en partie à leur droite, se trouvaient les réser­ves de cavalerie russe, en tout 8 000 hommes, pour la plu­part des cuirassiers. Le front depuis Klein-Jenkwitz et Kreckwitz jusqu’à Gleina, par Nieder-Gurkau, embrasse plus d’un mille alle­mand. Par la configuration du terrain même, la position avait donc une très grande étendue. Cependant, la croupe élevée qui s’étend vers Hochkirch, en suivant l’aile gauche, devait être occupée dès que l’ennemi ferait mine d’y envoyer des masses importantes de troupes. C’est, en effet, ce qui arriva par la suite, car une partie des réserves, notam­ment la division du prince de Wurtemberg et une fraction du corps de Miloradowitch allèrent s’y établir et prolongèrent ainsi le front d’un demi-mille. A l’aile gauche, en terrain montagneux, le défenseur avait naturellement beaucoup d’avantages. En plaine, depuis KIein-Jenkwitz jusqu’à Krecklwitz, l’ennemi avait peu de chances de percer. Il fallait, en effet, passer le ruisseau ma­récageux sous le feu meurtrier d’une puissante artillerie qui était cachée dans des coupures du terrain et que l’ennemi aurait difficilement réduite au silence avant d’entreprendre son mouvement.

Les villages de Gross-Jenkwitz et de Baschütz étaient organisés défensivement, une nombreuse cavalerie était à proximité ; enfin, la partie de la plaine qui s’étend de Bas­chütz à Kreckwitz était si puissamment flanquée par la hau­teur de Kreckwitz, formant en quelque sorte saillant sur la position où était établie l’aile gauche de Blücher, que l’ennemi ne pouvait faire un pas en avant sans être préala­blement maître de la région de Kreckwitz. D’autre part, la position du général Blücher à Kreck­witz et à Nieder-Gurkau se trouvait sur des hauteurs avan­tageuses d’où elle avait des vues sur la vallée de la Sprée couverte de prairies en terrain plat. Comme front, on ne pou­vait pas demander mieux. Cependant, l’espace com­pris entre Kreckwitz et Malwitz), en passant par Nieder-­Gurkau, était d’un demi-mille trop grand pour 18 000 hom­mes, et d’autre part, le général Blücher, qui était éloigné d’un quart de mille de l’armée, était forcé, en cas d’échec, de se retirer par deux défilés à travers le ruisseau maréca­geux, et il ne pouvait pas non plus se passer d’une importante réserve. Par suite, il lui devenait impossible de dé­ployer plus de 12 000 hommes sur son front. Le général Barclay occupait un point sans doute fort avantageux, mais il était entouré de bois et plus éloigné en­core de l’armée que le général Blücher.

Le, 20, vers midi, l’ennemi attaqua le général Kleist sur les hauteurs de Burk et le général Miloradowitch à Baut­zen. Bientôt, le combat devint très violent, surtout du côté du général Kleist. L’ennemi considérait la possession de ces hauteurs comme le prélude nécessaire de la bataille et il amena, peu à peu, tant de troupes au combat, qu’il fallut soutenir le général Kleist. Cinq bataillons du corps de Blü­cher lui furent successivement envoyés. Dans le but de tour­ner le général Kleist sur son flanc droit, l’ennemi tenta de percer à Nieder-Gurkau vers 3 heures de l’après-midi. Mais là il rencontra quelques bataillons de la brigade de Ziethen du corps de Blücher et fut exposé au feu des batte­ries russes et prussiennes avantageusement établies sur les hauteurs, non loin et en arrière du défilé. Sur ce point, le combat se borna donc à un échange énergique de coups de fusil. En revanche, du côté du général Kleist, l’ennemi fit des efforts plus sérieux qui contribuèrent beaucoup rehaus­ser, en cette journée mémorable, la gloire et renommée de ce général remarquable et de ses troupes. Les attaques opiniâtres que l’adversaire entreprit en­tre midi et 8 heures du soir pour venir à bout des Prus­siens dans leur position tout à fait favorable ont principa­lement contribué aux pertes qu’il a subies dans la bataille de Baut­zen. Les 18 000 blessés qui de Bautzen ont été transportés à Dresde nous en ont donné la preuve évidente. Près de Bautzen, du côté du général Miloradowitch, le combat quoique sérieux, fut moins violent que contre le gé­néral Kleist. En outre, l’ennemi avait repoussé jusque dans les hautes montagnes les détachements russes qui, sous le commandement du général Emmanuel, étaient établis à gauche de Bautzen, et il avait envoyé à leur suite d’importantes masses de troupes. Cependant, les détache­ments rus­ses furent renforcés par une infanterie plus nom­breuse et, sur ce point, l’ennemi ne réussit pas non plus à dépasser les troupes avancées pour se jeter sur le flanc gau­che de l’armée, comme il parait en avoir eu l’intention. Rien ne fut entrepris ce jour-là contre le général Bar­clay, à l’extrême aile droite, sans doute parce que le maré­chal Ney et le général Lauriston n’étaient pas encore arrivés.

Ainsi se termina, à la tombée de la nuit, le combat du 20, dont on ne pourrait dire exactement s’il fut la ba­taille principale ou simplement un acte préparatoire. En effet, bien que du côté des Alliés on se fût contenté de dé­fendre certains points préalablement occupés et d’empêcher ainsi l’ennemi de pénétrer jusqu’au cœur de la position principale, la résis­tance due à la bravoure des troupes et aux avantages du ter­rain fut si grande et les pertes de l’en­nemi furent si nom­breuses qu’on était en droit d’espérer que l’adversaire s’abstiendrait de toute nouvelle attaque. Cependant, on ne voulait pas transformer ces points en champ de bataille pro­prement dit, dans le cas où l’ennemi renouvellerait son atta­que le lendemain, d’abord parce qu’on se promettait plus de succès sur la position princi­pale, ensuite, parce qu’une atta­que contre Barclay était inévitable dans ce cas et que sa po­sition avancée devenait intenable. On se décida donc, à la tombée de la nuit, à ramener les corps du général comte Mi­loradowitch et du gé­néral Kleist sur la position principale. Le général Milora­dowitch fit sa jonction avec le général de Berg et le général Kleist avec le général York.

Ainsi, les troupes, avec le sentiment réconfortant de s’être heureusement défendues, passèrent la nuit sur le champ de bataille, et, si quelque chose devait affirmer le suc­cès d’une journée, c’était bien de voir régner chez les soldats un ordre et un calme qu’on trouve rarement après un combat si meurtrier.

Le 21, quelques heures après le commencement du jour, on entendit les premiers coups de fusil. L’ennemi re­prenait son attaque en la dirigeant sur trois principaux points de la position : contre le général Blücher, contre le général Barclay, à gauche dans la montagne et, plus tard, pendant que s’engageait un combat de tirailleurs et d’artillerie, il déployait ses forces sur tous les points à la fois. Au centre, où la vue pouvait s’étendre librement, on vit venir sur les hauteurs, à droite et à gauche de Bautzen, de grosses colonnes qui allèrent s’établir en face de la posi­tion principale, hors de la portée du canon. Cette masse de troupes pouvait être évaluée à 30 ou 40 000 hommes. A peine ces troupes avaient-elles pris position qu’on vit s’élever sur les hauteurs de Burk des colonnes de fumée ; c’était le signal d’attaque pour le maréchal Ney et le général Lauriston. Ceux-ci étaient arrivés avec 30 000 hommes qu’ils lancèrent sur Barclay. Le combat, devenu bientôt très vio­lent, dura jusque vers 10 heures. Le général Barclay, repoussé par un ennemi supé­rieur en nombre, fut réduit à abandonner le Moulin à vent de Gleina et à se retirer peu à peu derrière le ruisseau auquel il était adossé ; il ramena ensuite une, partie de ses troupes par le cours d’eau de Löbau jusque sur les hauteurs de Ba­ruth. Comme ce point était un des plus sensibles de la posi­tion, le général Kleist reçut l’ordre de marcher au secours du général Barclay ; mais celui-ci, très affaibli par le combat sanglant de la veille et réduit à 3 000 hommes à peine, ne put repousser un ennemi supérieur et ne parvint qu’à faire sus­pendre le combat. Pendant ce temps, l’engagement s’était vivement ra­nimé dans la montagne. L’ennemi, toutefois, ne fit aucun progrès dans la journée. Le prince de Wurtemberg et le gé­néral Miloradowitch défendirent ce point, pas à pas, en fai­sant donner toute leur infanterie, et les avantages du ter­rain coûtèrent à l’ennemi un très grand nombre d’hommes.

Au centre, l’ennemi s’était très peu avancé, de sorte que le feu de l’artillerie venait seulement de commencer. Du côté du général Blücher, auquel, sur la rive opposée de la Sprée, un bois cachait la force de l’ennemi, on s’était borné à un combat de tirailleurs dans la vallée. Les choses en étaient là, vers midi, lorsque le maréchal Ney et le général Lauriston envoyèrent des détachements sur la droite et s’emparèrent du village de Preititz. Le village se trouvait entre le général Blücher et le général Barclay, sur le ruisseau souvent cité, près de Klein-Bautzen, par conséquent derrière l’aile droite du général Blücher. Cette localité était pour le général Blücher de la plus haute importance. Si l’ennemi parvenait, de là, à s’emparer des villages voisins, Klein-Bautzen et Purschwitz, non en­core occupés, le général Blücher ne pouvait plus rejoindre le reste de l’armée que par Kreckwitz. Or, Kreckwitz se trouvait en face de la position, sous le feu de l’artillerie enne­mie, il n’avait pu, en outre, être occupé que par un batail­lon et, l’en­nemi étant tout prés, à Bazankwitz, on n’était pas très sûr de pouvoir se maintenir à Kreckwitz. Le général Blücher se décida donc, quelque besoin qu’il en eût dans sa situation, à renoncer à la seule réserve qu’il eût avec lui, et à la faire marcher au secours du géné­ral Barclay, afin de pouvoir reprendre le village de Preititz. La lutte n’étant pas encore sérieusement engagée, il espé­rait que la brigade de réserve pourrait amener une diver­sion en survenant ainsi sur le flanc droit du maréchal Ney et de Lauriston. En même temps, une partie de la cavalerie de ré­serve prussienne fut envoyée vers la Sprée, qui sépa­rait alors le général Blücher du maréchal Ney, pour obser­ver les passages, menacer de plus en plus le flanc droit de l’ennemi et diriger sur lui les coups de la grosse artillerie. A peine ces dispositions étaient-elles prises et les troupes mises en mouvement que l’ennemi se précipita sur la position même de Blücher. A Pheskowitz d’abord, puis à Nieder-Gurkau et, enfin, sur toute la ligne de la Sprée s’engagea un violent combat de mousqueterie. Au bout d’une heure, et alors que la seconde ligne d’infanterie avait dû être amenée, le général Blücher, incertain de pouvoir conserver sa ligne, donna ordre à la brigade de réserve de battre en retraite et d’alter prendre position à Purschwitz pour parer à l’imprévu. Cependant, celle brigade s’était déjà mise en mou­vement sur Preititz et, se reliant au corps de Kleist, elle avait attaqué le village. Déployant une bravoure extraordi­naire, ces bataillons pénétrèrent dans le village et, malgré de très grosses pertes, s’en emparèrent rapidement. Ils s’y maintinrent pendant que le reste de la brigade, conformé­ment aux ordres reçus, battait en retraite.

Le corps de Blücher se trouvait ainsi dans l’obligation de faire face de trois côtés à la fois :

1.   entre Krechwitz et Nieder-Gurkau, contre l’ennemi qui descen­dait des hauteurs de Burk ;

2.  de Nieder-Gurkau à Plies­kowitz, pour défendre la vallée de la Sprée ;

3.  de Pliesko­witz à Preititz, derrière les étangs, contre les troupes de Ney, qui avançaient rapi­dement.

En même temps, on dut employer la réserve tout en­tière pour reprendre à l’ennemi le village de Preitiz dont il s’était emparé par les derrières et pour s’ouvrir ainsi le qua­trième côté menacé de la posi­tion, le seul par lequel on pou­vait, ou recevoir des renforts, ou opérer sa retraite.

A ce moment, le combat livré sur le front du général Blücher avait pris une très mauvaise tournure. Deux batte­ries lourdes russes, rune à Kreskwitz, l’autre à Nieder-Gur­kau, chargées de couvrir ces deux points d’appui, avaient épuisé leurs munitions et se trouvaient réduites à l’impuissance. En arrière de Nieder-Gurkau, où l’on n’avait pu établir que quelques bataillons, l’ennemi, supérieur en nombre, s’était rendu maître des hauteurs qui, seules, ren­daient possible la défense de ce point. L’ennemi s’avançait maintenant dans le secteur formé par le ruisseau et la Sprée, et, quoique la brigade du colonel de Klüx l’eût attaqué deux fois à la baïonnette et l’eût repoussé, on ne put parvenir à reprendre les hauteurs.

Le général Blücher demanda du renfort : ordre fut donné â York de voler à son secours. Ce général marcha contre le village de Kreckwitz, afin de se jeter sur le flanc droit de l’ennemi, qui poussait de l’avant. Il arriva trop tard.

Les deux brigades de front du corps de Blücher s’étaient peu â peu retirées de leur position convexe entre les collines, pour se porter sur Kreckwitz, mais sans pouvoir trouver un terrain à peu près convenable pour s’y établir. Si l’on voulait absolument rester maître de la position, il n’y avait plus qu’un moyen : réunir les deux brigades de front très affaiblies avec ce qui restait de la réserve et attaquer l’ennemi coûte que coûte avec ces forces. Il est hors de doute que de cette manière on aurait pu atteindre de nouveau la vallée de la Sprée. Mais la brigade de réserve n’était pas encore de re­tour! En outre, il pouvait surgir d’autres complications.

En reprenant ce terrain, on était loin d’avoir gagné la bataille ; bien plus, en lâchant pied à l’aile droite, on provo­quait un événement tellement décisif que le quartier général, voyant qu’il devenait impossible de progresser de ce côté, ne pouvait plus s’attendre à une issue tout â fait favorable du combat. Si Blücher tenait à tout prix à reconquérir son an­cienne position, il était obligé, même en cas de succès, de dé­ployer son corps tout entier. Il ne savait encore rien de l’arrivée du général York ; chez les généraux Barclay et Kleist, le combat continuait et il était peu probable qu’ils pourraient conserver leur ligne. En conséquence, le général Blücher prit le parti de ne rien entreprendre de décisif avant d’avoir reçu de nouveaux ordres. Il voulait attendre l’arrivée de la brigade de réserve à Purschwitz, mais elle n’y était pas encore. Il envoya donc, aux deux autres brigades, l’ordre de tenir aussi longtemps mue possible et, au pis aller, de se re­tirer sur Purschwitz. Quant à la cavalerie de réserve, de peu d’utilité sur ce terrain, il la fit reculer au­-delà du défilé pour ne pas barrer la retraite aux deux brigades, s’il fallait en ve­nir là.

Pendant ce temps, l’ennemi n’avait rien fait au cen­tre que de montrer ses colonnes et d’entretenir une assez vive canonnade. Il était évident que la force de notre posi­tion sur ce point le faisait réfléchir. Il attendait sans doute que le centre de l’armée alliée se fut plus affaibli encore qu’il ne l’était déjà pour se porter au secours de l’aile droite menacée, espérant que l’effort produit sur ce point sensible lui procu­rerait l’occasion favorable pour prononcer l’attaque générale qui, seule, rendrait possible une victoire complète.

Mais depuis l’ouverture de la campagne, les Alliés, s’inspirant de motifs politiques, avaient pris pour principe de ne jamais s’exposer à une défaite décisive, préférant rompre le combat avant son dénouement. Ici, c’était le cas plus que jamais, le combat, dans son ensemble, ayant pris déjà une mauvaise tournure. Et, précisément, les raisons qui ne per­mettaient pas d’espérer un résultat décisif de la reprise du terrain par le général Blücher, mais qui faisaient redouter pour son corps une situation fort dangereuse, dé­terminèrent le quartier général à rompre le combat entre 3 et 4 heures de l’après-midi et à ordonner la retraite. Dans ces conditions, cette retraite s’effectua en deux colonnes dans un ordre par­fait. Les troupes russes du centre et de l’aile gauche se diri­gèrent par Hochkirch sur Löbau, les troupes prussiennes par Wurschen sur Weissenberg. Les généraux Barclay et Kleist, avec la réserve de cavalerie prussienne, allèrent occuper les hauteurs avantageuses de Gröditz pour contenir sur ce point le maréchal Ney et le général Lauriston et ils y réussirent pendant toute la soi­rée ; de sorte que les généraux Blücher et York purent dé­passer Weissenberg avec la queue de leurs colonnes. Cette mesure était d’autant plus nécessaire que de Baruth àWeissenberg l’ennemi avait une distance moindre à parcourir que les généraux Blücher et York, qui venaient de Kreckwitz et de Purschwitz.

Au centre, l’ennemi poursuivit mollement et, pour mieux dire, pas du tout. Il ne s’empara d’aucun canon pen­dant la bataille et ne fit guère de prisonniers. Il délogea les Alliés d’une partie de leurs positions, cela est vrai ; mais au prix de quels sacrifices ? On peut soutenir, sans exagéra­tion, qu’il perdit en hommes le double de l’adversaire. Les Alliés, en effet, eurent de 12 000 à 15 000 morts et blessés, tandis que l’ennemi, nous l’avons déjà fait remarquer, fit conduire à Dresde, rien qu’en blessés, 18 000 hommes. Ce ne sont certainement pas des victoires de ce genre sur lesquelles l’empereur Napoléon comptait. Il avait l’habitude d’infliger à son adversaire des défaites décisives tout en perdant relativement peu de monde lui-même, et il en profi­tait pour imposer une paix rapide, précipitée. Son caractère de conquérant le veut ainsi. Mais maintenant après le désas­tre inouï qu’il a subi en Russie, et dans l’extrémité où il se trouve réduit, c’est pour lui une double, une triple nécessité de foudroyer par une éclatante victoire les espérances re­naissantes de l’Europe et de terrifier dans leurs préparatifs les nouveaux ennemis.

Nous avons déjà vu que ses désirs ne se sont pas réali­sés. Il est obligé de se contenter d’un demi-succès, qui ne peut opposer qu’une faible digue au torrent qui se précipite sur lui, tandis que derrière lui une nouvelle tempête éclate sur sa puissance et ses plans ;- lord Wellington, le vainqueur de Vittoria, est aux portes de la France. Nous n’avons donc aucune raison de nous lamenter sur notre situation et nous pouvons être convaincus que la persévérance, l’ordre, le courage et la confiance nous condui­ront à notre but, malgré les avantages passagers dont l’ennemi fait parade devant nous et qui ne lui donne­ront que des fruits verts.

De Weissenberg et de Lobau, les Alliés se retirèrent le 22 sur Gôrhtz. A Reichenbach, l’arrière-garde eut à sou­tenir un petit combat qui coûta à l’armée française un ma­réchal et deux généraux et, à l’empereur Napoléon, un ami. En effet, l’Empereur, vexé de voir que ses généraux de l’avant-­garde ne faisaient pas de prisonniers à une armée battue, prit, pour un jour, lui-même le commandement de l’avant­-garde, afin de leur donner une leçon. Notre arrière-garde était à Reichen­bach ; elle avait une nombreuse cavalerie et beau­coup d’artillerie et elle désirait vivement en venir aux mains avec la cavalerie française. La canonnade se fit en­tendre et quel­ques régiments de cavalerie ennemie se mon­trèrent en effet. On n’eut pas de peine à les repousser et, pendant la canon­nade, il arriva qu’un boulet néfaste étendit raide mort le gé­néral français Kirchner à côté de l’Empe­reur, éventra le [grand-] ma­réchal Duroc et blessa mortellement le général La­bruyère.

L’Empereur, ébranlé par ce coup du destin, qui ve­nait de se passer sous ses yeux et lui enlevait son meilleur ami, fit tourner silencieusement son cheval, et, depuis lors, on s’en tint à l’ancienne manière de faire la poursuite. De Görlitz, l’armée alliée se retira de nouveau en deux colonnes : par Naumbourg sur le Queiss, Bunzlau, Haynau et par Laubau, Löwenberg, Goldberg et Striegau sur le camp de Piltzen, près de Schweidnitz, où elle arriva le 1er juin.

L’armée prussienne se trouvait avec le corps du gé­né­ral Barclay dans la colonne de l’aile droite qui marchait par Haynau. Comme on avait l’intention de continuer la retraite aussi lentement que possible et d’éviter un combat général ; comme, d’autre part, l’avant-garde ennemie com­mençait peu à peu à serrer de plus près notre arrière-garde, le général Blücher se décida à tendre une embuscade à l’avant-garde ennemie. La contrée située en arrière de Haynau en offrit bientôt l’occasion.

Entre Haynau et Liegnitz, à un quart de mille en ar­rière de Haynau, se trouve le village de Michelsdorf, et, de ce village à Doberschau, qui est situé à un demi-mille de là, le pays est complètement plat et découvert. Seuls, les vil­lages de Pantenau et de Stendnitz, qui sont dans un fond de prai­ries, marquent une coupure du terrain. A droite de la plaine s’étend un terrain coupé qui commence au village d’Uberschaur et qui se compose d’un fond tout à fait plat et de quelques petites forêts. C’est ainsi que se dessine la contrée jusqu’à Baudmannsdorf, qui est à peu près à la même hauteur que Doberschau, mais à un demi-mille à droite. Le 26, l’armée prussienne se portait de Haynau sur Liegnitz. L’arrière-garde suivait l’armée à une distance de 2 milles et traversait Haynau le même jour. Le plan était le suivant : l’arrière-garde, qui se com­po­sait de 3 bataillons d’infanterie et de 3 régiments de cava­lerie légère sous les ordres du colonel de Mutius, devait re­culer à tra­vers cette plaine sur Stendnitz mais devait tenir devant Haynau jusqu’à ce que l’ennemi débouche pour la mettre en fuite. Elle devait chercher à attirer l’ennemi à sa suite. Toute la réserve de cavalerie, 20 escadrons et 2 batte­ries à cheval, sous le commandement du colonel de Dolffs, fut disposée à couvert à Schellendorf. Elle devait s’avancer dans ce terrain coupé avec toute la dissimulation et toute la rapi­dité possible, de manière â débou­cher dans la plaine par Uberschaur et à tomber dans le flanc droit de l’avant-garde ennemie pendant qu’elle était occupée à attaquer le colonel Mutius.

Entre Baudmannsdorf et Pohlsdorf se trouvait un moulin à vent que les deux partis pouvaient voir distincte­ment. On devait y mettre le feu et donner par là, à la ré­serve de cavalerie, le signal de l’attaque. La brigade de Zie­then fut établie en réserve derrière Pantenau et Pohlsdorf, et la di­rection de l’ensemble fut confiée à son général. Le général Blücher se trouvait aussi dans le voisinage. 

L’ennemi ne suivait, ce jour-là, qu’avec beaucoup de prudence. Ce ne fut qu’après 3 heures qu’il parut en avant de Haynau ; il s’avançait lentement, à pas craintifs. Le colonel Mutius se retirait tout aussi lentement. C’était la division Maison qui formait cette avant-garde. Le maréchal Ney, au corps duquel elle appartenait, était lui-même présent, peu avant l’attaque. Le général Maison, comme s’il était averti par un pressentiment, manifesta sur la marche dans cette plaine des craintes qui furent raillées par le maréchal Ney. Le maréchal se rendit sur un autre point et le général Mai­son s’avança dans la plaine, le cœur serré ; pourtant, malgré son appréhension, il avait omis d’envoyer des déta­chements à droite dans le terrain coupé, seul moyen par le­quel il pût assurer convenablement son flanc droit.

Lorsque l’ennemi eut dépassé d’environ 1500 pas le village de Michelsdorf, la réserve de cavalerie se porta en avant parce qu’elle avait à parcourir un quart de mille avant de se trouver à la même distance de l’ennemi que le colonel Mutius. Elle parcourut ce trajet au trot, et, là-dessus, le gé­néral de Ziethen donna le signal de l’attaque par l’incendie du moulin à vent. Le général Maison comprit aussitôt ce si­gnal et donna l’ordre de former les carrés ; mais ses troupes en eurent à peine le temps. Le colonel Dolffs laissa 2 régi­ments en réserve ; et, négligeant d’utiliser son artillerie à cheval, il saisit le moment favora­ble et se précipita sans dé­lai sur l’ennemi avec 3 régiments. La cavalerie ennemie prit la fuite et abandonna à leur sort les trois ou quatre masses en désordre qui cherchaient à se former. L’infanterie fut aus­sitôt culbutée, et ce qui ne fut ni sabré, ni pris, s’enfuit vers Haynau à travers le village de Michelsdorf Tout cela fut l’affaire d’un quart d’heure, en sorte que le colonel Mutius eut à peine le temps d’arriver avec sa cavalerie et de prendre part au combat.

L’ennemi abandonna toute son artillerie, qui se com­posait de 18 pièces. Comme on manquait de chevaux harna­chés, on ne put emmener que 11 pièces. On fit en outre de 300 à 400 prisonniers. La cavalerie rétrograda ensuite sur Lobendau ; l’arrière-garde s’installa sur place et poussa ses avant-postes dans la plaine, près de Haynau. L’ennemi n’osa pas reprendre l’offensive le jour suivant et c’est le 28 seule­ment que l’arrière-garde fut retirée jusqu’aux environs de Kloster-Wahlstatt. Dans ce combat, la cavalerie s’est acquis une gloire que la supériorité de la tactique de l’infanterie lui rendit plus tard bien difficile à conquérir. Nous avons là une preuve que, dans certaines circonstances, la supériorité de l’infanterie disparaît et qu’alors la cavalerie est capable de grandes cho­ses. Le colonel Dolffs, qui trouva la mort au milieu des en­nemis, peut, avec juste raison, être comparé ce jour-là à un Seidhtz. A l’arrière-garde russe, il y eut également quelques combats brillants, mais nous n’en connaissons pas les dé­tails. Aussitôt que l’empereur Napoléon fut arrivé à Liegnitz avec son armée, il s’aperçut que l’armée alliée se retirait, non sur Breslau, mais sur Schweidnitz ; il détacha alors sur Neumarkt un corps de 30 000 hommes, qui entra à Breslau le jour suivant. L’empereur Napoléon, avant la bataille de Bautzen, avait déjà fait des propositions d’armistice et de négociations pour la paix. Il renouvela ces propositions sur ces entrefaites, et les Alliés tombèrent d’accord avec lui pour une suspension d’armes préalable qui, d’abord de trente-six heures, fut en­suite portée à trois jours. Pendant que les Alliés reculaient en Silésie, le général de Bülow quitta la Marche et se porta avec environ 20 000 hommes dans la région de la basse Lusace.

L’empereur Napoléon détacha le général Oudinot avec son corps d’armée pour arrêter les progrès du général de Bülow. Celui-ci se trouvait à Luckau lorsque le général Ou­dinot marcha contre lui. Le 4 mai, le général de Bülow fut attaqué et la lutte devint bientôt générale ; elle roula sur l’occupation de Luckau. Mais les Français n’étaient pas en état de déloger les Prussiens du village en flammes ; ils fu­rent assaillis sur leurs arrières par la cavalerie du général de Bülow, sous le commandement du général de Oppen, et for­cés d’évacuer le champ de bataille, nous abandonnant 1 ca­non et 400 à 500 prisonniers. Le général de Bülow menaçait alors les communications de l’ennemi avec l’Elbe.

Des détachements prussiens et russes opéraient iso­lément sur les arrières de l’armée française sur les deux ri­ves de l’Elbe et même dans la Franconie. Ils firent indivi­duellement un grand nombre de prisonniers : deux de ces détachements se signalèrent d’une manière brillante. Le capitaine de Colomb, qui avait passé l’Elbe avec un escadron de chasseurs volontaires au moment où les deux armées se trouvaient sur ce fleuve, atteignit alors la fron­tière de la Franconie. C’est là qu’il enleva un convoi de 16 canons et 10 caissons qui se rendait à l’armée avec une es­corte de Bavarois. Il détruisit les canons, fit sauter les cais­sons et fit 200 à 300 prisonniers.

Le général russe Tschernitschef traversa l’Elbe avec 1 800 hommes de cavalerie légère et tomba près d’Halber­stadt sur un convoi du même genre : 14 canons et un grand nom­bre de caissons formaient un parc défendu par 2 500 hommes sous le commandement du général de division west­phalien von Ochs. Le général Tschernitschef n’avait que 2 pièces légères. Il fit canonner le parc et sauter plu­sieurs caissons, puis, avec une hardiesse rare, n’ayant au­cune in­fanterie, il se jeta sur le parc. En un clin d’œil, les cosaques se trouvèrent entre les canons et les caissons. On fit sauter tout le convoi ; le général Ochs fut fait prisonnier avec toute son infanterie et les 14 pièces qu’il perdit purent être ame­nées facilement sur l’autre rive de l’Elbe. Aussitôt après, le général Tschernitschef et le général Woronzof se mirent en marche et se portèrent sur Leipzig où le duc de Padoue était en train de remonter la cavalerie française. Là encore, ils auraient obtenu un brillant succès, si la nouvelle de l’armistice ne leur était parvenue à ce moment.

Les pourparlers au sujet de l’armistice furent conti­nués sur ces entrefaites et l’on s’entendit sur une prolonga­tion de sept semaines, c’est-à-dire jusqu’au 20 juillet, à la condition de prévenir six jours avant l’expiration. Les condi­tions furent l’évacuation de Breslau par les Français et le retrait de leurs troupes en arrière de la Katzbach. La ligne des avant-postes des Alliés devait s’appuyer à l’Oder, à une lieue en amont de Breslau, aller de là au ruisseau de Schweidnitz qu’elle remonterait, puis passer par Folken­hain, Landshut et Schmiedeberg. Toute la région comprise entre les deux armées fut dé­clarée neutre ainsi que la ville de Breslau.

Les détachements des Alliés qui se trouvaient sur les arrières de l’armée française durent repasser l’Elbe ; en somme, les limites des États prussiens avec la Saxe et la Westphalie formèrent la ligne de démarcation. Sur le bas Elbe, la situation devait rester telle qu’elle était le 7 juin à mi­nuit.

Les Danois, qui au nombre de 10 000 hommes, s’étaient portés dans les environs de Hambourg dans l’intention de prendre part aux opérations des Alliés, avaient pendant ce temps abandonné cette détermination, par suite de mésintelligences politiques survenues avec l’Angleterre et la Suède. Ils se déclarèrent tout à coup pour la France, firent cause commune avec les généraux Van­damme et Davout et forcèrent le général russe de Tetten­born à évacuer Ham­bourg. C’est ainsi qu’avant le 7 juin tomba, pour la deuxième fois, entre les mains des Français cette antique ville libre d’empire qui, par ses efforts pour la bonne cause, s’était mon­trée digne de ses anciennes liber­tés ; c’était incontestable­ment la perte la plus douloureuse que les Alliés avaient faite jusque là.

Sur Clauzewitz lire cette notice sur Wikipédia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_von_Clausewitz

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 19 mai, 2018 )

Une figure du monde napoléonien…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 19 mai, 2018 )

Les lectures de Napoléon en 1812…

p1019178.jpgAu commencement de la campagne de Russie, Napoléon lisait parfois des ouvrages sur ce pays mais aussi surla Pologne. Son secrétaire Méneval les avait empruntés à la bibliothèque du roi de Saxe, et ces ouvrages ayant été brûlés durant la retraite avec le fourgon qui les portait, Napoléon- homme inimitable qui rendait les livres prêtés- ordonna de les acheter coûte que coûte et de les envoyer à la bibliothèque de Dresde. Mais en 1812, comme dans toutes ses campagnes, Napoléon a lu des romans, des mémoires, et Ségur ne manque pas de le représenter à Moscou « passant de longues heures à demi couché, un roman à la main ». Le 7 août 1812, Méneval écrit au bibliothécaire Barbier que l’Empereur voudrait remplis ses moments de loisir et qu’il souhaite avoir des livres amusants, de bons romans, soit des nouveaux, soit des anciens qu’il ne connaît pas, et des mémoires d’une lecture agréable. Le 30 septembre, Duroc reproche à Barbier de ne pas envoyer exactement à l’Empereur les récentes publications. Pourquoi, dit le duc de Frioul, ne pas profiter des occasions et ne pas remettre les livres à l’estafette de la malle ou aux auditeurs du conseil d’Etat qui viennent apporter le portefeuille des ministres ? Quelles furent les lectures de Napoléon durant la campagne ? On l’ignore. On sait seulement qu’après avoir lu en France le « Charles XII » de Voltaire, -et la partie militaire de ce livre lui parut, à tort, croyons-nous, aussi peu  véridique que le plan de campagne développé par Mithridate à ses fils dans la pièce de Racine-il lut le « Journal » d’Adlerfeld qui jugea ennuyeux exact et supérieur au récit de Voltaire. On sait aussi qu’il reçut à Vitebsk un ouvrage de Laplace, « La Théorie analytique des probabilités ». Il ne le feuilleta même pas : « Il est un temps, mandait-il à Laplace, où je l’aurais lu avec intérêt ; aujourd’hui je dois me borner à vous témoigner la satisfaction sue j’éprouve toutes les fois que je vous vois donner de nouveaux ouvrages qui perfectionnent les mathématiques, cette première des sciences. » . 

Arthur CHUQUET. 

( 18 mai, 2018 )

Où l’on parle des « Souvenirs » du major LE ROY…

( 18 mai, 2018 )

Un blog dédié à celle qui incarna le rôle de Joséphine dans le film « Austerlitz » d’Abel Gance (1960)…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 18 mai, 2018 )

Combat dans la Plaine des Vertus [près de Paris] le 2 juillet 1815.

1814c

Monsieur,

Vous m’avez demandé quelques renseignements sur ce que j’ai pu savoir de la garde nationale depuis sa réorganisation décrétée le 8 janvier 1814, jusqu’à la Révolution de 1830, et  notamment sur un combat qui se serait Livré le 2 juillet 1815 dans la plaine des Vertus. Mon père, précisément a cause des fonctions éminentes qu’il emplissait sous l’Empire, avait cru devoir donner l’exemple du dévouement, dans les circonstances critiques où se trouvait le pays, et s’était montré dans le premier moment comme simple soldat dans les rangs de la garde nationale. J’étais encore loin de l’âge où aurais été astreint au service de cette garde, et je n’avais pus même terminé mes études que je faisais comme externe au Lycée Impérial; je me fis incorporer dans la XIème  légion, et j’y remplaçai mon père.

Le 30 mai 1814, j’étais sous les armes a la barrière du Maine, un des postes dont la défense avait été assignée à notre légion.

Dans les Cent-Jours, mon père demeurant alors au Ministère de la Justice, place Vendôme, j’émigrai de la XIe légion dans la première.

Le dimanche 2 juillet 1815, dans l’impatience de voir moi-même ce qui se passait au dehors, je revêtis mon uniforme, et armé de mon fusil, je sortis de Paris. J’entendais une vive fusillade du coté du canal Saint-Denis. Je m’acheminai de ce coté. Je fis rencontre, chemin faisant, de plusieurs camarades appartenant plus particulièrement aux légions de la rive droite, et qui, comme moi, marchaient au feu. Notre nombre grossissait à mesure que nous avancions, et nous étions bien une cinquantaine quand nous franchîmes le canal Saint-Denis, qui était bordé de distance en distance de pièces de canon. La fusillade que nous entendions provenait d’un combat de tirailleurs que livraient aux Anglais dans la plaine qui s’étend de l’autre côté du canal jusqu’au village d’Aubervilliers-Iès-Vertus, des gardes nationaux au nombre d’environ 150, auxquels s’étaient joints des habitants du pays. Il pouvait être midi. Ils étaient alors ramenés par le feu des Anglais presque jusque sur les bords du canal. Nous allâmes à leur secours. Nous entrâmes en ligne avec eux, sans commandement, mais non sans un certain ordre que nous suivions instinctivement. Le ton était très nourri de part et d’autre. C’était la première fois que j’entendais siffler des balles. Je fus d’abord un peu surpris je m’arrêtai involontairement mais bientôt je lis comme les autres, m’étant familiarisé de bonne heure à la chasse avec l’usage du fusil. Nous reprenions l’offensive nous poussâmes les Anglais devant nous et nous gagnâmes ainsi une longue avenue plantée d’ormes, derrière lesquels s’abrita une partie de notre ligne de tirailleurs qui, jusque là, avait marché tout entière en plaine. Cette avenue, qui doit être la route départementale n°21, nous conduisait au village des Vertus. Elle nous en facilita les approches. Nous nous réunîmes un certain nombre à son entrée, et nous y pénétrâmes assez avant. Mais il nous fut impossible de nous y établir, ce qui d’ailleurs n’était pas d’un grand intérêt. L’ennemi abrité dans les maisons, la plupart crénelées, tirait de tous côtés sur nous qui cl ions- à découvert dans la rue. Plusieurs des nôtres, en quelques minutes, furent tués ou blessés. Mon voisin immédiat, marchand de vin, appartenant à ma compagnie, fut atteint d’une balle au talon et tomba, je ne sais pourquoi j’étais de bonne humeur, et je lui dis en riant « Hé bien camarade, vous voilà blessé comme Achille – Je m’en passerais bien », me répondit-il. Il nous supplia, moi et ceux du voisinage, de l’enlever, pour qu’il ne restât pas au pouvoir des Anglais, ce que nous finies bien volontiers. Tandis que nous remportions, il s’avisa de son fusil qu’il avait laissé sur le champ de bataille et me demanda de l’aller chercher. J’avoue que je n’en fis rien, me souciant assez peu que ce nouveau Spartiate rentrât chez lui avec armes et bagages. Sortis du village, nous nous maintînmes pendant plusieurs heures en ligne contre les Anglais. De temps en temps, un coup de canon parti des pièces en batterie sur le bord du canal, venait nous rappeler que nous avions au besoin une base sur laquelle nous pouvions nous appuyer. Je me souviens qu’un des boulets ainsi lancés coupa en deux un Anglais qui venait de substituer le drapeau blanc au drapeau tricolore; lequel avait continue de flotter sur le clocher de l’église des Vertus. Notre nombre restait il peu près le même, ceux qui se retiraient étaient remplacés par de nouveaux venus. Moi-même, vers cinq ou six heures, je songeai à rentrer à Paris. Pour mon premier combat, et pour cette journée, je croyais avoir rempli ma tache. J’avais hâte d’ailleurs de rassurer mes parents, qui pouvaient apprendre mon escapade par d’autres que par moi. Je dois confesser que dans Paris, sur les boulevards, je me surpris un mouvement de vanité, à la vue des passants qui de temps en temps me semblaient contempler mon fusil noir de poudre. Au reste, cette petite alla ire m’avait mis en goût. Il me fallait à tout prix une grande bataille sous les murs de Paris. Ne la fallait-il pas en effet à la gloire et au salut de la France.

Le 3 ou le 4 juillet, je sortis de nouveau de Paris, cette fois sur la rive gauche. Ce jour-là, on s’attendait que cette rive soit le théâtre de la bataille que j’appelais de tous mes vœux. Après avoir parcouru la ligne de nos troupes, j’arrivai à un régiment de chasseurs à pieds de la vieille Garde qui était en réserve sur les boulevards extérieurs. L’uniforme que portait à cette époque la garde nationale, avait quelque analogie avec celui de ces braves. Cette circonstance m’inspira la pensée de les solliciter de me recevoir dans leurs rangs. Ils m’accueillirent avec bonté, et je passai au milieu d’eux une journée presque entière dont le souvenir vient quelquefois me loucher jusqu’aux larmes. Pour en revenir au combat des Vertus, nul que je sache, n’en a jamais rendu compte; à cette époque, la réclame n’était pas encore inventée. L’on se dévouait à la chose publique, et l’on ne parlait pas de son dévouement. C’est à peine si mes parents ont su que leur fils avait combattu avant l’âge sous les murs de Paris. Mon père l’apprit cependant; il ne me dit rien, mais je vois encore l’éclair de satisfaction qui brilla dans ses yeux. Un de mes camarades de classe vint aussi le savoir; c’était Charles Bresson, dont le père, célèbre avocat à Nancy, était alors le collègue de mon père à la Chambre des Représentants. Doué d’une âme élevée et patriotique. Charles Bresson, encore élève interne à Sainte-Barbe, s’était bien promis de se battre aussi pour la défense de Paris el de la France, et il avait déposé chez moi. à cet effet un uniforme et un fusil. Il garda depuis ses nobles sentiments que la grandeur n’altéra point ambassadeur à Naples, il y est mort de dégoût et de chagrin. J’ai cru me rappeler que l’Indépendant qui a été depuis le Constitutionnel, avait mentionné le combat des Vertus. J’ai fait faire h ce sujet des recherches et j’ai trouvé en effet, dans ce journal, numéro du 3 juillet 1815, l’article suivant:

« N° 64 de l’Indépendant, lundi 3 juillet 1815

Le village des Vertus était occupé en totalité par les Anglais hier il fut attaqué par un détachement de tirailleurs de la garde nationale, auxquels s’étaient réunis plusieurs gardes nationaux. Ils se sont emparés de quelques maisons, et sont parvenus à se rendre maîtres d’une portion du village. Il est maintenant occupé partie par les Français, partie par les Anglais. Chacun, de son côté, a crénelé les maisons, ce qui n’empêche pas que divers soldats des deux nations ne se soient réunis aujourd’hui pour boire ensemble. »

Cet article diffère de mon récit, mais il confirme cependant le fait matériel du combat. J’ai raconté ce que j’ai vu. Il se peut d’ailleurs que les circonstances relatées par l’ Indépendant se soient réalisées après mon départ ou le lendemain. Après la seconde Restauration, je continuai de servir dans les rangs de la garde nationale, quoique la loi ne m’en fit pas encore une obligation et quoique mon père fut déjà exilé. Le 4 avril, je fus désarmé par la police et rayé des contrôles de cette garde, à la suite d’une perquisition qui fut faite chez moi, dans l’espoir d’y trouver quelque indice à l’aide duquel on m’eût impliqué dans l’une ou l’autre des conspirations vraies ou fausses qui abondaient dans ce temps.

Au retour de l’exil de mon père où j’étais allé le rejoindre, je fus, en 1820, réintégré dans la garde nationale. Les temps étaient alors bien changés. On m’offrit des grades que je refusai, répondant que je n’en accepterais jamais que de l’élection de mes concitoyens. J’aurais pu comme bien d’autres me faire rayer des contrôles de me dispenser de monter la garde je ne l’ai pas voulu. J’ai toujours aime la garde nationale, et tenu à honneur d’en faire partie. J’y suis reste jusqu’à sou licenciement en 1825. J’assistais à la fameuse revue où l’on cria «  A bas les Ministres ! » cause ou prétexte de l’ordonnance qui décréta le licenciement. Je ne voulais, Monsieur, vous parler, dans cette trop longue lettre, que du combat des Vertus je me suis laissé aller à mes souvenirs et je vous ai donné beaucoup trop de détails. »

Henry BOULAY DE LA MEURTHE.

(« Carnet de la Sabretache », 1913).

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 mai, 2018 )

IL Y A 214 ans: la NAISSANCE de l’EMPIRE…

napoleonlegrand.jpg

Il y a tout juste 213 ans,  le SENATUS-CONSULTE ORGANIQUE du 28 FLOREAL AN XII, entérinait la création du Premier Empire en commençant par ces articles:

« Article 1er. Le Gouvernement de la République est confié à un Empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français. – La justice se rend, au nom de l’Empereur, par les officiers qu’il institue.

Article 2 - Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français…. »

 

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 18 mai, 2018 )

Une lettre du général Ledru des Essarts à sa sœur.

06509433.jpg 

Elle est extraite du très intéressant ouvrage de Jean-Louis Bonnéry et intitulé : « Ledru des Essarts, un grand patriote sarthois méconnu » (Le Mans, chez l’Auteur, 1988). Ce livre fut tiré à compte d’auteur. Madame Lepron, sœur du général Ledru des Essarts, demeurait à La Flèche, ville du département de la Sarthe bien connue pour son prytanée militaire. 

 

Magdebourg, 6 février 1813. [Le général avait d'abord écrit "janvier" mais il l'a barré pour mettre "février"]  

Ma chère amie, 

Je t’ai écrit de Mariembourg le 22 décembre dernier. J’ai écrit en même temps à plusieurs autres personnes, entr ‘autres à mon frère. Tous excepté toi, m’ont répondu. Écris-moi à Mayence où je serai dans huit ou dix jours. Je rentrerai quelque temps ou dans les environs et j’y attendrai les ordres du ministre. S’ils pouvaient que dans 4 ou 5 mois, la saison des eaux arriveraient et je prendrais les bains d’Aix ou de Wiesbaden dont j’ai grand besoin. Ma santé n’est pas mauvaise mais elle est bien loin d’être aussi forte que l’année dernière. Tu ne peux te faire une idée de ce que j’ai souffert. Seul de tous les généraux du 3ème corps, je suis constamment resté debout et à la tête des troupes ; tous les autres ont succombé soit à leurs blessures, soit à  leurs fatigues. Des officiers, beaucoup plus forts que moi ont péri sur la route ou se sont laissé prendre faute d’énergie. J’ai trouvé la faim, le froid, les marches de nuit et j’ai dû m’occuper des continuelles dispositions à prendre dans l’arrière-garde dont j’ai été chargé pendant plus de 200 lieues [environ 1800 kilomètres], sans éprouver d’autre mal que la fatigue.

Cinq de mes domestiques sont morts. J’en ai heureusement conservé trois. 

Trop occupé par la troupe pour surveiller mes propres affaires, j’ai perdu caisson, voitures, bagages et vingt-deux chevaux. Trente mille francs ne rétabliraient pas mes équipages comme je les avais à l’entrée de a campagne. Cependant, ma chère maie, tout ce dévouement, tous ces sacrifices sont en pure perte pour moi puisque jusqu’à présent, je n’ai pu obtenir un emploi de 6 jours pour mes frères, tandis que des intrigants, des criquets qui ne peuvent faire que des courbettes, ou qui d’engraissent sans coup férir dans un bureau, obtiennent ce qu’ils veulent. Si l’honneur national ne me faisait un devoir de rester encore dans le nord, le dépit et le dégoût me feraient abandonner cet ingrat métier ; mais si la campagne qui va s’ouvrir ne m’enlève pas et si j’existe encore à la paix qui se fera avec la Russie, je ferai en sorte de recouvrer ma liberté et d’aller cultiver mon jardin. Donne-moi quelques détails sur ton ménage et sur tes affaires . Je t’embrasse bien amicalement ainsi que ton mari. 

Ton frère affectionné. 

LEDRU DES ESSARTS. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 17 mai, 2018 )

Une exposition à voir à l’île d’Elbe…

Bientôt nous reverrons la France ! (Ile d'Elbe, février 1815)

Elle s’intitule « Napoléon Bonaparte, l’exil de l’Aigle »; ouverte jusqu’au 13 octobre 2018: 

http://fr.euronews.com/2018/05/10/l-ile-d-elbe-terre-d-exil-de-napoleon

( 16 mai, 2018 )

« Souvenirs sur Sainte-Hélène », par Etienne Bouges. (VI et fin)

6

XI – PREPARATIFS DE DEPART ET RETOUR EN EUROPE

Un premier testament de l’Empereur est ouvert à Longwood. Il sert à faire certains partages d’effets et de fonds disponible. Un très beau paravent, qui a été envoyé en présent à Napoléon par un grand personnage de Chine, a été attribué au général Bertrand. Je suis chargé de l’emballer. On l’a pu voir à Paris dans le salon de Mme la Comtesse. Les autres emballages sont longs et considérables. ; parmi ceux-ci, il y en a un qui occupe principalement le général Bertrand. Il est relatif aux armes de l’Empereur, dont il est dépositaire et qu’il doit remettre à son fils. Ces armes sont l’épée d’Austerlitz, le poignard de Tolentino et le glaive du Premier Consul. Le sabre de Sobieski, dont on a parlé comme faisant partie des armes de l’Empereur, était resté entre les mains de M. le Comte de Turenne. Quant aux deux paires de pistolets de Versailles, ils ne sont pas emballés à part. Comme on craint que les armes ne soient enlevées, il faut les cacher avec soin. 

Je suis chargé de cette délicate mission. Le poignard de Tolentino est très lourd ; la poignée qui est en or massif est admirablement ciselée et recouverte de pierreries. Le glaive du Premier Consul a aussi une poignée très riche ; sa lame est allongée et à deux tranchants ; le fourreau est en écaille parsemé d’abeilles d’or. 

Note de G. Godlewski : 

Avec les armes nous touchons au point le plus important des souvenirs de Bouges.
Les dernières volontés de Napoléon sur leur destination sont clairement formulées à l’état A, joint à son testament, au paragraphe II :

1) mes armes, savoir : mon épée, celle que je portais à Austerlitz, les sabre de Sobieski, mon poignard, mon glaive, mon couteau de chasse, mes deux paires de pistolets de Versailles
2) mon nécessaire d’or…
3) je charge le Comte Bertrand de soigner et de conserver ces objets et de les remettre à mon fils quand il aura seize ans.»
Ainsi pas d’équivoque : Bertrand en est le dépositaire mais, ce qui complique les choses, ces que ces reliques précieuses n’ont pas toutes été amenées à Sainte-Hélène.
L’inventaire de Marchand dressé après la mort de napoléon (Mémoires Tome II, page 346) et contresigné par Arrighi, mandataire de Mme Mère, cet inventaire énumère les armes suivantes :
1 épée, celle que l’Empereur portait à Austerlitz
1 sabre que l’Empereur portait à Aboukir
1 couteau de chasse
1 poignard
1 boîte de pistolets de Versailles. »
Ce sont manifestement les 5 pièces que Bertrand charge Bouges d’emballer et de dissimuler à la convoitise des Anglais.
Mais d’autres armes ont été confiées, à Paris, au Comte de Turenne, avant le départ de 1815. Marchand dans son inventaire donne la liste :
Le sabre de Sobieski
L’épée de vermeil
Le glaive du Consul…
Ainsi que des décorations et des objets personnels. »
Le dépôt Turenne devait être restitué plus tard et sans difficultés à Marchand, bien qu’incomplet de pièces mineures.
[i]Or les armes énumérées par Bouges sont les suivantes :
- l ’épée d’Austerlitz
- le poignard de Tolentino
- les deux paires de pistolets de Versailles
- le glaive du Premier Consul
Pour les trois premières, pas de contestation : elles étaient bien à Sainte-Hélène. Quant au glaive du Consul, il s’agit d’une erreur manifeste, puisqu’il était en dépôt à Paris, chez Turenne. Pourtant Bouges donne des précisions (« lame allongée à deux tranchants») qui conviennent bien à un glaive et nullement au sabre d’Aboukir qui figure à l’inventaire de Marchand et qui, par conséquent, devait l’être à celui de Bouges

Le mystère reste entier, bien que Bouges connaisse le dépôt de Turenne, auquel il fait allusion à propos du sabre de Sobieski. Il devait donc savoir qu’il n’a pu emballer le glaive dont « le fourreau d’écaille parsemé d’abeilles d’or » n’est manifestement pas non plus celui d’un sabre ramené d’Egypte. 

Les fourreaux de ces objets précieux forment un volume considérable qui peut les faire découvrir. En raison de cela, le général ne veut pas les emporter et me charge de les cacher. Je les place, bien enveloppés sous le toit de sa maison, dans un espace dissimulé qui existe dans la chambre d’embarras de la mansarde. Lorsque le Prince de Joinville est chargé d’aller chercher les cendres de Napoléon, j’écrivis à M. Bertrand-Boislarge pour qu’il rappelle à son frère le lieu du dépôt. Je n’ai pas su si le général l’avait trouvé 

Note de G. Godlewski : La cachette des fourreaux est excessivement curieuse et inédite . a-t-elle été rouverte par Bertrand en 1840, lors de l’expédition du Retour des Cendres ? Nous l’ignorons. Il apparaît que Bouges ne devait pas avoir conservé d’excellentes relations avec le Grand maréchal (bien qu’il soit demeuré à son service, comme il le dira plus loin, jusqu’en 1830), puisqu’il charge son frère de lui rafraîchir la mémoire, et qu’au retour de l’expédition, il ne saura pas si sa recommandation a té prise en considération. Pourtant il habite tous deux Châteauroux.

Si ces reliques étaient restées sur place après 1840, la démolition de la maison de Bertrand, rongée par les termites, dont fut témoin Ganière en 1954, avant qu’elle ne soit reconstruite, aurait certainement permis de les découvrir. Rien de tel n’a transpiré. Lorsqu’ après la mort du Roi de Rome, Mme Mère, devenue légataire universelle, confia à Arrighi le soin de recueillir les objets dispersés en provenance de Sainte-Hélène, Bertrand refusa de restituer son lot, estimant qu’il en était redevable à la Nation. Il fit solennellement remise des armes à Louis-Philippe le 6 juin 1840. 

Je suis très embarrassé pour cacher les armes. J’ai une grande malle dont le couvercle est bombé, je les place dedans, en les enveloppant exactement pour éviter tout mouvement et j’ai bien fermé ce couvercle au moyen d’une étoffe semblable à celle qui fait la doublure de la malle. Je suis même obligé d’entamer la partie intérieure de la planche pour arriver à faire tenir les poignées des armes. Je dois aussi cacher les manuscrits écrits sous la dictée de l’Empereur, je les place dans le double-fond des deux malles. 

Note de G. Godlewski : L’anecdote de la malle à double-fond est inédite. Quant aux manuscrits, il s’agit très vraisemblablement des précieux « Cahiers » de Bertrand, qui resteront inédits plus de trente ans, jusqu’à leur publication, par Paul Floriot de Langle

Il faut trois semaines pour terminer tous les préparatifs du départ et transporter les colis à Jamestown. . je pars le dernier de Longwood, avec le général Bertrand. Nous sommes à Hutt’s Gate, au sentier pratiqué, il me donne son cheval à tenir et s’en va s dire un dernier adieu au tombeau de l’Empereur.

Vingt-quatre heures sont encore nécessaires pour que tout soit embarqué. Enfin, la colonie passe sur le Camel storeship. C’est un vieux et lourd vaisseau très incommode. On ne s’arrête pas et après une traversée fort pénible de 56 jours, on arrive à Portsmouth. Les passagers n’ont qu’à se louer des attentions du capitaine Peul, vieux marin qui avait 40 ans de service. 
Le général Bertrand a essayé de rapporter en France quelques branches de saule qui ombrage le tombeau de l’Empereur, on ne prît pas, pour la traversée, assez de précautions. On est plus heureux dans le voyage où les cendres sont ramenées à Paris et par la suite, on a pu remarquer au château de Laleuf et dans quelques autres propriétés du département de l’Indre, un grand nombre de saules qui proviennent des tiges apportées la seconde fois. 

L’arrivée des compagnons d’exil de l’Empereur excite à Porsmouth, le plus vive curiosité. Le Roi George IV, qui vient d’être couronné, s’y trouve en tournée. Il envoie un officier qui s’adresse au général Bertrand pour avoir des nouvelles des passagers. La rade, qui est peu profonde, ne permet pas au vaisseau de s’approcher. Lorsque les barques arrivent au port, la rade et les quais sont couvert d’une foule considérable, qui reste silencieuse, bien qu’animée d’un sentiment de bienveillance et de respect

XII – SEJOUR A LONDRES. 

Après un ou deux jours de repos, toute la maison de l’Empereur part pour Londres : le général Montholon de tarde pas à s’y rendre aussi. Le général Bertrand, avec sa femme et ses enfants, demeure à Porstmouth quelques jours de plus.

Je reste seul pour avoir soin des bagages. La douane vérifie tous les colis. Les plus gros ne sont que légèrement examinés, mais on porte une minutieuse attention à l’inspection des malles. J’ai la précaution de les ouvrir moi-même, celle surtout qui contient les armes, afin qu’on ne s’aperçoit pas du poids de son couvercle. On ne s’en doute pas. On ne découvre pas non plus le double-fond des autres malles. Un écrin très riche de Mme la Comtesse Bertrand excite l’attention d’un des douanires, mais il ne fait aucune réflexion. 

Je rejoins le général Bertrand à Londres, Brunet Hôtel, Lycester Square. Brunet est un Français. La maison du général se compose de dix personnes et Madame la Comtesse, leur quatre enfants, une bonne pour le petit Arthur, le domestique Anglais Buker, un domestique Anglais de l’hôtel nommé Thomas, qui a désiré s’attacher au général, et moi. On ne reste que le moins possible dans cet hôtel où l’on ne peut dépenser moins de 8 napoléons par jour. Un commissionnaire procure une maison particulière meublée, une cuisinière et une fille de cuisine et l’on attend ainsi l’époque où il serait possible de rentrer en France. 

Le général Bertrand a été condamné à mort par contumace, le 7 mai 1816. Louis XVIII, en prince éclairé, comprend qu’on ne peut fléchir le dévouement et la fidélité, sans que ce soit une tâche pour son règne. En conséquence, le 24 octobre 1821, il rend une ordonnance qui, en annulant le jugement, réintègre dans tous ses grades, l’ami du grand captif. 

Dès que l’arrivée du général Bertrand à Londres a été connue de la famille, son frère Bertrand-Boislarge et son neveu, M. Jules Duris-Dufresne, se sont empressés de se rendre auprès de lui et tous deux sont témoins de l’accueil sympathique qu’il reçoit de quelques personnages éminents, tels que le duc de Sussex, Lord Holland, MM. Brougham, Elliss.

Le général Montholon, le Dr. Antommarchi, l’Abbé Vignali, avant de quitter Londres, sont venus faire leurs adieux au général Bertrand et Mme la Comtesse. 

Note de G. Godlewski :Ces détails sur le passage de la douane et le séjour des Bertrand à Londres, sont inédits.

XIII – RETOUR EN FRANCE.

Après trois mois de séjour à Londres, la famille Bertrand vient prendre à Douvres le paquebot ordinaire et débarque à Calais. Une foule considérable, bientôt avertie, couvre le port et la salue de ses acclamations. Le général donne le bras à Mme la Comtesse, qui tient par la main sa fille, Mlle Hortense. La bonne qui a dans ses bras le petit Arthur suit et je suis chargé des jeunes Napoléon et Henri. La foule se porte ensuite autour de l’hôtel où se rend la famille. Jamais un sentiment sympathique ne se manifeste avec autant d’effusion. On se découvre sur son passage et le général et Mme la Comtesse, émus jusqu’aux larmes, saluent à chaque instant. La même affluence entoure la diligence que prend la famille pour revenir à Paris. Elle manifeste le même sentiment de respect et de satisfaction et de nombreux cris de « Vive le général Bertrand ! » se font entendre au moment du départ de la voiture. 

Note de G. Godlewski : Ce paragraphe sur le passage des Bertrand à Calais est reproduit à quelques variantes près par Vasson qui dit l’emprunter aux Souvenirs de Bouges. 

M. le Comte de Lavalette a fait préparer son hôtel de la rue de la Pépinière pour recevoir la famille Bertrand. C’est là qu’elle descend à Paris. Peu après, le général se hâte de se rendre à Châteauroux dans les bras de sa mère, qui, depuis longtemps, est dans la plus grande anxiété sur son sort, mais il n’a pas le bonheur de retrouver son père. Toute la ville lui fait la plus cordiale réception. La maison de sa mère est littéralement envahie, tant chacun a le désir de le voir et de lui témoigner son admiration pour son dévouement à l’Empereur. Le général amène, quelque temps après toute sa famille. 

Lorsque le testament de l’Empereur est publié, je suis bien étonné d’y voir que deux millions sont attribués au général Montholon, tandis que le général Bertrand ne doit en recevoir que cinq cent mille francs. 
Note de G. Godlewski : Inexact. Le testament et les codicilles attribue à Montholon 2.2000.000 francs et à Bertrand 900.000 francs sur les disponibilités

En effet le général Bertrand a épousé une parente de l’Impératrice Joséphine, il a été appelé au poste de confiance de Grand Maréchal du Palais, il a accompagné l’Empereur à l’île d’Elbe, il l’a secondé dans les Cent-Jours et pour le suivre à l’île de Sainte-Hélène, il n’a pas craint d’exposer sa femme et ses enfants au plus pénible et au plus dangereux des voyages. Il faut dire que ce testament a été écrit tout-à-fait aux derniers moments de la vie de l’Empereur et que le général Montholon qui ne le quittait pas, devait avoir eu, dans ces circonstances, une grande influence sur lui. 
Note de G. Godlewski : Bouges reflète ici la pensée des Bertrand qui souffrirent en silence des manœuvres de Montholon pour capter in extemis l’héritage

L’Empereur a légué à M. Marchand la somme de quatre cent mille francs, exprimant le désir qu’il épouse la veuve, la soeur ou la fille d’un officier ou soldat de la Vieille Garde. On l’engage à porter son choix sur la fille du général Brayer, qui est sans fortune. 
Note de G. Godlewski : Le legs de 400.000 frs à Marchand est exact. Son mariage avec Mathilde Brayer en 1823 est arrangé par Montholon avec qui il s’est lié à leur retour de Sainte-Hélène. 

Le général Bertrand veut vivre éloigné du monde et des affaires en s’occupant uniquement de l’éducation de ses enfants et de travaux d‘agriculture. C’est aux Lagnys, propriété qu’il a eue dans ses partages de famille, qu’il occupe de ses travaux. Il y a fait bâtir un châlet où peuvent loger Mme la Comtesse et ses enfants : mais son oncle, M. Bouchet, inspecteur général des Ponts et Chaussées en retraite, qui lui destine son château et sa terre de Laleuf, veut lui en donner tout de suite la jouissance et c’est dans ce château qu’il fait sa résidence d’été. 
A Paris, le général a loué , 52 rue de la Victoire, un hôtel qui appartenait à la veuve du général Lefebvre-Desnouettes. C’est celui que le général Bonaparte a habité à son retour d’Egypte et d’où il est parti pour le coups d’état du 18 brumaire 1799. 
Note de G. Godlewski : Exact. L’hôtel loué par Joséphine de Beauharnais occupait l’emplacement de l’immeuble situé au 58 actuel de la rue de la Victoire 

Le général Bertrand a conservé Buker, son domestique Anglais. C’est un excellent homme, très attaché à la famille : il veut toujours retourner dans son pays mais on le retient. Enfin il prend son parti et Mme la Comtesse lui fait présent d’une montre en or et d’une douzaine de chemises fines. Thomas le domestique pris à Londres , reste aussi ; Mme la Comtesse voulait que l’on parle le plus possible en Anglais à son fils. Je reste moi-même avec le général en qualité de maître d’hôtel chef de la maison et je continue ce service jusqu’en 1830.

XIV – MA NOMINATION COMME VERIFICATEUR DES POIDS ET MESURES. 

A la fin de cette année 1830, Mme la Comtesse Bertrand a la bonté de me faire obtenir, par M. Meynadier, préfet de l’Indre, la place de vérificateur des poids et mesure de l’arrondissement du Blanc et peu de temps après, je me marie avec Mlle Alphonsine Monlusson, de Clion. J’ai occupé la place de vérificateur jusqu’en 1855, époque à laquelle ayant pris ma retraite, je retourne demeurer à Lye, auprès de mon père, très âgé et à qui j’ai eu le bonheur de fermer les yeux. Ma soeur, non mariée demeura avec moi. 

En 1862, on me persuade que je ferais bien de demander à l’Empereur Napoléon III, la croix de la Légion d’Honneur. Je fais en ces termes : 

 » Sire, 

J’ai l’honneur de soumettre à Votre majesté, que soldat de 1815 et récemment médaillé de sainte-Hélène, je partis en 1818, pour cette île, dans le but de porter à l’Empereur Napoléon des nouvelles de la France et à M. le général Bertrand les tendresses de sa famille. Arrivé à destination, je fus présenté à Sa Majesté et je répondis aux questions qu’Elle daigna me faire, pendant trois années j’ai partagé son exil et j’ai assisté à sa triste agonie ainsi qu’à ses funérailles. 

J’ai secondé le Grand Maréchal pour ramener en France, sans que le gouverneur de Sainte-Hélène et la douane angalise aient pu les découvrir, les armes de l’Empereur et les manuscrits qu’Il avait dictés.

Tels sont, Sire, les services pour lesquels j’ose prendre la liberté de solliciter de la bienveillance de Votre Majesté, la croix de la légion d’Honneur qui comblerait tous les voeux de ma vieillesse. «  

Lye (Indre ), le 21 juillet 1862. 

Cette pétition est remise à M. Pietri, par les soins de M. Begeaud, sous-chef au ministère de la Guerre. Elle parvient sous les yeux de l’Empereur Napoléon III qui voulut bien y faire attention et m’accorder la grâce que je lui demandais. 

Aujourd’hui, presque complètement aveugle, par suite de cataracte et âgé de 80 ans; j’habite Châteauroux avec ma femme, depuis quelques années, pour être plus à portée de secours qu’exige ma santé et j’attends avec résignation le moment où il plaira à Dieu de me rappeler à Lui. 
Note de G. Godlewski : Cette précision sur l’âge où Bouges dicte ses souvenirs au Docteur Fauconneau-Dufresne en situe donc la date à 1875. Il mourut nonagénaire en 1888.

FIN.

( 15 mai, 2018 )

L’adjudant-commandant Auguste Petiet et son témoignage sur 1814.

Immage d'illustration 2

                                                                                                                                                                                                  Image d’illustration.

Rédigé par Auguste Petiet (1784-1858), et curieusement non–inclus dans les deux éditions de ses « Souvenirs » qui ont parues respectivement en 1844 et en 1996, son récit permet au lecteur de suivre la progression d’une division de cavalerie légère lors de la campagne de France. L’adjudant-commandant Petiet est nommé le 7 novembre 1813, chef d’état-major de la division de cavalerie légère faisant partie du  5ème corps de cavalerie (ce dernier étant sous les ordres du fameux général de division Milhaud). A l’issue de la campagne d’Allemagne, Petiet arrive à Strasbourg le 21 décembre, avec sa division. En Alsace, appuyée par l’infanterie, elle affronte les premières troupes ennemies à Sainte-Croix-en-Plaine, durant les derniers jours de l’année 1813. Il est difficile se stopper la progression des troupes alliées déterminées. « Le 8 [janvier 1814], l’arrière-garde resta en position. L’ennemi occupait Épinal avec quinze cents cosaques, et Saint-Dié avec mille », note l’auteur. On se bat à Rambervilliers, à Saint-Dié. « La cavalerie légère évacua Baccarat le 13 [janvier 1814], à une heure du matin, arriva devant Lunéville sans être suivie, et n’ayant fait que traverser cette place, elle s’établit à Nancy, où elle avait été précédée par le 2ème corps », précise Petiet. Le 27 janvier 1814, les troupes françaises reprennent Saint-Dizier. L’Empereur est acclamé. « Les habitants, maltraités par les cosaques, l’appelaient leur libérateur. Napoléon descendit de cheval et défendit à ses gardes d’éloigner cette population qui se pressaient autour de lui », raconte l’auteur. Le 28, il traverse Montierender. « Le 29, au point du jour, toute l’armée, commandée par l’Empereur en personne, se porta sur Brienne. Le 2ème corps fit l’avant-garde ; le 5ème corps de cavalerie, précédé comme à l’ordinaire par la division [celle de cavalerie légère], marchait à la tête de la colonne ». Il s’en suit un récit détaillé de cette fameuse bataille.  Le 1er février, Petiet se bat à La Rothière. Il continue son récit en précisant que le 3, « la cavalerie légère se plaça dans le faubourg de Troyes… Le 5, le mouvement de retraite continua vers Nogent… Le 7, le corps du maréchal Oudinot, duc de Reggio, qui avait couché la veille à Romilly, revint sur Nogent, et la division forma l’arrière-garde soutenue par le corps du comte Gérard ». Le 13 février, il est à Nangis, puis se dirige sur Mormant. Un engagement assez vif éclata avec un corps de l’avant-garde austro-russe. Quatre jours plus tard, la cavalerie légère charge « dans la vaste plaine de Guignes à Nangis une ligne de quinze cents chevaux cosaques, lanciers et chasseurs russes, elle les culbute, laissant les dragons s’occuper de l’infanterie, et poursuit la cavalerie russe l’épée dans les reins… ».   Plus tard, le 31 mars 1814, la division arrive à Saint-Mammès, après avoir traversé Villeneuve-l’Archevêque, Pont-sur-Yonne et Moret-sur-Loing. C’est là que Petiet et ses hommes apprirent la capitulation de Paris. « Cette nouvelle répandit la consternation dans l’armée.. », écrit-il, avant d’ajouter que « Le 1er avril, la division [était] réduite à trois cent cinquante chevaux, c’est-à-dire, ayant à peine le cadre de ses régiments, par suite des combats continuels et de ses marches forcées… ». Le 5ème corps de cavalerie dont fait partie la division de cavalerie légère de l’adjudant commandant Petiet sera dissous le 21 juin 1814.

On trouve notamment à la suite de ce « Journal », le rapport du maréchal Victor sur la bataille de Brienne et un second sur le combat de Mormant; le rapport du fils du maréchal Kellermann et ceux des généraux Bordesoulle et Milhaud, sur ce même combat. 

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 mai, 2018 )

Secours de France…

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 14 mai, 2018 )

A propos de l’ouvrage du général de Brack…

N238

Ouvrage publié pour la première fois en 1831 par un ancien cavalier de l’Empire, Avant-postes de cavalerie légère eut un succès qui ne se démentit guère chez les officiers des XIXe et XXe siècles. De nombreuses fois réédité, son avant-dernière édition fut préfacée en 1942 par le général Weygand, qui compare la dialectique du général de Brack à celle du maréchal Foch et de son « de quoi s’agit-il ? » en matière de combat. Avant-postes de cavalerie légère se présente comme un manuel ou vade-mecum destiné aux officiers en général et aux officiers de cavalerie légère en particulier. Son auteur, ancien officier des lanciers dela Garde, y théorise les pratiques en vigueur lors des campagnes napoléoniennes de 1806 à 1815. Présenté sous la forme d’un questionnaire, l’ouvrage s’organise en quarante chapitres traitant tant du service courant, de la remonte, du harnachement, du cantonnement et de l’habillement, que des valeurs morales, de l’obéissance, de l’autorité et du courage, en développant les missions spécifiques de la cavalerie légère en temps de guerre, reconnaître, charger et escorter. Formalisant la doctrine d’emploi de la cavalerie légère en 1831, après quinze ans d’inactivité, de Brack puise dans ses souvenirs et dans son expérience pour présenter une culture d’arme, qui trouve sans doute ses premiers traités dans l’armée d’Ancien Régime, mais que les guerres napoléoniennes ont amplifiée. L’auteur a ainsi pour but de diffuser cette culture chez ses cadets. De la cavalerie légère, cet ancien subordonné des généraux Lasalle, Montbrun, Pajol, Colbert et Maison écrit que son rôle est « d’éclairer et de protéger la marche de notre armée (…) en devançant nos colonnes, éclairant leurs flancs, les entourant et couvrant d’un rideau vigilant et courageux suivant l’ennemi pas à pas, le harcelant, l’inquiétant, éventant ses projets, épuisant ses forces en détail, détruisant ses magasins, enlevant ses convois, et le forçant enfin à dépenser en défensive les puissances offensives dont autrement il aurait tiré les plus grands avantages. »  Le rôle et les qualités essentiels de l’officier de cavalerie légère et ceux du chef sont rappelés en premier lieu. « Le sentiment juste, l’appréciation froide, mathématique de ses forces matérielles, et celles ennemies (…) la rapidité et la sûreté du coup d’œil (…) ; le regard qui, de tel côté qu’il aborde le terrain, l’apprécie d’ensemble et dans ses moindres détails ; la promptitude de détermination et d’action ; l’élan qui enlève tout ; la fermeté qui ne désespère de rien et le sang-froid qui ne fausse jamais le regard… » . Puis l’auteur aborde tour à tour les moyens nécessaires à l’accomplissement des missions de l’arme. Parmi ceux-ci, ce que l’on nomme aujourd’hui le renseignement opérationnel, ainsi que ce qui fait l’essence même de l’arme, le cheval.

De Brack présente, dans un chapitre intitulé Des Indices, « les moyens de connaître les mouvements de l’ennemi » . Il en dénombre quatre : les rapports des prisonniers, déserteurs, et voyageurs ; les rapports des espions ; les reconnaissances ; les indices. Les pratiques de collecte du renseignement en opération des hommes de la cavalerie légère sont ici décrites. À la question « Qui vous fait découvrir les indices ? », il répond « la connaissance des usages généraux de la guerre, et des habitudes particulières de l’ennemi. Elle ne s’acquiert que par une grande constance d’observation. » L’auteur illustre son propos par des exemples « d’usages généraux » dont celui-ci : « Si l’on apprend qu’on a distribué des souliers dans les cantonnements, que les troupes nettoient leurs armes, que l’on rassemble des bestiaux, ce sont là des signes infaillibles de marches ou de mouvements quelconques. » Puis de Brack s’arrête sur des « usages particuliers » : « Les Russes, confiants dans leur nombreuse et excellente cavalerie irrégulière, se gardent mal derrière la ligne qu’elle forme en avant de leur armée ; ainsi si vous pouvez tourner leurs cosaques et vous dérober à leur yeux de lynx (ce n’est pas facile), il est plus que probable que vous réussirez dans les surprises que vous tenterez sur leurs régiments de ligne. La vigilance des cosaques n’est donc pas un indice de la vigilance des autres corps de l’armée russe. »  Découvrir des indices ne correspond pas seulement à une opération de collecte. Cette action est liée à une analyse immédiate de l’information, d’où procède une hypothèse plus que probable. Cette analyse est le fruit d’une connaissance de la culture de guerre de l’ennemi, connaissance née sous la Révolution et l’Empire de la pratique et de l’expérience plutôt que de la théorie. Pour reconnaître la première fois le terrain, l’ancien soldat de Napoléon écrit qu’il est utile de prendre des guides, seulement « s’il est possible de les avoir montés, afin de ne pas subordonner la vitesse de la marche à celle d’un homme à pied » et, si ceux-ci conduisent la reconnaissance, l’officier qui les emploie prendra toutes ses précautions en l’attachant près de lui, tout en le traitant poliment. Puis en abordant le chapitre des Reconnaissances, l’auteur définit le thème traité : « La base de toute opération militaire est, d’abord, la connaissance du terrain sous son double aspect défensif et offensif ; puis celle de la position, de la force, et si l’on peut celle de la pensée de l’ennemi. C’est pour établir avec certitude cette base, que les officiers sont envoyés en reconnaissance. (…) Là, il ne s’agit pas de voir mais de bien voir, pour ne pas fournir au corps d’armée qui réglera ses déterminations sur le rapport que vous lui ferez…» En ce qui concerne la topographie, partie intégrante d’une reconnaissance, de Brack cite le général Laroche-Aymon  : « Voici les traits principaux à observer dans les objets tant naturels, qu’accidentels, qui composent les localités d’un terrain (…) les bois, montagnes, rivières et ruisseaux, plaines, chemins, villes, bourgs et villages. » L’auteur, qui tire de ses souvenirs les reconnaissances qu’il a pu lui-même effectuer, préconise la plus grande prudence lorsqu’il s’agit d’utiliser la force du cheval pendant la réalisation de la mission : « Je le répète, les forces du cheval sont la fortune du cavalier ; si tout est dépensé en une heure, que reste-t-il après ? »

Parmi les techniques de collecte de l’information, le général rappelle le rôle des espions : « Un officier d’avant-garde emploie-t-il des espions ? Oui, mais malheureusement trop rarement, parce qu’il n’a pas assez d’argent pour les bien payer, et qu’en pays ennemi surtout, il est plus que probable que l’espion mal payé, que vous employez, deviendra le vôtre ; tous ses intérêts se trouvent réunis pour qu’il en agisse ainsi. » Il continue : « À quoi faut-il subordonner l’emploi des espions, et le degré de confiance qu’on en a d’eux ? Au pays dans lequel on se trouve ; aux intérêts que les habitants ont à vous servir ; à l’opinion que ces habitants ont de votre force. » L’auteur conseille la méfiance, l’évaluation de l’intelligence d’autrui et l’intoxication lorsqu’il s’agit pour les cavaliers légers, en mission de renseignement, d’employer des espions. Les rapports des prisonniers, déserteurs et voyageurs constituent une autre méthode de collecte du renseignement. De Brack aborde à ce propos l’interrogatoire, dans le chapitre des Questions à faire : « Quel est le premier soin qu’on doit avoir lorsqu’on interroge ? C’est de juger des dispositions morales de celui qui va vous répondre. » 

Il livre une liste de questions différentes selon que la personne interrogée est un prisonnier, un déserteur ou un voyageur. Les interrogatoires correspondent à des situations : « Quand on arrive dans un village, qui d’abord, interroge-t-on ?  Le maire, ou celui qui remplit les fonctions municipales, le maître de poste, le curé ou pasteur, le maître d’école, le seigneur, les hommes désignés pour avoir servi de guides à l’ennemi. »  Après les techniques de collecte et de première analyse du renseignement, le général de Brack s’attache à décrire les méthodes de transmission : les rapports écrits et les rapports verbaux . Il constate que l’oralité est plus fréquemment utilisée dans le mode de rapport adopté que l’écriture. Cela s’explique aisément par la nature même de missions confiées à la cavalerie légère. Mobiles, rapides, le cavalier et son cheval sont au plus près des combats. Le soldat voit, retourne vers son chef, rend compte et repart en mission. Selon de Brack, les rapports, qui éclairent le commandement, lui sont donc indispensables. La qualité première d’un rapport doit être l’exactitude ; à cela s’ajoutent, pour l’écrit, la clarté de la rédaction, la netteté de l’écriture et de l’orthographe des noms propres. Dans cette partie, de Brack marque la différence entre les rapports « d’avant-gardes » et ceux « de reconnaissances ». Si les deux comportent description de l’espace, du terrain et de l’ennemi, les rapports de reconnaissances mentionnent en plus les mouvements et les forces ennemis.

Ainsi, la mission de renseignement opérationnel sous l’Empire constitue pour l’auteur une priorité. Elle est une des composantes propres à la cavalerie légère où l’apport du cheval est le plus évident. En effet, le cheval permet la rapidité dans l’exécution des missions de cavalerie légère. Les guerres napoléoniennes ajoutent à la rapidité, la nécessité d’être autonome. Sous l’Empire, la guerre change de visage. L’Empereur étire ses lignes d’opérations dès la campagne de 1805.La Grande Armée parcourt près de 1 500 km, entre le camp de Boulogne et Austerlitz, en un peu plus de quatre-vingt-dix jours. Rien d’étonnant alors de trouver chez l’auteur, des chapitres propres à l’entretien du cheval, propice à rendre les cavaliers de l’arme plus autonomes. Il s’attache particulièrement au harnachement, au ferrage et à la remonte. « Pourquoi, souvent un sous-officier, un chasseur est-il privé de l’avancement, de la croix, qu’il aurait pu obtenir ? C’est qu’au lieu de continuer une campagne avec les escadrons de guerre, auxquels il appartenait, il est resté sur les derrières dans un petit dépôt. Pourquoi ? Parce que son cheval était blessé et hors de service. Qui l’a blessé ? La selle. Pourquoi la selle l’a-t-elle blessé ? Parce qu’en la désignant, le commandant d’escadron, et le cavalier en la recevant, n’ont pas étudié scrupuleusement l’assiette de cette selle sur le dos du cheval. » Le cavalier doit donc placer l’arçon à nu et vérifier si les bandes se posent bien parallèles à l’assiette. De Brack redouble de conseils pour le choix de la selle, le serrage de la sangle et les soins à apporter à son cheval lorsque celui-ci est blessé. « L’homme et son cheval ne font qu’un. » 

Du ferrage, l’auteur rappelle que tout cavalier doit en connaître les techniques et doit prévoir avant chaque campagne des clous et des fers de rechange. Enfin, dans le chapitre intitulé Des remontes, de Brack dresse la liste des maladies et des blessures dont un cheval peut être atteint, explique les soins à prodiguer et, ce afin que, sans la présence d’un vétérinaire, les cavaliers de l’arme puissent agir en conséquence. « Lampas ou fêve ; l’angine ; la gourme ; la morve ; le farcin ; la gale ; les dartres ; le rouvieux ; la gastrite ; la colique stercorale ; les coliques cystiques ; la péritonite ; la pneumonie ; le tétanos ; le vertige essentiel ; l’ophtalmie ; la cataracte ; la goutte sereine ; la taupe ; le mal de garrot ; mal de rognon ; les plaies d’armes à feu ; les coups de sabre ; l’écart ; l’effort de hanche ; l’effort de boulet ; l’enchevêtrure ; les crevasses et les eaux aux jambes ; les atteintes ; les javarts ; les seimes ; la fourbure ; la fourchette échauffée (…) » 1 Par ailleurs, l’auteur classe les races de chevaux les plus adaptées au service de la cavalerie légère. « Les russes, polonais, hongrois, de petite espèce danoise, de litoche, française, ardennaise et dite allemande. » Il faut chercher la vigueur et l’endurance chez les chevaux choisis pour le service. Quant à la race normande, le général l’estime trop chère pour la cavalerie légère.

De Brack regrette dans la postface de cet ouvrage que l’enseignement théorique de la cavalerie est le même pour les subdivisions de l’arme, pour la cavalerie lourde et la cavalerie légère. « Je suis encore à m’expliquer comment la même théorie est mise entre les mains du cuirassier et du hussard, lorsqu’en guerre leurs deux services sont si complètement distincts et opposés. » Les Avant-postes prennent alors tout leur sens. Si l’on regrette que l’auteur présente son enseignement de manière parfois désorganisée, il n’en reste pas moins que de Brack compile et diffuse les techniques spécifiques de la cavalerie légère, qui se sont considérablement développées durant les guerres napoléoniennes, preuve à la fois d’une grande pratique et d’une acculturation des techniques de guerre, notamment du renseignement. Le cheval devient alors l’objet de nouvelles préoccupations. Il doit être plus endurant et plus autonome. Une meilleure connaissance par son cavalier des soins à prodiguer y contribue.

Michel ROUCAUD

Source : « Revue Historique des Armées, 249/2007 » : http://rha.revues.org/index613.html

Un mot au sujet d’Antoine-Fortuné de Brack :« Fils d’un censeur royal, directeur général des fermes, Antoine-Fortuné de Brack naît à Paris le 8 avril 1789. Il entre, le 30 décembre 1805, à l’école de Fontainebleau, âgé de 17 ans. Il y reste jusqu’au 5 mars 1807, date à laquelle il rejoint la Grande Armée, affecté au 7e hussards, stationné en Silésie. Il est placé sous les ordres du général Colbert, puis affecté dans la brigade Pajol. En 1809, la brigade Pajol passe sous les ordres de Montbrun. En 1812, il retrouve le général Colbert aux lanciers dela Garde, il participe à la campagne de Russie, à celles de 1813, 1814 et 1815. Il est mis en non-activité le 18 août 1815. Il ne regagne l’armée qu’en 1830 dans les chasseurs avec le grade de lieutenant-colonel. Il est nommé maréchal de camp en 1838, prend sa retraite en 1849 et s’éteint en janvier 1850.

(Source : SHD/DAT, 8Yd 2878, dossier de carrière).

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 13 mai, 2018 )

Un garde d’honneur face à Napoléon…

Napoléon portrait.

Frédéric-Auguste Cramer (1795-1865) est un genevois qui participe à la campagne de 1813 dans les rangs du 4ème régiment des Gardes d’honneur. Toutefois, son régiment est arrivé trop tard afin pour être engagé dans  la bataille de Dresde. Le 30 août, c’est dans cette ville que le jeune Cramer est passé en revue par Napoléon.

« Depuis Torgau, il s’est passé bien des choses. On nous a fait partir pour Dresde, distant de vingt lieues que nous avons franchies en deux jours, pour venir passer la revue de l’Empereur ; à la dernière étape nous nous sommes harnachés de notre mieux. A midi nous arrivions dans les grandes plaines qui entourent la ville, et nous prenions place dans immense ligne de bataille. L’Empereur est arrivé en petit uniforme, sur un cheval blanc, suivi d’un magnifique état-major. Il est descendu de cheval non loin de notre corps, et il a parcouru les rangs à pied en adressant souvent la parole aux soldats. Serez-vous ravis quand vous saurez qu’il m’a parlé ? Le lieutenant-commandant et tous les sous-officiers et brigadiers nous étions à la tête de notre compagnie, à pied devant nos chevaux. Il a dit un mot au commandant et en passant, son attention s’est portée sur moi, peut-être à cause de la différence de mon âge et de celui des maréchaux des logis ; il m’a demandé :

-D’où êtes-vous ?

-Sire, de Genève, la main au shako.

-Comment vous appelez-vous ?

-Cramer ?

-Comment dites-vous ?

-Cramer.

-Que fait votre père ?

-Sire, un ancien militaire.

Et il a passé. En approchant de notre régiment il avait dit :

-Qui sont ceux-là ?

-Ceux du Midi, Sire, a dit un général.

-Ah ! Je les aime bien ceux-là.

Il a ri en disant cela et a parlé avec beaucoup de bonté au major et à M. d’Arbaud, le chef d’escadron. Après la revue nous avons défilé au grand trot ; les cris de « Vive l’Empereur ! » de toute la brigade couvraient le bruit des chevaux. J’étais en serre-file derrière le peloton de notre compagnie, et c’est elle qui fermait la marche; j’ai donc défilé le dernier de tous ; devant l’Empereur j’ai voulu pousser mon cri ; mais j’étouffais et j’ai salué du sabre… »

(« Souvenirs d’un Garde d’honneur », dans « Soldats Suisses au Service Étranger », Genève, A. Jullien, Éditeur, 1908, pp.221-223).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 mai, 2018 )

Les Autrichiens à Grenoble (1814).

Autrichiens.

« Chaque jour de retard dans la remise de l’autorité aux administrations françaises, disait un préfet au mois de mai 1814, est un jour de désolation et de deuil ». Malgré la convention du 23 avril 1814, les Alliés traitaient, en effet, la France en pays conquis. A Belfort, les Bavarois enlevèrent du château et de l’arsenal tout le matériel, jusqu’aux ferrures des contrevents et aux planchers. Les Autrichiens voulurent faire de même à Grenoble, comme nous l’apprend cette lettre du général Marchand [qui commandait cette place] au ministre [de la Guerre] Dupont.

Arthur CHUQUET.

Grenoble, 7 mai  1814.

Mon cher général, j’ai reçu le congé d’un mois que vous avez eu la bonté de m’envoyer, mais je crois qu’il est de mon devoir d’attendre encore quelques jours pour en profiter. L’arrivée de l’armée d’Italie dans une partie de ma division, et la présence des Autrichiens qui ont des prétentions trop extraordinaires, me forcent de suspendre mon départ pour veiller aux intérêts du Roi auquel ils voudraient ne rien laisser en partant.

Lorsque M. le maréchal Augereau m’ordonna de leur céder Grenoble et le fort Barraux, il me fit part que, l’occupation de cette partie du département étant paisible et amicale, tous les magasins et arsenaux restaient entre les mains des agents français et que par conséquent les alliés ne pourraient rien en soustraire. Depuis trois jours, ces messieurs ont annoncé qu’ils avaient le dessein d’enlever tous les canons et munitions de l’arsenal de Grenoble et du fort Barraux. On ne pourrait rien entreprendre de plus violent contre le droit des gens. J’ai vu le prince de Hesse-Hombourg, général en chef de l’armée du midi, et je lui ai exprimé combien un pareil enlèvement serait extraordinaire. La chose était si évidente qu’il a été de suite de mon avis, et qu’il a ordonné de suspendre toute entreprise de ce genre. Malgré cela, je n’ose pas m’y lier et il est bien important que le prince de Schwartzenberg donne des ordres positifs à ce sujet : il s’agit de plus de cent pièces de canon de tout calibre et d’une infinité d’objets extrêmement précieux.

Les Autrichiens voulaient également faire enlever tous les instruments de la fonderie de canons de Saint-Gervais qui se trouve dans la partie du département qui n’a pas été conquise et qui, peut-être, ne l’aurait jamais été. Ce sont là des prétentions vraiment iniques et qui récoltent tout le monde : s’ils les mettent à exécution, il n’y a plus de loyauté, plus de droit des gens qui soient sacrés. Il est impossible que les souverains alliés aient une pareille intention : elle serait bien opposé à la magnanimité qu’ils ont montrée jusqu’à ce moment.

Le capitaine chargé de l’arsenal de Grenoble se présente à l’instant chez moi et m’annonce qu’ils viennent de s’emparer de force de l’arsenal. Mon indignation est à son comble.

Agréez, mon cher général, l’assurance de mon sincère attachement.

Le général de division, commandant la 7ème division militaire: Comte MARCHAND.

 

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, pp.196-197)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 mai, 2018 )

Fusillé pour l’exemple…

« Ayant quitté la route de Minsk, nous nous portâmes, à marches forcées, en prenant toutes les précautions possibles usitées la veille d’une grande bataille, sur le camp retranché de Drissa. ; mais nous ne trouvâmes évacué. Le jour où nous atteignîmes ce camp, nos avions eu, comme les jours précédents, une affaire d’avant-garde assez générale, chaude et longue. En avant du terrain de combat se trouvait une riche chapelle qui dépendait d’une grande abbaye située à deux lieues plus loin.Fusillé pour l'exemple... dans TEMOIGNAGES wiazma-20-août-1812-300x215 Les Russes avaient établi sur le mamelon couronné par cette chapelle une batterie qui fut enlevée après une résistance acharnée de nos adversaires. Au cours de l’action, cette chapelle fut saccagée. Dès que nous fûmes maîtres de la position, et conformément aux ordres sévères donnés par l’Empereur à ce sujet, des compagnies de sauvegarde avaient été placées à cet édifice. Ceux qui avaient commis ce sacrilège impie s’adressèrent, pour écouler les objets volés, à un chasseur de mon régiment qu’on appelait le brocanteur, et même le juif, et qui, d’habitude, achetait et vendait. Il y avait de ces brocanteurs, soi-disant juifs, dans tous les régiments. Ce chasseur avait été mon camarade de lit, il était bon, serviable, aimé et estimé de tous, n’ayant rien du caractère sordide et rapace du juif. Le malheureux eut la faiblesse d’acheter à ces pillards deux vases sacrés. Le maréchal [Murat], ayant reçu des plaintes, donna l’ordre de faire des recherches dans mon régiment, le seul qui eut donné dans cette affaire. Les quatre bataillons sont formés aussitôt en  bataille, à rangs ouverts, les armes à terre, ainsi que les sacs, ouverts. Dans les compagnies, chacun des trois officiers inspecte un rang. Mon pauvre camarade est ainsi découvert comme étant, tout au moins, le recéleur. On fait remettre sac au dos, relever les armes, serrer les rangs, et les bataillons sont formés en carré ; au centre s’assemble le conseil de guerre. L’infortuné chasseur y est amené, jugé, condamné à mort, et fusillé par les hommes de sa compagnie. Le tout n’avait pas duré une heure. Nous eûmes à peine le temps, avant de nous remettre en route, de creuser une fosse au pied d’un gros chêne où le vieux soldat d’Iéna, d’Eylau, de Friedland, de Wagram, qui tout à l’heure encore, se battait vaillamment, reposa [de] son dernier sommeil. J’eus longtemps dans les oreilles les cris de désespoir de cette victime du devoir militaire, et j’eus la pénible tâche, sur la demande qu’il m’en avait faite avant de mourir, d’informer sa famille à Toulouse de sa triste fin. »

(Capitaine Vincent BERTRAND, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815. Recueillis et publiés par le colonel Chaland de La Guillanche, son petit-fils [la première fois en 1909]. Réédition établie et complétée par Christophe Bourachot », A la Librairie des Deux Empires, 1998, p.112-116).
L’auteur était alors sergent au 7ème régiment d’infanterie légère.

 

( 12 mai, 2018 )

Une lettre du général van de Dedem de Gelder.

Lutzen

Elle  fut publiée dans l’ouvrage que l’historien Arthur Chuquet  intitulé « L’année 1814 ». Comme l’écrit cet éminent auteur, « Van Dedem, ce général-diplomate passa du service de la Hollande à celui de la France ». Ce officier supérieur a laissé des « Mémoires », publiés chez Plon en 1900.  

Paris, 20 mai 1814. 

Depuis quatre ans, je sers la France comme général de brigade. J’ai fait les quatre dernières campagnes. J’ai combattu dans quatorze batailles, sans compter les derniers faits d’armes en Italie d’où j’ai ramené la belle division que je commandais depuis trois mois, vu l’indisposition et ensuite la mort du général Gratien. Les troupes sous mes ordres sont celles qui ont tiré les derniers coups de fusil contre les Autrichiens et les Napolitains. Elles ont été ensuite les premières en Italie à arborer la cocarde blanche lorsque j’ai été informé du changement heureux survenu en France. Il y a plus d’un an que le Prince de La Moskowa a demandé pour moi le grade de général de division et le major général a également écrit au Ministre de la Guerre pour l’engager à me proposer ; je suis parti pour l’Italie avec la promesse que cela allait être fait. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...63
« Page Précédente  Page Suivante »
|