( 13 avril, 2014 )

L’île d’Elbe en perspective…

Ile d'Elbe-Gravure fantaisie allemande

On sait que le traité de Fontainebleau (en date du 11 avril 1814) stipule notamment que Napoléon aura la souveraineté de l’île d’Elbe.Quelques personnages officiels accompagneront l’Empereur de Fontainebleau à son embarquement. Les voici:

Le général Paul Schouvalov, aide de camp du tsar Alexandre 1er, fut chargé d’accompagner Napoléon jusqu’à son embarquement pour l’île d’Elbe. Il a laissé un témoignage sous la forme de cinq longues lettres adressées au comte de Nesselrode qui a été publié (sous le titre : « De Fontainebleau à Fréjus. Avril 1814 ») dans la « Revue de Paris », en avril 1897, repris dans « Napoléon, la dernière bataille. Témoignages, 1814-1815 », (Omnibus, 2014). Schouvalov ne fit pas partie de la traversée vers l’île d’Elbe.

Le général autrichien Koller [/b](1757-1821) fut désigné pour accompagner Napoléon de Fontainebleau à l’île d’Elbe. Il entretint d’assez bon rapport avec l’Empereur, « il lui témoigna les plus grands égards et le protégea des fureurs provençales [allusion aux troubles d’Orgon]. Napoléon l’avait en grande estime et le chargea, lorsqu’il fut rappelé à Vienne, à la fin de mai 1814, de nouer avec lui des rapports commerciaux avec Gênes. » (Guy Godlewski, « Trois cents jours d’exil. Napoléon à l’île d’Elbe… », Hachette, 1961, note, p.245). Koller est le seul des commissaires étrangers, avec l’anglais Campbell, à s’embarquer sur le navire qui emmène Napoléon vers l’île d’Elbe.

Le colonel Neil Campbell,  est le commissaire anglais chargé de la surveillance de l’Empereur à l’île d’Elbe. Le 15 avril 1814, à Fontainebleau, Campbell fait partie des commissaires étrangers présentés à Napoléon: « J’éprouvai une étrange confusion lorsque l’aide de camp, après m’avoir annoncé, se retira en fermant la porte et que je me trouvais soudain [en] tête à tête avec l’homme extraordinaire dont le nom avait été, pendant des années, la pierre de touche de mes sentiments, soit comme Anglais, soit comme militaire… » (« Napoléon à l’île d’Elbe. Chronique des événements de 1814 et de 1815… », E.Dentu, 1873). La fuite de Napoléon de son exil elbois restera pour Campbell le drame de sa vie. Il est absent de son poste lors de cet événement historique : parti quelques jours en Italie pour un voyage diplomatique (et galant)…

Waldbourg-Truchsess(1776-1844), commissaire prussien a publié dès 1815 (chez Panckoucke), une « Nouvelle relation de l’itinéraire de Napoléon à Fontainebleau à l’île d’Elbe » qui est à consulter avec beaucoup de précaution, compte tenu des erreurs volontairement orientés que cet ouvrage contient… « M. Waldbourg [-Truchsess] est prussien ; cela seul nous apprend que, dans son récit, il n’a pas cherché à être favorable à l’Empereur », écrit André Pons de l’Hérault dans son « Mémoire aux puissances alliées…», (Alphonse Picard et fils, 1899). A Sainte-Hélène, Napoléon estima que les deux ouvrages qui lui avait fait le plus de mal étaient celui de l’Abbé de Pradt, ancien ambassadeur de France en Pologne, («Histoire de l’ambassade dans le grand-duché de Varsovie en 1812 », Pillé, 1815), et celui de Waldbourg-Truchsess.

Le comte Clamm, était chambellan de l’empereur d’Autriche et aide de camp de Schwartzenberg. Il est adjoint au général Koller en tant que premier aide-de-camp.

C.B.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 18 octobre, 2013 )

Au hasard de mes lectures…(1)


Au hasard de mes lectures...(1) dans TEMOIGNAGES au-hasard-de-mes-lectures.-2

Itinéraire d’un officier de la Grande-Armée…

Il y a près de vingt-cinq ans, fut publiée une biographie du général Pierre Decouz (1775-1814). Elle a été réalisée à partir d’extraits de sa correspondance familiale et militaire; cette dernière étant minoritaire. L’ouvrage fait revivre cette figure militaire de la Révolution et de l’Empire. Ce Savoyard, né à Annecy, servi au siège de Toulon, fut lieutenant dans les rangs de l’armée d’Italie. Plus tard, Decouz, devenu sous-chef d’état-major au 5ème corps de la Grande Armée, est présent à la bataille d’Austerlitz. Il se fera remarquer à Wagram. En 1813, il est nommé commandant du 1er régiment de chasseurs à pied de la Vieille Garde, puis général de division, avant de prendre la tête de la 51ème division d’infanterie. Il se bat encore à Dresde. Le 29 janvier 1814, le général Decouz, commandant la 2ème division de la Jeune Garde, est blessé par deux fois. Il mourra à Paris, le 18 février suivant. Possédant une forte personnalité, cet officier est attachant par cette correspondance dans laquelle il fait preuve d’une extrême tendresse à l’endroit de sa famille. Son nom méritait bien de figurer en bonne place sur l’un des côtés de l’arc-de-Triomphe, à Paris.

« Pierre Decouz par lui-même. Soldat de la Révolution et général d’Empire. Lettres inédites présentées et annotées par Maurice Messiez. Préface de Jean Tulard. Avant-propos d’André Palluel-Guillard », Curandéra, 1989, 205 pages.

———-

Sur ce personnage, qui repose au cimetière du Père-Lachaise, à Paris, lire cette page : http://napoleon-monuments.eu/ACMN/Decouz.htm

———

Un témoignage inédit sur l’île d’Elbe.

Je viens d’achever la lecture des Souvenirs du capitaine Raoul (1788-1850) sur le séjour de Napoléon à l’île d’Elbe. Cet officier, à son arrivée sur l’île fut nommé directeur du génie militaire par Napoléon. L’Empereur n’eut pas à s’en plaindre. Pons de l’Hérault, dans ses « Souvenirs » dresse un portrait plutôt positif de Raoul. En revanche, le témoignage du capitaine, resté inédit, est d’un intérêt limité. Les encadrés et notes élaborés pour cette édition comportent des erreurs : Napoléon s’embarquant à Fréjus pour l’île d’Elbe alors que c’est depuis Saint-Raphaël; les adieux de Fontainebleau ont lieu le 21 avril 1814… Celles concernant les noms cités et commises par Raoul ne sont pas rectifiées… Autre chose curieuse, pourquoi dans sa préface, la publicatrice, accable Napoléon par les termes d’égoïste, d’autoritaire, de mégalomane et… d’inhumain ? Autant de qualificatifs que montrerait, à l’en croire, ce récit. Ce qui n’est pas le cas.

Ni dans les témoignages Pons, ou dans celui de Peyrusse, pour ne citer que les plus connus; ni dans ceux du sellier Vincent, de l’adjudant Pierre Labadie, ou bien encore du lieutenant du génie Larabit, il ne ressort une quelconque impression de ce type.

« Souvenirs d’un officier de Napoléon à l’île d’Elbe. Le capitaine Raoul », Editions Soteca, [septembre] 2013, 76 pages.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
12
« Page Précédente
|