• Accueil
  • > Recherche : lettres interceptees 1812
( 18 février, 2022 )

Une lettre du général Charpentier à sa femme, durant la campagne de Russie.

Depuis ma dernière lettre je n’ai reçu encore aucune lettre de France. Je ne peux pas songer à ce service des postes sans me mettre en colère, je profite pour t’écrire de tous les courriers extraordinaires de tous les officiers en mission, cela ne me réussit pas mieux. Cependant ma  dernière lettre et celle-ci vont sous la protection d’un M. Anglès, inspecteur des postes, qui m’assure qu’elle te parviendra. L’hiver a commencé, nous sommes dans la neige, les nuits sont déjà bien longues et bien fraîches. Si je pouvais de temps en temps lire de tes lettres, cela me réchaufferait, mais pas un mot, pas une lettre, et depuis quatre mois et huit jours pas un signe de vie. Il faut convenir que cela est bien dur. Je te chante toujours la même  antienne parce qu’elle m’occupe beaucoup, on parle que nous allons bientôt prendre des quartiers d’hiver, peut-être l’ordre dans les postes pourra se rétablir et obtiendrons-nous que les paquets amoncelés à Gumbinnen verront enfin le jour. C’est un pays bien vivant que Smolensk et si j’avais une bonne table et ma cave d’Oigny [propriété du général Charpentier, dans l’Aisne] j’aurais de belles occasions de m’en faire honneur, mais je n’en fais rien. Je vis comme un grisgoux [grigou] tout seul. Je fais l’ours et le ferai tant que je n’aurai pas de tes nouvelles. Mets bien sur toutes mes lettres: « Gouverneur général à Smolensk ».

Adieu, embrasse bien pour moi nos petits enfants.

————

Le général Comte Charpentier (1769-1831) est général de division, d’abord chef d’état-major du 4ème corps, puis gouverneur de Witebsk, puis de Smolensk en 1812. Son épouse était la fille du général Aubert du Bayet. Lettre extraite du recueil de correspondances interceptées par les Russes durant la campagne de 1812. Publié sous les auspices de La Sabretache en 1913.

Une lettre du général Charpentier à sa femme, durant la campagne de Russie. dans TEMOIGNAGES retraitederussie

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 avril, 2020 )

Une lettre du général de Beaumont à son épouse…

 

Une lettre du général de Beaumont à son épouse… dans TEMOIGNAGES gal038

Au bivouac en avant de Moscou, à 18 lieues [72 kilomètres], le 14 octobre 1812. 

Mon adorable et tendre amie, voilà huit jours que nous sommes dans la même position sans avancer. Nous augurons donc que l’on traite d’un armistice de six mois. Plût à Dieu que cela soit et que nous soyons cantonnés, car la saison est déjà très froide et l’hiver sera dur à raison du climat. Sur sept lettres que tu m’as écrites de Berlin par estafette, je n’en ai reçu que quatre, les autres auront été interceptées par les cosaques sur nos derrières, car la route depuis. Smolensk à Moscou n’est pas sûre. Il y a au moins un mois qu’il n’est pas arrivé de courrier pour l’armée et par conséquent il n’en part pas ; je n’ai donc pu que profiter des bontés de M. le duc… [de Vicence : le général de Caulaincourt]. Je me porte bien, je n’ai besoin que de repos.

Dieu sait quand il arrivera, et malheureusement je suis si éloigné, et la saison sera si rigoureuse qu’il ne sera pas possible de voyager. C’est le général Sébastiani qui commande notre réserve ; il en a pris le commandement le lendemain de la bataille ; nous en sommes enchantés. On n’est pas plus brave que le roi de Naples [le maréchal Murat]. Il a rendu dans cette campagne de grands services à Sa Majesté Il est d’une bravoure et d’une activité sans égales, toujours aux avant-postes. La paix, ma bonne amie, voilà le plus grand bien qui puisse nous arriver ; s’il y a armistice, la paix s’ensuivra. Je n’en doute pas ; nous la désirons tous.Tu auras lu avec intérêt le bulletin du 7 [septembre 1812 : celle de Borodino], comme tu liras avec horreur notre entrée à Moscou. 

 Adieu, ton époux. 

BEAUMONT. 

 A Madame la Baronne de Beaumont, rue Guillaume n°63 à Berlin

 ——

Le général baron de Beaumont (Jean-Louis-Chrétien-Carrière), est né le 14 avril 1771 à Brouchy (Somme). Général de brigade à la 2ème division de cuirassiers ; général de division le 4 décembre 1812, il décède le 16 décembre 1813. Son épouse était née Maria-Urbana de Lima de Baretto. 

 

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 29 septembre, 2019 )

« Les Russes sont de grands barbares. »

Moscou, le 29 septembre 1812.

Nous voilà enfin arrivés dans les tristes restes encore fumants de la belle et superbe ville de Moscou, ses plus beaux palais sont réduits en cendres, ainsi que les magasins les plus riches et les mieux fournis en tout ce qu’il était possible de désirer, tant pour les subsistances en tous genres que pour les objets de luxe, tels que l’on peut trouver à Paris. Il reste quelques palais et maisons qui ont été épargnées et que nous habitons. Imagine-toi bien à Paris ou Londres et quelques maisons éparses existant çà et là. C’est la plus belle horreur que j’aie vu et verrai de ma vie. Le feu a duré cinq jours et autant de nuits sans discontinuer, nous étions éloignés d’une lieue où nous étions campés et l’on y lisait à minuit comme à midi. [De]Cette capitale de la Moscovie, la plus ancienne de l’empire russe, aussi grande, pour ne pas dire plus grande que Paris, n’existe plus qu’une ombre. Les Russes sont de grands barbares. La population a fui comme le reste devant nos armes victorieuses. Ton fidèle ami et époux.

BAURVOTT.

(« Lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812…», La Sabretache, 1913, p.58). « Aucun renseignement n’a pu être trouvé sur le signataire de cette lettre ».

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 25 septembre, 2019 )

Lettre du 25 septembre 1812…

Lettre du lieutenant Pierre Paradis du 25ème de ligne à son père, marchand ferblantier, rue Saint-Laurent à Grenoble (Isère).

Moscou, le 25 septembre 1812.

Mon cher papa, c’est de cette superbe capitale, aujourd’hui presque réduite en cendres, que je m’empresse de te donner de mes nouvelles, pensant bien qu’après avoir été autant exposé dans cette terrible campagne, il te sera agréable d’apprendre que j’avais été quitte pour une balle morte qui était venue me frapper dans l’endroit sensible, car si j’avais pas eu ma lévite bouclée et mise en bandoulière autour de moi, malgré que la coquine avait perdu une grande partie de sa force, elle me perçait le cœur puisqu’elle a bien eu celle de percer l’étoffe en dix doubles. J’ai assisté dans une grande partie des batailles que nous avons eues depuis le commencement de la guerre, mais je jure qu’aucune n’approchait à celle que nous avons eu le 7 de ce mois avec les Russes. Je puis t’assurer que le champ de bataille était couvert de morts. J’ai compté moi-même 20 Russes étendus contre un Français. Leur perte est inconcevable. Figure-toi une affaire générale qui a duré depuis 5 heures du matin  jusqu’à dix heures du soir. On s’est même tiraillé une partie de la nuit. On compte sue leur armée était forte de 150.000 hommes qui, ce jour-là, ont obtus donné. Notre nombre était à peu près le même, mais la Garde Impériale n’a pas donné. Je ne puis mieux te comparer le feu continuel pendant tout ce temps qu’au tonnerre le plus grondant. La mitraille, les boulets et les obus nous sifflaient par les oreilles comme les balles, aussi lorsque le calme est venu je te jure que, malgré le mauvais temps, il n’a pas fallu me bercer pour m’endormir, car aussitôt que je me suis jeté sur la terre j’ai fermé les yeux et ne les ai ouverts qu’au moment où mes soldats m’ont réveillé le lendemain matin pour manger la soupe dont j’avais comme eux grand besoin. Enfin je voudrais bien te détailler toutes les circonstances de cette fameuse campagne, mais il me faudrait trop de temps et plus d’une rame de papier ; il te suffira de savoir que nous avons été toujours victorieux et que mon régiment a formé l’avant-garde de l’armée pendant 15 jours et que tous les jours je me battais avec la compagnie que j’ai l’honneur de commander depuis la première affaire comme lieutenant, car il est bon de t’apprendre que par décret impérial du 25 novembre 1811, j’avais été nommé sous-lieutenant et que par décret du 10 juin dernier S.M. lui-même, en sa présence dans la cour de son palais à son passage à Dantzig, en passant notre régiment en revue, m’a nommé lieutenant et que mon colonel huit jours après m’a nommé lieutenant chargé de l’habillement et armement du régiment.

Je t’embrasse, ton bon fils.

PARADIS.

(« Lettres interceptées par les Russes durant la campagne de 1812… », La Sabretache, 1913, pp.23-24).

Lettre du 25 septembre 1812... dans TEMOIGNAGES lamoskowa

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|