• Accueil
  • > Recherche : cabrera espagne
( 27 août, 2019 )

Les femmes à l’armée sous l’Empire…

Sur les flancs de l'armée...

Déjà, pendant la Révolution, de nombreuses femmes avaient accompagné les volontaires aux armées, les unes par patriotisme, les autres par attachement conjugal ou encore par intérêt, supputant les profits d’un négoce de bivouac ou de…la prostitution.

Il en fut de même pendant l’Empire. « Beaucoup de femmes suivant leur mari aux armées, soit que, par tendresse conjugale, elles ne voulussent pas se séparer d’eux, soit que leur modeste fortune ne leur permit pas d’entretenir deux ménages », écrit Elzéar Blaze dans ses « Souvenirs ».Leur présence ne manquait pas de provoquer des complications ; en Espagne et au Portugal, Masséna traîna à sa suite sa maîtresse, « la poule à Masséna » disaient les soldats. Cette présence fit naître maints incidents. Pendant la campagne du Portugal, ordre fut donné d’arrêter la marche des troupes. La donzelle avait oublié à l’étape sa perruche et l’escadron de service dut faire demi-tour pour aller la chercher !Ce fait est raconté par le général Roch Godart dans ses « Mémoires ». Encore un incident parmi tant d’autres : « Le quartier-général du prince [d’Essling, Masséna] resta à Guarda jusqu’au 29 mars 1811, jour où il manqua d’être enlevé par l’ennemi, notamment sa maîtresse, pour la sûreté de laquelle il fallut se battre, dans les environs et aux portes de la ville, tandis qu’elle s’occupait à faire ses paquets et à monter en voiture » (« Souvenirs  de  guerre et de captivité d’un page de Napoléon », par le vicomte de Barral.  Un jeuneofficier conta un jour à un camarade une mission dont il fut chargé, et qui consistait à escorter une favorite. Il termina en disant : « Comprends-tu maintenant de quoi j’ai eu peur ? Suppose qu’une des balles qui me sifflaient aux oreilles m’eut dit un mot en passant. Il faudrait ajouter à mes états de service : Blessé en Espagne, le 20 octobre 1812, en escortant la maîtresse du général X…  Quelle honte !  L’épouse du général Dorsenne, escortée par un fort détachement de fantassins fit un jour presser la course.  Les soldats durent courir derrière la voiture, par une lourde chaleur, de Burgos à Torquemada, ce qui fit qu’à l’arrivée, 800 hommes durent entrer à l’hôpital (rapporté dans l’ouvrage de Jan Morvan, « Le soldat impérial »). A la bataille de Médina del Rio-Seco, en juillet 1808, « le général Lasalle avait avec lui se femme et sa petite fille. Mme Lasalle a été dans une position affreuse pendant la bataille ; on a rapporté au village où elle était restée, le colonel Piéton tué, deux chefs d’escadron du même corps dangereusement blessés. Elle les avait vu partir à côté  de son mari pour aller à l’ennemi. Emmener sa femme à la guerre est un véritable tort. » (« Journal » du maréchal de Castellane).  La femme d’un jeune capitaine, Dupin, quoi était sous les ordres de Murat à Madrid, rejoignit son mari en 1808 emmenant avec elle sa petite fille à peine âgée de cinq ans. Le récit de cette équipée nous est parvenu grâce à l’enfant qui signa plus tard ses récit d’un nom célèbre : George Sand.

« Plus nous avancions dans notre trajet, plus le spectacle de la guerre devenait terrible… Nous atteignîmes notre but sans catastrophe, ce qui est presque miraculeux… Nulle part les Français n’étaient en sûreté contre ces nouvelles vêpres siciliennes ; et ma mère, portant un enfant dans son sein, un autre dans ses bras  n’avait que trop de sujets de crainte. » Le retour en France de Mme Dupin, avec sa fillette et un nouveau-né, ne fut pas exempt de dangers et de privations…  « C’étaient les villages incendiés, des villes bombardées, des routes couvertes de morts, des fossés où nous cherchions une goutte d’eau pour étancher une soif brûlante, et où l’on voyait tout à coup surnager des caillots de sang.

C’était surtout l’horrible faim et une disette de  lus en plus menaçante ». (George Sand, « Histoire de ma vie »). Des épreuves plus cruelles encore étaient réservées à la plupart des femmes qui vivaient humblement avec la troupe et partageaient volontairement son sort.  « Voyageant sur la route, elles étaient exposées ainsi que nous aux coups de fusil, et lorsque leur escorte les livraient à la merci des brigands espagnols, elles subissaient les plus infâmes traitements », raconte Blaze dans ses souvenirs. Elles n’échappaient pas aux supplices. « Les femmes, loin d’être épargnées, sont en butte à d’effroyables représailles. Les guérilleros estiment que leurs souffrances seront les plus vivement ressenties ; ils espèrent que leurs cris de détresse terrifieront l’ennemi abhorré. Le viol, le meurtre, ne leur suffisent pas ; ils mutilent atrocement leurs victimes pour jouir de leur longue agonie… Ne furent-elles pas courageuses entre toutes les femmes, celles qui affrontèrent de tels périls ?

Il est impossible de prétendre que l’amour ou l’intérêt seuls les guidèrent aveuglément. Elles n’ignoraient pas les risques à courir sur les routes d’Espagne, mais elles avaient le goût de l’aventure et elles se connaissaient une énergie morale qui égalait celle du soldat », écrit Raoul Brice dans son étude intitulée « Les femmes et les armées de la Révolution et de l’Empire ».  C’est en vain que Napoléon, à plusieurs reprises, donna des instructions pour les écarter, et en termes parfois sévères, tels ceux de son ordre du jour de Wurtzbourg du 3 août 1806 :

« Sa Majesté ordonne que les femmes et toute espèces d’embarras soient dirigés sur les places désignées pour les petits dépôts des corps… » Néanmoins, les « embarras » persistèrent et, comme on l’a vu, notamment en Espagne.

La plupart des femmes qui suivirent le corps du général Dupont furent, comme les hommes, victimes de la capitulation et partagèrent le sort tragique des prisonniers à bord des pontons et, quelques-unes, sur l’île maudite de Cabrera, qui, parmi les rares survivants, laissa de si tragiques souvenirs. 

Jean LOUVOIS.

Texte publié en décembre 1963 dans le bulletin de la  Société Belge d’Etudes Napoléoniennes (N°45). 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 12 juillet, 2019 )

Les PERTES FRANCAISES durant la CAMPAGNE d’ESPAGNE (1808-1814).

06505620.jpg

« L’écrivain Léon Meyniel, très bien disposé à l’égard de tout ce qui touche Napoléon estime que, dans l’affaire d’Espagne, les morts français s’élèveraient à 70 000. A quoi il y aurait lieu d’ajouter ceux des contingents étrangers, plus évidemment ceux de Cadix et de Cabrera. En tout donc à peu près 100 000. La proportion normale donnerait 200 000 blessés. Ce qui finalement aboutirait à un total de 300 000 hommes. Le lieutenant-colonel Clerc, lui, pense que nos pertes se sont élevées à 473 000 Français. Ce chiffre me paraître être trop fort pour les effectifs engagés.  Marbot est un témoin plus direct, au surplus sans aucun motif de partialité dans un sens ou dans l’autre.  Voici ce qu’il écrit : « Dans la péninsule ibérique, les français ont eu 200 000 hommes tués ou morts dans les hôpitaux ; auxquels il faut joindre les 60 000 perdus par nos alliés de diverses nations ».  A titre de comparaison, il est intéressant de remarquer que la guerre d’Espagne nous aurait, à nous seuls Français, coûté exactement deux fois plus que la guerre de 1870 alors que, au début du XIXème  siècle, notre pays était d’un tiers moins peuplé.  Quant aux Espagnols, ils calculent que, pour eux, ils auraient, d’une manière ou d’une autre, perdu 5 000 000 des leurs.  Pour une population total de douze millions d’âmes, la saignée se trouverait ainsi être très supérieure à celle de la France de 1914 à 1918.

On comprend qu’elle ait laissé un terrible souvenir ». 

Georges ROUX, (« Napoléon et le guêpier espagnol », Flammarion, 1970). 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2019 )

Louis-François Gille, un conscrit dans la campagne d’Espagne…

Gille

En avril 1807, alors qu’il ne se destine pas à une carrière militaire, Louis-François Gille est compris dans « la levée immédiate de la conscription de 1808 ». Après tirage au sort, et un ultime examen, en vain, auprès de plusieurs officiers de santé, le voici « Bon pour le service » ! Gille est tout d’abord fourrier, à la compagnie des voltigeurs du 6ème bataillon du 121ème régiment d’infanterie. Il se met en route pour Lille où se forme alors la 1ère Légion de réserve à laquelle il va désormais appartenir, reprenant peu de temps après ses fonctions de fourrier. Nous sommes en juin 1807. Quatre mois plus tard, le jeune soldat prend la direction de Bayonne où il arrive le 9 décembre. Gille pénètre en Espagne dans les derniers jours de l’année 1807. Il passe avec son régiment à Burgos, à Valladolid à Ségovie, puis à Madrid avant d’atteindre Aranjuez. Ces étapes donnent à l’auteur l’occasion de raconter de nombreuses anecdotes, et de faire partager au lecteur son quotidien. Il n’y a pas de temps mort dans ce témoignage. Gille, du haut de ses vingt ans note tout, et sait décrire le moindre incident, le moindre combat, le danger omniprésent ! Le 1er mai 1808 il est à Madrid et assiste au sanglant soulèvement qui marquera cette campagne. Le voici ensuite à Tolède, et à Manzanarès avant d’arriver dans les gorges de la Sierra-Morena. Puis c’est la bataille de Baylen à laquelle Gille consacre un long passage. Suite à la capitulation qui suit, l’auteur est expédié sur les sinistres pontons de Cadix avant d’être transféré dans l’île de Cabrera, lieu de déportation de tant de braves, magistral exemple de la cruauté des Espagnols pour leurs adversaires. Son récit passionnant s’achève après son transfert en Angleterre, au château de Porchester, en septembre 1810, afin d’y être enfermé. L’auteur ne revient en France que le 25 mai 1814 et passe au 31ème de ligne (le 26 août 1814).  Le 1er octobre 1815, il entre comme secrétaire des bureaux de l’administration à l’École royale militaire de Saint-Cyr qu’il quitte en 1828, avant de devenir magistrat à Paris; Gille occupera ces fonctions pendant trente ans, avant de s’éteindre le 2 décembre 1863, jour-anniversaire de la bataille d’Austerlitz…

Son témoignage fut publié la première fois en 1892, par son fils, Philippe Gille (1830-1901) qui fut rédacteur au « Figaro ». Ce livre connut à l’époque un certain succès [1].

C.B.


[1]. Première, deuxième et troisième éditions : Paris, Victor-Havard, Éditeur, 168, Boulevard Saint-Germain, 1892 ; quatrième édition, chez le même, en 1893. 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|