( 11 mars, 2015 )

Exposé de la conduite du colonel Izoard [à Grenoble, en mars 1815].

RETOUR EMPEREUR

On sent dans le récit du colonel Izoard-qui commandait à Grenoble le 3ème régiment du génie- et d’un bout à l’autre, que l’auteur de cet « Exposé » est un homme de labeur et de conscience, uniquement préoccupé de son métier, et il retrace ce qu’il a fait et vu avec un minutieux et véridique détail. Mais que pouvait Izoard contre le peuple et les soldats qui, comme il dit, s’excitaient réciproquement ? Après que le 7ème régiment de Labédoyère, après que le bataillon du 5ème et la compagnie de mineurs s’étaient, ainsi que s’exprime encore Izoard, réunis à Bonaparte, comment les sapeurs n’auraient-ils pas criés, eux aussi : « Vive l’Empereur ! » ?

Arthur CHUQUET.

«Le commandement du 3ème  régiment de génie, en garnison à Grenoble, me fut confié au moment de son organisation, le 11 octobre 1814. Dès ce moment tout mon temps fut employé à l’administration, à la discipline et aux diverses branches d’instruction de ce corps, et j’ai été étranger à tout ce qui pouvait se passer hors du régiment.

Le 5 mars, M. le lieutenant-général comte Marchand convoqua chez lui les généraux, les colonels et majors des régiments, les chefs de corps et des administrations, et nous fit part de la nouvelle qu’il venait de recevoir du débarquement de Bonaparte, et de l’avis qu’on lui donnait qu’il se dirigeait sur Grenoble.

En sortant de chez lui, je pris toutes les mesures qui étaient en mon pouvoir pour prévenir tout désordre. Je fis prendre les armes dans la cour de la caserne. Je réunis les officiers devant le front du régiment, et après leur avoir fait part de cette nouvelle, je leur déclarai formellement que nous n’aurions jamais d’autre règle que notre devoir envers le souverain et une obéissance parfaite aux ordres de M. le lieutenant-général commandant la division. Je fis former le cercle dans chaque compagnie, et fis défendre, sous les peines les plus sévères, à tout sous-officier et soldat de se trouver dans aucun groupe, et de prendre part aux nouvelle qui pourraient circuler. Je consignai à la porte de la caserne toute personne étrangère au régiment, autre que les généraux et officiers de service. Mais, malheureusement, il y avait 4 compagnies logées dans la ville et les faubourgs. Pour m’assurer de l’exécution des ordres ci-dessus, et pour parer à l’inconvénient qu’il y avait d’avoir un tiers du régiment disséminé dans la ville, j’ordonnai des patrouilles fréquentes de jour et de nuit, composées d’officiers et de sous-officiers. J’augmentai le nombre des appels le jour et fis faire des contre-appels la nuit. En outre, je chargeai le chef de bataillon le capitaine, l’adjudant-major, les sous-officiers, l’adjudant et les sous-officiers de semaine de savoir ce qui se disait dans le régiment et de m’en rendre compte.

Le 6 mars, je reçus l’ordre à midi de faire partir une compagnie de mineurs qui fut mise à la disposition du chef de bataillon du génie, Tournadre, pour faire sauter le pont de La Mure. Cette compagnie se mit en marche sur le champ avec la poudre et les outils nécessaires pour cette opération ; elle avait l’ordre de l’état-major général de suivre le mouvement d’un bataillon du 5ème  régiment, qui devait protéger son travail et dont me chef commandait la colonne.

Pendant les journées des 6 et 7, et une partie de la nuit du 6 au 7, les autres compagnies, conduites par des officiers du régiment, ont été employées à refaire les banquettes, à construire et placer des barrières, à barricader les portes de la ville, etc., sous les ordres des officiers du génie de la place.

Tous les rapports des officiers et sous-officiers de service portaient que les mineurs te sapeurs n’étaient occupés que de leur travail, et  je m’assurai par moi-même qu’ils le faisaient avec zèle.

Le 7, à 6 heures du soir, je reçus l’ordre de faire quitter le travail, de faire prendre les armes, de placer le 1er bataillon dans la cour de la caserne, près du rempart, et le 2ème à la citadelle. Cet ordre fut exécuté sur le champ, et je fis distribuer des cartouches. M. le maréchal de camp, commandant le département, vint s’assurer par lui-même que l’ordre était exécuté.

Le départ du 7ème régiment qui avait forcé les portes à 3 heures après-midi, avait produit un effet très fâcheux sur l’esprit de toute la garnison. Le soir, les soldats apprirent encore que la bataillon du 5ème  régiment et la compagnie des mineurs s’étaient réunis à Bonaparte. Néanmoins, les sapeurs furent contenus dans l’ordre par les soins des officiers, lorsque déjà les troupes qui étaient sur les remparts, et tout le peuple, criaient : « Vive l’Empereur ! »

Ne recevant point d’ordres, j’allais moi-même chez M. le lieutenant-général Marchand lui en demander. Je le trouvai au moment où il partait. Il me prévint qu’on enfonçait les portes de la ville, et me dit de me retirer sur Barraux. Je revins sur le champ, et allai successivement aux deux bataillons ; mais pendant mon absence, les cris des troupes voisines avaient gagné le régiment, et il fut impossible de se faire entendre aux soldats.

Je pris alors le parti d’abandonner le régiment, et dis à M. le major d’aller à Barraux. Je passai chez moi pour ployer le drapeau et l’emporter (J’ai laissé ce drapeau aux archives du corps, où il a été conservé par le major. Note d’Izoard-). Pendant l’intervalle, des soldats de la garde, conduits par le colonel du 7ème  régiment, s’étaient emparés des portes, et au moment où je montai à cheval pour partir, le chef de bataillon, commandant de l’école, qui se retirait également à Barraux, et qui en avait été empêché, vint me prévenir que je ne pouvais plus sortir. J’avais renvoyé mon factionnaire et les ordonnances, et dans le régiment on me croyait parti. Si je n’avais pas eu l’intention d’exécuter les ordres de M. le lieutenant-général commandant la division, je n’aurais pas été moi-même en demander. Mais, malheureusement, je les reçus trop tard, et me trouvai dans le même cas que tous les autres chefs de corps qu’on envoya chercher le 8 au matin. Le général Bertrand me mena à Bonaparte qui m’ordonna de lui conduire le régiment pour en passer la revue.

N’ayant pas pu sortir de la ville dont les portes étaient gardées, étant à la discrétion de Bonaparte, les scènes tumultueuses et les vociférations qui avaient eu lieu pendant la nuit du 7 et la matinée du 8 entre le peuple et les soldats qui s’excitaient réciproquement, faisant craindre qu’ils ne se portassent aux plus grands désordres, placé entre deux écueils, et le régiment étant, depuis son entrée la veille au soir, à la disposition de Bonaparte, sans que j’eusse pu l’empêcher, je me déterminai à exécuter son ordre, afin d’éviter le mal, si je le pouvais. Aucun autre motif n’est entré dans cette détermination.

Après la revue, le général Bertrand me donna l’ordre de faire une adresse. Je ne répondis rien. A 7 heures du soir, il m’envoya chercher, me dit que celles des autres corps étaient déjà imprimées, et me demanda celle du régiment. J’en minutai une qui ne lui convint pas, et me retirai. Après mon départ, il en fit une autre qu’il envoya à l’imprimerie. A une heure après minuit, il m’envoya encore chercher pour me demander le nom des officiers. J’envoyai une garde à l’imprimerie pour empêcher qu’elle ne fût remise. Tout ce que je pus obtenir, c’est qu’on ne la tirerait pas avant qu’elle eût été communiquée aux officiers et qu’on n’apporta une copie signée d’eux. Quoique cette copie n’ait jamais été remise à personne, et que je l’aie brûlée moi-même, on ne la rendit pas moins publique après notre départ.

A mon arrivée à paris, mon premier soin fut de demander à être remplacé au régiment, et d’être employé dans une direction.

Quant aux articles additionnels des prétendues constitutions de l’Empire, je ne les ai point signés, et n’ai prêté aucun serment à Bonaparte, ni de vive voix, ni par écrit. Me trouvant aux bureaux de la guerre peu de jours après que cette pièce eut paru, je déclarai positivement devant M. le maréchal de camp, chef de la 7ème division, que je ne les accepterais jamais.

Je n’avance rien qui ne soit conforme à la vérité. On peut consulter sur cela M. le lieutenant-général comte Marchand, commandant la 7ème division, et le lieutenant-général Maureillan, qui se trouvait à Grenoble le 5 et le 6 mars.

Je suis arrivé dans cette direction dans le mois de mai, et ne me suis mêlé que des fortifications. On peut prendre à cet égard des informations dans le département. Depuis le retour du Roi, soit comme directeur des fortifications, soit comme commandant le département dont j’ai été chargé par M. le lieutenant-général Marchand, j’ai donné tous mes soins à conserver à Sa Majesté les places de cette direction, et particulièrement Briançon et Mont-Dauphin. Je crois ne rien hasarder en assurant que j’y ai eu une très grande part. On peut prendre des informations à ce sujet auprès de MM. les généraux commandants et de MM. les préfets et sous-préfets.

Voilà l’exposé sincère de ma conduite. Je sers depuis vingt-deux ans dans un corps où j’ai souvent reçu des témoignages d’estime, et dans lequel j’ai joui jusqu’à présent de la bienveillance de mes chefs et de l’amitié de mes camarades. Dès mon enfance, j’ai été occupé des études nécessaires pour y être admis, et depuis cette époque tout mon temps a été employé aux différents services dont j’ai été chargé. Je suis étranger à toutes les révolutions ; le sort m’a conduit à différentes armées où j’ai fait douze campagnes et plusieurs sièges. J’y ai ruiné ma santé et dépensé une grande partie de ma modique fortune. Ce n’est point un motif d’intérêt qui me guide dans ce moment, et qui me fait solliciter un avais favorable à ma conduite ; c’est un sentiment plus impérieux, celui de l’honneur qui m’est plus cher que la vie. »

Le colonel du génie,

J. IZOARD.

Mont-Dauphin, le 4 novembre 1815

(Arthur CHUQUET, « Lettres de 1815. Première série [seule parue] », Librairie Ancienne, Honoré Champion, éditeur, 1911, pp. 132-139).

Publié dans TEMOIGNAGES par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2015 )

A propos du retour de Napoléon (mars 1815)…

A propos du retour de Napoléon (mars 1815)... dans HORS-SERIE retour-ile-delbe

« Le matin du départ, le lever de l’Empereur eut lieu comme à l’ordinaire, le Dr Foureau [de Beauregard] entre comme il était d’usage au moment où Sa Majesté allait faire sa barbe. » Eh bien ! Foureau, votre porte-manteau est-il fait ? Nous allons en France. » Le docteur sourit et répondit : «  Je ne demanderais pas mieux, mais je ne vois rien qui m’autorise à y croire ! – Comment ! Puisque je vous le dis c’est que ça y est ! Tenez-vous prêt néanmoins pour ce soir. » Saint-Denis [le mameluck Ali] qui tenait la glace dans laquelle l’Empereur faisait sa barbe, souriait en me regardant, pensant que c’était une mystification que l’Empereur faisait à son médecin. »

(Louis MARCHAND, « Mémoires… »)

La décision du retour fut mûrement réfléchie ; l’Empereur prenant en ligne de compte tous les éléments dont il disposait. Mais il fallait agir sans tarder comme le souligne G. Godlewski : « A l’automne de 1814, Napoléon entrevoyait donc l’avenir sous de tels auspices qu’à une échéance plus ou moins certaine il serait contraint d’opter entre la faillite certaine  et une aventure dont les chances de succès se précisaient de mois en mois » [1]. A la date du 7 décembre 1814, le trésorier Peyrusse mentionne dans ses mémoires la visite d’un étranger « mystérieusement introduit dans le cabinet de Sa Majesté ». A la suite de cette entrevue, Peyrusse reçoit l’ordre de faire préparer L’Inconstant « pour un voyage » et « de mettre à son bord 100,000 Fr. ». De plus, sans doute vers la fin de l’année 1814 ou au tout début de 1815, une nouvelle importante parvient jusqu’à l’Empereur. Elle est relevée par Pons : « …nous apprîmes par deux Anglais, venus exprès dans l’île pour donner cet avis qu’il avait été question au congrès de Vienne d’envoyer l’empereur Napoléon à Sainte-Hélène »[2]. L’administrateur des mines en bon observateur écrit dans ses « Anecdotes » que « A dater de cette époque, la conduite de l’Empereur prit une autre direction, et en l’observant il était permis de penser que Sa Majesté ne se croyait plus liée par le traité de Paris qui la reconnaissait [comme étant] souverain de l’île d’Elbe ».

Dès lors, Napoléon va demander à Pons « un rapport sur les moyens d’organiser une flottille expéditionnaire »[3]. On note durant toute cette période une augmentation de préparatifs pouvant laisser penser que l’Empereur prépare son départ, même si aucune nouvelle officielle ne transpire : « …Sa Majesté préparait de grands moyens de défense pour l’île et les moyens nécessaires à une expédition militaire », ajoute Pons dans son « Mémoire aux puissances alliées », à la p. 105. Guy Godlewski souligne à juste titre que « la facilité du débarquement reposa sur le secret absolu de sa préparation. Aucune parole, aucun ordre imprudent ne donnèrent l’éveil. Rien ne transpira pendant deux mois »[4]. Le mameluck Ali, indique que « peu de personnes du dehors étaient dans la confidence[5] ». Peyrusse, lié à bien des confidences impériales, note encore que l’Inconstant qui revient à Portoferraio avec « quatre mille sacs de blés » est envoyé à Gênes avec à son bord deux officiers de la Garde chargés d’acheter des draps et de la toile, comme on peut le lire dans son témoignage. Comme nous l’avons vu dans le récit de Pons, c’est vers cette période que le capitaine Taillade tentera de mettre ce navire hors d’usage ; sans doute pour essayer de faire avorter le départ de Napoléon vers la France…

« Le 20 [février 1815], je reçus les premiers ordres pour les préparatifs », écrit Pons[6]. Le 21 février, des caisses de munitions sont embarquées à bord de L’Inconstant, réparé de son avarie ; de l’artillerie est installée à bord du chébec L’Etoile. Deux jours plus tard, ces bâtiments reçoivent un stock de vivres et d’eau douce. Précisons que le colonel Campbell, ne se doutant de rien, s’était embarqué pour Livourne le 16 février, afin d’aller présenter une nouvelle fois ses hommages à une belle comtesse italienne…

« Quelques jours avant le 26 février, l’Empereur avait fait donner l’ordre à la Garde de faire un jardin d’un terrain inoccupé attenant à la caserne dans la partie ouest », précise encore Ali[7] ; histoire de tromper les apparences. Il est fort à parier qu’à cet instant les soldats ne se doutent pas de ce que leur prépare le Petit Caporal. Puis vint le jour crucial ; le 26 février au matin, Peyrusse reçut l’ordre de réquisitionner le Saint-Esprit afin d’y embarquer les Polonais du chef d’escadron Jerzmanowski.   « La générale battit ; les troupes s’élancèrent de leurs casernes. Bientôt la rade fut sillonnée de chaloupes ; quatre cents hommes de la Vieille Garde, grenadiers, chasseurs et canonniers furent embarqués sur le brick, armé de vingt-six canons : tout le reste de l’expédition prit place sur le Saint-Esprit, le chébec de l’Empereur l’Etoile, la spéronnade la Caroline, deux bâtiments de Rio et une petite felouque d’un négociant elbois. Le peuple garnissait le port, faisant retentir [dans] les airs les cris prolongés de Vive l’Empereur ! »

Napoléon s’embarque en fin de journée à bord de L’Inconstant.

« A neuf heures à peu près, l’escadrille sortit du port [8]».

Le 1er mars 1815, au matin, L’Inconstant et sa flottille sont en vue des côtes françaises. « L’Empereur ordonna alors de faire disparaître la cocarde de l’île d’Elbe et de la remplacer par celle aux trois couleurs (la cocarde de l‘île était rouge et blanche, le rouge au centre ; sur le blanc il y avait trois abeilles). En même temps que les soldats arboraient  la cocarde tricolore, M. Pons de l’Hérault donnait  lecture à haute voix de la proclamation de l’Empereur, laquelle fut accueillie par des transports de joie et des cris répétés de Vive l’Empereur ! [9]».

Après un parcours mémorable, l’Empereur arrivera à Paris le 20 mars 1815, en début de soirée.

Christophe BOURACHOT


[1] G. Godlewski, « Trois cents jours d’exil. Napoléon à l’île d’Elbe », Hachette, 1961, p.219.

[2] André Pons de l’Hérault, « Mémoire aux puissances alliées…», (Alphonse Picard et fils, 1899, pp.84-85). Guillaume Peyrusse, dans son témoignage, en date du 7 décembre 1814, complète ces informations en écrivant : « Il résultait de nos conversations avec les étrangers qui abordaient Portoferraio, de la lecture des journaux français et étrangers, que notre position à l’île d’Elbe, notre voisinage du continent, la facilité de nos communications, inspiraient des craintes sérieuses au congrès de Vienne ; que le projet de nous enlever et de nous déporter à Sainte-Hélène avait été formé. L’arrivée du personnage mystérieux introduit auprès de Sa Majesté donnait lieu à ces diverses suppositions une consistance alarmante. »

[3] Pons de l’Hérault, « Mémoire aux puissances alliées », p.95. Ce fait est également repris dans ses « Souvenirs », Plon, 1897; nouvelle édition: Les Editeurs Libres, 2005- sous le titre de « Napoléon, empereur de l’île d’Elbe »).

[4] Godlewski, p.231.

[5]  Ali, « Souvenirs sur l’empereur Napoléon. Présentés par Christophe Bourachot », Arléa, 2000, p.87.

[6] Pons, « Mémoire aux puissances alliées » , p.109.

[7] Ali, p.88.

[8] Ali, p.89.

[9] Ali, p.90.

 

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
|