• Accueil
  • > Recherche : ledru essarts
( 19 mai, 2019 )

Une lettre du général Ledru des Essarts sur l’incendie de Moscou…

moscow.jpg

Elle est adressée à sa sœur, Mme Lepron, à La Flèche (département de la Sarthe). 

Moskow, 21 septembre 1812 

Depuis huit jours, nous sommes maîtres de la capitale de la Russie, mais un incendie, allumé par les Russes eux-mêmes et par acte de leur gouvernement, nous a privés d’une partie des ressources que renfermait cette ville immense. Moskow n’est plus qu’un amas de cendres et de décombres. Il est impossible de te peindre l’horreur du spectacle dont j’ai été témoin pendant plusieurs jours. Moskow, plus grande que Paris, à raison des nombreux jardins contenus dans son enceinte, renfermant une population de 300 000 âmes et des richesses incalculables, offrant des palais et des hôtels plus beaux et en plus grand nombre que ceux de notre capitale, une des plus importantes, une des plus belles villes de l’univers, a pour ainsi dire disparue avant-hier. Je le traversai avec ma division, et je fis près de trois lieues sans trouver une maison debout, à peine en reste-t-il quelques unes à l’extrémité des faubourgs. Le Kremlin, ou la cité, séparée de la ville par des glacis et un grand fossé, est encore intact ; c’est là qu’habite l’Empereur.  L’ennemi y a laissé 48 000 fusils neufs et une nombreuse artillerie de campagne. Les russes ont absolument perdu la tête, et nous ne pouvons concevoir comment, dans leur aveuglement, ils ont pu se déterminer à saper eux-mêmes la base de leur empire. C’est cependant une chose positive. Au moment de mon arrivée, tous les magistrats de police sont partie, avec les grands seigneurs, les riches propriétaires, négociants, banquiers, etc., laissant les maisons meublées et les magasins remplis de toutes espèces de marchandises précieuses. Ils ont  été suivis par un corps de  2000 pompiers ; 600 pompes à incendie ont été détruites. 3 000 ou 4 000 malfaiteurs, détenus dans les prisons ont été relâchés, et des torches remplis d’artifices leur ont été distribuées. 500 à 600 de ces malfaiteurs ont été surpris en flagrant délit et fusillés ; plus de 10 000 soldats, déserteurs ou traîneurs, ont été trouvés et pris.  La destruction de Moskow est une perte de plusieurs milliards. Pour la réparer, il faudra des siècles et un état prospère.  Je suis logé dans une abbaye grecque, bâtie contre une forteresse, sur les bords de la Moskowa, à un demi-quart de lieue de la ville, sur la chaussée de Riazan. J’y ai placé 60 officiers, 400 hommes, toutes les administrations et 500 chevaux d’artillerie. J’occupe les appartements de l’abbé ou pope; ils sont très propres et très recherchés. Par les meubles et les tableaux, je juge que l’abbé grec dit être galant et instruit ; il a bien tort de s’en aller ; je l’aurais protégé, et il n’eût éprouvé aucune avarie. Maintenant que l’incendie est éteint, on retire des caves voûtées les provisions qu’elles renferment. Les sucres, vins, eau-de-vie, riz, farines, cuirs s’y trouvent en abondance. Au moyen de quelques napoléons donnés en  gratification aux soldats, j’ai rempli mes deux fourgons et mes voitures de beaux pains de sucre, de café, de rhum et de riz pour tout mon hiver. Je fais fabriquer du biscuit et j’espère être au-dessus des besoins. J’ai là une chambre remplis des plus belles fourrures que les officiers m’ont données : l’astrakan, l’oursin [ourson, sans doute], le petit-gris, etc. Je ne sais qu’en faire. Combien j’aurais de plaisir à t’en envoyer, si un espace de 500 à 600 lieues ne me séparait de La Flèche. Pour t’en dédommager, je t’envoie ci-jointe une traite de mille francs.

Extrait de l’ouvrage de Jean-Louis Bonnéry et intitulé : « Ledru des Essarts, un grand patriote sarthois méconnu », (Le Mans, chez l’auteur, 1988). 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 mars, 2019 )

Une lettre du général Ledru des Essarts à sa sœur.

06509433.jpg 

Elle est extraite du très intéressant ouvrage de Jean-Louis Bonnéry et intitulé : « Ledru des Essarts, un grand patriote sarthois méconnu » (Le Mans, chez l’Auteur, 1988). Ce livre fut tiré à compte d’auteur. Madame Lepron, sœur du général Ledru des Essarts, demeurait à La Flèche, ville du département de la Sarthe bien connue pour son prytanée militaire. 

 

Magdebourg, 6 février 1813. [Le général avait d'abord écrit "janvier" mais il l'a barré pour mettre "février"]  

Ma chère amie, 

Je t’ai écrit de Mariembourg le 22 décembre dernier. J’ai écrit en même temps à plusieurs autres personnes, entr ‘autres à mon frère. Tous excepté toi, m’ont répondu. Écris-moi à Mayence où je serai dans huit ou dix jours. Je rentrerai quelque temps ou dans les environs et j’y attendrai les ordres du ministre. S’ils pouvaient que dans 4 ou 5 mois, la saison des eaux arriveraient et je prendrais les bains d’Aix ou de Wiesbaden dont j’ai grand besoin. Ma santé n’est pas mauvaise mais elle est bien loin d’être aussi forte que l’année dernière. Tu ne peux te faire une idée de ce que j’ai souffert. Seul de tous les généraux du 3ème corps, je suis constamment resté debout et à la tête des troupes ; tous les autres ont succombé soit à leurs blessures, soit à  leurs fatigues. Des officiers, beaucoup plus forts que moi ont péri sur la route ou se sont laissé prendre faute d’énergie. J’ai trouvé la faim, le froid, les marches de nuit et j’ai dû m’occuper des continuelles dispositions à prendre dans l’arrière-garde dont j’ai été chargé pendant plus de 200 lieues [environ 1800 kilomètres], sans éprouver d’autre mal que la fatigue.

Cinq de mes domestiques sont morts. J’en ai heureusement conservé trois. 

Trop occupé par la troupe pour surveiller mes propres affaires, j’ai perdu caisson, voitures, bagages et vingt-deux chevaux. Trente mille francs ne rétabliraient pas mes équipages comme je les avais à l’entrée de a campagne. Cependant, ma chère maie, tout ce dévouement, tous ces sacrifices sont en pure perte pour moi puisque jusqu’à présent, je n’ai pu obtenir un emploi de 6 jours pour mes frères, tandis que des intrigants, des criquets qui ne peuvent faire que des courbettes, ou qui d’engraissent sans coup férir dans un bureau, obtiennent ce qu’ils veulent. Si l’honneur national ne me faisait un devoir de rester encore dans le nord, le dépit et le dégoût me feraient abandonner cet ingrat métier ; mais si la campagne qui va s’ouvrir ne m’enlève pas et si j’existe encore à la paix qui se fera avec la Russie, je ferai en sorte de recouvrer ma liberté et d’aller cultiver mon jardin. Donne-moi quelques détails sur ton ménage et sur tes affaires . Je t’embrasse bien amicalement ainsi que ton mari. 

Ton frère affectionné. 

LEDRU DES ESSARTS. 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 8 juillet, 2017 )

«Les hostilités sont enfin commencées…»

Voici une lettre du général Ledru des Essarts. Cet officier commandait alors la 1ère division du 3ème corps (Maréchal Ney).

Au Camp de Maliatoui, en Lithuanie, 8 juillet 1812.

Je reçois, mon cher frère, la lettre pour laquelle tu m’accuses réception d’un billet de 500 frs que je t’ai envoyé. Tu dois encore avoir reçu un billet de [la] même somme que je t’ai adressé quelques jours après le premier. Il faut maintenant prendre un peu patience, car le payeur ne marche pas aussi vite que l’armée.

«Les hostilités sont enfin commencées…» dans TEMOIGNAGES 2707-300x201Les hostilités sont enfin commencées. Après des marches rapides et de pénibles contremarches pour tromper l’ennemi, la Grande-Armée a passé le Niémen les 24, 25 et 26 juin à Ponémion, sans opposer de résistance. Le 3ème corps dont ma division fait partie a remonté la rive gauche de la Wilia jusqu’à une journée au départ de Wilna. Là, il a jeté un pont de chevalets et a passé sur la rive droite de la rivière, d’où faisant trois marches, environ 25 lieues. Il s’est arrêté à Maliatoui, petite ville de bois, habitée par des Juifs et que je trouve à l’embranchement de deux routes dont une à droite conduit à Dinabourg et l’autre à Riga.

On s’attendait à une grande bataille sous les murs de Vilna mais l’armée russe séparée en plusieurs corps par le résultat de nos manœuvre a eu peur d’être coupée et s’est empressée d’abandonner la capitale de la Lithuanie et de regagner la Dwina, qu’elle a, dit-on déjà repassé, et où elle va probablement prendre des positions retranchées. Elle a subitement abandonné la Lithuanie que je n’ai encore vu que quelques postes de cavalerie, toujours se sauvant à mon approche. Cette retraite précipitée pendant laquelle les Russes ont brûlé quelques magasins de seigle et de fourrages, ressemble à une fuite et doit nécessairement décourager leurs soldats et détruire cette confiance en soi-même, si nécessaire au commencement d’une campagne. Je ne pourrais t’apprendre autre chose ; à peine connais-je la position des autres corps d’armée. Les bulletins t’apprendront, ainsi qu’à moi, l’ensemble des opérations. Nous nous reposons trois jours. L’Empereur [est] encore à Wilna, l’armée se porte bien. Quoiqu’un peu fatigué, amaigri et noir comme un corbeau, je conserve ma santé. La chaleur est extrêmement forte, mais tempérée par de fréquentes pluies d’orages. Nous n’avons presque pas la nuit; c’est un crépuscule d’environ deux heures.

La partie de la Lithuanie que j’ai parcourue est assez fertile, mais les 2/3 de la surface sont couverts de lacs et de forêts ; pour la culture et la population, elle ne diffère peu du Grand-Duché de Varsovie. Les habitants sous voyant avec plaisir. Les seigles sont de la plus grande beauté et la récolte sera abondante, ce qui nous rendra bien service.

Je n’ai pas le temps d’écrire à ma femme. Donne-lui de mes nouvelles.

Je vous embrasse tous les deux de tout mon cœur.

Votre affectionné frère,

Baron LEDRU DES ESSARTS.

(Lettre extraite de l’ouvrage : « Un grand patriote sarthois méconnu. Ledru des Essarts (1765 [G. Six dans son « Dictionnaire… » indique 1770]-1844) », par Jean-Louis Bonnéry, Le Mans, 1988,  pp.81-82).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|