( 18 mai, 2017 )

IL Y A 213 ans: la NAISSANCE de l’EMPIRE…

napoleonlegrand.jpg

Il y a tout juste 213 ans,  le SENATUS-CONSULTE ORGANIQUE du 28 FLOREAL AN XII, entérinait la création du Premier Empire en commençant par ces articles:

« Article 1er. Le Gouvernement de la République est confié à un Empereur, qui prend le titre d’Empereur des Français. – La justice se rend, au nom de l’Empereur, par les officiers qu’il institue.

Article 2 - Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français…. »

Découvrez l’intégralité de ce texte-fondateur ici: http://napoleon1er.perso.neuf.fr/Senatus1804.html

 

 

Publié dans A LA UNE ! par
Commentaires fermés
( 7 juillet, 2016 )

Une lettre écrite de Dresde, 29 juillet 1813…

Guillaume Peyrusse

Peyrusse, jusque là Payeur du Trésor de la Couronne, à la suite de l’Empereur est nommé à cette date Payeur de l’Empereur. Cette lettre est écrite à son frère André.

A Dresde, le 29 juillet 1813.

Rien de nouveau pour notre affaire, mon cher André. S. M. est partie comme tu l’auras appris pour Mayence. Et le grand écuyer [général de Caulaincourt] pour Prague. Nous sommes ici nos maîtres et nous en profitons pour prendre un peu de beau temps. La veille de son départ Sa Majesté m’a fait appeler. Présumant qu’elle voulait avoir la situation  de ma caisse, j’en avais préparé  un sommaire. Sa Majesté a voulu connaître le détail de mes dépenses et la nature de mon service auprès d’elle. Je me suis empressé de lui porter un état général de toutes mes recettes et de toutes mes dépenses depuis le commencement de la campagne. Elle en a été satisfaite. Elle ma fait beaucoup de questions auxquelles j’ai répondu de suite. Elle dit ensuite qu’elle allait faire faire un travail sur la situation, qu’elle écrirait à M. de La Bouillerie [le trésorier de la Couronne] et qu’elle me ferait donner connaissance de sa lettre. On me l’a effectivement communiquée. Sa Majesté m’a fait expédier  un ordre qui portait pour suscription : « A  M. Peyrusse, mon payeur ». J’ai été fort content de ce que Sa Majesté m’a fait l’honneur de m’appeler : elle ne connaissait pas la nature de mon service. M. Fain, en me communiquant la lettre de Sa Majesté à M. de La Bouillerie m’a confirmé que je ne devais plus  me considérer comme un payeur de la maison, mais comme payeur de Sa Majesté., puisque je ne pouvais plus dépensait ce qu’on allait me donner que sur les ordres de Sa Majesté.

J’ai été enchanté que Sa Majesté ne revînt pas ici et que ce ne fût qu’à Paris où M. le grand écuyer fût dans le cas de le rejoindre, si la paix se conclut. Nous ne savons pas ce qui se passe ; nous sommes tous à Dresde et tout paraît fort gai. Les gros personnages nous donnent l’exemple des parties de campagne et nous faisons comme eux. Nous verrons comme cela finira. Je crois pour ma part que tout finira bien…

 Guillaume.

« Lettres inédites du baron Guillaume Peyrusse écrites à son frère André pendant les campagnes de l’Empire. De 1809 à 1812. Publiées par Léon-G. Pélissier », Perrin et Cie, Libraires-Editeurs, 1894.

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 1 juillet, 2014 )

Une LETTRE de NAPOLÉON au GÉNÉRAL CLARKE, DUC de FELTRE (Ministre de la Guerre)…

Une LETTRE de NAPOLÉON au GÉNÉRAL CLARKE, DUC de FELTRE (Ministre de la Guerre)… dans TEMOIGNAGES napoleonlegrand

Mayence, 31 juillet 1813.

Donnez ordre que toutes les femmes de généraux, d’officiers d’employés d’administration, toutes les filles, y compris celles travesties en hommes, qui se trouvent à Bayonne ou dans les départements des Landes et des Basses-Pyrénées, venant d’Espagne, soient sur-le-champ renvoyées au-delà de la Garonne, et que, quarante-huit heures après l’ordre que vous ferez donner à ce sujet par le commandant de la division, toutes celles qui n’y auraient pas obéi soient arrêtées par autorité militaire et civile, et conduites chez elles ; les filles seront renfermées à la Salpêtrière. Vous aurez soin que nominativement les femmes des généraux G…, F… et V… soient non seulement renvoyées au-delà de la Garonne, mais renvoyées chez elles.

(« Lettres inédites de Napoléon 1er (An VIII-1815). Publiés par Léon Lecestre » Plon, 1897, Tome II, pp.274-275).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
|