( 13 septembre, 2017 )

Une VISITE à NAPOLEON 1er à l’ILE d’ELBE…

 Ce témoignaUne VISITE à NAPOLEON 1er à l’ILE d’ELBE... dans TEMOIGNAGES 03008150ge est paru dans la revue « Feuilles d’Histoire » dans sa livraison de janvier/juin 1909.

Le « Daily Mail » a donné récemment quelques extraits d’un document inédit trouvé, il y a peu de temps dans les archives familiales d’Arley-Castle. C’est le carnet de voyage d’un étudiant de l’Université de Cambridge, nommé Scott.  En septembre 1814, il se rendit à l’île d’Elbe en compagnie de quatre officiers anglais détachés à Livourne, les colonels Douglas et Lemoine, le major Maxwell, le capitaine Smith, et ce sont les passages relatifs à cette visite que nous citons ici :

16 septembre 1814, Livourne.

Dîné chez M. Fraser, banquier anglais, qui habite ici. Tout parfaitement anglais : mouton bouilli à la sauce du sang, roastbeef, fromage de Chester, porto, vin. Presque tous les invités sont intimement liés avec le colonel Campbell (commissaire à  l’île d’Elbe) et les capitaines Usher et Tower. Le colonel Campbell considère Bonaparte comme un homme très heureux de talents ordinaires ; Bonaparte se comporte à leur égard avec la plus grande familiarité ; il leur permet de lui poser les questions qui lui plaisent sur ses campagnes et ses plans. Il disait à Campbell : « Regardez-vous Wellington comme le plus grand général du monde ? »-« Vous aviez tant de bons de maréchaux, répondit Campbell, qu’on n peut dire quel est le premier général. »-« Non, réplique Bonaparte, c’est Wellington qui est le premier général ! »

19 septembre 1814, Elbe.

D’habitude Bonaparte se lève avec le jour et il prend infiniment d’exercice. Souvent il réveille lui-même le colonel Campbell. Il fait de longues courses à cheval dans tous les coins de l’île et ne rentre que lorsque ses compagnons sont exténués ; mais c’est pour repartir aussitôt sur un nouveau cheval, jusqu’à l’heure du dîner. Après son repas, il se  promène dans sa chambre pendant deux ou trois heures. Il semble, nous déclare Campbell, s’efforcer de penser le moins possible au passé. Parfois, dans la matinée, il sommeille très peu de temps dans son  fauteuil. Il mange beaucoup, il est surtout amateur de poisson, il boit séparément de l’eau et du vin, selon la mode anglaise, mais surtout de l’eau… Nous nous trouvions sur chemin large d’environ cinq mètres, lorsque nous rencontrâmes l’Empereur ; nous nous effaçâmes pour nous ranger, tête nue, les uns à côté des autres, sur le côté droit de la route. Il s’arrêta  son cheval et nous salua en portant la main à son chapeau. Ma première impression fut telle que je me demandai si cet homme, au visage peu gracieux, à l’air plutôt emprunté et lourd, était bien le grand Napoléon, qui avait rempli de terreur les empereurs et les rois. Il me semble que c’était impossible. Je répète que ce fut que ma première impression. Mais bien que celle-ci ait bientôt modifiée, je déclare encore aujourd’hui que Napoléon  avec sa carrure épaisse et large ne me fit pas l’effet d’un guerrier. Il parait être âgé  de quarante-cinq ans ; son ventre est très fort, et ses cuisses, grosses et tout à fait hors de proportion. Lorsque nous le vîmes, il était coiffé d’un chapeau enfoncé sur son front, chapeau dont la forme, basse par devant et très relevé par derrière, contribuait à rendre sa physionomie peu agréable. La teinte brune de ce chapeau, auquel est piquée une gosse cocarde rouge et blanche, montre suffisamment qu’il a fait avec lui de nombreuses campagnes.

Il portait une grande redingote à revers rouges ; ce vêtement, étroitement boutonné, laissait à peine apercevoir la cravate noire, entourant son cou, peu dégagé naturellement.  Il avait deux épaulettes en argent assez usées, la plaque de la Légion d’honneur et trois décorations plus petites… Il avait une culotte blanche, un gilet blanc et des gants. Les bottes, vieilles, usées, étaient munies d’éperons en argent, assujettis par des noires. Il montait un petit cheval corse, dont la selle portait des fontes, mais dont les rênes et le mors étaient sales. Quoiqu’en général ses vêtements fussent usagés, l’ensemble était celui d’une personne soigneuse et ordonnée. Il se tient fortement incliné en avant sur son cheval.  Celui-ci s’étant mis à ruer, Napoléon, le maîtrisa nerveusement. Durant les vingt-deux minutes que dura notre conversation, il ne prisa qu’une seule fois, dans une petite tabatière noire ornée de trois camées. Ses mains sont d’une blancheur remarquable, les doigts sont petits et minces. Ses cheveux sont noirs et pendant en longues mèches sur le sol de son vêtement, tout en gardant un aspect très propre. Les yeux sont bleus et petits, les sourcils noirs et plutôt épais, le nez et la bouche élégamment dessinés et dimensions moyennes, le menton n’est pas trop prononcé. L’ensemble du visage, pâle, légèrement jaunâtre, est assez empâté. Le front d’avance, anguleux et puissant.  L’Empereur parle vite et presque sans pause, d’une voix profonde et un peu saccadée. Durant tout notre entretien, la physionomie de Napoléon ne cessa de s’éclairer d’un demi-sourire et de refléter un parfait contentement. Ses yeux sont remarquablement vifs et expressifs ; ses regards et sa voix inspirent le respect et ses manières indiquent un grand talent, mais son sourire met à l’aise ses auditeurs et leur donne confiance. Néanmoins mes compagnons furent unanimes à penser qu’il avait plutôt l’air d’un prêtre habile et rusé que d’un héros. Sa personne n’a sûrement rien d’héroïque.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 septembre, 2017 )

Une lettre de Russie, 10 septembre 1812…

Borodino, le 10 septembre 1812.

Chère et tendre mère,

Mon séjour  à l’hôpital [l’auteur a reçu une balle dans l’épaule gauche lors de la prise de Smolensk] m’a laissé si loin derrière l’armée, que pour donner un peu de suite à mon récit, j’ai besoin de le reprendre au moment où Napoléon quitta Smolensk. C’était le 25 août, nos troupes avaient vainement poursuivi l’armée pendant trois jours, dans toutes les directions. Les rencontres partielles, qui avaient eu lieu, avaient donné beaucoup de morts, mais aucun résultat militaire. Tous nous généraux étaient découragés, et plusieurs n’avaient pas craint de faire entendre à l’Empereur combien l’armée était soucieuse de l’avenir. L’Empereur ne répondit que par les accents d’une violente colère ; et, le cœur brisé plus qu’il ne le voulait dire, par la vue des décombres, à travers lesquels se traînaient nos blessés, et des monceaux de cendres où gisaient des squelettes humains calcinés par le feu, il donna l’ordre de marcher en avant. C’était un mauvais moyen de ranimer l’ardeur d’une armée découragée par les privations, et ravagées par deux affreux fléaux : le typhus et la dysenterie. Depuis longtemps le vin manquait. La bière et l’eau de vie devenaient rares ; le pain mal remplacé par de l’orge grillé ou du seigle vert, était l’objet d’un regret universel. La viande, produite par l’abattage des bêtes surmenées et fiévreuses, inspirait le dégoût, et souvent faisait défaut. Non seulement les hôpitaux étaient encombrés, mais sur toute la longueur de cette immense route, au bord des grands bois, au fond des ravins, on rencontrait partout des malheureux, épuisés de douleur et mourant de soif, qui n’avaient même plus la force de se traîner aux gîtes d’étapes où étaient établies les ambulances. D’ailleurs, les ambulances regorgeaient [de blessés]. Comme je l’ai dit, quinze grands bâtiments sauvés du feu avaient été transformés en hôpitaux ; mais déjà, à la seconde nuit, après la prise, tout manquait pour panser les blessés. Il fallait remplacer le linge, par le papier et les parchemins des archives, et la charpie, par de l’étoupe de bouleau. Les chirurgiens, sans repos ni trêve, passaient, le jour et la nuit, le couteau à la main. On annonça bien haut que l’armée n’était plus qu’à quinze étapes de Moscou, et que, dans cette capitales de la noblesse et du clergé russe, on trouverait en abondance des trésors suffisants pour faire la fortune de toute l’armée française, depuis les généraux jusqu’au dernier soldat. A ces paroles, cent cinquante mille hommes trouvent encore le courage de reprendre leur sac et leur fusil… »

(« La Bérézina. Souvenirs d’un soldat de la Grande Armée », par Léon Marsac. Limoges, Librairie Nationale d’Éducation et de Recréation [Eugène Ardant et Cie], s.d. [1882]. pp.99-103). Selon le publicateur de cette correspondance, Armand de Solignac, le sergent disparut en Russie. Mort ou fait prisonnier, il ne rentra jamais en France. Il n’est pas indiqué à quelle unité il appartenait ; peut-être à l’infanterie de ligne.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 septembre, 2017 )

La GARDE à LA MOSKOWA…

La GARDE à LA MOSKOWA… dans HORS-SERIE lamoskowaDe tous les écrivains militaires qui reprochent à Napoléon de n’avoir pas engagé la garde, Gouvion-Saint-Cyr est peut-être le plus résolu, le plus affirmatif. Il dit que les Russes étaient vaincus, mais non défaits; qu’on avait frappé le corps et non l’âme de leur armée; que, s’ils avaient essuyé une perte énorme, elle était compensée par les pertes de Napoléon; qu’ils avaient l’immense avantage de se renforcer tous les jours, tandis que les vides faits dans les rangs français ne se rempliraient pas. Napoléon, selon Saint-Cyr, a donc commis une faute en ne faisant pas donner la totalité de sa Garde. Pourquoi entretenir à si grands frais un corps d’élite, pourquoi le ménager sinon pour qu’il produise, en de semblables circonstances, « un grand résultat qui dédommage de tous les inconvénients attachés à sa formation »? Si la Garde toute entière avait donc donné — ajoute Saint-Cyr — dans le moment où son artillerie seule a été engagée et où l’ennemi fit ses derniers efforts, il est certain que, « conduite avec la vigueur et l’intelligence qu’on devait attendre de ses chefs, sous les yeux et à la voix de son empereur, elle aurait fait des prodiges; que l’armée russe eût été non seulement vaincue, mais culbutée, mise en déroute, en partie détruite, et ses restes dispersés vers les extrémités de l’empire. Dans cette seule hypothèse,  Napoléon pouvait encore faire ce qu’il aurait voulu, prendre ses quartiers d’hiver à Moscou, au printemps poursuivre ses succès, ou offrir à l’empereur Alexandre une paix acceptable. »

(Arthur CHUQUET, « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Deuxième série » Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  pp.57-58).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 7 septembre, 2017 )

La bataille de La Moskowa d’après le Journal de la division Friant…

La bataille de La Moskowa d’après le Journal de la division Friant... dans TEMOIGNAGES lamoskowaLes lignes qui suivent sont tirées du Journal de la division Friant ou 2ème division du 1er corps d’armée commandé par Davout; elles concernent et ne concernent que la bataille de La Moskowa.

 A.C.

Le 7 [septembre 1812], la division passe sous les ordres de l’Empereur et reçoit l’ordre de se porter en réserve dans la redoute du centre, lorsqu’elle serait enlevée. Bientôt elle reçoit une autre direction et marche sur Seminskoe. Le général Friant ordonne au général Dufour, commandant le 15ème léger, d’emporter le village et la redoute qui le couvre. En même temps lui-même charge à la droite avec le 48ème régiment et culbute l’ennemi. Le régiment espagnol formait la réserve du 48ème. Les 4ème et 5ème  divisions du 1er corps, ainsi que celui du maréchal Ney, s’étant jetées à droite le long du bois, le général Friant étend sa division pour remplir le vide entre Seminskoe et la redoute du centre. Le 33ème se porte même au delà de la redoute près des taillis. L’ennemi veut reprendre Seminskoe et y dirige de nouvelles forces et de l’artillerie, Le général concentre alors sa division et lui fait occuper le mamelon en arrière de Seminskoe. Le 33ème se forme en carré sur l’emplacement du village réduit en cendres et repousse trois charges de cuirassiers. L’artillerie reçoit des renforts; son feu fait taire celui de l’ennemi et le fait renoncer à son entreprise. Dans cette tentative le général Priant fut blessé à la poitrine d’un coup de biscaïen. La division reste deux heures dans cette position. Mais les 4ème et 5ème divisions du 1er corps et le maréchal Ney, avec le 3ème corps, ayant débordé la gauche de l’ennemi, il prononça sa retraite. Le général Friant, revenu au combat malgré sa blessure, se porta aussitôt en avant, chassa les Russes d’un mamelon qu’ils occupaient au delà de Seminskoe et les repoussa jusque dans le bois. La division bivouaqua sur le plateau en arrière du bois. La division passa sous les ordres du Roi de Naples. Le 8, elle campa sur les hauteurs de Mojaïsk.

(Arthur CHUQUET, « 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Deuxième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  pp.50-51).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 septembre, 2017 )

Napoléon les 6 et 7 septembre 1812…

Pasquier prétend que Napoléon n’aurait pas examiné le terrain sur lequel se livra la bataille de La Moskowa. Il a tort. Lejeune nous raconte que le 6 septembre 1812, avec Berthier, Eugène et trois officier-dont Lejeune- Napoléon a parcouru le front de l’armée russe et reconnu la position d’autant plus en détail et de plus près qu’une trêve semblait exister entre les deux partis. Les vedettes, quoique à portée de pistolet, ne tiraient pas. Lejeune craignit même que l’Empereur ne fût brusquement enlevé par les cosaques cachés au détour d’un ravin et, un instant, Napoléon qui marchait le premier poursuivit ; mais, grâce à la vitesse de leurs chevaux, Napoléon et ses compagnons échappèrent aux cavaliers cosaques. Faut-il ajouter qu’après cette reconnaissance, Lejeune parcourut de nouveau la ligne et rapporta des croquis du terrain que l’Empereur accueillit avec satisfaction ?

Faut-il ajouter que Bacler d’Albe, le chef des ingénieurs-géographes, fit exécuter le même travail et faire avant le soir un levé à vue des positions russes ? Napoléon a donc rempli, à la veille de la bataille, ses devoirs de général d’armée.Mais Lejeune assure qu’il n’a pas, le 7 septembre 1812, déployé la même activité qui « forçait le succès ». L’Empereur est resté sur son terre, suivant les mouvements et donnant des ordres sans bouger de place au lieu d’aller, comme autrefois, électriser son monde par sa présence. A vrai dire, il était souffrant et dans un « état de malaise ».

Mais, conclut Lejeune, on n’était pas satisfait et on portait sur lui un jugement sévère. 

Arthur CHUQUET 

 

 

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 5 septembre, 2017 )

Le vol durant la campagne de Russie…

Le vol durant la campagne de Russie… dans TEMOIGNAGES 06509433Durant la retraite les soldats, dit Pion des Loches dans ses mémoires, étaient devenus voleurs. Ils volaient à un camarade un reste de galette ou un morceau de cheval. Ils jetaient un malade à bas de sa monture pour lui prendre la bête et la dépecer à coups de sabre ; ce qui se faisait si vite qu’en un quart d’heure le cheval n’était plus qu’un squelette. Plus d’un officier se croyait suivi par son cheval et tout à coup il remarquait qu’il n’avait plus que les rênes passées autour du bras ; il se retournait ; le cheval était pris, découpé, partagé. L’habitude du pillage et l’égoïsme qui régnait avaient étouffé toute probité ; On volait l’argent, les bijoux, les vêtements. Il fallait tout porter sur soi, et encore ! On enlevait des fourrures sur le dos des chevaux  et la marmite sur le feu. La nuit, les voleurs se mettaient à crier  hourra et à tirer des coups de fusil pour faire peur à leurs compagnons et saisir sans danger ce que les poltrons abandonnaient. La manière dont on vole, dit le futur maréchal de Castellane, dans son « Journal », est horrible. On prit à Chabot, pendant son sommeil, son chapeau sur lequel il appuyait la tête. Même au pont de la Bérézina, des traînards profitèrent de l’embarras pour piller les voitures et enlever les chevaux. Même le pont franchi, le vol continua ; ceux qui venaient de passer furent dévalisés de vive force par des soldats du 1er corps  qui leur prirent leur porte-manteau.

Arthur CHUQUET

(« 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  p.101)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...221
« Page Précédente  Page Suivante »
|