( 8 juillet, 2020 )

Les deux mamelucks de l’Empereur…

Les deux mamelucks de l'Empereur... dans FIGURES D'EMPIRE roustamPortait de Roustam.

Le mameluck Roustam, ce dernier était né vers 1780 à Tiflis (de nos jours Tbilissi) en Géorgie. Il avait été enlevé puis acheté par un bey du Caire, entré dans le corps des mamelouks. Passé après la mort de son maître au service du cheikh El-Becri, ce dernier en fit présent à Bonaparte en août 1799. Roustam ne quittera pas la destinée du futur empereur, jusqu’en 1814… le 13 avril 1814, au matin, à Fontainebleau, Roustam, sans doute effrayé par la tentative de suicide de Napoléon, s’enfuit prétextant devoir embrasser sa femme à Paris, avant le départ pour l’île d’Elbe. Il ne revint pas… Roustam termina sa vie à Dourdan (Essonne) après avoir reçu de Louis-Philippe la charge d’un bureau de poste, jusqu’à sa mort en 1845. On peut voir sa tombe restaurée il y a quelques années dans le cimetière de cette même ville. Ce personnage sans grand caractère a laissé des « Souvenirs » qui furent publiés la première fois en 1911. Ils forment un témoignage d’un intérêt très limité : à l’opposé de ceux d’un autre mameluck (« faux » celui-là) : le versaillais Louis-Etienne Saint Denis (1788-1856). Voir mon édition de son témoignage publiée en février 2000 chez Arléa.

C.B.

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 8 juillet, 2020 )

Suisses, Savoyards et Jomini…

A_Jomini

Bulletin du 7 septembre 1814.

Ain, Préfet, 1er septembre 1814.- Il s’est formé à Lausanne et aux différents points du canton de Vaud plusieurs réunion composées d’habitants de ce canton. On y a aussi remarqué beaucoup d’anciens Savoyards, qui ont tenu ou qui tiennent encore au service de France, même dans des grades élevés. Ces réunions, dans lesquelles les uns ont manifesté leur éloignement pour tout retour vers la suprématie de Berne, et les autres pour leur aversion pour le gouvernement actuel de la France, semblent avoir pour objet des plans, des espérances et des  vœux favorables à Bonaparte. Cependant on a assuré à M. Capelle que le général Jomini (le même qui a abandonné Bonaparte après les batailles de Lützen et Wurtzen pour passer du côté des Russes] a fait partie de ces rassemblements, et qu’il s’y est montré zélé partisan des intérêts du canton de Vaud. Il est fort possible qu’il soit en cela d’accord avec M. le colonel La Harpe, son compatriote, qui ne contribue sans doute pas à attacher l’empereur de Russie à la cause des petits cantons. Mais il est difficile de croire que général Jomini participe à des machinations qui se rattacheraient aux rêves insensés dont pourrait se bercer celui duquel il s’est montré le si ardent ennemi »

(« Napoléon et la police sous la Première Restauration. D’après les rapports du comte Beugnot au roi Louis XVIII. Annotés par Eugène Welvert», R. Roger et F. Chernoviz, s.d., pp.180-181).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 6 juillet, 2020 )

L’Espagne et Napoléon…

La période napoléonienne a été l’un des grands chantiers de l’historiographie espagnole, alors que la péninsule Ibérique restait dans le même temps un objet de référence obligé pour l’historiographie napoléonienne.

Après les nombreux ouvrages descriptifL’Espagne et Napoléon…  dans HORS-SERIE Langlois-300x202s publiés des deux côtés des Pyrénées tout au long du XIXe siècle, très souvent imprégnés de passion ou de partialité, le XXe siècle allait modifier la donne, dans le contexte du premier centenaire de la « guerre d’Espagne », avec la publication des études de G. de Grandmaison, G. Desdevises du Dézert, P. Conard ou A. Fugier, dont le dénominateur commun était la rigueur des données apportées et la volonté critique de leurs analyses.L’abondance de la bibliographie espagnole consacrée à la période napoléonienne allait s’accroître progressivement au fil du XX°siècle. Il s’agissait là d’un phénomène qui allait connaître son élan le plus important à partir de la commémoration du cent cinquantième anniversaire de la « guerre d’Indépendance ». Le renouvellement de l’historiographie espagnole, après la stérilité qui avait suivi la fin de la guerre civile et l’établissement du franquisme, s’est produit particulièrement dans les années 1960 et 1970 sous la plume ou la direction de Jaume Vicens Vives et Pierre Vilar et, par la suite, de celle de ses disciples. Il s’agit d’un renouvellement fondé sur l’élargissement du domaine d’analyse, prenant en considération la crise d’Ancien Régime et la Révolution, et replaçant l’histoire péninsulaire dans le panorama européen ; au-delà, donc, non seulement de l’histoire événementielle, mais surtout de la stérilité d’une histoire qui demeurait en grande mesure entre les mains du « national-catholicisme », et qui était héritière de l’apologétique ultramontaine de la fin du XVIIIe siècle et, plus directement, du legs de l’érudition et de la combativité réactionnaire de Menéndez Pelayo (à la fin du XIX° siècle).

Ce contexte, ainsi que l’héritage des historiens français mentionnés plus haut sur la formation et la recherche des hispanistes, a donné lieu à la rencontre, l’échange et la complémentarité des deux traditions historiographiques. Ainsi, à la fin des années 1970, on disposait déjà non seulement de quelques ouvrages fondamentaux dans le domaine de la recherche, mais aussi de plusieurs grandes synthèses sur la période et, surtout, d’une approche contrastée et plurielle sur un sujet toujours ouvert aux nouveaux apports.

Le rapport entre l’Espagne et l’Empire napoléonien a eu son noyau central pendant l’épisode de la « guerre de l’Indépendance », mais on aurait tort de se limiter à l’étude de celle-ci. C’est, à mon avis, une limitation qui a pesé lourdement dans l’historiographie espagnole, et qu’on doit, donc, tout à fait éviter. Il y a quelques années, Pierre Vilar avait déjà signalé l’importance du caractère précurseur et des quelques parallélismes entre la « guerre d’Espagne » et celle qui avait opposé la France et l’Espagne pendant la Révolution française5. Cette position de Pierre Vilar a été clairement validée et approfondie par les études postérieures. Partant, donc, de la volonté d’une approche chronologiquement large, nous nous proposons d’analyser ici les rapports entre Napoléon et l’Espagne, en prenant en considération non seulement la période de la guerre d’Espagne, mais aussi les moments précurseurs de celle-ci, et la période immédiatement postérieure (afin de s’interroger sur ses legs). Il s’agit ainsi de respecter, en même temps, l’arc chronologique et thématique de la Révolution libérale espagnole, qui prend ses racines autour de la Révolution française et qui culmine à la fin du premier tiers du XIX° siècle. Nous croyons que, de cette façon, loin d’amoindrir l’évident poids spécifique de la guerre d’Espagne contre l’armée napoléonienne, on peut mieux la comprendre dans toute la complexité, la diversité et les contradictions de son déroulement et de sa portée.

Les apports des articles d’Emilio La Parra et de L. Roura offrent deux regards complémentaires. Ce dernier nous rappelle la continuité avec laquelle se déroulent les rapports entre la France et l’Espagne entre 1795 et 1808, tandis qu’Emilio La Parra souligne l’importance de certains facteurs spécifiques – surtout pour la période 1804-1808 -, parmi lesquels on ne peut pas sous-estimer celui de la personnalité de Napoléon et de Godoy. En même temps, les deux articles attestent l’intérêt d’une période où l’on trouve des éléments clefs pour la compréhension des événements qui vont survenir après le début de la guerre. La continuité, c’est aussi le constat que nous offre l’analyse de l’évolution démographique et de l’impact sur la population de la crise provoquée par la guerre, tel que le signale Esteban Canales. Dans son article, il nous offre, en même temps, la première approche rigoureuse que nous ayons des pertes humaines subies par la population espagnole du fait du conflit, ainsi qu’une évaluation de son impact postérieur. « Continuité » est encore le mot qui peut définir le caractère de l’armée britannique à laquelle s’opposait l’armée napoléonienne dans la péninsule Ibérique. Comme le montre Charles Esdaile, il s’agissait d’une armée d’Ancien Régime, avec une tactique et une organisation d’Ancien Régime, sous les ordres d’un général d’Ancien Régime. La déroute française a donc plutôt eu beaucoup à voir avec l’habilité de Wellington, mais surtout avec le poids de la mobilisation espagnole et de la guérilla. C’est précisément à la mobilisation populaire et à la guérilla que sont consacrés les articles de Richard Hocquellet et de Vittorio Scotti. Le premier analyse les mécanismes de mobilisation et les modalités de l’engagement, tout en repensant l’engagement populaire et le rôle des élites dans le mouvement patriotique. Le second souligne le rôle de la guérilla comme facteur clef pour comprendre l’incapacité de l’armée impériale à soumettre l’Espagne comme elle l’avait fait dans les autres pays de l’Europe continentale. Antonio Moliner, en nous proposant une révision des connaissances sur la formation des « Juntas » décrit, quant à lui, l’importance de la crise et de la révolution politique qui s’engage en 1808, en évoquant la création des « Juntas » dans les diverses régions espagnoles. On connaît assez bien le poids que la presse a acquis en Espagne dans ce contexte d’agitation politique, idéologique et militaire. C’est précisément l’étude de la presse qui permet à Jean-René Aymes et à Frédéric Dauphin d’aborder des questions fondamentales. D’une part, J.-R. Aymes analyse l’image de la guerre en France (à partir de l’étude de la déformation, du caractère tendancieux et falsificateur de la presse du Premier Empire) et celle des « afrancesados ». D’autre part, avec l’étude de la Gazette de Saragosse, F. Dauphin atteste toute la complexité du phénomène « afrancesado », jusqu’à poser la question de l’adéquation du mot, surtout lorsqu’on constate dans l’« afrancesamiento » une hispanité très marquée et éloignée d’une francisation excessive. Dans une direction similaire, Xavier Abeberry couronne cette nouvelle lecture des « afrancesados » avec une analyse politique du phénomène, où il étudie les contradictions dans lesquelles se trouvait plongé le règne de Joseph Ier. La présence et l’influence napoléoniennes en Espagne après 1815 sont abordées avec des perspectives diverses par Alberto Gil Novales, Jean-Philippe Luis et Irène Castells. A. Gil Novales nous rappelle, à travers l’abondance de l’édition et des traductions relatives à Napoléon, que le public en Espagne est resté fidèle au personnage de l’empereur tout au long du XIX° et du XX° siècles. Pour sa part, J.-Ph. Luis souligne le fait qu’à mesure que s’affirme en Espagne un libéralisme modéré, conservateur et autoritaire, l’influence napoléonienne dans la péninsule passe progressivement du rejet massif à une vision beaucoup plus nuancée et presque positive. En tout cas, il semble évident, comme le montre I. Castells, que sans le référent napoléonien il serait impossible de comprendre l’origine et la stratégie de lutte du libéralisme insurrectionnel espagnol et, donc, non seulement le processus révolutionnaire espagnol entre 1814 et 1830, mais aussi les processus similaires dans l’Europe de la Restauration (notamment ceux de l’Europe latine).

Sans doute, après cette lecture, chacun pourra se trouver en meilleures conditions pour répondre aux questions implicites: est-ce que le bilan des rapports entre la France napoléonienne et l’Espagne a été pour ce pays aussi globalement négatif que l’historiographie espagnole dominante le prétend ? Et, par ailleurs, jusqu’à quel point peut-on concéder quelque vraisemblance aux appréciations d’une certaine historiographie, plutôt française, qui reste très proche même du point de vue de l’empereur, qui en mai 1816 affirmait, selon Las Cases, qu’il accomplissait en Espagne « le plus grand bienfait qui ait jamais été répandu sur un peuple » – et même que « les Espagnols, eux-mêmes [...] le pensaient au fond, et ne se sont plaints que des formes » ?

Il est temps de reconnaître que l’historiographie actuelle est loin de nous permettre de rester, pour ce qui concerne Napoléon et l’Espagne, dans la dichotomie entre la légende noire napoléonienne – toujours le « mythe de l’ogre » – et celle du héros incompris qui a échoué. Situer Napoléon dans l’histoire de la Révolution espagnole n’est ainsi pas seulement une voie de compréhension de ce processus révolutionnaire et de son écho en Europe ; c’est aussi une voie pour une meilleure compréhension de la figure de l’Empereur et de l’œuvre napoléonienne.

 L. ROURA Y AULINAS.

 Source : L. Roura Y Aulinas, « L’Espagne et Napoléon », Annales historiques de la Révolution française. http://ahrf.revues.org/1644

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 5 juillet, 2020 )

A VILNA, le 5 JUILLET 1812…

« Vilna [Vilnius] (Lithuanie [Lituanie] Russe), le 5 juillet 1812.

Je n’accuse que la précipitation avec laquelle nous marchons du retard que je mets à recevoir de tes nouvelles. Je t’ai écrit le 25 [juin 1812], je crois, de Wiklovsky (sic). Sa Majesté avait fait quelques démonstrations pour passer le Niémen à Tilsitt. Cela avait attiré de ce côté un corps de l’armée russe. Mais dès que S.M. s’est aperçue qu’ ils étaient là en observation, elle s’est hâtée de faire forcer de marche à l’équipage des ponts, et en moins de quatre heures, trois ponts ont été lancés et faits à vingt-six lieues [environ 104 km] de Tilsitt, près du village de Kanen en allemand ou de Kowno en polonais . Cent vingt mille hommes ont passé toute la nuit ; quelques escadrons de cosaques, placés sur les hauteurs qui dominent le fleuA VILNA, le 5 JUILLET 1812... dans TEMOIGNAGES 06-507695-300x182ve, ont échangé quelques coups de fusil avec les tirailleurs jetés sur la rive droite pour protéger les ouvriers. S.M. s’est portée sur la route de Vilna. Elle s’attendait que l’entrée de cette ville lui serait disputée. Il y a eu quelques coups de sabre, mais pas d’engagement sérieux. S.M. est entrée à Vilna assez à temps pour arrêter le feu que les russes avaient mis à leurs magasins, qui sont assez considérables. La ville a été respectée ; l’on trouve ici à peu près tout ce qu’il faut. Les Russes ne paraissent pas bien décidés à mordre. Peut-être veulent-ils amener S.M. à combattre sur un terrain préparé. Ces deux colosses se rencontreront et se heurteront enfin. Un jour la terre tremblera de ce choc. Notre armée est immense et se porte bien ; jamais je n’ai vu l’Empereur si calme et si actif… »

Guillaume Peyrusse (« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse à son frère André, pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814… par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.75-76).

L’auteur de cette lettre occupait (depuis début mars 1812) lors de cette campagne, les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne. Sur ce personnage fort intéressant, voir mon édition complétée et annotée de ses «Mémoires » parue en 2018 aux Editions AKFG).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 juillet, 2020 )

Une lettre du général Compans…

06502477.jpg

J’ai déjà diffusé sur « L’Estafette »,, une lettre de ce général. Celle-ci est adressée à sa femme depuis les neiges de Russie… 

Dorogobouje, le [resté en blanc] novembre 1812. 

Ma chère Louise, j’ai reçu hier avec une extrême joie cinq de tes lettres. Elles ont calmé une double inquiétude que j’éprouvais depuis plusieurs jours, celle d’être sans nouvelles de toi et celle de voir par ta correspondance qu’aucune des lettres, que j’avais écrites après celle du 7 septembre, ne te parvenait ; cette double inquiétude cesse enfin. Je me rapproche tous les jours de toi et j’espère que cet hiver notre correspondance qui fait tout mon bonheur reprendra toute son activité. Ma division a combattu plusieurs jours de suite à l’arrière-garde  et toujours avec beaucoup d’ordre et de bravoure ; mais le 2 de ce mois devant Viasma elle prit part à un combat assez sérieux  où elle ajouta beaucoup à la gloire qu’elle s’est acquise pendant cette campagne. Le 57ème régiment a bien  justifié le surnom de « Terrible » que l’Empereur lui donne en Italie. Il s’est fort distingué dans cette campagne ; j’ai été aussi très satisfait des trois autres régiments [25ème, colonel Dunesme, 61ème  colonel Bouge et 111ème, colonel Julliet]. Mon artillerie ne m’a rien laissé à désirer ; elle était parfaitement conduite. Je connaissais déjà l’intérêt que Mme de Lépine avait bien voulu prendre à ma blessure et je t’avais priée d’être auprès d’elle l’interprète de ma gratitude et de tous mes sentiments. On dirait que je me suis donné le mot avec cette aimable dame pour te mettre dans la confidence de ce que nous avons l’un pour l’autre. Réitère-lui que je l’aime bien et que je saisirai toutes les occasions de le lui témoigner. Je ne m’intéresse pas moins à sa santé qu’elle ne s’est intéressée à ma blessure. Je conçois que ta famille n’ait pas été moins inquiète que toi sur mon compte, voyant ma correspondance cesser après le 7 septembre. Je conçois aussi qu’elle ait vivement partagé toute la joie lorsque tu reçus à la fois cinq lettres qui te donnent de mes de mes nouvelles jusqu’au 14. J’aime cette bonne famille autant qu’elle peut m’aimer et j’espère qu’un temps viendra où nous passerons d’heureux jours ensemble. L’accident d’un de tes beaux yeux n’aura probablement pas de suites fâcheuses, ma chère Louise. C’est ordinairement un mal très passager qu’un coup d’air de cette espèce. Je vois  avec plaisir que ta santé et celle du petit Monique-Napoléon [Dominique-Napoléon, son fils] ; ménage-les bien l’une et l’autre.

Je t’écris au bivouac, la neige tombe en ce moment d’une telle force qu’elle m’oblige à finir cette lettre. Je vous embrasse de cœur et d’âme. 

Comte D.COMPANS 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 4 juillet, 2020 )

Paris en 1814, vu par Constantin Batiouchkov…

365pxbatyushkov.jpg

« Constantin Nikolaïevitch Batiouchkov Danilovskoïe (né près de Vologda 18(29) mai 1787 –  mort le 7(19) juin 1855 à  Vologda), était un poète russe. Issu d’une ancienne famille de la noblesse, il passa son enfance dans le domaine familial de Danilovskoïe, près de Vologda. À sept ans, il perdit sa mère qui souffrait de dépression nerveuse, mal dont il fut lui aussi atteint, ainsi que sa sœur Alexandra. En 1797, il partit pour Saint-Pétersbourg faire ses études à la pension Jacquinot, tenue par un Français, puis en 1801 à la pension Tripoli. À seize ans, il suivit des cours de littérature russe et française. Il était très proche de son oncle, le comte Mikhaïl Mouraviev. Il commença sous son influence à étudier de façon plus approfondie les classiques de la littérature grecque et latine et se passionna pour Tibulle et Horace. Il commença aussi à affiner son propre style. Il fit la connaissance de représentants éminents de la culture de l’époque, comme Derjavine, Nikolaï Lvov, le comte Kapnist, Vassili Oléguine, le poète Nikolaï Gneditch, etc…Il publia ses premiers poèmes en 1805 dans la revue Nouvelles de la littérature. Il entra à cette époque dans l’administration publique et se rapprocha d’hommes proches des conceptions de Karamzine. En 1807, il prit part à l’expédition de Prusse et fut blessé à la bataille d’Heilsberg. Il partit se reposer à Riga dans le Gouvernement de Livonie. En 1808, il prit part à la guerre contre la Suède, puis démissionna de l’armée et se retira sur ses terres de Khantonovo, dans le Gouvernement de Novgorod. Il devint de plus en plus sujet à des crises d’angoisse.

En 1809, il se rendit en séjour à Moscou où grâce à sa naissance, son talent, son intelligence et sa bonté, il se rapprocha des cercles fréquentés par Vassili Pouchkine (1766-1830), poète et oncle du célèbre écrivain Alexandre Pouchkine, et fit la connaissance du prince Pierre Viazemski (1792-1878), de Karamzine (1766-1826), l’historien qu’il admirait tant, et du grand romantique russe, le poète Joukovski. Il passa le plus clair de son temps à Moscou, entrecoupé de séjours à Khantonovo. Finalement, en 1812, il fut engagé à la Bibliothèque publique de Saint-Pétersbourg. C’était aussi l’époque des guerres napoléoniennes, et l’empereur des Français se rapprochait de Moscou. Batiouchkov s’enrôla de nouveau en tant qu’aide-de-camp du général Raïevsky, et suivit les troupes russes dans leur victoire jusqu’à Paris. Ce séjour eut une influence importante pour le poète. Il fit connaissance de la littérature allemande et visita les musées de Paris ». Il s’éteint en 1855, victime du typhus. Notice extraite de l’encyclopédie en ligne Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Batiouchkov

Enfin, nous sommes dans Paris. Figure-toi une mer de peuple dans les rues. Les fenêtres, les murs, les toits, les arbres du Boulevard, tout, tout, tout est couvert de gens des deux sexes. Tous agitent les mains, la tête ; tous sont en convulsion ; tous crient : « Vive Alexandre ! Vive les Russes, les héros du Nord ! Vive Guillaume ! Vive l’empereur d’Autriche ! Vive Louis ! Vive le Roi ! Vive la paix ! ». On ne crie pas, on hurle, on beugle. « Montrez-nous le beau, le magnanime Alexandre ! –Messieurs, le voilà en habit vert avec le roi de Prusse.-Vous êtes bien obligeant, mon officier… Vive Alexandre ! A bas le tyran [Napoléon] ! Ah qu’ils sont beaux, ces Russes ! Mais, Monsieur, on vous prendrait pour un Français. –C’est beaucoup d’honneur, monsieur, je ne le mérite pas. -Mais c’est que vous n’avez pas d’accent. » Mon cosaque me disait en secouant la tête : « Mon officier, ils sont devenus fous ».-« Depuis longtemps », répondis-je en mourant de rire. Je descendis de cheval. Le peuple nous entoura, nous regarda, moi et mon cheval. Il y avait des gens comme il faut, de belles dames qui me faisaient à l’envi des questions étranges : « Pourquoi avez-vous les cheveux blonds ? Pourquoi sont-ils longs ? A Paris, on les porte plus courts et l’artiste Dulong [Coiffeur  renommé à l’époque] vous les taillera à la mode… Mais il est bien comme cela… oh ! Regarde ! Il a une bague ! On en porte donc aussi en Russie ? Son uniforme est très simple ; c’est le bon genre. Et quel cheval long ! Un cheval du désert ! Avouez, mon officier que Paris est bien beau… 

Mais comme il a les cheveux clairs ! C’est l’effet de la neige ! » Je ne sais, pensai-je en moi-même, si c’est la neige ou la chaleur ; mais vraiment, mes chers amis, vous êtes depuis longtemps brouillés avec le bon sens. Il y avait dans cette foule des visages terribles, des physionomies affreuses qui rappellent vivement les Marat et les Danton, des gens en haillons, en grands bonnets, en chapeaux, et, à côté d’eux, de beaux enfants, des femmes charmantes.  Nous vînmes à la place Vendôme, glorieuse colonne Trajane ! Le peuple l’environnait en criant sans cesse : « A bas le tyran ! » Un hardi compagnon grimpa jusqu’au haut et passa une corde au cou de la statue. Mais on ne put briser le Napoléon de bronze. Vanités des vanités ! Cette même populace qui saluait sur cette même place le Napolio Imperator Augustus, lui jette une corde au cou !

Le forcené qui cria:« Étranglez le roi avec les entrailles du prêtre », crie aujourd’hui:«O Russes, ô nos sauveurs, donnez-nous les Bourbons ! Qu’avons-nous besoin de victoires ? Du commerce ! Du commerce !» 

Étrange peuple de Paris, digne de pitié et de raillerie ! Je passai devant le Théâtre-Français et me dirigeai vers le Palais-Royal, ce centre de bruit, du mouvement, des filles, du luxe, de la misère et de la débauche. Qui n’a pas vu le Palais-Royal, ne saurait s’en faire une idée.

Dans le meilleur restaurant, chez le fameux Véry, nous avons mangé des huîtres et les avons arrosées de champagne à la santé de notre bon Tsar !  

C.BATIOUCHKOV 

Ce document fut publié dans l’ouvrage d’Arthur Chuquet : « L’année 1814 » (Paris, Fontemoing, 1914). 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 3 juillet, 2020 )

Une lettre du colonel Neil Campbell…

Campbell

Cet officier anglais était chargé de la surveillance de Napoléon à l’île d’Elbe. L’évasion de ce dernier sera le drame de sa vie. Il écrit ici à un certain M. Bailler, demeurant à Vienne (Autriche).

C.B.

Porto-Ferrajo [Portoferraio], 14 octobre 1814

« Continuez à me donner des nouvelles. Vous me mettez à même de divertir Napoléon beaucoup plus que vous ne pensez. Il paraît que Naples, la Pologne, la Saxe, Bernadotte et Corfou sont les points principaux. Faites-moi savoir de temps à autre des nouvelles de Marie-Louise et du jeune Napoléon, et les anecdotes qui doivent transpirer sur le compte de ces personnages. Je reçois ici de fréquentes visites de Bertrand et de Drouot. J’ai profité plusieurs fois de l’offre que Napoléon m’a faite de ses chevaux. Je suis assez bien logé ; mais nous éprouvons des difficultés pour les subsistances, car cette île ne produit que des végétaux et du vin. Au moment où je vous écris, un petit bâtiment portant pavillon rouge, armé de seize ou [de] dix-huit canons, vient de jeter l’ancre et de saluer cinq coups : on le dit de Tunis et que les Algériens ont déclaré la guerre à Napoléon »

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, 1914, p.437)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 juin, 2020 )

Un sergent en route vers la Russie…

Un sergent en route vers la Russie... dans TEMOIGNAGES Scène-de-bivouac

Jean Lebas, sergent au 33ème régiment d’infanterie, né à Moufflaines, dans l’Eure, écrit de Stettin, le 12 mars, à ses parents, qu’on va, une fois encore, se battre avec les russes, et il compte que ce sera sa dernière campagne. Le malheureux, y est, en effet, resté et il n’est pas revenu au pays, comme il l’espérait, pour dire, après toutes ses fatigues, qu’il s’était trouvé à plusieurs batailles en présence de l’Empereur. Le 23 avril 1812, de Dantzig, il mande à sa famille : « Je vous dirai qu’il se fait des grandes préparations pour faire la guerre aux Russes. Nous approchons de jour en jour de leur terrain et je crois bien que cela ne tardera pas. Toute notre armée se rassemble, ainsi que nos braves alliés ; mais beaucoup de bourgeois me disent tous les jours qu’ils croient bien que l’Empereur de Russie ne voudra pas se battre, car il n’a jamais gagné avec les Français. Mais l’Empereur des Français veut qu’il lui donne un passage libre dans les Saingnes pour empêcher le commerce avec l’Anglais ». Les Saingnes, ce sont les Indes.

A.CHUQUET 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 juin, 2020 )

Extrait d’une lettre inédite de John Perceval sur le séjour de Napoléon à l’île d’Elbe.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

J’en reproduis le passage le  plus intéressant. Cette lettre fut diffusée la première fois dans la « Revue Historique de la Révolution Française et de l’Empire » (janvier-juin 1916), dans sa version originale en anglais suivie d’une traduction en français. Écrite par un des six fils de Spencer Perceval, le ministre britannique, elle est adressée à Francis d’Ivernois, alors représentant de Genève au Congrès de Vienne.

C.B.

[…] Je crois qu’une [dernière] lettre vous fut écrite avant mon voyage à Elbe. Le colonel Campbell  [Officier anglais chargé de la surveillance de l’Empereur] me présenta à Napoléon, dans sa propre demeure (où, par chance, nous tombâmes sur lui]. Il nous reçut très poliment, nous montra toute sa maison, nous désignant toutes les améliorations qu’il y avait faites, etc. Il m’adressa la parole plusieurs fois, me demanda si j’étais le fils du Chancelier, remarqua que celui-ci avait été un grand antagoniste de la France. En somme, je fus très favorisé dans mon voyage. Il semble être ne parfaite santé, physiquement et moralement ; s’occupe de meubler son cottage [sic], qui n’est pas encore achevé. Ses gardes sont très mécontents de leur situation : 50 d’entre eux avaient envoyé une pétition pour qu’il leur permis de retourner en France, à laquelle l’Empereur n’a pas répondu [fait imaginaire]. Ils sont au nombre de 600 environ avec 50 lanciers Polonais, et à peu près 300 Corses, que les officiers sont très occupés à dresser [sic]. Chaque dimanche, il tient un lever. Porto-Ferrajo [Portoferraio] est très bien fortifié à la fois par terre et par mer.

Croyez-moi, je vous prie, très sincèrement et profondément votre.

John PERCEVAL.

Rome, vendredi 18 novembre 1814.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 28 juin, 2020 )

L’année prochaine, un bicentenaire à célébrer…

s-l1600

Publié dans INFO,JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 27 juin, 2020 )

1815. Rappel de quelques dates…

Napoléon. Retour

Depuis début mai 1814, Napoléon est à l’île d’Elbe. Louis XVIII règne pour la première fois de son existence sur le trône de France. Le gouvernement royal, de par sa vision obsolète des choses, est devenu progressivement impopulaire.

26 février 1815. Napoléon quitte l’île d’Elbe à bord du navire L’Inconstant.

1er mars. L’Empereur débarque à Golfe Juan.

6 mars. Les Parisiens apprennent le débarquement de Napoléon.

7 mars. Napoléon arrive à Grenoble.

10 mars. L’Empereur arrive à Lyon.

19 mars. Louis XVIII quitte Paris pour la Belgique.

20 mars. Entrée de Napoléon à Paris.

21 mars. L’Empereur charge Benjamin Constant de la rédaction d’une constitution libérale.

5 avril. Les troupes anglaises arrivent en Belgique, commandées par Arthur Wellesley, duc de Wellington.

22 avril. Proclamation de l’acte additionnel aux constitutions de l’Empire.

26 mai . Le tsar de Russie, le roi de Prusse et l’empereur d’Autriche quittent Vienne pour se mettre à la tête de leurs armées et lutter contre la France.

1er juin. Cérémonie du Champ-de-Mai, à Paris.

9 juin. L’acte final du Congrès de Vienne est signé par les plénipotentiaires des grandes puissances alliées présentes. Il avait été ouvert le 1er novembre 1814.

12 juin. Napoléon quitte Paris pour la Belgique.

15 juin. Napoléon chasse les Prussiens de Charleroi et décide de s’attaquer à Blücher pendant que Ney est prié d’occuper les Quatre-Bras, carrefour stratégique routier.

16 juin. Bataille de Ligny et bataille des Quatre-Bras.

18 juin. Bataille de Mont-Saint-Jean, appelée par les Anglais « Bataille de Waterloo » et par les Prussiens « Bataille de La Belle-Alliance ».

21 juin. Napoléon est de retour à Paris.

22 juin. L’Empereur abdique en faveur de son fils.

25 juin. Napoléon arrive au château de Malmaison.

29 juin. Après un court séjour, Napoléon prend le chemin de l’exil.

3 juillet. L’Empereur est à Rochefort-sur-Mer.

8 juillet. Louis XVIII revient à Paris.

12 juillet. Arrivé sur la frégate Saale, Napoléon s’installe provisoirement à  l’île d’Aix.

15 juillet. Il s’embarque à bord du brick de guerre l’Épervier, sous pavillon parlementaire qui le conduit jusqu’au Bellérophon, navire britannique. « Je suis venu me placer sous la protection de votre prince et de vos lois », déclare l’Empereur.

7 août. En rade de Plymouth, Napoléon est transféré sur le Northumberland  qui le conduira à l’île de Sainte-Hélène.

15 octobre. Arrivée de l’Empereur à Sainte-Hélène. Il y débarque le lendemain.

Publié dans JOURS D'EPOPEE par
Commentaires fermés
( 26 juin, 2020 )

Deux anecdotes sur l’Empereur…

Napoléon 6 semaines avant Waterloo

« M. Dunod, trois ans huissier de la chambre de l’Empereur, m’a conté plusieurs faits assez curieux que j’ai notés. Napoléon était très douillet; pour un rien, il se plaignait, se lamentait au-delà de toute expression. Dans sa carrière militaire, bien qu’il s’exposât beaucoup, il n’éprouva pas d’accident. La blessure reçue à Ratisbonne [23 avril 1809], dont on a tant parlé, n’était qu’une simple contusion, sans effusion de sang, produite par une balle morte. Napoléon était, de plus, très superstitieux, intraitable sur le nombre treize et sur le vendredi. Ainsi, pour un déplacement, le quantième du mois avait été fixé sans tenir compte du jour. Ce jour-là était un vendredi. L’Empereur en étant informé, avança son départ et partit le jeudi. »

———

Camille Dunod, né le 18 juillet 1795, à Châtel-Gérard (Yonne), fut huissier de la Chambre de l’Empereur du 1er avril 1811 au 1er avril 1814. Successivement commis aux Bureaux de la Guerre, attaché au secrétariat du duc de Berry et percepteur des contributions directes, il devint maire de Montereau en 1848, conseiller d’arrondissement et chevalier de la Légion d’honneur. Il mourut le 20 septembre 1864. (Note de Joseph Durieux, annotateur de l’édition de ce témoignage).

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, p.99).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 26 juin, 2020 )

Stendhal était-il à l’île d’Elbe en 1814 ?

Navire île Elbe

Henri Beyle, l’écrivain Stendhal, est-il passé à l’île d’Elbe alors que l’Empereur y séjournait ? A-t-il rencontré le Grand Homme ?

Dans une lettre adressée à sa sœur Pauline et datée de Florence le 24 septembre 1814, Stendhal écrit les mots suivants, malheureusement restés incomplets si l’on en croit une déchirure de papier mentionnée par H. Martineau le publicateur de cette « Correspondance » :

« En [allant] à Livourne, j’ai vu… à l’île d’Elbe… a reçu 16 millions… Angleterre. Il économise… que ton serviteur. »

(STENDHAL, « Correspondance (1812-1816) », tome IV, Le Divan, 1934, p.314).

———————

Le même H. Martineau dans « Calendrier de Stendhal » (Le Divan, 1950,  p. 149), ne mentionne ni le passage de Stendhal à Livourne, ni à l’île d’Elbe.  Victor Del Litto, autre biographe honorable de Stendhal, mentionne que du 29 août au 13 octobre 1814, le futur écrivain part de Gênes en bateau pour Livourne. (« La Vie de Stendhal », Editions du Sud / Editions Albin Michel, 1965 , p.178). L’île d’Elbe n’est pas citée.

Bien évidemment, j’ai consulté les témoignages de Marchand, Peyrusse, Ali, Pons (de l’Hérault); l’Itinéraire  de MM. Garros et Tulard, l’étude de Godlewski sur le séjour elbois de l’Empereur, mais en vain…

C.B.

Le talentueux Henri Beyle, plus connu sous le nom de Stendhal (1783-1842)

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 25 juin, 2020 )

Retour sur les derniers jours de Napoléon à Malmaison (juin 1815)…

napoleon.jpg

Voici un extrait des « Mémoires » de Marchand, premier valet de chambre de l’Empereur. 

« Après l’abdication, l’Empereur resta encore quelques jours à l’Elysée. Le lendemain et le surlendemain les voitures étaient encore nombreuses dans la cour, le troisième jour elles diminuèrent, mais l’effervescence populaire allait en augmentant autour de résidence. L’Empereur, pensant que de semblables démonstrations pouvaient être calomniée par ses ennemis qui ne voyaient pas sans crainte ses manifestations du peuple pour son élu, se déroba presque furtivement à tant de preuves d’amour et d’affection en se retirant à la Malmaison. Avant de partir, il adressa à ses anciens compagnons d’armes la proclamation suivante qui ne parvint pas à l’armée – les sentiments qu’elle renfermait effrayèrent trop les nouveaux gouvernements :

« Soldats !

« Quand j’ai cédé à la nécessité qui me force à m’éloigner de la brave armée française, j’emporte avec moi l’heureuse certitude qu’elle justifiera par les services éminents que la patrie attend d’elle, les éloges que nos ennemis eux-mêmes ne peuvent pas lui refuser. Soldats ! je suivrai vos pas quoique absent, je connais tous les corps, et aucun d’eux ne remportera un avantage signalé que je rende justice au courage qu’il aura déployé. Vous et moi nous avons été calomniés, des hommes indignes d’apprécier vos travaux ont vu dans les marques d’attachement que vous m’avez données, un zèle dont j’étais le seul objet. Que vos services futurs leur apprennent que c’était la patrie par-dessus tout que vous serviez en m’obéissant, eu que si j’ai quelque part à votre affection, je le dois à mon ardent amour pour la France notre mère commune. Soldats ! encore quelques efforts et la coalition est dissoute. Napoléon vous reconnaîtra aux coups que vous allez porter. Sauvez l’honneur, l’indépendance des Français, soyez jusqu’à la fin tels que je vous ai connus depuis vingt ans, et vous serez invincibles. »

 Le 25 juin à midi et demi, l’Empereur quitta l’Elysée sans suite ; il monta dans la voiture du grand-maréchal [Bertrand] qui l’attendait à la porte du jardin dans les Champs-Elysées ; le comte Bertrand était avec lui et Noverraz sur le siège. Dans le même moment, les voitures de l’Empereur prenaient la rue du faubourg-Saint-Honoré, emmenant à la Malmaison les généraux Gourgaud et Montholon, aides de camp de l’Empereur, le comte de Las Cases, chambellan. Le baron de Mesgnigny, écuyer de l’Empereur était à cheval à la portière de la première voiture qui suivie de l’escorte, laissait croire que l’Empereur quittant la voiture du grand-maréchal monta dans la sienne pour se rendre à la Malmaison où il fut reçu par sa fille d’adoption la reine Hortense, avec une affection aussi respectueuse que touchante. Vingt-cinq hommes de la Garde impériale à pied, commandés par un officier s’y trouvaient pour veiller à la sûreté de l’Empereur dans cette résidence.

Avant de quitter Paris, l’Empereur avait demandé au gouvernement provisoire deux frégates et des passeports pour passer en Amérique, il avait fait brûler par M. Rathery, son secrétaire, les lettres, les mémoires et les pétitions dont les noms pouvaient compromettre les signataires. Je restai quelques heures plus tard que l’Empereur à l’Elysée-Bourbon pour ramasser tout ce qui était à son usage et attendre aussi des emplettes que j’avais faites et qui n’arrivaient pas. Ma famille était autour de moi, consternée d’un départ qui nous séparait peut-être pour jamais et aussi malheur qui frappait le pays. Le moment de la séparation fut cruel, il devait l’être, je me jetai tour à tour dans les bras de mon père, de mes sœurs, des mes frères et de mon beau-frère, et j’en sortis en les priant de calmer une douleur qui ne me rendait plus maître de la mienne. Nous nous quittâmes en nous promettant de nous revoir le lendemain et les jours suivants à la Malmaison, si l’Empereur y passait quelques jours.

L’Empereur, à la Malmaison, qui lui rappelait ses premières années de gloire et de bonheur, était entouré de soins et d’affection par la reine Hortense et de dévouement par les officiers généraux et autres qui s’offraient à l’accompagner dans sa mauvaise fortune. Le comte Bertrand, le duc de Rovigo, les généraux Lallemand, Montholon, Gourgaud, se partagèrent auprès de sa personne le service d’aides de camp, les chefs d’escadrons de Résigny et Planat, celui d’officiers d’ordonnance, auxquels s’adjoignirent le capitaine Mercher et Schultz. Ce dernier avait accompagné l’Empereur à l’île d’Elbe ; lui et plusieurs autres sollicitèrent la veille du départ pour la Malmaison, l’honneur d’y suivre l’Empereur. M. le baron de Montaran y remplissait le service d’écuyer, le comte de Las Cases celui de chambellan, son fils et M. de La Pagerie, celui de pages. Le service de Bouche était très nombreux, celui de la Chambre était le même qu’à Paris.

Dans les quelques jours passés à la Malmaison, l’Empereur fut visité par ses amis qui à toute heure de la journée étaient sur la route pour lui apporter des nouvelles ; il les questionnait avec anxiété. Au nombre de ceux qui vinrent, se trouvèrent le comte de La Valette, le duc de Bassano, le général Flahaut, le général de La Bédoyère, le général Caffarelli, M. Poggi ; et les princes Joseph, Lucien et Jérôme, ses frères ; les dames qui avaient conservé un profond attachement pour lui ne lui manquèrent point non plus. Le salon de la reine Hortense se remplissait le soir de Mmes les comtesses Bertrand, Montholon, Caffarelli. Les duchesses de Rovigo, Bassano, les comtesses Regnault de Saint-Jean d’Angély, Walewska et d’autres dont le nom m’échappe, vinrent à la Malamaison et ne manquèrent point au malheur. Mme P*** vint aussi apporter des consolations de cœur qui furent appréciées de l’Empereur ; son souvenir, sur le rocher de Sainte-Hélène, est venu quelquefois chasser les ennuis de la captivité, en se rappelant et son âme et sa beauté.

L’Empereur attendait assez impatiemment l’arrivée des passeports qu’il avait demandés, et l’ordre qui mettait deux frégates à sa disposition pour passer en Amérique. Lorsque le 25 juin, le général Becker vint à la Malmaison pour y prendre le commandement de la Garde de l’Empereur, et veiller autant à la conservation de sa personne, qu’au respect qui lui était dû, la reine Hortense crut qu’on allait arrêter l’Empereur : elle en fut effrayée, elle allait se jeter entre Sa Majesté et celui chargé de cette mission, lorsqu’on lui dit que l’ennemi approchait de Paris. Ce général n’était envoyé que pour veiller à la sûreté personnelle de l’Empereur.

Le général Becker, aussitôt arrivé, demanda à être introduit auprès de l’Empereur et lui présenta la lettre du ministre de la Guerre, le prince d’Eckmühl [Davout], ainsi conçue :

« Paris, 25 juin 1815, à quatre heures de l’après-midi.

« Monsieur le Général,

« J’ai l’honneur de vous prévenir que la commission du gouvernement vous a nommé pour aller commander la Garde de l’empereur Napoléon à la Malmaison.

« L’honneur de la France commande de veiller à la conservation de sa personne et au respect qui lui est dû. L’intérêt de la patrie exige qu’on empêche les malveillants de se servir de son nom pour exciter des troubles.

« Monsieur le général, votre caractère connu est une garantie pour le gouvernement et pour la France que vous remplirez ce double but. Je vous invite à vous rendre de suite à la Malmaison, à vous faire reconnaître par la Garde et à prendre toutes les dispositions pour remplir ce double objet.

« Recevez, etc.

« Le maréchal ministre de la Guerre,

« Prince d’Eckmuhl. »

Cette mesure dictée par le duc d’Otrante [Fouché], à laquelle se soumettait le ministre de la Guerre, sous le masque de l’intérêt, n’était autre qu’un moyen de surveiller les actions de l’Empereur ; le besoin pour eux devenait d’autant plus nécessaire, que l’un et l’autre de ces hommes d’Etat étaient déjà abouchés pour le retour de Louis XVIII avec le baron de Vitrolles, agent du Roi.

L’Empereur ne le laissa pas ignorer au général Becker qui, dans cette circonstance, eut la conduite la plus honorable.

A mon retour de Sainte-Hélène, j’ai eu l’honneur de voir souvent ce général, et voici ce qu’il me disait de cette affaire :

— Lorsque j’acceptai cette mission, ce ne fut qu’en vue de servir l’Empereur et de protéger sa personne ; je ne soupçonnais pas alors ce qui me fut révélé quelques jours plus tard, que le duc d’Otrante et le prince d’Eckmühl traitaient avec les agents royalistes. L’Empereur, me dit-il, fut blessé de la manière dont je lui étais envoyé, il eût désiré que le gouvernement l’informât officiellement d’un acte qu’il regardait comme une affaire de forme et non comme une mesure de surveillance à laquelle il était inutile de l’assujettir. La pensée que l’Empereur put croire que je pourrais me prêter à tout autre rôle que celui d’un brave soldat qui venait pour veiller à son salut, me révolta, et je lui dis que, si ma présence à la Malmaison pouvait éveiller un semblable soupçon, je donnerais immédiatement ma démission au gouvernement, de la mission qui m’était confiée. L’Empereur vit, me dit-il, combien j’étais blessé et me dit : — Rassurez-vous, général, si l’on m’avait laissé le choix d’un officier, je vous eusse désigné de préférence, car depuis longtemps je connais votre loyauté. Il m’entraîna dans le jardin et nous causâmes de Paris. »

Ce général me rappela qu’à bord de la Saale, je lui avais donné une chemise de l’Empereur qu’il conservait précieusement.

L’Empereur ne voyait pas sans frémissement l’armée ennemie s’avancer sur Paris sans qu’on lui opposât de résistance et sans qu’on s’occupât de défendre cette ville. Il en causait avec son entourage ; des troupes légères pouvaient se porter sur la Malmaison, l’armée ennemie disait-on, était près de Paris. Ce qu’il avait prédit se réalisait. Les commissaires français se plaignaient de la mauvaise foi qu’apportaient les Alliés à traiter, l’anxiété des gouvernants redoublait, le retard que mettait l’Empereur à s’éloigner de la Malmaison leur faisait craindre qu’une détermination toute spontanée ne portât l’Empereur à se mettre à la tête de l’armée et ne détruisit tout l’échafaudage de trahison qui livrait Paris à l’ennemi.

Ce fut seulement le 27 que le grand-maréchal, qui était à Paris pour obtenir de la Commission du gouvernement, qu’on mît à la disposition de l’Empereur deux frégates pour le conduire aux Etats-Unis, écrivit à Sa Majesté que le ministre de la Marine mettait à sa disposition les deux frégates du port de Rochefort, et prévint Sa Majesté que tous les ordres relatifs aux relais sur la route étaient donnés ; les frégates ne devaient point quitter la rade de Rochefort avant que les sauf-conduits fussent arrivés.

Le duc d’Otrante autorisait verbalement le comte Bertrand à prendre aux Tuileries, où l’ordre était donné de ne plus rien laisser sortir, un service complet de douze couverts, le service de porcelaine dit des « quartiers généraux », six services de douze couverts en linge damassé, six services en linge d’office, douze paires de draps de premier choix, douze paires de draps de service, six douzaines de serviettes d’appartement, deux voitures de voyage, trois selles et brides d’officier général, trois selles et brides de piqueurs, quatre cents volumes à prendre dans la bibliothèque de Rambouillet, diverses cartes géographiques, et 100 000 francs pour les frais généraux du voyage. C’était ce qu’accordait le gouvernement à celui qui avait gouverné la France avec tant de gloire, et donné des fortunes considérables à ceux qui l’entouraient ; celui même qui permettait d’emporter ce modique mobilier, avait reçu de lui 200 000 livres de rente.

Malgré toutes les invitations faites à l’Empereur soit par lettres, soit par communication verbales, par le gouvernement provisoire de quitter la Malmaison, l’Empereur n’en tenait aucun compte ; le général Becker reçut l’ordre de se rendre à Paris au sein de la Commission qui lui intima de partir le soir même incognito avec l’Empereur pour Rochefort. Il recevait en même temps un passeport qui autorisait ce général à se rendre dans cette ville avec son secrétaire et son domestique. Ce secrétaire devait être l’Empereur !

Cet ordre ridicule ne fut pas plus écouté que les précédents ; il porta l’Empereur à faire déclarer à la Commission du gouvernement provisoire par le général Becker qu’il renonçait à partir pour Rochefort ; attendu que les communications n’étaient pas libres, il ne trouvait pas une garantie suffisante pour sa sûreté personnelle ; que, d’ailleurs, arrivant à cette destination, il devait se considérer comme prisonnier puisque son départ de l’île d’Aix était subordonné à des passeports qui lui seraient sans doute refusés pour se rendre en Amérique ; qu’en conséquence, l’Empereur était déterminé à attendre son arrêt à la Malmaison ; qu’il attendrait qu’il soit statué sur son sort par le duc de Wellington auquel le gouvernement pouvait annoncer cette résignation ; qu’il restait donc à la Malmaison, persuadé qu’on n’entreprendrait rien contre lui qui ne fût digne de la nation et de son gouvernement.

Depuis le 25 juin, les messages étaient fréquents entre le gouvernement et le général Becker à la Malmaison. Les amis de l’Empereur venaient en grand nombre, mais le 28, la fermeture des barrières et la barricade élevée au pont de Neuilly, offraient des difficultés pour arriver jusqu’à lui. Ce même jour cependant, je vis encore mon beau-frère et ma sœur qui m’entretinrent de l’agitation de Paris ; on ne comprenait pas le calme de l’Empereur à l’approche de l’ennemi.

Mme P*** [Pellapra], dans l’après-midi de cette journée, me fit prévenir par son domestique qu’elle m’attendait dans une des rues de Rueil ; je m’y rendis aussitôt. Elle m’assura qu’elle savait, à n’en pouvoir douter, que le duc d’Otrante traitait en ce moment avec M. de Vitrolles, agent de Louis XVIII, et que le prince d’Eckmühl, tout en concentrant des forces sous Paris, en paralysait l’action ; que j’eusse à en prévenir l’Empereur ; que le premier de ces deux ministres était homme à livrer Sa Majesté s’il y trouvait son profit.

Pendant que j’étais avec cette dame, une partie de la Garde qui était à Rueil se mettait sous les armes. Inquiet de ce que ce pouvait être, je la quittai pour rentrer à la Malmaison, où j’appris que l’ennemi approchant, le général Becker venait de recevoir l’ordre de faire détruire les ponts de Chatou et de Bezons avec ordre de se garder militairement sur ces routes.

[Note de Marchand en marge de son manuscrit :] Bien résolu à défendre l’Empereur avec quelques centaines d’hommes qu’il avait sous ses ordres, auxquels s’adjoignaient les généraux et officiers d’ordonnance qui étaient auprès de lui.

Saint-Denis [mamelouk Ali] avait été envoyé à Versailles par l’Empereur pour y prendre des fusils de chasse, des pistolets d’arçon et une boîte de deux paires de beaux pistolets ; il avait trouvé la route libre, mais on s’inquiétait que l’Empereur restât si paisiblement à la Malmaison quand des coureurs pouvaient tomber sur lui à l’improviste. MM. de Bassano, La Valette, le duc de Rovigo [Savary], le général Bertrand étaient auprès de lui. Le soir, lorsque l’Empereur rentra dans son intérieur, je lui dis ce que j’avais appris de l’esprit de Paris, de la volonté de se défendre si Sa Majesté paraissait, mais qu’en son absence, il y aurait inertie complète et que les Bourbons seraient reçus, que Mme P***, que j’avais vue à Rueil m’avait chargé de lui dire que le duc d’Otrante traitait avec M. de Vitrolles, et que les commissaires envoyés au camp ennemi n’étaient point écoutés.

— Tout ce que je leur ai dit se vérifie, me répondit l’Empereur, La Fayette est un niais, et ces gens-là, qui ne connaissent pas l’esprit de la France, perdent le pays.

Dans la nuit du 28 au 29, le duc Decrès et le comte Boulay de La Meurthe vinrent à la Malmaison. L’Empereur était couché depuis plusieurs heures lorsque j’entrai doucement chez lui pour le prévenir de l’arrivée de ces messieurs.

Lorsqu’ils furent introduits, ils déclarèrent à l’Empereur que l’armée ennemie autour de Paris donnait des craintes pour sa sûreté personnelle. Le gouvernement s’était décidé à regarder comme non avenu l’article de l’arrêté qui, en mettant les frégates à sa disposition, prescrivait qu’elles ne sortissent pas sans sauf-conduit ; que l’intérêt de l’Etat aussi bien que le sien exigeait impérieusement qu’il partît aussitôt ; des passeports étaient apportés pour toutes les personnes qui se proposaient de partager l’exil de l’Empereur. Sa Majesté les entretint quelque temps des malheurs qu’il voyait fondre sur la patrie et les congédia l’un et l’autre. En recevant ses adieux ils se retirèrent dans un état qui attestait le profond chagrin de leur âme.

Dans la journée, M. Corvisart était venu à la Malmaison avec un de ses élèves, jeune praticien qu’il venait présenter à l’Empereur. M. Foureau de Beauregard, son médecin à l’île d’Elbe, ayant été nommé député dans son département, et devant continuer sa législature, se promettait de rejoindre l’Empereur plus tard, mais ne pouvait pour le moment s’empêcher de remplir le mandat qu’il tenait de ses concitoyens. Ce jeune homme, M. Maingaut, était appelé à le remplacer.

Après sa présentation, l’Empereur lui dit de prendre les ordres du grand-maréchal, et resta une bonne demi-heure à se promener dans le jardin avec M. Corvisart.

En le quittant, l’Empereur rentra chez lui et m’appela comme il était dans l’habitude de le faire. Il me remit un petit flacon de la longueur de quinze lignes sur quatre ou cinq de largeur, renfermant une liqueur rouge, me recommandant de ne point le laisser voir de personne, et ajouta :

— Arrange-toi pour ce que je l’aie sur moi, soit en l’attachant à ma veste ou autre partie de mon vêtement, toujours de manière à ce que je puisse m’en saisir facilement.

Dans le moment même, on vint le prévenir que le duc de Bassano ou le comte de La Valette était au salon. Je restai seul avec ce flacon qui recélait une mort prompte, je ne pouvais en douter ; mes réflexions furent des plus tristes jusqu’au soir où je revis l’Empereur à son coucher.

Après lui avoir raconté ce que m’avait dit Mme P***, j’allais me retirer, lorsqu’il me demanda ce que j’avais fait du flacon qu’il m’avait remis. Je lui montrai le bout de sa bretelle de gauche qu’il pouvait saisir avec la main droite facilement, et sous cette bretelle, je lui montrai un petit sac en peau contenant le flacon qui entrait et sortait librement, maintenu par un œillet dans lequel était passé un cordon. Il examina le tout, sortit et rentra le flacon, puis me regardant il me dit :

— C’est bien !

Et comme il s’aperçut combien mon âme était profondément affligée, il appuya sa main sur ma joue en me disant de tout préparer pour son départ qui très probablement aurait lieu le lendemain.Comptant sur un départ qui pouvait avoir lieu d’un moment à l’autre, je m’entendis avec M. Colin, contrôleur de la Maison de l’Empereur, honnête homme autant que dévoué à l’Empereur, le priant d’avoir soin que les voitures qui devaient transporter l’argenterie et les porcelaines dites des « quartiers généraux » fussent toujours prêtes à recevoir les chevaux de poste, et se mettre en route : il me remit un état de tout ce qu’elles contenaient. Il ne s’était pas arrêté à un service d’argenterie de douze couverts comme le faisait généreusement le duc d’Otrante envers son maître, il joignit toute l’argenterie venue avec le service de l’Empereur à l’Elysée à celle apportée des Tuileries ; ce qui indique comment, après en avoir vendu une grande quantité à Sainte-Hélène, il en restait encore beaucoup après la mort de Sa Majesté.

L’Empereur, le matin de son départ, m’entretint et me dit d’assurer ceux de ses serviteurs qui l’accompagnaient que leur existence était assurée. Je pris la liberté de lui répondre qu’ils s’estimaient tous heureux de pouvoir offrir leur dévouement.

Une indemnité fut donnée à chacun d’eux comme frais de route par le grand-maréchal. J’appris que Ferdinand, cuisinier à l’île d’Elbe, ne suivait pas l’Empereur, et que le roi Joseph s’était empressé de mettre le sien à sa disposition. Il mit aussi autour de son corps le collier de diamants que la reine Hortense l’avait supplié d’accepter comme pouvant lui être nécessaire dans ce moment d’infortune suprême.

L’Empereur ayant déterminé les routes par lesquelles passeraient les voitures pour se rendre à Rochefort, fit donner 1 800 francs au général Montholon et 1 500 au général Gourgaud pour les frais de poste de Paris à cette ville. Quelques sommes de 10 000 francs furent distribuées à des personnes qu’il ne pouvait emmener avec lui, et qui se trouvaient gravement compromises, M. Poggi et autres.

Les généraux Chartran et Piré vinrent demander qu’on leur donnât les moyens de se soustraire à la persécution dont ils allaient être menacés. Il y avait un peu d’exaspération dans leurs paroles, l’Empereur en fut prévenu, le vit et dit qu’il était juste que des gens qui s’étaient sacrifiés pour lui s’adressassent à lui ; il fit donner à chacun d’eux 10 000 francs pour subvenir aux premiers besoins, et se plaignant de ne pouvoir en faire autant pour tous ceux qui allaient souffrir pour sa cause.

Depuis le retour de Waterloo, les personnes qui entouraient l’Empereur lui conseillaient de se rendre en Angleterre. L’Empereur dont l’existence politique était terminée, disait-il, préférait les Etats-Unis, c’était pour cette destination qu’il allait se mettre en route, lorsque dans la matinée des cris de : « Vive l’Empereur ! A bas les Bourbons ! » « A bas les traîtres ! » se firent entendre de la route.

C’était une division revenant de la Vendée qui, sachant l’Empereur encore à la Malmaison, s’était arrêtée devant le parc, et ne voulait pas faire un pas de plus, sans voir ou emmener l’Empereur. Ce cri de : « Vive l’Empereur ! » gage si souvent certain de la victoire, qui arrivait jusqu’à nous, réveilla dans les âmes guerrières qui entouraient l’Empereur, l’amour des combats. L’Empereur lui-même laissa son grand cœur se prendre d’enthousiasme aussi sans doute, puisque après avoir reçu le général commandant de cette division, il fit venir le général Becker et lui dit qu’il différait son départ de quelques heures, le temps qu’il pût soumettre au gouvernement la proposition qu’il lui faisait de reprendre, au nom de Napoléon II, le commandement de l’armée, en lui développant le plan d’opérations qui assurait toutes les chances de succès pour rejeter en peu de jours l’ennemi au-delà de la frontière. Le général Becker témoigna de son dévouement en n’hésitant pas à se charger d’une mission qui pouvait lui attirer le blâme du gouvernement, mais il voyait une chance de salut dans les combinaisons posées par l’Empereur pour le pays, il partit. Ce fut avec beaucoup de peine qu’il parvint au sein de la Commission par les obstacles qu’il rencontra sur sa route.

Le duc de Bassano, qui était venu travailler avec l’Empereur, le quitta, peu après le départ du général, pour travailler au retour de l’Empereur si son offre était acceptée.

Il n’en était pas ainsi. La proposition fut reçue avec effroi ; on croyait l’Empereur loin de Paris et les offres qu’il faisait faire renversaient trop complètement les négociations si péniblement élaborées avec les agents royalistes pour qu’elles fussent acceptées par le président du Conseil, et aussi par les membres de cette Commission qui ne se laissaient plus que guider par lui. Tout d’abord il fut répondu par le duc d’Otrante que ses offres ne pouvaient être acceptées et des reproches furent adressés au général en termes amers de s’être chargé de cette mission quand il avait celle d’être sur la route de Rochefort, et qu’il était urgent qu’il repartît aussitôt, la personne de l’Empereur n’étant plus en sûreté aux environs de Paris. Le général ayant demandé d’être porteur d’une décision du gouvernement sur le résultat de sa mission, le duc d’Otrante écrivit aussitôt au duc de Bassano qu’il supposait être encore à la Malmaison, le billet suivant :

« Le gouvernement provisoire ne pouvant accepter la proposition que le général Becker vient de lui faire de la part de Sa Majesté, par des considérations que vous saurez apprécier vous-même, je vous prie, monsieur le duc, d’user de l’influence que vous avez constamment exercée sur son esprit, pour lui conseiller de partir sans délai, attendu que les Prussiens marchent sur Versailles, etc.

« Le duc d’Otrante. »

Pendant que le général Becker était à Paris, M. le comte de La Valette, ce fidèle ami de l’Empereur, était arrivé à la Malmaison et donnait à Sa Majesté l’état des esprits dans la capitale ; chacun attendait avec anxiété le moment où l’Empereur demanderait ses chevaux pour se mettre à la tête de l’armée, lorsque le général Becker vint mettre un terme à nos illusions de bonheur : le gouvernement provisoire refusait l’offre de l’Empereur.

Sa Majesté prit connaissance du billet adressé au duc de Bassano, puis, sans que rien troublât l’émotion de son visage, donna des ordres pour son départ. Rentré chez lui accompagné du grand-maréchal il dit :

— Ces gens-là perdent la France.

Il quitta son uniforme des chasseurs de la Garde, mit un habit marron, une culotte bleue avec bottes à l’écuyère et sur sa tête un chapeau rond à larges bords. L’Empereur causait tout en s’habillant, avec le calme d’une âme sereine qui, jusqu’au dernier moment, a voulu défendre les intérêts du pays.

Il passa au salon où se trouvait la reine Hortense dont les larmes émurent son cœur, et qui se montra pleine de dévouement et de tendresse. Il l’entraîna avec lui au jardin et ne voulut pas qu’elle allât plus loin. Il reçut les derniers embrassements de cette princesse, dit un dernier adieu à quelques amis qui se trouvaient là, ainsi qu’à Mmes de Vicence, Caffarelli et Walewska, donna son cheval à son écuyer le baron de Montaran et s’éloigna d’amis qui tous éclataient en sanglots, se dirigeant vers la petite porte du parc.

Une calèche attelée de quatre chevaux de poste qui devaient être précédés d’Amodru, piqueur faisant l’office de courrier, l’attendait depuis près d’une heure.

L’Empereur y monta suivi du général Becker, du grand-maréchal et du duc de Rovigo qui l’accompagnaient, tous les trois en bourgeois.

Saint-Denis, qui devait monter sur le siège, avait pourvu la voiture d’amples provisions et d’autant de paires de pistolets que de personnes, s’en étant réservé deux paires pour lui. J’avais mis 20 000 francs en or dans un petit coffre pour y puiser dans les besoins de la route. »

           

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 juin, 2020 )

A Smolensk, le 25 août 1812…

Smolensk, ce 25 août 1812.

Si tu t’amuses à lire les bulletins, tu dois savoir maintenant, bien plus exactement que je ne pourrais te le dire, ce qui s’est passé autour de Smolensk dans les brillantes journées des 16, 17 et 18 courant  [août 1812]. Je me bornerai à t’annoncer que mon régiment a eu l’honneur de prendre une part très vive à l’affaire du 17. Mes grenadiers se sont dignement comportés ; nous avons fait le coup de baïonnette pendant une demi-heure, et nous avons couché sous les murailles de Smolensk, après avoir obligé tout ce qui  se trouvait devant nous à aller chercher son salA Smolensk, le 25 août 1812... dans TEMOIGNAGES 207_001-233x300ut derrière les remparts.

Le lendemain 18, à 4 heures du matin, nous sommes entrés en ville. J’ai été blessé assez grièvement de deux coups de feu au bras gauche ; une des deux balles m’a fait qu’une forte contusion à l’épaule, mais la seconde m’a traversé le bras dans toute sa longueur, depuis le poignet jusqu’au coude. Les chirurgiens pensent néanmoins que je ne serai pas estropié. Pour comble de malheur, j’ai encore été raccroché, en montant à  l’assaut, d’un éclat de palissade qui m’a frappé à la tête et renversé dans le fossé. Voilà une aventure asse sérieuse. Je me porte d’ailleurs très bien ; la fièvre se suppuration est déjà passée, et comme, au milieu de tout cela, j’ai conservé bon pied, bon œil et bonne dent, je vais dîner dès ce soir avec M. Foucher, adjudant-major de la Garde, qui demeure à dix pas d’ici, et  qui se charge de me couper les morceaux. Nous parlerons de toi, de ta femme et de tes enfants, et je suis sûr que mes blessures n’en iront que mieux demain. Adieu. Bonne santé. Point d’inquiétude sur mon compte.

COUDREUX.

PS.-Mon corps d’armée est déjà à 20 lieues  [environ 80 km] d’ici, sur la grande route de Moscou.

(« Lettres du commandant Coudreux à son frère, 1804-1815. Publiées par Gustave Schlumberger », Plon, 1908, pp.211-212). L’auteur était à cette époque capitaine au 15ème régiment d’infanterie légère.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2020 )

Soyez informé par mail de l’actualité de « L’Estafette » !

Napoléon le Grand

En me laissant votre adresse-mail à:

contact.lestafette@gmail.com

(Elle ne sera pas communiquée à des tiers).

 

Publié dans INFO par
Commentaires fermés
( 23 juin, 2020 )

Un épisode de la guerre d’Espagne. Récit d’un témoin oculaire.

Espagne6

L’auteur de ce récit est le capitaine Courtot, du 23ème régiment d’infanterie légère, qui commandait une des compagnies du 3ème bataillon faisant partie de la garnison d’Astorga. Le manuscrit trouvé dans les papiers de cet officier est entièrement écrit de sa main ; il paraît être le brouillon, d’un rapport qui lui fut demandé, à sa rentrée en France, pour être adressé à l’Empereur.[1]

Les troupes qui occupaient la ligne de l’Orbigo, ayant reçu l’ordre le 10 juin 1812 de se concentrer du côté de Salamanque, la garnison d’Astorga, composée des 3ème  et 4ème bataillons du 23ème  léger et d’un bataillon du 1er de ligne, formant en tout  1.200 hommes fut livrée à elle-même à dater du 10. Le 13 juin, l’armée espagnole de Galice, forte de 12.000 hommes, commandée par le général Castanos, se présenta devant la place et commença les travaux de siège. Après une résistance opiniâtre de soixante-sept jours et la garnison ayant absolument consommé ses vivres [selon les « Mémoires » de Marmont, la garnison d’Astorga n’avait de vivres que jusqu’au 17 août] et épuisé toutes ses munitions d’artillerie, la résolution fut prise, par le conseil de guerre, de se faire jour au travers des ennemis pour rejoindre l’armée de laquelle on n’avait plus de nouvelles et dont on ignorait la position.     

Cette résolution hardie fut reçue avec satisfaction par la garnison et déjà les ordres étaient donnés pour sortir de la place dans la nuit du 18 au 19 août. Lorsqu’un parlementaire envoyé par le général Castanos, vint présenter une capitulation que notre brave général, ainsi que nos autres chefs, crurent pouvoir accepter sans déroger à l’honneur des armées de Sa Majesté [cette garnison joua de malheur. Le général Foy, après l’évacuation de Madrid, reprit le commandement de deux divisions d’infanterie et d’une de cavalerie légère, avec la mission de retirer de Toro, de Zamora et d’Astorga les garnisons qu’on y avait laissées. Celles des deux premières places furent ramenées, mais celle d’Astorga s’était rendue la veille du jour où le général Foy arriva. Il n’y trouva que les malades et les blessés qu’il ramena ; il lui fut impossible d’atteindre l’ennemi. (« Mémoires du roi Joseph »)] La base de la capitulation portait : que la garnison d’Astorga sortirait de la place dans la matinée du 19 avec armes et bagages, deux pièces de campagne, tambour battant et mèche allumée ; qu’elle déposerait ses armes sur le glacis ; qu’on les chargerait sur des voitures qui marcheraient escortées d’un cinquième de la garnison, entre les bataillons du 23ème léger et du 1er de ligne ; que les officiers conserveraient leurs épées et leurs bagages et les soldats leurs sacs et que toute la garnison serait conduite, sans délai, aux avant-postes de notre armée que le général Castanos nous assurait être dans les mains de l’armée du Portugal. Mais loin de tenir aux traités signés, nous éprouvâmes, aussitôt les armes déposées, la plus affreuse trahison ; non seulement on nous enleva nos épées et tous nos bagages, mais encore nous eûmes la douleur de voir dépouiller nos braves soldats et de nous voir traîner de prison en prison et traiter de la manière la plus infâme. Aujourd’hui, cette garnison, qui méritait un meilleur sort, se trouve dispersée dans divers endroits de la Galice, espérant encore de voir réaliser cet échange qui est le plus cher désir de tant de braves qui végètent si misérablement. Au lieu de nous conduire aux avant-postes de notre armée, on nous conduisit dans les Asturies où nous fûmes enfermés dans une prison et réduits à coucher sur la paille. L’approche des Français nous fit conduire à La Corogne. Nous eûmes le nouveau chagrin d’y trouver cent quarante officiers, compagnons d’infortune qui étaient enfermés dans le fort de San Anton, situé à l’extrémité du port au milieu de la mer. C’est là que ces braves officiers ont pour logement dix casemates humides et malsaines, ayant pour se coucher de chétives paillasses, pour traitement une ration de pain noir et vingt sous qu’il arrive souvent qu’on ne leur paye point ; aussi par le prix exorbitant des denrées de première nécessité, les pauvres infortunés sont-ils réduits à prendre une nourriture grossière et malsaine et dans leur triste situation, ils n’ont même pas la satisfaction de distraire quelque peu leurs ennuis par une promenade salutaire qu’on a la barbarie de n’accorder qu’à un officier par jour, et encore est-il escorté par un soldat. Les soldats qui se trouvent à La Corogne sont enfermés dans le fort de… [nom laissé en blanc dans le manuscrit] dans lequel ils ont à peine assez de place pour se coucher sur une mauvaise poignée de paille qu’on ne leur change que fort rarement, couverts de baillons, dévorés par la vermine ,ne sortant jamais, et ne recevant pour traitement que 450 grammes de ration de pain et six sous par jour qu’on ne leur paye que fort rarement.

———-

Exaspérés par ces mauvais traitements, sept officiers, compagnons de captivité au fort de San Anton, à La Corogne, résolurent de tout risquer pour reconquérir leur liberté et pour venir reprendre du service dans les armées françaises. Dans la nuit du 9 au 10 février 1813, MM. Beille, lieutenant au 25ème régiment de dragons ; Courtot, capitaine au 23ème régiment d’infanterie légère (l’auteur du récit ci-dessus) ; Mingrenot, officier de gendarmerie ; Deschamps, du 120ème régiment de ligne ; Vitrac, commissaire des guerres ; Moreau , premier lieutenant à bord du corsaire la « Comète » et … , Américain, s’échappèrent de leur prison et se jetèrent dans un grand canot. Armés seulement de poignards au milieu de la nuit et prirent de vive force le chasse-marée espagnols le « Saint-Bonaventure » qui était mouillé dans le port au milieu des forts et qui n’était gardé que par cinq hommes d’équipage. Après avoir mis ces matelots hors d’état de résister et de crier. Les officiers fugitifs eurent assez de courage et de chance pour mettre à la voile et pour traverser tous les dangers qui les menaçaient aussi bien à la sortie de la rade qu’en pleine mer. Le 13 févier 1813, ils arrivèrent avec leur prise à Santona, port occupé par une garnison française sous les ordres du général Charles de Lameth. Le bâtiment capturé était chargé de marchandises anglaises qui furent brûlées conformément aux décrets impériaux réglant le Blocus continental et de quelques denrées coloniales qui furent vendues au profit  des capteurs.

Le capitaine Courtot, ainsi échappé des prisons de l’ennemi, reçut le certificat ci-après du général de Lameth :

« Le général soussigné, commandant la place de Santona, certifie que M. Courtot, capitaine au 23ème  régiment d’infanterie légère, est arrivé aujourd’hui dans ce port sur le chasse-marée espagnol le « Saint-Bonaventure » qu’il a capturé, avec sept autres officiers prisonniers, dans le port de La Corogne, la nuit du 9 an 10 de ce mois. En foi de quoi lui avons délivré le présent certificat pour valoir ce que de raison.

A Santona, le 13 février 1813. 

Signé : le général Charles de Lameth. »

 (« Journal de l’Empire » du 5 avril 1813).


[1] Ce récit fut publié la première fois en décembre 1903 dans le « Carnet de la Sabretache ». Les notes d’origine ont été mises entre crochets, excepté la dernière (certificat délivré par le général de Lameth) qui a été placée à la suite du témoignage.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 juin, 2020 )

La campagne de 1815 vue par le général Teste…

WaterlooLa première publication des « Souvenirs » du général François Teste (1775-1862) et dont est extrait ce passage, le fut dans le « Carnet de la Sabretache » entre 1906 et 1912. Le libraire F. Teissèdre, en 1999, a eu la bonne idée, dans sa grande campagne de réimpression de témoignages issus de cette revue, de rééditer ce texte. Celui qui suit, a été extrait du Bulletin de la Société Belge d’Études Napoléoniennes, n°26, de mai 1958.

C.B.

En 1815, le général Teste commandait la 21ème division d’infanterie du 6ème corps et fut détaché sous les ordres du maréchal Grouchy. Aussitôt que je pus profiter du loisir qui me fut donné alors et qui devait durer assez longtemps, je classai et compulsai mes notes sur cette dernière campagne du Premier Empire ; je crois devoir les reproduire ici.

Si la campagne de cette année a été si courte, si malheureuse pour les armes françaises, c’est qu’on a perdu aux préparatifs, aux parades de Mai, le temps le plus précieux, c’est qu’on a cru que l’entrée à Paris et le rétablissement du trône impérial dans la capitale décidaient de tout ; c’est qu’on a compté trop longtemps, malgré l’expérience de 1813, sur les promesses du père de Marie-Louise, c’est qu’on n’a pas su ou plutôt qu’on n’a pas voulu mettre à profit l’élan d’une nation généreuse, élan devant lequel toute coalition serait venue se briser ; c’est qu’on a négligé d’étouffer en son berceau cette coalition en se portant aux frontières naturelles de la France, en arrivant le 29 ou le 30 mars à Bruxelles, en enlevant à 15.000 Anglais ou Prussiens, seule garde de la Belgique, tout le matériel de notre ancienne artillerie, en grossissant l’armée, en vingt-quatre heures, de 1000.000 Belges, anciens compagnons de notre gloire, en reprenant rapidement la Savoie et s’emparant des alpes par quelques corps qu’i s’y trouvaient tout à coup accueillis et renforcés par la division franco-piémontaise. Que faisaient alors les Autrichiens ? Que faisaient alors les russes ? qu’auraient fait les Anglais, les Prussiens et les Espagnols ? La France entière était levée. Elle voulait rester grande et libre (sans autre conquête), entre le Rhin, les alpes et les Pyrénées. Cette attitude digne de nous, cette déclaration franche et ferme, jetée, dès le 30 mars, au milieu de l’Europe tout étonnée de la résurrection du géant, n’aurait-elle pas produit plus d’effets qu’une inaction de trois mois, les discussions dur l’Acte additionnel et le Champ de Mai ?Ces vérités, on les a senties, mais trop tard. Ces fautes, on les a reconnues, mais quand il n’était plus temps de les réparer. Le trône que vous n’aviez pas permis d’étayer, s’est écroulé de nouveau, plus vite et avec plus de fracas qu’en 1814, et a entraîné dans sa chute cette vieille armée dont les débris faisaient encore trembler l’Europe, maîtresse de la capitale. On a beaucoup écrit sur ces graves événements. La France et l’Europe ont été inondées de brochures de toutes couleurs, mais aucun des écrivains contemporains n’est parvenu à analyser les fautes qui ont amené la catastrophe ; Je viens de signaler la principale d’où découlent toutes celles qui l’ont suivie jusqu’au dénouement. On pouvait employer le temps d’inaction à donner à l’armée cette vigueur d’organisation que l’ardeur des officiers et soldats rendait si facile à obtenir. Loin de là, on procéda lentement à la formation des brigades et des divisions. La plupart d’entre elles étaient incomplètes la veille d’entrer en campagne. Elles portaient seulement pour « mémoire », sur leurs situations, des bataillons, des corps entiers détachés dans la Vendée ou s’organisant sur des points assez éloignées. Le 6ème corps, commandé par le comte de Lobau, arrivant sur la frontière, comptait à peine 9.000 combattants dans ses trois divisions d’infanterie. La désignation des généraux se fit aussi avec une précipitation dont elle devait nécessairement se ressentir. Nous semblions tout à fait, en dernier lieu, pris au dépourvu. Des traîtres surgirent, comme à toutes les époques difficiles où la France s’est trouvée. Les uns, agissant sourdement dans l’obscurité, se tenaient sur la réserve ; on les appelait « expectants ». Les autres, se glissant dans nos rangs, tiraient l’épée avec nous et captaient la confiance à l’aide d’un enthousiasme factice, quelque fois outré. Bientôt, sous d’honorables auspices, des commandements leur étaient confiés. MM. de Bourmont, Villoutreys, et quelques autres qui se sont signalés par les écrits de cette époque et qui furent, par la suite de leur défection, amplement récompensés par les vainqueurs. Sous un autre point de vue, les maréchaux et certains commandants de corps d’armée, pour me servir de l’expression consacrée par le soldat, « n’en voulaient plus ». Leur fortune était faite et ils ne visaient qu’à en jouir en repos. La manière dont ils s’étaient posés auprès des « restaurateurs », leurs hésitations à l’apparition de l’empereur, tout concourait à donner la mesure de leur dévouement. Napoléon le savait, et ce n’était pas là le moindre de ses soucis, mais il n’était plus temps, les événements se pressaient ; il y avait trop compté sur son étoile, sur ses courtisan et sur l’Autriche. Il devait et nous devions en porter la peine. Et cependant, malgré l’infériorité numérique que nous valait notre inaction, la frontière fut franchie avec l’impétuosité française, les premiers obstacles renversés et la bataille de Ligny gagnée sur l’armée prussienne. Si cette sanglante journée n’eut pas de plus grands résultats, il faut l’attribuer d’abord à quelques faux mouvements de notre part, à l’opiniâtreté qu’apportèrent à la lutte les ennemis plus nombreux que nous, à nos hésitations, vers la nuit après l’occupation du champ de bataille, et surtout aux dispositions du corps qui couvrait la retraite des Prussiens, corps dont l’admirable manœuvre parvint à nous tenir en éveil et sous les armes, toute la nuit du 16 au 17, et à masquer habilement sa marche dans un pays où il nous eût été si facile d’être mieux renseignés. Vers la fin du jour, le 16, le gros de l’armée prussienne était en pleine re-raite sur Liège, où les parcs d’artillerie et les bagages parvinrent, de nuit, dans la plus grande confusion. On ignorait tout cela dans le quartier-impérial, et dans la matinée du 17, on prit la fatale décision de scinder l’armée et d’employer 35.000 hommes, distraits de notre force principale, à poursuivre les Prussiens dans la direction de Wavre, de là tous les tâtonnements et ce qui s’ensuivit. Je ne me m’arrêterai pas à décrire la bataille ou plutôt le désastre de Waterloo, dont aucune plus amie ou ennemie ne nous a encore donné la relation exacte. Le brillant et habile historien de l’Empire [Adolphe Thiers] dont l’œuvre est si pompeusement annoncée [elle paîtra en 21 volumes de 1845 à 1869], parviendra-t-il à dévoiler la vérité sur cette dernière et mémorable lutte et surtout sur ses causes ? J’en doute. Il y a tant d’erreurs accréditées parmi les contemporains, tant d’ambitions, tant de jalousies qui se choquent, qui déchirent ou exaltent les personnes en dénaturant les faits !!! Enfin, que dirai-je sur toutes les relations auxquelles cette campagne a donné lieu, sur tous les reproches que se sont adressées mutuellement quelques lieutenants de l’Empereur et même des officiers en sous-ordre ?… On trouve souvent des prophètes après l’événement. Je tiens cependant à faire connaître mon opinion relativement aux graves accusations qu’on a voulu faire peser sur le maréchal Ney et sur le comte de Grouchy. Si le maréchal Ney avait vécu à l’époque où ces accusations furent formulées, il aurait pu appuyer par l’autorité de son nom et avec sa franchise habituelle la défense de sa conduite publiée par M. Gamot, son parent [son beau-frère], ancien préfet, et je pense qu’il aurait été possible à ce maréchal de justifier cette conduite. D’ailleurs, c’est au successeur de son titre comme prince de La Moskowa, qu’incombe le soin de provoquer l’entière réhabilitation du brave des braves. Quand au maréchal comte de Grouchy, il est difficile de porter un jugement sur la lecture des ordres qu’on lui a adressés, en les compulsant avec ceux qu’il assure ne lui être pas parvenus. Dans toutes les publications faites à ce sujet, qui devinrent fort vives et dans lesquelles le nom de plusieurs de nos écrivains militaires et civils, se trouve mêlé pour ou contre les assertions du général Gérard, la vraie vérité n’a pas encore percé les nuages dont les animosités de part et d’autre l’ont couverte. Le maréchal Grouchy a deux fils qui suivent brillamment la même carrière. Ils ont déjà commencé à réfuter la plus grande partie des assertions qui pouvaient nuire à la réputation de leur père. C’est à eux de continuer cette noble tâche que la vie si honorable du maréchal et ses éminents services de guerres leur rendront plus facile. Napoléon, lui-même, reste, à Sainte-Hélène, indécis sur ce point, et s’il hésite à se prononcer, c’est qu’il n’oublie pas qu’au moment où il prit la fatale résolution de détacher de l’armée impériale et de jeter sur sa droite un corps de 30.000 hommes, il tomba dans les errements qu’il avait si souvent reprochés à l’école de Moreau (école de petits paquets, disait-il, en plusieurs occasions). Si avec tous les moyens d’être bien informé, i lavait connu tous les désordres que les suites de la batailles de Ligny avaient produits sur l’armée prussienne, il aurait détaché seulement à sa suite une ou deux divisions, et en conservant son flanc droit une force plus imposante, et il eût porté en gagnant la bataille le dernier coup de la coalition.

Laissons du reste, à nos neveux éclairés par de nouveaux matériaux que le temps produira nécessairement le soin de jeter une plus vive lumière sur les causes et effets du drame mémorable qui a fixé les destinées du Premier Empire.

Général TESTE.

La campagne de 1815 vue par le général Teste…  dans TEMOIGNAGES Waterloo

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12345...71
Page Suivante »
|