• Accueil
  • > Recherche : lettre marienwerder
( 20 janvier, 2020 )

20 janvier 1813…

Voici quelques extraits d’une longue lettre de Guillaume Peyrusse à son frère André. Rappelons que Peyrusse occupait alors les fonctions de Payeur du Trésor de la Couronne. Sa correspondance est un bon complément à ses « Mémoires » .

————————————————–

Posen, le 20 janvier 1813.

Mon Brave André, j’ai reçu dans le temps ta lettre du 16 décembre, et j’ai reçu hier ta lettre du premier janvier. Je te remercie bien sincèrement des vœux que tu m’adresses pour la nouvelle année… Jusqu’à Vilna, quoique nous eussions été harcelés tous les jours par les cosaques, mon affaire allait bien ; je m’étais fait aux hourras, je marchais péniblement, ayant les doigts des pieds un peu gelés. Je n’avais plus de calèche, il me restait mon fourgon, Je regardais Vilna comme la terre promise, je rêvais d’avance au plaisir que j’éprouverais d’être deux ou trois jours tranquille et de pouvoir me restaurer un peu. Mon rêve ne fut pas de longue durée. A la porte de la ville nos équipages furent attaqués. J’avais d’autant plus d’inquiétude ans le moment où l’on annonça la présence des cosaques que la porte de la ville était encombrée et qu’il ne paraissait pas y avoir de l’espoir d’entrer. La peur me donna des forces. Nous nous fîmes faire place, nous entrâmes à dix heures du soir morts de froid et de faim…Nous entrâmes. Le désordre était dans la ville. Le lendemain nous devions partir à midi, nous ne partîmes qu’à sept heures. Les cosaques avaient menacé les faubourgs. A dix heures nous arrivâmes à la montagne qui se trouve à trois lieues de Vilna [la fameuse côte de Ponari] ; elle est excessivement raide. Le verglas la rendait impraticable. Elle était en outre obstruée de voitures et de caissons renversés. Je passai la nuit à chercher des routes, à essayer des passages ; mes chevaux et moi nous ne pouvions rester debout. Le passage étant impossible, j’espérais que le lendemain il se désobstruerait. Ce jour fatal vingt-cinq degrés de froid m’anéantirent. Le refluement des fuyards qui échappaient aux cosaques, maîtres de la ville depuis neuf heures du matin, causa un affreux désordre ; l’encombrement augmentait, enfin il fut tel que rien ne put passer. Déjà les cosaques gagnaient la hauteur, emmenant avec eux du canon. Le roi [Murat, roi de Naples] consulté fit dire qu’il n’y avait pas un instant à perdre pour sauver tout ce qu’on pourrait à Sa majesté. Je reçois l’ordre d’enlever de tout mon fourgon tout ce que je pourrais, de le charger sur des chevaux et de gagner la hauteur de la montagne où l’on se ralliait. Je ne sais où je trouvais des forces. Je rompis de toutes parts des sacs que je trouvais sur des voitures ; je rompis mes caisses d’or, et je renfermai tout mon or, mes roubles, mes bijoux dans des sacs.

Je pris des hommes de la Maison [de l’Empereur], que je trouvai ; je leur donnai à chacun un cheval à conduire, je pris quelques effets et mis le feu à tout le reste, et me voilà cheminant à pied avec mon convoi. C’était des culbutes continuelles. La foule nous pressait ; nous nous sépara, et nous eûmes le malheur de ne pouvoir nous rallier que le  lendemain à quatre lieues de là. L’idée de n’avoir rien perdu me soutenait. J’en avais grand besoin. Nous fûmes harcelés jusqu’à Kowno. Ces diables d’enragés n’étaient pas content de la belle capture faite au défilé de Vilna. A Kowno, même embarras aux portes. Dispersion de mon convoi. Les uns entrent, les autres n’ont pas eu assez de force pour pousser la foule et pénétrer dans la ville. Je passai la nuit à la recherche des absents. Je les rallie. Le lendemain je partis de Kowno. Horrible embarras sur le pont. Je perdis mon domestique. Le soir à la couchée il ne me rejoignit pas. Deux jours après, j’appris, à n’en pas douter, qu’il avait été cosaqué avec presque tout ce qui était resté à Kowno. Il avait de l’argent à lui, trois mille francs et des effets à moi sur son cheval ; il aura voulu se défendre et il aura péri. J’arrive à Königsberg sans que mes inquiétudes n’aient jamais cessé. J’y passe une bonne nuit. Les autres furent plus agitée. On apprend la défection des Prussiens que je visitais tous les soirs me semblèrent aussi dangereux que les Cosaques. Je traverse la Vistule à Marienwerder. Je fus coucher à Naumburg ; le 13 à Bromberg. J’appris que les Cosaques venaient d’entrer le 12 au matin à Marienwerder, et forcer le vice-roi [prince Eugène] et le maréchal Victor à se porter sur Nenburg. Dans la soirée, j’appris qu’ils avaient été vus aux environs de Kulm à douze lieues de moi. Je fis mon paquet et partis dans la nuit très proprement pour Posen d’où je t’écris…

GUILLAUME.

(« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse écrite à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1814.Publiées par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, 1894, pp.115-119).

20 janvier 1813… dans TEMOIGNAGES retraite-de-russie

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 7 janvier, 2019 )

L’Adjudant commandant Bourmont en 1812…

L’Adjudant commandant Bourmont en 1812… dans FIGURES D'EMPIRE bourmontlahonteBourmont avait, été envoyé, comme adjudant commandant, par l’Empereur, à l’armée de Naples, le 24 août 1810, puis au corps d’observation d’Italie le 17 janvier 1812. Le lendemain du jour où le ministre dela Guerre l’employait à l’armée d’Italie, le 18 janvier, le général Partouneaux, son ami le recommandait dans la lettre suivante : « Monseigneur, je prends la liberté de rappeler au souvenir de V. E. la promesse qu’elle a daigné me faire d’employer M. de Bourmont comme mon chef d’état-major. Cet officier a déjà été employé par moi en cette qualité, et il me témoigne le désir de l’être de nouveau. V. E. m’a parlé de lui avec estime, avec intérêt. Je viens de nouveau donner l’assurance à V. E. que M. de Bourmont est sincèrement attaché aux intérêts de l’Empereur et à sa gloire. J’apprends que S. M. I. et Royale organise ses armées en Allemagne et en Italie. J’ose espérer que je serai employé et je le désire d’autant que je ne désire rien tant que de donner de nouvelles preuves de mon respectueux dévouement à S. M. l’Empereur. »Mais l’ordre était parti, et déjà Bourmont se rendait Milan pour aller recevoir du vice-roi ses lettres de service et prendre le commandement du département les Apennins. L’Empereur n’avait pas été consulté. Lorsqu’il sut la nouvelle — le 19 janvier — il éclata. Donner un département à un ancien chef de chouans ! Cette mesure était ridicule! Bourmont était un de ces hommes qu’il ne fallait employer qu’en les surveillant ! Que penseraient les troupes en se voyant commandées par un Bourmont ? Sur-le-champ, le ministre dela Guerre révoqua l’ordre qu’il avait donné et il s’excusa auprès de l’Empereur en disant que le général Montchoisy avait confié à Bourmont le commandement d’une colonne destinée à réprimer quelques mouvements qui agitaient le département des Apennins, que, par suite, il avait nommé Bourmont commandant du département. Au même instant — 20 janvier, et c’était jouer de malheur — Mme de Bourmont, de son chef, écrivait à l’Empereur et lui demandait pour son mari le grade de général de brigade. « Sire, disait-elle, M. de Bourmont vous a prouvé son zèle en se rendant à l’armée d’Italie. Aussitôt qu’il a reçu les ordres de Votre Majesté, il a tout quitté pour les suivre : ses enfants, sa femme, ses affaires. Daignez lui accorder le grade de général qu’il est digne de remplir, et l’honneur de se battre sous les yeux de Votre Majesté, en cas qu’elle vînt à commander une armée; il brûle de lui donner des preuves de son courage et du plus entier dévouement. Croyez, Sire, qu’il en coûte au cœur d’une femme de vous prier d’exposer les jours d’un époux qu’elle chérit. Un seul motif peut l’engager à une pareille démarche. J’espère que Votre Majesté saura l’apprécier. » Le ministre, à qui l’Empereur renvoya la lettre, ne répondit que le 30 mars à Mme de Bourmont, et par la formule connue de non-recevoir : « J’ai l’honneur de vous prévenir que Sa Majesté ne m’a point fait connaître ses intentions sur cette demande. » Mais le 6 avril, le major général informait le duc d’Abrantès que l’adjudant commandant Bourmont serait employé près de lui au 4ème corps dela Grande Armée, et durant la campagne de Russie l’ancien chouan ne cesse pas et de plaire et de briller. Labaume, dans ses mémoires, assure que son mérite égale sa modestie; Griois juge son caractère doux, ses manières aimables et sa conversation agréable; Castellane le regarde comme très spirituel, très distingué et très brave. Au moment où commence la retraite, il occupe, sur la route de Moscou à Mojaïsk, le château du prince Galitzine, Maloviasma, où  il y avait un relais d’estafettes et une garnison composée de deux régiments de chevau-légers bavarois et de deux bataillons du régiment Joseph-Napoléon.

Il  fit courageusement la retraite; mais, comme tant d’autres, une fois arrivé sur le sol prussien, il tomba gravement malade et il était presque mourant à Marienwerder lorsque l’ennemi s’empara de la ville le 12 janvier 1813. Mais le 9 février, Bourmont s’échappait et, de Magdebourg, le 25 février 1813, il écrivait au ministre de la Guerre, le général Clarke, duc de Feltre : «Monseigneur, j’étais demeuré mourant à Marienwerder lorsque le vice-roi en partit le 12 janvier dernier et j’appris le 20, en recouvrant ma raison, que j’étais au milieu des ennemis. Le désir de servir encore Sa Majesté dans une nouvelle campagne me fit prendre la résolution de traverser l’armée russe, de rejoindre le quartier général de S. A. I. et, dès le 9 février, quoique je ne pusse marcher qu’à l’aide d’un homme qui me soutenait, je sortis de Marienwerder, montai dans une charrette de paysan et, après quelques aventures plus ou moins dangereuses, je suis arrivé le 16 à Stettin et le 23 à Magdebourg. Le 4ème corps ayant été dissous, je dois attendre ici les ordres de Votre Excellence; je tâcherai d’y achever le rétablissement de ma santé. Quoique je sois encore très faible, j’espère pouvoir me passer d’un congé de convalescence dont les médecins assurent pourtant que j’ai grand besoin. » Le 25 mars, le duc de Feltre lui ordonnait de se rendre à Metz où il serait employé comme chef d’état-major à la 2ème division de dragons. Mais quand il reçut cet ordre, Bourmont était, depuis le 3 avril, attaché au 11ème  corps d’armée comme sous-chef de l’état-major, et, le 17 mai, dans une lettre datée du camp devant Bautzen, il priait le ministre de le laisser demeurer au 11ème  corps et en présence de l’ennemi.

Le 28 septembre 1813, au quartier général impérial de Dresde, l’Empereur le nommait général de brigade.

Arthur CHUQUET

(« 1812. La Guerre de Russie. Notes et Documents. Troisième série », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1912,  pp.331-334.)

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 20 novembre, 2018 )

De Marienwerder…

De Marienwerder… dans TEMOIGNAGES

Marienwerder, le 27 décembre 1812.

Il y longtemps, ma chère maman, que vous n’avez eu de mes nouvelles. Malgré la meilleure volonté, nul individu n’a pu écrire depuis le commencement de la retraite ou depuis le départ de Moscou, de même que personne n’a pu recevoir des lettres de France. Ma sœur a dû en recevoir une datée du 15 octobre, du bivouac à quinze lieues de Moscou, sur la route de Kalouga. Par cette lettre je vous annonçais, qu’à la bataille du 7 septembre [celle de Borodino], j’avais gagné le titre et la croix de chevalier de la Légion d’honneur. Je vous en parle encore parce que je présume que cette  lettre aura été interceptée et je ne veux pas que vous ignoriez que j’ai la décoration. Comme je ne doute pas de l’intérêt que vous me portez, rendez grâce à  dieu s’il vous reste encore un fils. Sachez seulement (car je ne peux vous en dire davantage dans ce moment), sachez, dis-je, que j’ai toujours eu une bonne santé, mais que les circonstances m’ont forcé de devenir comme l’homme lep lus maigre que vous pouvez connaître. Je n’ai eu que le nez gelé, mais il s’est guéri depuis quatorze jours, que je ne couche plus au bivouac. Je termine, je suis pressé. Je suis arrivé hier à Marienwerder et en pars demain pour aller je ne sais où.

Recevez, ma chère maman, l’assurance du respect que vous a voué pour la vie,

Votre bon fils.

P. de CONSTANTIN.

Pierre de Constantin, « Journal et lettres de campagne », dans « Carnet de la Sabretache », n°299, juillet 1925, pp. 461-462. L’auteur était, depuis le 9 juin 1812, lieutenant au 23ème régiment de dragons.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|