( 15 mai, 2017 )

Un PERSONNAGE MECONNU : François GATTE, PHARMACIEN en CHEF de l’EMPEREUR à l’ILE d’ELBE…

Un PERSONNAGE MECONNU : François GATTE, PHARMACIEN en CHEF de l’EMPEREUR à l'ILE d'ELBE… dans FIGURES D'EMPIRE elba

François-Charles-Gabriel Gatte, né à Abbeville le 25 février 1789, mort à Lyon le 17 juin 1832, pharmacien de l’École de Paris, prit part aux campagnes de l’Empire dès 1808 comme officier de santé et chirurgien-major. Nommé pharmacien de l’Empereur par Corvisart, il se trouvait à Fontainebleau au moment où Napoléon s’apprêtait à partir pour l’île d’Elbe ; il l’y accompagna et y exerça aussi la fonction de pharmacien de l’hôpital militaire de Portoferraio. De retour en France avec l’Empereur, il fut nommé, le 15 avril 1815, pharmacien de 2ème classe dans la Garde Impériale et, le 30 avril, pharmacien en chef adjoint aux Invalides. La chute de l’Empire entraîna sa destitution le 27 juillet 1815 et le conduisit à exercer la pharmacie à Rouen.  On le retrouve ensuite à Paris, où il obtient d’être nommé pharmacien aide-major à l’hôpital militaire de Lyon ; le 15 février 1832. Il ne s’y rend que pour mourir de phtisie pulmonaire. Ce sont ses enfants qui bénéficièrent de la disposition du testament de l’Empereur en sa faveur.

Pierre JULIEN.

André Pons de l’Hérault, directeur des mines de l’île d’Elbe, évoque Gatte dans ses « Souvenirs et Anecdotes ».

Au moment du départ de Napoléon vers son exil elbois : « L’Empereur allait partir de Fontainebleau, que l’on n’avait pas encore trouvé un pharmacien. M. Gatti [Gatte] tomba sous la main de M. Foureau de Beauregard ; on le prit.  Il n’était pas instruit, il ne chercha pas à apprendre, et il fut moins de briller dans son emploi. Cependant on le critiquait beaucoup moins que le médecin en chef [Foureau de Beauregard] : c’est qu’il ne faisait pas flamboyer sa broderie, c’est que dans l’exercice de ses fonctions, sa parole n’était pas insultante et qu’on le considérait comme un bon camarade. »   (« Napoléon, empereur de l’île d’Elbe. Souvenirs et Anecdotes. Présentés et annotés par Christophe Bourachot », Les Editeurs Libres, 2005, p.94).

A propos de son mariage avec Bianchina Ninci, fille d’un commerçant de l’île, Pons de l’Hérault, toujours aussi sévère à son encontre, note : « M. Gatti [Gatte] avait un bon emploi ; il portait un habit brodé ; il avait l’honneur insigne d’être un des compagnons du grand homme, et il était bon enfant. Tout cela réuni n’en faisait pas pourtant un homme distingué, mais tout cela réuni en faisait un bon parti, surtout dans un pays où les fortunes étaient généralement médiocres. M Gatti [Gatte] comprit sa position ; il chercha à en profiter. Parmi les demoiselles que l’on considérait comme les perles de la cité, Mlle Bianchina tenait un rang distingué, et elle devint l’objet des hommages de M. Gatti [Gatte]. Mlle  Bianchina était trop jeune pour pouvoir réfléchir, elle ne voyait dans le mariage qu’un jour de fête et parure. Elle laissa faire ses parents. M. Gatti [Gatte] fut heureux : l’Empereur signa le contrat de mariage ! «  (Pons, op.cit., p.185).

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 14 mai, 2017 )

Un RÉCIT MÉCONNU : le TEMOIGNAGE du COMMANDANT DUURING sur les JOURNEES des 16, 17 et 18 JUIN 1815…

 snb16615.jpg

Le témoignage qui suit est extrait d’un article paru dans le « Carnet de la Sabretache » en 1910, sous le titre de « L’infanterie de la Garde à Waterloo ». L’auteur était alors chef de bataillon au 1er régiment des chasseurs de la Garde. 

Juin 1815, le 16.- Le 1er régiment a traversé Fleurus dans l’après-midi, je ne me rappelle plus à quelle heure. Toute la division, ainsi que celle des grenadiers, prirent position à droite et un peu en arrière. Les régiments reçurent l’ordre de partir  alternativement, excepté le 1er régiment de chasseurs, le 1er et le 2ème de grenadiers, qui restèrent auprès de l’Empereur. Ces trois régiments reçurent l’ordre de suivre l’Empereur, qui se porta vers la droite, une heure avant la brune. Nous marchâmes en colonne par division sous les boulets, qui nous blessèrent deux hommes. Ensuite, les trois régiments traversèrent le village après la grosse cavalerie ; en débouchant, nous nous mîmes en bataille à droite du village, et ensuite nous formâmes les carrés par bataillon. Les grenadiers prirent plus à gauche et en avant ; notre cavalerie fut ramenée, et les grenadiers soutinrent plusieurs charges contre la cavalerie de l’ennemi, qui ont éprouvé une perte assez considérable, car ils ont cru qu’ils étaient de la Garde nationale avec leurs chapeaux [Une partie des soldats de la Vieille Garde n’avaient pas reçu de bonnet à poil]. Les boulets de nos batteries qui étaient sur la hauteur de l’autre côté du village, passèrent à chaque instant le long du 1er bataillon sans nous faire aucun mal, mais à notre grosse cavalerie ; quelques tirailleurs de l’ennemi nous tirèrent également, sans qu’on perdît un homme. Nous bivouaquâmes dans cette position la nuit, en carrés, sans feu ; nous entendîmes une attaque après minuit, nous prîmes les armes, mais rien n’est venu à nous.  

Le 17.- Le régiment se mit en route après midi. La Vieille etla Jeune Garde se rassemblèrent successivement ; on fit une halte à droite de la route, où je fus détaché avec mon bataillon pour rejoindre l’Empereur, qui fut en avant. Le général Friant me trouva en chemin, et me donna contrordre de rentrer dans la colonne. Toute la colonne se met en mouvement. On entendait au loin la canonnade. Le soir, je fus de nouveau détaché pour rejoindre l’Empereur, à la ferme [celle du Caillou], à peu près à un bon quart de lieue de la ligne de bataille du lendemain. Le bataillon bivouaqua dans le jardin, sans feu ; il fit un temps affreux. 

Le  18.- L’Empereur me donna l’ordre environ à sept heures du matin, de rester avec mon bataillon à la ferme pour garder son quartier-général, trésor, etc. Plusieurs régiments d’infanterie, cavalerie, passèrent successivement du côté de la ligne de bataille, ainsi que  la Vieille Garde ; au passage du 2ème  bataillon, j’ai remis l’aigle au général Cambronne. La canonnade s’engagea de part et d’autre. Le bataillon que je commandais resta à la ferme.  A peu près deux ou trois heures dans l’après-midi, je fus instruit que plusieurs soldats se débandaient, même sans armes ; cette fuite venait principalement de notre droite. Je fis prendre les armes au bataillon, détachai une compagnie à droite et une à gauche, en gardant deux au centre. Je montai à cheval avec la gendarmerie au quartier-général, fis arrêter les fuyards, les rassembler et conduire au centre de l’armée. Cette fuite cessa une heure après, et tout fut très tranquille ; nous vîmes arriver plusieurs officiers de la cavalerie anglaise comme prisonniers. Une heure plus tard, plusieurs caissons et des pièces arrivèrent du champ de bataille, disant qu’il n’y avait plus de munitions ; à la vérité, j’en ai trouvé de vides, mais d’autres en avaient encore. Je fis parquer tout cela à droite et à gauche de la route derrière la ferme, et priai l’écuyer de l’Empereur de faire atteler le Trésor. 

Environ à cinq ou six heures du soir, je fus instruit par un poste de ma droite, qu’on voyait deux colonnes qui débouchant du bois, que je suis allé reconnaître. Aussitôt de mon arrivée, je fus à même de me convaincre qu’elles étaient de l’ennemi ; chacune peut avoir eu huit cents hommes ; mais la queue étant dans le bois, il était très difficile d’évaluer leurs forces. J’ai pris mes dispositions pour recevoir cette attaque, fis mettre deux pièces en batterie chargées à mitraille et couvrir par un  détachement d’un officier et cinquante hommes, de manière qu’on pouvait difficilement les apercevoir, je donnai l’ordre de ne point tirer avant que j’y fusse. Mon adjudant-major vient m’instruire que beaucoup de soldats arrivent de nouveau, qui se débandèrent ; j’ai fait mettre mes deux compagnies que j’avais conservées au centre, les baïonnettes croisées, sur la route et à côté, avec ordre de ne laisser passer qui que ce soit, hormis les blessés. J’ai trouvé parmi ce nombre, plusieurs officiers, entre autres un chef de bataillon, que j’ai forcé de prendre le commandement d’un bataillon que j’avais rassemblé, avec menaces de faire feu sur lui s’il n’obéissait pas à l’instant même ; j’ai trouvé un maréchal de camp dont j’ignore le nom ou ce qu’il voulait, que j’ai prié de conduire une autre colonne. L’officier que j’avais détaché pour couvrir les deux pièces, me fit rendre compte que l’officier d’artillerie avait jugé à propos de s’en aller avec ses pièces, en disant qu’il n’avait point d’ordre à recevoir de moi, et que l’ennemi s’approchait. J’ai prié alors même des officiers supérieurs de l’artillerie, de faire mettre d’autres pièces en batterie, mais rien ne s’effectua. 

Me voyant sur le point d’être attaqué sans le soutien de personne et d’une façon bien supérieure à la mienne, je me décidai à former un bataillon d’environ deux cents hommes des différents régiments que j’avais fait rassembler, auquel je fis prendre position à ma droite en potence et un peu en arrière pour qu’on ne me dépassât pas, fis filer le Trésor et les équipages, et ensuite les pièces sans donner un homme d’escorte, pour repousser une attaque qui pouvait être très nuisible à l’armée, si la route derrière elle se trouvait coupée. Je fis rassembler mon bataillon adossé à la ferme, détacher cent hommes en tirailleurs dans le bois et cent autres en réserve, au même moment que le général (le prévôt général de l’armée) fit attaquer le bataillon d’infanterie au pas de charge, qui se déployait à demi-portée, et entrât également dans le bois. Cette combinaison eut un heureux résultat ; nous éprouvâmes peu de pertes, et les Prussiens furent repoussés.  J’avais en même temps envoyé mon adjudant-major pour en donner connaissance à l’Empereur, qui m’a fait dire d’avoir bien fait et de tenir la position. Peu de temps après, nous vîmes arriver une déroute complète qu’on ne pouvait pas arrêter, infanterie, cavalerie, artillerie, toutes étant mêlées. Alors, crainte d’être chargé par la cavalerie ennemie, et pour pouvoir faire un mouvement en cas de besoin, je fis rassembler le bataillon en colonne par division à distance de pelotons : officiers et soldats de tous les régiments voulaient se mettre dans nos rangs, mais je ne recevais personne, car il eût été impossible de conserver l’ordre.

Par la suite, j’ai donné l’ordre de placer dans les rangs les hommes de  la Vieille Garde, de manière à ce que à la fin mes divisions furent d’environ 300 hommes chacune.  Dans ce triste désordre, et au moment où l’on tiraillait sur notre arrière (ce qui fut fait à la brune), nous vîmes arriver l’Empereur accompagné de quelques chasseurs à cheval et de quelques généraux, en outre les comtes Drouot et Lobau. Sa Majesté vint à moi, me demanda ce que j’avais fait, ma force et ma position. Je répondis d’après le détail que j’en ai fait. Elle me donna en personne l’ordre de serrer en masse et de le suivre en disant : « Je compte sur vous. ». Je mis le bataillon en route, il marcha dans le blé qui était d’une hauteur au-dessus de la tête des hommes. Au bout d’une heure de chemin, nous rencontrâmes plusieurs généraux de la Garde qui faisaient le rassemblement de  la Garde. Me trouvant alors parmi les autres corps, plusieurs ravins très difficiles à passer occasionnèrent la perte de beaucoup de mes hommes. 

La nuit s’avança, je continuai à marcher suivant la direction dans laquelle je crus que l’Empereur s’était dirigé. A la fin, n’ayant point de guides, je m’apercevais que ma direction d’éloignait trop de la grande route ; je fis appuyer de ce côté, rencontrai quelques détachements de la Garde, en outre l’aigle des grenadiers que je fis rester avec moi ; mais bientôt, je fus de nouveau forcé de m’éloigner de la route, car l’endroit où je voulais l’approcher se trouva derrière l’avant-garde de l’ennemi. Dans la direction que j’avais indiquée, nous fîmes la découverte d’une maison où il y avait du monde ; j’engageai moi-même et avec beaucoup de douceur les gens de nous conduire par un chemin sûr dans la direction de Fleurus, que nous découvrîmes à la pointe du jour, que je fis tourner avec les précautions nécessaires.  Nous vîmes  à gauche de la route, près de la ville, les pièces de prises sur l’ennemi dans la journée du 16. Entre cinq et six heures du matin, nous approchâmes de Charleroi où les paysans nous conseillèrent de ne pas approcher la ville disant qu’elle était déjà occupée par l’ennemi. Ils m’indiquèrent de passer la rivière plus à gauche dans la direction de Philippeville. Je continuai la route de Charleroi que j’ai traversée avec environ 300 hommes dont quelques grenadiers ainsi que l’aigle. Nous trouvâmes toutes  les rues encombrées, et à notre gauche, sur une petite place, nous vîmes plusieurs pièces de l’ennemi prises dans la journée du 16. 

Signé : DUURING.  

  

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 mai, 2017 )

Une lettre du général Ledru des Essarts à sa sœur.

06509433.jpg 

Elle est extraite du très intéressant ouvrage de Jean-Louis Bonnéry et intitulé : « Ledru des Essarts, un grand patriote sarthois méconnu » (Le Mans, chez l’Auteur, 1988). Ce livre fut tiré à compte d’auteur. Madame Lepron, sœur du général Ledru des Essarts, demeurait à La Flèche, ville du département de la Sarthe bien connue pour son prytanée militaire. 

 

Magdebourg, 6 février 1813. [Le général avait d'abord écrit "janvier" mais il l'a barré pour mettre "février"]  

Ma chère amie, 

Je t’ai écrit de Mariembourg le 22 décembre dernier. J’ai écrit en même temps à plusieurs autres personnes, entr ‘autres à mon frère. Tous excepté toi, m’ont répondu. Écris-moi à Mayence où je serai dans huit ou dix jours. Je rentrerai quelque temps ou dans les environs et j’y attendrai les ordres du ministre. S’ils pouvaient que dans 4 ou 5 mois, la saison des eaux arriveraient et je prendrais les bains d’Aix ou de Wiesbaden dont j’ai grand besoin. Ma santé n’est pas mauvaise mais elle est bien loin d’être aussi forte que l’année dernière. Tu ne peux te faire une idée de ce que j’ai souffert. Seul de tous les généraux du 3ème corps, je suis constamment resté debout et à la tête des troupes ; tous les autres ont succombé soit à leurs blessures, soit à  leurs fatigues. Des officiers, beaucoup plus forts que moi ont péri sur la route ou se sont laissé prendre faute d’énergie. J’ai trouvé la faim, le froid, les marches de nuit et j’ai dû m’occuper des continuelles dispositions à prendre dans l’arrière-garde dont j’ai été chargé pendant plus de 200 lieues [environ 1800 kilomètres], sans éprouver d’autre mal que la fatigue.

Cinq de mes domestiques sont morts. J’en ai heureusement conservé trois. 

Trop occupé par la troupe pour surveiller mes propres affaires, j’ai perdu caisson, voitures, bagages et vingt-deux chevaux. Trente mille francs ne rétabliraient pas mes équipages comme je les avais à l’entrée de a campagne. Cependant, ma chère maie, tout ce dévouement, tous ces sacrifices sont en pure perte pour moi puisque jusqu’à présent, je n’ai pu obtenir un emploi de 6 jours pour mes frères, tandis que des intrigants, des criquets qui ne peuvent faire que des courbettes, ou qui d’engraissent sans coup férir dans un bureau, obtiennent ce qu’ils veulent. Si l’honneur national ne me faisait un devoir de rester encore dans le nord, le dépit et le dégoût me feraient abandonner cet ingrat métier ; mais si la campagne qui va s’ouvrir ne m’enlève pas et si j’existe encore à la paix qui se fera avec la Russie, je ferai en sorte de recouvrer ma liberté et d’aller cultiver mon jardin. Donne-moi quelques détails sur ton ménage et sur tes affaires . Je t’embrasse bien amicalement ainsi que ton mari. 

Ton frère affectionné. 

LEDRU DES ESSARTS. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 mai, 2017 )

Une LETTRE du général VAN DEDEM au maréchal BERTHIER.

berthier.jpg

 Le maréchal Berthier.

Cette lettre du général hollandais Van Dedem de Gelder confirme un passage de ses « Mémoires » [Publié chez Plon en 1900]. Il fit en effet, dans ses « Mémoires » comme dans cette lettre, que le duc de Bassano [Maret] le mit à Vilna dans la bonne calèche d’un courrier qui se rendait à Varsovie, et il a joute-ce qu’il ne dit pas dans sa lettre- qu’on le tenait pour perdu, que le conducteur avait ordre de se faire donner par le bailli de l’endroit où le général serait enterré, un certificat qui serait envoyé à la famille. De Varsovie, Dedem écrivit à Berthier la lettre qu’on va lire ; il demandait un congé pour aller se guérir à Berlin, et nous apprenons par les « Mémoires » que Berthier lui envoya l’ordre formel de se rendre sans délai à Elbing pour y prendre un commandement.  

Arthur CHUQUET 

Varsovie, 20 décembre 1812 

Monseigneur, j’ai quitté Vilna et me suis rendu à Moscou d’après l’ordre du jour qui enjoignait aux officiers généraux, blessés et malades, de s’y transporter. Ayant perdu tous mes chevaux, j’ai été trop heureux de profiter de la place que Son Excellence le duc de Bassano m’a fait donner par un de ses courriers. Ma santé est tellement délabrée et j’ai un si grand besoin de repos et de me rapprocher de climats plus doux que, sur l’avis bien prononcé des médecins, je supplie Votre Altesse Sérénissime de m’envoyer un congé pour aller en France. Je souffre de la poitrine par suite de la chute que j’ai faite le jour de la prise de Smolensk, et des rhumatismes goutteux se sont portés sur mes mains et mes pieds, au point de n’être propre à aucun exercice. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 mai, 2017 )

Une lettre du général LEDRU DES ESSARTS sur l’incendie de MOSCOU…

moscow.jpg

Elle est adressée à sa sœur, Mme Lepron, à La Flèche (département de la Sarthe). 

Moskow, 21 septembre 1812 

Depuis huit jours, nous sommes maîtres de la capitale de la Russie, mais un incendie, allumé par les Russes eux-mêmes et par acte de leur gouvernement, nous a privés d’une partie des ressources que renfermait cette ville immense. Moskow n’est plus qu’un amas de cendres et de décombres. Il est impossible de te peindre l’horreur du spectacle dont j’ai été témoin pendant plusieurs jours. Moskow, plus grande que Paris, à raison des nombreux jardins contenus dans son enceinte, renfermant une population de 300 000 âmes et des richesses incalculables, offrant des palais et des hôtels plus beaux et en plus grand nombre que ceux de notre capitale, une des plus importantes, une des plus belles villes de l’univers, a pour ainsi dire disparue avant-hier. Je le traversai avec ma division, et je fis près de trois lieues sans trouver une maison debout, à peine en reste-t-il quelques unes à l’extrémité des faubourgs. Le Kremlin, ou la cité, séparée de la ville par des glacis et un grand fossé, est encore intact ; c’est là qu’habite l’Empereur.  L’ennemi y a laissé 48 000 fusils neufs et une nombreuse artillerie de campagne. Les russes ont absolument perdu la tête, et nous ne pouvons concevoir comment, dans leur aveuglement, ils ont pu se déterminer à saper eux-mêmes la base de leur empire. C’est cependant une chose positive. Au moment de mon arrivée, tous les magistrats de police sont partie, avec les grands seigneurs, les riches propriétaires, négociants, banquiers, etc., laissant les maisons meublées et les magasins remplis de toutes espèces de marchandises précieuses. Ils ont  été suivis par un corps de  2000 pompiers ; 600 pompes à incendie ont été détruites. 3 000 ou 4 000 malfaiteurs, détenus dans les prisons ont été relâchés, et des torches remplis d’artifices leur ont été distribuées. 500 à 600 de ces malfaiteurs ont été surpris en flagrant délit et fusillés ; plus de 10 000 soldats, déserteurs ou traîneurs, ont été trouvés et pris.  La destruction de Moskow est une perte de plusieurs milliards. Pour la réparer, il faudra des siècles et un état prospère.  Je suis logé dans une abbaye grecque, bâtie contre une forteresse, sur les bords de la Moskowa, à un demi-quart de lieue de la ville, sur la chaussée de Riazan. J’y ai placé 60 officiers, 400 hommes, toutes les administrations et 500 chevaux d’artillerie. J’occupe les appartements de l’abbé ou pope; ils sont très propres et très recherchés. Par les meubles et les tableaux, je juge que l’abbé grec dit être galant et instruit ; il a bien tort de s’en aller ; je l’aurais protégé, et il n’eût éprouvé aucune avarie. Maintenant que l’incendie est éteint, on retire des caves voûtées les provisions qu’elles renferment. Les sucres, vins, eau-de-vie, riz, farines, cuirs s’y trouvent en abondance. Au moyen de quelques napoléons donnés en  gratification aux soldats, j’ai rempli mes deux fourgons et mes voitures de beaux pains de sucre, de café, de rhum et de riz pour tout mon hiver. Je fais fabriquer du biscuit et j’espère être au-dessus des besoins. J’ai là une chambre remplis des plus belles fourrures que les officiers m’ont données : l’astrakan, l’oursin [ourson, sans doute], le petit-gris, etc. Je ne sais qu’en faire. Combien j’aurais de plaisir à t’en envoyer, si un espace de 500 à 600 lieues ne me séparait de La Flèche. Pour t’en dédommager, je t’envoie ci-jointe une traite de mille francs.

Extrait de l’ouvrage de Jean-Louis Bonnéry et intitulé : « Ledru des Essarts, un grand patriote sarthois méconnu », (Le Mans, chez l’auteur, 1988). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 10 mai, 2017 )

La mort de Napoléon vue par le général Fantin des Odoards…

steubenmortdenapoleon.jpg

Strasbourg, 12 juillet 1821. 

Le grand Proscrit vient donc de succomber, sur le roc de Sainte-Hélène, à ses tortures physiques et morales, à ses tortures physiques et morales ! Combien cette nouvelle a dû réjouir cet infâme gouvernement anglais qui, par l’entremise de méprisable Hudson Lowe, comptait journellement les pulsations du cœur du héros captif pour jouir de sa longue agonie, pour calculer la fin probable de son existence ! Comme ils sont aujourd’hui gais et rassurés ces myrmidons couronnés dont le front porte encore l’empreinte des pieds de leur vainqueur ! Ce n’est que de ce moment qu’ils se tiennent pour bien assis sur leur trône, car bien qu’enchaîné au milieu de l’Océan, le Géant, qui si longtemps les fit trembler, était encore pour eux un épouvantail, un cauchemar permanent. Ils tremblaient chaque jour d’apprendre qu’échappé de sa prison lointaine ; il allait de nouveau apparaître dans cette France, terre des braves, dans cette Europe qui naguère était à ses ordres. Il est mort, l’arbitres de tant de destinées, et mort dans les fers ! Rien n’a donc manqué à sa destinée, rien, pas même l’adversité. Oh ! Que napoléon sera grand alors que, les haines, les rancunes et les préventions venant à s’éteindre, la postérité ne verra plus en lui que le plus étonnant génie des temps modernes.

Aujourd’hui l’homme de la France, il sera sans doute un jour celui du monde civilisé, car sa gloire appartient à toute la race humaine ; elle doit être cosmopolite. Le XIXème siècle sera dans l’ère de tous les peuples le siècle de Napoléon.

La fin de l’Empereur, que les feuilles publiques  viennent de nous révéler, a été un coup de foudre pour tous ceux qui, comme moi, avaient dans leur fanatisme, fait un demi-dieu du héros qui a porté si loin et si haut la gloire du nom français. Il nous semblait que Napoléon était au-dessus de l’humanité, qu’il ne pouvait pas mourir, que son corps devait être impérissable comme son nom ; et il est mort ! Voilà le roi des rois couché dans un cercueil !

Ses yeux ne lanceront plus d’éclairs ; sa présence et sa voix ,n’électriseront plus des armées ; un mouvement des sourcils du moderne Jupiter n’ébranlera plus le monde.  

Le « Journal » du général Fantin des Odoards avait été édité à l’origine en 1895, chez Plon.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...235
« Page Précédente  Page Suivante »
|