• Accueil
  • > Recherche : grenadier garde empereur
( 24 avril, 2015 )

Directives de l’Empereur (1).

07-513187

« 6693. — Paris, 24 avril 1815.

I/ 3,150 hommes seront désignés, sans délai, par noire ministre de la guerre, sur les listes formées conformément à l’article 54 du décret du 8 de ce mois, dans tous les régiments d’infanterie de ligne et d’infanterie légère. Ces 3.150 hommes, destinés à compléter l’infanterie de la vieille garde, seront dirigés de suite sur Paris, et admis comme chasseurs et grenadiers dans les 2e et 3e régiments de notre vieille garde.

II/ Six cents hommes seront désignés par notre ministre de la guerre, sur les listes formées conformément à l’article 53, du décret du 8 de ce mois, pour être incorporés dans les régiments de chasseurs, chevau-légers et dragons de notre garde. Ces hommes seront appelés sur-le-champ à Paris.

III/ Cent hommes seront choisis dans les dépôts des Polonais pour être incorporés dans l’escadron polonais de notre garde. Ces hommes choisis parmi les meilleurs sujets réuniront les qualités prescrites par le décret du 8 de ce mois.

IV/  Indépendamment des sous-officiers et soldats de l’artillerie à pied, de l’artillerie à cheval et du train de notre vieille garde, qui, depuis le 1er  avril 1814, ont été incorporés dans les régiments d’artillerie et du train d’artillerie de la ligne, et qui, d’après l’article 78 du décret du 8 de ce mois, doivent être rappelés à Versailles pour former l’artillerie et le train de notre garde, notre ministre de la guerre désignera de suite, sur les listes formées conformément aux articles 53, 54 et 55 du décret du 8 de ce mois, les hommes nécessaires pour porter au complet l’artillerie à cheval, l’artillerie à pied, et le train d’artillerie de notre garde.

V/ Notre ministre de la guerre fera fournir par les régiments du génie ce qui est nécessaire pour compléter, sans délai, les compagnies de sapeurs de notre garde. Ces hommes seront dirigés de suite sur Paris.

VI/ Notre ministre accordera au bataillon du train des équipages de la garde ceux des anciens sous-officiers, brigadiers, trompettes et maréchaux de ce bataillon, qui, ayant été incorporés, depuis la dissolution du bataillon, dans les bataillons de la ligne, manqueraient pour former son cadre.

VII/ Il sera pourvu, sans délai, à la remonte des chevaux d’escadron du train d’artillerie et des équipages de  notre garde. Notre ministre de la guerre fera en conséquence fournir :

aux grenadiers à cheval, 95 chevaux

aux dragons, 94 chevaux

aux chasseurs, 100 chevaux

aux chevau-légers lanciers, 500 chevaux

à l’artillerie à cheval, 400 chevaux

au train d’artillerie, 1,802 chevaux

au train des équipages, 750 chevaux

Total : 4,041 chevaux

Si notre ministre n’a point de marchés pour la prompte fourniture de ces chevaux, il autorisera chacun des corps à passer des marchés particuliers, mettra à leur disposition les fonds nécessaires dont ,ils justifieront l’emploi, en se conformant pour les clauses des marchés, réceptions et comptabilité à tout ce que prescrivent les règlements et les instructions particulières du ministre.

VIII/ Il sera pourvu, sans délai, au complètement des selles et harnachements nécessaires ,à chaque corps. Si notre ministre n’a pas les approvisionnements nécessaires pour satisfaire de suite aux besoins des corps, il autorisera les Conseils d’administration à acheter et faire confectionner les objets manquant, il mettra à leur disposition les fonds nécessaires et ils justifieront de l’emploi de ces fonds à notre ministre de la guerre.

IX / Notre ministre fera fournir sur-le-champ à tous les corps de la vieille garde les étoffes et tout ce qui est nécessaire pour l’habillement des nouveaux admis et les remplacements. S’il n’a point de marchés pour ces fournitures, il mettra à la disposition des Conseils d’administration des corps les fonds accordés par le décret du 8 de ce mois pour l’habillement et les remplacements. Les corps justifieront au ministre l’emploi des fonds qu’ils auront reçus pour cet article.

X/ Notre ministre de la guerre fera remettre sans délai à l’artillerie de la garde tout son matériel d’artillerie. Ce matériel sera tiré des places et laissera disponible ce qui se trouve à Paris.

XI/ Notre ministre fera fournir du parc de Sampigny toutes les voitures nécessaires au bataillon du train des équipages de la garde. Ces voitures seront mises sans délai à la disposition de l’ordonnateur, qui à cet effet enverra un officier ou commissaire des guerres pour en prendre possession.

NAPOLEON. »

 

(Arthur CHUQUET, « Ordres et Apostilles de Napoléon (1799-1815). Tome quatrième », Librairie Ancienne Honoré Champion, Editeur, 1912, pp.554-557)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 9 avril, 2015 )

Les mouvements royalistes en France en mars-avril 1815 (I).

La Rochejaquelein

« Depuis le 14 mars 1815 le duc de Bourbon était à Angers, chargé d’organiser el de commander en chef les forces royalistes de Bretagne, de Vendée et des pays voisins. Sexagénaire, grand chasseur, doux, poli, très affable, sans volonté et de talents médiocres, le duc convenait peu à une pareille tâche. Dans la mésintelligence, l’indécision, l’incohérence, les projets s’entassèrent. Le comte d’Autichamp engagea le duc à quitter Angers pour « le cœur de la Vendée ». Le duc entendait avoir largement recours aux volontaires royaux pour assurer une levée de 18.000 hommes, formés, en plus des volontaires, par des soldats en congé et des recrues .Très hostile au système des volontaires et souhaitant une immédiate rébellion en masse, le comte d’Andigné conseillait de rassembler sur les deux rives de la Loire les anciens combattants des armées royales. De Paris Clarke transmit les ordres suivants : le Roi voulait la formation de douze bataillons qui porteraient le nom de bataillons nationaux de Maine-et-Loire; ces corps renfermeraient pour une moitié des hommes ayant jadis appartenu aux troupes vendéennes, pour l’autre moitié des militaires et des enrôles qui n’auraient jamais combattu dans les rangs royalistes; le commandement serait exercé de préférence par des officiers sortis des troupes de ligne, « pourvu qu’ils offrissent une garantie de leur, fidélité au Roi ». A Nantes, où il séjournait en qualité d’inspecteur général d’infanterie dans la 12ème  division militaire, le général Foy développa divers moyens d’action : au lieu de ravir à la région de l’Ouest « le nerf de la population », il fallait y garder les volontaires royaux ; les soldats seraient éparpillés ça et là et sans peine neutralisés par les habitants ; on éloignera les officiers douteux ; Angers, « l’avant-poste et la clef de la Bretagne méridionale », sera tenu par des troupes éprouvées ; Nantes deviendra « le quartier-général de l’insurrection », mais, à cause de l’esprit trop peu bienveillant de cette populeuse cité, un autre lieu de passage, fortifié en aval de Nantes, permettra de régulariser avec tranquillité les opérations militaires sur les deux rives de la Loire; la fonderie d’Indret et la poudrerie de Saint-Jean-d’Angély seront occupées; enfin Lorient et La Rochelle, avec des garnisons sûres, joueraient le rôle de places de dépôt, et par elles on recevrait « les secours de l’étranger », c’est-à-dire de l’Angleterre, dont l’alliance n’inspirait aucune aversion aux sentiments alors royalistes du général-. Dans le même temps arrivait à Nantes le prince Louis de la Trémoïlle, qui, pensait-on dans la ville, avait mission de « mettre en mouvement la chouannerie ». Le général Travot lui offrit ses services.

Aidés par le préfet et les conseillers généraux de Maine-et- Loire, le duc de Bourbon et les autres chefs entreprenaient quelques levées, lorsqu’ils apprirent la fuite du Roi. Très inquiet pour le duc de Bourbon, d’Autichamp le pressa de passer en Vendée : là le duc, « au milieu d’une population fidèle », échapperait momentanément aux autorités bonapartistes, tout en réchauffant la haine de Napoléon. Le 23 mars, à trois heures du matin, le duc de Bourbon quitta Angers à cheval et arriva à Beaupréau « par des chemins détournés ». Il y fut rejoint par d’Andigné et par le comte Auguste de La Rochejaquelein, lieutenant aux grenadiers à cheval de la Maison du Roi, que Louis XVIII, à Saint-Denis, avait envoyé en Vendée. De l’Ouest, de Paris ou d’autres parties de la France étaient accourus à Beaupréau nombre d’anciens officiers vendéens. Entouré de ces hommes impatients d’action, et  « instruit par leurs observations et leurs rapports », le duc de Bourbon, le 24 mars 1815, décida que « tous les hommes de dix-huit à cinquante ans en ‘état de porter les armes » se constitueraient en compagnies et obéiraient aux ordres de chefs désignés par lui-même. Au quartier- général du duc la date du 25 mars avait été fixée pour le début des hostilités. En conséquence de nombreux ordres furent expédiés. D’Andigné se rendrait dans les départements de Maine-et-Loire, Loire-Inférieure, Sarthe et Mayenne, s’y concerterait avec les autorités civiles et militaires « afin d’opérer la réunion des fidèles sujets du Roi le plus promptement possible », organiserait ces troupes, en nommerait provisoirement les officiers, déléguerait même ses pouvoirs aux plus influents des anciens chefs royalistes. A Auguste de La Rochejaquelein, en qualité de colonel, était assignée la mission de se rendre dans le département des Deux-Sèvres, d’y soulever « tous les fidèles sujets du Roi », d’enrôler sous ses ordres directs les habitants des arrondissements de Bressuire et de Parthenay, avec droit de suspendre les autorités récalcitrantes; de plus il marchera sur Saumur avec un détachement, y vérifiera « l’étal des munitions de guerre », et s’en approvisionnera; il laissera enfin dans le château de Saumur une garnison, avec un commandant de place. Le général Canuel, alors à Loudun, ferait de son côté une expédition sur Chàtellerault, et y assurerait la garde des poudres et autres munitions. Le duc de Bourbon reconnaissait aussi la nécessité de ménager le général Foy, et il lui envoyait Donatien de Sesmaisons avec une lettre flatteuse. « Votre habileté et votre honneur, lui disait-il, me sont connus », et il entendait se fier entièrement a l’une et à l’autre, quelle que fui l’issue des événements dans l’Ouest. Combinaisons de recrutement et décisions militaires demeurèrent également vaines. Une insurrection dans l’Ouest était alors impraticable, pour des raisons nombreuses et irréductibles. La révolution bonapartiste se déroulait dans l’Ouest, à Nantes, à Rennes, à Angers, à Saumur, jetant parmi les populations royalistes de la stupeur, une émotion douloureuse, la démoralisation et même « de l’effroi ». Dans les campagnes les plus audacieux royalistes, considéraient que, si Napoléon avait pu « impunément » s’avancer à travers la France, il leur était impossible de tenter une résistance efficace. L’on regrettait aussi que le Roi ne fût pas venu se réfugier eu Vendée. Les désarmements successifs, depuis le Directoire jusqu’au récent ministère de Soult, avaient singulièrement amoindri le nombre des fusils, et sous ce rapport jamais « un dénuement plus complet » n’avait été constaté. Les quelques contingents royalistes péniblement équipés disparurent. A Ancenis, le 23 mars, les volontaires royaux partis la veille de Nantes se dispersèrent .A Angers le bataillon du comte de La Potherie fut dissous, et d’Autichamp ordonna le licenciement des bataillons royaux, destinés à Orléans, mais encore inaptes à faire campagne, et parmi lesquels les bonapartistes dominaient les royalistes et entretenaient un esprit fort peu rassurant.  A Savenay une bande conduite par le marquis de Coislin veut s’emparer d’un dépôt d’armes, mais son chef, averti des événements de Paris, renonce avec ses hommes à tout dessein belliqueux et expose que désormais il n’a d’autre but que de « cultiver ses terres en Anjou et d’y vivre tranquille ». Le 24 mars 1815 une députation de quatre habitants de Cholet eut mission d’insister vigoureusement auprès du duc de Bourbon pour qu’il sortit de la contrée, elle exposa (pie « les habitants de la ville et de la campagne étaient prononcés pour la paix et ta soumission au gouvernement de l’Empereur ». Les paysans vendéens restaient en général inertes, malgré la pétulance de la noblesse du Poitou, et en dépit de plusieurs rassemblements, tels que ceux de Beaupréau et de Clisson, et d’une troupe de cavaliers commandés par Ludovic de Charette . Les femmes s’alarmaient, et, dit un observateur de Fontenay-le-Comte, « elles se sont révoltées contre les agitateurs»’. Les prêtres eux-mêmes étaient calmes. D’Autichamp, qui songeait moins au présent qu’à l’avenir, se réclamerait bientôt de cette situation, avec l’autorité de son nom, de son expérience et de ses services. A Angers le bruit courait que le colonel de gendarmerie Noireau avait ordre de procéder à l’arrestation du duc de Bourbon. Hardiment, d’Autichamp s’avisa de se rendre auprès de Noireau. Singulière entrevue de ces deux hommes qui, le 11 mars, avaient signé tous deux une adresse au Roi où il était dit que tous les Français se rallieraient, contre Napoléon, « au panache des descendants de Henri ! » Revenu, comme les généraux Foy et Travot, à Napoléon, le colonel Noireau désirait étendre au plus tôt sur la rive gauche de la Loire l’autorité impériale, et la visite de d’Autichamp survenait à point pour seconder l’exécution de ce plan. Acquiesçant au projet de départ formulé par d’Autichamp, Noireau prétendit que ses instructions lui enjoignaient de faire arrêter le duc de Bourbon, il exhiba même à ce propos un ordre positif. Tout porte à croire, d’ailleurs, que Noireau n’avait encore reçu de personne aucune mission de ce genre, d’autant mieux que, suivant d’Autichamp, il protestait de son « extrême répugnance » à la remplir. Noireau offrit à d’Autichamp d’emporter une lettre pour le duc de Bourbon. Datée du 23 mars, cette lettre s’adressait fort respectueusement à la « magnanimité » du duc, et le conjurait d’apaiser sans délai « une effervescence » qui pourrait devenir meurtrière; en résidant plus longuement dans l’arrondissement de Beaupréau, le duc compromettrait à la fois et la tranquillité nationale et sa « sûreté particulière » ; le duc aurait la facilité de choisir son itinéraire et des mesures de protection à sa convenance. Arrivé à Beaupréau, d’Autichamp vit le duc de Bourbon, qui s’était installé dans le château de la maréchale d’Aubeterre. Il plaida les motifs qui imposaient l’abandon de l’entreprise vendéenne : nul secours à escompter de l’armée, qui partout avait repris « ses sinistres couleurs »; il importait de ne point devancer l’heure où la coalition étrangère obligerait Napoléon à « une guerre colossale », et d’ajouter alors, par une insurrection auxiliaire, les efforts de la Vendée à la formidable pression des armées extérieures;  d’ici là le duc s’embarquerait, resterait en mer quelques semaines, près des côtes, pour revenir dans l’Ouest quand les royalistes, plus confiants, plus irrités, encouragés par leurs chefs, seraient décidés à agir avec énergie. On tint conseil. Il y avait là le duc de Bourbon, d’Autichamp, Auguste de La Rochejaquelein, d’Andligné et plusieurs autres chefs vendéens, tels que Saint-Hubert et Turpeau. La discussion fut orageuse. D’Autichamp fut injurié, mais tint ferme. Il invoqua à l’appui de sa cause la démarche des députés de Cholet, il nia que le pays fût disposé à s’armer, il s’efforça de prouver que le duc était trompé par les fausses allégations d’un entourage ignorant ou abusé. Après quelques heures d’Autichamp repartit avec humeur à Angers et y rejoignit sa famille, qu’il conduisit à son château de La Rochefaton, près de Parthenay-. Son départ frappa les esprits et plongea le duc de Bourbon dans ses hésitations coutumières : négocierait-il avec le colonel Noireau pour quitter l’Ouest, partirait-il mystérieusement sans communiquer avec les autorités impériales, ou même resterait-il caché dans la contrée? D’Andigné lui conseilla d’adopter ce dernier parti, non sans lui dépeindre le genre de vie qui lui serait réservé : avec une soixantaine de compagnons éprouvés, au milieu d’un pays « fourré », parmi les haies, les enclos d’arbres, les sentiers étroits, « il faudrait très souvent changer de gîte, faire des marches de jour et de nuit, quelquefois à cheval, mais plus fréquemment à pied, peut-être même parler et agir secrètement sur la rive gauche de la Loire » ; pareille détermination était assez périlleuse, sans doute, mais la configuration du pays et le zèle discret des habitants serviraient avantageusement le duc, et tandis que sa présence et ses dangers ranimeraient l’ardeur abattue des Vendéens, il préparerait avec fruit la lutte de l’Ouest contre Napoléon. Peut-être séduit d’abord par les aventures hasardeuses auxquelles les pittoresques discours de d’Andigné essayaient de l’entraîner, le duc objecta qu’à s’y résoudre il exposerait la Vendée à de nouveaux dommages, et finalement décida que « la vie errante et vagabonde » proposée par d’Andigné « ne pouvait convenir à un « prince du sang ». Revenu à Beaupréau, Donatien de Sesmaisons, qui voyait le duc enclin à s’embarquer, demanda à Foy de l’aider dans l’exécution de ce projet. Foy s’empressa : plusieurs gentilshommes de Nantes reçurent de lui des sauf-conduits afin de procurer au duc toutes facilités de trajet et d’embarquement, d’autres purent se rendre librement à Beaupréau. Foy expliquait à Davout qu’il n’avait point à Nantes « assez de troupes pour aller chercher le duc de Bourbon à Beaupréau », et que dans l’intérêt de la pacification de l’Ouest il avait préféré engager le duc à quitter par mer la Vendée, en pleine conformité avec le décret impérial du 13 mars 1815 sur les émigrés revenus illégalement en France .

Survenus à leur tour à Beaupréau, le comte de Suzannet et de La Roche-Saint-André affirmèrent au duc de Bourbon qu’il convenait d’abandonner tout espoir de soulèvement dans les départements de la Vendée et de la Loire-Inférieure. Leur témoignage, en justifiant les observations de d’Autichamp, acheva de persuader le duc de Bourbon qu’il était temps de suspendre son entreprise. Il ne lui resta rien de ses premières illusions, et il vit clairement que parmi les pays de l’Ouest l’entrée de Napoléon à Paris, comme il l’écrirait le mois suivant, avait « tout paralysé, découragé, terrifié ». Il se résigna à profiter des ouvertures du colonel Noireau, et dans la nuit du 25 au 26 mars il lui envoya le chevalier d’Auteuil avec ce simple billet : « J’autorise M. le chevalier d’Auteuil, mon aide de camp, à expliquer mes intentions à M. Noireau, au sujet de la lettre qu’il m’a écrite. » L’important était d’obtenir de Noireau des passeports pour le duc et sa suite, afin de permettre au duc de gagner Bordeaux, et à ses compagnons de passer à l’étranger ou de revenir dans leurs foyers. En attendant le retour du chevalier d’Auteuil, on s’entretenait à Beaupréau du départ et l’on s’y livrait à des préparatifs, de manière à escorter le duc jusqu’à la frontière espagnole. Mais sur le conseil de d’Andigné et de Suzannet, le duc de Bourbon résolut de s’embarquer au plus tôt. Il repoussa l’offre de plusieurs gentilshommes qui voulaient l’accompagner et lui ouvrir, au besoin, l’accès de la mer par la force : avec le seul comte de Rully et un guide il se séparerait « à la première halle » de son escorte, et se hâterait secrètement vers la côte, « en voyageant à cheval la nuit ». Suzannet lui donna des indications sur la roule à suivre, et s’inquiéta d’un bâtiment. Le duc disait qu’il reviendrait dans l’Ouest dès que les forces royalistes y seraient suffisantes. Tout à coup, dans la nuit, le duc est prévenu faussement qu’un parti de dragons a quitté Ancenis et s’avance sur Beaupréau, et, le 26 mars 1815, à deux heures du matin, il s’enfuit avec le comte de Rully et un domestique, sous la conduite du marquis de Civrac. Pendant ce temps les négociations entre d’Auteuil et Noireau aboutissaient à un accommodement aux termes duquel le duc de Bourbon irait à Nantes et s’y embarquerait pour l’Angleterre ou l’Espagne, tandis que les gens de son entourage gagneraient avec une extrême célérité leurs domiciles ou les frontières. Le duc et ses deux compagnons parcoururent le pays nuitamment, «dans des chemins horribles ». Pour plus de sûreté le duc avait fait donner à Foy sa parole qu’il prendrait la mer. Le marquis de Civrac le mena d’abord au château de La Forêt, près de La Chaussaire, sur les confins des départements de Maine-et-Loire et de la Loire-Inférieure; puis plusieurs royalistes l’abritèrent d’abord à La Setière, près de Saint-Crespin, au sud de Beaupréau, puis au château de La Maillardière, au sud-est de Nantes, près de Vertou, où il séjourna trente-six heures; il passa enfin guidé par le marquis de Liniers, au château de la Hibaudière, près de la fonderie d’Indret. Pendant ces rudes marches le duc charma ses compagnons par ses façons bienveillantes, ses attentions, ses paroles de reconnaissance. Plusieurs autres royalistes, secondés par le consul de Prusse a Nantes, veillaient aux préparatifs de transport. On songea à Saint-Malo, aux Sables-d’Olonne et à Paimboeuf comme lieux d’embarquement. Paimboeuf fut choisi. Suzannet n’avait point trouvé de navire, mais à Nantes les royalistes retinrent un bâtiment hollandais de cent tonneaux, qui vint mouiller à l’embouchure de la Loire, en aval de Paimboeuf. Une barque y amena le duc de Bourbon, son domestique et le comte de Rully, avec un mince bagage et quelque argent. Le départ s’effectua le 31 mars. Inconnus au capitaine hollandais et à ses six matelots, dont un petit nègre fort officieux, les passagers voguèrent six jours par gros temps, très malades, et abordèrent le 6 avril à Santander. Le 8 avril le duc écrivit au prince de Condé le récit de ses aventures, tout en exprimant sa stupeur devant « une défection si générale des troupes », et en se confiant dans la Providence. Quelques jours après il apprit que ses équipages, arrivés de France, avaient été pillés, entre Tolosa et Vittoria, par sept brigands : la cassette du duc, plusieurs sacs de monnaie, de l’argenterie, des armes, furent volés, et le chevalier Jacques et autres gens du duc dépouillés de leurs bourses et de leurs montres ».

(Emile LE GALLO, « Les Cent-Jours. Essai sur l’histoire intérieure de la France  depuis le retour de l’île d’Elbe jusqu’à la nouvelle de Waterloo », Librairie Félix Alcan, 1923, pp.140-149).

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 28 février, 2015 )

De la possibilité d’un combat naval…

Napoléon 1er

« Il y avait à bord de l’Inconstant trois et quatre fois plus de monde. ll n’en aurait fallu pour y être passablement bien. Nous étions vraiment les uns sur les autres. Une petite place de repos était une chose précieuse. Si le beau temps ne nous eut favorisés, nous aurions extrêmement souffert. Pourtant nul ne songeait à se plaindre de son malaise. Mais où allions-nous? L’Empereur n’avait pas dit un seul mot qui pût donner la certitude que nous rentrions directement en France il y avait même une présomption contraire. A la nouvelle confidentielle de la marche de Murat avait bientôt succédé une autre nouvelle également confidentielle, et qui nous instruisait que là où nous aborderions nous trouverions une armée amie qui nous recevrait à bras ouverts. Cette armée ne pouvait être que celle du roi de Naples et les Napolitains étaient encore en Italie. De là une foule de raisonnements opposés. Ceux-ci  nous faisaient débarquer à Viareggio ceux-là à la Spezzia,  les autres à Vado. Les grenadiers de la Garde étaient les seuls qui eussent une opinion décidée « Nous allons à Paris, disaient-ils, n’importe quel chemin que nous prenions » C’est dans le développement plus ou moins sensé de cette masse d’idées erronées que la première nuit de la traversée s’écoula. La lune était claire le vent était faible, mais favorable; la mer était calme. Tout présageait un heureux voyage. Je me rappelle que, lorsque je lus le Moniteur qui rendait compte de cette traversée, je le trouvai inexact ainsi je ne serai pas d’accord avec lui mais je dis ce que j’ai vu et ce que j’ai entendu, sans me mettre en peine si d’autres ont dû voir et dû entendre d’une autre manière. Le 27, au lever de l’aurore, nous étions à vingt milles environ de l’Ile d’Elbe. Quand les premiers rayons du soleil dorèrent la cime des monts, nous nous plûmes à considérer notre rocher hospitalier; l’histoire des amours vint ensuite celle des ennuis eut aussi son tour. L’Empereur monta sur le tillac, et nous ne nous occupâmes plus que de Sa Majesté. Sa Majesté fut accueillie comme si Elle venait d’arriver parmi nous. Les grenadiers étaient entassés dans la cale et au milieu des canons. Cette manière d’être était pénible Sa Majesté mit plus d’ordre dans leur arrangement. Elle distribua les postes, Elle organisa le service de mer, et dès lors les Braves respirèrent plus commodément. Ce fut là, au milieu du la foule de ses grognards, que pour la première fois Sa Majesté parla clairement et précisément du but de son expédition. Un soldat, à qui Elle demandait « s’il était content do rentrer en France, » lui répondit « Sire, il n’y a qu’une France dans le monde, » et un sergent ajouta de suite « Et qu’un Empereur pour les Français. » Ce joli à-propos n’échappa point, et la garde y ajouta son cri chéri « Vive l’Empereur !  Vive Napoléon !» Au même instant lus hommes en vigie annoncèrent qu’une frégate, qu’on découvrait sur la côte orientale de Livourne, cinglait amures la bâbord, le veut au nord-nord-est, et semblait faire force de voiles. Il était dix heures du matin. Nous tardâmes peu à reconnaitre que c’était la corvette stationnaire de  l’Ile d’Elbe et sur laquelle le colonel Campbell était ordinairement embarqué [La Perdrix  qui revenait de Livourne, et qui arriva à Portoferraio dans la matinée du 28]

Aussitôt la figure de l’Empereur s’anima. Sa Majesté ordonna qu’on mît toutes voiles dehors. Le vent que le brick avait était plus à l’est que celui que la corvette trouvait près de terre. Les vigies examinaient  attentivement la manœuvre des Anglais bientôt elles crurent qu’ils faisaient route sur nous. « Qu’on se prépare au combat ! » dit l’Empereur. – A l’abordage ! crièrent  unanimement tous les fideles. A l’abordage soit. » répéta froidement Sa Majesté. Sa Majesté commandait directement. Sa contenance était calme, mais fière et deux rayons de feu semblaient sortir de ses yeux. L’Inconstant avait trois embarcations à la remorque, sa chaloupe et  les deux canots ordinaires de l’Empereur cela ralentissait extrêmement la marche. La chaloupe fut laissée aux soins d’un bâtiment du convoi le canot le moins léger fut coulé bas et abandonné. Cependant la corvette cessa de nous donner des inquiétudes elle continua de pousser à l’est. Dans le moment de la plus grande activité pour les préparatifs de combat, le chevalier Malet [colonel Malet], commandant de la Garde, m’engagea à prier Sa Majesté de descendre dans la chambre si nous nous battions. Je fis cette commission par complaisance il me semblait que Sa Majesté trou verrait ma prière déplacée, et je ne me trompais pas tout a fait « Sire, dis-je à l’Empereur, les fidèles désirent que Votre Majesté ne soit pas sur le tillac dans le cas où nous devrions aller à l’abordage. » Sa Majesté me répondit vivement « Quoi que je me cache tandis qu’on se battra ? Je crois, Messieurs, que vous plaisantez. » Sa Majesté prononça ces derniers mots avec un sérieux qui n’était pas du tout plaisant, et je terminai là ma harangue. En nous éloignant de la corvette anglaise nous nous étions étions rapprochés de la croisière française, et, dans l’après-midi, nous fûmes en vue des deux frégates qui étaient en station en Corse  [D’autres témoins n’ont vu qu’une frégate, la Fleur de Lys]. Un nouveau péril semblait nous menacer. Pourtant Sa Majesté n’était point inquiète. « Ce sont de bons Français ils aiment la gloire de leur patrie, répéta-t-Elle plusieurs fois. S’ils viennent nous, nous arborerons le pavillon tricolore, et ils imiteront notre exemple. » L’apparition des frégates avait fait impression sur les esprits le langage rassurant de Sa Majesté dissipa tout. Durant les quelques heures que le voisinage de cette croisière aurait pu être dangereux, l’Empereur ne témoigna pas la plus petite crainte. La sérénité était répandue sur sa figure et toutes les paroles de Sa Majesté étaient dos paroles de confiance. Nous échappâmes à ce nouveau risque et nous continuâmes notre route. »

(André PONS DE L’HERAULT, « Mémoire aux puissances alliées », Picard et Cie, 1899, pp.128-131)

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 14 février, 2015 )

Tout le monde attend son retour !

08-500530

« Le 19 janvier 1815, on raconte dans les rues [à Paris] qu’il [Napoléon] arrivera sous deux jours avec une armée de 150.000 hommes. Au mois de février, les troupes de la garnison assurent qu’elles reverront bientôt leur papa. Un curieux propos fait alors la joie des bonapartistes de la capitale. Dans un bouchon de la barrière, trois soldats demandent une bouteille. La cabaretière apporte trois verres. « Madame, un autre verre. — Messieurs, vous n’êtes que trois. — C’est égal, apportez toujours ; le quatrième va venir ; à sa santé, camarades ! » Et là-dessus les trois hommes choquent leurs verres en l’honneur du quatrième personnage dont il est facile de deviner le nom. Un autre mot eut grand succès dans les salons de l’opposition. L’armée doit être contente, disait un émigré à un soldat, elle touche exactement le prêt; au temps de Bonaparte, tout était arriéré, même la solde.

— Eh répond l’autre, si nous aimions à lui faire crédit !»

On citait aussi ce mot d’un officier entrant dans un bureau de loterie : « Quel numéro voulez-vous ? — Donnez-moi le 18 ; il sortira bientôt et je mets un napoléon dessus ».

 D’un bout à l’autre du territoire les régiments à très peu d’exceptions près, sont bonapartistes. Au mois de juin, Pozzo di Borgo avoue que l’armée n’est pas dans le même état de quiétude d’obéissance que les armées des autres états, qu’elle reste agitée, turbulente. Au mois de septembre, un royaliste gémit de l’aspect des soldats : « Partout, écrit-il, ils montrent un front hargneux et rechigné ; des mouvements d’humeur et des signes d’infidélité leur échappent ; on lit sur leur visage la contrainte qu’ils éprouvent, et leur désir de revenir au culte de Bonaparte » .Lorsqu’on force les troupes à crier Vive le roi ! » elles ajoutent à voix basse, le roi de Rome. Elles avaient déjà surnommé Napoléon le petit caporal ; elles l’appellent aujourd’hui le père la Violette, parce qu’elles s’attendent à le voir, comme la violette, refleurir au printemps Les officiers portent la violette à leur boutonnière, donnent à leur ruban de la légion d’honneur la forme d’un N et, pour se reconnaître, croisent pareillement en forme de N deux doigts de la main droite sur le front. Les soldats conservent la cocarde tricolore, vieille et usée, cousue sous la coiffe des shakos ou cachée soit sous la cocarde blanche soit au fond des sacs. Il y a des chambrées qui ne nomment jamais Louis XVIII, et aux appels on saute le nombre 18. Dans les lettres qu’elles envoie de ses garnisons à ses maîtresses du Gros-Caillou, la vieille garde annonce le prochain retour de Bonaparte;  les grenadiers qui stationnent à Metz, ont une sagesse inquiétante ; ils ne fréquentent pas les salles de danse et de jeu ; ils se promènent silencieusement ; pas un n’est puni et un officier supérieur disait au préfet : « J’aimerais mieux qu’ils fissent des fautes et qu’il y eut entre eux des dissentiments d’opinion ; mais ils ne forment qu’une âme et n’ont qu’un même esprit, entretenu par une mystérieuse et puissante influence ». Lorsqu’un régiment d’infanterie brûle secrètement ses aigles, chaque soldat avale une pincée des cendres en vidant un verre de vin à la santé de l’Empereur. »

(Arthur CHUQUET, « Le départ de l’île d’Elbe », Editions Ernest Leroux, 1920, pp.4-7)

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 12 décembre, 2014 )

Lettres d’Espagne… (3 et fin).

Lettres d'Espagne... (3 et fin). dans TEMOIGNAGES 81-001373

Suite et fin de cette intéressante correspondance.

Burgos, 25 mai 1811.

 Comment se fait-il que, depuis ma dernière [lettre], je n’aie point reçu de vos lettres ? Vous ignorez combien je suis impatient de savoir si vous êtes toujours en bonne santé et si Perrette a repris ses roses et sa gaieté. Je ne serais tranquille qu’à votre première… [lettre ?] J’ai écrit au général, à son hôtel, à Paris, dont il m’avait donné l’adresse. Je lui ai témoigné le plaisir que m’a donné l’espoir de retourner bientôt à Paris dans les vieux grenadiers et lui prouver la vive reconnaissance que ses promesses m’ont inspirée. Il est certain que le cadre de notre régiment est rappelé par S.M. l’Empereur pour former celui du 2ème régiment de grenadiers. J’ai vu M. le colonel Bodelin à Burgos ; il m’a reçu avec aménité et m’a renouvelé les promesses faites à notre brave parent. Il m’a porté en notre et a sans doute parlé à mon colonel –major, M. Longchamp, puisque la nomination qui était en arrière a été accélérée et que j’ai été nomme fourrier dans la   1ère compagnie du 1er bataillon du même régiment, le 23 mai 1811. Mon adresse est donc changée.Connaissant votre cœur et l’intérêt paternel que vous me portez, je suis persuadé que la nouvelle de mon avancement va faire disparaître les chagrins et diminuer les inquiétudes de mon absence, parce que vous ferez succéder à la qualité de fourrier des tirailleurs celle de fourrier des grenadiers de la Vieille Garde et, à l’Espagne, le nom le plus agréable de la capitale ; avant deux mois nous présumons y être arrivés.

Burgos, 30 juillet 1811.

Je crois que je vous ai marqué dans ma dernière lettre que nous devions partir pourla Francele 20 de ce mois pour le plus tard. Je m’étais trompé. Je ne prévoyais pas combien il se rencontrerait de difficultés. Je ne puis les attribuer qu’au peu d’intérêt qu’y prennent les chefs supérieurs qui ne profitent pas de l’avantage que nous donne le décret de Sa Majesté. Les officiers et sous-officiers qui doivent remplacer nos officiers et sous-officiers sont nommé s et arrivés, à l’exception des sous-officiers qui sont à Valladolid avec le régiment de fusiliers-chasseurs est ne partie cause de la lenteur qu’on y met, en ce qu’étant dans les montagnes depuis longtemps, les ordonnances qu’on lui a dépêchées ignorent où elles peuvent le trouver et ne l’ont point encore atteint. Vous pouvez m’écrire sans hésiter à Burgos la réponse à  la présente. Je pense que nous resterons assez longtemps pour goûter le plaisir de la recevoir. Défaites-vous donc de vos inquiétudes sur mes besoins. Je suis au centre de l’abondance tant en argent qu’en vivres. Je vis avec mon sergent-major d’une manière très aisée et me trouve quelquefois à même de soulager beaucoup de malheureux soldats qui ont à peine de quoi exister. Vous pouvez penser qu’une telle position me fait éprouver bien des douceurs dont j’étais privé étant caporal. J’ai fait la connaissance du fils d’un de vos anciens amis, D…, de Cusset, sergent-major dans le 2ème voltigeurs dela Garde et avant fusilier-chasseur. Nos caractères et notre manière de penser se sont parfaitement accordés. Nous nous sommes promis une amitié éternelle. J’ai cru voir en lui des qualités assez belles pour me faire désirer qu’il tint son engagement comme je suis décidé à garder le mien. Nous nous écrivons ; il est depuis quelque temps à Logroño, garnison charmante que j’ai regrettée, mais que je ne changerais pas pour Burgos où je trouve encore plus d’avantages.

Au passage de mon ancien régiment ici, j’ai eu le plaisir  de rencontrer et de recevoir le mieux qu’il m’a été possible, plusieurs de mes camarades d’infortune. Je veux dire de ceux avec lesquels je suis parti de Clermont [-Ferrand].

Burgos, 2 septembre 1811.

Peu de jours après l’envoi de ma dernière lettre de Burgos, nous reçûmes l’ordre de partir pour Valladolid où nous pensions rester quelque temps et où nous ne fîmes seulement pas séjour. Nous dirigeâmes notre marche sur Astorga, dans la province de Léon et frontière de Galice ; ville assez forte, où s’étaient retranchés plus de 40,000 Espagnols ou Anglais, principalement des premiers. Nous brûlions tous du désir de les rencontrer, nous flattant de pouvoir nous venger des courses fréquentes et presque toujours inutiles que nous n’avions cessé de faire pour joindre les partis qui occupent les montagnes. Nous fûmes encore trompés ; ils n’osèrent pas nous attendre. Supérieurs en nombre et par leur position, ils s’enfuirent à notre approche. Notre cavalerie les poursuivit à plus de six lieues d’Astorga, fit quelques prisonniers et leur tua plus de mille hommes. Nous sommes restés plusieurs jours au bivouac sous ses murs, sans pouvoir nous écarter hors de la ligne des factionnaires, rationnés en pain et en viande, ce qui ne nous était arrivé depuis longtemps, faute de vivres, et exposés à la chaleur dévorante d’un ciel six fois plus chaud que celui de France. Enfin, malgré notre colonel qui est la seule cause que nous ne sommes pas en France et qui ne pouvait se résoudre à nous laisser partir, l’ordre positif est arrivé.

Nous avons fait, pour venir à Valladolid, en trois jours, le même chemin que nous avions fait en six, c’est-à-dire 56 lieues de poste. Vous pouvez penser qu’une telle route nous exténués et que nous aurons bien besoin du triple séjour qu’on nous accorde. Je présume que je serai bien près dela France, si je n’y suis pas encore, lorsque vous recevrez la présente. Aussitôt après, écrivez-moi à Bordeaux, poste restante.

J’espère avoir le plaisir de vous voir à Bayonne Monsieur M…, dont vous m’avez parlé dans une de vos lettres et être plus heureux que la dernière fois ; J’ai trouvé ici A…, fils du greffier. Nous sommes très liés ; nos caractères sympathisent parfaitement. Il était fusilier-chasseur lorsque je le vis à Angers pour la première fois depuis qu’il est soldat. Maintenant il est musicien dans le même régiment. Comme ça ne mène à rien et que je lui suis très attaché, j’aurais mieux aimé le voir fusilier, pouvant prétendre, par la bonne éducation qu’il avait reçue et des qualités brillantes à un prompt avancement. Ne vous mettez pas en peine sur mes besoins pécuniaires. Si je n’ai pas assez pour ma route, je demanderai en passant à Bayonne un ou deux louis à M. M… Je vous en ferai aussitôt part. Je ne crois pas cependant être obligé à cette nécessité. J’en aurai plus besoin à mon arrivée à Paris pour me mettre au niveau des anciens sous-officiers. Mon adresse actuelle est à la 1ère compagnie du 1er bataillon du 2ème régiment des grenadiers de la Garde.

Je vous embrasse.

Le 4 octobre 1811, dans une lettre écrite de Bordeaux, le fourrier Franconin écrivait : « Je respire donc enfin l’air salutaire de ma patrie ! ». Il continuera de gravir les échelions de la hiérarchie militaire : sergent-major lors de la campagne d’Allemagne, en 1813,  il est lieutenant en second lors de celle de France.  Il se retrouve à l’île d’Elbe lors de l’exil de l’Empereur, dans les rangs du fameux Bataillon (4ème compagnie) constitué par Napoléon. La dernière année de l’Empire, celle de Waterloo, trouve Franconin avec le grade de lieutenant en premier, sous-adjudant-major. Sa carrière se poursuivra sous la seconde Restauration, puis sousla Monarchie de Juillet. Il participera à la conquête de l’Algérie et sera sérieusement blessé en novembre 1836, lors de la prise de Constantine. Retraité en 1849, il s’éteint sous le Second Empire, en 1857.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 13 octobre, 2014 )

Instructions de Napoléon au général Bertrand…

Navire île Elbe

On voit qu’à l’île d’Elbe, l’Empereur restait attentif au fonctionnement financer de son petit royaume. Rappelons au passage que Louis XVIII refusa de verser à Napoléon les 2 millions de francs de rente annuelle que prévoyait un des articles du Traité de Fontainebleau.

A ce propos lire : http://lestafette.unblog.fr/2014/06/20/et-louis-xviii-ne-respecta-pas-une-condition-importante-du-traite-de-fontainebleau/

————–

(13 octobre 1814.)

Dépenses extraordinaires de septembre.

« J’ai reçu votre rapport sur les dépenses extraordinaires du mois de septembre.

JARDINS. Grondez le jardinier de ce qu’il a employé trois jardiniers pendant le mois, pour un jardin grand comme la main, cl onze grenadiers pour charger quelques voitures de terre. Quant au mois d’octobre, je n’approuve pas la dépense qu’il propose pour le gazon : je préfère qu’il en sème. Il fera un marché avec deux grenadiers pour charger la terre à tant le mètre cube, et on emploiera le nombre des fourgons nécessaires pour que ces grenadiers soient constamment employés. Je ne pense pas que cette, dépense puisse aller au dessus de quatre vingt francs. Le commandant du génie fera un marché avec quelques grenadiers pour l’excavation des jardins. Je l’évalue à quatre cents francs. C’est donc 480  francs que j’accorde pour dépenses extraordinaires du jardin pendant le mois d’octobre.

ECURIES. Je ne puis donner plus de six cents francs par mois : on ne peut suivre pour ce pays le système qu’on suivait à Paris. L’adjoint du palais et Chauvin s’arrangeront comme ils l’entendront. Ils pourront faire faire le ferrage sur mémoire, et il ne dépassera certainement pas deux cents francs par mois. Ils pourront faire faire de même toutes les autres dépenses, mais de manière à ne pas dépasser les six cents francs. Je ne puis donner plus de cent cinquante francs de la selle de femme [Cette selle de femme était destinée à Marie-Louise. Elle était pareille à celle que l'Impératrice employait à Saint-Cloud pour monter le cheval « Le Fauteuil ». Note L.-G. Pélissier]

GARDE-MEUBLE. Il y a beaucoup de confusion dans les dépenses du garde-meuble. Pour les dépenses ordinaires, elles peuvent se composer d’un garde que je ne vois pas porté, de deux ou trois femmes qui seraient employées continuellement, et d’un valet de chambre tapissier.

Je désirerais que ce pût être celui qui est venu avec Madame [Mère], s’il est possible. Il  faudrait que Conti, qui fournit des meubles, cesse (sic) d’être employé au garde-meuble. Faites faire un état à part, pour tout ce qui est relatif au transport des effets de la princesse Pauline. Je ne veux pas accorder les 280 francs que demande le garde-meuble pour achat de divers petits objets. Je n’accorde que quarante francs. Faites faire l’état des dépenses ordinaires du garde-meuble pour octobre, ainsi quo celui des dépenses extraordinaires. Comme on meuble Saint-Martin et l’appartement de la princesse, l’extraordinaire du mois d’octobre devra être plus considérable ce mois que les autres : j’accorde provisoirement huit cents francs. Faites un tarif de ce qu’on devra donner de transport, de la marine de Longone à la citadelle de Marciana et à la Madone, et de la marine au palais de  Portoferraio. Ce tarif sera la règle du garde-meuble, mais défendez expressément qu’on fasse faire par des portefaix aucun transport qui pourrait être fait par une voiture. »

(« Le Registre de l’île d’Elbe. Lettres et ordres inédits de Napoléon 1er. Publiés par Léon-G. Pélissier »,  A. Fontemoing,  Éditeur, 1897, pp.159-162)

 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 mars, 2014 )

« Nous faisons une rude campagne… »

« Nous faisons une rude campagne… » dans TEMOIGNAGES 1814-2014

Trois nouvelles lettres du jeune Faré, capitaine adjudant-major aux grenadiers de la Garde Impériale. Dans la première, l’auteur confie à ses parents son dénuement mais aussi son désespoir devant les horreurs qu’il croise, les exactions commises par ces hordes de cosaques, puis c’est l’angoisse pour les siens qui monte en lui. Au cours de la seconde, il parle du souhait général : « La paix, le repos ». Faré évoque, selon lui, la mission que devra avoir le nouveau gouvernement s’il veut se faire aimer des Français. La suite est connue…

C.B.

Reims, 16 mars 1814.

Mes chers parents, je profite d’un moment de repos qu’on nous accorde enfin pour vous donner de mes nouvelles. Au milieu de nos marches forcées et de nos bivouacs continuels, il m’a été impossible de trouver une seule occasion de vous écrire. Je ne me suis jamais trouvé dans une semblable situation. Je n’ai plus ni bottes ni pantalon. Jamais nous n’avons tant marché et avec si peu de repos. Nous faisons une rude campagne et, si nous parvenons enfin à chasser l’ennemi de notre patrie, je crois que nous aurons bien mérité d’elle. Que je vous félicite de n’avoir point encore eu à recevoir ces hôtes féroces ! On dit que dans l’intérieur on ne veut pas croire à l’atrocité de leur conduite. Certes, je ne désire pas aux incrédules d’être convaincus par leurs yeux. Je ne fais point de gazette et je dis ce que j’ai vu. Vingt fois des larmes de rages ont coulé de mes yeux à la vue et au récit des horreurs qu’ils ont commises. Le pillage le plus éhonté est le moindre de leurs forfaits. L’incendie le viol, la mort, voilà des biens qu’apportent les libérateurs de la France. Il semble que le sexe et l’âge, au lieu d’être pour eux un objet de respect, en soit un de fureur. Bien entendu, c’est dans les campagnes que se commettent les grandes horreurs. Pour les villes, où l’on observe une espèce d’ordre, ils ont une gentillesse. Ils rencontrent un bourgeois dans la rue, le jettent à terre et lui prennent ses bottes, ses boucles, ses souliers, sa montre. Ils entrent dans une maison, s’y font donner les couverts que l’on n’a pas eu le temps de cacher. Ils on surtout pour habitude de ne laisser aucun rideau dans les chambres où ils couchent. MM. Les officiers voient tout cela, et, loin de s’y opposer, en font autant.

Si le malheur voulait donc-ce qui, j’espère, n’arrivera pas, que ces monstres menaçassent la Touraine, cachez tout ce que vous trouverez en argent, linge, meubles, etc., et réfugiez-vous à la ville où l’on est toujours plus en sûreté. Mais par grâce, ne restez pas aux Amandières !

L’idée de les voir ravager nos belles contrées me rend furieux. Ah ! Pourquoi tous les Français n’entent-ils pas mieux leurs intérêts ? En moins d’un mois, tous ces brigands auraient repassé le Rhin. Ils sont pourtant parvenus à force d’horreurs, à animer les paysans de ces contrées-ci qui commencent à leur donner la chasse avec vigueur. Quand la saison sera moins rigoureuse, j’espère que tous se lèveront.

———-

Au bivouac près d’Essonnes, 5 avril 1814.

Mes chers parents, je me porte bien physiquement, et c’est beaucoup dans ces tristes circonstances. Du courage, de la santé, c’est ce que vous désire.

———

Egreville, 16 avril 1814.

Mes chers et bon parents, enfin, après bien des peines, biens des fatigues, je jouis d’un peu de clame et de repos. Lorsque je vous écrivis quelques mots au bivouac le 5 avril, nous ignorions encore les événements qui s’étaient passés à Paris [capitulation de la ville le 30 mars ; entrée des troupes alliées le lendemain] et nous nous attendions à  marcher sur cette ville. C’est le même jour qu’eut lieu la défection du maréchal Marmont, en suite de laquelle on nous fit revenir à Fontainebleau où nous apprîmes tout par les journaux. Que de trahisons ! Que de lâchetés ! Que d’ingratitude ! En vérité les hommes font horreurs et pitié tout ensemble. Quels ont été les premiers à abandonner l’Empereur ? Ceux qu’il avait comblés de biens et de dignités. Quels sont ceux qui lui sont resté fidèles jusqu’au dernier moment, qui presque tous ont demandé à l’accompagner dans son exil ? Nous, officiers subalternes de la Garde, et plus encore nos soldats dont une grande partie a déserté depuis que nous avons donné notre adhésion au nouveau gouvernement. Quelles faveurs avions-nous obtenues, quelle grâces particulières, que nos services ne nous eussent méritées sous quelque gouvernement que ce fût ?

Et nos braves grenadiers, sans solde depuis six mois, beaucoup sans souliers, sans pantalons, marchant sans cesse au milieu de la saison lap lus rigoureuse, volant d’une armée à l’autre, fixant la victoire par leur présence, est-ce l’intérêt qui les a guidés ? Non. C’est l’honneur fuyant les cordons, les plaques, les broderies et se réfugiant dans nos rangs.

Nous avons donné notre adhésion le 11. Nous ne pouvions pas faire plus pour l’Empereur qu’il ne voulait lui-même. Nous voilà donc sujets d’un nouveau gouvernement qui, quand nous aurons une fois prêté serment, pourra plus compter sur notre fidélité que sur cette foule de lâches dont l’intérêt et la crainte sont les seuls mobiles et qui ont si souvent brisé l’idole qu’ils avaient adorée la veille. Napoléon mérite une partie de ce qui lui est arrivé ; il a commis de grandes fautes ; chacun les dit. Une de celles que je lui reproche le plus, est d’avoir appelé ou souffert auprès de lui des gens qui n’étaient pas dignes de cet honneur. Il aurait pu et dû mieux choisir.

Si le nouveau gouvernement est prudent et ferme tout ensemble, il lui sera facile de se faire adorer. La paix. Le repos, c’est le cri général. Celui qui la donnera, cette paix tant désirée, sera un dieu pour la France. Heureux habitants des bords de la Loire, vous ignorez encore les maux de la guerre, vous ne les connaissez que par ouï-dire. Je vous ne félicité. Que mon père a bien fait de venir poser ses pénates dans notre belle et tranquille Touraine !

Nous sommes ici cantonnés à quatre lieues de Nemours, huit de Fontainebleau. Notre village, Egreville, est assez gentil. Nous attendons d’abord que la paix soit faite, ensuite ce que le nouveau gouvernement voudra faire de nous.

Toute votre société doit bien être triomphante, bien joyeuse de ce qui se passe. Eh bien, moi aussi, je serai content si le bien de la France en est la suite. Fidèle à l’honneur, j’ai fait tout ce que mon devoir exigeait de moi, sans animosité, sans passion. Que mon pays soit heureux et j’adorerai celui qui le rendra tel.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, pp.123-126).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
1...56789
« Page Précédente
|