( 1 mars, 2019 )

Une gravure…

Elle représente d’une façon amusante,  le retour de l’Empereur, de l’île d’Elbe à Paris. A ses pieds on peut voir notamment le gros Louis XVIII et le comte d’Artois, futur Charles X.

Gravure

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Anniversaire en perspective…

Le 20 mai prochain marquera le 220ème anniversaire de la naissance du grand Honoré de Balzac.

Balzac

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Le général Songis

06-513498

Ce Songis est Songis l’aîné, et non Songis le cadet, mort à la fin de 1810. L’aîné des Songis (Charles-Louis-Didier), camarade de Napoléon au régiment de Grenoble, devenu promptement général de division-dès le mois d’août 1794- prit sa retraite le 5 juin 1801 et devint conservateur des eaux et forêts ; il avait à Caen la quatrième « conservation » (Calvados, Orne et Manche). En fut-il reconnaissant ? Le 7 avril 1814, il écrit à Dupont la lettre qui suit.

Arthur CHUQUET.

« Caen, 7 avril 1814.

Le général de division Songis, chevalier de l’Empire, conservateur des eaux et forêts, à son Excellence le général  Dupont, ministre de la guerre.

Mon cher général, la main qui vient de briser vos fers, a délivré la France du joug oppresseur qui pesait sur elle depuis trop longtemps. La tyrannie de Bonaparte est enfin arrivée à son terme. La justice  et la paix vont s’asseoir sur le trône avec le descendant de Henry le Grand [Louis XVIII] et tous les canaux de la prospérité publique vont se rouvrir sous le règne du monarque qui nous est donné. J’applaudi de toute mon âme à un aussi heureux événement et je vous félicite en mon particulier, mon cher et respectable général, sur votre avènement au ministère de la guerre; en vous y appelant, le gouvernement provisoire a rempli le vœu de la nation et en particulier celui de vos frères d’armes. Agréez la nouvelle assurance du sincère et respectueux dévouement avec lequel je ne cesserais d’être, mon cher général, votre très humble et très obéissant serviteur.

SONGIS.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.363).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Qui est donc cette actrice qui joua le rôle de l’impératrice Joséphine dans « Austerlitz » d’Abel Gance (1960) ?

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Une citation tellement vraie…

Napoléon

« La méditation des leçons du passé est

la seule prophétie des gens raisonnables. »

NAPOLEON.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Une lettre d’un colonel en avril 1815…

lisezlestafette.jpg

La guerre est inévitable. La France aura sûrement à lutter, comme l’année précédente, contre l’Europe.De toutes parts se montrent des faiseurs de projets, et le 14 avril 1815, le « Journal de l’Empire » insérait un communiqué, invitant « les bons citoyens à faire un noble usage de leurs loisirs en faisant parvenir la vérité à ceux qui environnent le monarque ».Voici une lettre qu’un colonel adresse sans doute au Ministre de la Guerre ou à quelques très hauts fonctionnaires. Dit-elle vrai ? Les colonels étaient-ils despotes à ce point ? Y avait-il une telle corruption dans l’armée ? La lettre, en tout cas, est curieuse. L’auteur avait raison de soutenir que les officiers subalternes et les soldats avaient entraîné les chefs supérieurs à se déclarer contre les Bourbons et il donnait un avis salutaire que Napoléon aurait bien fait de suivre : rajeunir le commandement

Arthur CHUQUET.

 Le 24 avril 1815.

Au moment où nous allons engager peut-être une lutte sanglante avec toute l’Europe conjurée contre la liberté d’un seul peuple, permettez à un vrai Français, à un homme dont l’unique pensée fut toujours dirigée vers la gloire et la prospérité de sa patrie, de vous soumettre quelques observations qu’il croit importantes au salut de l’Etat. En général, les officiers supérieurs et les généraux sont usés et éteints, ils ne désirent que la paix et un repos honorable qui les laisse jouir des traitements qu’ils ont acquis par vingt-cinq années de combats et de travaux. La paix leur paraît le souverain bien et peut-être consentiraient-ils volontiers à la cession de quelques provinces pour obtenir l’objet de leurs désirs. Il y a sans doute d’honorables exceptions, surtout parmi les plus jeunes. Mais je n’envisage ici que les masses. Il n’est malheureusement que trop vrai que les grades supérieurs qui devraient donner l’exemple du dévouement à la Patrie, sont bien loin d’avoir l’élan et la noble énergie des officiers subalternes et des soldats. Ce sont ces derniers qui ont entraîné le mouvement de l’armée en faveur de l’empereur Napoléon, malgré la résistance des chefs qui se sont décidés au dernier moment et en obéissant à l’impulsion des événements. Il est probable qu’ils obéiraient encore, sans résistance, à une impulsion contraire.Ce n’est pas qu’ils soient attachés aux Bourbons ; mais ils soupirent après le repos et l’Empereur leur paraît peu propre à le leur procurer.

Les grades supérieurs ne comptent donc plus que des êtres purement passifs qui ne s’occuperont que de saisir un des débris du vaisseau brisé par la tempête, afin de sauver leurs personnes et leurs fortunes, mais incapables de ces mesures vigoureuses qui pourraient le conduite dans le port et le préserver du naufrage. Cependant les chefs de corps exercent le despotisme le plus affreux dans leurs régiments. Ils sont les uniques dispensateurs des grâces et des punitions. Un officier qui a le malheur de leur déplaire est sûr de n’avoir jamais d’avancement. Dès lors, plus d’envie de bien faire, plus d’émulation. Les corps se peuplent de flatteurs et de complaisants. Un colonel au milieu de ses officiers, n’est plus qu’un souverain absolu entouré de sa cour. Chacun brigue sa faveur, sans rien faire pour le bien du service et de l’Etat. Depuis sept ou huit ans que ce despotisme militaire pèse sur l’armée française, il ne s’est pas élevé un seul homme qui promette de remplacer ces fiers enfants de la Révolution, ces illustres maréchaux qui nous ont si souvent conduits à la victoire. Si je jette les yeux sur l’administration, je découvre des abus plus criminels encore. Il est très peu de chefs de corps qui ne fassent de leur régiment une métaierie qui leur rapporte dix, quinze et jusqu’à trente mille francs de rente, plus ou moins.

Les Conseils d’administrations ne sont plus que les très humbles valets des colonels, et un membre qui s’opposerait aux mesures dictées par le chef serait un homme noyé.Aussi ce dévouement ne se rencontre plus, et tous les Conseils d’administrations ne servent qu’à donner une sorte de sanction aux mesures arbitraires et rapaces des chefs de corps. Croyez-moi, la corruption est générale. Interrogez secrètement tous les officiers des régiments, tous les quartiers-maîtres et vous saurez bientôt qu’en penser. Il est temps de mettre un terme à ces scandales. Nous avons besoin de rendre à notre armée toute son énergie et de lui donner les grades aux talents et au courage et non pas à l’intrigue et aux basses complaisances. Il faut ôter aux colonels et chefs de corps le pouvoir absolu dont ils ont fait un si mauvais usage et laisser désigner par leurs égaux tous les sujets susceptibles d’avancement à un grade supérieur et faire réduire ce choix à trois candidats par l’assemblée des officiers déjà pourvus de ce grade supérieur.Ces trois candidats seront présentés à l’Empereur qui en désignera un pour remplir la place vacante. Un individu présenté trois fois de suite serait élu de droit. C’est-à-dire qu’il faut remettre ne vigueur la loi du 14 septembre an 3. 

Je ne signe point cette lettre.Ce n’est pas que je craigne que l’on me conteste la vérité et l’impartialité des observations qui y sont contenus.

Mais je ne veux pas que l’on me soupçonne de chercher à déprécier mes chefs et mes égaux pour m’élever au-dessus d’eux. Je propose de remettre en vigueur une loi à laquelle je crois qu’est attaché le salut de la patrie. Si je puis être utile à mon pays, ce sera ma plus douce récompense et la seule que j’ambitionne.Mais je le répète, cette mesure est des plus importantes et mérite toute l’attention de Sa Majesté.

Signé: Un colonel de l’armée française.

(Document extrait des « Lettres de 1815. Première Série [seule parue] », par Arthur Chuquet. Paris Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1911).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 février, 2019 )

Deux anecdotes sur l’Empereur…

Napoléon 6 semaines avant Waterloo

« M. Dunod, trois ans huissier de la chambre de l’Empereur, m’a conté plusieurs faits assez curieux que j’ai notés. Napoléon était très douillet; pour un rien, il se plaignait, se lamentait au-delà de toute expression. Dans sa carrière militaire, bien qu’il s’exposât beaucoup, il n’éprouva pas d’accident. La blessure reçue à Ratisbonne [23 avril 1809], dont on a tant parlé, n’était qu’une simple contusion, sans effusion de sang, produite par une balle morte. Napoléon était, de plus, très superstitieux, intraitable sur le nombre treize et sur le vendredi. Ainsi, pour un déplacement, le quantième du mois avait été fixé sans tenir compte du jour. Ce jour-là était un vendredi. L’Empereur en étant informé, avança son départ et partit le jeudi. »

———

Camille Dunod, né le 18 juillet 1795, à Châtel-Gérard (Yonne), fut huissier de la Chambre de l’Empereur du 1er avril 1811 au 1er avril 1814. Successivement commis aux Bureaux de la Guerre, attaché au secrétariat du duc de Berry et percepteur des contributions directes, il devint maire de Montereau en 1848, conseiller d’arrondissement et chevalier de la Légion d’honneur. Il mourut le 20 septembre 1864. (Note de Joseph Durieux, annotateur de l’édition de ce témoignage).

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, p.99).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 février, 2019 )

27 février 1815…

90-004066

« 27 février [1815]. A huit heures du matin, nous nous trouvions à la hauteur de Capraia. Sa Majesté fit servir le déjeuner ; nous eûmes l’honneur d’y être admis. Après le déjeuner, Sa Majesté régla le quart, pour que le pont ne fût pas obstrué. A une heure, on signala la frégate anglaise sortant de Livourne. On fit force de voiles ; on coula bas un canot qui était à la traîne et qui pouvait retarder la marche du brick. La vue de la frégate nous donna de vives inquiétudes ; elles redoublèrent à la vue d’une frégate française stationnant sur les côtes de la Corse. A quatre heures, on signala un bâtiment de guerre venant droit, vent arrière, à la rencontre de la flottille. Comme il se dirigeait sur nous, l’Empereur ordonna toutes les dispositions pour se préparer au combat. En un clin d’œil le pont fut débarrassé. Tout le monde se casa dans les parties basses du bâtiment ; les grenadiers reçurent l’ordre de ne pas se montrer et de cacher leurs bonnets. Cette disposition tourmentait le capitaine, parce qu’il se voyait horriblement encombré. L’Empereur seul voulut rester sur l’arrière du brick. Le bâtiment approchait ; on reconnut que c’était le brick le Zéphyr, capitaine Andrieux. Les sabords avaient été ôtés, les pièces chargées. Sa Majesté disait : « Laissons approcher, et s’il attaque, sautons à l’abordage. » Ces paroles n’étaient pas rassurantes. Les deux bricks passèrent bord à bord. Le capitaine Taillade, officier de la marine française, était très connu du capitaine Andrieux, qui commandait le Zéphyr, et dès qu’on fut à portée, on parlementa. Sa Majesté dictait les demandes. On demanda au capitaine Andrieux où il allait… A Livourne. Il demanda à son tour quelle route tenait l’Inconstant. – Gênes. – On lui demanda s’il voulait communiquer avec nous ; il remercia et s’excusa en demandant comment se portait l’Empereur. – A merveille. – Et les deux bricks, allant en sens contraire, furent bientôt hors de vue l’un de l’autre. Dans la nuit, le vent fraîchit ; j’eus le mal de mer et j’en souffris beaucoup toute la nuit. »

(Guillaume Peyrusse,  « Mémoires, 1809-1815″, Editions AKFG, 2018. Préface, notes et complément par Christophe Bourachot).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 février, 2019 )

Le GENERAL ROUSSEL d’HURBAL lors de la CAMPAGNE de RUSSIE…

retraitederussie.jpg

Ce personnage a commandé pendant la campagne de Russie le brigade composée du 6ème et du 8ème régiment de lanciers polonais et du 2ème hussards prussiens. Il reçut à la bataille de La Moskowa plusieurs contusions, et eut deux chevaux tués sous lui.  Vers huit heures du matin, il chargea les cuirassiers russes avec le 6ème lanciers polonais. Les chevaux se croisèrent. Les lanciers renversèrent des cuirassiers au milieu des rangs, les forèrent à tourner bride, et les poursuivirent jusqu’au milieu de l’infanterie ennemie. Cette charge, l’une des plus brillantes qui aient été faites, mérite d’être citée.  Dans la soirée, Murat ordonna au général Roussel d’Hurbal de charger la ligne russe. Un profond ravin qui la couvrait empêcha cette charge, ainsi que toutes celles qui furent ordonnées vers la fin de la bataille. Le vicomte Roussel d’Hurbal fut nommé général de division à Smorgoni, le 5 décembre 1812, au moment où Napoléon quittait l’armée. 

(« Le Spectateur Militaire. Tome huitième. Du 15 octobre 1829 au 15 avril 1830 »). 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 26 février, 2019 )

« De Bonaparte à Napoléon »: une vidéo intéressante…

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 25 février, 2019 )

Où l’on PARLE de CAMBRONNE à l’île d’ELBE…

Où l’on PARLE de CAMBRONNE à l’île d’ELBE… dans TEMOIGNAGES cambronne

Général de brigade depuis novembre 1813, Pierre Cambronne avait suivit Napoléon dans son exil elbois et avait été nommé commandant de Portoferraio. La police de Louis XVIII, si irritable à tout ce qui avait un rapport avec l’île d’Elbe, informait le comte Beugnot, nommé lors de la Première Restauration, directeur de la Police. Rappelons au passage qu’il avait  servi Napoléon… Vous découvrirez plus bas, une notice complète sur ce personnage.

Plus tard, lors du retour de l’île d’Elbe, Cambronne commande l’avant-garde la petite armée de l’Empereur en route vers Paris et s’empara le 5 mars 1815 de la citadelle de Sisteron.

Mais revenons à ce « Bulletin » de police en date du 29 juillet 1814, tel que Beugnot le transmet au Roi.

C.B.

« Extrait d’une lettre d’un des délégués de la Direction générale : « Nantes, le 23 juillet 1814. On cite à Nantes [Cambronne était né dans cette ville en 1770] une femme dont le fils, M. Cambronne, a servi dans la Garde Impériale et est allé à l’île d’Elbe auprès de Bonaparte ; on le croit général de brigade. Il écrit quelquefois à sa mère, en lui disant qu’il se trouve bien et qu’il a l’espérance de la revoir dans deux ans. Il lui recommande de ne jamais lui parler politique dans ses réponses ; ses lettres n’en parlent pas non plus. »

(Source : Comte Beugnot,  « Napoléon et la police sous la première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annoté par Eugène Welvert », R. Roger et F. Chernoviz, Libraires-Éditeurs, sans date).

——————

Quelques mots à propos de l’auteur de ce bulletin. Comte Jean-Claude BEUGNOT (1761-1835). Député à la Législative, puis emprisonné sous la Terreur, Beugnot entre au Ministère de l’Intérieur au lendemain du 18 Brumaire. Préfet de la Seine-Maritime, il devient conseiller d’État en 1806, chargé de l’organisation du Royaume de Westphalie (gouverné par Jérôme Bonaparte). En 1807, il y devient ministre des Finances, puis administrateur du Grand-duché de Berg et chevalier de l’Empire en 1808. En 1809, ce haut fonctionnaire est nommé officier de la Légion d’honneur et comte de l’Empire. Préfet du Nord en 1813, Louis XVIII le nomme en 1814, Directeur général de la Police, puis ministre de la Marine en décembre de la même année (c’est le comte Anglès qui le remplacera dans cette première fonction). Beugnot suit le Roi à Gand (Belgique) durant les Cent-Jours.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 février, 2019 )

Le général Marchand.

marchand

Le général Marchand que Napoléon rencontra devant lui en 1815, à Grenoble, était un brave et habile soldat, un des meilleurs parmi les hommes de guerre de l’Empire. Joubert faisait de lui un très grand cas : « Marchand, écrivait Joubert, a été un de ceux qui ont le mieux servi dans la campagne d’Italie, et c’est un officier de la première distinction. » Napoléon estimait Marchand et l’employait volontiers. Il le confirma général de brigade (12 mai 1800) et le fit général de division (24 décembre 1805) et comte de l’Empire (26 octobre 1808).

Il refusait en 1811 de lui donner le commandement de la 2èmedivision militaire en disant qu’on pouvait « l’employer plus utilement que cela », et, à ce qu’assure Senft-Pilsach, il aurait écrit au roi Jérôme que Marchand, sans être maréchal d’Empire, valait à lui seul quatre maréchaux. Aussi Marchand fut-il, en 1812, chef d’état-major du roi de Westphalie qui commandait l’aile droite de la Grande-Armée.  Cet officier n’a pas écrit de « Mémoires », et c’est peut-être dommage : car sa relation de l’arrivée de Napoléon devant Grenoble est vraiment intéressante [Voir « Lettres de 1815 », d’Arthur Chuquet]. Mais selon un de ses amis, cet excellent homme était très court d’esprit ; « tout ce que j’ai à raconter de mes campagnes, disait-il une fois, c’est que j’ai eu bien chaud en Syrie et bien froid en Russie, que j’ai été blessé à l’assaut de Jaffa et que j’ai passé le Dniepr sur la glace avec Ney. » Peut-être Marchand se moquait-il de son ami, et tout cela ; si peu que ce fût aux yeux de Marchand, valait la peine d’être rajouté. Ajoutons que Marchand ne déplut pas du tout aux Wurtembergeois qu’il commandait en 1812.

Il a l’honneur d’avoir commandé le dernier détachement de l’armée française qui ait quitté le sol russe et l’avait alors avec lui tous les aigles du 3ème corps. Avec Ney et Gérard, il est le héros des suprêmes jours de la retraite. 

Arthur CHUQUET. 

 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 25 février, 2019 )

Depuis le quartier-général de l’Empereur, à Troyes, le 25 février 1814…

G.Peyrusse

Une lettre écrite par Guillaume Peyrusse, Payeur de l’Empereur, à son frère André.

« … Nous avons vu arriver hier au quartier-général de l’Empereur le prince Lichtenstein. Sa Majesté l’a vu, l’a laissé en conférence avec le major général [maréchal Berthier] et est partie pour marcher sur Troyes. On s’attendait que l’ennemi tiendrait devant la ville, qui elle-même est à l’abri d’un coup de main ; mais nous n’avons eu affaire qu’à une arrière-garde qui a tiré quelques coups de fusil et qui a évacué la ville. Le prince Lichtenstein est revenu pendant la nuit. Par une suite de cette mission, le village de Lusigny, à deux lieues d’ici, a été neutralisé, et des conférences se sont établies entre les généraux Flahaut pour la France, Toucas pour l’Autriche, Schouvaloff pour la Russie et……(sic) pour la Prusse. Elles durent encore et nous sommes encore ici. J’ignore ce qu’il ne résultera. Rien ne transpire. A la vérité il fait un froid excessif. Nous avons trouvé ici les proclamations les plus ridicules, la suppression des droits réunis, etc. ; les actions de ces messieurs ont bien démenti leurs paroles emmiellées. A notre approche, les paysans ont ressaisi leurs armes, et ont amené hier à mille à douze cents prisonniers. La veille on en avait fait pas mal et pris, je crois, quelques pièces de canon. Depuis trois jours, leur retraite était commencée. En arrivant ici, ils ne voulaient pas se pourvoir de soieries dont ils sont très amateurs, espérant les avoir meilleur marché à Paris ; en battant en retraite, ils ont jugé convenable de faire leurs emplettes ici. Ils se retirent pour nous attirer, disent-ils. Notre armée est animée d’un bon esprit. Sa Majesté a profité de cette faute et les a successivement rossés. Ils se sont retirés sur Bar-sur-Aube. Notre armée les suit; un certain camarade émigré amnistié a fait le joli cœur de porter la croix de Saint-Louis et de dîner chez les princes, etc. a notre arrivée, son affaire n’a pas été longue. On lui a lavé la tête avec du plomb.

Une certaine merveilleuse, Mme Bourgeois avait reçu l’empereur Alexandre, avait donné une soirée, enfin, après avoir reçu un cadeau de Sa Majesté, elle avait été conduite en pompe à Châtillon. Le pauvre mari a comparu devant Sa Majesté, qui, en plein salon de service, a tourné en ridicule la conduite de sa femme et lui a dit : « Que votre femme vous fasse cocu avec un de mes officiers d’ordonnance, à la bonne heure ! Mais que ces messieurs non contents de tout le mal qu’ils font à la France viennent encore foutre les femmes, c’est un peu fort ! Que votre femme rentre et que ce qu’elle a reçu soit versé à la commission des hospices, ou je vous envoie tous les deux à la Salpêtrière. »- « Oui, Sire » a dit le mari. Tu auras vu par le Moniteur que Reims a eu aussi son paquet. Cette ville ne risque rien de faire du pain d’épices pour payer ce à quoi l’on imposera pour sa complaisance envers des Cosaques qui n’ont d’humain que la figure… »

Guillaume.

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse, écrites à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814… », Perrin et Cie, Libraires-Éditeurs, 1894, pp.186-188).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 février, 2019 )

Tableau récapitulatif des combats du 15 au 18 juin 1815.

Waterloo

15 juin. Des combats sont engagés avec les troupes alliées. Les Français parviennent au soir du 15 juin à encercler Charleroi sans avoir eu trop de difficultés.

16 juin. Bataille des Quatre-Bras. Ney est confronté à l’armée anglo-néerlandaise. Leur position allait être enlevée quand arrivèrent la division Picton et le corps de Brunswick. Les combats continuèrent jusqu’à vingt heures. Chacune des armées avait presque repris au soir  les positions du matin. Bataille de Ligny. L’Empereur est confronté au feld-maréchal Blücher. Les Prussiens engagent toutes leurs forces. Cependant, la victoire sera française. Les Prussiens sont en déroute. Les pertes sont considérables des deux côtés.

17 juin. Grouchy est envoyé à la poursuite des Prussiens vers Gembloux. Napoléon s’avance avec ses troupes au nord des Quatre-Bras vers Bruxelles. Cela va conduire à des engagements à Genappe contre les Anglo-néerlandais. Les Français attaquent et poussent jusqu’à la Belle-Alliance mais les mauvaises conditions climatiques vont perturber le mouvement des troupes. Vers 18 h., Napoléon arrive à la ferme du Caillou pour y passer la nuit.  A la mi-journée, Wellington décide un repli de ses troupes sur Mont-Saint-Jean. Ses troupes prennent position pour l’attaque du lendemain aux fermes d’Hougoumont, de La Haie-Sainte et de la Papelotte.

18 juin. 11h30. Début des hostilités à la ferme d’Hougoumont. 13h30. Attaque de l’infanterie du 1er corps de Drouet d’Erlon. 14 heures. Les Français sont, une première fois, repoussés. 14h30. Attaque de l’infanterie anglaise. 15h00. Échec de l’attaque de la cavalerie française. 15h30. Quatre charges de Ney, sans succès. 16h30. Arrivée des Prussiens. 19h00. Napoléon engage ses dernières ressources : la Vieille Garde, mais au vu de la disproportion des forces, la Garde est repoussée. A Plancenoit, la situation se dégrade pour les Français. 20h15. Attaque générale des Alliés. 20h30. L’armée française est enfoncée et se retire en désordre.

Source: Bulletin de la Société Royale Belge d’Etudes Napoléoniennes, 2005, n°46, pp.48-49. Numéro spéciale 190ème anniversaire de la campagne de Belgique.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 24 février, 2019 )

Talleyrand en 1814…

Talleyrand

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) ; prince de Bénévent, personnage controversé ayant traversé bien des régimes, est nommé le 23 janvier 1814, par Napoléon, au Conseil de Régence. Après le départ de l’impératrice Marie-Louise et de la cour, le 27 mars 1814, de Paris, il jouera une nouvelle fois sa propre partition. Talleyrand parvient à rester dans la capitale, le 30 mars au soir, puis dirige les négociations avec les Alliés pour la capitulation de la ville. Son objectif prioritaire étant le retour des Bourbons afin de remplacer le régime impérial. Le lendemain, 31 mars, les troupes ennemies pénètrent dans Paris. Le prince de Bénévent met son hôtel particulier de la rue Saint-Florentin, près de la place de la Concorde, à la disposition des souverains alliés. Le tsar Alexandre y résidera. Le 1er avril le Sénat conservateur élit Talleyrand à la tête d’un gouvernement provisoire. Une nouvelle constitution est rapidement rédigée. Elle n’est toutefois pas acceptée par Louis XVIII qui lui préfère une Charte constitutionnelle. Au bout d’un mois d’existence, le gouvernement provisoire est dissous. Talleyrand est  nommé ministre des Affaires étrangères. C’est en cette qualité  qu’il signe le Traité de Paris le 30 mai 1814,  avec les puissances alliées, entraînant pour la France un retour à ses frontières de 1792 (avec quelques petits aménagements compensatoires). Puis le prince de Bénévent représente la France au Congrès de Vienne, tout en étant plutôt favorable à l’Angleterre. En 1815, il est en exil en Belgique et rejoint tardivement Louis XVIII à Gand, avec lequel il entretient à présent des rapports difficiles. Talleyrand rentre en France après la chute de l’Empereur. Il est nommé en juillet 1815, président du Conseil des Ministres, puis Grand Chambellan de France en septembre de la même année.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 24 février, 2019 )

Retour sur la vie et le parcours d’un « Brave »: Jean-Marie Putigny (1774-1849).

Putigny portraitJean-Marie Putigny naît en 1774 au hameau des Bordes à Saillenard, aîné de quatre frères et sœurs, il devient à la mort de sa mère et de son père chef de famille, il n’a qu’à peine 16 ans. L’un de ses oncles, des voisins charitables ainsi que la bonté du marquis de Beaurepaire aideront les cinq enfants, sans aucune instruction ni argent à vivre dans leur chaumière du hameau des Bordes avec quelques arpents de terre à cultiver. En 1792, c’est jour de fête à Beaurepaire et avec six de ses camarades il s’engage pour défendre la patrie en danger auprès d’agents recruteurs venus de Louhans. Le dimanche 20 mai de cette même année, après la messe et les adieux, c’est le départ, à pied bien évidemment. Sur la route qui les conduit jusqu’au 5ème régiment de ligne à Valenciennes, quatre d’entre eux retrousseront chemin. A leur arrivée, sur les trois restants, deux seront jugés trop vieux, quant à Putigny, avec ses quatre pieds onze pouces il est trop petit  « N’ai que 17 ans aux dernières moissons, en grandira bien en servant la patrie ». Cette réponse lui valu le droit de rester. Pendant ses classes, le « Bressan » comme il fut baptisé par son caporal qui trouvait que Saillenard était bien trop compliqué à prononcer, appris le maniement des armes ainsi qu’à lire et à écrire.

Commence alors une carrière longue de 24 années de guerre et 60 batailles auxquels il prit part. A Maastricht, avec 15 de ses camarades il repousse la cavalerie hollandaise et lutte seul contre trois cavaliers qu’il mit en fuite, lors de la prise de Furnes, il franchit sur un madrier les fossés de la ville ou il pénétra un des premiers. Le 16 avril 1794, il est nommé caporal. Entre Ypres et Dixmude, il défend un pont avec une poignée d’homme alors que plusieurs milliers de Hessois arrivent. Une première blessure en Vendée contre les chouans qu’il qualifie de guerre répugnante car il doit se battre contre des français failli le priver de l’une de ses jambes, elle lui en coûta quand même cinq mois d’hôpital. En 1797 il participe à la bataille de Rivoli sous les ordres de Bonaparte et des généraux Masséna et Joubert ou il reçoit une balle dans sa giberne et une autre dans son chapeau, mais il est à nouveau blessé à la cuisse, ce qui ne l’empêchera pas de continuer la guerre. Le 15 août 1799, il est nommé sergent après sept années de service.

Un bref passage de quatre jours par Saillenard, après huit années d’absence ou il retrouve ses amis, sa  famille venu l’écouter raconter ses compagnes chez Louis l’aubergiste avant de pouvoir rejoindre son hameau des Bordes.

1804, marque son  retour à Paris où il est choisi comme porte-drapeau pour assister au couronnement de l’Empereur à Notre Dame et à la distribution des aigles au Champ de Mars.

Le 2 décembre 1805, à Austerlitz, Putigny sauve son drapeau en plongeant, sous les balles dans un étang glacé. Après la victoire, une voix l’appelle et lui demande d’approcher, il reconnaît la voix de Napoléon « tu vas à la pêche avec ton drapeau, allons, rassure-toi, il est encore plus beau qu’avant, tu es un brave, je te donne l’étoile de ma légion d’Honneur ». Le 3 avril 1806, il est nommé sous-lieutenant au choix des officiers du corps. Dans le village de Spielberg, il fait 20 prisonniers après avoir tranché d’un coup de sabre le bras d’un prussien qui le menaçait d’un pistolet. A Eylau, une balle brise sa pipe dans sa poche, un deuxième boulet le blesse au mollet. Devant Ratisbonne, en 1809, il est le premier officier français à escalader les remparts suivi de ses hommes. Napoléon, passant ses soldats en revue le nomme lieutenant, Baron d’Empire sur le front des troupes qui l’acclament et lui accorde une dotation de 4000 francs de revenus. Il est nommé capitaine des grenadiers en 1812, participe à la campagne de Russie. A Bromberg, sur les 138 hommes que compte sa compagnie, il n’en revient que quatre.

C’est de nouveau le retour vers Saillenard, 10 jours de permissions cette fois après 21 ans de guerre. C’est ainsi que le premier juin 1813, raconte Putigny, « vers deux heures de l’après-midi, j’y entrai au grand trop après 13 ans d’absence. J’y revoyais les lieux de mon enfance, les champs que je labourais avec mon père et la pauvre chaumière ou j’étais né presque 39 ans plus tôt, dans le hameau des Bordes. Je retrouvais mon frère Claude, estropié, et ma petite sœur Jeannette, vieillie et malade. Je payais les deux mille francs de dettes à mon frère et achetais une vache laitière à ma belle-sœur et envoyais quatre cents francs pour l’aider à monter son ménage… Les messieurs de Beaurepaire m’invitèrent à dîner le 3 juin au château. Autrefois, j’y étais venu, mais dans la cour, en sabots aux pieds nus et aussi pour prendre la garde au grand mur au début de la Révolution. Jamais à ce moment, je n’aurais pu penser que j’y retournerai un jour en bel uniforme, dans le grand salon, accueilli en héros par ces messieurs…Le dimanche après la messe, Claude Allarme donna en mon honneur un grand banquet servi sur deux longues tables à l’ombre des tilleuls…Dans leur discours le curé et le maire Allarme après des louanges bien exagérées à mon égard me dirent que le plus cher désir des habitants de Saillenard était que je revienne bientôt m’installer au pays… On se serait cru à la fête de Saillenard et j’avais l’impression d’être devenu le héros du pays… Après qu’une petite fille m’offrant un gros bouquet m’ai dit un compliment, Guénot joua de la vielle, Coulon prit son violon et la jolie Marcelle Petitjean vint me faire danser. La joyeuse assemblée se sépara enfin et l’on me fit cortège jusqu’à la maison… »

 Puis Jean-Marie Putigny repart au combat, à Mayence, Luxembourg, Fleurus et St Amand ou il est à nouveau grièvement blessé. Refusant de se faire panser le bras droit en écharpe, il continu de se battre. Le lendemain l’Empereur s’adresse à lui « voici un bras de moins à mon service. Mais cela ne t’empêche pas de te servir de l’autre. Je te nomme chef de bataillon et officier de la légion d’honneur ».

 Le lendemain ce sera Waterloo puis l’abdication. Il connaîtra le licenciement à Murcheau. Démobilisé, Putigny se retire d’abord à Mâcon ou il vit d’une maigre retraite et se trouve souvent confronté aux représentants du gouvernement de Louis XVIII a cause de ses bagarres, de ses duels, que l’on n’ébruite pas compte tenu de son glorieux passé militaire. Le 21 novembre 1821, il épouse Adélaïde Bidat âgée de 27 ans, fille du capitaine Bidat résista face aux Autrichiens, à Tournus; cet acte de bravoure valut  la Légion d’honneur à cette ville. en 1814. Après avoir habité Cuisery, le couple s’installera définitivement dans leur propriété de Tournus appelée « le Clos Putigny ».

 Avant de mourir le 5 mai 1849, jour-anniversaire de la mort de l’Empereur, Jean-Marie Putigny a retracé dans six gros cahiers ses 24 années qui l’avaient éloigné de son cher village natal et conduit  un peu partout à travers le monde.

Aujourd’hui, le souvenir du capitaine Putigny et baron d’Empire est toujours bien présent, au Clos Putigny à Tournus où il finit ses jours, mais aussi bien sûr à Saillenard où il est né et a grandi, en toute simplicité, dans son hameau des Bordes.

Du témoignage qu’il a rédigé, un livre est sorti la première fois en 1950 chez Gallimard, sous les auspices de Bob Putigny ; ce livre a été réédité en 1980 aux Editions Copernic. Une publication intégrale de tout ce qu’a laissé le brave Putigny serait vivement souhaitable !  Bob Putigny  a peut-être arrangé le texte original du récit rédigé par son ancêtre; en tout cas d’importantes coupures ont eu lieu: Putigny, comme dit plus haut, a laissé six gros cahiers  et  le lecteur, depuis 1950, doit se contenter d’un simple  petit volume édité !

Capitaine P. MATZYNSKI

  ———-

Chronologie sommaire.

9 juin 1774 : Jean-Marie Putigny naît à Saillenard.
Mai 1792 : après s’être engagé au régiment de Navarre-infanterie, connaît son premier combat près de Moeulde. Son descendant, Bob Putigny, dans le « Dictionnaire Napoléon » (Fayard, 1987), commet l’erreur de nous parler de l’année 1791, date à laquelle la France n’était point en guerre), puis se distingue lors de la prise de Remegy.
1793 : lors du siège de Maastricht, repousse avec quinze compagnons d’armes une sortie de la cavalerie hollandaise ; au bois de Vicogne, contribue au sein d’une unité de tirailleurs à attirer une colonne ennemie sur des batteries françaises dissimulées, poussant cette dernière à la retraite.
1794 : quelques temps après avoir été nommé caporal, entre parmi les premiers dans Furnes.
1795 : combat les chouans de Basse-Normandie ; il sera blessé lors de cette campagne.
8 août 1799 : est nommé sergent.
3 juillet 1801 : est nommé sergent-major.
8 février 1807 : reçoit cinq blessures à Eylau (on raconte qu’une balle brisa la pipe qu’il avait dans une poche de son carrick, et ainsi se détourna de la poitrine).
1809 : après l’assaut de Rastibonne (23 avril), reçoit le grade de lieutenant et le titre de baron d’Empire, avec une dotation de quatre mille francs.
22 juin 1811 : est nommé capitaine.
1814 : est décoré de l’ordre du lys.
16 juin 1815 : après sa blessure, est proposé pour la croix d’officier de la Légion d’Honneur (il ne l’obtint que le 23 novembre 1831).
5 mai 1849 : meurt à Tournus, le jour-anniversaire de la disparition de l’Empereur.

 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 24 février, 2019 )

1814: NAPOLÉON, ce GRAND ORGANISATEUR…

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Plus que jamais, alors que la France est menacée de toutes parts.

Sans date [janvier 1814].

Gourgaud ira voir les ateliers de confection de l’administration de la guerre; ateliers d’habillement. Combien d’habits de faits ? Combien en fait-on par jour ? Combien d’étoffes reçues ou à recevoir ? Savoir combien on peut habiller d’hommes avec habits et combien d’hommes sans habits, mais avec des capotes. Il verra la fabrique des schakos, celle des bottes, celle des selles, celle des voitures, l’équipage, caissons d’artillerie, il verra les bureaux d’artillerie, pour me faire connaître s’l n’y aurait pas moyen d’envoyer mille fusils dans les Vosges, mille du côté de Langres, enfin, si bous avons des piques pour armer les vétérans, et combien de fusils cette mesure donnerait. Gourgaud verra le ministre de la Guerre pour savoir si on ne pourrait pas faire venir à Paris tous les vétérans ou invalides qui ont moins de quarante ans et qui seraient capables d’être caporaux. Il faut ordonner une visite à ce sujet dans les places de Louvain, etc., et diriger tous les hommes qui seront jugés disponibles sur Lyon, Fontainebleau et Lille, ce qui donnerait les moyens de réorganiser les cadres.

J’ai ordonné un appel dans les départements, à tous les hommes qui sortent de la Garde ; Gourgaud me rapportera l’état détaillé de tous les canons qui sont à Vincennes, et aux Invalides, et ceux qu’on pourrait faire venir du Hâvre et de Cherbourg sans nuire à l’armement de ces places ; mon but serait d’en envoyer quelques uns à Langres et à Auxonne, afin d’en avoir sous la main quelques pièces pour garnir quelques redoutes. Les pièces des Invalides sont sur affûts marins, ainsi que celles de Vincennes, je crois. Il faut avoir des affûts de siège afin d’employer ces pièces selon les circonstances ; Gourgaud demandera au Conseil de défense si La Fère peut être mis à l’abri d’un coup de main. Gourgaud verra quelle est l’artillerie de la garde qui se trouve à La Fère, et celle destinée pour le premier corps. Il faudra rapprocher de Vincennes les batteries qui sont prêtes, connaître les batteries qui sont prêtes à Douai, pour le premier corps. Comme j’espère qu’il aura sous peu dix à douze mille hommes, il faudrait trois batteries, afin que si je retirais la division Roguet, il y eût l’artillerie près d’Anvers.

Gourgaud verra le comte Daru, pour savoir où sont tous les dépôts des équipages militaires. La guerre se rapprochant des Vosges, il faut en éloigner tous les dépôts, ainsi que tous ceux du train d’artillerie, afin d’éviter ce qui est arrivé près de Trèves.

NAPOLÉON.

(« Lettres, Ordres et Décrets de Napoléon 1er, en 1812-13-14. Non insérés dans la « Correspondance ». Recueillis et publiés par M. le Vicomte de Grouchy », Librairie Militaire Berger-Levrault et Cie, 1897, pp.87-88).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 février, 2019 )

Une lettre du colonel Puniet de Montfort durant la campagne de 1812

06503071.jpg

Celle-ci est adressée à son épouse. Elle est extraite du volume que j’ai souvent cité ici, et qui rassemble de nombreuses lettres de la Grande-Armée interceptées par les Russes durant la campagne de 1812.  Voici quelques mots sur cet officier : « Chevalier de Puniet de Montfort (Joseph), né le 6 avril 1774 à Saint-Privat (Lot).Colonel du génie, directeur du parc général, le 27 janvier 1812, puis chef d’état-major du génie de la Grande-Armée, 1er août 1812 ; maréchal de camp, 1814 ; décédé, 30 janvier 1855 ».

Au bivouac, à deux lieues de Viasma, le 1er novembre [1812].

J’étais si pressé ce matin que je n’ai pu t’écrire deux mots à la hâte. Je veux, ce soir, causer un peu avec toi, quoique je ne sois pas trop à mon aise pour cela. Je suis sûr que tu vas bien me plaindre en me voyant dater une lettre du bivouac, le 1er novembre, le jour dela Toussaint, et dans un climat plus au Nord que Paris de 7 degrés. Tu auras peine à te persuader que je ne meurs pas de froid, quand tu sauras que nous avons, depuis cinq à six jours, un froid de 3 à 6 degrés. Il est cependant vrai que dans une baraque en paille qui n’est qu’un simple abri contre le vent, construit en une demi-heure par six mineurs, et au-devant duquel est un énorme bûcher, j’ai tellement chaud que, comme tu vois, j’écris très couramment à la lueur de ce feu. J’ai, dis-je, tellement chaud que j’ai été obligé de me reculer à quatre ou cinq reprises parce que je me brûlais les pieds, et de m’enfoncer ai fond de la baraque. On fait de la soupe et j’espère passer une bonne nuit.

Je marche avec huit compagnies de sapeurs ou mineurs pour assurer les communications, ce qui me donne peu d’ouvrage, puisque nous tenons la même route que nous avons suivie en allant de Moscou et qu’il n’y a qu’à réparer légèrement les ponts que nous fîmes alors, et ce qui me donne le grand avantage de marcher avec des troupes. Quand je suis seul, mes bivouacs ne sont pas aussi bons. Avec les compagnies, chacun me fournit six à huit hommes pour faire une baraque et allumer mon feu. Je suis comme un colonel de régiment, ce qui est bien, sans contredit, le plus beau poste que l’on puisse occuper en campagne. Je n’entre pas dans d’autres détails parce que mon bois, réduit, en brasier, fait moins de flammes et sur je n’y vois plus si clair. Bonsoir, ma bonne amie, ne me plains pas trop de la nuit que je vais passer. Quoique ce ne soit pas une chose très agréable que d’être au bivouac par un froid de six degrés, je t’assure qu’on y est moins mal, beaucoup moins mal que tu ne le figures. Bonsoir, je t’embrasse.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 février, 2019 )

Le général Rapp en 1812…

rapp.jpg

Le général Rapp, aide de camp de l’Empereur, gouverneur de Dantzig, rejoignit l’armée française à Smolensk et, selon Ségur, il ne put se tenir, dans sa brusque franchise, de dire à l’Empereur qu’il était effrayé, que l’armée n’avait fait que cent lieues depuis le Niémen et qu’elle laissait derrière elle, dans une marche victorieuse, sans batailler plus de débris qu’après une défaite.

Ce fut lui que l’Empereur chargea de visiter les blessés qu’on oubliait ou presque, et il s’acquitta très bien de sa tâche ; il les fit panser ; il leur fit donner du pain, du vin et un napoléon.  Il les débarrassa des morts qui, depuis quatre jours, gisaient à côté d’eux.  Mais Rapp refusa de supplanter son camarade et il sut apaiser l’Empereur. A la bataille de La Moskowa, Rapp alla remplacer Compans blessé, entraîna les soldats, la baïonnette en avant et au pas de charge, contre la redoute russe et reçut une blessure. Mais, il ne vint pas dire à l’Empereur, comme prétend Ségur, qu’il fallait faire donner la Garde ; on ne propose pas, remarque Gourgaud, au commencement d’une bataille d’engager la réserve. Il se signala durant la retraite. Le 24 octobre 1812, dans la journée du hourrah de l’Empereur, où les cosaques de Platov faillirent enlever Napoléon, il était à quelques pas du souverain et il eut son cheval tué d’un coup de lance.  Le 8 novembre, pendant que la neige tombait épaisse et que soufflait un vent terrible, il passa la nuit avec plusieurs généraux, avec Lejeune, avec Davout, dans le blockhaus de Pnevo, un des rares abris qui n’eussent pas été brûlés sur la route de Dorogobouj à Smolensk. Le 10 novembre 1812, en accompagnant le corps du maréchal Ney, il eut son cheval blessé et reçut une balle dans son chapeau. A Smorgoni, le 5 décembre, Napoléon lui ordonna de se rendre à Vilna, d’y rester cinq jours, d’y rallier l’armée par tous les moyens et, de là, de gagner Dantzig pour y remplir de nouveau les fonctions de gouverneur. Mais Rapp ne put aller plus vite que l’armée qu’il devait rallier, et nous le voyons, le 7 décembre, marcher à pied d’Oschmania à Miedniki avec Galz et Castellane ; il a même, ce jour-là, la figure gelée. Le 22 décembre, de Dantzig, il écrivait à Napoléon qui lui prescrivit, le 4 janvier 1813, d’armer er d’approvisionner sans relâche Dantzig pour six mois, et qui hardiment, avec la plus belle assurance, lui promettait de venir en personne le dégager, si la place était isolée et cernée.   

Arthur CHUQUET. 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 22 février, 2019 )

Les confessions d’un traître. Extrait des mémoires du général Jean Sarrazin.

sarrazin1.jpgJean Sarrazin naquit à Saint-Sylvestre (Lot-et-Garonne) en 1770. Il débuta par professer les mathématiques au collège de Sorrèze. Il était précepteur des enfants du duc de Béthune lorsqu’il s’engagea en 1792, dans l’armée du Nord. Après avoir servi sous Kléber, Sarrazin devint chef d’état-major de Bernadotte dans sa campagne d’Allemagne, en 1796, puis il accompagna Humbert en Irlande. Rappelé en France, il fut nommé par Bernadotte, alors ministre de la guerre, chef du bureau du mouvement des troupes. En cette qualité, il s’entremit entre Bonaparte et Bernadotte après le 18 brumaire et amena un rapprochement entre les deux généraux.  Nous le retrouvons à Naples peu après, en lutte avec Murat, et se faisant remarquer par sa duplicité, son esprit faux et son acharnement à dénoncer ses camarades. Rayé pour ce fait des cadres de l’état-major, il reprend pourtant du service on 1802 et est envoyé à Saint-Domingue.  Il fait les campagnes de 1805 et 1806 en Allemagne. En 1809, il est commandant du Département de l’Escaut, puis du département de la Lys. Il va pouvoir alors mettre à exécution son projet, étudié depuis longtemps, de vendre sa patrie à l’Angleterre.  Pour 1.500.000 francs, il devait faciliter le débarquement des troupes anglaises à Flessingue et leur livrer les plans de Napoléon. Sarrazin s’embarque à Boulogne en 1810, et tandis que le conseil de guerre de Lille le condamne à mort par contumace, il conspire à Londres. Cependant le cabinet britannique le tient en suspicion et n’utilise pas ses services. En 1813, il intente au gouvernement anglais un procès en restitution de la somme promise. Ce procès scandaleux achevait de couler Sarrazin dans l’opinion publique. Il rentre en France en 1815 avec les Bourbons et a l’audace, pendant les Cent-Jours, d’offrir ses services à l’Empereur. Napoléon le fait arrêter et la Seconde Restauration refuse de l’employer. Il est même rayé des cadres en 1817, malgré ses réclamations et le rappel de sa conduite en 1810. En 1819, Sarrazin est poursuivi comme trigame. Il est convaincu d’être le mari de trois femmes, dont la première a été épousée à Livourne, la seconde à Londres ; il vient de se marier dans le Lot-et-Garonne avec la troisième. Condamné à vingt ans de travaux forcés, gracié trois ans après, Sarrazin se réfugie à Lisbonne. Le gouvernement portugais le fait conduire à Londres. Depuis lors, le triste général mène une vie errante, de Hollande en Turquie et d’Angleterre en Allemagne. Il meurt en 1840, sans avoir obtenu de Louis-Philippe de rentrer en France. Sarrazin a beaucoup écrit et beaucoup publié : Mémoires contre Napoléon, correspondance avec Jomini, Histoire de la Guerre d’Espagne et de Portugal, etc. Il a laissé aussi des Mémoires dont nous tirons l’extrait suivant, que nous croyons inédit.Ces mémoires ne ressemblent nullement à ceux qui, dit-on, vont être publiés, et dont la « Revue Rétrospective » de décembre dernier a donné un fragment. 

Vicomte de Grouchy. (Extrait paru la première fois dans le « Carnet Historique et Littéraire », en 1898/1899).

Le 10 juin 1810, je quittai le camp de Boulogne, entraîné par le désir de servir mon légitime souverain, en fournissant à l’Angleterre les moyens de renverser l’usurpateur. Dans la conférence que j’eus avec le marquis de Wellesley, ministre des affaires étrangères, sa Seigneurie me traita de la manière la plus indécente parce que je lui dis  » que rien n’était plus facile que la restauration dos Bourbons sur la terre de leurs illustres ancêtre.Cette époque tant désirée n’avait été différée que par l’ineptie des directeurs, des coalitions et que je répondais, sur ma tête, d’un succès complet, si les puissances de l’Europe consentaient à exécuter ponctuellement tous mes plans « . 

Le marquis me dit très froidement qu’il fallait avoir perdu la raison pour parler de restauration, Lorsque Buonaparte, était plus puissant que jamais ; qu’il était plus vraisemblable que j’étais un de ses agents ; que je devais me préparer à partir pour Douvres, et que le vaisseau qui m’avait reçu à son bord serait chargé de me débarquer à Boulogne « .

Cette conversation dura plus d’une heure ; je la conclus en demandant au marquis  » s’il était ennemi de Buonaparte, et s’il y avait à Londres des soldats à sa disposition « . Sur sa réponse affirmative, je lui dis avec vivacité :  » Puisque vous êtes ennemi de Buonaparte, vous ne voudrez pas lui procurer la jouissance de me faire martyriser, et je vous demande comme une faveur de me faire fusiller sous les fenêtres de votre hôtel. « 

J’étais fortement ému, le marquis en parut inquiet. Il sonna pour faire entrer ses gens. Alors, il me dit avec un orgueil oriental : 

 » Puisque vous me paraissez de bonne foi, vous resterez à Londres ; envoyez vos plans au Foreign-Office, et comptez sur la protection des ministres de Sa Majesté.

 » Je me retirai très mécontent, d’autant plus que le marquis m’avait insinué, dans le cours de la conversation,  » que plusieurs Français s’étaient déjà expliqués sur mon compte ; que je ne serais pas admis dans leur société, parce que j’étais fils de roturier, et que les Anglais devaient bien me surveiller, étant très vraisemblable que j’étais un second Méhée de la Touche « . En arrivant à Londres, on m’avait forcé de loger chez un messager d’État, sorte de prison, où les ministres placent quiconque leur paraît suspect. Je me plaignis de cette sévérité ; on me répondit que c’était pour ma sûreté personnelle, qui serait compromise dans un hôtel, à cause des nombreux agents que Buonaparte entretenait à Londres.

Je n’avais qu’un but, en quittant Boulogne, « de me venger des injustices de Buonaparte « . La mauvaise foi des ministres ne me parut pas un motif suffisant pour changer de résolution.Du 14 juin au 12 juillet, je travaillai nuit et jour, et mes documents prouvèrent que la restauration des Bourbons était non seulement facile, mais indispensable pour donner la paix à l’Europe. 

Mon sort parut s’améliorer ; on me donna le colonel sir Robert Wilson pour me tenir compagnie. Son Altesse Royale le duc d’York me fit dire par lord Elgin, ancien ambassadeur à Constantinople, que  » mes plans étaient très précieux ; que la restauration de Louis XVIII devait en être le résultat, et que je pouvais compter sur sa protection toute particulière « .

Je fus invité dans les premières maisons de Londres. Le 2 août, je dînai avec tous les lords de l’amirauté. On me rendit ma liberté, en m’autorisant à quitter la maison du messager d’État. J’étais à dîner chez lord Hutchinson, lorsque M. Hamilton m’annonça de la part du marquis de Wellesley que  » j’avais carte blanche dans Londres, pourvu que je ne conspirasse pas contre le gouvernement anglais « . Vers la fin du dîner, lord Hutchinson parla beaucoup de paix avec Napoléon. Il voulait me sonder, il me demanda mon opinion. Je répondis franchement que, si l’Angleterre accordait à Buonaparte une paix de trois ans, je garantissais qu’avant la fin de la troisième année, les trois royaumes ne seraient que trois provinces françaises, et qu’il n’y avait qu’un moyen de paix honorable et solide pour l’Angleterre et l’Europe, c’était d’organiser une coalition d’après mes plans pour renverser Buonaparte et délivrer le genre humain de son plus cruel ennemi « . Lord Hutchinson me répondit ces propres paroles :  » Vous parlez, mon général, comme un homme qui vient de faire un bon dîner, et qui a le ventre plein ! Vous voulez la guerre ; mais, si vous étiez à la place de nos manufacturiers, qui crèvent de faim, vos dispositions seraient plus pacifiques. Nous ne pouvons pas continuer la guerre encore deux ans sans être complètement ruinés.  » Je m’étais levé de table dès qu’il m’avait parlé de son dîner, j’étais allé prendre mon chapeau et je partais sans mot dire, lorsque j’entendis Milord me dire  » que je lui ferais beaucoup de plaisir de regarder sa maison comme la mienne « . Je lui donnai l’assurance que je n’abuserais pas de son offre, parce que je ne voulais pas être exposé à m’entendre reprocher un dîner. J’ai tenu parole et je ne l’ai plus visité.  Le marquis de Wellesley m’avait rendu ma liberté ; j’en profitai pour demander le payement de mes plans, que j’évaluai à soixante mille livres sterling, comme l’équivalent des pertes occasionnées par mon départ de France, telles que le rang et la dotation de comte, le traitement de commandeur de la Légion d’honneur et mes propriétés en France. Je demandais en outre le traitement et la paye qu’aurait un Anglais qui aurait été échangé comme lieutenant général, le 18 octobre 1798, jour de mon échange en cette qualité contre le général Burrard, par les gouvernements de France et d’Angleterre. En cas de refus, je priais le marquis de me donner un passeport pour me rendre aux États-Unis d’Amérique.On me promit tout, en observant  » que les Anglais étaient de très bons payeurs, que toutes les affaires étaient suspendues à cause de la maladie du Roi, qu’aussitôt que le Prince de Galles aurait été nommé Régent, je devais compter que je serais récompensé très généreusement ». 

M. le comte de La Châtre, ambassadeur de Sa Majesté Louis XVIII près Sa Majesté Britannique, me fit mille compliments sur la nature de mes écrits, et il fut satisfait, quand je lui eus détaillé les motifs qui m’avaient décidé à quitter la France. 

Le 12 février 1812, je fus déclaré prisonnier d’État par décision ministérielle signée Ryder, secrétaire d’État pour le département de l’intérieur. En septembre, même année, il me fut permis d’aller eu Suède.On ne m’avait donné cette permission que parce qu’on était assuré d’avance que le gouvernement suédois me renverrait en Angleterre. J’avais fait les démarches nécessaires pour obtenir la permission de m’établir en Danemark. M. le baron Alquier m’avait envoyé le consentement tacite de Buonaparte, lorsque je fus arrêté par ordre du Roi de Suède, conduit à Gothenbourg, et embarqué par force pour l’Angleterre.Le 21 décembre 1812, j’écrivis à M. le baron Alquier  » que la paix était facile, utile, et même nécessaire, et que les plans qu’avaient les Anglais étaient si importants et leurs ressources si grandes que, s’ils étaient gouvernés par un homme tel que Buonaparte, la majeure partie du continent de l’Europe ne serait bientôt qu’une vaste colonie de la Grande-Bretagne « .  On m’a assuré, depuis mon retour en France, que, si j’avais fait la folie de rentrer sous le dernier gouvernement, j’aurais été fusillé sur-le-champ. J’étais si mal traité en Angleterre, que j’aurais préféré ce triste sort à l’affreuse perspective de rester plus longtemps le prisonnier et le jouet des ministres anglais. J’ai néanmoins un tort à me reprocher dans la seconde époque de ma captivité en Angleterre, ou me fit insinuer, de la part du prince Régent,  » qu’on avait l’intention de me bien traiter, si je continuais à fournir le développement des plans que j’avais donnés la première année de mon arrivée à Londres.  » Je fus la dupe de ma bonne foi jusqu’au 2 octobre 1813 ; c’est le jour que me fut faite l’offre du gouvernement anglais de débarquer sur les côtes de France, pour y établir la guerre civile. Je répondis que je ne voulais pas porter les armes contre ma patrie et je demandai un passeport pour m’embarquer à Douvres et me rendre à Calais : le passeport me fut refusé ! Quelques jours après, je fus assailli dans ma maison par plusieurs officiers de police qui, sous le prétexte d’une dette à laquelle j’étais étranger, me volèrent la meilleure partie de ma bibliothèque.On voulait, à force de tracasseries, me faire adopter le plan du ministère anglais, mais tout fut inutile ; je rejetai toutes les propositions qui me furent faites. Dès que l’on eût appris à Londres la déchéance de Buonaparte et la restauration de Louis XVIII, je me rendis chez le comte de La Châtre et chez le comte de Liverpool pour y consigner mon adhésion entière aux mesures adoptées par le gouvernement provisoire.Le 22 avril, j’eus l’honneur d’être présenté à Sa Majesté Louis XVIII par M. le duc de Duras : le Roi me reçut avec la plus grande bonté, et il daigna me dire que  » son intention était que je rentrasse en France sans délai « .

M. le comte de La Châtre me donna l’autorisation à ce sujet ; il m’avait dit que je n’en avais pas besoin, puisque Sa Majesté avait permis que je fusse considéré comme faisant partie de sa suite.Le 2 mai, je fus encore admis à paraître devant Sa Majesté, quelques instants avant son arrivée au château de Saint-Ouen. Le 5 mai, je fus admis à l’audience du ministre de la guerre, qui m’accueillit avec bienveillance ; le même jour, je me rendis chez le maréchal MacDonald, qui s’avança vers moi dés qu’il me vit entrer dans son salon ; je croyais qu’il allait m’embrasser, lorsqu’il me dit d’un ton froid :

 » Je suis fâché, général, qu’on vous ait laissé entrer. En quittant le camp de Boulogne pour aller porter nos manoeuvres et nos plans aux ennemis de la Patrie, vous avez perdu mon amitié et mon estime.  » Je lui répondis à peu près en ces termes, eu présence d’une quarantaine d’officiers qui étaient réunis dans son salon : 

 » Monsieur le Duc, si vous m’aviez apostrophé en tête à tête, je me serais retiré sans mot dire, parce que je suis sûr que le général Macdonald estimera toujours le général Sarrazin.

Mais comme je suis jaloux de me justifier en présence de ces officiers, je ne sortirai de chez vous qu’après avoir exposé les motifs de mon départ de Boulogne. Mes anciens adjoints étaient généraux de division et j’étais encore général de brigade j’avais parlé avec franchise de la guerre d’Espagne. Je n’étais plus en sûreté, j’étais persuadé que mes plans étaient de nature à renverser Buonaparte et à rétablir les Bourbons. Je quittai l’abondance pour aller mendier, mais je me vengeais de mon ennemi, et j’avais l’espoir d’être utile à mon légitime souverain ; du reste, j’ai toujours parlé avec respect de l’armée française et j’ai refusé des places brillantes parce qu’alors j’aurais dû porter les armes coutre ma patrie.Par mes plans, je n’ai fait la guerre qu’à Buonaparte, et si le grand oeuvre de la Restauration a nécessité la présence des alliés à Paris, le gouvernement paternel des Bourbons aura bientôt fait oublier ce malheur passager.Au reste, Monsieur le Maréchal, comme vous avez toujours été royaliste, je ne vois dans votre mauvaise humeur qu’un peu de jalousie de ce que je me suis éloigné du Tyran de la France quatre ans plus tôt que vous,Lorsque vous serez mieux instruit de ma conduite, je vous connais assez ami de la justice pour être persuadé que vous m’accorderez votre approbation.  » Puis je me retirai. Lorsque j’étais employé, en 1799, au ministère de la guerre, j’eus plusieurs fois l’occasion d’obliger le maréchal Macdonald. A Modène, je lui avais été très utile dans son échauffourée avec le régiment de Bussy.A Naples, je lui portai des contributions énormes, que j’aurais pu garder, à l’exemple de tant d’autres ; à la bataille de la Trebbia, je me sacrifiai, ainsi que mes troupes, sans nécessité absolue, et par attachement pour lui, et c’est ce même maréchal Macdonald qui me prie de sortir de son hôtel !

Je l’ai revu depuis aux Tuileries, mais je me suis éloigné de lui, ne pouvant avoir aucun rapport avec un homme aussi ingrat et aussi injuste. Je ne suis pas le premier officier qui passe à l’ennemi et qui rentre à la paix, et tous ceux qui étaient avec Louis XVIII sont dans le même cas. Ce qui paraîtra bizarre, c’est la haine que me portent certains individus, parce que je n’ai pas voulu servir contre la France ; une répugnance invincible m’en a toujours empêché, quoique je trouve digne d’éloges tous ceux qui ont cru pouvoir être utiles à la bonne cause dans la carrière des armes : j’étais convaincu que j’étais plus utile par mes écrits.Le comte de Liverpool peut en parler savamment ; si Sa Seigneurie est consultée, elle dira que ma lettre du 26 février dernier a été de la plus grande utilité pour les opérations ultérieures des alliés. Mais, que dis-je ?

Puis-je espérer que les ministres qui ont nié les brillantes promesses qu’ils m’avaient fait faire, d’abord par M. Schwartz, et ensuite par M. Hamilton, consentiront à avouer les services que je leur ai rendus. J’attends la décision du Parlement sur ma pétition pour le payement de mes plans.

Je l’ai confiée à la loyauté de lord Ossulton et à la générosité de la nation anglaise.  Je conclurai mes observations par l’assurance que je suis étranger aux notes biographiques publiées par un Anglais qui a longtemps résidé en France. J’en avais composé six cents, dont environ trois cents avaient été traduites en anglais, et la traduction avait été corrigée dans les bureaux du marquis de Wellesley. S. A. R. la princesse de Galles, à qui le colonel sir Robert Wilson en avait présenté plusieurs des plus intéressantes, daigna me faire dire  » qu’il n’était pas convenable qu’un militaire écrivit sur le compte de ses camarades pour amuser le public malin de Londres « . Cet avis fut un trait de lumière pour moi, et quoiqu’on m’offrit deux mille louis de ces notes, dans un moment où j’avais bien besoin d’argent, je refusai de les publier, et je les brûlai, crainte que l’on eut recours à la force pour s’en emparer. C’est à peu prés à cette époque que le gouvernement me fit saisir un Mémoire à la nation anglaise pour réclamer contre le traitement affreux que me faisaient éprouver les ministres, parce que je ne voulais pas être un de leurs libellistes complaisants. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 février, 2019 )

Une lettre du maréchal Davout à sa femme…

J’ai reçu, chère amie, ta lettre du 26 septembre [1812] et celle de Mme Gudin pour Sa Majesté. J’ai rempli ses désirs. Assure-lui que l’Empereur n’oublie pas plus les morts que les vivants, surtout les premiers, lorsqu’ils ont autant de droit à sa bienveillance, à son estime [autant] que le pauvre général Gudin [mort des suites de ses blUne lettre du maréchal Davout à sa femme... dans TEMOIGNAGES davout2-285x300essures reçues lors de la bataille de Valoutina, le 19 août 1812] en avait. Je ne doute pas que sous peu elle ne soit une nouvelle faveur [la veuve du général Gudin obtint une pension de 12.000 francs par décret impérial signé à Moscou le 15 octobre 1812].

Je lui écrirai sous 2 à 3 jours pour le lui annoncer. Dis-lui bien que l’amitié, l’estime que je portais à son mari me fera tenir les promesses que je lui ai faites un instant après qu’il a été blessé. Je ne suis pas du tout facile à remuer, cependant dans cette occasion je l’ai été comme j’eux pu l’être à 15 ans. Il paraît que l’on a beaucoup exagéré nos pertes.

L’on ne donne pas une bataille de cette nature sans en faire, mais elles n’ont pas été aussi conséquentes que la renommée l’a publié, et bien des personnes que l’on a fait mourir sont pleines de vie ; tiens, je te citerai entre autres le général Lariboisière qui non seulement n’est pas mort, mais même n’a pas été blessé. Presque tous les gens qui ont été blessés l’ont été assez légèrement et sont maintenant rétablis. Tout ce qui t’intéresse jouit d’une bonne santé. J’envoie mille caresses à nos enfants et des baisers à mon Aimée [l’épouse du maréchal] ; tout à toi pour la vie ton bon et fidèle. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 février, 2019 )

Paru le 14 février…

Wilkin.

Ce sujet n’est pas nouveau et déjà exploité, mais cet ouvrage paru aux Editions du Cerf, mérite qu’on y porte un minimum d’attention. Les lettres de « Braves » de la Grande-Armée sont toujours intéressantes à découvrir. J’en ai fait l’acquisition il y a quelques jours et je vous en reparlerai, une fois lu.

 A suivre…

————————

Présentation de l’Éditeur: « D’Austerlitz à la campagne de Russie, paysans, citadins, ils ont changé la face du monde. Ce sont l’Empereur et l’Empire qu’ils racontent, dans la boue et sous le feu, au cours de ces lettres inédites à leurs proches.

Que sait-on du quotidien des soldats de l’Empereur Napoléon ? De leurs craintes des combats, des souffrances endurées pendant les campagnes, des difficultés auxquelles ils étaient, chaque jour, confrontés ? 

Pour y répondre, voici 150 lettres écrites, de 1800 à 1814, par des conscrits de l’armée napoléonienne. Elles révèlent un aspect méconnu de l’Empire : la peur et le dégoût du combat. On lira des missives où ces jeunes hommes essayent à tout prix d’éviter la conscription, cherchent un remplaçant, voire désertent. C’est aussi la face cachée de la Grande Armée, celle de la misère, et de la captivité. Les soldats réclament de l’argent à leurs parents, se plaignent de leur équipement et des efforts exigés par le commandement. Certains sont capturés et emprisonnés par l’ennemi. Ils écrivent, à leurs proches inquiets, des lettres de désespoir. 

Ce recueil dévoile l’épopée d’une génération, mais aussi les lacunes d’une armée qui passait pour être la meilleure du monde, et enfin le quotidien de ces héros anonymes qui ont fait la gloire de la France. »

Publié dans INFO,TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 février, 2019 )

A propos de mon édition « Mémoires » de G. Peyrusse…

Un GRAND témoignage sur NAPOLEON et ses campagnes.

Cet ouvrage a fait l’objet d’une recension, dans le dernier numéro de la « Revue du Souvenir Napoléonien » (une publication que l’on trouve désormais en kiosque)

IMG_20190209_1149349

 

 

Publié dans INFO,ON EN PARLE... par
Commentaires fermés
( 21 février, 2019 )

La cocarde tricolore et la cocarde blanche (Arles,1814).

cocarde

« Même en adhérant à la restauration de 1814, l’armée manifesta assez ouvertement le regret de renoncer à la cocarde tricolore. Le serment de fidélité au roi était prêté depuis plusieurs jours, que la cocarde blanche était encore absente des colback, des shakos et des bonnets à poil de plus d’un régiment. Il faut dire que c’était avec le même regret que vingt-cinq ans auparavant quelques-uns de ces régiments avaient substitué la cocarde de la république à celle de la monarchie. Je puis citer entre autres le régiment des hussards Berchigny, qui, traversant ma ville natale d’Arles, en 1792, avait manifesté si hautement ses opinions royalistes qu’il en était résulté des altercations violentes et même quelques duels avec les habitants dela Roquette, quartier d’Arles qui comptait beaucoup plus de monaidiers que de syphoniers, comme se désignaient alors les démocrates et les aristocrates de la ville. Cet incident n’était pas tout à fait oublié en 1814, lorsqu’on fut prévenu à Arles de la prochaine arrivée de ce même régiment de Berchigny, qui, devenu le 1er régiment de hussards dans la cavalerie impériale, fit effectivement, le 31 mai, son entrée dans notre ville alors livrée à toute l’effervescence de l’enthousiasme légitimiste. La belle tenue des hussards avait provoqué un murmure général d’admiration, et même des acclamations; mais un des spectateurs fit la remarque que ni le colonel, ni les officiers, ni  les simples soldats n’avaient remplacé la cocarde tricolore par la cocarde blanche. Au murmure de l’admiration succéda bientôt un autre murmure qui exprimait un sentiment très peu sympathique, et quand les billets de logement leur furent distribués, les hussards reçurent l’accueille moins hospitalier. Des provocations s’ensuivirent, puis des rixes, des luttes corps à corps et tous les préludes d’une bataille générale, qui ne fut arrêtée que par l’intervention du colonel et du maire, d’accord pour promettre que le lendemain, à la parade, tous les hussards auraient la cocarde blanche à leurs shakos — ce qui eut lieu en effet; mais satisfaction plus complète encore fut donnée aux royalistes d’Arles, par une proclamation imprimée du colonel, affichée sur tous les murs et inscrite dans les registres de l’hôtel de ville. La voici textuellement, remarquable par la signature du colonel (allié de la famille impériale), par l’expression du plus loyal dévouement à la dynastie restaurée et par la plus complète réticence sur la querelle qui avait failli mettre toute la ville à feu et à sang.

Proclamation du colonel du 1er régiment de hussards.

« Habitants de la ville d’Arles, «Le 1er  régiment de hussards, l’ancien Berchigny, vous  remercie de l’accueil fraternel qu’il a reçu de vous. Fidèle au  serment qu’il n’a pas attendu de se trouver sur les terres de France pour prêter à S. M. Louis XVIII, notre légitime et bien-aimé souverain, quelle joie ne doit-il pas éprouver de se trouver au milieu d’un peuple qui est pénétré de tant d’amour pour l’auguste dynastie des Bourbons !

« Habitants d’Arles ! A  peine avons-nous goûté le bonheur nd’être parmi vous, qu’il faut déjà vous quitter; le régiment  reçoit la plus digne récompense des sentiments et du bon  espoir qui l’animent, dans l’ordre qui lui parvient de se  rendre à Paris pour y servir sous les yeux du roi qu’il a juré de défendre.

« Recevez donc aussi l’expression de nos respects avec celle de notre reconnaissance; nous conserverons éternellement le souvenir de vos bonnes dispositions pour nous : pourriez-vous jamais perdre celui d’une union formée sous les auspices du cri chéri:

VIVE LE ROI !

«Pour le 1er régiment de hussards,

Signé: Le colonel Marius CLARY.

Arles, 31 mai 1814. »

(« Napoléon à l’île d’Elbe. Chronique des événements de 1814 et 1815. D’après le Journal du colonel Sir Neil Campbell. Le Journal d’un détenu et autres documents inédits peu connus… Recueillis par Amédée Pichot », E.Dentu, Éditeur /Revue Britannique, 1873, pp. 523-514).

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 février, 2019 )

Rappel sur le parcours de Martial Lapeyre, 1904-1984, (qui légua une grande part de sa fortune au Souvenir Napoléonien et laquelle permit la création de la Fondation Napoléon) et sur l’influence du « management napoléonien »

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 20 février, 2019 )

Retour sur l’affaire du duc d’Enghien….

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
12345...44
« Page Précédente  Page Suivante »
|