• Accueil
  • > Recherche : cavalerie ancien regime
( 12 septembre, 2020 )

Le capitaine de Maltzen. Lettres (3).

A sa mère.

Saragosse, le 13 juin 1809. 

J’ai à peine le temps, chère maman, de te dire que la brigade de siège part demain pour Burgos et de là se rendra devant Rodrigo, Vieille-Castille, pour faire le siège de cette place. Je passerai avec ma compagnie par Pampelune pour y prendre des approvisionnements de siège. Je t’écrirai de cette dernière ville, où nous resterons quelques jours. D’ici à un mois, je ne recevrai pas de vos nouvelles puisque mes lettres me seront adressées à Saragosse, d’où elles se rendront à Madrid et de là seulement à Burgos, parce qu’il n’y a pas de communication directe établie d’ici à Burgos ou devant Rodrigo, brigade de siège.

Adieu chère maman.

A sa mère.

Saragosse, 14 juin 1809.

Notre départ est différé jusqu’à nouvel ordre. Nous attribuons cela au renfort que l’ennemi a reçu hier au soir à 3 lieues d’ici. C’était une simple affaire d’avant-poste. Ne m’écris pas, chère maman, avant que je t’apprenne ce que je deviendrai. Le courrier va partie, adieu.

A sa mère.

Saragosse, 27 juin 1809.

Les journaux parleront probablement des exploits de notre général Suchet aux batailles de Saragosse et de Belchite qui est à 6 lieues d’ici.-3000 Espagnols étaient venus nous cerner à 3 lieues de nos murs. Le général a été très content qu’ils fissent ce mouvement parce que par là ils ont quitté une position que nous avions attaquée en vain et avec de vives pertes. Le petit échec que nous avons éprouvé à Alcaniz avait enflé leur orgueil au point que le jour de la bataille, ils avaient commandé leur dîner à Saragosse.

La brigade de siège part demain décidément pour Burgos et de là nous nous rendons à Ciudad-Rodrigo dont nous ferons le siège. La place  est assez forte, bâtie sur un roc et bien approvisionnée. C’est une route fort pénible à faire : nous traverserons un pays où il n’y a plus un habitant. Depuis 4 jours, je m’occupe des approvisionnements de siège et des moyens de transport ; je suis redu de fatigue.

Je crois qu’après le siège que nous allons faire, on ne nous laissera pas impunément sur les frontières du Portugal. On nous enverra probablement prendre Almeida, et d’autres places. Je crois qu’au mois de juillet toute ma promotion quittera les compagnies pour entrer dans l’état-major du génie. Je m’attends à être capitaine au mois de janvier prochain.

A sa mère.

Burgos, 12 juillet 1809.

 Nous sommes arrivés avant-hier, chère maman, et depuis ce temps, je ne suis pas encore parvenu à me faire loger un peu passablement. Les gens à leur aise paient la municipalité pour ne pas fournir le logement en sorte qu’on envoie la plupart des officiers dans les greniers. Il paraît que le siège de Ciudad-Rodrigo est différé à cause de la retraite du maréchal Soult qui a évacué le Portugal en perdant tous ses bagages et son artillerie. Le Roi est parti de Madrid avec quelques régiments, pour se mettre à la tête du corps du général Sébastiani et aussitôt son arrivée, on s’est retiré de la Sierra-Morena. Nos affaires vont mal en Espagne : on bat les Espagnols, mais on ne les détruit pas. Leurs armées sont toujours nombreuses, et sans l’Empereur et cent mille hommes de renfort, on ne fera jamais la conquête de cet immense pays.

A sa mère.

Burgos, 15 juillet 1809.

A force de courir, je suis enfin parvenu à me loger et très convenablement : je suis à la fois à la ville et à la campagne. Burgos commence à devenir agréable et nous attendons avec patience que les corps d’armée se mettent en mouvement pour nous permettre de commencer un siège. Le besoin de secours étranger à mes appointements se fait sentir. Le séjour de Saragosse m’a complètement épuisé. Tout y est d’une cherté excessive. Voici un échantillon : un pantalon de nankin revient à 30 fr., les souliers 10 f., les bottes 50 fr. Tout le reste en proportion.

A sa mère.

 Burgos, 8 août 1809.

Les préliminaires de paix qu’on dit signées  entre la France et l’Autriche, les préparatifs qu’on fiat pour recevoir l’Empereur, les cent bataillons qu’on vient de former et qui ont reçu l’ordre de se tenir prêts, tout cela annonce que l’armée d’Espagne va reprendre ses mouvements offensifs et que cette guerre depuis si longtemps commencée se terminera enfin avec la fin de l’année. J’ai été dégoûté de cette malheureuse Espagne principalement à cause de l’inactivité dans laquelle nous sommes restés depuis le siège de Saragosse et qui aurait duré un siècle sans les succès extraordinaires de l’armée d’Allemagne. Maintenant que  nous avons l’espoir de voir l’armée en état de bloquer quelques places pour nous ne laisser faire le siège, toute répugnance est dissipée et quelles que soient les privations qui nous sont imposées nous les supporteront avec une sorte de plaisir. Tel est le sentiment qui m’anime. Je désire que M. de Grouchy n’ait fait aucune démarche pour me tirer d’ici comme je l’en avais prié dans une lettre que je lui ai écrite de Saragosse en date du 4 juin. Il l’aura reçue au moment où les opérations d’Allemagne étaient sur leur fin, en sorte qu’il n’aura pas eu égard à ma demande à la quelle je ne l’ai prié de satisfaire que s’il croyait que la Hongrie résisterait.

…La moitié du temps, les envois de fourrages, vivres et vin particulièrement sont interceptés par des bandes de 3 à 400 hommes, et nous devons nourrir nos chevaux  à nos frais. Les deux repas que nous faisons nous coûtent 50 sols par jour en vivant avec la plus stricte économie et en employant ce qu’on nous donne des rations qui nous sont dûes.

Les officiers isolés qui reviennent du corps du maréchal Soult sont cousus d’or, on a distribué au moment de la retraite le trésor de l’armée aux soldats et officiers ; nous, nous sommes pauvres comme Job.

Adieu maman.

Altembourg, le 15 août 1809.

J’ai reçu, il y a quelques jours, mon cher Maurice, votre lettre du 11 juin par laquelle vous me témoignez votre désir de passer à l’armée d’Allemagne. Déjà, j’eusse fait des démarches pour la faire réussir si l’armistice et les négociations pour la paix ne m’avaient fait juger le moment tout à fait impropre à l’expression d’un désir ayant pour objet de sortir d’Espagne. Si la guerre recommence en Allemagne, ce qui sera décidé d’ici très eu de jours, je ferai alors ce qui dépendra de moi pour vous y faire parvenir, et au moyen d’un ordre d’urgence afin que votre voyage vous soit payé. Voici quelques lignes pour Suchet qui est, je crois, votre général en chef. Je souhaite qu’elles puissent vous êtes utiles.Vous apprendrez avec plaisir que l’Empereur a récompensé d’une façon éclatante les services que j’ai cherché à rendre depuis l’ouverture de la campagne. Il m’a nomme commandeur de l’ordre de la Couronne de fer, grand officier de l’Empire  et colonel-général des chasseurs. Votre amitié m’est un sûr garant de la vive part que vous prenez à ces événements si heureux pour moi.Donnez-moi de vos nouvelles, mon cher Maurice, je les recevrai toujours avec plaisir et vous assure que mon attachement pour vous vivra éternellement dans mon cœur.

 Emmanuel de GROUCHY.

Altembourg, 15 août 1809.

Je réclame de toi, mon cher Suchet, une preuve d’attachement à laquelle je mets le plus haut prix. C’est de faire tout ce qui sera en ton pouvoir pour l’avancement et les récompenses à accorder, quand il les méritera, à un jeune officier du génie attaché à ton armée. Il se nomme Maltzen et est lieutenant de sapeurs. Je l’aime comme mon fils et suis sûr de son zèle ; de son envie de faire, enfin de me rends garant qu’il méritera ta bienveillance, s’il est à même de se faire connaître de toi. Jusque-là crois-moi sur parole et fournis-lui des occasions de se distinguer. Tu verras s’il les laisse échapper. Il est rempli d’honneur et d’une noble ambition.

Je te félicite, mon ami, de tes brillants succès ; personne plus que moi ne prend part à ce qui t’arrive d’heureux. Je l’ai été fort de voir la fortune militaire sourire à tes travaux et couronner tes talents.

Je t’embrasse de tout cœur.

Emmanuel de GROUCHY.

A sa mère.              

 [Sans date]

Les dernières affaires qui ont lieu à Talavera près du Portugal, d’après les rapports de quelques ordres du jour, nous on fait croire que nous serions bientôt à même de cheminer vers Ciudad-Rodrigo et de commencer nos opérations. Mais, d’après le rapport des officiers qui se sont trouvés à la bataille, nous n’avons pas chassé les Anglais de leurs positions malgré quatre attaques réitérées sur des points où ils paraissaient inexpugnables. Le résultat est que nous avons eu 8 mille tués et blessés et que nous ne sommes  assez forts, ni pour attaquer l’ennemi dans ses positions, ni pour manœuvrer, sans risquer de nous diviser.

Aussi nous resterons ici, chère maman, encore quelque temps, avant que l’Empereur ne revienne ranimer l’armée par sa présence et n’y conduire cent mille hommes, nous serons trop heureux si nous pouvons garder le pays où nous sommes établis à présent. On vient de livrer une seconde bataille, on prétend que le maréchal Soult a passé le Tage pour couper la retraite aux Anglais et Portugais sur Lisbonne, mais n’ont-ils pas l’Andalousie ? Et s’ils voulaient, qui les empêcherait de venir ici dans la Vieille-Castille, pour se porter sur Santander, ou de remonter dans les Asturies par Jaccora  ? Madrid a été révolté pendant quelques jours lorsque l’ennemi était à deux journées de marche de cette capitale. On a chargé le peuple qui s’était rassemblé et tous les Français s’étaient réfugiés au Retiro. Le Roi a été très mécontent de ce tumulte et du mauvais esprit de sa capitale.

Les soldats sont réduits à boire ici de l’eau, ce qui augmente tous les jours le nombre des malades aux hôpitaux. Pour éviter le même sort, nous préférons payer 4 sols la bouteille et endurer un peu la soif. Le vin dans ces pays-ci est aussi nécessaire que le pain. On prétend que la paix n’est pas prête à se faire. Je crois pourtant que l’empereur François II acceptera toutes les conditions qu’on voudra lui imposer, à moins que la Russie ne se fasse médiatrice, ce qui serait singulier, puisqu’elle-même est puissance belligérante. Cependant il est de son intérêt de ne pas voir la chute totale de maison d’Autriche.

Hier, était la fête de Napoléon. Aucun habitant d’ici n’a mis le pied dehors ; on avait ordonné l’illumination, il n’y a eu d’éclairé que l’hôtel de ville et la maison de quelques officiers généraux.

Nous avons voulu prendre d’assaut le fort de Mont Jouy de Girone. Nous avons été repoussés avec mille hommes de perte et 4 officiers du génie blessés.

A sa mère.

Burgos, 28 août 1809.

Je n’ai été bien occupé que pendant quelques jours aux travaux de notre fort. Hors ce temps, j’ai toujours trouvé un moment dans le jour pour monter à cheval et faire une partie de piquet. Les derniers courriers de France, n’étant pas bien escortés, ont été dévalisés. Toute la route d’ici à Vittoria est encombrée de brigands que toutes les colonnes mobiles du monde ne détruiraient pas parce que ces bandes sont composées de gens qui rentrent dans leurs foyers au moindre danger ou qui se sauvent dans les montagnes et espèces de déserts qui se rencontrent fréquemment dans les provinces mêmes les plus fertiles de l’Espagne. Ces gens font leur fortune à ce métier sans courir le risque de se déshonorer aux yeux de la plupart de leurs concitoyens, sous le prétexte de servir leur roi et leur pays en nous inquiétant et ne nous forçant d’être toujours sur nos gardes. Ils lèvent des contributions et sont censés employer leurs fonds à s’armer et à s’équiper tandis que qu’ils ne font qu’amasser. Tous les mécontents dans nos armées vont s’enrôler dans ces bandes-là, dans l’espoir d’y faire fortune et d’aller ensuite en Angleterre. J’ai perdu récemment un des bons sujets de ma compagnie qui a douze ans de service et qui s’est laissé embaucher.

 J’ai reçu des nouvelles de la dernière promotion qui s’est faite dans notre armée et des mouvements qui y ont eu lieu en Espagne. Depuis un an, il a disparu de nos armées ici tant par la mort que par les officiers blessés qui sot rentrés en France et quelques-uns seulement qui ont été appelés en Allemagne… Devine, maman, 85 officiers. J’oublie de compter ceux qui par des maladies ont été aux bains de Barège et de Bagnères. Je me trouve le 17ème lieutenant de l’arme. Ainsi, si en janvier on fait ce nombre de capitaines, j’en suis.

Décidément tout ce qu’on a mis dans les gazettes au sujet de la défaite des Anglais à Talavera est exagéré. Nous nous sommes bien défendus. Nous avons pris de l’artillerie à l’ennemi et quelques milliers de leurs blessés qui ne font que nous embarrasser, mais nous ne les avons pas battus. Tout ce que nous gageons, c’est qu’ils vont nous laisser quelque temps tranquilles, c’est que nous demandons, puisque, dans tout l’Espagne, nous sommes sur la défensive.

—–

A sa mère.

Burgos, le 7 septembre 1809.

Par de nouveaux ordre de S.M.I. nous partons pour Madrid, laissant ici tous nos approvisionnements de siège ; on ne parle plus de Ciudad-Rodrigo. D’ici à ce que les affaires prennent une autre face, nous ne serons occupés que de travaux. Je crois qu’on a l’intention de fortifier de plus ne plus le Retiro. Nous ne serons guère  rendus dans la capitale que le 20 de ce mois. Je ne suis pas fâché de voir cette ville, quoique j’aie contracté mes habitudes ici. A Madrid il faudra vivre mal et chèrement. Quelques bruits de paix courent ici. Paix avec l’Autriche bien entendu. Dieu le veuille, sans elle nous serons bien à plaindre en Espagne ; mais si elle se fait nous marcherons de victoire en victoire.

 La route directe d’ici à Madrid n’est pas praticable ; il n’y a pas de poste française.

Pour te faire juger de la cherté des moindres objets je te dirai que j’ai fait faire quelques mouchoirs de poche : les miens m’ayant été pris à Saragosse. Ils me reviennent à 6 livres 10 sols la pièce et la toile est loin d’être belle. La toile absolument grosse n’est pas hors de prix mais on ne peut rien acheter que des objets qui viennent de l’étranger. Burgos a été pillé (généraux, officiers, soldats, tout pillait) pendant 52 jours. Juge, maman, si les malheureux habitants cherchent à nous écorcher et si on leur a laissé quelque chose ! Si j’avais 100 mille francs maintenant, dans 3 ans j’aurais au moins 100 mille écus. Tous les biens des couvent se vendent à vil prix, tout ce qui a de l’argent comptant achète, hormis les Espagnols qui sont craintifs. Quel malheur d’être pauvre, il n’y a que les riches qui s’enrichissent !

Un commandant de place d’une petite ville entre Burgos et Valladolid  vient d’acheter avec 8 mille livres, qui composaient toute sa fortune un petit bien qui lui rapporte net 500 douros par an. On a parlé ici en l’air de la nomination de M. de Grouchy à la place de colonel-général des chasseurs. Si cette nomination était vraie, j’en sauterais de joie. Cela désolerait bien notre gros alsacien, Hug.

—-

A sa sœur.

Madrid, 1er octobre 1809.

A peine suis-je arrivé ici, ma chère amie, qu’on m’emploie au Retiro, comme je l’avais prévu, en partant de Burgos. Les fortifications qu’on avait déjà commencées l’année dernière prennent un air militaire, plus de 1,000 hommes sont employés à divers ateliers, et avant 6 mois d’ici, le fort sera en état d’occuper pendant plus d’un mois une armée de 30,000 ennemis. Sans les batteries formidables qui y sont placées, la ville se serait entièrement soulevée lorsque Venegas marchait sur la capitale avec 40,000 hommes. En m oins de 48 heures on la réduirait en cendres. Il est impossible d’être plus détesté  que nous le sommes ici : le mot de Français fait horreur à tout habitant, en sorte qu’en venant dans une maison on ne peut d’abord avoir la moindre relation avec ses hôtes, mais à mesure qu’ils vous connaissent, ils deviennent plus traitables et s’habituent à vous. Si vous êtes remplacé dans la maison que vous venez de quitter, votre successeur aura à souffrir des mêmes mauvais procédés et passera successivement par les mêmes veines de faveur.

J’aurais désiré, en arrivant ici trouver quelques personnes de connaissance qui fut à même de me présenter quelque part. Je suis logé après avoir eu seize billets de logement et couru pendant trois jours de suite, dans une maison abandonnée. Je te la souhaiterais chère Henriette, à Paris. Je n’y ai trouvé que quelques meubles, mais comme je n’y couche pas, cela me suffit. Le Retiro nous est assigné pour passer les nuits, on nous a donné l’ancien palais des Rois, en sorte que nous reposons sous des lambris dorés, mais avec les quatre murs. J’ai été obligé de louer un matelas pour ne pas coucher sur le pavé. La ville, sous le rapport des édifices, des maisons particulières, de la largeur et de la propreté des rues est une des plus belles que j’aie vues. Sans qu’elle soit aussi grande que Paris., il suffit de faire quelques courses pour être fatigué. Quelque plaisir que je trouve à me promener sur le Prado, mes jambes ne souffrent pas que j’y reste longtemps, les fatigues de la journée me privent de toute espèce d’amusement le soir. Je n’ai point encore vu les spectacles ; le seul supportable qu’il y ait est celui des italiens, où l’on trouve d’assez bonne musique et des acteurs passables.

 … Si nous sommes obligés par la suite de faire une retraite, nous ne le devrons qu’à la friponnerie, à la rapacité, à l’insatiabilité de la plupart de nos généraux et des commandants de place. Le vol chez eux est à l’ordre du jour. Ils ne cherchent qu’à sucer le peuple, à lever des contributions, qu’à s’enrichir et à s’en aller ensuite. Leur conduite est révoltante. Pourquoi l’Empereur n’est-il pas instruit des désordres qui se commettent ici ? Que sa présence serait nécessaire dans cette contrée ! Il est d’inévitables abus dans une armée aussi nombreuse et disséminée sur une grande étendue de terrain, mais il n’est guère possible d’imaginer les excès qui se commettent. Et voici la conséquence : nous indisposons de plus en plus les habitants contre nous, l’armée des insurgés, malgré ses pertes, grossir de jour ne jour et la nôtre diminue. Enfin, nous nous ôtons toute espèce de ressource pour la subsistance de nos troupes, en éloignant les cultivateurs, les commerçants, etc., de leurs foyers. Les chaleurs que nous avons éprouvés en route et qui se font journellement sentir ici sont insupportables. Nous avons été assez ménagés pendant quelque temps. Il semblait que le soleil voulait nous épargner, mais il n’a fiat que concentrer ses rayons pour nous brûler ensuite.

On parle ici de la réorganisation d’une nouvelle brigade de siège pour se rendre en Aragon ; on fait des préparatifs à Saragosse pour le siège de Lérida. Mais on en parle depuis si longtemps que je n’y croirai que lorsqu’on aura ouvert la première parallèle.

Je compte écrire au général de Grouchy pour le remercier de sa lettre au général Suchet. On m’a donné un billet del logement pour la maison où son fils Alphonse[1] a demeuré, mais actuellement le maître de la maison a une exemption.

Depuis dix mois, on accordait beaucoup de permissions aux officiers sous différents prétextes. L’armée se dépeuplait en généraux et en officiers. L’Empereur vient récemment d’ordonner à tout Français qui aurait quitté l’Espagne, d’être de retour avant le 1er novembre et de faire passer par un conseil de guerre quiconque ne se conformerait pas à cet ordre, de sorte que nous voilà emprisonnés indéfiniment au-delà des Pyrénées.

 —

A sa sœur.

Madrid, le 16 octobre 1809.

Nous venons de recevoir la nouvelle, ma chère Henriette, que toute ma promotion a été placé dans l’état-major du génie, en vertu des nominations du mois d’août dernier, et que, au lieu d’être le 17ème de l’arme, je suis le 13ème lieutenant, mais je n’ai pas encore reçu d’ordre du ministre de quitter ma compagnie. Je l’attends d’un instant à l’autre. Ce changement me rapproche des capitaines et augmente ma paie de 250 francs, en sorte que je touche maintenant 1,500 fr.

Nous ne savons aucune nouvelle d’Allemagne ; quelques personnes parlent de paix, mais cette heureuse nouvelle ne se confirme pas. Quand donc l’Empereur s’occupera-t-il un peu de nous ?

J’ai reçu, il y a quelques jours, une lettre de maman adressée directement à  Madrid, où elle me mande que tu as écrit au général de Grouchy pour qu’il m’envoyât une lettre de recommandation pour le gouverneur. Je te remercie de cette attention, ma chère Henriette, mais je crains que M. de Grouchy ne se fatigue de m’entendre parler de moi que l’importuner. Je sais qu’il le fait avec plaisir mais j’aurais voulu réserver sa protection pour des choses plus utiles que pour des lettres de recommandation, qui, en général, produisent l’effet de l’eau bénite.

Si la paix se fait, il y aura beaucoup de militaires qui, passant par le France, viendront à l’armée d’Espagne. Je voudrais, ma chère Henriette, que tu profitasses d’une de ces occasions pour m’envoyer deux aunes de drap bleu qu’on ne trouve pas ici à moins de 95 fr ; l’aune.

Dans quel corps est donc ce jeune Saint-Chamans[2] et quel est donc son secret pour envoyer de l’argent en France ? Quel qu’il soit, je ne voudrais pas le posséder, il doit lui faire peu d’honneur ; pour ne pas dépenser ses appointements, il faudrait qu’il fut colonel ou dans la Garde du Roi, ou aide-de-camp, ou voleur. Le reste de l’armée périt de misère. Ceux qui peuvent avoir quelques ressources de France les emploient pour ne pas sacrifier leur santé. Les autres vivent de pain des d’eau, pour ainsi dire. Leur costume fait honte au gouvernement : les rations ne se composent que de mouton. Le mauvais vin coûte ici 5  réaux (1fr.30 c.), la paire de bottes, 60 piécettes (63 fr.), etc. Personne ne reçoit de gratification, qu’on soit à Madrid ou non ; la Garde du Roi exceptée, qui dort sur des matelas tandis que le pauvre soldat français à l’hôpital, couche sur le pavé ou sur un peu de foin que ses camarades peuvent lui procurer.  Il faut être témoin de tout ceci pour le croire. Je ne puis me figurer que mes yeux ne m’ont pas trompé. Quand viendra l’Empereur ? Sa pauvre armée dépérit.

Adieu, chère amie 

A sa mère.

Madrid, ce 23 octobre 1809.

Me voici de nouveau en campagne, ma chère maman… Je viens de recevoir l’ordre de me rendre au 6ème corps comme lieutenant d’état-major du génie. Le corps qui a été commandé jusqu’à présent par le maréchal Ney le sera maintenant, nous le croyons, par le général Dessoles[3], et se trouve près de Salamanque, mais il va remonter vers Valladolid ou au-dessus ou probablement vers Rio Secco, où les anglais viennent de prendre position. Voici un siècle que je n’ai reçu de vos nouvelles, un nombre prodigieux de courtiers a été pris par les brigands, en sorte que je n’ai pas l’espoir de recevoir les lettres adressées à Burgos.

Valladolid, 3 novembre [1809]

Je n’ai pas envoyé ma lettre, parce que les courriers n’ont pas pu passer pendants plusieurs jours et j’ai préféré la porter de Madrid à ici. Le 25 octobre, le général Levy me donna contre-ordre, et me dit que les besoins du service exigeaient que j’aille à Saragosse. Juge, chère maman, combien ce changement me contrariait puisqu’il faut six semaines pour faire ce voyage et que l’armée d’Aragon n’agit pas. J’aurais été commandant en 2ème de la place, ce qui eût été trop pacifique pour moi, mais on est revenu enfin à me faire suivre ma première destination. Mon corps d’armée vient de perdre une bataille près de Salamanque où il a laissé 2,000 hommes. Il a fait sa retraite et se trouve à dix lieues d’ici. Je partirai demain pour le joindre. La moitié des courriers est enlevée à 50 pas de l’escorte avec laquelle on marche, ou est souvent fusillée.

J’ai écrit au général de Grouchy, pour le remercier de sa lettre au général Suchet, et le féliciter du succès de ses travaux[4]. Je serais fâché que ma lettre fut prise et il me taxerait à tort d’inexactitude.

A sa mère.

Salamanque, 15 novembre 1809.

Les derniers mouvements qu’a faits l’armée de la haute Espagne pour reprendre les positions qu’elle avait abandonnées, par suite de la bataille de Tamamès, ont interrompu les communications entre Valladolid et Salamanque. M. Conchès, commandant le génie au 6ème corps, me garde ici : je n’ai qu’à me louer de l’affabilité et du charmant caractère du chef sous les ordres duquel je sers.

Nous resterons dans nos positions jusqu’à ce que notre corps soit renforcé par les troupes qu’on dit venir de France et par la présence de l’Empereur. Le moment est attendu avec une vive impatience. C’est alors seulement qu’on recommencera à manœuvrer. Depuis son absence, les batailles qu’on a livrées n’on été à quelques exceptions près que des boucheries om les généraux, abusant de la bravoure du soldat français, ne connaissaient pour toute manœuvre que le mot « En avant ! »

Le général Marchand[5], qui commande notre corps en l’absence du maréchal Ney, reçoit environ moitié de ses courriers.

A sa mère.

Toro, le 20 novembre 1809.

Nous voilà à travers monts et vallons, abandonnant de nouveau nos positions par une retraite précipitée. Quelques mouvements que l’ennemi a faits sur notre droite et l’incertitude sur les véritables forces des Espagnols, ont forcé le général Marchand à se couvrir par le Douro. Demain, nous marcherons sur Tordesillas où le quartier-général sera transféré et là nous attendrons que notre corps d’armée soit renforcé pour marcher en avant. Tous les jours depuis que la paix est faite, on nous annonce des renforts ; ils ne viennent pas. Nous avons marché toute la nuit pour mettre notre arrière-garde à l’abri des poursuites de l’ennemi qui paraît s’aguerrir tous les jours. Demain, je finirai ma lettre.

Bonsoir.

—-

Tordesillas, 22 novembre [1809].

On nous annonce, pas officiellement, mais par quelques lettres particulières que le maréchal Marmont viendra prendre le commandement de notre corps d’armée[6]. Tout le monde regrette le maréchal Ney qui avait la confiance du soldat. Son successeur sera reçu froidement ; il paraît généralement peu aimé de ceux qui le connaissent. Je crois qu’il est assez lié avec le général de Grouchy. Cela ma paraît étrange d’après le peu de conformité qui existe entre les caractères des deux généraux[7].

Le général Marchand a contre lui la faiblesse d’écouter tout le monde ; il avait fait les meilleurs dispositions à la bataille de Tamamès qu’il n’eut le malheur de perdre que parce qu’il se laisser donner de mauvais conseils.

A sa sœur.

Salamanque, le 30 novembre 1809.

Depuis bien longtemps je n’ai pas causé avec toi ma chère Henriette. Tu sais pourquoi sentant ce besoin, je ne l’ai pas satisfait plus tôt. Souvent je commençais une lettre, persuadé que c’était à toi que j’écrivais mais le mot « chère maman » m’échappant par habitude ou par distraction, il fallait mettre une autre adresse que la tienne. Nous voici enfin revenus ici après une petite campagne de 12 jours bien fatigante et pénible. J’ai parlé à maman des motifs de notre retraite ; nous ne comptions pas prendre l’offensive avec l’ennemi avant qu’il ne nous fût arrivé des renforts d’Allemagne ou de France, mais la bataille d’Aranjuez a changé les résolutions du général Kellermann, commandant les troupes du 6ème corps et de Valladolid réunies[8]. Le 25, il ordonna de marcher en avant pour suivre l’ennemi qui battait en retraite à marches forcées, et était fort de 40,000 hommes.

Le 28, nous l’atteignîmes à 4 lieues d’ici, près d’Alva, où 10,000 hommes se formèrent sur un plateau avec de la cavalerie et 12 pièces de canon afin de protéger la retraite du reste de l’armée dans les montagnes. Nous, dragons, chasseurs et hussards au nombre de 2,000 et commandés par le général Kellermann en personne attaquèrent les bataillons carrés de l’ennemi, après avoir essuyé tout leur feu. Un seul fût enfoncé et haché en pièces, un autre, témoin de ce spectacle, épouvanté du sort de ses malheureux compagnons, jeta les armes et s’enfuit. Mais la moitié des fuyards furent atteints, on en fit un carnage horrible. Après cette première attaque, il fallut rallier notre cavalerie. Cette manœuvre donna le temps aux Espagnols de passer le pont d’Alva et de battre en retraite. Cependant, notre artillerie balayait leur chemin et notre première brigade d’infanterie atteignit leur arrière-garde dans la ville. Avant d’arriver sur le champ de bataille nous avions fait 12 lieues, nos chevaux tombaient de fatigue ; malgré cette forte fatigue et un chemin pierreux, nos troupes montrèrent un courage héroïque. Le 3ème, le 10ème et le 25ème de dragons se sont particulièrement distingués. Nous avons perdu peu de monde et j’ai vu plus de 1,000 ennemis étendus sur le plateau. Le duc del Parque nous laissera, j’espère, un peu reposer ici ; nous en avons tous besoin. Le pain nous a manqué 3 jours, la guerre que nous faisons ici est à mort, le soldat n’entend plus raison, il tue tout. Le peu de prisonniers qui sont en notre pouvoir, c’est nous, officiers qui les avons faits. Nos collègues ennemis ne sont pas si généreux. Ils sont les premiers à s’enfuir dans le combat et les premiers à nous tuer quand nous sommes sans défense.

L’animosité qui règne entre les deux nations est impossible à décrire. Il est vrai qu’on ne peut pas faire la guerre à un plus vilain peuple que celui-ci. Voici un trait de sa délicatesse : je sauvai dernièrement une riche maison d’un village, près de Toro, du pillage. J’étais au milieu de soldats armés qui me voyant seul hésitaient s’ils devaient m’obéir ou me tuer. Par ma fermeté je parviens à les chasser, brisant mon sabre sur eux. Je venais de faire 6 lieues, mourant de faim et de soif. Ceux auxquels je venais de sauver leur fortune le savaient et firent force difficultés pour me donner un morceau de pain et me préparer une tasse de chocolat.

Le maréchal Marmont ne viendra décidément pas prendre le commandement de ce corps, nous voudrions tous que ce fut le maréchal Ney, qui s’est fait regretter de tous.

Voici deux mois que je n’ai de nouvelles de personne. Que toi ou maman me donnent des nouvelles du général de Grouchy, je désirerais vivement qu’il prit un commandement en Espagne. Je me ferais attacher par le général Levy au corps qu’il commanderait.

A suivre…


[1] Le maréchal de Grouchy eut de sa première femme, Mlle de Pontécoulant, deux fils. L’aîné, Alphonse-Frédéric-Emmanuel, né en 1789, entra au service en 1806 ; il était colonel en 1813. Le 17 juin 1809, il était capitaine au 1er chasseurs à cheval. Il est mort à Paris en 1864, général de division, sénateur et grand-croix de la Légion d’honneur. Le second fils du maréchal, Victor, né en 1796, est mort à Paris en 1864, général de division, grand officier de la Légion d’honneur. (Note du Vte de Grouchy).

[2]  Alfred de Saint-Chamans (1781-1848), alors chef d’escadrons et aide-de-camp du maréchal Soult. Ce futur général a laissé des  Mémoires qui furent publiés la première fois chez Plon, en 1896.

[3]  Le général Jean Dessole (1767-1828).

[4] Le général de Grouchy avait été nommé à l’armée d’Italie le 9 novembre 1808 et autorisé à se rendre à Paris, le 20 octobre 1809. (Archives du Ministère de la Guerre). Note figurant dans l’édition de 1880.

[5]  Le général Jean Marchand (1765-1851). Cet officier commandait provisoirement le 6ème corps depuis le 27 septembre 1809. C’est ce même personnage, à Grenoble, en mars 1815,  qui essaiera de s’opposer à Napoléon de retour de l’île d’Elbe.

[6] Il faudra attendre le 9 avril 1811 afin que ce maréchal soit nommé au commandement du 6ème corps  à la place de Ney. 

[7] Dans ses « Mémoires », le duc de Raguse s’est montré plus que dur pour le maréchal de Grouchy. (Note du Vte de Grouchy).

[8]  Le général François Kellermann (1770-1835), fils du maréchal.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 septembre, 2020 )

Le capitaine de Maltzen. Lettres (2).

A sa mère.

Au Monte-Torrero, 22 février 1809.

Nous sommes enfin maîtres de Saragosse, chère maman. Je ne suis pas le premier à t’annoncer cette nouvelle, elle sera probablement sue à Paris, trois semaines avant la réception de ma lettre. Les canons des Invalides vous annonceront dans quelques jours que ce siège affreux est terminé. Nous attendons d’un jour à l’autre des ordres pour quitter l’Aragon. Je ne sais où on nous enverra. Nous présumons que c’est devant Valence, si cette ville ne s’est pas rendue, mais il est probable que la prise de celle-ci abattra les esprits de tous les fidèles serviteurs de Ferdinand VII. Saragosse  était le mot qu’ils nous jetaient toujours en avant lorsqu’on leur parlait des affaires d’Espagne. Nous sommes entrés dans la partie de la ville que nous n’avions pas conquise, après avoir vu défiler plus de 20,000 hommes, tant troupes régulières que paysans ; toutes les rues sont désertes et remplies de cadavres. Sur chaque porte on voyait des femmes et des enfants sans asile, pleurant, pourtant de faim, la mort sur la figure. Les maisons sont percées par les bombes. On ne sait ce que sont devenus les 60,000 habitants d’une des plus florissantes viles d’Espagne. On n’a pas mis d’ordre dans la manière font on été distribués les postes militaires dans les différents quartiers. Beaucoup de soldats se sont portés au pillage. On m’a offert des mulets de 25 louis pour 30 francs. Je n’ai pu faire ce marché, ne trouvant de fourrage nulle part. Les soldats commettent des excès qui les enrichissent. Les ordres les plus sévères, donnés pour les empêcher ne produisent pas d’effet. Les maisons que nous avons prises avant la reddition de la place étaient remplies de beaux meubles de toute espèce. Je suis possesseur d’un piano de toute beauté. Si je pouvais vous l’envoyer, mes chères dames, je suis persuadé qu’Henriette deviendrait musicienne. Si je suis en garnison à Saragosse, j’entrerai en marché avec mon hôte.

Je suis entré ce matin dans le palais de Palafox, ce misérable vient de mourir[1] dans une cave, dans les bras de Don Bazile, moine fanatique qui mériterait mille fois la mort. Mais le pardon est accordé aux plus grands scélérats. Cette mesure, quoique fâcheuse, est cependant dictée par la politique.

Il est impossible de faire la description de cet horrible siège et des dangers que nous avons courus, nous étions, au commencement, 35 officiers du génie ; 27 sont hors de combat à présent, tant tués que blessés. Tous les jours on montait à l’assaut par la brèche de quelques bâtiments, et il était rare qu’un des nôtres n’y versât pas son sang. Ce qu’il y avait de cruel, c’était de se voir blessé dans des endroits où on se croyait en sécurité. Je suis resté souvent dans des chambres dont les croisées étaient barricadées; les balles sifflaient à mes oreilles en passant par de petits créneaux et remplissaient ma figure d’éclats et de poussière. Enfin le siège de Saragosse offrira matière à l’Histoire.

Le 25 [février 1809].

Il court quelques bruits ici sur notre retour en France, et d’autres sur notre départ pour Valence. Cette dernière ville n’attendait  pour faire sa soumission que la reddition de Saragosse et d’après ce qui s’est passé, nous ne croyons pas que nous ferons ce nouveau siège. Celui de Tortosa  nous pend à l’oreille. Mais au moins ce sera un siège humain, d’après tout ce que nous pouvons présumer ; dans tous les cas, je te ferai part de tout ce qui pourrait m’arriver de nouveau. Pardon si je te parle si longuement d’affaires de guerre mais j’en ai  la tête remplie. Ne crois pas que nous ayons un instant de repos depuis que la ville s’est rendue. Tous les jours, non nous emploie à des travaux qui nous font regretter les jours de tranchée. On ne recueille que de la fatigue et de l’ennui.

Je suis étonné que tes lettres soient arrivées saines et sauves : les routes sont infestées de brigands. Pour que nous puissions avoir de nos nouvelles réciproquement, il faut nous écrire souvent.

Je t’avais annoncé la mort de Palafox, il est encore vivant, mais son ami Don Bazile a été fusillé hier. J’en reviens encore à Saragosse pour te dire qu’il y aura beaucoup de récompenses accordées pour les ingénieurs employés à ce siège. Tous ceux qui y auront été blessés auront probablement la croix. Beaucoup d’autres, non atteints par les balles ennemies, seront décorés aussi, mais leurs demandes sont appuyées par des sièges et des batailles en Allemagne et par 2 mois de tranchée devant Saragosse ; je n’ai rien de tout cela à offrir ; mais j’espère obtenir de mon chef d’attaque un certificat qui m’a été promis comme quoi j’ai conduit avec zèle, intelligence et bravoure toutes les opérations dont j’ai été chargé ! Cette note me servira en temps et lieu. Je désirerais voir Madrid avant de quitter l’Espagne, et faire quelques sièges qui me missent à même de ne pas revenir en France sans garniture à la boutonnière. Pour ce qui concerne les affaires de finance, nous nous ruinons tous ne Espagne. Je comprends dans ce nous les honnêtes gens, car il y a des pillards qui reviennent tout cousus d’or et qui n’ont pas rougi de demander la bourse et les chevaux à des officiers espagnols prisonniers de guerre. Nous ne pouvons pas vivre avec les mauvaises rations qu’on nous donne, de sorte que nous sommes obligés de nous adresser à des cantiniers qui vendent par exemple, 24 sols une chandelle, 7 francs la livre de fromage, 8 fr. celle de jambon, 9 fr. celle de sucre, 1 fr. la bouteille de vin, 6 sols la feuille de papier, etc. etc. Quelle différence de ces prix avec ceux des meubles et effets pris dans les maisons conquises à Saragosse ! J’ai vu vendre 3 fr ; des glaces de 25 à 30 livres. Les cantiniers revendent maintenant ces objets aux malheureux habitants de la ville, en sorte qu’ils gagnent l’impossible.n Je n’ai pas encore vu le général Junot. Il demeure à une lieue d’Espagne du mont Torrero. Je suis allé lui rendre visite trois fois sans avoir pu le rencontrer. Il est venu quelque fois à la tranchée en baissant la tête à tout instant, et étant inquiet partout où on le conduisait. Cela m’a étonné ; j’étais de service, il me questionna et m’ordonna de lui montrer où nous ne étions. Pour le conduire aux maisons les plus avancées dont nous étions maîtres, il fallait traverser une cour plongée par un clocher ennemi et où l’on jetait plus de 50 grenades par heure ; je l’avertis du petit danger qu’il y avait à courir, en l’invitant à se presser. Je pris les devants. Il se dispensa de me suivre en me disant qu’il voyait bien jusqu’où nos possessions s’étendaient. Du reste, il est brutal comme un grenadier et très haut avec tout ce qui l’entoure ; Avant-hier, i la traversé la ville à cheval à la tête de son état-major, de sorte qu’il accabla de coupes de canne, ma à propos, tous les soldats et sous-officiers qui le gênaient en chemin.

Depuis que je suis en Espagne, même dans les Pyrénées, il n’a pas fait froid un seul jour ; les chaleurs sont insupportables depuis le commencement de ce mois. J’ai trouvé des violettes à Tolosa le 28 janvier.

A sa mère.

Saragosse, le 4 mars [1809].

… Je pars pour une expédition. Je n’ai à moi que quelques instants…

A sa mère.

13 mars 1809. Monte Torrero, devant Saragosse.

…Ne crois pas que depuis que le siège est fini on nous laisse le temps de respirer. Journellement je suis en butte à des tracasseries de service. Cela tient à ce que je suis employé dans une compagnie ; tous ceux de mes camarades employés à l’état-major jouissent du plus parfait repos jusqu’à nouvel ordre ; et cet ordre tarde bien à arriver. Voici les conjectures que l’on forme sur la destination d’une grande partie de notre brigade du génie. On présume que nous serons employés à faire le siège de Lérida, Tortosa, Jaca ou Gérone ; ce qui nous conduira jusqu’à la fin de mai et qu’alors nous traverserons la France pour nous rendre au camp de Valence, s’il n’est pas dissous à cette époque, et dans ce cas en Allemagne. Je ne suis pas encore depuis assez longtemps en Espagne pour désirer porter mes pas sur un autre théâtre de la guerre en sorte que je verrais avec déplaisir peut-être notre retour précipité en France ; Il est possible cependant que quelques compagnies de sapeurs se dirigent sur Bayonne ou Perpignan si les proclamations du roi Joseph font leur effet sur les partisans.

M. le duc d’Abrantès n’est jamais visible. Je me suis présenté chez Son Excellence dix fois sans avoir pu remettre mes lettres. Comme Elle demeure à une grande distance d’ici, je me suis lassé de mes courses d’autant qu’elles ne peuvent m’être d’aucune utilité, tant que je serai attaché à ma compagnie. Je garderai cependant mes lettres dans mon portefeuille.

Adieu, chère maman, les choses les plus tendres à ma chère Henriette, et à toutes les personnes qui me sont chères. M. de Grouchy est mieux que de ce nombre.

A sa mère.

Saragosse, 19 mars 1809.

Nous allons nous rapprocher de la France, chère maman, demain nous partons pour faire le siège de Jaca. Je n ‘ai qu’un instant pour te communiquer cette nouvelle. Il est à présumer que ce fort ne nous fera pas languir aussi longtemps que Saragosse. Le maréchal Lannes ne nous donne que 10 jours pour nous en emparer. Ce temps est trop court ; lorsque tu recevras cette lettre, la place sera déjà prise et immédiatement après la reddition nous nous porterons ailleurs. Ainsi, je ne sais où tu pourras m’adresser tes lettres. Écris-moi toujours à Saragosse. Si la guerre avec l’Autriche se déclare décidément, nous pourrons, je crois quitter l’Aragon. Dans peu de temps nous saurons à qui nous ne tenir.

A sa mère.

Huesca, 15 avril 1809.

De quinze lettres que tu dis m’avoir écrites, chère maman, voici la dixième que je reçois, celle datée du 18 mars. Je ne reçois que la moitié des lettres qu’on m’écrit. Je reviens d’une expédition que nous venons de faire avec 200 sapeurs et 100 cuirassiers contre 12 à 1500 brigands commandés par Perena. Il n’a pas osé tenir la plaine. Nous l’avons poursuivi dans les montagnes où une partie de sa troupe l’a abandonné ; on parle de notre prochain départ d’ici : si c’est pour courir les champs de l’Espagne ou faire des sièges, j’en serai fâché, car nous sommes dans la ville la plus riche de l’Aragon et dans un joli pays fertile où rien ne nous manque avec notre argent. Faire la guerre en Espagne est une triste chose pour les finances : partout on nous donne des rations, ce qui fait que pour vivre un peu mieux que le soldat, il faut faire de la dépense.

Nous attendons avec la plus vive impatience quelque chose de décisif sur notre destination ultérieure ; les affaires d’Espagne marchent avec lap lus grande lenteur. A un général n’a carte blanche, en sorte que tout est conduit par le cabinet de Saint-Cloud. Il reste encore Lérida, Mequinenza et Tortosa dans la Catalogne seule à prendre, et le corps du Maréchal mortier a tourné autour de la place pendant deux mois sans rien entreprendre.

A sa sœur.

Huesca, 17 avril 1809.

Un de mes camarades, qui vient de recevoir l’ordre de se rendre en poste en Allemagne, veut bien se charger de cette lettre… Je t’engage d’en finir au plus tôt avec tes affaires de Russie[2]. Il est d’une prudence extrême de terminer dans les circonstances actuelles toutes les relations qu’on peut avoir avec un pays dont le gouvernement peut être bouleversé et contre lequel la guerre peut se déclarer d’un moment à l’autre. Celle qui a lieu maintenant entre l’Autriche et la France est la cause du départ d’une grande partie de mes camarades. Je ne sais à quoi l’on emploiera les compagnies de sapeurs et mineurs dans ce moment-ci en cantonnement dans l’Aragon. A achever probablement de détruire les murs de Saragosse. Juge, chère amie, combien il est désagréable d’être chargé d’une pareille corvée. Il peut en résulter pour moi que l’ennui de rester dans un pays où toutes les hostilités ont cessé pour tout ce qui porte l’uniforme d’ingénieur, et où la maladie épidémique de Saragosse moissonne tous les jours à nos yeux de nouvelles victimes ; il ne restera, après le départ du Maréchal Mortier qui marche vers la France, plus assez de troupes pour faire le siège des trois villes qui ne se sont point rendues ; l’armée du général Saint-Cyr, extrêmement affaiblie, tient en échec les restes de celle de Reding et occupe la partie de la Catalogne dont nous sommes maîtres. Le corps du duc d’Abrantès est entièrement dispersé et garde l’Aragon. Je suis par conséquent condamné à apprendre l’espagnol chez mes hôtes et à lire dans les journaux tout ce qui se passera en Allemagne et en Italie. Telle est ma position, ma chère Henriette. Tu sans que j’ai besoin de consolation ; pour comble de malheur, je suis oublié de tout le monde.

P.S. Je suis plus content que jamais de n’avoir pas donné mes lettres au duc d’Abrantès, il m’aurait peut-être attaché à son corps d’ambrée en me détachant de ma compagnie, et je serai condamné maintenant à voir enterrer tous les jours 400 morts à Saragosse, à recrépir les murs de son hôtel et à payer une poule 13 francs.

A sa mère.

Huesca, 25 avril [1809].

Je suis revenu ce matin d’une expédition contre Teobaldo, moine et colonel d’une troupe de paysans armés. Nous avons été à Monçon, Barbastro, etc. Mais il ne nous était pas réservé de le battre ; le 14ème régiment de ligne qui a fiat des marches forcées a eu cet honneur ; nous avons marché pendant 8 jours. Ces expéditions sont très  fatigantes.

 Nous perdons journellement de nos camarades. Cette maladie de Saragosse fait des ravages terribles. L’Espagne m’est en horreur. Ma compagnie n’a encore reçu aucune destination. On va nous employer je crois à fortifier Tudela. La  guerre avec l’Autriche paraît déclarée. Quelle campagne brillante à faire !

A Madame la comte de Razoumowski, à Évêquemont, près Meulan, Seine-et-Oise.

Huesca 19 mai 1809.

Je réclame ta bonté, ta bienveillance envers trois jeunes personnes dont la mère vient de mourir et qui m’a comblé pendant mon séjour à Metz. Ce sont Mlles de Salis qui vont passer quelque temps à Paris, peut-être s’y établir tout à fait pour régler ce qui regarde leur succession[3]En perdant leur mère, elles ont perdu appui, amie, tout.

Elles sont intéressantes sous tous les rapports. Je suis lié particulièrement avec deux d’entre elles (Mlles Irma et Cornélie). Elles te connaissent d’avance par tout ce que je leur ai dit de toi à Metz. Elles seraient  heureuses de trouver en toi une amie  qui pût les aider de ses conseils, leur tracer une route. Leur société te plaira, elle est douce. Leur conversation respire une mélancolie qui est une suite des malheurs qu’elles ont éprouvé ; avant la mort de leur père, elles jouissaient d’une fortune immense. Elles sont maintenant réduites à vivre avec une stricte économie. Je t’en dis assez sur elles, je veux te laisser la surprise de les emmener avec toi à ton prieuré d’Evêquemont, pendant quelques jours. Je te félicite de l’acquisition que tu as faite là. Cette campagne va faire  ton bonheur. Maman m’en a donné une description assez détaillée. L’air qu’on y respire ne contribuera pas peu à te rétablir de ta malheureuse rechute[4]. Mlles Irma et Cornélie te serviront de gardes-malades. Ne te laisse pas effrayer par la laideur de la première. On de fait facilement à sa figure et ses grâces, son amabilité préviennent de suite ne sa faveur. La deuxième a plus d’instruction et quelque chose d’extrêmement délicat dans l’esprit. La fièvre m’a pris comme à toi, chère Henriette ; je n’ai pas d’accès depuis 2 jours mais ils sont remplacés par des maux d’estomac.

Nous nous attendons à être attaqués tous ces jours-ci, mais l’ennemi ne s’est pas jugé assez fort pour combattre, avec ses 12,000 hommes, 2500 des nôtres. Avec du courage et quelques marches forcées et habiles, il pourrait s’emparer d’une grande partie de l’Aragon et couper la retraite à plusieurs de nos colonnes mobiles. Si on ne se détermine pas à faire le siège de Lérida, je profiterai de la bonne volonté de M. de Grouchy en le priant de me faire quitter ce pays, je ne puis que perdre ma santé ici et risquer d’être égorgé au milieu de gens dont je ne me méfierai pas.

L’Allemagne m’offrira mille avantages. Je pourrai donc passer quelques semaines avec vous.

Adieu, chère amie.

P.S. Ne t’imagine pas, Henriette, que les lettres s’ouvrent ici en France ; depuis 6 mois il n’y en a pas eu d’exemple.

A sa mère.

Saragosse, 30 mai 1809.

Nous voici revenus dans cette ville qui, comme dit le général Suchet, qui commande maintenant le 3ème corps, a été le théâtre de notre gloire et le tombeau de nos officiers. L’inactivité dans laquelle est resté le duc d’Abrantès a laissé le temps à la partie non conquise de la Catalogne de former une armée assez bien disciplinée de 25,000 hommes dont le tiers est Anglais sous les ordres du général Doice. Avec ces forces, réunies à 10,000 paysans armées par Perana, les Espagnols sont entrés dans l’Aragon et ont fait plier quelques-uns de nos régiments devant Alcaniz. Le général Laval[5] a même eu sa communication coupée avec Saragosse, mais il a su se faire jour. Toutes nos forces, qui consistent en 15,000 baïonnettes et 1000 hommes de cavaleries sont concentrées et ont pris position à une ou deux lieues d’ici. Cette nuit on a battu  la générale, les sapeurs et les mineurs au nombre de 600 couvraient le château et formaient la réserve. Nous nous attendions à une bataille, notre position était excellente. Déjà, l’avant-garde ennemie arrive, mais on ne lui laisse pas le temps de se former. Le 4ème de hussards la met en déroute en un quart d’heure et le corps d’armée de Doice se replier aussitôt, sentant qu’il serait imprudent de nous attaquer sans notre position ? Nous construisons force redoutes devant le Monte Torrero ; nous ne sommes pas assez forts pour prendre l’offensive, mais Saragosse nous offre encore des moyens de défense.

 Nous apprenons ici les succès de notre armée d’Allemagne ; les journaux nous parviennent fidèlement. Je suis chargé ici d’un travail qui m’oblige à parcourir les ruines du siège du matin au soir. Les chaleurs sont telles que les corps  morts, mal enterrés dans les caves, empestent. Tout est hors de prix ici, on refuse des rations de fourrage aux officiers de sapeurs, en sorte que je nourris mes chevaux à mes frais et le pays est épuisé en orge, avoine et paille. Nous nous réunissons [à] plusieurs pour vivre ensemble ; nos rations ne consistent qu’en mauvais mouton, pain de munition et vin qui peut servir à la salade. Nous dépensons pour deux repas 3 livres par jour en ne mangeant que le strict nécessaire, avec tout cela, nous n’avons, nous ingénieurs, pas la moindre gratification et nous n’en aurons pas. Tout ce qui appartient au duc d’Abrantès, s’en est allé couvert d’or. Les aides-de-camp ont eu chacun plus de 1000 écus. Les ballots de laine aux dépens de notre vie devaient de droit nous appartenir. On ne nous en a laissé que quelques-uns afin de ne pas faire trop crier le soldat. Tout ceci est encore des roses.

Tous les jours nous attendons l’ennemi ; à 2 heures du matin nous sommes en position. La fièvre m’a quitté, la fatigue me convient.

A suivre.


[1] Erreur. (Note du Vte de Grouchy).

[2] La comtesse de Razoumowski soutenait alors un procès contre la famille de son mari. (Note du Vte de Grouchy).

[3] Les Salis sont d’origine suisse, et il y avait sous l’ancienne monarchie un régiment de ce nom. Irma et Cornélie sont restées jusqu’à leur mort les meilleures amies de la famille. Elles avaient perdu une grande fortune à Milan pendant les guerres des premières années du siècle [le XIXème] et le général de Grouchy put obtenir plus tard du Vice-Roi d’Italie [Eugène] une large indemnité en leur faveur. (Note du Vte de Grouchy).

[4] La comtesse de Razoumowski souffrait cruellement des fièvres. (Note du Vte de Grouchy).

[5]  Il s’agit du général Leval (1762-1834).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 20 mai, 2020 )

Deux lettres de Napoléon au général Clarke…

clarke.jpg

Clarke, qui trahira plus tard l’Empereur, était à cette époque ministre de la Guerre.

[Pièce n°6301]. Paris, 15 décembre 1813.

Donnez l’ordre que dimanche 19, il parte du dépôt du 1er régiment des gardes d’honneur : 1 chef d’escadron, 1 adjudant-major, 1 maréchal-des-logis chef, 2 maréchaux-des-logis, 4 brigadiers et 80 gardes. Ce détachement partira de Versailles pour Bruxelles, pour compléter l’escadron qui s’y trouve.

———–

[Pièce n°6302]. Paris, 15 décembre 1813.

J’ai pris un décret pour nommer le général Grouchy commandant en chef de la cavalerie de l’armée, et le général Nansouty, commandant toute la cavalerie de la Garde. Aussitôt que le général Grouchy, sera arrivé à Mayence, donnez ordre au général Nansouty de se rendre ici après avoir organisé les gardes d’honneur et passé en revue la Vieille Garde et tous les dépôts de cavalerie de la Garde, afin de presser l’exécution de toutes les mesures que j’ai ordonnées.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon 1er. Tome quatrième », Librairie Ancienne  Honoré Champion Éditeur, 1912, pp.377-378).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 30 mars, 2020 )

La défense de Paris (29 et 30 mars 1814) racontée par le général Dautancourt…

paris1814.jpeg Ce témoignage fut publié en 1894 dans le « Carnet de la Sabretache » et inclus dans un article portant le titre de :  « Le 1er régiment des chevau-légers lanciers polonais de la Garde Impériale ».

Le 14 mars 1814, après l’affaire de Reims, le général Dautancourt, malade depuis quelque temps, partit pour Paris afin surtout d’y presser l’organisation des éclaireurs polonais attachés à son régiment sous la dénomination de 3ème régiment d’éclaireurs de la Garde par le décret impérial du 9 décembre 1813, et dont une partie des quatre premières compagnies seulement était à l’armée. Le 28 au soir, le général de division d’Ornano, commandant les dépôts de la Garde, le chargea du commandement de la cavalerie disponible dans les mêmes dépôts. La force totale de cette cavalerie s’élevait à environ 800 chevaux. Le général Dautancourt avait fait partir dans la même journée, pour Claye, route de Meaux, un détachement sous les ordres du capitaine Zaiaczek. Ce détachement déduit, il ne restait qu’environ 660 chevaux ; mais dans la nuit du 28 au 29, la moitié de cette force fut détachée pour l’escorte de l’Impératrice. Il resta donc définitivement environ 320 à 330 chevaux composés de grenadiers, dragons, chasseurs, mamelucks et Polonais. Voici l’analyse des opérations de cette faible brigade extraite du rapport que le général remit au général de division Koch. Vers neuf heures du matin du 29, cette brigade prit position en avant de Pantin, à droite de la route de Bondy, ayant devant elle le chemin qui traverse cette route et le canal de l’Ourcq, pour aller de Noisy-le-Sec à Baubigny [Bobigny]. Des reconnaissances furent poussées sur Noisy, Rosny, Villemomble, etc. Le roi Joseph passa une heure après, se portant en avant. A son retour, le général d’Ornano qui l’accompagnait dit au général Dautancourt que les lanciers polonais qu’il avait envoyés la veille à Claye sous les ordres du capitaine Zaiaczek, au lieu de rentrer à sa brigade, avaient reçu ordre de rester à la division Compans. 

Vers midi, une patrouille ayant rapporté qu’on voyait de la cavalerie ennemie sur la route dites « des Petits-Ponts » et vers Le Bourget, la brigade passa sur la droite du canal et se forma en arrière de Baubigny [Bobigny]. Sa gauche communiquait avec une brigade de Polonais, dit « les Krakus », sous les ordres du général Vincent. On donna la chasse à de misérables cosaques qui poursuivaient des habitants à la campagne, conduisant à Paris leurs bestiaux et leurs meubles. Cependant une grosse colonne ennemie arrivait lentement par la route du Bourget : elle eut à peine dépassé le ruisseau  de Montfort qu’elle canonna assez vivement les deux brigades qui reçurent au même moment l’ordre de repasser sur la rive gauche du canal. Le général Vincent le repassa sur le pont de la route des Petits-Ponts au-dessous de Pantin et se porte en arrière. Le général Dautancourt le repassa par le pont du Moulin-de-la-Folie, traversa Pantin et se forma en arrière entre la route des Petits-Ponts et celles de Meaux, en face du pont, appuyant deux pièces d’artillerie qui la défendaient ; un peloton de tirailleurs  fut de nouveau poussé au-delà de ce pont. L’ennemi dirigea sur ce point quelques volées de son canon qui fit peu d’effet. Il n’y avait pas une demi-heure que la brigade était dans cette position lorsqu’elle reçut l’ordre de se rendre à La Villette. Elle y arriva par le pont qui traverse le canal près du bassin, à la nuit tombante. Elle établit ses bivouacs à la gauche de la tête du faubourg de La Villette, prolongeant sa gauche vers La Chapelle, en-deçà du canal de Saint-Denis. Le 30 mars 1814, à 7 heures de matin, elle était à cheval sur le même terrain, ayant à se droite quelques escadrons de cavalerie sous les ordres du général Roussel d’Hurbal. Le général Dautancourt reçut l’avis qu’il était placé sous ceux du général Belliard. Le feu était commencé entre les batteries de La Villette et celles de l’ennemi. Afin de connaître ce qui se passait dans la plaine, le général Dautancourt envoya un sous-officier avec cinq chasseurs sur le canal avec ordre de  pousser jusqu’à Saint-Denis. Pendant ce temps, la brigade manœuvra vers la route qui conduit de La Chapelle à cette dernière ville. La patrouille de chasseurs rentra au grand galop, après avoir déjà fait un léger détour pour éviter les tirailleurs ennemis qui se présentaient en-deçà du canal  et rapporta que le commandant de Saint-Denis l’avait chargée de dire au général qu’il lui était arrivé le matin six pièces de canon mais sans munitions et qu’il lui en fallait sur-le-champ.

Ce rapport fut fait au général Belliard et par lui envoyé par un officier polonais au roi Joseph, sur la butte Montmartre. Il parut que l’ordre avait été donné d’envoyer trois caissons d’artillerie qu’on vit trop longtemps après être sorti de La Chapelle. Un bataillon d’infanterie fut envoyé pour les escorter et le général Dautancourt détacha pour le même objet le major Kozietulski, des éclaireurs polonais de la Garde, avec 80 chevaux. Mais il s’était écoulé un trop long temps pour toutes les allées et venues faites afin d’obtenir l’envoi de ces munitions et déjà elles ne pouvaient plus être introduites dans Saint-Denis. A la hauteur d’Aubervilliers, les éclaireurs donnèrent sur un gros corps ennemi qui, ayant passé le canal, coupait la route. Ils furent brusquement ramenés. Le général Dautancourt portait le restant de sa brigade à leur soutien. Mais il reçut l’ordre de demeurer en position, la gauche à la route. Les munitions rentrèrent ; le petit bataillon d’infanterie se replia lentement et en belle contenance ; une forte partie des éclaireurs de la brigade restèrent engagés en tirailleurs avec ceux très nombreux de l’ennemi. Vers midi, la cavalerie continua à manœuvrer par son flanc gauche parallèlement aux mouvements de l’ennemi. Elle se porte au-dessous de Clignancourt en avant de la ligne d’anciennes redoutes qui se trouvent dans la plaine (le général Belliard se trouvait sur l’une de ces redoutes). Les éclaireurs, les mamelucks et quelques chasseurs de la Garde étaient toujours aux prises avec la ligne des tirailleurs ennemis, qui, chargés, se retiraient sous la protection de leurs masses. On remarqua alors au milieu de nos tirailleurs plusieurs Parisiens, à pied, qui faisaient le coup de fusil d’une manière fort meurtrière pour l’ennemi. En manoeuvrant de la sorte, on arriva en avant d’une plâtrière située à gauche de Clignancourt et séparée de la montagne de Montmartre par un chemin qui conduit à Clichy. La brigade appuya sa gauche aux vignes qui bordent la route des Batignolles à Saint-Ouen. Les grenadiers à cheval, offrant sur ce lieu élevé un point de mire trop sûr aux coups d’une batterie de quatre pièces que l’ennemi avait placée dans la plaine près de l’embranchement de la route des Batignolles dans celle dite « de la Révolte », furent placés en réserve dans le fond, au-dessous et entre la plâtrière et la route. Cette batterie nous fit beaucoup de mal. A la vérité, le canon de Montmartre essaya de lui riposter de quelques coups en distance. Loin de lui en imposer, ce canon, mal servi devenait dangereux pour nos tirailleurs, lorsque deux pièces d’artillerie légère de la division du général Roussel, se plaçant entre cette division et notre droite, tirèrent avec une telle précision qu’en un instant elles forcèrent cette artillerie ennemie à se retirer. Ce ne fut que pour un moment. Cependant l’ennemi continuait lentement son mouvement vers le bois de Boulogne ; bientôt il parvint aisément à s’emparer des vignes qui se trouvent dans le triangle formé par les routes des Batignolles à Saint-Ouen et à Clichy et par celle de  la Révolte. Ces vignes, à défaut d’infanterie, ne furent disputées à la sienne que par les éclaireurs, les mamelucks et les chasseurs de la Garde qui furent forcés de les abandonner avec perte de plusieurs de ces braves qui s’étaient acharnés à les défendre avec une audace qui tenait du désespoir.

Au milieu de ces tirailleurs, le général Dautancourt eut à ses côtés un de ses adjudants blessé assez grièvement (il se nommait Pélissier, jeune officier français, sous-adjudant-major des lanciers polonais). Alors la position de la brigade n’était plus tenable. L’ennemi la fusillait à portée de pistolet. En ce moment, le maréchal duc de Conegliano envoya le brave colonel Moncey, son fils, prévenir le général Dautancourt des dispositions qu’il prenait à la barrière de Clichy, qu’il faisait fermer. Il fallait de l’infanterie: en vain le commandant de la brigade en demandait au général Belliard, on n’en avait point. Le feu de l’ennemi partant des vignes, celui de son canon, devenaient de plus en plus meurtrier. Quelques charges étaient demeurées sans résultat et si elles avaient fait éprouver quelques pertes à l’ennemi, elles avaient augmenté les nôtres dans une proportion accablante. La brigade se retirait cependant lentement, lorsqu’elle reçut l’ordre de se rapprocher de la cavalerie du général Roussel près de la plâtrière. Elle y appuya sa gauche et se forma le long du chemin qui, de cette plâtrière, conduit à Clignancourt.

C’est alors qu’il arriva à notre soutien un beau détachement de sapeurs-pompiers ; mais le moment opportun de retarder les progrès de l’ennemi était passé. Maître des vignes, il s’élança, parvint à cette même plâtrière et présenta une masse d’infanterie à portée de pistolet.  A la tête des chasseurs que commandait le chef d’escadron Laffitte, des Polonais et des mamelucks (les grenadiers et les dragons étant à gauche de la plâtrière opposés à d’autres forces ennemies), le général Dautancourt s’élança sur cette masse. Il fut ramené par son feu et celui de son artillerie. La cavalerie du général Roussel ne fut pas plus heureuse. Ce furent nos derniers efforts et nous y survécûmes !… 

Acculés sous Montmartre, dans le petit espace entre la plâtrière et Clignancourt, ne pouvant plus manœuvrer et foudroyés par le feu de l’ennemi, une partie de la cavalerie de ligne se retira par Clignancourt, tandis que le général Roussel, le général Dautancourt et le restant de ses braves opérèrent leur retraite en montant à Montmartre par un chemin rapide qui, quoique encaissé, les laissa encore un moment exposés au feu de l’ennemi. La brigade entra dans Paris par la barrière des Martyrs et se rallia sur le boulevard des Italiens. A dix heures, elle traversa silencieusement cette capitale de l’Empire, qu’elle abandonnait, et prit, vers minuit, position à Villejuif où elle bivouaqua. Pendant cette nuit, d’après un ordre du général Belliard, le général Dautancourt envoya un détachement de ses Polonais au pont de Choisy-le-Roi. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 février, 2020 )

Les derniers jours de février 1814…

N1814

[Pièce n°6463]. [Suite au] Rapport du général Berruyer sur la ville de Soissons [à Napoléon].

Troyes, 25 février 1814

Renvoyé au ministre de la guerre [général  Clarke, duc de Feltre]. Donner des ordres pour que le pont soir fougassé ; que les auberges soient démolies; que tout ce qui est nécessaire à la défense de Soissons soit fait; que des bois soient coupés partout pour les palissades, etc.

——-

[Pièce n°6464] Napoléon au duc de Feltre.

Troyes, 26 février 1814.

Il y a 2000 hommes de gardes nationales à Meaux ; il faut leur envoyer des armes, les gibernes et les effets d’habillement nécessaires.

——-

[Pièce n°6465]. Napoléon au duc de Feltre.

Troyes, 26 février 1814.

Il est nécessaire que, désormais, tous les régiments de marche qui partiront de Versailles soient numérotés ; sans quoi il y aurait beaucoup de confusion sur la route. Le premier qui partira, après la réception de la présente lettre, portera le numéro 1er. Ne le faites pas partir qu’il ne soit au moins de 500 hommes.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912 pp.465-466).

——————————

[Pièce n°2268].Lettre de Napoléon au comte de Montalivet, ministre de l’Intérieur, à Paris.

Troyes, 25 février 1814.

J’ai reçu votre lettre du 24. Les ordres pour les communications des villes, je vous les ai donnés. Je ne peux pas vous les donner dix fois.

Ce n’est que lorsque les horreurs que l’ennemi a commises seront bien connues que dans toutes les parties de la France où il n’a pas pénétré, mais où il peut pénétrer, on s’armera sérieusement.

——-

[Pièce n°2269]. Napoléon au maréchal Macdonald, duc de Tarente, commandant les 5ème et 11ème corps de la Grande armée.

Troyes, 26 février 1814, à 5 heures du soir.

Mon Cousin, d’après les nouvelles que je reçois que Châtillon a été évacué hier par l’ennemi, je pense que votre communication aura lieu dans la journée par la cavalerie. Il sera nécessaire de faire faire halte à vos troupes et de vous rapprocher par le plus court chemin de Bar-sur-Aube, afin de soutenir le duc de Reggio [maréchal Oudinot] et le général Gérard qui doivent y arriver aujourd’hui.

Vous écrirez au maire de Châtillon que je lui donne le gouvernement de la ville et que je désire qu’il m’envoie le nom de la personne à qui il convient de donner le commandant de la Garde nationale, afin que je le brevète. Ecrivez au maire que je désire que la portion qui fera le service d’honneur  auprès du congrès [celui de Châtillon] puisse être habillée et soit dans une bonne tenue.

Il est convenable que vous fassiez une proclamation que vous adresser à tous les habitants des départements de la Bourgogne pour qu’ils se lèvent en masse, arrêtent les isolés et tous les traînards de l’ennemi, interceptent les convois et qu’aussitôt qu’ils entendront le canon s’approcher, ils aient à couper les ponts et à tomber sur les derrières de l’ennemi.- Nous sommes rentrés dans Chambéry, Bourg, Mâcon, Chalon ; le duc de Castiglione [maréchal Augereau] s’approche de Dijon. Il faut rédiger cette proclamation avec toute l’énergie convenable.

Faites-moi connaître où est votre infanterie ce soir et où vous serez demain.

Blücher s’est porte du côté de Sézanne et le prince de La Moskowa [maréchal Ney] a passé le pont d’Arcis pour tomber sur ses derrières.

Je désire beaucoup que vous soyez à même de soutenir  les corps qui sont à  Bar-sur-Aube.-Réorganisez la Garde nationale à Bar-sur-Seine et [à] Musssy-l’Evêque et donnez-y toute l’impulsion possible. Nous sommes rentrés à Auxerre.

(« Dernières lettres inédites de Napoléon 1er. Collationnées sur les textes et publiés par Léonce de Brotonne. Tome II », H. Champion, Libraire, 1903, pp.509-511).

——————————

Napoléon au maréchal Macdonald.

[Pièce n°2809]. Troyes, 25 février 1814.

Je vous réitère l’ordre que je vous ai donné hier de marcher sur Bar-sur-Seine. Lorsque vous y serez arrivé, jetez votre avant-garde sur la route de Vendeuvre et, si vous y entendez le canon, marchez-y avec votre corps d’armée. Le général Gérard a couché hier à la poste de Meignelot à 2 lieues et demi de Vendeuvre, point sur lequel il marche.

——-

Le maréchal Berthier au maréchal Macdonald.

[Pièce n°2812]. Troyes, 26 février 1814, 8 heures du matin.

 Nous sommes entrés à Vendeuvre. Le duc de Reggio [maréchal Oudinot] et le général Gérard marchent sur Bar-sur-aube. L’Empereur désire que vous vous approchiez le plus possible de Châtillon-sur-Seine. Vos n’y ferez pas entrer votre infanterie, mais seulement de la cavalerie. Vous y nommerez un commandant de la Garde nationale et vous y réorganiserez la Garde nationale pour garder le Congrès [de Châtillon]. Après cela vous vous rapprocherez de La Ferté-sur-Aube sans laisser aucune troupe de ligne à Châtillon.

——-

Le maréchal Berthier au comte de Plancy, préfet de Seine-et-Marne.

[Pièce n°2814].Guignes, 26 février 1814.

L’Empereur vient de porter son quartier-général à Guignes. Sa Majesté ordonne que vous retourniez dans le chef-lieu du département, à  Melun, où le général Allix reçoit l’ordre de se rendre.

Vous devez vous occuper sans délai à faire rétablir le pont.

——

[Pièce n°2315] Le maréchal Berthier au maréchal Macdonald.

Troyes, 27 février 1814, 9 heures du matin.

L’Empereur se porte aujourd’hui sur Arcis-sur-Aube avec la Vieille Garde, attendu que Blücher, Yorck, Wintzingerode et autres marchent sur La Ferté-Gaucher. Sa Majesté va tomber sur leurs derrières.

L’intention de Sa majesté est que vous fassiez partir sur-le-champ 500 chevaux et l’une de vos brigades d’infanterie avec un bon général pour prendre position à Troyes afin d’y garder les parcs et le quartier-général ; il n’est pas besoin que vous y envoyiez d’artillerie ; il y en a assez à Troyes.

Le général Sorbier reste à Troyes pour y prendre le commandement de la ville et veiller à la défense des parcs. Les troupes que vous enverrez seront sous ses ordres.

L’Empereur me charge de vous faire connaitre que, comme le plus ancien, vous aurez le commandement des troupes du corps du duc de Reggio [maréchal Oudinot], de celui du général Gérard et de la cavalerie du compte de Valmy [me fils du maréchal Kellermann] et du général Milhaud.

Prenez une bonne position en arrière de l’Aube en occupant Bar-sur-§aube par une bonne arrière-garde et soyez prêt à faire sauter le pont de Dolancourt; mais il ne faut pas le faire sauter sans nécessité afin de ne pas donner l’éveil à l’ennemi.

L’ennemi a tout préparé pour faire sauter le pont de Dienville. Vous n’aurez qu’à présenter quelque cavalerie pour décider l’ennemi à le faire sauter.

Il  faut que vous fassiez toutes les dispositions pour faire croire que l’Empereur est sur la ligne. Dans le cas où vous seriez en présence de l’ennemi, vous feriez crier « Vive l’Empereur ! ».

Correspondez tous les jours avec nous par Troyes et ne faites rien qui puisse donner à croire à l’ennemi que vous êtes sur la défensive, car Sa Majesté espère être de retour sous trois jours.

(Arthur CHUQUET, « Inédits napoléoniens. Tome second », E.de Bossard, Editeur, 1914-1919, pp.323-325).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 décembre, 2019 )

Mouvements de troupes…

Nap et son état-major

Un nouvel ordre de Napoléon au duc de Feltre, le général Clarke, Ministre de la Guerre.

[Pièce n°6306]. Paris, 17 décembre 1813.

Les 123ème, 124ème  et 125ème régiments s’agitent et donnent des inquiétudes. Ces régiments sont composés de cadres, [pour] partie de Hollandais, Français et Allemands, et les soldats de conscrits hollandais et [pour] partie de conscrits réfractaires français.

Une place importante comme Wesel est mal entre les mains de ces gens-là. Je pense qu’il est indispensable que ces trois régiments n’aient pour colonels, majors et chefs de bataillon que les anciens Français ; que six heures après avoir renvoyé de la ville les colonels, majors et chefs de bataillon qui ne seraient pas français et leur avoir donné ordre de se rendre à Paris, ils soient remplacés par le duc de Tarente [maréchal Macdonald] qui prendra les officiers dont il aura besoin dans les dépôts voisins, que, cette opération faite, on complète les deux premiers bataillons de chacun de ces régiments avec des réfractaires français ; qu’on place tous les Hollandais dans le cadres des troisièmes bataillons et qu’on fasse sortir ce 3ème bataillon en le dirigeant sur Namur.

Par ce moyen, au lieu de 9 bataillons, je n’en aurai que 6 ; mais tous composés de Français, et les trois autres seront sur Namur. Comme la Garde Impériale se trouvera sans cette dernière ville, sin on n’avait pas lieu d’être satisfait de la conduite de ce bataillon, on le désarmerait. Vous laisserez même le duc de Tarente maître, après la formation des troisièmes bataillons comme il a été dit ci-dessus, de les désarmer et de les envoyer dans l’intérieur. Tout cela demande beaucoup de sagesse et de modération. Voyez si vous avez dans vos bureaux des détails sur le nombre d’officiers français et hollandais qui existent dans les corps et si vous avez les mêmes renseignements pour les soldats. La conduite à  tenir dépend de ces données. Mais il est important qu’il n’y ait aucun esclandre à Wesel et si ces bataillons doivent être désarmés, il faut que cela ait lieu sur la rive gauche. Aussitôt qu’ils auront passé le fort Napoléon, à la première étape, on ferait venir deux colonnes de cavalerie pour les envelopper.

En résumé, il faut qu’il ne reste à ces régiments ni officiers ni soldats hollandais. Faites connaître au duc de Tarente l’importance que nous mettons à avoir des fusils, combien il est nécessaire de prendre les fusils de tous ces gens-là.

Je crois avoir déjà donné des ordres pour le désarment des troupes du grand duché de Berg. Je crois vous en avoir donné également pour le désarmement des Croates et des troupes étrangères. Je ne sache pas que cela soit encore exécuté.

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion Editeur, 1912, pp.379-380).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 21 octobre, 2019 )

Patriotes ou mercenaires ?

Les légions polonaises au service de la France (1797-1807)

L’échec de l’insurrection de Kosciuszko (1794) et le troisième partage de la Pologne, effectué une année plus tard par la Russie, l’Autriche et la Prusse, provoquèrent l’émigration des dirigeants de l’insurrection et de militaires polonais. Paris devint alors le centre d’attraction d’une grande majorité de ces émigrés qui, divisés en factions, se disputèrent les faveurs du Directoire. La majorité rêvait d’une force militaire capable de recommencer la lutte pour l’indépendance. Les légions polonaises au service de la France (1797-1807) marquèrent le commencement du phénomène de service massif des soldats polonais sous les drapeaux étrangers.

 « L’espoir nous rallie »

La « Députation polonaise », radicale et républicaine, croyait au mouvement indépendantiste national et, suivant l’exemple français, prônait l’égalité ainsi que la liberté des paysans. Le soutien français lui semblait important mais non primordial. Les modérés, exclus de cette « Députation », s’assemblèrent en une « Agence » puis dans une organisation désignée sous le nom de : « Émigrés polonais ». Ces partisans de la Constitution du 3 mai 1791, concentrés autour de l’ancien envoyé polonais auprès dela Républiquefrançaise, Franciszek Barss, de Jozef Wybicki et du général Jozef Wielhorski, voyaient la future Pologne comme une monarchie constitutionnelle introduisant progressivement des changements sociaux. Mais ils considéraient que des préparatifs pour une insurrection dans leur pays, occupé, étaient prématurés.

Les deux factions s’opposaient farouchement, cependant elles s’accordaient sur la nécessité de créer une force militaire polonaise en exil. Les tentatives des radicaux pour organiser les unités polonaises à la frontière de l’Autriche, de la Turquie et à Venise ayant échoué, les démarches similaires des « ÉmiPatriotes ou mercenaires ? dans HORS-SERIE Légion-243x300grés polonais » auprès du Directoire connurent le même résultat, car non seulement le gouvernement français craignait d’inciter les Russes à la guerre contre la France mais, aussi, car l’entrée d’étrangers dans l’armée républicaine était interdite par la Constitution de 1795. Avec l’arrivée à Paris (fin septembre 1796), sur la demande de Wybicki, de Jan Henryk Dabrowski, ancien officier de la garde saxonne et général polonais, qui s’était couvert de gloire contre les Prussiens, « l’espoir changea de camp, le combat changea d’âme ». Dans l’espoir d’une alliance antirusse entre la Prusse et la France, Dabrowski avait mené des pourparlers à Berlin sondant la possibilité de créer des troupes polonaises. Finalement, ce projet ne fût finalisé qu’en France. Car si le gouvernement craignait des complications diplomatiques, il voyait l’utilité que pouvaient apporter les Polonais pour lutter contre l’Autriche en Italie. Dabrowski fut donc envoyé au glorieux commandant de l’armée d’Italie, le général Bonaparte, qui connaissait déjà un peu les affaires polonaises grâce à son aide de camp Jozef Sulkowski, par ailleurs opposé à l’idée des légions.

Dabrowski proposa d’organiser ces unités avec des officiers de l’armée polonaise, licenciés après 1795, des immigrés des terres polonaises et de combler les rangs avec des milliers de recrues de Galicie au service de l’Autriche en Italie et faites prisonnières par les Français. Le général comptait sur la création de ces formations pour inciter les Polonais restés sous les drapeaux autrichiens à déserter. Convaincu par ses arguments, Bonaparte donna son accord et le 9 janvier 1797, le général polonais signait une convention avec le gouvernement lombard en vertu de laquelle étaient créées les légions polonaises auxiliaires auprès de la Républiquede Lombardie, alliée de la France. Le 20 janvier, leur chef invitait ses compatriotes à le rejoindre dans un appel rédigé à Milan en quatre langues : « Polonais ! L’espoir nous rallie ! La France triomphe, elle combat pour la cause des nations ; tâchons d’affaiblir ses ennemis ; elle nous accorde un asile, attendons de meilleures destinées pour notre pays. Rangeons-nous sous ses drapeaux, ils sont ceux de l’honneur et de la victoire ! Des légions polonaises se forment en Italie, sur cette terre jadis le sanctuaire de la liberté ; déjà, des officiers et des soldats, compagnons de nos travaux et de votre courage, sont avec moi ; des bataillons s’organisent ! Venez, compagnons, jetez les armes qu’on vous a forcé de porter ! Combattons pour la cause commune des nations, pour la liberté, sous le vaillant général Bonaparte, vainqueur d’Italie ! Les trophées de la République française sont notre unique espérance ; c’est par elle, c’est par ses alliés que nous reverrons peut-être avec joie ces foyers chéris que nous avons abandonnés avec des larmes ! »

La création des légions apparaissait utile à tous les partis : Bonaparte gagnait quelques milliers de soldats pour combattre les Autrichiens et les partisans italiens ;la République lombarde gagnait, quant à elle, des défenseurs sans prendre le risque d’armer son propre peuple et les émigrés polonais, l’espoir d’un avenir meilleur .

 Gloire et déclin.

 Les luttes des factions au sein de l’émigration n’épargnaient point le créateur des légions souvent calomnié auprès du Directoire par ses rivaux politiques et militaires. Outre des allusions à son passé (irrégularités financières, servilité à l’égard des Russes pendant la réduction de l’armée en 1792) et à son esprit prétendument « germanique », après 21 années passées au service de la Saxe, l’opposition critiquait le fait de faire mourir inutilement des compatriotes pour le service d’un pays étranger. « À l’époque et aux temps des trahisons où nous vivons il se peut qu’un homme le plus vertueux mais inconscient prenne également Dabrowski pour traître »– par ces mots Wybicki consolait son ami dans une lettre de 1799. Malgré ses désillusions, Dabrowski restait fidèle à sa devise, formulée à l’époque du déclin des légions : « Persévérer ! Les événements peuvent produire un changement favorable ! »

 Le général organisa d’abord ses premiers 6 000 hommes en six bataillons d’infanterie homogènes (avec trois compagnies d’artillerie) divisés en deux légions. Selon Jan Pachonski, après la réorganisation effectuée en mai 1797 par Bonaparte, « la légion polonaise dans son ensemble, se distinguait du modèle des demi-brigades françaises par un état-major élargi, par l’augmentation de l’effectif dans les compagnies de grenadiers, de 83 à 123 soldats, par l’adjonction d’une compagnie supplémentaire de tirailleurs qui n’existait pas dans les formations françaises. En raison du manque constant d’officiers [la plus grande vague de candidats n’arriva en Italie qu’en été], des compagnies doubles étaient formées avec un seul corps d’officiers pour les deux compagnies ».

 Les premières, et rares, opérations des Polonais, en mars-avril 1797, consistaient principalement à soutenir les républicains sur le territoire de Vénétie ; la 2e légion, quant à elle, fut incorporée à la garnison de Mantoue qui préparait une attaque sur le territoire autrichien. L’armistice de Leoben et la paix signée à Campoformio (17-18 octobre 1797) scellèrent tout espoir d’offensive victorieuse vers la Galicie occupée par l’Autriche. Se posait alors pour la première fois la question du devenir des formations polonaises.

 La création de la Républiquecisalpine à la place dela Républiquelombarde compliqua les projets de Dabrowski, qui sauva tout de même la situation en signant une nouvelle convention, le 17 novembre 1797, avec les seules autorités françaises. Ces dernières maintinrent donc un corps polonais auxiliaire. Craignant l’attitude des Polonais en cas de conflit avec la France et préférant les incorporer directement à son armée,  le corps législatif cisalpin n’approuva pas, quant à lui, cette convention. Au début de l’année 1799, l’effectif du corps polonais auxiliaire monta à plus de 8 200 soldats, grâce à l’adjonction d’une cavalerie (un régiment de lanciers fut créé), à l’augmentation de l’artillerie ainsi qu’à la formation d’une quatrième compagnie dans chaque bataillon.

 La 1re légion du général Kniaziewicz participa à la libération de Latium. Le 3 mai 1798, elle entra à Rome et combattit les ennemis dela République romaine (surtout les partisans paysans) et l’invasion napolitaine (entre autres dans les batailles de Magliano, Otricoli, Civitacastellana, Calvi, Ferentino, Frosinone et Terracina). Le fait d’armes le plus célèbre restait la prise de la forteresse maritime de Gaëta. Le commandant en chef, le général Championnet, rendit honneur aux soldats de Kniaziewicz en chargeant celui-ci de remettre le 8 mars 1799 au Directoire les 33 drapeaux pris à l’ennemi.

 L’année 1799 se révéla désastreuse pour les Polonais. Dans les batailles de Magnano et de Legnano, la 2e légion perdit son chef, le général Rymkiewicz et 1 750 hommes. Les 1 500 rescapés (dont 300 artilleurs) furent envoyés à Mantoue, considérée comme une forteresse déjà perdue. Au moment de la capitulation, le général Foissac-Latour signa « l’article additionnel concernant les déserteurs » en livrant ainsi ses subordonnés polonais (à l’exception des officiers) aux Autrichiens. Cet acte déloyal choqua profondément le corps polonais, déjà persuadé d’être la « chaire à canon » négligée par les Français. À l’instar du colonel Kosinski (fait prisonnier à Mantoue), les légionnaires condamnaient cet « article inconnu au conseil de guerre extraordinaire, indigne de la grandeur de la nation française, honteux pour toute la garnison, contraire à sa réputation et à ses lumières, si pénible et douloureux pour tous les Polonais qui en sont les victimes… article dont les Autrichiens n’ont pas manqué d’abuser en arrachant les armes des soldats polonais au titre de déserteurs, indistinctement tels ou non, en déchirant un de leurs drapeaux et en comblant tous les officiers d’injures et d’insultes les plus ignominieuses ».

 La 1re légion, désormais sous les ordres de Dabrowski, fut presque anéantie par les Russes entre les 17 et 19 juin à la bataille de Trebbia. Il fallut toute la détermination du général pour épargner les restes de ses troupes qui participèrent encore à la défense dela République ligurienne. Après les batailles de Novi et de Bosco, les survivants (975 sur 1 800) prirent part à la défense de Gênes. Les défaites militaires de la France et la vaillance des troupes polonaises changèrent l’attitude du Directoire à l’égard de ces légions. Avec le soutien de Kosciuszko, le 8 septembre 1799, une « légion du Danube » fut créée et placée sous le commandement du général Kniaziewicz . Il n’était plus question de convention mais les 6 000 légionnaires portant les uniformes polonais devaient avoir une discipline, des promotions et une solde égales à celles des Français .

 La prise de pouvoir de Bonaparte semblait assurer le futur des formations polonaises. Ainsi, la France décida de prendre en charge la légion de Dabrowski qui fut réorganisée près de Marseille. La légion de Kniaziewicz, dont le siège fut successivement Phalsbourg, Metz, Strasbourg et Ulm, et qui comptait en 1800 plus de 5 000 fantassins et 950 cavaliers, prit part à la campagne de Francfort (été 1800) et se distingua à Hohenlinden (3 décembre) en prenant 3 500 prisonniers. Le général Decaen, qui passa dans les rangs polonais au matin de la bataille se souvenait « de l’ardeur que manifestaient les officiers et les soldats. Ne parlant pas leur langue, je leur exprimais par mes regards que je comptais sur leur valeur, et que bientôt ils allaient avoir l’occasion d’en donner les preuves » .

 L’espoir de voir le sort polonais tranché par la France victorieuse fut déçu par la paix de Lunéville (9 février 1801), où la France et l’Autriche s’engagèrent mutuellement à ne pas soutenir « les ennemis intérieurs ». Cela sonna le glas des légions (15 200 hommes dont 12 000 sous les armes) et de nombreux officiers polonais, y compris Kniaziewicz, donnèrent leur démission de façon éclatante. Les soldats, surtout ceux de la légion du Danube, désertaient massivement. Au cours de l’année 1801, le nombre de légionnaires, tous concentrés en Italie, n’était plus que de 10 700. Le Premier consul décida d’en faire trois demi-brigades, placées au service de la France mais à la solde de la République cisalpine (Italienne) et du Royaume d’Étrurie. Le 21 janvier 1802, l’inspectorat général polonais avec Dabrowski à sa tête, chargé des questions administratives et de l’instruction, ainsi que la 1re et la 2e demi-brigades (formées à partir de la légion d’Italie) et le régiment de lanciers passèrent à la solde de l’Italie. La totalité de ces forces dont l’uniforme et le commandement devaient être polonais était de 8 366 hommes et de 1 000 chevaux.

 Soldats et officiers.

 Jusqu’en 1807, le nombre de soldats (à 65 % des paysans) atteignit, selon Jan Pachonski, 33 000 dont 18 000 périrent ou restèrent à l’étranger. Il faut ajouter 3 000 déserteurs, 2 000 émigrés, et 1 000 hommes partis dela Pologneoccupée aux 27 000 prisonniers de guerre de l’armée autrichienne (1797-1800), russe (1799) ou prussienne (1806).

 Depuis deux siècles la légende nationale idéalisait les légionnaires, présentés comme des volontaires patriotes provenant de toutes les couches de la société. Dariusz Nawrot remarque que les mémoires des anciens légionnaires « répètent les informations sur l’arrivée de nombreux volontaires venant du pays ce qui légitimait la vision des Légions comme une force nationale. Nous n’y trouvons nullement des lamentations sur le petit afflux de volontaires mais leur nombre non plus. La mise en valeur du rôle des volontaires dans la création des Légions servait aux auteurs des mémoires à justifier le motif idéologique de leur propre service et à souligner le dévouement des légionnaires. Et pourtant ils se contredisent en évoquant l’enrôlement massif des prisonniers de guerre autrichiens d’origine polonaise ».

 Les témoignages soulignant l’enthousiasme des Polonais pour leur service en uniforme national ne décrivent qu’une partie de la réalité. Non seulement la conscience nationale des paysans de Galicie n’était pas assez développée pour les pousser à s’engager dans les légions (et que dire des Ruthènes enrôlés avec des Polonais ?) mais plus d’un Tchèque, Hongrois, Croate ou Allemand profita du recrutement pour échapper à la misère des camps de prisonniers. Waclaw Tokarz rappelait qu’après l’enrôlement les soldats polonais « se considéraient encore longtemps comme  des « hommes de l’empereur d’Autriche »   et regardaient avec méfiance leurs nouveaux officiers qu’ils traitaient « d’étrangers de Varsovie » ; ils menaçaient même de reprendre leur ancien service qui à cette époque avait déjà assez bien assimilé nos paysans ». Parmi les nouveaux légionnaires, il y avait bien sûr des aventuriers qui « voulaient changer de vie et cherchaient parfois une possibilité de déserter sur la route menant au dépôt ». Par ailleurs, la discipline dans les légions restait peu stricte même après l’introduction des articles militaires français en 1798. Dans la première période, Dabrowski, qui tenait à augmenter le nombre de légionnaires pour renforcer sa position, craignait qu’une discipline trop sévère ne rebutât les nouvelles recrues.

 Les officiers supérieurs de l’ancienne armée polonaise – à cause de leur âge, leurs familles, leurs biens ou leur hostilité à la révolution – ne vinrent pas en Italie. Selon Jaroslaw Czubaty, 13 des 63 généraux qui avaient servi Kosciuszko quittèrent le pays mais seuls Kniaziewicz, Niemojewski, Wielhorski et Wojczynski suivirent Dabrowski, ce qui ne constitue que 8,2 % du groupe. Parmi ces cinq « anciens », seul Dabrowski allait rester au service jusqu’à la  dissolution des légions. Jozef Zajaczek fit une belle carrière « française » et devint général de division (1802). Le manque de généraux fut partiellement compensé par le concours des officiers de talent pour qui le service en exil allait devenir un tremplin. Amilkar Kosinski, Michal Sokolnicki et Jean Henri Wollodkowicz reçurent leurs épaulettes de général avant 1804. Wollod servit même dans l’armée française.

 Les officiers (environ 1 200 dans les formations d’Italie et la légion du Danube) étaient tous volontaires et Polonais, à l’exception de 70 étrangers dont 49 Français . Dabrowski misait sur leur esprit national, car il ne pouvait pas leur garantir de carrière. Dans les années 1797-1798, l’état des formations polonaises prévoyait au maximum 311 officiers dont 65 hors cadre. En janvier 1797, leur chef espérait « que le patriotisme de nos officiers les fera venir ici non pour obtenir des promotions mais pour leur perfectionnement, pour qu’ils puissent, plût à Dieu, servir ensuite profitablement leur Patrie ». Homme lucide, il ajoutait : « Il serait préférable de voir arriver surtout ceux qui n’ont pas grand chose à perdre chez eux. »Les officiers formaient un groupe prêt au sacrifice (environ 900 périrent), mais souvent divisé par des luttes pour les promotions et les commandements. Cela ne pouvait être autrement puisque, surtout après la crise de 1799, les officiers « étaient de caractère très varié : parfois d’une grande, remarquable valeur militaire et morale, parfois aventuriers, intrigants et rebelles, hommes majoritairement positifs et faciles à conduire pendant la bataille mais à surveiller de près et nécessitant une instruction pendant le service et les déplacements ».

 Contrairement à l’armée de Pologne-Lituanie mais conformément à l’esprit révolutionnaire et à celui de l’insurrection de 1794, les grades d’officier étaient accessibles aux roturiers. Dans un premier temps, les légions recrutaient des officiers parmi les militaires émigrés présents en France ou en Italie du Nord en attendant l’arrivée des volontaires du pays. Dans ces deux groupes dominaient les anciens officiers de carrière, souvent promus aux grades supérieurs pendant l’insurrection de Kosciuszko. La stabilisation progressive des effectifs puis, la guerre, permirent de vérifer la qualité de ces officiers. Dabrowski et Kniaziewicz essayèrent de promouvoir les plus aptes aux différents échelons hiérarchiques et de se séparer des officiers trop faibles ou sans autorité. Il est vrai que la commission établie par Dabrowski pour examiner les futurs officiers se heurta à l’arbitraire du chef des légions, méfiant à l’égard des promotions datant de 1794 et peu enthousiaste pour  promouvoir les sous-officiers « issus du rang ». Après la réorganisation de 1801, il leurs préférait les jeunes venants du pays et instruits pendant quelque temps comme sous-officiers. La synergie entre tous ces courants produisit un corps d’officiers composé à 83 % de nobles (80 % issus de la moyenne et petite noblesse), à 14 % de bourgeois chrétiens (venant surtout de Varsovie) à 1 % de bourgeois juifs. 1,5 % des officiers était d’origine paysanne. Plus d’un tiers (34 %) avaient moins de 25 ans et seuls 8 % en avaient plus de 40.

Dabrowski, inquiet de conserver son autonomie, basa la formation et l’entraînement du soldat sur le règlement polonais adapté par le général Wielhorski. Le règlement français de 1791 ne fut introduit qu’en 1802 et uniquement dans l’infanterie. En revanche, le service se faisait dès 1797 selon les règles françaises adaptées pour les légions polonaises ; une commission spéciale fut chargée des adaptations. Les punitions corporelles utilisées dans l’ancienne armée polonaise avaient été supprimées et la peine de mort n’était appliquée que pour les crimes les plus graves. Pour Dabrowski, la devise « tous les hommes libres sont frères », inscrite en italien sur les épaulettes des légionnaires devait symboliser le changement d’attitude des officiers à l’égard des soldats, non plus paysans corvéables en uniforme, indifférents à la cause nationale mais compagnons d’armes et futurs citoyens de leur patrie. L’éducation (patriotique et pratique y compris l’alphabétisation) des troupiers et des futurs sous-officiers, pendant les longues périodes d’inaction, aida à former un esprit de corps particulier. Jusqu’en 1802, le nombre de désertions restait relativement faible.

 Les tentatives pour mettre sur pied une école régulière d’officiers ayant échoué, les chefs des légions organisaient des cours de perfectionnement et encourageaient l’auto-instruction. Dabrowski, lui même propriétaire d’une collection de cartes et d’une bibliothèque importante, favorisait le travail intellectuel de ses meilleurs officiers. La bonne préparation théorique combinée avec des expériences de guerre variées (ennemis russes, autrichiens, napolitains et partisans) produisit un type d’officier valeureux et doté d’un esprit d’initiative. Le caractère limité des opérations confiées aux troupes polonaises ne permit pas pourtant de mieux préparer les officiers d’état-major .

 Concentrés en Italie et frustrés, les Polonais commencèrent à poser des problèmes et leurs contacts avec l’opposition antifrançaise italienne ne purent qu’accélérer la décision du Premier consul. Après son refus de servir sous les ordres du roi d’Étrurie, la 3e demi-brigade polonaise (ancienne « Danube ») fut « en récompense de sa vaillance » transformée en 113e demi-brigade française et envoyée à Saint-Domingue (mai 1802) pour mater l’insurrection des esclaves noirs. En février 1803, elle fut rejointe par la 2e (114e) demi-brigade, également passée à la solde de la France. Sur les 6 000 légionnaires débarqués à Saint-Domingue, 4 000 périrent au combat ou de maladie ; la moitié des 1 000 prisonniers de guerre polonais fut incorporée de force au 63e régiment étranger de l’armée anglaise, et le reste alla végéter sur les pontons, parfois jusqu’en 1815. Dans la partie espagnole de l’île, les derniers Polonais luttèrent jusqu’en 1809. Plus de 450 anciens légionnaires s’établirent à Saint-Domingue, à Cuba ou aux États-Unis. Seuls 340 Polonais revinrent en Europe.

 Dernières formations.

 En 1803, les rescapés de l’épopée légionnaire : la 115e demi-brigade du général Grabinski et le régiment de lanciers de Rozniecki firent partie du corps d’occupation en Apulie. Deux ans plus tard, après la création du royaume d’Italie environ 4 700 Polonais passèrent automatiquement à son service, et participèrent à l’opération contre le corps du prince de Rohan (Castel Franco, le 24 novembre) et à la prise de Naples et de Caserte (février 1806). Au cours des combats en Calabre (Campo Tenesco, le 9 mars), les fantassins polonais protégeaient le littoral contre les tentatives de débarquement de l’armée anglo-sicilienne ; les lanciers de Rozniecki assuraient la liaison avec Rome et surveillaient la côte entre Terracine et Ostia.  Le nouveau roi de Naples, Joseph Bonaparte qui, entre autres tâches confia aux Polonais l’instruction de sa jeune armée les reprit à son service en juillet 1806. Entre-temps Grabinski perdit 350 hommes à la malheureuse bataille de Maida (4 juillet) livrée contre le débarquement anglais ; la révolte en Calabre coûta la vie aux 650 Polonais.

Les survivants avec Grabinski à leur tête, devaient constituer les cadres de la légion polono-italienne, créée par le décret de Napoléon le 5 avril 1807. Ces 9 200 hommes répartis en six bataillons d’infanterie et un régiment de lanciers, organisés en Silésie, devaient être envoyés en Espagne sous le nom de «  légion dela Vistule » (1808). Dabrowski, séparé de ses soldats dès 1803 et dessaisi du commandement, fut néanmoins nommé inspecteur général de la cavalerie italienne. Décoré de la croix de commandeur de la Légion d’honneur, il fit partie de la délégation italienne au sacre de Napoléon. Pendant la guerre contre les Bourbons (1806), il commanda une division de dragons et termina sa carrière en Italie comme gouverneur de la province de Trois Abruzzes.

Malgré toutes ces déceptions, la majorité des anciens légionnaires ne cessait de voir en la France le seul allié naturel dont les conflits avec l’Autriche, la Prusse et la Russie permettaient d’espérer un changement radical dans le rapport de forces en Europe. Le concours de ces vétérans devait s’avérer indispensable à l’issue de la campagne de Prusse qui, fin 1806, conduisit la Grande Armée sur le sol de l’ancienne Pologne. Ainsi, Napoléon se décida à utiliser la carte polonaise qui lui tombait sous la main ce qu’il n’aurait certainement fait si la Prusse avait demandé la paix au lendemain d’Iéna. Endossant le costume du vertueux protecteur de la cause polonaise, Napoléon convoqua on octobre 1806, à Berlin, Dabrowski et Wybicki. Il en résulta leur proclamation du 3 novembre qui annonçait l’entrée en Pologne de « Napoléon le Grand, l’invincible ».

 Le bilan.

 Le bilan politique des légions est morose, sans oublier que les Polonais ne pouvaient que subir les événements. Dans le domaine militaire, l’aspect quantitatif (30 000 soldats en 10 ans) n’est pas forcément déterminant, mais il en va tout autrement de l’aspect qualitatif. La préparation d’un groupe considérable à la guerre moderne  devait s’avérer très importante. Comme écrit Pachonski « profitant de l’expérience des années 1792-1794, les Légions purent fondre l’héritage polonais avec les acquis de la Révolution française ».

Selon Czubaty, plus de la moitié des 51généraux polonais nommés entre1797 et1814 (dont 48 après 1806) avaient connu les légions ; 15restèrent au service jusqu’à leur dissolution. « Pour la plupart, ils étaient jeunes et leur attachement à la cause des Légions résultait de leur patriotisme. Très souvent, ils n’avaient aucune raison pour retourner au pays occupé n’y ayant ni de terres ni de perspective d’une carrière militaire. Contrairement aux généraux nommés par Stanislas Auguste Poniatowski, ils ne percevaient pas forcement le service dans les Légions comme une « dégradation » volontaire dans la hiérarchie militaire. »

Dans l’armée du duché de Varsovie (1807-1814), les vétérans des campagnes d’Italie constituaient un groupe influent et aguerri dans les intrigues. Leur expérience les mettant en bonne position certaines carrières furent rapides : parmi 24 anciens légionnaires nommés généraux avant la chute de l’Empire seuls 6 avaient été colonels en 1807. Deux (Dabrowski et Zajaczek) sur trois divisionnaires du 5e corps de la Grande Armée, créé à la veille de la campagne de Russie, avaient servi la France avant 1806 ainsi que le général Paszkowski, qui remplaça Zajaczek blessé. Le chef de l’état-major, le général de division Fiszer (tué à Vinkovo), avait été colonel dans la légion du Danube.

Au total, l’armée du duché et les formations polonaises prises à sa solde par Napoléon comptaient neuf généraux de division « légionnaires » ainsi que 23 brigadiers, 41 colonels, 51 lieutenant-colonels, 26 chefs de bataillon (escadron), 22 officiers supérieurs dans l’administration de la Guerre ou de la Santé et 164 officiers de ligne subalternes. Minoritaires parmi les officiers du duché mais bien placés et assez solidaires, ils prirent une part décisive dans l’instruction (Fiszer étant inspecteur-général de l’infanterie et Rozniecki de la cavalerie) et dans la démocratisation de la jeune armée. En 1807, Dabrowski menaça de démissionner pour combattre la réintroduction de l’ancien code de discipline militaire polonais permettant des punitions corporelles.

Pendant deux siècles, le souvenir des légions encouragea les patriotes qui – au risque de mériter l’appellation de mercenaires – mettaient sur pied les unités nationales au service étranger (Portugal en 1828-1834, Hongrie et Rome en 1848, Turquie en 1855, Autriche et Russie en 1914). Pour eux, les paroles de la Mazurka de Dabrowski (1797) : « La Pologne n’est pas morte, puisque nous vivons. Ce que nous a pris la force étrangère, nous le reprendrons par le glaive » ne perdaient pas leur sens.

En même temps, l’affaire de Saint-Domingue laissa un sentiment d’amertume dans la mémoire collective polonaise qui accusait (à tort) Napoléon d’envoyer ses frères d’armes fidèles à une mort certaine. Elle servait d’exemple pour tous ceux (y compris les communistes après Yalta) qui s’opposaient à l’idée de former des troupes polonaises auprès des puissances étrangères nécessairement cyniques. Le premier fut Kosciuszko qui, déjà, après Lunéville, renonça à toute coopération avec Bonaparte.

 Après 1918, la Pologne indépendante incorpora les légions à son panthéon et, en 1927, adopta leur chant comme hymne national, le seul au monde à nommer Bonaparte.

Source : Andrzej Nieuwazny, « Patriotes ou mercenaires ? », Revue historique des armées, 260/2010: http://rha.revues.org/index7040.html.

 

 

 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 1 octobre, 2019 )

1814-1815, UN OFFICIER BRITANNIQUE FACE A LA GRANDE-ARMEE : LE LIEUTENANT GEORGE WOODBERRY (1)

Les récits sur l’Épopée et laissés par des témoins anglais et traduits en français sont assez peu nombreux. Ainsi les mémoires de William Lawrence,  ceux d’Alexandre Cavalie-Mercer, ou bien encore le récit de Basil Jackson viennent compléter maigrement cette catégorie. Il faut toutefois leur ajouter le « Journal » de George Woodberry dont nous reproduisons plusieurs passages significatifs. Il est à noter que nous avons respecté les noms de lieux tels que les donne l’auteur.        

——————–                                                 

Un militaire observateur.

C’est en 1896 chez Plon que parut pour la première fois, en français le « Journal » du lieutenant George Woodberry. Il semblerait que le traducteur d’alors, Georges Hélie, soit parti directement  du manuscrit en langue anglaise; de plus il n’indique pas qu’il y une publication précédente en anglais. Faut-il en déduire que cette édition est la toute première réalisée ? L’auteur, est né le 13 avril 1792. Il s’engage tout d’abord dans le 10ème régiment d’infanterie, puis au 18ème de hussards. A l’âge de 21 ans il s’embarque avec ce régiment pour le Portugal. Nous sommes le 17 janvier 1813. Georges Hélie dans sa  préface, nous apprend qu’il est blessé à la bataille de Vitoria, le 21 juin 1813. Nous retrouvons Woodberry comme sous lieutenant en 1814 lors de la bataille de Toulouse. Le 18ème hussards se dirige après sur Calais, via Bordeaux et Calais où une partie du régiment regagne l’Angleterre ; George Woodberry se retrouvera l’année suivante encore face à la Grande-Armée : ce sera lors de la campagne de Belgique… Il est présent à Waterloo où, comme l’écrit G. Hélie : « Placé à l’extrême gauche de l’armée anglaise avec toute la cavalerie de Sir H. Vivian, il ne prend part à l’action qu’à la fin de la journée, au moment de l’arrivée de Blücher, ce qui lui permet d’observer et d’en donner une description exacte ».  Les passages qui suivent sont tirés de son « Journal » et permettent de le suivre au cours de son itinéraire.

 

1814, Portugal, Espagne et Pyrénées.

 En route vers le Portugal.

Le 1er janvier 1813, le 18ème de hussards rejoint Portsmouth pour s’embarquer à destination du Portugal : « J’ai fait mes provisions pour la traversée, elles se composent de douze volailles vivantes, deux jambons, trois langues fumées, six pains, trois livres de beurre, deux boisseaux de pommes de terre, trente livres de viande fraîche, deux livres de thé, une livre de café, neuf livres de sucre… » Woodberry ne se laisse pas abattre ! Il y ajoute « trois bouteilles d’eau-de-vie, du lait et six livres de riz pour les puddings. ». Après une traversée au cours de laquelle le mal de mer fut très présent, le navire de Woodberry  arrive en vue de Lisbonne le 30 janvier 1813. Le 3 février, il note que « de nombreux bateaux nous apportaient des fruits, de pain et des comestibles ».

Une existence de garnison plutôt paisible.

A terre notre anglais observe tout : « La basse classe est ici un ramassis de misérables et le confort n’a pas encore pénétré dans la classe moyenne » ; plus loin : « Prix actuels des marchandises à Lisbonne : Œufs, la pièce 1 centime ½ ; beurre la livre 16 centimes ; fromage (très mauvais), la livre 14 centimes ½… » Puis le militaire reprend le dessus : «Luz, 18 février 1813.  Nos rations quotidiennes arrivent tous les matins de Lisbonne et sont délivrées au régiment vers midi » et il ajoute quelques jours plus tard : «  Le régiment s’est mis en marche vers neuf heures pour le Campo Pequeiro pour y être passé en revue avec le 10ème et le 15ème de hussards ». Nous sommes en mars 1813. A l’horizon toujours point de français… Woodberry et ses camarades mènent une vie plutôt facile : dîners, bals, soirée à l’Opéra [de Luz], sans oublier les courses de chevaux. Le 16 mars 1813, le régiment célèbre la Saint-Patrick et l’alcool aidant, Woodberry écrit : « Pas mal de têtes cassées ce soir dans le régiment. Ces gaillards boivent comme des poissons…On en a porté un à l’hôpital plus mort que vif. » Le 1er avril 1813, l’ordre de mouvement du régiment arrive : il se dirigera vers Sacavem, Villafranca, Azambuja pour arriver à Cartaxo. Au cours de son voyage, Woodberry  poursuit ses observations : « Les Portugais s’habillent ici [à Azambuja] suivant la veille mode du pays, ce qui leur va bien mieux que les vêtements anglais, qui font fureur à Lisbonne. » Le 13 avril, il célèbre son 22ème anniversaire : « Je suis décidé à être gai aujourd’hui, car Dieu seul sait si je verrai un autre anniversaire ». Toujours pas d’ennemi en vue, et l’existence se poursuit avec son lot de beuveries entre amis, mais aussi de vols de vin et Woodberry siège quelquefois à la cour martiale militaire. Le 18 mai, à Freixados, Wellington en personne passe ses troupes en revue. En passant devant le 18ème de hussards il déclare : « C’est le plus beau corps de cavalerie que j’aie vu de ma vie, et je n’éprouve aucune hésitation à dire qu’il est sans rival en Europe ». La campagne de 1813 est ouverte. « Gare à vous, Français, nous serons bientôt sur vos talons ! », écrit Woodberry, le lendemain. Le Lieutenant Woodberry apprend que les français  « ont quatre-vingt-dix mille hommes à nous opposer et font tous les efforts possibles  pour défendre le pont qui traverse l’Estouro à Zamora », mais il n’a pas encore l’ombre d’un soldat ennemi…Il faudra attendre le 24 mai : « Dieu merci, nous nous rapprochons des Français : on les voit maintenant à Meiza, en Espagne, à trois milles d’ici [de Fornos]; mais la rivière Douro les protège en nous séparant, autrement, ils ne seraient pas si tranquilles. » Les anglais souffrent du climat : « La chaleur est extrême ; nous devenons tous très bruns et nos lèvres sont si douloureuses que nous pouvons à peine les toucher ».

Les choses sérieuses commencent enfin…

Le 31 mai, à Yeneste, Woodberry peut se réjouir : « Enfin, j’ai vu une escarmouche et c’est une plaisanterie que je goûte assez. La brigade a traversé le gué d’Almandra, soutenue par la 7ème et 8ème division de l’armée et un escadron d’artillerie volante. Nous passâmes à deux heures de la nuit, il faisait très ombre ; l’ennemi ne nous attendait pas de si bon matin, il a donc été surpris et de soixante hommes qui composaient le piquet chargé de garder les hauteurs et le gué, dix au plus ont échappé. L’officier qui les commandait a été trouvé en train de se raser dans sa chambre. Quelques hommes ont fait une vigoureuse résistance et ont été horriblement sabrés et taillés en pièces par nos hussards » Le 2 juin, les anglais se heurtent à l’armée française près du village de Moralès : « Je fus envoyé sur le front avec les tirailleurs et j’eus quelque peine à empêcher mes hommes de dépasser la ligne. L’artillerie légère arriva alors et je fus rappelé : elle tira deux volées puis fit volte-face et se retira lentement. Un escadron du 10ème hussards chargea alors et rencontra les Français qui chargeaient aussi. Le tumulte et la confusion étaient extrêmes : l’ennemi s’efforçait de son mieux de se frayer un chemin, tandis que le 10ème et le 18ème le sabraient et le taillaient en pièces dans toutes les directions… » Le 12 juin à Esar, nouvel accrochage. Woodberry souligne notamment que « la grosse cavalerie (4ème régiment) chargea les Français près de la grande route, mais fut repoussée. Elle s’empara d’un canon qui fut repris par l’ennemi. Toute notre artillerie prit alors part à l’action, et l’ennemi se retira en désordre sous le feu de près de quarante pièces de canon ». Le 21 juin, se déroule la fameuse bataille de Vittoria. Notre lieutenant anglais écrit : « J’y ai vu (sur une haute colline) avec une lunette le roi Joseph et son état-major. L’engagement commença à neuf heures du matin et l’ennemi fut rapidement chassé des hauteurs de Puebla par le corps de sir Rowland Hill. L’action devint très sérieuse et les ennemis furent repoussés du haut en bas de leur position… »

Après la bataille…

Woodberry recommence ses observations quelques peu futiles : « Les dames espagnoles portent les cheveux nattés et attachés serrés sur la tête avec un ruban, puis elles les laissent pendre sur leur dos » (Olite, Espagne, le 7 juillet 1813) ; ou bien encore : « Une ridicule affaire est arrivée le soir du bal de lord Worcester : il avait retenu nos musiciens pour jouer, à l’heure dite, on ne les vit pas arriver ; on envoya à leur recherche un sous-officier, qui les trouva tous réunis dans une chambre ; ils étaient ivres et dansaient tout nus, mais ils portaient leurs pelisses sur l’épaule. Il y avait, paraît-il, des femmes avec eux ; je n’ai pas pu savoir si elles étaient déshabillées ou non ». (9 juillet) Le témoignage du jeune lieutenant pour 1813 s’arrête brutalement le 7 septembre ; le 18 décembre de la même année, Woodberry sera blessé grièvement « à la main par une balle de fusil devant l’ennemi entre Urucuray et Mendionde (midi de la France) ». Dans les premiers jours de 1814, nous le retrouvons remis de ses blessures dans le Pays basque, à Hasparren (Pyrénées-Atlantiques).

Dans les Pyrénées…

L’officier anglais a cette réflexion pleine réalisme : « Les pauvres diables d’habitants, qui actuellement nous bénissent comme leurs libérateurs, auront bientôt de justes raisons pour nous maudire, car nous consommons toutes leurs provisions ». Il ajoute : « Plusieurs centaines de jeunes gens, déserteurs de leurs drapeaux, sont arrivés des montagnes où ils se tenaient cachés. » Woodberry reprend sa vie tranquille : « J’ai chassé ce matin et j’ai tué deux lapins et un très beau poulet qui s’était égaré ; j’ai été forcé de le cacher, car tout le voisinage me rebattrait les oreilles ». Mais les Français sont toujours dans les environs et il indique que « l’ennemi a refoulé nos piquets à la Bastide de Clarence et à Bunloc, et s’est avancé » sur Hasparren, au grand effroi de la population, qui nous a si bien reçus. « 8 janvier 1814. Une sonnerie de trompette rassembla la brigade et je fus détaché avec la compagnie de Croker à l’entrée d’Hasparren pour charger l’ennemi, s’il marchait sur la ville. Notre infanterie tirailla avec lui toute la journée, et il fit peu de progrès. Nous attendons ce soir deux divisions d’infanterie. Le général Picton est avec nous, et nous avons notre nouveau chef, le colonel Vivian, du 7ème de hussards. Le général Alton nous a quittés hier allant en Angleterre. Un escadron du 18ème et un du 1er de hussards sont, avec deux canons, de piquet sur les hauteurs ; le reste est rentré au quartier. Les hommes se reposent près de leurs chevaux sellés, et sont prêts à partir à la première alerte. » Woodberry poursuit son existence: « Ce matin (De piquet à Bunloc, 16 janvier 1814), j’ai été à la messe avec les villageois : on fait tout pour passer le temps. J’ai été relevé à midi, par un officier du 1er de hussards, et je suis revenu à on logement. 22 janvier 1814 (Chapelle de Hasparren). Tous les matins, je contemple les montagnes et je découvre toujours quelque nouveau sujet d’admiration. Ceux qui n’ont pas vu les Pyrénées, ne peuvent se faire une idée de leur magnificence. 27 janvier 1814 (De piquet à Ayherre). Je suis encore de piquet, il y a si peu de sous-lieutenants présents au régiment. Je viens de voir un paysan arrivant de Pau. Le maréchal Soult et le général Clauzel ont passé les troupes en revue. On exerce environ quinze mille conscrits, mais leur nombre diminue de dix à vingt par jour, par désertion. Il en arrive ici en effet journellement, et il y a plusieurs milliers de déserteurs qui vivent avec les habitants en-dedans de nos lignes. » Il y a un certain flottement durant ces journées. Ainsi, l’auteur écrit le 14 février 1814, de Ayherre : « On s’est battu toute la journée dans la vallée, mais pas de nouvelles et pas d’ordres.

Puis le 27 février 1814, c’est la bataille d’Orthez :

« Vers neuf heures, l’engagement commença et notre brigade quitta la grande route pour occuper une colline à gauche. Pendant que nous la gravissions, nous entendions au loin tonner l’artillerie. Il fallut franchir un ravin à pente très raide en tenant nos chevaux par le tête. Nous entrâmes alors dans le village de Baigts, qui avait été pris et repris plusieurs fois. Nous vîmes alors l’armée française dans ses positions, déployée d’une façon très imposante. Cette vue frappa de terreur plusieurs de nos camarades, j’ai le regret de le dire. A ce moment, le maréchal Soult et son état-major parcouraient à cheval le front de bataille. Le maréchal exhortait ses soldats à bien combattre,  je le vis très bien avec ma lunette. Nous arrivâmes bientôt sous le feu de l’ennemi, Vivian voulant former le régiment au plus près, pour le cas où il aurait fallu charger. Mais les français nous firent tant de mal avec leur artillerie, que deux escadrons du régiment furent envoyés à l’arrière-garde, et que l’escadron de droite se mit à l’abri, les hommes se tenant a centre des chevaux dans un fossé boueux. Je vis de là comment les choses se passaient dans la vallée. Nos braves tirailleurs se maintenaient avec des succès divers. Le maréchal Beresford et son état-major se tenaient près de nous, très exposés, car nous étions au centre de la ligne de bataille, attendant qu’une division ne vienne à notre secours. Quand elle arriva, nous sortîmes du fossé et nous avançâmes avec elle. A ce moment, l’ennemi se retirait de tous côtés ; nous ne pouvions en connaître la cause : c’était le général Hill qui, après avoir passé le gave à Orthez, avait tourné le flanc gauche de l’ennemi après un petit engagement. La poursuite de l’infanterie continua jusqu’à la tombée de la nuit, aucune occasion de charger ne s’étant présentée pour notre brigade. Le 7ème de hussards fut plus heureux et ramena environ soixante-dix prisonniers. La route était jonché de cadavres ; il y en avait, je crois, plus qu’à Vitoria ; et par le temps que dura la bataille, elle fut une des plus meurtrières de la campagne ». Woodberry fait preuve d’une certaine lucidité concernant l’état-major anglais : « Lord Wellington n’a jamais été plus mal secondé sur le champ de bataille ; tous ses aides de camp étaient loin de lui et on l’a vu galoper avec une seule ordonnance. Il était pourtant où l’on avait besoin de lui ».

« J’espère bien que c’est la dernière campagne de Buonaparte ».

Le 12 mars 1814, il écrit de Langon : « L’armée anglaise est entrée à Bordeaux ce matin. J’ai vu le duc d’Angoulême traverser Langon pour se rendre à Bordeaux. J’espère bien que c’est la dernière campagne de Buonaparte ». Quatre jours plus tard, toujours à Langon, il précise : « Nous partons ce matin rejoindre l’armée de lord Wellington à marches forcées. Le bruit court que Soult lui a infligé une défaite ; les gens du pays en paraissent consternés. Ils craignent le retour de leurs compatriotes et la punition de leur complaisance pour nous. » Il est à Bazas, le 17 mars 1814, jour de la Saint-Patrick, fête chère aux cœurs des britanniques : « Il y a un an, à Luz, au Portugal, tout le régiment était ivre-mort. Cette année, c’est bien différent, tout le monde reste sobre. » Le 9 avril, Woodberry se trouve « aux avant-postes sur la route de Toulouse », et il ajoute : « … cette belle cité est devant mes yeux… on annonce la bataille pour demain. » Il assiste à la fameuse bataille de Toulouse : « Jours de gloire pour les armées anglaise, espagnole et portugaise, mais jour de carnage pour tous ! », écrit-il.

Le 13 avril 1814, l’auteur fête ses 22 ans. Il est à Escalquens, et, tout content des nouveaux événements, il déclare sans ambages : « Quel plaisir, quelle joie de pouvoir écrire les nouvelles arrivées de Paris ! Buonaparte a abdiqué le trône de France et un nouveau gouvernement est formé ! C’est la paix ! » Pénétrant dans Toulouse le 15 avril, Woodberry écrit : « La ville est pleine de déserteurs français : plus de deux mille hommes de l’armée de Soult se sont cachés pour attendre notre entrée. Soult a bien laissé un général pour rassembler les traînards, mais le peuple s’est ameuté contre lui et l’a mis en prison. » Et plus loin  (De Maureville, le 17 avril 1814) : « On dit que la cavalerie française souhaitait une rencontre personnelle avec la cavalerie anglaise dans ces belles plaines. Je ne sais si elle encore dans ces dispositions, mais pour ma part, je ne demande qu’une chose, c’est que le 18ème en vienne aux mains avec deux de leurs meilleurs régiments, et je promets qu’ils seront proprement étrillés ». Puis le 18 avril, Soult conclut un armistice avec Wellington. « …nous avons été  dans le lignes françaises pour parler avec les officiers. Nous devons évacuer ce village [Maureville] et ses environs. Demain, les troupes françaises l’occuperont. Nous nous retirerons sur les bords de la Garonne et nous y resteront jusqu’à la signature de la  paix. Tout le pays a arboré le drapeau blanc et s’est déclaré [être] pour les Bourbons. »

Quelques jours plus tard, il est à Auch. Ainsi à la date du 23 avril 1814 : « On nous dit que Buonaparte est parti de Fontainebleau mercredi dernier pour l’île d’Elbe, accompagné de plusieurs de ses généraux ». L’Empereur avait abdiqué le 12 avril et s’était mis en route le 20 avril pour son petit royaume elbois.

Woodberry va jusqu’à plaindre le sort du souverain à présent déchu ; mais non sans une certaine ironie : « (De Lavardens, dimanche 24 avril 1814), Pauvre diable de Buonaparte ! Le songe de sa grandeur est fini. Il va se réveiller à l’île d’Elbe. Il y a six mois, il négociait pour garder les bords de l’Elbe ; il y a trois mois, il offrait de traiter pour les bords du Rhin ; dans les premiers jours de mars, il ne se trouvait pas satisfait des limites de l’ancienne France, et maintenant que toutes ses prétentions sont détruites, il parlemente  encore pour obtenir quelques articles d’ameublement, quelques livres, quelques bouteilles de vin. Hélas ! Pauvre Napoléon ! ».

A suivre…

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 27 août, 2019 )

La bataille de Dresde: « Une victoire à peu de frais. »

ombre1.jpg

Les 26 et 27 août 1813, s’est déroulée une des plus célèbres batailles de l’Empire. La Grande-Armée la remporta avec un minimum de pertes ; c’est ce qui fait écrire au cuirassier Auguste Thirion : « Il était difficile de remporter une victoire à aussi peu de frais « .

Une bataille de deux jours. 

Selon Alain Pigeard,  » Napoléon était accouru pour défendre la ville de Dresde, capitale de la Saxe et de son allié. Dès le 26, Schwartzenberg s’était établi sur les collines qui dominaient la ville et les positions françaises, mais attendait l’arrivée des Prussiens avant de commencer les hostilités. Malgré ce désir, toute l’armée alliée se jeta sur les positions de Gouvion Saint-Cyr le 26 à 15 heures. Les troupes françaises luttèrent à quatre contre un et furent rejetées du Gross-Garten et du parc Moczinski, au moment où l’Empereur arriva avec la Jeune Garde et la cavalerie de Murat ; les Alliés furent immédiatement rejetés et regagnèrent leurs positions initiales. Le lendemain, la bataille s’engagea sous une pluie battante ; c’est dans cette partie du combat que le général Moreau, ancien héros de Hohenlinden, opposant à Bonaparte et devenu conseiller militaire du tsar avec Jomini, eu les jambes broyées par un boulet tiré par l’artillerie à pied de la Garde. Murat et Victor rejetèrent les Autrichiens et firent de nombreux tués ou prisonniers. Schwartzenberg craignant de voir couper sa ligne de retraite sur la Bohême, abandonna le champ de bataille et la capitale de la Saxe fut libérée. » 

Quelques chiffres. 

Alain Pigeard indique que les forces françaises sont de 120 000 hommes (le 27) ; les forces ennemies 140 000 hommes (le 29). Les pertes françaises sont de 8000 tués et blessés ; celles ennemies de 27 000 tués, blessés et prisonniers.

Un témoignage… 

Auguste Thirion était sous-lieutenant au 9ème cuirassiers. Il assista à la bataille de Dresde et en a laissé un intéressant témoignage contenu dans ses  » Souvenirs militaires  » :   » Depuis quarante-huit heures, toutes les cataractes du ciel étaient ouvertes sur nos têtes, et si nous n’étions pas des chevaliers de triste figure, on pouvait au moins dure que nous étions des cuirassiers faisant tristes figures ? Mouillés, harassés, manquant totalement de vivres, autant pour nos chevaux que pour nous, pataugeant dans un sol trempé, voilà dans quelles conditions nous nous présentions à la bataille de Dresde. Il est vrai que l’ennemi, aux vivres près dont il ne manquait pas, partageait avec nous l’inclémence de l’atmosphère. Une chose remarquable et heureuse pour nous, fut que l’ennemi ne nous présenta presque que de l’infanterie, et voici en quoi il fut heureux. Les fusils à pierre et à bassinet tellement mouillés qu’ils ne purent faire feu ; de l’infanterie de l’atmosphère. La bataille s’engagea par le feu des batteries, qui dura assez longtemps, et comme les deux armées tenaient bon, nous reçûmes l’ordre d’avancer sur les carrés ennemis, car toute cette infanterie était formée en carrés, manœuvre usitée quand elle est opposée à la cavalerie. A mesure que nous approchions, nous fûmes forcés de nous convaincre que nous faisions là une attaque à l’eau de rose, car sur un carré de 1500 baïonnettes sur lesquelles mon régiment marchait, il n’y eut que 50 fusils qui purent faire feu, et, avançant toujours, nous finîmes par arriver à portée des baïonnettes, dont cette infanterie fit le meilleur usage qu’il lui était possible. Elle lançait avec vigueur contre le poitrail ou les naseaux de nos chevaux et nous fûmes tenus ainsi pendant assez longtemps sans pouvoir entamer le carré, soit que nos chevaux fussent effrayés de ce mouvement, soit que les cavaliers ne fissent point usage des éperons, aucun d’eux ne voulant sacrifier son cheval. Si nous avions chargé cette infanterie de la vigueur de nos chevaux, elle n’eût pas essayé de tenir, persuadée qu’il lui aurait été impossible de résister au choc d’une masse lancée avec impétuosité, mais nous arrivâmes au pas et elle se défendit aussi bien que cela lui fut possible.  J’ignore combien de temps nous serions restés dans cette respective et très extraordinaire position, les cuirassiers, le sabre haut et la menace à la bouche, l’infanterie se livrant à une gymnastique de baïonnettes violente et incessante, si un homme du régiment ne s’était écrié ;:  » Prenons les pistolets !  » Le conseil fut immédiatement suivi, les schabraques furent levées, les fontes découvertes et les pistolets, qui étaient parfaitement à l’abri de la pluie qui paralysait les fusils, furent saisis et dirigés sur ces malheureux Autrichiens, qui cessèrent aussitôt toute résistance, jetèrent leurs armes par terre et la cavalerie pénétra dans le carré, qui se rendit prisonnier ainsi que les autres qui couvraient le champ de bataille. Il était difficile de remporter une victoire à aussi peu de frais. «  

Le général Moreau à Dresde ou la fin d’un traître…. 

Le colonel d’artillerie Noël, alors major, est lui aussi engagé à la bataille de Dresde. Voici ses impressions sur la bataille et la mort de Moreau :  » 27 août. Le lendemain c’est à notre tour de prendre l’offensive. L’ennemi, sous le coup de son échec, se tient sur la défensive. Connaissant son adversaire, il s’attend bien à être attaqué. La tâche pour nous n’est pas facile. L’ennemi, outre qu’il nous est bien supérieur en nombre, occupe sur les hauteurs d’excellentes positions, ses deux ailes appuyée à l’Elbe, à gauche et à droite. Il nous faut le débusquer des hauteurs et le rejeter sur les montagnes de la Bohême d’où il est sorti, sa seule ligne de retraite, et dont le général Vandamme doit lui fermer l’accès. Il fait un temps affreux, il a plu toute la nuit. Nous sommes mouillés jusqu’aux os et un épais brouillard couvre par moment tout le pays. Comme nous sommes les assaillants, ce brouillard nous est favorable, en ce qu’il dérobe à l’ennemi nos dispositions d’attaque. L’Empereur porte ses principales forces sur ses ailes, et, pour tromper l’ennemi, commence l’action, vers six heures du matin, par une violente canonnade au centre. Il surveille en personne le feu, et pour en activer encore la violence, il fait avancer l’artillerie de la garde. Une de ces batteries tire sur un groupe de généraux et d’officiers supérieurs qu’on aperçoit par intervalles, sur la hauteur, et un de ses boulets coupe les jambes du général Moreau, qui se trouve parmi eux. Triste fin pour un officier français, si glorieux, et qui, après avoir rendu de grands services à son pays, s’est laissé entraîner, par une jalousie et une haine personnelles, jusqu’à porter les armes contre lui et contre ses anciens frères d’armes, qui lui avaient pourtant conservé une vive sympathie. Le général Moreau, excellent général, ne peut pourtant pas, pour le génie militaire, être comparé à Napoléon. On n’a, pour en juger, qu’à comparer la campagne de l’armée du Rhin à celle de l’armée d’Italie. En dehors des choses de la guerre, c’était un caractère incertain, et il s’est laissé entraîner par les mauvais conseils de Bernadotte. A son tour, il a entraîné son ancien aide de camp Rapatel, qui, lui, fut tué d’une balle française à La Fère-Champenoise. Un boulet pour le général, une balle pour l’aide de camp, c’était la récompense de leur honteuse conduite. Lorsque, quelques jours après, on connut à l’armée la mort de Moreau, elle y causa plus de satisfaction que de regrets, malgré les bons souvenirs qu’il y avait laissés. On ne lui pardonnait pas de s’être joint à nos ennemis et de les avoir aidés de ses conseils. Si Moreau n’eût été tué à Dresde, il aurait continué à se battre contre nous ; il serait entré à Paris à la droite d’Alexandre, serait devenu un des hauts dignitaires des Bourbons, et son nom serait flétri comme celui du traître Marmont. Sa mort lui a fait pardonner sa conduite, et aujourd’hui on ne compte plus se souvenir que des services rendus. «  

Pour en savoir plus sur le sujet : 

Colonel NOEL :  » Souvenirs d’un officier du Premier Empire (1795-1832). Edition annotée et complétée par Christophe Bourachot « . A la Librairie des Deux Empires, 1999.

Auguste THIRION :  » Souvenirs militaires « . A la Librairie des Deux Empires, 1998.

Alain PIGEARD :  » Dictionnaire de la Grande-Armée « . Tallandier, 2002.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 19 août, 2019 )

19 août 1815. Le général de Labédoyère, un des martyrs de la Terreur blanche…

labedoyere.jpg

Charles-Angélique-François Huchet de La Bédoyère, issu d’une vieille famille bretonne, naît à Paris le 17 avril 1786. Après avoir grandi dans un royalisme ambiant, le jeune Charles, au sortir de la tourmente révolutionnaire n’a qu’un but : « Il est dévoré de la passion de servir à la grandeur française« , comme l’écrit Marcel Doher dans la biographie qu’il lui a consacrée. Après un voyage au cours duquel, en compagnie de son frère Henry, il parcourt la France, la Suisse et l’Allemagne, il rencontre la célèbre Madame de Staël. Il devient d’ailleurs un des habitués de son salon de Coppet. Mais c’est la carrière des armes qui est son objectif ; en 1806, nous retrouvons Charles lieutenant en second à la 2ème compagnie des gendarmes d’ordonnance. Notons au passage que La Bédoyère était un cousin éloigné de Charles de Flahaut, lui même fils naturel de Talleyrand (et de Madame de Souza, une familière de la Reine Hortense). Selon Marcel Doher, c’est grâce à la bienveillance de cette dernière que le jeune Charles obtint son brevet de sous-lieutenant… La compagnie de Charles jusque là cantonné à Mayence, part début 1807 afin de traquer quelques bandes de  » partisans « .Il traverse donc l’Allemagne en direction de la Poméranie. La Bédoyère traverse Berlin, puis le voici en route pour Stettin et Colberg . Il participe à de  » petits engagements avec des groupes de partisans en embuscade « . Après une opération à Degow, devant Colberg,,  » en dehors des jours de combat, ce sont de longues reconnaissances, des bivouacs sur la neige, dans la solitude de forêts monotones et de lacs gelés « , écrit Marcel Doher. Le 14 juin 1807, La Bédoyère et ses camarades assistent à la bataille de Friedland. Après la dissolution des Gendarmes d’ordonnance, La Bédoyère est nommé lieutenant en 1er  au 11ème  chasseurs à cheval. Le 14 janvier 1808, il est nommé aide de camp de Lannes et le suit en Espagne.  On le retrouve ainsi au siège de Saragosse, puis au printemps 1809 il part pour l’Autriche et participe à toute la campagne s’y déroulant. En juin 1809, La Bédoyère passe aide de camp du Prince Eugène et le suit en Italie. Il y séjournera jusqu’en 1812. En cette année douloureuse pour la Grande-Armée, La Bédoyère suit Eugène en Allemagne lorsque celui-ci prend le commandement du IV° corps de la Grande-Armée. Puis c’est lé départ pour la Russie…

Il est présent à la bataille de La Moskowa (7 septembre 1812), à celle de Malojaroslavets (24 octobre 1812), puis lors du passage de la Bérézina (26-28 novembre 1812). n 1813, Charles de La Bédoyère reçoit le commandement du 112ème de ligne, compris dans la 35ème division du Général Gérard (XIème  corps du maréchal Macdonald). Le 1er mai 1813 il est nommé colonel et participe à la bataille de Bautzen (20-21 mai 1813). Blessé à Golberg, il est mis en congé et rentre en France pour se soigner.

Il épousera au cours de son séjour, Georgine de Chastellux, en novembre 1813. Les nouveaux époux profitent en cette fin d’année pleinement de leur bonheur.

1814 ! L’ennemi foule le sol de la France…

La Bédoyère, proposé à deux reprises pour le grade de général de brigade par le général Gérard, est affecté au commandement provisoire de la 2ème brigade de la 1ère division de Paris. Il refuse ce poste  » espérant rejoindre son régiment et désirant en garder le commandement « . Il est présent lors de la bataille de Paris, le 30 mars 1814, et  » se dépasse sans compter  » comme l’écrit si bien le Colonel Hippolyte de Marcas dans ses  » Souvenirs « . Après la première abdication, Charles de La Bédoyère remet sa démission afin de ne pas servir le nouveau pouvoir mais c’est sans compter avec sa belle-famille les de Chastellux ! « César de Chastellux, le frère aîné de Georgine, émigré servant aujourd’hui dans la Garde Royale, effectue une démarche, que Charles n’aurait jamais faite, auprès du Ministre de la Guerre « , écrit Marcel Doher. La Bédoyère est nommé le 4 octobre 1814, colonel du 7ème de ligne et doit rejoindre sa garnison à Chambéry.

Le 25 octobre de la même année, Georgine donne naissance à un petit garçon : Georges-César-Raphaël.

En janvier 1815, Charles de La Bédoyère est toujours à Paris ! Il ne semble pas pressé de rejoindre son régiment…Il quitte enfin la capitale le 22 février et arrive à sa destination quatre jours après. Déjà en France, devant le mécontentement général, certains ont le regard tourné vers l’île d’Elbe…

  » Que diriez-vous si vous appreniez que mon régiment a pris la cocarde tricolore et les aigles ?… » demandait Charles à la Reine Hortense avant son départ.

Le 26 février, jour de son arrivée à Chambéry, l’Aigle quitte son rocher ;il est en route vers les côtes de France…

Le général Marchand, commandant la place de Grenoble apprend le débarquement le 4 mars au soir. Le lendemain après une réunion avec tous les officiers de la garnison, Marchand envoie une dépêche à un certain Devilliers, commandant la brigade de Chambéry : il doit faire mouvement sur Grenoble afin de s’opposer à la progression du  » Corse  » ! Le 7ème et le 11ème de ligne se mettent en route. Le 7ème  ayant à sa tête le très bonapartiste La Bédoyère.  Celui-ci au cours d’une halte chez une certaine Madame de Bellegarde aurait déclaré :  » Adieu , Madame, dans huit jours je serai fusillé ou Maréchal d’Empire ! « . Puis c’est l’arrivée à Grenoble… On connaît l’épisode inoubliable de Laffrey… La Bédoyère n’y assistera pas: il est à Grenoble dans la ville en état d’alerte. Après avoir déjeuné avec le Général Marchand, ce 7 mars 1815, il rassemble son régiment aux cris de  » Vive l’Empereur !  » et après un conciliabule avec ses officiers et ses soldats, il sort de Grenoble, allant à la rencontre de l’Empereur qu’il retrouve  » avant Vizille, entre Tavernolles et Brié « .  Marcel Doher écrit :  » Celui-ci voit s’approcher le jeune et ardent colonel. L’an passé, aux jours douloureux de Fontainebleau, La Bédoyère s’est mis spontanément à sa disposition, demeurant auprès de lui jusqu’au dernier moment, à l’heure de tous les reniements « .  L’Empereur embrasse La Bédoyère et voyant que ce dernier n’a pas de cocarde tricolore, décroche celle qui orne son chapeau et la lui donne.  Plus tard c’est la prise de Grenoble, après bien des aléas. La Bédoyère suit l’Empereur vers Paris. Ce dernier y arrive le 20 mars vers 21 heures.  Le lendemain, à 3 heures du matin, Le 7ème de ligne commandé par La Bédoyère y fait son entrée. L’Empereur nomme La Bédoyère général de brigade et aide de camp. Il a vingt-neuf ans. Notons, que le « bon » roi Louis XVIII ne reconnaîtra pas cette nomination… 

Le 4 juin, Charles de La Bédoyère est fait comte de l’Empire et nommé membre de la Chambre des pairs. La campagne de Belgique débute alors. Le 12 juin 1815, l’Empereur quitte Paris, accompagné, notamment de son nouveau général de brigade. Ligny, les Quatre-Bras puis Waterloo… Durant cette ultime grande bataille, La Bédoyère parcourt les rangs afin de transmettre les ordres de l’Empereur. L’Empire vit ses derniers jours…C’est la retraite. L’Empereur entre dans Philippeville ; La Bédoyère n’est pas loin, accompagné des autres aides de camp : Flahaut, Dejean, Bussy, Corbineau et Canisy. Le 21 juin, Napoléon est à Paris. Charles de La Bédoyère se démène à la Chambre des députés afin de soutenir la reconnaissance de Napoléon II ; mais en vain …Pendant son vibrant plaidoyer, le maréchal Masséna lui assène cette phrase cinglante: « Jeune homme, vous vous oubliez !« .

Le 29 juin, l’Empereur quitte la Malmaison pour Rochefort. Sensible à la fidélité de La Bédoyère il le veut près de lui dans son exil. Mais Charles, tout occupé à réconforter sa chère Georgine, arrive trop tard. : Napoléon est parti et les prussiens approchent de la Malmaison. La Reine Hortense, amie fidèle , l’engage à quitter Paris sans délai. Il part de la capitale le 12 juillet en direction de Riom afin d’aller saluer son ami Exelmans qui lui a réservé le poste de chef d’état-major du 2ème corps de cavalerie. Mais partout en France, les royalistes crient vengeance…Il faut songer à quitter la patrie. Aussi, après s’être procuré un passeport pour l’Amérique, La Bédoyère remonte à Paris embrasser une dernière fois son épouse et son fils. Le 24 juillet 1815, est publiée l’ordonnance du Roi (dont Fouché et Talleyrand sont les véritables auteurs) poursuivant les anciennes gloires de la Grande-Armée. Ney, Les frères Lallemand, Drouet d’Erlon, Bertrand, Drouot, Cambronne et…La Bédoyère sont cités dans celle-ci. Ils ne sont pas les seuls…

Charles de La Bédoyère prend cette fois la décision d’aller en Amérique mais avant il tient à aller à Paris…

Repéré durant son voyage, il est arrêté le 2 août 1815 et expédié à la Préfecture de police. Interrogé par Decazes, le nouveau ministre de la police,  » il reconnaît et prend à sa charge tous les actes qu’il a accomplis « .Transféré à la Conciergerie puis à la prison de l’Abbaye, La Bédoyère attend sereinement son jugement. Son procès est fixé au lundi 14 août 1815. Entre temps, a lieu une tentative pour le faire évader. Elle n’aboutira pas.

Après un procès mémorable, Charles de La Bédoyère est condamné à la peine de mort. 

Chateaubriand, en bon courtisan, écrira au Roi :  » Vous avez saisi ce glaive que le souverain du ciel a confié aux princes de la terre pour assurer le repos des peuples… Le moment était venu de suspendre le cours de votre inépuisable clémence…votre sévérité paternelle est mise au premier rang de vos bienfaits.  » (Cité par Henry Houssaye (dans son  » 1815. La seconde abdication.-La Terreur blanche « . Paris, Perrin, 1905) 

Acta est fabula ! La pièce est jouée ! 

Malgré une dernière tentative de sa femme afin d’intercéder auprès de Louis XVIII, le destin de La Bédoyère semble devoir s’achever d’une façon irrémédiable…. Jugé par un conseil de guerre 5 jours auparavant, il est fusillé en fin de journée le 19 août 1815, vers 6h20 du soir, à la Barrière de Grenelle (appelée également des Ministres)  par un peloton dont il commanda lui-même le feu…

Le 22 août 1815, son corps est transféré au cimetière du Père-Lachaise où il repose depuis. Son fils Georges le rejoindra en 1867 et Georgine en 1871. 

————

Le jugement de l’Empereur à Sainte-Hélène. 

«Le Colonel de La Bédoyère était animé des plus nobles sentiments ; il avait été aide de camp du maréchal duc de Montebello [Lannes] et du vice-roi d’Italie [Eugène de Beauharnais]. Jeune homme de trente ans, il avait été élevé dès sa plus tendre enfance aux cris de «Vive l’Empereur !» et était enivré de la gloire de la France. La conduite des Bourbons, leur asservissement à l’étranger, le déshonneur dont ils couvraient la nation, avaient révolté tous les sentiments de son âme, et, quoique sa famille, une des anciennes familles de Bretagne, fût attachée à la cour des Bourbons, il resta constamment en opposition, frémissant de l’avilissement de la France, et il appelait de tous ses souhaits, à grands cris, celui que la France voulait et que les étrangers redoutaient tant. Napoléon le reçut et le loua de son généreux dévouement, il y avait du courage, car il était le premier qui se ralliait à l’empereur, et il l’avait fait hardiment, au milieu de la place de Grenoble. Il n’y avait dans cet acte aucun sentiment personnel, aucune vue d ‘ambition, même aucun sentiment d’amour-propre.» 

(Comte de Las Cases, « Mémorial de Sainte-Hélène). 

————

A Sainte-Hélène c’est par Gourgaud, qui l’avait lu dans les journaux reçus, que Napoléon apprit la mort de Charles de La Bédoyère. Nous étions le 7 décembre 1815, autre date sombre puisque ce fut ce même jour qu’était fusillé le Maréchal Ney, avenue de l’Observatoire… Dans son Testament en date du 15 avril 1815, l’Empereur lègue 100 000 francs aux enfants de La Bédoyère. Dans son Codicille (daté du 24 avril 1821) il ajoute la somme de 50 000 francs aux mêmes. (Source:  » Mémorial de Sainte-Hélène. « . Edition établie par Marcel Dunan (Paris, Garnier, 1983, 2 volumes). 

Sources:

-Marcel DOHER :  » Des rêves de gloire au peloton d’exécution. Charles de la Bédoyère, 1786-1815, aide de camp de l’Empereur. Préface du Commandant Henry Lachouque « . Paris, J. Peyronnet et Cie, 1963. 

-Comte de LA BEDOYERE et André de MARICOURT :  » Idylle et drame (1790-1815).Georgine de Chastellux et Charles de La Bédoyère « . Paris, Émile-Paul frères, 1924. 

 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2019 )

Enlever l’Empereur (juin 1815) ?

Napoléon le Grand2Le colonel de Rumigny rejoint Paris dans l’espoir que la lutte va continuer, malgré la défaite de Waterloo.

J’allais donc galopant et pensant tristement, lorsque, dans la forêt de Villers-Cotterêts, je vis venir une voiture à quatre chevaux de poste avec un courrier en avant.

— Arrêtez, arrêtez ! me cria-t-on.

Je m’approchai de la voiture et je vis le général Sébastiani.

— Quelles nouvelles ? me dit-il.

— Mon général, je vais annoncer à l’Empereur que le maréchal Grouchy…

— Mon cher colonel, me répondit-il, l’Empereur a abdiqué. Il n’est plus à Paris. Mais allez au ministère de la Guerre, dites au prince d’Eckmühl [Davout] que vous m’avez rencontré et que je vais faire diligence pour arrêter l’ennemi et parlementer. Vous rencontrerez aujourd’hui, ajoute-t-il, le général La Fayette et Benjamin Constant, qui me suivent dans le même but.

Ces deux noms m’étaient antipathiques, et je dis au général :

— Mon général, il vaut mieux se battre que de négocier ; et on ne vous recevra pas, j’en suis certain.

Je continuai encore plus tristement ma route. A quelques lieues, La Fayette me fit appeler par son domestique, je ne répondis rien et en fis de même à Benjamin Constant, sauf un : « Va te faire f… » que je lui lâchai en passant.

J’arrivai enfin à Paris, où j’appris que l’Empereur était à la Malmaison, et qu’il me serait impossible d’aller le trouver parce qu’on le gardait à vue. Je me rendis donc au ministère de la Guerre et, pendant que je rendais compte au prince d’Eckmühl de ma mission, j’appris que le général Gérard avait réussi à passer à travers les ennemis et que, porté sur son fourgon, défendu par ses braves aides de camp, Perron, Lafontaine, Gérard, etc., et son escorte, il était arrivé à Paris. Cette nouvelle fut pour moi un premier sujet de consolation, car je lui étais fort attaché et je l’avais pleuré du fond de l’âme.

Pendant que j’étais dans le cabinet du ministre, on annonça le maréchal Oudinot. La conversation suivante s’établit. M. Guérier, secrétaire du maréchal, était présent.

— Mon cher maréchal, dit Oudinot, je viens te demander un commandement, car dans l’état des choses tout le monde se doit à son pays.

Le maréchal Davout l’interrompit brusquement en lui disant :

— Ah ! pour cela, c’est impossible. Qui diable veux-tu qui ait confiance en toi aujourd’hui, après ta conduite en 1814 ? La seule chose que je puisse faire est de te donner un commandement entre le village de Meudon et Paris.

— Je te remercie, dit Oudinot.

Et il s’en alla, pendant que le ministre, se tournant vers nous, expliqua :

— Où diable a-t-il la tête ! Personne ne se fierait à lui !

Je me rendis chez le général Gérard, qui était rue de Buffant, chez M. Duroux, son ami. Je le revis en état passable, mais souffrant beaucoup. Il causa de la mission qu’il m’avait donnée, et depuis nous en parlâmes souvent. Je n’ai jamais voulu rien publier pendant la controverse qui s’est établie en 1821 et 1822, au sujet du maréchal Grouchy. Il avait été plein de bonté pour moi en plusieurs occasions. Je pensais que les faits que j’écris ici intéresseraient surtout la postérité, et je ne voulais pas ajouter à l’âcreté des écrivains de l’époque. L’officier au carrick noisette dont parle Dismée, c’était moi.

J’étais, lors de ce débat, aide de camp de Mgr le duc d’Orléans, et, par conséquent, tenu à une neutralité silencieuse. Il m’eût été pénible de dire au maréchal Grouchy (qui était, je le répète, un homme d’honneur et un brave officier, commandant parfaitement, sous les ordres de l’Empereur, un corps de cavalerie) : « Vous êtes incapable de commander en chef, vous avez perdu la France ! » Je me suis donc abstenu. Le général Gérard lui-même m’a approuvé !

Vers la fin des Cent-Jours, les nouvelles les plus absurdes étaient répandues à profusion. Quand l’ennemi s’avança de tous les points de nos frontières de terre, le maréchal Davout et les membres du gouvernement provisoire n’offraient pas à l’armée, dans leur association hybride, une garantie suffisante pour que les troupes sentissent renaître confiance et ardeur guerrière.

Quelques colonels formèrent alors le projet d’enlever l’Empereur à la Malmaison. Il y eut plusieurs réunions auxquelles j’assistai. L’avis des plus énergiques était : 1° d’aller à la Malmaison, de saisir le général Becker qui avait la charge de garder l’Empereur ; 2° de se porter à la hâte, après avoir enlevé l’Empereur, sur la Chambre, de la jeter à la porte ; ensuite, de marcher à l’ennemi et de le battre pendant qu’il était en pleine sécurité.

La question de ce que l’on pouvait faire contre les ennemis nombreux qui s’avançaient inquiétait un peu, mais on pensait, et avec raison, que les absurdes idées de la Chambre et le peu d’énergie des membres du gouvernement provisoire allaient nous livrer pieds et poings liés aux Alliés, sans qu’ils voulussent rien entendre en voyant ce qui se passait chez nous. Il y avait une grande division dans les opinions des officiers qui se trouvaient réunis, et le complot avorta. L’âme du complot était Lalon, officier supérieur, qui me fit ses adieux et se brûla la cervelle quelque temps après.

Le maréchal Davout me donna alors un commandement du côté de La Villette. Parmi les hommes que j’avais à commander, se trouvaient 1 800 fédérés, qui étaient assez ardents, mais point disciplinés. Je fis peu de chose, bien que nous ayons tiraillé pendant quelques jours contre les Prussiens. Ceux-ci avaient commis la faute de se séparer, et un corps de 30 000 hommes s’était mis en marche sur Versailles.

Un conseil de guerre eut lieu à La Villette, où le maréchal Davout avait son quartier général. Il fut convenu que les troupes campées en avant de Montrouge sous les ordres du général Exelmans se porteraient sur Sèvres et attaqueraient les Prussiens. 12 000 hommes de la Garde devaient former la tête de la colonne qui partirait par le vieux Neuilly pour marcher sur Saint-Germain, le reste de l’armée devait suivre et menacer la gauche des ennemis. Le maréchal Davout me donna ordre de me rendre auprès des officiers ayant la direction du corps du général Gérard blessé, hors d’état encore de monter à cheval. J’allai à Montrouge et je suivis les troupes lorsqu’elles furent en marche.

Le général Exelmans faisait l’avant-garde avec la cavalerie. Il rencontra les Prussiens à Sèvres, les culbuta et arriva à Versailles, où un régiment de hussards de Brandebourg fut obligé de mettre bas les armes. La grille de Versailles qui barre la route de Saint-Germain se trouva fermée, de telle sorte que le régiment ennemi ne put se frayer un passage. Le reste de l’armée ne bougea plus. Naturellement, on fit passer les hussards et les prisonniers prussiens par le boulevard, où tous les Parisiens purent les voir. Ce petit succès enflamma l’ardeur de quelques gardes nationaux, mais il était trop tard ; la nation n’avait plus de chef, les discours de quelques députés jetaient le découragement et cela ne conduisait à rien. Les Alliés commençaient alors à entourer Paris et à couvrir de flots de troupes nos provinces les plus guerrières. La Vendée appelait les princes de la famille royale, et beaucoup de gens étaient fatigués des alarmes et des excitations des mois précédents.

Les vociférations des fédérés inquiétaient le grand nombre. Quant au prestige impérial, il restait affaibli : Napoléon, quelque grand qu’il fût, venait d’être vaincu deux fois, en 1814 et 1815. Les idées constitutionnelles avaient fait des progrès, tout concourait à annihiler nos forces combattantes. Nous étions encore plus de 70 000 vigoureux soldats, mais nos chefs n’avaient nullement la volonté de s’ensevelir sous les ruines de l’Empire. Par conséquent, aucun d’entre eux n’avait l’enthousiasme nécessaire pour entraîner les armées.

La capitulation de Paris se traita d’une étrange façon. On envoya, du quartier général situé à Montrouge, une députation qui se rendit à Meudon. Je la rencontrai en revenant des postes établis en avant d’Issy. M. Bourgeois, chef aux Affaires étrangères, me dit :

— Venez avec nous, nous aurons besoin de vous pour rapporter les nouvelles.

Mais au bas de la côte d’Issy, les Prussiens refusèrent de me laisser passer parce que j’étais à cheval, et je revins vers les postes de l’ancienne division Vichery. Des Gardes nationaux se ruèrent sur moi en me voyant revenir des postes prussiens, et peu s’en fallut que je ne fusse fusillé par eux. Heureusement, des grenadiers du 30e de ligne vinrent à mon secours, arrêtant la fureur de ces hommes sans frein ni discipline. A leur tour, ils furent heureux que j’intercédasse pour eux, car un sergent du 30e voulait les tuer sans miséricorde.

Quelques jours après, j’étais près du général Gérard, qui se rendait à Orléans avec l’armée du maréchal Davout. On s’arrêta à Savigny, où un grand nombre de généraux se trouvaient réunis. Il y eut une espèce de conseil, dans lequel on convint qu’il serait utile de faire une démarche en faveur du duc d’Orléans, alors en Angleterre. L’armée craignait Louis XVIII. Elle pensait que jamais ce monarque ne pardonnerait ce qui s’était passé au retour de l’Ile d’Elbe, qu’enfin les troupes seraient très mal traitées sous son règne.

A la suite du conseil, le général Gérard me fit appeler en présence des généraux Fresgnet, Pajol, Exelmans, Vichery et quelques autres. Le maréchal Davout me donna l’ordre de me rendre à Paris et de remettre au duc d’Otrante [Fouché] la lettre collective qu’on me confiait. En outre, j’avais ordre d’aller voir le duc de Vicence [Caulaincourt] et de m’entendre avec lui.

Je pris à la poste de Savigny un bidet – bien fatigué, mais allant un peu – et je m’acheminai sur Paris avec un postillon. A peine hors du village, le postillon effrayé me déclara qu’il n’irait pas plus loin, parce que les cosaques s’avançaient et qu’il serait gardé prisonnier. Je continuai donc mon chemin seul, et effectivement, à deux lieues, je fus arrêté par deux cosaques qui voulurent d’abord me désarmer, mais je tirai mon sabre et j’allais me mettre en défense lorsqu’un officier russe arriva au galop. Après quelques mots d’explication, il me donna un de ses hommes pour m’accompagner jusqu’à la barrière. Je me remis au galop et, soit que le cheval du cosaque fût fatigué, ou qu’il eût peur de s’éloigner de son poste, il me laissa gagner de l’avance et j’arrivai seul à Paris.

J’allai d’abord chez le duc de Vicence. Il était aux Tuileries, dans l’appartement qui donnait sur le quai, au bout de la galerie de Diane. Il lut attentivement la lettre dont j’étais porteur, et, après quelques mots d’entretien, il m’envoya au duc d’Otrante. Je trouvai ce ministre quai Malaquais, à l’ancien hôtel de la Police. Il était fort tard dans la nuit. Le duc me parla de la lettre dont j’étais porteur et me dit que les difficultés seraient énormes, que les Alliés voulaient purement et simplement rétablir Louis XVIII comme il était en 1814, qu’une nouvelle proposition entraverait les choses et qu’il me donnerait une réponse le lendemain.

Je me retirai. Le lendemain, lorsque je revins, il me dit d’attendre. La journée se passa, et lorsque je voulus avoir un ordre pour retourner au quartier général, il me dit que c’était inutile, qu’il fallait que je restasse à Paris, que d’ailleurs il ne me donnerait pas de passeport.

Cette réponse me mit en fureur ; et je le lui témoignais, lorsqu’il me dit tranquillement :

— Mon cher colonel, je partage toutes les pensées des généraux ; mais il y a force majeure, je l’ai fait dire au prince d’Eckmühl [Davout] et aux autres officiers de l’armée.

Je lui représentai que si je restais à Paris pendant que l’armée était à Orléans et sur la rive gauche de la Loire, j’aurais l’air d’être un déserteur. Alors il me dit :

— Revenez dans deux jours, vous aurez un passeport.

J’étais à Paris, lorsque je rencontrai La Bédoyère, avec qui j’étais lié depuis la campagne de 1813. Il était en cabriolet.

Je l’arrêtai et lui parlai de l’imprudence qu’il commettait en ne partant pas ; qu’il n’y avait pour lui qu’un lieu de sûreté et qu’il devait gagner l’Amérique. Il me dit qu’on ne le prendrait pas et que, d’ailleurs, on n’oserait pas le mettre à mort.

J’eus beau l’engager à montrer de la prudence, je n’en pus rien obtenir et je le quittai, bien convaincu qu’il lui arriverait malheur.

Ma conviction n’était, hélas ! que trop fondée. [La Bédoyère sera fusillé le 19 août suivant]

J’ai connu peu d’officiers plus braves, de plus d’entrain à l’armée, d’un plus brillant courage. Je l’accompagnais à la bataille de Bautzen lorsqu’il commandait le 112e de ligne ; je lui apportai l’ordre du général Gérard de reprendre la position que le maréchal Oudinot abandonnait, avec tout son corps d’armée. Cette position, qui était sur le flanc droit de notre division Gérard, était occupée par une division de grenadiers russes. Le maréchal Oudinot l’avait évacuée malgré les plus vives instances du général Gérard, qui bouillonnait de colère, parce que de là pouvait dépendre le non-succès de la bataille. Lorsque j’apportai l’ordre à La Bédoyère, il me dit :

— Diable, ce sera rude !

— Oui, mais le général m’a chargé de vous dire que, dussions-nous y périr, il faut l’enlever.

— Alors, allons ! Par division à droite, à distance de peloton, serrez la colonne ! cria-t-il ; et ensuite : en avant marche !

Jamais mouvement ne fut plus beau, et le 112e aborda les Russes la baïonnette croisée, nous eûmes la gloire d’enlever cette rude position, et je vis le capitaine de grenadiers du 1er bataillon du 112e abattre de son épée l’officier russe qui était devant lui.

Chacun de nous croisa le fer avec les Russes. La Bédoyère fut admirable. Lorsque l’occupation de la position fut assurée, je courus vers le général Gérard, qui était à quelques pas de nous.

Pauvre La Bédoyère ! Que n’est-il tombé là !

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 juin, 2019 )

Bataille de Fleurus ou de Ligny.

 » Le lendemain matin, 16 juin 1815, le temps était magnifique, le soleil était ardent et nous présageait une chaude journée, comme elle le fut en effet sous tous les rapports. Nos soldats firent la soupe, et notre corps d’armée prit posi tion en avant de Fleurus, faisant face au village de Saint- Amand, ayant à sa gauche la division Girard. Tout respirait le calme dans cette plaine immense et fertile qui se déroulait devant nous, et que parcouraient en silence nos colonnes d’infanterie, de cavalerie et nos parcs d’artillerie; on n’eût pas cru que cent cinquante mille hommes allaient en venir aux mains et se disputer quelques toises de terrain avec un acharnement tel que depuis longtemps il n’y en avait pas eu d’exemple, et que cinq heures après, sur ce nombre de cent cinquante mille hommes, quarante mille environ seraient morts, mutilés ou mis hors de combat. Ce calme, qui ressemblait à celui qui toujours précède l’orage, avait quelque chose de saisissant et qui faisait battre le cœur. Nous voyions en face de nous, sur la colline, entre Saint-Amand et Ligny, l’armée ennemie faire de même que nous ses dispositions, et je l’avoue, ce moment solennel, précurseur de tant de désastres, m’impressionna bien davantage que le moment d’ensuite, lorsque nous en vînmes aux mains. Lorsque toutes les dispositions pour la bataille qui se préparait furent terminées, ce fut notre division qui eut l’honneur d’ouvrir le feu contre Saint-Amand, qui devint le théâtre de combats acharnés. Tout conseillait à l’Empereur d’y diriger sa principale attaque; par-là, évitant une

partie des difficultés du terrain, et se rapprochant du maréchal Ney engagé aux Quatre-Bras contre l’avant-garde de Wellington, il aurait pu lui porter des secours ou en recevoir, séparer les Prussiens des Anglais et forcer les premiers de se retirer sur Namur; aussi, emporté par le désir d’exterminer l’armée prussienne, se décida-t-il à livrer une bataille générale. Ainsi que je viens de le dire, chargé de commencer le feu contre Saint-Amand, le général Lefol fit former le carré à sa division, et il la harangua avec tant de bonheur que ses soldats, pleins d’enthousiasme et excités d’ailleurs par la présence de Napoléon, qui passait en ce moment devant le front de la division, demandèrent à grands cris à marcher à l’ennemi. L’ordre d’attaquer Saint-Amand ayant enfin été donné, le général fit détacher un assez grand nombre de tirailleurs et s’avança à la tête de sa division formée sur trois colonnes. Le premier boulet parti des batteries prussiennes tomba dans ses masses et tua huit hommes d’une compagnie commandée par le capitaine Revest, mort depuis colonel d’un régiment d’infanterie. Cet événement, loin d’arrêter l’ardeur de nos soldats, ne fit que l’exciter, et c’est ainsi qu’ils arrivèrent à Saint-Amand et l’emportèrent à la baïonnette. De ce moment la bataille prit un caractère sanglant. Chaque parti était soutenu par une artillerie formidable, dont les détonations imitaient le bruit de la foudre, et ces attaques terribles s’alimentaient pour ainsi dire par un mouvement de fluctuation alternatif entre les deux armées revenant sans cesse à la charge. Près de deux cents bouches à feu étaient pointées contre le village par deux armées qui s’en disputaient la possession; c’était la clef de la position de Blücher, et tout l’effort de la bataille se portait sur Saint-Amand qui fut pris et repris trois fois au milieu de scènes de carnage horrible; et, comme le dit avec raison Vaulabelle dans son « Histoire des deux Restaurations » : « Chaque arbre, chaque fossé, chaque clôture était attaqué et défendu avec fureur; on luttait corps à corps, on se fusillait à brûle-pourpoint, on se tuait à coups de baïonnettes, et nos soldats tombaient en criant vive l’Empereur! ils ne se laissaient même emporter à l’ambulance que lorsqu’il leur était impossible de continuer à pren-  dre part au combat. »

Le général Lefol, entré le premier à Saint-Amand, eut son cheval tué sous lui dans un verger, et allait sans doute être fait prisonnier ou tué lorsque j’eus le bonheur de le tirer de ce mauvais pas en lui donnant le mien. Dans ce même moment son fils, Louis Lefol, chef de bataillon au 2ème léger, de la division du prince Jérôme, engagée aux Quatre-Bras, recevait une balle qui lui fracassait le poignet. Louis est mort à Oran en 1831, étant colonel du 21ème  régiment d’infanterie de ligne; il passait pour un des officiers les plus distingués de l’armée, et serait sans doute arrivé aux plus hautes dignités militaires. Le combat se prolongea, avec des avantages balancés, jusqu’au soir; toutefois les Prussiens ne purent reprendre ni l’église, ni le cimetière, dont notre division s’était si vigoureusement emparée dès le début de la bataille. Ce fut, autant que je puis me le rappeler, vers les six heures qu’il se manifesta parmi les soldats d’un régiment un mouvement de terreur, que l’on ignora heureusement dans l’armée et qui aurait pu avoir des suites funestes sans un moyen d’une extrême énergie qu’employa le général Lefol, et sans l’empressement que mirent plusieurs officiers à faire cesser cette espèce de panique, occasionnée d’abord par la fausse nouvelle répandue qu’une colonne ennemie venait surprendre la gauche de notre division, et par l’impression pénible que causa au 6U.c de ligne la mort du colonel Dubalen, qu’il aimait et estimait.

Plusieurs soldats quittèrent leurs rangs, jetèrent leurs fusils et pouvaient ébranler, peut-être même entraîner tout le corps d’armée, lorsque plusieurs officiers, au nombre desquels se trouva le général Corsin , commandant l’une des brigades de notre division, accoururent, arrêtèrent les fuyards, les rassemblèrent et les ramenèrent au combat, qu’ils soutinrent ensuite jusqu’au soir avec la même intrépidité qu’au début. Le général Corsin qui, pendant cette journée se fit remarquer par son courage et son énergie, eut trois chevaux tués ou blessés sous lui à Saint-Amand, et ses anciennes blessures s’étant rouvertes pendant notre retraite, cet officier général dut rester à Givet et résigner son commandement. Pendant que nous nous battions à Saint-Amand , une lutte semblable avait lieu à Ligny.

A dix heures la bataille était gagnée.

Voici, a l’occasion de bataille de Fleurus (Ligny), un écrit dont je conserve l’original entre mes mains, et que m’a laissé le général Corsin, comme un témoignage de son intérêt et de sa bonne affection pour moi.

« Nous, général de division, grand-officier de la Légion d’honneur, commandant en 1815 la 1ère  brigade de la division Lefol, constatons les faits dont le détail suit:

Le 16 juin 1815, la division Lefol contribua au gain de la bataille de Ligny (Fleurus) en luttant avec une glo rieuse persévérance contre les forces de Blücher bien  supérieures aux nôtres. Chargé de commencer le feu contre Saint-Amand, le général Lefol s’avança à la tête de sa division vers ce village, qui fut pris et repris plusieurs fois. Pendant une de ces attaques et au moment où nous en étions repoussés, le général Lefol eut son cheval tué sous lui, et allait être fait prisonnier lorsque l’aide-de- camp Lefol, n’écoutant que son devoir, mit pied à terre au milieu d’une scène de carnage horrible, pour lui donner son cheval ; tous deux essuyèrent une décharge de mousqueterie et allaient être tués ou pris lorsque l’arrivée imprévue d’une compagnie du 64ème, sur le lieu de  cette scène, les sauva en donnant le temps au général de monter sur son nouveau cheval, et d’aller rejoindre cette compagnie avec son neveu. L’aide-de-camp Lefol eut son épaulette enlevée par un biscaïen , et son cheval fut légèrement blessé. Toute la division a pu être témoin de sa brillante con duite dans les périlleuses attaques du cimetière de Saint-Amand. Le soir de cette mémorable journée, le jeune Lefol qui avait contribué à sauver la vie à son général et qui déjà, à cette époque, avait été décoré par l’Empereur lui-même (décret du 26 mars 1815), fut proposé sur le champ de bataille, pour le grade de capitaine.

 Le Général de Division,

« Signé: Vte CORSIN.

Vu par nous, sous-intendant militaire de première classe, commissaire des guerres en 1815, attaché à la division du général Lefol, commandant la 8ème division de l’armée du Nord, pour légalisation de la signature du général  Vte Corsin, alors commandant la 1ère  brigade de la division Lefol, et pour affirmer les faits ci-dessus relatés, comme en ayant été le témoin oculaire.

Signé : CHUFFART.

Pour copie conforme à l’original qui nous a été présenté.

Le Sous-intendant militaire,

Signé : LASELVE. »

(« Souvenirs sur le retour de l’empereur  Napoléon de l’île d’Elbe et sur la campagne de 1815 pendant les Cent-jours », par M. LEFOL,  Trésorier de l’Ecole militaire de Saint-Cyr, ancien aide-de-camp du général de division baron Lefol, sous l’Empire », Versailles, imprimerie de Montalant-Bougleux, 1852, pp.19-25)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
123456
« Page Précédente  Page Suivante »
|