• Accueil
  • > Recherche : estafette europe tour
( 20 avril, 2015 )

Les mouvements royalistes en France en mars-avril 1815 (IV et fin).

Decaen

« Le 12 mars 1815 le duc d’Angoulême était à Nîmes. Le 17 mars, il arrivait à Marseille, se rendait de là à Toulon pour retourner à Nîmes. Agé de quarante ans, de physionomie disgracieuse, froid, vertueux, très modeste, les manières embarrassées et les mœurs simples, d’intelligence assez médiocre, attentif à remplir avec exactitude tous les devoirs de son rang, plein de déférence envers son père, son oncle et sa femme, assez mélancolique et profondément dévot, le duc d’Angoulême avait reçu quelque éducation militaire et il ne manquait ni de courage ni même d’énergie. Comme il le disait lui-même, il voulait créer une « Vendée méridionale ». Mais, dès le début, sa tentative fut compromise, elle manqua à la fois d’un bon général, de troupes nombreuses et solides, et de l’appui étranger. Le duc pensait réserver à Masséna le commandement en chef: invoquant sa mauvaise santé le maréchal se déroba et se contenta de collaborer aux préparatifs de l’expédition. Le recrutement de l’armée royale donna lieu à des mécomptes. Au Vigan, le maire alléguait sa place pour ne pas s’éloigner, d’autres habitants de la ville, bien qu’ils se fussent d’abord inscrits pour servir, et en dépit des sermons du clergé, faisaient valoir, à la réflexion, « leur âge trop avancé, leurs infirmités et leurs fonctions ». A Nîmes, où une proclamation du duc condamnait les discordes religieuses des habitants, la population protestante, presque entièrement contraire aux Bourbons, fut encore détournée de les soutenir par les injures et les menaces des volontaires catholiques, et elle ne procura que peu de soldats . A la fin de mars, les départements du Gard, des Bouches-du Rhône, de l’Hérault et du Vaucluse n’avaient mis sur pied qu’environ 10.000 miquelets. Ces bandes, qui portaient une fleur de lys rouge « du côté du cœur», étaient composées surtout de gens pauvres, de la lie du peuple », même d’individus extraits des prisons, et une bonne partie vivait «dans l’anarchie la plus complète»  . Tardivement, le duc réclama l’assistance des troupes espagnoles et sardes, tout en méditant de livrer Toulon aux Anglais . Les Alliés ne songeaient guère à l’aider, et le 6 avril Talleyrand lui écrivait de «tenir jusqu’au moment où les opérations générales commenceront ». Lors de son premier séjour à Nîmes, les 13 et 14 mars, le duc d’Angoulême avait repoussé les conseils du général Ambert, qui l’invitait à envoyer en toute hâte des gardes nationales « sur la grande route de Lyon à Paris ». A la fin de mars il entrevit qu’un mouvement vers Lyon serait tardif et peu efficace, et il penchait à replier ses troupes sur Toulouse, Perpignan et les forts du Roussillon, l’Espagne offrant « une dernière ressource ». Son entourage l’amena à reprendre le plan du général Ambert. L’armée du Midi fut divisée en plusieurs corps, sous le commandement en chef du duc d’Angoulême, avec le général d’Aultanne pour chef d’état-major et, pour aides de camp, le duc de Guiche, le vicomte des Cars, le baron de Damas et le vicomte Melchior de Polignac. Le premier corps, dirigé par le général Ernouf, comptait deux régiments de ligne, les 58e et 83e, 3.000 gardes nationaux de Marseille et six bouches à feu : il marcherait de Sisteron sur Gap et Grenoble. Le deuxième corps, sous les ordres du duc d’Angoulême en personne, était formé par le 101ème de ligne, le Royal-Etranger, recruté avec des déserteurs allemands, le 14ème chasseurs à cheval, un détachement de garde nationale à cheval, 2.000 volontaires du Gard, de l’Hérault et du Vaucluse, et une batterie de douze pièces ; il déboucherait de Pont-Saint-Esprit sur Montélimar et Valence. Parvenus sur l’Isère, le premier et le deuxième corps franchiraient la rivière et s’avanceraient sur Lyon. Des gardes nationaux de l’Ardèche et de la Haute-Loire constitueraient une colonne chargée de remonter vers Lyon la rive droite du Rhône. D’autres troupes devaient surveiller l’Auvergne, seconder le mouvement sur Lyon, et « entretenir la communication avec le duc de Bourbon». Le 26 mars le deuxième corps commença son mouvement. Le 29 mars il occupa Montélimar, et le lendemain, après une fusillade de quelques heures, il refoula devant la ville les troupes du général Debelle, commandant le département de la Drôme. Chargé par Debelle de défendre à Loriol le passage de la Drôme, le colonel Noël y posta un bataillon du 39ème de ligne, un bataillon d’élite recruté avec « d’anciens militaires en retraite, en réforme et en demi-solde » , des gardes nationaux, environ vingt-cinq gardes d’honneur à cheval, vingt gendarmes et quelques canonniers avec deux pièces. Venues de Montélimar sous le commandement direct du duc d’Angoulême, les forces royalistes comprenaient le 10ème  de ligne, fort de 900 hommes environ, 200 soldats du Royal étranger, une batterie de six pièces servie par des canonniers du 3e régiment d’artillerie à pied et des volontaires ou gardes nationaux du Midi. A leur vue les soldats de Noël se replièrent sur le pont de la Drôme et sur la rive droite de la rivière. D’une berge à l’autre, par un vent très poussiéreux, la fusillade s’engagea. Profitant du terrain « montueux et coupé », les royalistes avançaient sans cesse, ils s’emparaient d’ « une grosse ferme près du pont», ils débordaient le flanc droit des bonapartistes. A ce moment la fusillade s’interrompit, deux compagnies du 10 ème    abordent le pont, le franchissent au pas de course, et, à cent pas, s’arrêtent devant le bataillon du 89 ème. Plusieurs soldats du 10ème  mettent la crosse en l’air, d’autres arborent « un pavillon tricolore », crient « Vive l’Empereur ! « Soldats du 39ème  et gardes nationaux s’avancent à leur rencontre. Noël voit ce spectacle, arrive à cheval sur le pont, au milieu de soldats qui fraternisent et d’officiers qui s’embrassent. Soudain, aux cris de « Vive le Roi ! » et en agitant un drapeau blanc, les soldats du 10ème, « à bout portant », font une décharge meurtrière, l’un d’eux menace le colonel en hurlant : « A bas la cocarde tricolore ! » Grâce à ce stratagème, vraisemblablement imaginé par le général Monnier, qui commandait l’avant-garde, les royalistes furent facilement victorieux et firent de nombreux prisonniers, parmi lesquels Noël lui-même. Des prisonniers furent massacrés ou mutilés par des volontaires royaux . Le 3 avril 1815 ,à sept heures du matin, le duc d’Angoulême entrait à Valence avec le 10ème de ligne. Il ordonna d’afficher dans la ville une courte proclamation où il réclamait des royalistes tout leur dévouement « pour ramener leurs frères égarés ». Les premiers succès du duc d’Angoulême ne pouvaient exercer une influence durable sur la campagne que si les garnisons du Midi restaient neutres. Or, à peine les troupes royales avaient-elles pénétré dans la Drôme qu’elles étaient menacées d’être prises à revers. Le 2 avril le général Ambert, commandant à Montpellier la 9edivision militaire, avait fait reconnaître l’Empire dans son gouvernement par un ordre du jour très ferme. Le 3 avril, à Nîmes, les officiers en demi-solde arborent la cocarde tricolore aux cris de Vive l’Empereur! et se rendent aux casernes. Le 63e de ligne se soulève. Un courrier envoyé par Ambert au général Briche survient trop tard. Déjà les généraux Briche et Pélissier, qui commandent l’un la subdivision, l’autre le département, ont été saisis par la troupe, celui-là à son domicile, celui-ci au moment où il s’interpose « pour arrêter le désordre ». Détenus d’abord aux casernes, ils sont dirigés le soir sur Montpellier avec une escorte de gendarmes. Puis le colonel du 63ème, Teulet, et le colonel de gendarmerie Rivaud organisent •un conseil de défense pour la ville de Nîmes», composé d’officiers en activité et en demi-solde. Le 5 avril, le général Gilly, qui a reçu les ordres de Davout, survient de Remoulins à Nîmes. Il se concerte avec Ambert pour rassembler des forces destinées à marcher contre l’armée du duc d’Angoulême. Cavaliers du 10ème chasseurs, fantassins du 13ème  de ligne, canonniers avec quatre bouches à feu, tous partis de Montpellier, gardes nationaux venus de la Gardonnenque, font leur jonction à Nîmes avec le 63ème. Gilly intitule ses troupes « premier corps de l’armée impériale du Midi ». Le 7 avril au matin il commence son mouvement, et arrive le soir à Uzès. Il est précédé par le 10ème  chasseurs, que commande le colonel Saint-Laurent. Le 8 avril, à six heures du matin, Saint- Laurent aborde Pont-Saint-Esprit, charge et refoule le millier d’hommes qui s’y trouvaient, traverse le pont et débouche sur la rive gauche du Rhône. Disputer Lyon aux bonapartistes devenait d’autant plus difficile que l’Empereur et ses lieutenants multipliaient les mesures de défense. Nommé au commandement supérieur des 7ème et 19ème  divisions militaires, le général de Grouchy arriva à Lyon dans la nuit du 2 au 3 avril. Les généraux Piré, Radet, Le Sénécal et Letellier lui avaient été subordonnés. Le 3 avril, Pire reçut la lâche de rallier les troupes de Debelle et de disputer «le plus longtemps possible » aux royalistes le passage de l’Isère. La nuit suivante Grouchy l’avisait, s’il ne pouvait défendre l’Isère, de « faire tout au monde » pour ralentir la marche de l’ennemi. « Il me  semble, lui écrivait-il, qu’à Saint-Vallier vous pouvez tenir derrière la Galaure pendant quelque temps ». La seule troupe disponible à Lyon était le 6ème  léger, venu de Lons-le-Saulnier et fort de 840 soldats : le 3 avril Grouchy le munit de quarante cartouches par homme, le harangua, constata son bon esprit et l’envoya par le Rhône à Pire, qui reçut encore trois caissons de cartouches et trois pièces. Le même jour Grouchy ordonnait au général La Salcette de se servir des gardes nationaux pour garnir la rive droite de l’Isère et occuper Romans et Saint-Marcellin, et le lendemain il chargeait le général de mettre Vienne en état de défense, d’y concentrer les gardes nationaux des environs et d’y préparer des vivres . 5.000 gardes nationaux de l’Isère, armés de fusils de chasse, de fourches, de faux, se réunirent à Saint- Marcellin . Secondé par le général Mouton-Duvernet, qui avait été nommé au commandement de la place, Grouchy mettait Lyon en état de siège, appelait les habitants aux armes, prenait des dispositions de combat, en trois heures se présentaient 2.000 volontaires lyonnais, sortis notamment du faubourg de La Guillotière. D’autres volontaires arrivaient des environs, remplissant les places et les quais, quelques-uns « en sabots et en sarraus de toile ». Ce mouvement, essentiellement populaire, étonnait et décourageait les royalistes. Grouchy était regardé par les patriotes lyonnais comme « le sauveur de la ville. » . Au-delà de Lyon, d’autres adversaires s’apprêtaient à combattre le duc d’Angoulème. Sa tentative suscitait parmi les populations de Bourgogne et de Franche-Comté un véritable soulèvement antiroyaliste, qui mit en pleine action des ressentiments et des inimitiés longtemps comprimés sous la première Restauration. Aux passions royalistes des « rebelles », tenants de l’aristocratie féodale, s’opposèrent, au nom de l’Empereur, les intérêts des Bourguignons et des Francs-Comtois, héritiers de la Révolution : dans la révolte méridionale ils virent le signal d’une réaction violente qui, en cas de succès, distribuerait leurs biens et extorquerait leur argent au profit de la caste nobiliaire et sacerdotale. Spontanément se constituèrent de nombreux groupes de volontaires, surtout parmi les jeunes gens des campagnes. Thibaudeau, commissaire extraordinaire dans la 18ème  division militaire, et Dumolard, commissaire extraordinaire dans la 6ème division militaire, après s’être vus à Dijon le 7 avril, répandirent des arrêtés qui stimulèrent ces dispositions. Les gens du Midi, disait Thibaudeau à Dijon, « prétendent à travers des Ilots de sang vous dépouiller de vos biens nationaux, rétablir les dîmes et les droits féodaux, vous remettre sous le joug des émigrés et des Bourbons ». A Besançon Dumolard tenait un langage analogue : «Acquéreurs de biens nationaux, propriétaires de toutes classes, délivrés depuis longtemps du joug des dîmes et de la féodalité, et vous tous dont les services militaires et civils seraient encore convertis en crimes, ne dormez pas sur les spoliations et les vengeances dont on ose vous menacer ». Anciens militaires, hommes de bonne volonté, gardes nationales, furent requis de marcher contre les insurgés, les maires invités à rassembler fusils, sabres, gibernes, tambours . Le 7 avril, à Dijon, 200 hommes s’enrôlèrent, pour la plupart armés de fusils chasse.  Le 10avril environ 800 paysans, venus des cantons voisins de Dijon, pénétrèrent dans celte ville aux cris de « Vive l’Empereur ! ». Dans les arrondissements de Gex, de Nantua et de Belley, l’élan fut « extraordinaire » , deux milliers d’hommes en partirent pour Lyon  . Sur les routes qui menaient à celte ville on entendait les paysans s’écrier : « Ils ne tiennent pas encore la dîme et les droits féodaux ! Vive l’Empereur! «  . Le duc d’Angoulême eût-il débouché de Valence, eut-il même emporté Lyon, que les populations rurales de l’Est se fussent énergiquement mesurées avec les « Marseillais ». Informé les 5 et 6 avril des événements de Montpellier et de Nîmes, sachant de plus que des troupes bonapartistes se préparaient à s’emparer de Pont-Saint-Esprit le duc d’Angoulême était au même moment assailli sur son front par les soldats du général Piré. Après un vif combat sur les bords de l’Isère, Pire, trompant les royalistes, avait franchi la rivière à Romans dans la nuit du 5 au 6 avril et il s’avançait sur Valence. Non seulement le duc était obligé à un mouvement rétrograde, mais toute ligne de retraite risquait de lui être coupée par le général Gilly. De plus les troupes du général Ernouf avaient subi de graves revers. Mal ravitaillés, abandonnés par les 58ème et 83ème  de ligne, qui se débandaient et passaient aux bonapartistes, les volontaires royaux avaient tenté, sous les ordres du général Loverdo, une attaque sur le défilé de La Saulce, près de Gap. Le 7 avril ils avaient été culbutés dans la Durance ou dispersés par les soldats et les gardes nationaux du général Proteau, laissant aux mains de leurs vainqueurs un drapeau blanc avec ces mots brodés en or : Les Bourbons ou  la mort ! Le lendemain des gardes nationaux les chassaient vers Sisteron . Les corps du duc, en même temps, se désagrégeaient. Le 14ème chasseurs  fit défection, les soldats du 10ème de ligne, qui avaient été travaillés à Valence par un affidé de Fouché, décidèrent en majorité, le 8 avril, de ne plus combattre, et leurs camarades de l’artillerie les imitèrent. L’insurrection royaliste était irrémédiablement vaincue. Le duc donna mission à d’Aultanne de traiter avec Gilly d’une convention qui lui permît de se retirer sur la Durance et sur Marseille avec le 1ème  de ligne. Saint-Laurent, à Pont- Saint-Esprit, accepta les conditions de d’Aultanne dans la matinée du 8 avril, mais peu après Gilly arriva d’Uzès. Gilly entama de nouveaux pourparlers avec le duc, qui se trouvait alors à Pierrelatte. Le baron de Damas, sous-chef d’état-major du duc d’Angoulême, et adjudanl-commandant

Charles-Stanislas Lefebvre, chef d’état-major de Gilly négocièrent dans l’après-midi du 8 avril une capitulation en huit articles qui fut approuvée par Gilly à huit heures du soir. Elle stipulait le licenciement de l’armée royale d Midi. Les gardes nationales de toute dénomination étalent désarmées et renvoyées dans leurs foyers, les troupes de ligne rentreraient dans leurs garnisons, les officiers généraux et supérieurs étaient autorisés à se retirer chez eux en attendant les ordres de l’Empereur. Quant au duc d’Angoulême, il irait « en poste » à Sète, où des bâtiments seraient préparés pour lui et sa suite. A chaque relais des détachements impériaux veilleraient sur sa sécurité. Peu  d’heures après la convention, Grouchy, qui avait rejoint ses troupes, expédiait à Gilly, par le Rhône, l’ordre de se porter à Mornas, entre Pont-Saint-Esprit et Avignon, avec le 63ème  de ligne et le 10ème  chasseurs, « afin de couper la route aux insurgés », et de les poursuivre sans tarder, s’ils avaient dépassé Mornas. Lui-même prenait ses dispositions pour les attaquer de front à La Palud- . Le général Corbineau, aide de camp de l’Empereur, l’avait rejoint, avec mission de le «seconder de toutes ses forces » .Tous deux arrivèrent à Pont-Saint-Esprit le 9 avril : malgré « les vives remontrances » de Gilly, et bien que Grouchy eût d’abord répugné à l’arrestation du duc, réclamée par Corbineau, il fut décidé que le duc serait gardé à Pont-Saint-Esprit en attendant les ordres impériaux. Qu’allaient faire Napoléon et ses conseillers ? Davout eût souhaité dans le Midi une répression vigoureuse, des arrestations, des jugements sommaires, il avait même prescrit à Grouchy de «faire impitoyablement fusiller tous les partisans sans du duc d’Angoulême que l’on pourrait saisir ». Aussi n’était-il nullement enclin h épargner le chef de la sédition, et, invoquant l’ordre royal de « courir sus » à Napoléon, il exposa en un rapport « les motifs de ne passe dessaisir d’un otage aussi précieux que l’était le duc d’Angoulême ». Bannir toute modération, faire un exemple solennel, appliquer sans retard vis-à-vis du duc d’Angoulême et de ses lieutenants une politique de sévérité, tel fut le parti vers lequel pencha d’abord Napoléon. Qu’il eût gardé captif le duc d’Angoulême pour l’échanger un jour contre Marie- Louise, qu’il eût même ordonné l’exécution d’un prince qui avait appelé sur le territoire français les armées étrangères, l’opinion d’un très grand nombre de Français n’eût point été douteuse : les anciens jacobins qui avaient autrefois souscrit au « gouvernement robuste de la première République, les patriotes de toute dénomination, bonapartistes, révolutionnaires, républicains, qui voulaient avant tout la ruine définitive des Bourbons et l’écrasement du royalisme,, tous ceux-là eussent approuvé l’Empereur. Mais Napoléon céda alors à un entraînement de clémence qu’il s’imaginait utile à ses relations avec les Etats étrangers, et en traitant le duc d’Angoulême avec égards, en le rendant à la liberté, il pensait en imposer à l’opinion européenne, à celle des souverains eux- mêmes: «…Il m’importe, avait-il dit à Grouchy, d’apprendre à ces brigands couronnés, que je vis si longtemps à mes genoux, et qui me mettent aujourd’hui hors de la loi des nations, que les droits que donne le malheur sont sacrés pour moi, et que je ne me venge d’ennemis tels qu’eux qu’en les vouant, par ma générosité, à l’exécration publique ». En outre, autour de lui, Maret, le général Belliard, d’autres encore, s’employaient pour le duc d’Angoulême, prêchaient l’indulgence, s’abandonnaient à une émotion plaintive et à « la plus chevaleresque courtoisie », comme si le royalisme pouvait être découragé par des oublis, des pardons et des renoncements. Ainsi que Grouchy lui-même, et rapprochant les circonstances de 1804 et celles de 1815, Maret se remémorait le supplice du duc d’Enghien, et «ce souvenir portait l’épouvante dans sa pensée », il connaissait encore l’ardeur des troupes et des gardes nationales employées contre le duc d’Angoulême, et redoutait que celui-ci en fût victime s’il traversait la France pour être emprisonné-. Napoléon ayant parlé à Belliard de l’arrivée du duc d’Angoulême à Paris, le général répliquait : « La route que M. le duc doit parcourir est fort longue, les têtes sont montées; il faut traverser de grandes villes, des pays exaltés; le prince peut courir des risques, quelques ordres que vous donniez pour sa sûreté. Qu’en ferez-vous à Paris, et s’il arrivait malheur, ne craindriez-vous pas qu’il en fût pour M. le duc d’Angoulême comme pour le duc d’Enghien ? » . Fouché, lui, s’était trop engagé avec le comte d’Artois pour qu’il ne conseillât point de relaxer son fils. L’Empereur hésitait, et ne se laissa convaincre par Maret qu’après de longues discussions. Il consentit enfin à respecter la capitulation, et se contenta d’exiger que, par un article additionnel, les diamants de la Couronne seraient restitués  . Le général de gendarmerie Radet arriva le 10 avril à Pont-Saint-Esprit. Il y trouva Grouchy et Corbineau. En l’apercevant Corbineau s’écria : «  Arrive donc !  Voilà le prince et toute sa suite en chartre privée; je te les remets, et t’en rends responsable ». La détention du duc surexcitait les passions adverses : des bonapartistes, vers « Bagnols et les Cévennes», projetaient d’empêcher l’embarquement du duc et même de l’amener à Paris, tandis que les royalistes de Pont-Saint-Esprit parlaient dé le déguiser en femme pour mieux l’enlever. Aussi Radet accumula-l-il les précautions . Il faisait aussi imprimer à Orange un « Ordre général à la gendarmerie du Midi de la France », où il mentionnait la ruine des «projets insensés» du duc et de la duchesse d’Angoulême, et opposait au gouvernement de l’Empereur les méfaits de la première Restauration, entre autres les menaces dirigées contre les acquéreurs de biens nationaux et le zèle fanatique du clergé, jaloux de rétablir « le plus affreux despotisme », la féodalité et la dîme. Retardée par le brouillard, la décision télégraphique de l’Empereur ,ne parvint à Pont-Saint-Esprit que le 14 avril. Corbineau et Damas ajoutèrent à la convention du 8 avril deux articles où le duc promettait de réclamer la restitution des diamants de la Couronne. Le 15 avril, à quatre heures de l’après-midi, le duc et ses compagnons quittèrent le bourg et partirent pour Celte avec une escorte de gendarmerie, Radet occupant dans une voiture « la tète du convoi ». Arrivé à Sète le 16 avril 1815 à huit heures du matin, le duc attendit jusqu’au soir avant de s’embarquer . Muni par les soins de Radet d’essences, de citrons, d’oranges, afin de combattre le mal de mer, il fut accompagné au port par le général, qui lui souhaita « un heureux voyage », et prit place avec sa suite, en tout dix-sept personnes, sur le navire suédois La Scandinavie. Le 18 avril il abordait à Barcelone, d’où il écrivait à sa femme : « Le bon Dieu a permis que je m’en tirasse : j’espère que c’est pour le servir de nouveau, ainsi que le Roi. J’ai fait tout ce que j’ai pu ». Pendant ce temps, à Arpaillargues , à cinq kilomètres d’Uzès, se déroulait un drame affreux. Les miquelets licenciés à La Palud rentraient chez eux. A l’approche d’une cinquantaine d’entre eux, plusieurs habitants du village répandirent les bruits les plus sinistres: à Serviers , non loin d’Uzès, ils avaient pillé les maisons, outragé les femmes, à Valence ils avaient même assassiné «quarante familles de protestants et quarante ministres ». Très animés par ces avis, auxquels la terreur inspirée par les volontaires royaux prêtait quelque véracité, les habitants des deux sexes s’emparent des armes les plus hétéroclites, bâtons munis d’un couteau, fourches, faux, bêches, broches, fusils, sabres, ils ferment l’entrée du village par des charrettes, et bien que les volontaires royaux s’avancent la crosse en l’air et consentent à livrer leurs fusils, ils tirent sur eux et en abattent quatre. On les dépouille de leurs vêtements, et deux d’entre eux, assaillis par des femmes, reçoivent d’elles des coups de fourche dans le ventre. L’une de ces femmes, qu’on surnommait la Coulourgole, s’acharne tant sur un corps qu’elle est obligée de « lui mettre le pied sur le ventre » pour en arracher la fourche. L’un des volontaires royaux expire, l’autre est achevé la nuit, la tête écrasée avec une Pierre. Stimulé, ce semble, par des émissaires de l’Empereur, prévenu par un officier de Grouchy que le duc d’Angoulême avait capitulé, Masséna se décida, le 10 avril, à prendre franchement parti pour Napoléons. A Toulon, où il s’était retiré, il lit d’abord arborer le drapeau tricolore et mettre en liberté Pons (de l’Hérault), puis il reçut la soumission de Marseille, qui lui fut portée par trois membres du Conseil municipal, il destitua le préfet des Bouches-du-Rhône et le maire de Marseille, il adressa enfin aux Marseillais une proclamation, datée du 14 avril, où il leur disait : « Soyez désormais calmes, livrez-vous à vos occupations journalières, suivez l’exemple que vous donne toute la France, partagez son bonheur : le grand Napoléon tient les rênes du gouvernement! Vous serez heureux si vous êtes confiants et dociles ». Mais les Marseillais n’étaient point aussi mobiles que le prince d’Essling. Ils gardèrent leurs sentiments royalistes et accueillirent fort mal les troupes de Grouchy. Le 6ème  de ligne étant arrivé d’Avignon à Marseille dans la soirée du 19 avril, des officiers de ce régiment, qui fêtaient bruyamment l’Empereur dans un café, furent hués et sifflés par des royalistes, ils sortirent du café, sabre en main, en criant « Vive l’Empereur ! », une violente bagarre éclata et ne prit fin que lorsque Grouchy eut fait battre la générale et sonner le boute-selle.

Masséna fut remplacé dans la 8ème division militaire par le maréchal Brune, mais, loin de le disgracier, Napoléon, en juin, le nomma membre de la Chambre des Pairs et lui offrit le commandement des 3ème  et 4ème divisions militaires. Grouchy, déjà illustré à Friedland, à Wagram et à Vauçhamps, fut fait maréchal.  Sur l’ordre de l’Empereur des salves d’artillerie célébrèrent à Paris et dans les places des frontières et des côtes la victoire bonapartiste en Provence ».

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.164-178).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 8 avril, 2015 )

En France, après le retour de Napoléon…

08-500529

« L’Empire était rétabli. Cet événement entrainerait-il nécessairement la guerre avec l’Europe, n’impliquait-il point, au contraire, la certitude d’une ère pacifique ? C’est sur ce problème que s’exerçaient, au lendemain du 20 mars, les imaginations des Français. Dans la masse de la population parisienne la confiance dans l’Autriche et même dans l’Angleterre se manifestait chanter à l’office Domine, salvum fac Regem, 300 manifestants bonapartistes, excités par la nouvelle du 20 mars, abîment les fenêtres du curé aux cris de « A bas la calotte ! » A Moulins, aigles et drapeaux tricolores ont reparu aux cris « réitérés » de « Vive l’Empereur ! » « le peuple a forcé le préfet de lire lui-même les proclamations de l’Empereur on lui a placé une grande cocarde à son chapeau et on l’a promené dans la ville, avec le drapeau national ». Le 23 mars 1815, à Bar-le-Duc et dans les localités environnantes, la population, « malgré des torrents de pluie », se répand dans les rues et sur les places, elle crie « Vive l’Empereur ! », allume des feux de joie, tire des coups de canon, brûle des pétards. A Rennes le peuple illumine pendant plusieurs jours. A Strasbourg retentissent les cris de « Vive Napoléon ! Vive le Père La Violette ! A bas la calotte ! » A Metz, le peuple et les soldats s’ameutent contre le maréchal Oudinot, et le 24 mars, tandis que le drapeau tricolore, salué avec allégresse, brille sur la cathédrale, le maréchal, renonçant à défendre la cause du Roi, s’apprête à quitter la ville avec sa femme. A Orléans le général Dupont, qui commandait un corps d’environ 12.000 hommes, laisse ses soldats, le 21 mars, arborer la cocarde tricolore, mais le soir même le maréchal de Gouvion Saint-Cyr, nommé à sa place, blâme Dupont avec virulence, fait garder à vue le général Pajol et reprendre aux troupes la cocarde blanche. Peine perdue : le 23 mars les soldats se mutinent, portent à nouveau la cocarde tricolore, réclament qu’on les conduise à Paris, et même un régiment de dragons se met en route pour la capitale. Menacé d’être arrêté, Gouvion Saint-Cyr se déguise et s’échappe en barque sur la Loire. A Valenciennes, les 23 et 24 mars, soldats et officiers fêtèrent Napoléon par des libations répétées, brisèrent les enseignes décorées d’emblèmes monarchiques, brûlèrent des drapeaux blancs, crièrent « Vive l’Empereur ! A bas les royalistes ! », forcèrent même des passants à crier « Vive l’Empereur ! » A peine le 20 mars est-il connu qu’au Puy deux officiers sont assaillis par « une multitude de misérables en haillons », qui, en criant « Vive l’Empereur ! A bas la cocarde blanche ! », s’emparent de leurs shakos pour les dépouiller de la cocarde détestée. A Cahors, le 28 mars, soldats et gendarmes, aux cris de « Vive l’Empereur ! » , arborent les premiers le drapeau tricolore. Les populations rurales du Puy-de-Dôme « se réjouissent de n’être plus sous la dépendance des nobles qui commençaient déjà à les regarder comme leurs vassaux ». De Clermont- Ferrand à Brioude des feux de joie sont allumés « sur les hauteurs ». Les paysans de la Creuse illuminent, font des feux de joie.

Dans le Cantal « cette révolution terminée sans désordres et sans violence contente le plus grand nombre et tend à obtenir successivement l’assentiment du reste »! Dans le Doubs, dans la Haute-Marne, dans la Meurtrie, le dévouement à l’Empereur, l’enthousiasme, l’ivresse même éclatent avec force. Partout dans l’Est ce sont feux de joie et coups de fusil en l’honneur de Napoléon’. Autour de Nancy, dès que les laboureurs aperçoivent « une voiture sur la route », ils crient « Vive l’Empereur ! » Mêmes témoignages naïfs de contentement dans l’Yonne. Le 26 mars 1815, jour de Pâques, les habitants de Villevallier, près Joigny, demandent au curé de chanter après vêpres un Te Deum solennel, et la cérémonie se déroule « avec le recueillement religieux et l’enthousiasme de tous les assistants ». Le maire de Villeneuve-la-Guyard, près de Pont-sur-Yonne, écrit à Napoléon, le 31 mars:«Napoléon est à nous, nous sommes à Napoléon, il fera notre bonheur, et nous travaillerons à assurer le sien ». Aux cultivateurs du Tarn le triomphe de Napoléon parait être « un bienfait du Ciel qui les a sauvés de l’oppression dont ils étaient menacés » Empereur des soldats, des paysans, des ouvriers, Napoléon est exalté par le clergé constitutionnel, qui voyait dans le 20 mars une pleine revanche sur la Restauration. L’archevêque de Besançon Le Coz salue le nouveau souverain en termes dithyrambiques. « Vous êtes vraiment un homme prodigieux… Certes, un ange du Seigneur vous couvre de son immortelle égide », lui écrivait-il le 25 mars, et il lui promettait en même temps qu’un jour viendrait où tous les Français, répétant les louanges décernées à César par Cicéron, le jugeraient « semblable à la Divinité même… simillimum Deo » Et  aussitôt, par une circulaire adressée aux curés de son diocèse, Le Coz donna libre carrière à sa ferveur adulatrice : comme toutes les puissances, celle de Napoléon venait de Dieu ; la respecter était un devoir de la religion; aux grand’messes des dimanches et fêtes, et lors des bénédictions habituelles du Saint-Sacrement, les prêtres prieront solennellement pour l’Empereur . A Cosne le curé Leblanc célébra « Napoléon le Grand » le 26 mars, jour de Pâques, et fit imprimer sa harangue : selon cet ex-deuxième vicaire de l’évêque constitutionnel de la Nièvre, Louis XVIII n’avait dû sa courte restauration qu’aux armées étrangères et à la trahison; il était « repoussé par l’opinion publique »; Napoléon avait été donné, puis ramené à la France par le Très-Haut; il avait «rétabli la religion, rappelé ses ministres », doté la France d’une gloire immense, de lois excellentes, de « monuments » et d’ «établissements admirables ». Les prêtres constitutionnels des cantons de Thann, Saint-Amarin et Massevaux disaient dans une adresse à l’Empereur : « Vos ennemis sont les nôtres; les prêtres constitutionnels furent de tout temps un objet de haine à la caste nobiliaire. Mettez en vigueur les libertés de l’Eglise gallicane, ce boulevard contre l’ultramontanisme et ce palladium du trône. »

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.130-134).

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 3 avril, 2015 )

Marie-Louise après le débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan…

Marie-Louise

« La vérité, c’est que si Marie-Louise fut profondément troublée à la nouvelle du débarquement au golfe Jouan, elle ne ressentit qu’une angoisse égoïste. Indifférente à la perte comme au triomphe de Napoléon, elle n’envisageait ces deux alternatives que par rapport à elle-même. Si l’entreprise échouait, elle craignait que la souveraineté de Parme, obtenue avec tant de peine, ne lui fût retirée. Si Napoléon recouvrait l’empire et s’imposait à l’Europe, elle ne s’effrayait guère moins en pensant qu’il lui faudrait monter encore une fois sur le trône instable de France, recommencer la vie d’apparat et d’agitation dont l’éloignaient, sa nature tranquille et ses goûts modestes. En cette femme, fille d’empereur et femme d’empereur, il y avait une petite bourgeoise, née pour vivre dans un intérieur agréable entre un mari, des enfants et un clavecin. Combien elle préférait aux pompes et aux grandeurs soucieuses des Tuileries, l’existence obscure et paisible qu’elle s’était promise de mener avec son bien-aimé, le comte Neipperg, dans le joli ermitage de Parme. Elle n’avait pas la force de se séparer de cet homme fatal. Puis, elle redoutait les indiscrétions de son entourage, elle se rappelait les torts qu’elle avait eus envers l’Empereur. La pensée de se retrouver devant Napoléon la remplissait de crainte et de confusion. Ce fut Neipperg qui apprit le premier à Marie-Louise, au retour d’une sentimentale promenade à cheval, que Napoléon s’était évadé de l’île d’Elbe. On imagine aisément quelle ligne de conduite il suggéra à l’ex-impératrice. S’il fut moins brutal que l’archiduc Jean, qui dit à sa nièce: « -Ma pauvre Louise, je te plains, et ce que je désire, pour toi et pour nous, c’est qu’il se casse le cou, » il n’en fut que plus persuasif. Le 8 mars 1815, la nouvelle s’étant répandue à Schönbrunn, des domestiques français crièrent : « Vive l’Empereur ! » Neipperg les menaça de les faire pendre. On se contenta de les envoyer à la frontière, et la gouvernante du petit prince, Mme de Montesquiou, fut priée de ne point lui parler de l’événement. Le même jour, Metternich eut un entretien avec Marie-Louise qui se rendit une heure après à Vienne, auprès de son père. Neipperg aidant, la cour d’Autriche n’eut point de peine à vaincre les derniers scrupules de l’ex-impératrice. Le 12 mars, elle écrivit à Metternich, sous la dictée de Neipperg, une lettre officielle portant qu’elle était tout à fait étrangère aux projets de Napoléon et qu’elle se mettait sous la protection des puissances. Au dire de Méneval, très véridique en général, cette déclaration, qui fut communiquée aussitôt aux souverains et aux plénipotentiaires, « semblait être attendue par eux pour rédiger le manifeste contre Napoléon ». Ce manifeste fut, en effet, signé le lendemain, 13 mars, et il est possible que Metternich ne se fût pas associé à un acte qui assimilait l’époux de la fille de son souverain à un criminel en rupture de ban, si celle-ci eût déclaré que, comme femme de Napoléon et impératrice des Français, elle voulait rejoindre l’Empereur. Marie-Louise déclara précisément le contraire En récompense, le général Neipperg fut nommé maréchal de la cour, titre qui lui donnait le privilège de monter dans la même voiture que l’archiduchesse. »

(Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.449-451)

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 26 mars, 2015 )

«Point de paix avec ‘Bonaparte’.»

napoleon.jpg

« Dès que l’Europe sait Napoléon aux Tuileries, elle se regarde comme en état d’hostilité avec la France. Le 26 mars 1815, deux dragons ayant passé par mégarde la frontière près de Maubeuge sont odieusement maltraités ; les soldats anglais les frappent arrachent les aigles des casques et les piétinent dans la boue. Le 29, cent trente-deux prisonniers de guerre revenant de Russie sont arrêtés à Tirlemont par les ordres du prince d’Orange et internés à Bréda. Le 30, des Autrichiens tirent sur une barque qui longe de trop près, à leur gré, la rive droite du Rhin. Le 31, la commission austro-bavaroise, siégeant à Kreusnach, prohibe à peine de confiscation l’exportation en France des vivres, chevaux et munitions de guerre. Il y a ordre d’arrêter Joseph à Prangins et Jérôme à Trieste. La princesse Elisa est conduite à Brünn, la reine Catherine est internée à Goeppingen, la princesse Pauline est retenue en Toscane . Le droit des gens n’est pas violé seulement à l’égard des membres de la famille impériale. Des Prussiens arrêtent à Liège trois négociants de Beaune. Des soldats badois arrêtent à Loerach un des frères Kœchlin, de Mulhouse, et le mènent en prison, les fers aux pieds. Entre Forbach et Wissembourg, les patrouilles de cavalerie se font un jeu d’entrer sur le territoire français et de sabrer les douaniers. Bien que selon les instructions de Decrès les bâtiments naviguent jusqu’à nouvel ordre sous pavillon royal, les Anglais leur donnent la chasse. En quinze jours, cinquante bâtiments de commerce et barques de pêche sont capturés sur les côtes de l’Océan et de la Manche . Dans la Méditerranée, la Dryade est attaquée par trois navires anglais. Le 29 avril, le vaisseau the Rivoli, de 84, s’approche à deux portées de canon de la frégate la Melpomène, hisse le pavil]on britannique et l’assure par cinq coups à boulets; puis, tandis que le capitaine Collet, surpris par cette agression, commande le branle-bas, le bâtiment anglais s’avance à portée de pistolet et lâche toute sa bordée à mitraille. Après une demi-heure de combat, la Melpomène a ses basses vergues coupées, sa mâture chancelante, sa cale inondée, sa soute à poudre traversée au-dessous de la ligne de flottaison par un boulet de 68, et cinquante hommes de son équipage tués ou blessés. Les Anglais capturent la frégate et la conduisent à Palerme Dès le 30 mars, on interdit le passage aux courriers diplomatiques. Les dépêches de Caulaincourt, les lettres de l’Empereur, sa circulaire aux souverains sont arrêtées à Kehl, à Mayence, à Saint-Jean-de-Maurienne. Bientôt toutes les frontières sont fermées même aux correspondances privées et aux journaux. On élève autour de la France, traitée en pestiférée et mise en quarantaine, les murailles d’un immense lazaret. Pour forcer ce blocus, l’empereur eut recours à des émissaires secrets. Le général de Flahaut, M. de Montrond, familier de Talleyrand, M. de Saint- Léon, créature de Fouché, le baron de Stassart, ancien préfet de Vaucluse et des Bouches-de-la-Meuse, devenu chambellan de l’empereur d’Autriche, se chargèrent des dépêches que les courriers de cabinet n’avaient pu réussir à passer. Flahaut fut arrêté à Stuttgart; Stassart, à Linz. Muni d’un passeport au nom d’un abbé italien, Montrond put gagner Vienne. Mais il ne s’agissait pas seulement de porter aux souverains les paroles de l’Empereur; il fallait les faire écouter. La circulaire du 4 avril était bien parvenue à Londres, et Castlereagh avait répondu à Caulaincourt : « Le prince régent a décliné de recevoir la lettre qui lui a été adressée. » Cette lettre que le prince anglais ne daignait pas même ouvrir était signée: Napoléon. A Vienne, on était dans les mêmes dispositions. Metternich déposa toutes cachetées sur la table du congrès les lettres prises au baron de Stassart. Après en avoir entendu la lecture, les plénipotentiaires furent unanimes à déclarer « qu’il n’y avait pas à y répondre ». Montrond ne réussit pas mieux. Il vit Talleyrand et tenta de le détacher de la cause des Bourbons; il vit Metternich, il vit Nesselrode. Talleyrand lui dit: « -Lisez la Déclaration du 13 mars. Elle ne contient pas un mot qui ne soit mon opinion. »

Metternich lui dit: «  Nous ne voulons même pas de la Régence. » Nesselrode lui dit: « -Point de paix avec Bonaparte »

 (Henry HOUSSAYE, « 1815. La première Restauration.-Le retour de l’île d’Elbe.-Les Cent-Jours », Perrin et Cie, 1893, pp.443-447)

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 16 février, 2015 )

16 février 1815…

Vue Ile Elbe

« 16 Février 1815. — On dirait, à voir la sécurité extérieure qui règne autour de Bonaparte, qu’il a la certitude que le Congrès ne songe point à changer sa position et que l’état des affaires, en Italie, n’en est pas encore venu au point de l’intéresser. Il s’étudie à jouer, aujourd’hui, l’indifférence avec autant de soin qu’il en mettait, autrefois, à faire le maître de tout en France et presque en Europe. L’homme le plus ambitieux et le plus dissimulé que le monde ait eu, en serait-il à s’avouer que tout rôle est fini pour lui ? Ou cette apparente conviction ne serait-elle pas, elle-même, un rôle recommandé par la prudence, au moins jusqu’après le Congrès, pour ne pas donner un dangereux éveil sur son compte ? Les avis se partagent entre ces deux hypothèses. Mais, la dernière est la plus vraisemblable, à moins que le principe de l’activité physique et morale ne soit usé chez lui, par l’abus même qu’il en a fait. Rien ne transpire sur la position de Bonaparte, vis à vis de la cour de Vienne, ni sur le canal de ses relations avec Marie-Louise, quoique, assurément, il n’ait pas dû négliger d’en entretenir, dans une circonstance si décisive pour lui. Il ne parle jamais d’elle et même très peu de son fils. Il garde la même réserve sur Murat. Ce silence, de sa part, est si peu naturel qu’il doit tenir à quelque combinaison profonde. Le carnaval a été fêté à Portoferraio; il a consisté en bals masqués, selon le goût d’Italie. La princesse Borghèse, qui s’efforce d’échapper à l’ennui qui la dévore, a donné un bal aux officiers de la maison de son frère, à ceux de sa garde et à un certain nombre d’habitants du pays. Les bourgeois de Portoferraio l’ont rendu, dans le nouveau théâtre qui vient de s’achever; Bonaparte avait promis de s’y rendre, mais il s’en est dispensé. Les difficultés qu’on a opposées aux étrangers les. ont dégoûtés, ou la curiosité s’est lassée ; il n’en vient plus dans l’Ile. Lord Campbell y est arrivé, depuis peu, venant de Gênes sur une corvette anglaise qui est dans le port. Du reste, cette visite n’a rien d’anormal, car il en fait, de temps à autre, et repart, généralement, après quelques jours. Pour compléter ces renseignements, voici ce que m’écrit mon agent à Porto-Ferrajo : « Le capitaine Vantini, fils du chambellan de ce nom et frère de la sultane favorite, est de retour, depuis le 24 janvier, par la voie de Piombino. Il aura, sans doute, apporté des nouvelles du continent d’Italie, mais il n’en a rien transpiré, non plus que sur ce qu’il y a été faire et jusqu’où il a été ». « On travaille à fortifier le fort Montebello, ce qui indique l’intention d’un séjour prolongé ici et l’envie d’y être en sûreté, contre les coups de main ou les surprises ». «Le brick le Napoléon avait été jeté sur la côte par les vents; il en a été relevé et est désarmé maintenant et rentré dans le port. On n’a pas l’air de mettre une grande activité pour le réparer ». « Voilà vingt jours que le vent est très contraire à nos communications avec les côtes voisines; elles ne peuvent avoir lieu que par le canal de Piombino qu’on traverse presque en tout temps ».  Le Général Cambronne ne paraît pas très occupé, puisqu’il vient de passer trois jours à une chasse ». Le feu a pris chez le Grand-Maréchal Bertrand, le 16 de ce mois; il a été éteint presque de suite, avant les dégâts… En résumé, tout est très monotone dans une île comme celle-ci et si Bonaparte a des secrets, on ne peut guère se flatter de deviner un homme qui a tant d’intérêt à s’envelopper et qui a une si longue habitude des ruses de la politique et de la fausseté . D’autre part, certains renseignements qui me sont parvenus de Lyon me prouvent que Madame Bertrand entretient, de l’Ile d’Elbe, une correspondance suivie avec Lady Well, une Anglaise, qui est en ce moment à Paris et qui, pendant la dernière guerre, était à Lyon, avec son mari. Mme Bertrand, dans une de ses dernières lettres, mande à son mari que Bonaparte est bien portant et qu’il a, depuis quelque temps, l’air très préoccupé d’affaires importantes. Un grenadier venant de l’Ile d’Elbe, est arrivé à Lyon. On lui a parlé des plans que Bonaparte peut former en ce moment; il a répondu qu’on les ignorait dans l’île, mais que Bonaparte avait l’air satisfait et, qu’en passant sa garde en revue, au commencement de janvier, il avait dit à quelques-uns de ses soldats : « Mes enfants, vous vous ennuyez, mais le chemin s’élargit et il est encore long ». Ce grenadier a répété la même chose à d’autres individus. Il serait à désirer qu’on soumît à une stricte surveillance, jusqu’à leur destination, les individus qui arrivent de cette île, ou même simplement d’Italie. Du reste, le préfet des Bouches-du-Rhône a prescrit un recensement des étrangers qui se sont fixés depuis peu, à Lyon. On saura, ainsi, ce qu’y viennent faire des individus qui n’ont aucun moyen connu d’existence, qui battent le pavé et font retentir les lieux publics de vociférations contre le gouvernement. Ces étrangers peuvent devenir, en ce moment, d’autant plus dangereux que les têtes ne s’exaltent que trop en raison des troubles d’Italie. »

 (Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814 d’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, 1897, pp.256-260)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 11 janvier, 2015 )

10 janvier 1815…

N14

« Quelques personnes parlent d’une proclamation que Bonaparte aurait adressée à son ancienne garde, mais elles ne précisent rien, à cet égard, et ne produisent point cette pièce dont le ton permettrait, jusqu’à un certain point, d’apprécier l’authenticité. D’autres pensent que cette proclamation n’est que dans l’imagination de ceux qui en répandent le bruit et que ce bruit, adroitement mis en circulation, est une ruse pour écarter l’idée de rappeler une partie de cette garde à Paris, ainsi qu’il en était question. Ceux qui doutent de l’existence de cette proclamation, au moins jusqu’à ce qu’on la montre, s’appuient sur le peu de vraisemblance que, pendant la durée du Congrès de Vienne, Bonaparte eût l’audace d’attirer ainsi, sur lui, l’attention des souverains réunis et l’imprudence de les avertir, lui-même, du danger de le laisser si près d’un foyer de passions mal éteintes. C’est par une telle crainte de sa part, car le Congrès n’aurait qu’un mot à dire pour l’écraser ou le déporter, que beaucoup de personnes expliquent son apparente tranquillité dans son Ile et l’indifférence qu’il y joue. Il est, sans doute, probable que l’homme qui a été le plus aventureux et le plus remuant de son siècle n’a pas, de bonne foi, renoncé à tous les hasards de l’avenir. Mais, quoi qu’il rêve, pour la suite, il doit bien sentir que l’heure de se mettre en avant et en mouvement n’est pas arrivée, puisque l’Europe est encore en paix, bien qu’en armes contre lui seul, et que ce n’est que dans l’anarchie ou le désordre universel qu’il pourrait placer quelques chimériques espérances.

A ces rumeurs concernant Bonaparte, je puis ajouter des nouvelles, beaucoup plus certaines et précises, concernant ce personnage, car je les tiens d’un sieur Gaillard, agent secret, que mon prédécesseur avait envoyé à l’Ile d’Elbe. Cet individu, qui est le frère du premier valet de chambre de Bonaparte est, depuis hier, de retour à Paris; il avait été obligé de quitter l’Ile, il y a déjà quelque temps, parce que sa présence y était devenue suspecte, mais il y avait laissé un correspondant dont il recevait les lettres à Livourne. Son frère a été récemment éloigné, par Bonaparte, de son service, à cause des soupçons que le séjour prolongé de l’agent secret avait fini par exciter et il s’est retiré en Suisse d’où il est originaire. Il peint Bonaparte comme extérieurement tranquille et feignant d’être satisfait de sa situation qu’il craint de voir échanger contre une plus mauvaise. Mais, il avoue qu’il lui a été impossible de pénétrer dans les mystères du plus fourbe des hommes, de celui qui a passé quinze ans à jouer et à asservir, par les ruses, l’Europe entière. Il prétend qu’il est à court d’argent, réduisant de plus de moitié toutes les dépenses autour de lui et mécontentant ainsi son entourage, sa maison, sa garde même dont une partie le quitte chaque jour; substituant des Italiens, qui lui coûtent peu, à des Français qui regrettent leur pays et que la cupidité seule ou de chimériques espérances en avaient éloignés. Il le croit en correspondance fréquente, quoique cachée, avec Murât, égarant ses rêves d’avenir sur l’Italie, plus que sur la France ; enfin, il assure que Bonaparte a pour maîtresse une Grecque fort belle, nommée Madame Théologos, au mari de laquelle il a donné un emploi d’interprète. Selon le même agent, autant l’ex-Empereur serait réservé sur ce qu’il peut rouler dans sa tête, autant la princesse Borghèse serait indiscrète, puisque, se promenant dernièrement en grande familiarité avec les officiers de la Garde, à Porto-Ferrajo, elle leur promettait un changement prochain de position, sans cependant s’expliquer sur la nature des illusions qu’elle leur offrait, pour, les retenir. Les généraux Bertrand et Drouot seraient toujours les confidents et les favoris de Bonaparte, mais ils auraient, à son école, appris à ne pas se laisser deviner : le général Cambronne partagerait avec eux sa confiance. Bonaparte, toujours d’après le sieur Gaillard, serait désiré dans une partie de l’Italie, vivement indisposée contre le régime autrichien. Il serait, au contraire, détesté à Livourne, presqu’indifférent aux autres populations de la Toscane, mais appelé par les vœux d’une nombreuse faction à Milan ainsi qu’à Bologne; enfin, sort souvenir est toujours présent chez la plupart des militaires italiens, mais principalement parmi les généraux et les officiers. En résumé, le nord et le centre de l’Italie sont bien mieux disposés pour Bonaparte que pour Murat, qui n’a de partisans que dans le Royaume de Naples, surtout dans sa nombreuse armée. D’après ces mêmes renseignements, l’Italie est mécontente du présent, inquiète de l’avenir que lui prépare le Congrès: mais, au fond, elle est soumise et tranquille. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie, Éditeurs, 1897, pp.194-198).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 août, 2014 )

« Si j’ai besoin de vous, je saurai vous trouver… »

Comte Jules Angles 

Rapport du comte Anglès en date du 25 août 1814.

« Les bruits les plus extraordinaires continuent à se propager relativement à Bonaparte. Ainsi, on parle dans la ville de Chambéry d’une lettre écrite de l’île d’Elbe par un soldat de la Garde à l’un de ses camarades et dans laquelle se trouveraient ces mots : « Nous sommes bien nourris et bien payés ; nous gardons la cage, mais l’oiseau n’y est plus ». D’autre part, il se débite à Gênes, que Bonaparte a répondu  à des officiers français et italiens qui avaient été lui offrir leurs services : « vous voyez que je ne peux pas vous employer; mais, retournez dans vos foyers. Si j’ai besoin de vous, je saurai vous trouver ».

On ajoute que, Napoléon ayant demandé à quelques officiers et soldats comment ils se trouvaient dans l’île d’Elbe, ils avaient répliqué : « Fort mal ; cette île ne vaut pas la France ! »-Il leur aurait dit alors : « Allez, mes amis ; sous peu, je vous mettrai ailleurs ! »

Ces propos, où perce si fortement l’esprit de parti et de haine me sont transmis par le préfet de Marseille. Ils contiennent, sans doute, beaucoup d’exagération, mais ils indiquent, au moins, avec quelle aveugle confiance on accueille toutes les paroles qu’on prête à Bonaparte, quelques absurdes qu’elles soient; combien les regards sont tournés vers lui et combien de gens lui supposent encore un avenir conforme à leurs coupables espérances ! De son côté », il leur semble encore menacer tout ce qui l’environne, si l’Europe ne prend des moyens efficaces pour l’empêcher d’y être dangereux. »

(Georges Firmin-Didot, « Royauté ou Empire. La France en 1814. D’après les rapports inédits du comte Anglès », Maison Didot, Firmin-Didot et Cie Éditeurs, s.d. [1897], pp.106-107).

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 novembre, 2013 )

Au hasard de mes lectures…(2)

Au hasard de mes lectures...(2) dans HORS-SERIE au-hasard-de-mes-lectures.-2

Un très long voyage…

Je viens d’achever la lecture d’un livre que je voulais découvrir depuis longtemps et enfin réédité : les péripéties des frères Bacheville obligés de fuir leur patrie pour aller se perdre à l’autre bout de l’Europe. En effet il s’agit plus d’un récit de voyage que de souvenirs sur l’Empire ; seuls trois courts chapitres se rapportent à ce dernier (Chapitre IV-Séjour à l’île d’Elbe ; Chapitre V-Retour en France et Chapitre VI-Campagne de Waterloo).

Après le 18 juin 1815, jour sombre dans l’histoire napoléonienne, de retour dans leur foyer, à Trévoux (Ain) Barthélémy et Antoine Bacheville vont vivre un incident qui va les contraindre à fuir la France. Le 4 mars 1816, à Villefranche-sur-Saône, au retour d’une visite leur oncle, ils sont filés dans un café par un maréchal des logis et un commissaire de police, ces derniers ayant été prévenus par « quelques personnes charitables », selon le mot employé. Sur le point d’arriver à Trévoux, ces mêmes hommes leur demandent leurs passeports, qu’ils n’ont pas, habitant tout près. On veut les arrêter. C’est mal connaître les deux frères qui ne comprennent pas cet arbitraire. Le ton monte. Barthélémy empoigne son pistolet. Débute alors une fuite qui va durer trois ans et demi. La tête des frères Barthélémy est mise à prix. On parle de conspiration. Tout est bon dans cette France de la Restauration pour accabler, accuser, voire exécuter les anciens soldats et officier de Napoléon. Un procès s’ouvre devant la cour prévôtale, sans la présence ses accusés. Qu’importe ! L’arbitraire royal n’e connaît point de barrière !

La fuite commence par Lyon, en direction de la Suisse (à Constance le colonel Combe qui a servi l’Empereur, lui aussi, leur procure un passeport) puis c’est l’Allemagne : Munich puis Dresde.  A huit lieues de  la première, dans le château de Berg, Barthélémy et Antoine y trouvent le général Triaire, chambellan d’Eugène de Beauharnais qui leur apporte un peu d’aide financière. A Dresde, ils parcourent le fameux champ de bataille. Ils sont à Breslau, à Varsovie. Dans cette ville ils rencontrent un certain Chauveau, « ancien officier de bouche de Napoléon » qui y tient un restaurant. Ce lyonnais héberge les fugitifs, leur offre un bon dîner. Le répit est de courte durée. La menace policière les suit à distance, à travers les états. Il faut fuir de nouveau. Les deux ex-officiers séjournent à Cracovie et apprennent que non loin, demeure le général Morand. Ils vont pouvoir se débarrasser de leurs haillons, prendre un bain bien chaud, dormir quelques heures avant de reprendre la route. Plus loin, ils passent en Galicie, et parviennent en Moldavie. Les deux frères finissent par se séparer. Nous sommes le 18 avril 1818. Barthélémy prend la route de Constantinople (depuis 1930 Istanbul, en Turquie) afin d’y trouver un navire qui les conduirait en Amérique « ou une caravane pour aller en Perse ». Cette séparation est douloureuse. Déjà, Barthélémy a le pressentiment que celle-ci est définitive. Il verra juste…

Le voici donc à Constantinople, avant de s’embarquer pour Smyrne (actuelle Izmir, en Turquie). Il y arrive alors que la peste fait des ravages. Puis sur l’île de Naxos, en Grèce. Il y sauve du suicide Méloé, une ravissante hellène. Son père, un certain Souzo, lui confie en remerciement un secret : la recette de fabrication d’une « Eau des Odalisques », ce qui lui permettra de subsister, une fois rentré en France, attendant pendant trois longues années  une retraite qui n’arrive pas… Mais revenons dans les pas de Barthélémy Bacheville. Il est à Athènes, avant de passer à Janina, où il entrera au service du légendaire et terrible Pacha. Les âmes sensibles ne s’attarderont pas à cet endroit du récit, où sont décrites les horreurs commises par le monstrueux Pacha… Bacheville, horrifié, prend le parti de fuir cet enfer en miniature. L’air du large le trouve à Leucade, une île Ionienne, appelée alors Sainte-Maure, puis à celle de Corfou,  à Cattaro (Kotor , au Monténégro) et à Raguse (actuelle Dubrovnik, en Croatie). Barthélémy parvient à Trieste, où il rencontre André Pons de l’Hérault qui se trouve près de Maret, duc de Bassano. Encore inquiété par la police toujours en alerte, il doit quitter la ville dans les vingt-quatre heures. Il arrive à Ancône puis à Rome. C’est là qu’il a l’honneur d’être présenté à Madame Mère, par l’intermédiaire du colonel Laborde, qu’il a connu autrefois. La mère de l’Empereur lui fait porter deux-cents francs.

Puis c’est Louis, ancien roi de Hollande qui accueille Barthélémy. Il lui remet « un rouleau de trente napoléons d’or ».

Bacheville reprend sa route, réconforté par ce passage a Rome, mais inquiet de ne plus avoir de nouvelles directes d’Antoine, son frère… Le 1er janvier 1819, il part pour Florence, en passant par Livourne, où il se retrouve quasi-ruiné par l’indélicatesse d’un négociant. Il sera heureusement secouru par une âme charitable ! Les nuages s’éclaircissent du côté de la  France. Barthélémy adresse même une « Pétition » à la Chambre des Députés. Il peut espérer rentrer en France très bientôt.

Le voici dans la principauté de Lucques, puis de passage à Gênes, et enfin à Turin. Ayant obtenu un sauf-conduit pour rentrer en France, Barthélémy Bacheville arrive à Chambéry le 28 août 1819 « un peu fatigué mais plein d’espérance ».

Il n’était pas tout à fait au bout de ses peines. Le 16 décembre 1820, après avoir lancé des recherches auprès de tous les consulats français dans le Levant afin de retrouver la trace de son frère Antoine, sans résultat pendant des mois durant, la nouvelle tombe : Antoine Bacheville a succombé « aux fatigues du désert » à Mascate (actuellement Muscat, dans le Sultanat d’Oman) près du détroit d’Ormuz. Il était parti se mettre au service du fils du Shah de Perse.

C’est par cette disparition que s’achève le témoignage du capitaine Barthélémy Bacheville.

Il fut sans doute rédigé d’après le  récit verbal de Barthélémy Bacheville (étayé par un itinéraire succinct des pais qu’il avait traversés) par deux anciens capitaines de la Grande Armée : Hippolyte Dumas de Lamarche et Jean-Baptiste Thiriet (qui fera paraître en 1822 (chez Delaunay), sous forme de vers, « Mes Souvenirs ou les prisonniers français en Pologne… ».

Paru la première fois en 1822 (Paris, Béchet aîné), cet ouvrage connut un certain succès sous la Restauration.

Les frères Bacheville, anciens officiers de la Grande Armée, personnages attachants, victimes de l’arbitraire des Bourbons, comme tant d’autres, ont laissé à la postérité ce récit passionnant qui entraîne le lecteur jusqu’aux confins de l’Europe, où commence l’Asie. Le dépaysement est assuré. N’est-ce pas l’un des objectifs d’un bon livre ?

——

Capitaine Barthélémy Bacheville, « Itinéraires d’un officier de la Garde. Une chasse à l’homme à travers l’Europe : les « Voyages » du capitaine Bacheville, de l’île d’Elbe à Waterloo, Munich, Varsovie, Constantinople, Athènes (1814-1820) » Cahors, La Louve Editions, 2013, 300 pages.(Paru en septembre 2013).

 

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
1...45678
« Page Précédente
|