• Accueil
  • > Recherche : polotsk 1812
( 16 novembre, 2021 )

Gouvion St-Cyr et Junot…

Gouvion St-Cyr et Junot... dans TEMOIGNAGES Polotsk

« Tandis que nous nous étions rendus maîtres de cette ville [Smolensk], le général Gouvion Saint-Cyr avait remporté une victoire signalée, sur le prince de Wittgenstein, les 17 et 18 août [à Polotsk] ; il y avait gagné le bâton de maréchal. Cette récompense fit plaisir à toute l’armée, dont le nouveau maréchal était aimé et estimé. Moins heureux, le duc d’Abrantès [général Junot], au combat de Valoutina dans les environs de Smolensk, fit faire un faux mouvement aux troupes placées sous ses ordres, ce qui lui valut sa disgrâce. L’Empereur le traita avec dureté, lui reprocha publiquement sa conduite dilapidatoire et ses vols au Portugal, et, lorsque les chefs de corps furent réunis au Kremlin, il dit tout haut : « Quant au duc d’Abrantès, il ne doit point se trouver ici ». En effet, celui-ci avait eu la prudence de ne point se montrer. » « 

« Un général hollandais sous le Premier Empire. Mémoires du général Baron de Dedem de Gelder (1774-1825) », Plon, 1900, p.233. En 1812, cet officier commanda une brigade sous les ordres du maréchal Davout. Plus tard, lors de la retraite de Russie, le général de Dedem de Gelder est à l’avant-garde sous les ordres de Murat.

 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 24 octobre, 2019 )

Le capitaine Louis Bégos.

06-513498

Le Suisse Louis Bégos a tout juste seize ans, lorsqu’il embrasse la carrière des armes. Il s’engage dans un bataillon helvétique. « Les souvenirs de mes premières campagnes en Suisse n’ont rien de bien séduisants, car c’était la guerre civile, au nom de la République helvétique une et indivisible, et la guerre civile est toujours un malheur », peut-on lire au début de ses « Souvenirs des campagnes ». Au printemps de 1807, nous retrouvons l’auteur dans les rangs du 2ème régiment suisse, nouvellement créé. Nommé adjudant-majour avec rang de lieutenant, Louis Bégos et ses compagnons d’armes prennent la route du Portugal.

 « Partis de Marseille, vers la fin du mois d’août 1807, par une chaleur caniculaire, nous arrivâmes non sans peine, à Bayonne, vers la fin de septembre, après trente-six jours d’étapes. Pour ce qui me concernait, j’avais une lourde tâche, car ce n’est ni un petit travail ni un badinage que d’être adjudant-major d’un bataillon où soldats et officiers sont de nouvelles recrues », note l’auteur. Dès son entrée au Portugal, Louis Bégos décrit avec de nombreux détails les heurs et malheurs du soldat dans sa vie quotidienne. « Arrivant dans un village pillé, nous n’avions plus aucune ressource. Les premiers corps de l’armée française ayant passé plusieurs jours avant nous, il nous fallait, bien qu’exténués de fatigue, aller à la recherche de villages habités ». Plus tard, nous le retrouvons dans la place forte d’Elvas, assiégée par les anglais et les Espagnols.

 « Nous étions à peine 1400 hommes pour défendre Elvas. Ces forces étaient insuffisantes, puisque les forts contenaient plus de 800 pièces d’artillerie ». Étant tombé gravement malade, Bégos doit quitter son service et lorsqu’il retrouve la ville, la situation s’est considérablement aggravée « en raison des assassinats qui se commettaient à chaque instant sur les soldats ». S’en suit un long récit des événements qui émaillèrent ces journées. Le bombardement de la ville est décrit avec beaucoup de détails intéressants. Le 17 septembre 1808, Elvas capitule et après une dernière riposte très vive de la part des suisses, l’adjudant-major Bégos reçoit l’ordre formel de déposer les armes. « Le 1er octobre 1808, toute la garnison suisse et française quitta Elvas, au nombre de 1400 hommes, dont mille à peu près formaient l’effectif de notre bataillon, qui, en entrant au Portugal, comptait plus de 1200 combattants », et il ajoute : «  Nous sortîmes des forts d’Elvas avec tous les honneurs de la guerre : tambour battant, mèche allumée et aigles déployées. Les bourgeois d’Elvas étaient étonnés de nous voir en si bon état, après avoir été assiégés par une armée de huit mille hommes, qui ne nous laissaient aucun repos ni jour ni nuit ». Arrivés à Lisbonne début octobre, les troupes françaises sont expédiées en France par voie navale. Après quelques mésaventures, Bégos atteindra finalement les côtes de France en janvier 1809. L’année suivante, il est promu au grade de capitaine-adjudant-major. Après une période de calme toute relative, le 4ème régiment suisse est expédié en Russie ; nous sommes début 1812. Six mois plus tard il traverse le Niémen. Une nouvelle partie de son récit commence, avec toujours ce souci du détail :

 « La viande était abondante, mais, en septembre, le pain était rare, ainsi que les légumes et le sel… Nos quatre régiments suisses formaient encore un ensemble respectable, et, quoique nous eussions peu d’occasions de nous voir réunis, notre réputation n’en était pas moins parfaitement établie dans le second corps d’armée [duquel son régiment fait partie]. Nos avant-postes étaient à une demi-heure environ de nos bivouacs ; notre 2ème régiment était établi sous des baraques, car les bois ne manquaient pas. », écrit le mémorialiste.

Il participe à la bataille de Polotsk, le 18 octobre 1812, et l’évoque longuement : « Le feu de l’infanterie et l’artillerie russes portait la mort dans nos rangs. Notre colonel comprit que l’attaque à la baïonnette était le moyen le plus prompt et le plus énergique pour reprendre l’avantage. Il ordonna de battre la charge. J’étais à la tête de l’un de nos bataillons ; nous marchons droit à l’ennemi avec une impétuosité telle que nous reprîmes sur lui tout l’avantage qu’il paraissait avoir eu quelques instants auparavant. ». Au cours de cette mémorable bataille, l’aigle du régiment manquera d’être prise par les Russes.

Le capitaine-adjudant-major Bégos en profite pour corriger au passage l’historien Adolphe Thiers qui sous-estime l’action des troupes suisses lors de la journée de Polotsk (et lors de la campagne de Russie en général). Plus tard, l’auteur assiste au passage de la Bérézina (où il sera blessé) qu’il évoque longuement. « Nous passâmes sur la rive droite de la Bérézina. Le pont me parut peu solide. Nous le traversâmes avec le vaillant régiment de cuirassiers, colonel Doumerc, et les Suisses des trois autres régiments, en tout environ huit mille hommes d’élite. C’était le 27 novembre [1812] au soir. En débouchant sur la rive droite, nous rencontrâmes quelques voltigeurs d’avant-garde russe, qui furent délogés dans la soirée », note Bégos. Il n’oublie dans cette partie de son livre le froid intense, la neige incessante et précise aussi par une nuit dans un bivouac de fortune : « La faim et la soif nous talonnaient, et nous sentions que, le jour venu, nous aurions de rudes combats à soutenir ».

Terriblement affaibli, l’auteur manquera de trépasser lors de ces journées douloureuses pour toute la Grande-Armée. Il sera sauvé par un groupe de lanciers mais devra subir l’amputation d’une partie du pied gauche, atteint par la gangrène. « Quarante-quatre ans se sont écoulés dès lors, mais je crois encore entendre ce bruit strident qui se communiquait à tous mes nerfs, car alors le chloroforme n’était pas inventé ! » déclare  Louis Bégos.

Laissons encore à l’auteur le mot de la fin : « Mes souffrances et les blessures que je reçus à la Bérézina n’ont rien changé à mon amour pour mon pays et à mon admiration de vieux soldat pour le grand capitaine, l’empereur Napoléon ». Il s’éteindra en 1859 [1].

C.B.


[1] C’est cette même année que seront publiés ses « Souvenirs des campagnes » (A Lausanne, Librairie A. Delafontaine [Place de la Palud]). Ce livre fit l’objet d’une souscription dont les bénéfices furent versés aux quatre petits-enfants de l’auteur, comme ce dernier l’avait exigé.

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 28 mai, 2019 )

Un méconnu de l’Épopée:le colonel Calosso…

Ombre 3

« Je viens de jeter sur le papier, sans prétention et sans art, le récit des événements d’une vie passablement agitée. » Tels sont les mots écrits par le colonel Jean-Timothée Calosso, au début de ses « Mémoires d’un vieux soldat ». Publié la première fois en 1857, à Nice, ce témoignage retrace parfaitement ce que pouvait être l’existence d’un  officier du Premier Empire.

Né en 1789, « à Chivasso, province de Turin », il s’engage à 17 ans au 24ème régiment de chasseurs à  cheval. Désigné pour faire partie des escadrons de guerre qui devaient rejoindre la Grande Armée en Prusse, il quitte l’Italie fin 1806. « Une partie du régiment était monté, l’autre à pied. » Il connaîtra  son baptême du feu en juin 1807 : « Nous passâmes la rivière [la Vistule] au gué sous le feu de l’ennemi et nous déployâmes dans la plaine ». Son récit contient de nombreux détails et anecdotes; ainsi écrit-il : « C’était mon début dans ce terrible jeu des batailles et j’eus le bonheur d‘en sortir sain et sauf. Je ne crains pas d’avouer que les premiers boulets qui sifflèrent à mes oreilles me causèrent une vive émotion. Je baissais la tête croyant les éviter ; alors mon camarade de lit, le vieux Cibois me dit : « Il est inutile de vous baisser, Calosso, lorsque vous les entendez souffler, ils ne sont plus à craindre car ils ont déjà touché le but ». Plus tard, le jeune chasseur participe à la bataille de Friedland. Il revient souvent à la vie du soldat en campagne (l’anecdote sur son rôle de cuisinier improvisé est mémorable !). Nous le retrouvons plus tard à Tilsitt, côtoyant « les hussards noirs prussiens ». Après la rencontre légendaire des deux empereurs sur le Niémen, Calosso est désigné en octobre 1807 « pour passer à la compagnie d’élite ». Au printemps de 1809, il est en Autriche et participe à la prise de Ratisbonne, puis à la bataille d’Essling. C’est au cours de cette dernière qu’il sera blessé une première fois, par « un vigoureux coup de sabre ». Puis il est fortement contusionné à la cuisse par un boulet.

Bloqué sous son cheval tué, il manquera d’être dépouillé par deux hussards autrichiens. Mais notre homme s’en sortira, tout en étant de nouveau blessé quelques heures plus tard… Il sera nommé brigadier durant cette campagne.

 En 1810, Calosso est nommé maréchal-des-logis dans la 7ème compagnie, puis maréchal-des-logis chef de la compagnie d’élite. Puis il participe à la campagne de Russie. « Les ponts militaires étant jetés sur le fleuve, au point du jour du 24 [juin1812], les colonnes de cavalerie d’avant-garde s’ébranlèrent et le passage commença sous les yeux de l’Empereur placé sur un mamelon qui dominait les ponts ». Les événements auxquels il participe son toujours très bien décrits. Il n’y a pas de temps mort dans le récit du chasseur à cheval Calosso. On notera une très bonne description de la bataille de Polotsk, le 18 août 1812. Il manqua d’ailleurs y être coupé en deux par un boulet…

Plus loin, l’auteur évoque la retraite, le fameux passage de la Bérézina… Il faut affronter le froid intense, la faim et continuer à se battre !  « Je regrette de n’avoir pas conservé dans ma mémoire le nom de l’intrépide commandant de la batterie du quatrième d’artillerie à cheval, qui, malgré sa jambe de bois, sabrait avec nous… », précise-t’il.  Ce passage de ses « Mémoires » est chargé d’un réalisme très fort. Le lecteur souffre avec lui et ressent le même découragement face à la montée de Ponari, cet obstacle de glace infranchissable…

En 1813, Calosso participe à la campagne d’Allemagne. Présent à Bautzen, il est nommé sous-lieutenant, quelques jours après, le 13 juillet. Blessé à la bataille de Wachau (le 16 octobre 1813) « d’un coup de pistolet par un hussard hongrois et de deux coups de lance par les hulans », Calosso est présent malgré tout à Leipzig, cette bataille mémorable par la violence des combats…

L’année suivante, le sous-lieutenant Calosso sera présent « dans cette admirable campagne de France qui suffirait à elle seule pour immortaliser l’Empereur et son armée. » Il se trouve à Fontainebleau lors de l’abdication de l’Empereur. « Pour la dernière fois je vis Napoléon au moment où les rois, qui lui avaient donné le titre de frère, allaient l’exiler à l’île d’Elbe, en attendant qu’ils le déportassent sur un autre rocher bien autrement meurtrier ».

Après la chute de l’Empire, Jean-Timothée Calosso retournera en Piémont et rejoindra les rangs de l’armée sarde.

 La conclusion lui appartient avec ces quelques mots : « …la vie des camps et des bivouacs que j’ai menée pendant huit ans d’une époque héroïque, intéressera peut-être les survivants de cette grande armée [à l’époque il y avait encore de ces combattants…] à laquelle j’ai eu l’honneur d’appartenir. »

C.B.

—–

Complément…

Il convient de savoir qu’après 1815, l’auteur, qui n’avait que 25 ans, se battra dans les rangs de l’armée italienne face à la domination autrichienne sur l’Italie. Après un passage en Espagne, il entre au service de la Grèce puis vers 1823, à celui du sultan de Turquie Mahmoud. Ayant dû prendre le nom de Rustem-bey, « sans renier ni sa religion, ni ses deux patries, le Piémont et la France », il est nommé colonel.

Jean-Timothée Calosso, ne prendra sa retraite qu’en 1843 et s’éteindra à  Nice le 27 mars 1865, cinq ans après le rattachement de ce comté à la France. On consultera avec intérêt l’article qui a été consacré en 1925 à cet intéressant militaire dans le n°64 de la revue « Nice-Historique ». Il est en ligne sur internet par ce lien : http://www.nicehistorique.org/vwr/?nav=Index&document=517

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
( 18 janvier, 2019 )

Une lettre du général Pouget au général Dupont, Ministre de la Guerre.

06513473.jpg

Obligé de lâcher Vitebsk, rattrapé par les cosaques, blessé et fait prisonnier, le général Pouget, comme on le voit dans ses « Mémoires », fut envoyé à Saint-Pétersbourg où la politesse russe ne put, selon son expression, adoucir l’amertume de sa captivité.  Le 4 mai 1814, de Saint-Pétersbourg, il écrit au nouveau Ministre de la Guerre-le général Dupont [celui de Baylen !]- la lettre suivante. Il y raconte de nouveau la défense de Vitebsk et demande que le Roi l’emploie à Nancy. Il signe même, pour plaire aux Bourbons, « Baron de Pouget. » 

Arthur CHUQUET 

Monseigneur, 

L’histoire de ma captivité est aussi courte que précise. Blessé aux tendons fléchisseurs du genou gauche le 18 août 1812 à la bataille de Polotsk, j’obtins de M. le général Saint-Cyr l’autorisation d’aller me faire soigner à Vilna où je fus transporté avec peine. J’ai reçu  dans cette ville l’ordre d’aller prendre le gouvernement de la province de Vitebsk. Les ordres précis que j’avais de garder ce point me firent un devoir d’y attendre que je fusse attaqué par des forces bien supérieures. Il n’en fallait pas beaucoup. 600 hommes dont 400 n’avaient jamais titré un coup de fusil et 16 gendarmes pour toute cavalerie composaient ma garnison.  Je fus attaqué le 7 novembre 1812 par 3.000 hommes d’infanterie et 1.500 de cavalerie. Je tins ferme. Je ne fis mettre le feu au pont qu’après l’avoir vigoureusement défendu. Je n’attendais aucun secours puisque le corps du duc de Bellune [Maréchal Victor], le seul qui pouvait m’en donner, était en retraite et déjà à vingt lieues de Vitebsk. Je me retirai en bon ordre sur Smolensk, toujours en colonne serrée et en me battant contre la cavalerie qui me serrait de près.  Je fis ainsi quatre lieues en combattant depuis six heures de temps. Enfin, la cavalerie fondit sur ma petite troupe qui se laissa enfoncer. Je l’en accuse avec raison : avec 600 bons soldats français, ils ne m’auraient point entamé, mais c’étaient des soldats de Berg qui voyaient l’ennemi pour la première fois et que j’avais trop à cœur de sauver ; ils ne firent pas assez de feu et, sourds à ma voix, ils ne présentèrent pas même la baïonnette ; ils s’ouvrirent. J’en fus victime, car, en me défendant, je fus sabré et j’eus le bras droit luxé ; enfin, forcé de me rendre. J’avais heureusement l’honneur d’être connu de Sa Majesté l’Empereur Alexandre qui daigna me recommander et m’envoyer à Saint-Pétersbourg pour me faire soigner. Je fus, en effet, traité par un chirurgien de la cour et par l’ordre de Sa Majesté l’Impératrice régnante.  Tant de bontés me pénétrèrent sans doute de la plus vive reconnaissance, mais n’ont pu adoucir l’amertume d’une première captivité. Lorsque je quitterai la Russie, je me rendrai à Nancy [D’après ses « Souvenirs de guerre », ce fut le 20 mai 1814, seize jours après cette lettre, qu’il reçut la nouvelle de sa mise en liberté, et le 4 juin, il quittait Saint-Pétersbourg ; quelques semaines plus tard, il arrivait à Nancy où il revoyait sa femme et ses enfants avec un bonheur inexprimable. »] où j’ai ma demeure.  Je supplie Votre Excellence de m’y faire parvenir ses ordres, et si vingt-quatre ans de services, des blessures graves dont une me prive de la moitié du pied gauche, toutes les campagnes depuis 1792 pouvaient intéresser en ma faveur, je prierais Votre Excellence de vouloir bien demander pour moi au Roi la grâce d’être employé dans la 4ème division militaire où je pourrais être près de ma famille que j’ai à peine vue depuis dix-neuf ans de mariage.  Je vous prie, Monseigneur, de vouloir bien agréer l’hommage de mon respect. 

Le général de brigade, 

Baron de POUGET, prisonnier de guerre. 

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 décembre, 2018 )

Le capitaine Jean de Schaller…

cdr2

On sait, que les régiments suisses, quatre au total, surent bien s’illustrer lors des campagnes de l’Empire. Quelques uns seulement de ceux qui se firent remarquer dans leurs rangs ont laissé un témoignage. Jean de Schaller (1784-1863), capitaine au 4ème régiment suisse est l’un d’entre eux. Son récit, publié la première fois en 1888 par son descendant, Henri de Schaller, résume parfaitement ce que pouvait être l’existence d’un officier suisse durant cette période.

Ce fribourgeois entre en octobre 1806 comme sous-lieutenant dans le 4ème régiment suisse, nouvellement crée. En janvier 1807, le jeune Schaller après quelques jours de repos à Paris, est expédié avec son régiment en Bretagne. « Menacée d’un débarquement de troupes anglaises, cette région se prêtait avec beaucoup de patriotisme aux mesures de défense prises par l’Empereur. Nos troupes étaient bien vues partout où elles se présentaient, et les meilleures maisons de Rennes étaient ouvertes aux officiers suisses qui leur étaient recommandés », note l’auteur. Il restera deux années en Bretagne, accédant successivement aux grades de premier lieutenant et d’adjudant-major (en avril et juillet 1807) puis en août 1809 à celui de capitaine adjudant-major. Les choses deviennent sérieuses, lorsqu’en février 1810, Schaller pénètre en Espagne avec le 4ème régiment suisse. Ainsi débute véritablement son récit: « La chaleur était insupportable et les sources taries. Souvent je ne savais où abreuver mon cheval. Nous portions un peu d’eau potable pour notre usage dans les outres. La contrée [vers Zamora] nous parut fertile, mais elle était complètement ruinée par la guerre de destruction à laquelle se livraient avec fureur amis et ennemis ». Le 4 juin 1810, Schaller arrive à Astorga. « Notre cavalerie signalait 4 à 5000 hommes solidement établis sur les collines de Bonillos. Le 6, dès la pointe du jour, le bataillon Gœldlin passait le ruisseau pour attaquer le flanc gauche de l’ennemi, ayant comme soutien deux compagnies du 46ème [de ligne].

Le feu de tirailleurs fut très vif pendant une heure et nous perdîmes une vingtaine d’hommes morts ou blessés… ». Tout son témoignage est écrit sur ce même ton, ne laissant aucun répit au lecteur, lorsqu’il poursuit les bandes de guérilleros, souffrant, avec ses hommes, du soleil, de la soif et de la faim. Le 8 mars 1811, le 4ème suisse quitte l’Espagne, après une escale à Burgos.

Arrivé en France, son régiment (ainsi que toutes les troupes suisses) connaît une réorganisation importante. Les effectifs sont réduits. Schaller obtient une permission de trois mois, qu’il passe parmi les siens, en Suisse. En janvier 1812, il est expédié en Allemagne. « … tout notre corps d’armée était concentré à Insterbourg, où nous allions être passé en revue par l’Empereur. Le 18 juin [1812] au matin, nos troupes, auxquelles on avait prescrit depuis leur entrée en campagne de porter la moustache, se mirent en grande tenue, et, vers 10 heures, 40.000 se trouvèrent réunis dans une vaste plaine au-delà de l’Inster ». Nommé capitaine de grenadiers, lors de cette revue, Schaller prend la route de Gumbinen pour s’arrêter à Poniemen. Il traverse le Niémen le 24 juin. « Nous étions en Russie et la campagne était commencée. Comment en reviendrons-nous ? Nul n’y songeait », écrit-il. . Lorsqu’il évoque la bataille de Polotsk, en août 1812, il écrit : « La bataille fut sanglante ; Oudinot, blessé à l’épaule, dut remettre le commandement à Gouvion saint-Cyr.

Celui-ci prit d’habiles dispositions, concentra son armée sur la rive droite de la Polota, et le 18, vers 5 heures du soir, il attaqua l’ennemi avec fureur. Au bruit de la fusillade vint se mêler le ronflement formidable de 200 pièces d’artillerie et bientôt toute l’armée fut engagée. » Plus tard, Schaller évoquera avec précision l’arrivée de la neige, le froid, la Grande-Armée en déroute. « Le 4 novembre, la neige tomba pour la première fois et le 5, le sol en était couvert. Le thermomètre était descendu par un vent âpre et pénétrant à moins 12 degrés. La marche devenait de plus en plus difficile ».

Toute la retraite de Russie est parfaitement décrite par le capitaine de Schaller. « A Kamen, nous vîmes des fourgons de la maison de l’Empereur abandonnés sur la place et je pus remplir ma gourde d’une excellente eau-de-vie. Pris avec précaution, cette liqueur réchauffait mes membres affaiblis et me permettait de continuer la marche, sans succomber à la fatigue ». Schaller manquera de succomber lors de la retraite. Il sera sauvé in-extrémis par un fermier lituanien. Le 23 décembre, le voilà rendu à Marienbourg : « La peau de ma figure se pelait en larges bandes sanguinolentes et me rendait méconnaissable ».

Il retrouvera enfin le dépôt de son régiment à Nancy, le 1er mars 1813. « D’autres étaient restés dans les forteresses de la Prusse, de la Hollande ou à Mayence. Après avoir reçu les témoignages de sympathie de nos camarades et leurs félicitations sur ma promotion à la croix de la Légion d’honneur, j’obtins un congé de six mois pour soigner mes blessures », raconte le capitaine Schaller. 

« Déclaré incapable de servir » suite aux séquelles dues à la campagne de Russie, Schaller est admis à la retraite en octobre 1813. Mais c’était sans compter de la détermination de notre homme… « Je n’avais point renoncé à l’espoir de reprendre du service. Mes blessures s’étant cicatrisées et ma santé était bonne ». Le capitaine de Schaller retrouve donc en novembre 1814 son 4ème régiment suisse. Au retour de l’Empereur de son île d’Elbe, les régiments suisses, liés par un serment de fidélité prêté à Louis XVIII, refusent de reprendre du service « sans avoir reçu les ordres de la Diète ». C’est Schaller lui-même qui est délégué auprès de cette assemblée à Zurich. La Diète ordonne le licenciement des troupes suisses.

C.B.

 

 

Publié dans FIGURES D'EMPIRE par
Commentaires fermés
|