( 6 octobre, 2016 )

Vidéo. Un (long) extrait du film « Waterloo » de S. Bondarchuk (1970).

Vidéo. Un (long) extrait du film

Un passage de ce film légendaire, comportant quelques inexactitudes historiques. Dans cette scène qui se laisse toutefois regarder, on remarquera que la topographie n’a rien à voir avec la réalité du site de la bataille. Dans le rôle de Napoléon: Rod Steiger; dans celui de Wellington: Christopher Plummer.

Comme à Fontenoy: « Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! ». 11h35, la bataille commence…

http://www.dailymotion.com/video/xx29ap

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 19 mai, 2016 )

Vidéo. L’entretien du fusil…

Une vidéo instructive…

Image de prévisualisation YouTube

Complément fourni par « JIEM », du forum du site

www.napoleon1er.com

Démontage du fusil

Extrait du règlement de 1807 

Comment démonte-t-on et remonte-t-on le fusil ?

Voici l’ordre suivant lequel on doit démonter le fusil pour le nettoyer à fond.

- On ôte la baïonnette, la baguette, les deux grandes vis, le porte-vis, la platine, la goupille du battant de sous-garde, la goupille de la détente, la sous-garde, la détente, l’embouchoir, la grenadière, la capucine, la vis de culasse, la vis de l’écusson, le canon, la culasse.

- On doit remonter le fusil dans un ordre inverse, c’est à dire en commançant par la culasse, le canon, l’écusson, la vis de l’écusson, la vis de la culasse.

Démontage de la platine

Dites l’ordre dans lequel on doit démonter la platine. Voici la manière d’y procéder, en employant le monte-ressort décrit ci-après.

- On ôte la vis de ressort de gachette ( il faut faire lever le ressort, de façon que le pivot puisse sortir de son encastrement avant que la vis ne soit entièrement hors de son trou) ; le ressort de gachette, la vis de gachette; la gachette; la vis de bride; la bride; la vis de noix; la noix ( pour la faire sortir du carré du chien, il faut repousser avec un poinçon qui entre facilement dans le trou destine à recevoir la vis ) ; le chien ( il tombe de lui-même, la noix étant ôtée ) ; la vis du grand ressort ; le grand ressort; la vis de batterie ( – — On l’ôte à l’aide d’une pression qu’on fait sur le ressort avec le monte-ressort); la batterie ; la vis du ressort de batterie; le ressort de batterie; la vis du bassinet; la vis du chien; le bassinet; la machoire.

Remontage de la platine.

Dites l’ordre suivant lequel on doit remonter la platine avec le même monte-ressort.

Le voici : on remet le bassinet, la vis du bassinet, le ressort de batterie, sa vis, la batterie, sa vis, la machoire, la vis à tête percée, la noix, la bride, sa vis, la gachette, sa vis ( on remet le chien dans son carré ) , la vis du carré, le ressort de gachette ( on abat le chien sur le rampart du corps de platine ; la gachette doit être libre lorsque sa vis est remontée à fond; il doit en être de même par rapport à celle de la batterie); le grand ressort, la vis du grand ressort.

Avant de replacer les vis, il faut mettre une petite goutte d’huile à chaque trou ou à l’extrémité de chaque tige; il faut avoir la même précaution pour les trous qui reçoivent l’axe et le pivot de la noix; quand la platine est remontée, la même opération doit avoir lieu sous les branches mobiles des ressorts et sur la griffe de la noix. Il faut s’assurer si les pièces de la platine rodent bien. ( On dit qu’une pièce rode bien , la noix par exemple, quand elle tourne d’une manière uniforme sur le corps de la platine ).

Description du monte-ressort.

Quel est le nouveau monte-ressort ordonné par le ministre ?

Il se compose d’une pièce principale de la forme d’un petit crampon, ayant une patte repliée à angle droit pour appuyer sur le ressort, et d’une autre partie repliée de même, percée et écrouie pour recevoir une vis de pression; dans le milieu du corps de cette pièce principale, est pratiquée une mortaise d’une longueur détermine, dans laquelle joue à coulisse un clou à vis, portent une branche transversale destine à presser les branches mobiles des deux ressorts au moyen de la vis.

Pour démonter le grand ressort, on appliqué le monte-ressort de manière que la patte recourbée de la pièce principale ait le point d’appui sur la petite branche du ressort, à la hauteur du rampart de batterie; et que la branche transversale se trouve placée de l’une de ses extrémités sous le derrière du ressort, et de l’autre, terminée par un petit crochet, dans le creux de la griffe : alors on serre ou on déserre la vis de pression selon qu’il est nécessaire.

Pour démonter le ressort de batterie, on place l’instrument de façon qu’une coche faite dans la branche transversale corresponde à l’oeil de la vis de ce ressort, et l’on fait agir la vis de pression comme le grand ressort.

Démonstration de la manière d’opérer le démontage.

Corps du fusil :

Après que l’on ai ôté la baguette et la baïonnette, que fait-on ?

On abat le chien, on place la crosse du fusil sous le bras gauche, le porte-vis en-dessus, et la platine dans la main gauche; on démonte les vis de la platine, on retourne le fusil, on ôte la platine; et dans le cas ou elle ne sortirait pas aisément, on frapperait avec un morceau de bois quelques petits coups, pour la retirer du bois : on ôte la contre-platine.

Que fait-on après que l’on a ôté la goupille du battant, la goupille de détente, le pontet, la détente et les trios capucines ? ( Il faut ôter la sous-garde au fusil dit “républicain”, on ôte seulement le pontet aux vrais fusil de 1777.)

On place de suite la crosse à terre pour retirer le canon.

Platine 

Comment démonte-t-on la platine ?

- En plaçant le monte-ressort comme il est dit ci-dessus, posant la platine dans la main gauche, tournez avec le tournevis la vis du ressort de gachette, frappant ensuite sur le cul du ressort de la gachette pour l’ôter de dessus la platine

- Démontant la gachette, ensuite la bride de la noix, la vis du carré, puis la noix ( le chien tombe de lui-même)

- Retirant le monte-ressort, en faisant cesser l’effet de sa pression;

- Ôtant la vis du grand ressort, ensuite le grand ressort ;

- Renversant la platine, et tournant la queue de la platine du côté du corps; plaçant la griffe du monte-ressort en pinçant la pointe du ressort de la batterie pour la dégager.

- Ôtant la vis de la batterie, ensuite le ressort de la batterie.

- Retirant la batterie , puis le bassinet.

Chien

Comment le démonte t-on ?

En le prenant de la main gauche, appuyant le premier doigt et le pouce sur les deux mâchoires pour démonter la vis à tête percée.

Manière de remonter le fusil.

Comment le remonte t-on ?

- En opérant dans l’ordre inverse, commençant par rétablir le chien, puis, posant le bassinet dans son encastrement

- Remontant le ressort de batterie

- Serrant le ressort de batterie avec le monte-ressort et remontant la batterie

- Rétablissant le grand ressort

- Mettant le monte-ressort sur le rampart de la platine, et faisant plusieurs tours avec le tournevis pour replacer les ressorts

- Remettant la noix dans le carré du chien et replaçant la vis du carré

- Remettant la bride de noix, remontant la gachette et son ressort, ayant soin qu’elle ne soit pas trop serrée

- Otant le monte-ressort et rétablissant la platine dans son encaissement

Autres pièces du fusil

Comment remonte t-on le reste du fusil ?

En reposant la pièce de détente, ensuite la détente, puis la goupille

Remettant le pontet de la sous garde ( dans le fusil dit “ républicain “, c’est la sous-garde entière qu’on remet, au lieu du pontet )

Replaçant le canon, la capucine, la vis de la culasse et la baguette.

Inconvénients du défaut d’instruction.

Quels sont les inconvénients qui résultent du défaut d’instruction du soldat ?

Les voici :

Une vis trop serrée ( par exemple celle de la batterie ) change la correspondence de toutes les pièces de la platine, en causant des frottements qui diminuent l’action des ressorts, de sorte que la platine ne peut plus remplir son objet.

Si les vis sont changées, forcées, ou pénétrant mal, si les lumières sont caches par les bassinets, ou trop au dessus des fraisures, alors le frottement de la batterie contre le pan de la lumière l’empêche de découvrir.

Si pour faire sortir les boutons de culasse de leurs écroux, on se sert de marteau, les queues perdant leur pente ne sont plus en bois.

Si l’on repousse la goupille avec un instrument plus gros qu’elle, le bois se détériore sans qu’il y ait moyen de le réparer.

Si le biseau de la pierre n’est pas en-dessus et que son taillant ne soit pas parallèle à la face de la batterie, la pierre ne frappant que sur peu d’étendue, elle ne fournit plus assez de feu.

Coutumes vicieuses et prohibées. 

Quelles sont les coutumes vicieuses et prohibées ?

Les voici:

Il est défendu de se servir de la baguette pour tourner la vis du chien.

Il est défendu d’employer la lame de la baïonnette en guise de tournevis, ou de se servir de sa pointe pour ôter la batterie ou le chien s’ils résistant.

Il est défendu de faire rougir la baguette sous prétexte d’élargir le canal, ainsi que de faire chauffer aucun ressort, sous prétexte qu’il est trop rude.

Il est défendu de couper, rogner ou altérer en aucune manière le bois du fusil, sous prétexte de le faire résonner.

Il est défendu aux soldats de déculasser eux-mêmes leur fusil.

Il est défendu de mettre de l’huile aux vis en bois, on doit les graisser avec du suif.

Nettoiement du fusil.

Comment nettoie-t-on le fusil ?

On emploie, pour le dérouiller, de l’émeri et de l’huile d’olive, ou de la paille de fer; on se sert, pour le frotter, de bois tender et de brosses rudes.

On fouille dans les angles et sinuosités des pièces avec des curettes et des spatules. Le canon étant sujet à se courber par la pression que l’on fait pour le dérouiller, on ne le doit jamais frotter dans sa longueur avec des spatules, à moins qu’on ai préalablement introduit dans le tube une broche cylindrique du diamètre du calibre, ou qu’il soit à plat sur un banc ou une table.

A défaut d’émeri ou de paille de fer, on pourrait faire usage de grès pulvérisé , tamisé et humecté d’huile d’olive pour enlever les grosses taches, et de brique brûlée, bien pilée et aussi humectée d’huile, pour les petites. Si ce n’était pas des pièces trempées que l’on nettoyât, il serait même préférable de n’employer que ces deux espèces d’ingrédients.

Toutes les pièces, après avoir été bien nettoyées, doivent être essuyées avec un chiffon, de manière qu’il n’y reste jamais d’émeri, de paille de fer, de grès ou de brique, et qu’elles conservent seulement de l’onctuosité. Les pièces en cuivre se nettoient avec du tripoli, ou de la brique pilée et du vinaigre. On ne doit point employer de substance grasse pour les frotter ensuite, car elle agissent sur le cuivre et le font oxyder.

Voici ce que dit le règlement de police :

« Les armes seront entretenues en dedans et en dehors, sans être polies , les vis et écrous tenus en bon état. Les pierres, dont les angles sont arrondis, seront contenues entre deux plombs. La bretelle du fusil sera tendue et serrée contre l’arme, la demi-boucle à hauteur de la capucine »

Nettoiement et lavage

Les armes doivent être entretenues proprement en dedans et en dehors, sans être polies; les vis et écrous tenus en bon état: les angles de la pierre doivent être arrondis, la bretelle du fusil tendue et serrée contre l’arme, la demi-boucle à hauteur de la capucine. On emploie, pour dérouiller le fusil, de l’émeri, de l’huile d’olive, ou de la paille de fer qu’on tamise dans une étoffe grossière: on se sert, pour frotter, de bois tendre et de brosses rude; on fouille dans les angles et dans le sinuosités des pièces, avec des curettes et des spatules; on ne doit jamais frotter le canon dans sa longueur, à moins qu’il ne soit à plat, sur un banc ou sur une table, autrement on risquerait de la fausser.

A défaut d’émeri ou de paille de fer, on peut faire usage de grès pulvérisé, tamisé et humecté d’huile d’olive, pour enlever les grosses taches; et de brique brûlée bien pilée, et aussi humectée d’huile, pour les petites.

Si ce n’était pas des pièces trempées que l’on nettoyât, il serait même préférable de n’employer que ces deux matières.

Toutes les pièces, après avoir été nettoyées, doivent être essuyées avec un chiffon, de manière qu’il ne reste jamais d’émeri, de paille de fer, de grès ou de brique et qu’elles conservent seulement de l’onctuosité. Les pièces en cuivre se nettoient avec du tripoli ou de la brique pilée et du vinaigre Le règlement de police du juin 1792, titre V, art.16, voulait qu’on ne les nettoyât qu’avec une pâte liquide de blanc d’Espagne délayé.

On ne doit point employer de substances grasses pour les frotter ensuite, car elles agissent sur le cuivre et le font oxyder.

Lavage du fusil

Après les exercices à feu, il est nécessaire que les canons soient lavés intérieurement; il doit y avoir, par escouade, une baguette en bois que l’on fend par un de ses bouts; on introduit dans cette fente du linge qu’on fixe avec du fil, on procède à ce nettoiement. Après avoir suffisamment foulé l’eau dans le canon, et lorsqu’elle en sort sans y prendre une couleur noirâtre, il faut essuyer l’intérieur du canon avec du linge très sec, et ensuite y passer la pièce grasse.

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 29 septembre, 2015 )

Un duel. Extrait d’un film célèbre…

Un duel. Extrait d'un film célèbre... dans HORS-SERIE

Evidemment, vous l’aurez reconnu… Il s’agit d’une scène des « Duellistes » (1977).

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 18 juin, 2015 )

Vidéo. ‘Waterloo,1815′ dans la série « Les grandes Batailles du Passé »…

Visuel 1815-2015

Vous pourrez revoir ici un des numéros de cette fameuse série des années 1970, réalisée par Henri de Turenne et Daniel Costelle.

(1ère diffusion à la TV française: 4 février 1977).

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 6 février, 2015 )

Vidéo. Une belle scène de duel au sabre…

Vidéo. Une belle scène de duel au sabre... dans HORS-SERIE duellists

Evidemment, extraite du film « Les Duellistes » (1977, Ridley Scott). Pour l’anecdote, il s’agit du premier duel entre le lieutenant Gabriel Féraud (incarné par Harvey Keitel) du 7ème hussards et Armand d’Hubert (que joue Keith Carradine), lieutenant au 3ème hussards.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 13 décembre, 2013 )

Vidéo. Visite sous le dôme des Invalides…

Un reportage de Jacques Allaire, tourné en 2013.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 16 novembre, 2013 )

Vidéo.16 novembre 1805, Bataille d’Hollabrünn…

22 000 français, sous les ordres des maréchaux Lannes (5ème corps), Murat (réserve de cavalerie) et Soult (4ème corps) affrontent les forces austro-russes, composées de 8 000 hommes, et commandées par le prince Bagration, commandant l’arrière-garde de l’armée austro-russe. Un extrait tiré du film « Guerre et Paix » de S. Bondarchuk (1967), d’après l’oeuvre de Léon Tolstoï.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 3 novembre, 2013 )

VIDÉO: Cavalerie, 1812…

VIDÉO: Cavalerie, 1812... dans HORS-SERIE chasseurs-a-cheval-1809

Un rapide rappel en images (tournées en Russie durant l’été 2012) sur le rôle de la cavalerie durant les guerres de l’Empire.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
( 1 novembre, 2013 )

EMISSION. « Napoléon était-il franc-maçon ? »

EMISSION.

Un numéro de la fameuse émission de Franck FERRAND, « L’OMBRE D’UN DOUTE » et diffusée sur FRANCE 3 en octobre 2012.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans HORS-SERIE par
Commentaires fermés
12
Page Suivante »
|