( 28 décembre, 2018 )

La mission du général Gérard…

Ombre 3

Le 25 décembre 1813, Napoléon ordonnait à Gérard de partir aussitôt pour l’Alsace. Gérard devait d’abord aller à Belfort et ensuite longer la frontière jusqu’à Wissembourg. Le temps lui manqua. Il alla voir quelques petites places, et le 29, Napoléon le rappelait pour lui confier une division de réserve qui se formait à Meaux. Le lettre suivante que Gérard écrit de Langres au duc de Feltre, nous renseigne sur ses projets et nous montre hélas ! qu’il règne déjà « beaucoup de frayeur ».

Langres, 31 décembre 1813.

Je suis arrivé à Langres cette nuit. Il m’a été impossible de continuer ma route. L’ennemi est dans les environs de Belfort ; il a poussé des partis jusqu’à Lure ; ils se sont retirés après être restés quelques heures dans cette ville. Pour remplir autant qu’il est en mon pouvoir les instructions de Votre Excellence, je voulais commencer la reconnaissance des montagnes des Vosges en me jetant sur Plombières et de là à Schlestadt. Mais il n’y a point de routes de poste et d’ailleurs je n’ai point d’officiers du génie et d’artillerie. Je suis obligé d’aller reprendre à Nancy la grande communication de Strasbourg. Je me rendrai de suite à Phalsbourg, aux forts de la petite-Pierre, de Bitche et de Lichtemberg ; je m’assurerai de l’état des garnisons et des approvisionnements ; aussitôt après, je visiterai la chaîne de montagnes. Tous les renseignements que j’ai recueillis ici, me portent à croire que les principales forces des autrichiens se dirigent vers Besançon. Les Bavarois sont restés dans les environs d’Huningue. Belfort n’est point encore au pouvoir de l’ennemi ; il est attaqué sérieusement. Il règne beaucoup de frayeur dans tout ce pays. J’ai cherché à rassurer les habitants en leur annonçant de prompts secours.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, p.3).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 16 mars, 2018 )

Deux lettres du général Gérard à propos du colonel de La Bédoyère.


 Deux lettres du général Gérard à propos du colonel de La Bédoyère. dans TEMOIGNAGES empire

Celle-ci est adressée au général Clarke, duc de Feltre, ministre de la Guerre.

Paris, le 22 janvier 1814.

Mon seigneur, la 2ème division du corps que je commande n’ayant point encore de généraux de brigade, j’ai l’honneur de proposer à Votre Excellence, pour remplir l’un de ces emplois, M. le colonel de La Bédoyère qui a commandé sous mes ordres, le 112ème régiment de ligne pendant la dernière campagne. Je sais que M. de La Bédoyère n’est pas encore très ancien de grade, mais je lui connais toutes les qualités nécessaires pour commander une brigade avec distinction et pour communiquer à la troupe l’élan et la bravoure dont il est lui-même animé.

C’est donc sous ce point de vue, Monseigneur, que j’ai l’honneur de vous proposer le colonel de La Bédoyère pour le grade de général de brigade ; c’est parce que je suis convaincu des services qu’il peut rendre, et no pas aucun motif d’intérêt particulier pour cet officier, que je n’ai connu que sur le champ de bataille. Mon intention était de présenter moi-même une demande à l’Empereur ; mais je n’en ai point l’occasion ; je pense qu’étant appuyé par Votre Excellence, elle ne pourra manquer d’être agréée par Sa Majesté.

Un mois après, Gérard renouvelle sa requête, cette fois au major général Berthier.

Sens, 21 février 1814.

Monseigneur, le colonel de La Bédoyère, commandant le 112ème régiment, est employé à Paris, où il commande une brigade de la division Fririon. Je me crois obligé de désigner à Votre Altesse Sérénissime cet officier supérieur comme l’un des plus dignes d’être promu au grade de général de brigade. Il a fait avec moi la campagne dernière ; il sait bien la guerre, est d’une valeur brillante et donne à propos l’impulsion aux troupes. Si le colonel de La Bédoyère obtient cet avancement, je considérai comme une faveur su Votre Altesse Sérénissime veut bien l’employer au 2ème corps.

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814. Lettres et Mémoires », Fontemoing et Cie, Éditeurs, 1914, pp.58-59).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|